top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

Sortez de ma cuisine! - Locke/Hafiz [FINI]

[Page 1 sur 2] Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Sam 10 Déc 2016 - 21:20 (1)
On lui aurait dit cela il y a quelques temps qu’Hafiz n’y aurait pas cru une seule seconde. L’Institut avait loué tout le restaurant pour organiser un diner pour son personnel. C’était complètement fou. L’institut louant un restaurant altermondialiste ! Quelque chose ne tournait pas rond. Lorsque son patron lui avait annoncé, il avait cru à une blague. Mais non. Il avait la réservation devant les yeux avec le nombre de convives. La surprise était plutôt agréable. Hafiz se demanda si la jeune Sara n’avait pas glissé un mot sur son restaurant à l’administration de l’Institut. Mais il écarta cette idée. Elle devait avoir autre chose à faire que conseiller l’Institut sur les restaurants de Pallatine. Mais voilà. Ce soir, le chef at-Tabarî allait cuisiner pour une trentaine de chercheurs et de scientifiques de l’Institut. De plus, son patron lui avait bien fait comprendre qu’il serait seul. Aucun commis, aucun serveur. Cela allait s’annoncer très dur.

Heureusement, quand il vit le menu, il se calma légèrement. Il n’y avait qu’un seul plat chaud. Le reste se composait de dizaines de petits fours froids ou qu’il pouvait faire en avance avant de les réchauffer. Le plat principal pourrait être fait pendant leur longue discussion au sujet de leur boulot. C’était somme toute assez rassurant. En plus, son patron avait pensé à commander les ingrédients pour tout donc, dès que le service du midi fut fini, il se lança dans la préparation des divers canapés et saucisses roulées. Cela lui prit une bonne partie de l’après-midi mais au moins c’était fait.

Il passa le reste de son temps à organiser les tables. Il privilégia une installation en U pour permettre à tous les invités de se voir. Ce serait également plus pratique pour lui. Il pourrait ainsi charger les plats sur les chariots et se placer au centre de ce U pour distribuer les assiettes à chacun. Il s’activa ensuite à dresser le couvert. Tout était parfait. Absolument parfait. L’iranien était très fier de lui. Cela aurait limite méritait une photo. Mais bon, il fallait encore installer le buffet pour l’apéritif. Il empila les verres comme il l’avait appris, de manière à former des cercles. Le soir même, il ne resterait plus qu’à sortir bouteilles et petits fours pour les convives.

Il patienta donc quelques temps. Une dizaine de minutes avant l’heure fixée, deux vinrent et se présentèrent comme étant de la sécurité de l’Institut. Hafiz ne les attendait pas mais il aurait dû se douter que l’on ne déplace pas la fine fleur des chercheurs sans ses gardes du corps. Ils étaient plutôt sympathique et, après qu’ils eurent réalisé une petite ronde de tout l’établissement, l’iranien leur offrit de quoi boire et manger. La soirée risquait d’être longue pour lui comme pour eux. Ils discutèrent quelques minutes avant l’arrivée des scientifiques.

Quand le premier arriva, le cuisinier se dépêcha d’aller l’accueillir à la porte et lui proposa de poser ses affaires au vestiaire. Le problème cependant était qu’Hafiz se retrouva très vite débordé par le nombre de personnes qui arrivaient. Heureusement, les deux gardes vinrent lui prêter main forte.
Le nombre d’invité augmenta peu à peu. Hafiz comprit qu’il était temps de sortir ses préparations. Il se rendit aux cuisines et lança les petits fours à réchauffer. Pendant ce temps, il amena les différentes bouteilles d’alcool et autre boisson et remplit les verres. Une fois fait, il retourna en vitesse dans sa cuisine et récupéra les plateaux des petits pour les ramener aux invités. À peine la soirée avait-elle commencé qu’il était à bout de souffle.
Et il lui restait encore à faire le plat principal.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Ven 16 Déc 2016 - 21:01 (2)
-Vous pouvez tirer moins fort sur la corde ? Demanda Locke avec son sourire le plus charmeur. Je ne suis pas tellement fan de SM, heh.

-Non. Répondit l'un de ses ravisseurs.

-Tch.

On aurait dit à Locke il y a quelques temps qu'il n'y aurait pas cru. L'institut avait décidé de louer tout un resto à Sundlaw pour que les scientifiques puissent y tenir un dîner de grande qualité. Z'imaginez ? Toutes les grosses têtes de Pallatine allaient se retrouver dans un petit resto vert pour « fêter » leurs esprits de génie et « resserrer » les liens entre collègues.

-Heh, c'est bien beau de vouloir resserrer les liens entre collègues, mais j'aimerais bien qu'on desserre les miens, de liens, heh. Dit-il à ses collègues. Aie aie aie aie ! Bordel !

Le seul hic avec ça, c'était que comme vous l'avez constaté, Locke n'y était pas très enclin. Pas parce qu'il n'aimait pas ses collègues et son équipe, non. Il les aimait bien, et il les invitait lui même à aller bouffer de temps en temps.
Mais parfois, un bar était bien plus intéressant qu'une soirée où les gens allaient essentiellement parler travail. Sans compter que son coté parano lui disait qu'un dingue d'altermondialiste ou même un gangster aurait la bonne idée d'y poser une bombe, parce que c'était une très très très belle occasion.

-Vous êtes sûrs que vous voulez pas plutôt aller dans un bar ou tout autre endroit loin de l'ambiance du travail ?

-C'est pour toutes les fois où tu as esquivé des réunions importantes.


Quand on leur avait dit que tous les scientifiques y étaient « fortement » conviés, surtout les chefs d'équipes, les membres de sa petite équipe de scientifiques avaient cru bon d'y entendre « fortement obligatoire ». Ils faisaient aussi ça pour ce venger de lui, car ils savaient que Locke n'appréciait pas vraiment les fêtes du type. Ils avaient donc eu la bonne idée de l'attraper à la sortie des chiottes et à le ligoter, le traînant à travers la ville comme un saucisson sur pantoufles roses.

En silence, réfléchissant à un potentiel moyen de se tirer d'un telle torture, il fut triste de voir qu'ils étaient déjà arrivés au dit restaurent à l'apparence assez banale.

-Le voyage de la dégustation hein ?
S'étonna un collègue.

-Pour déguster, vous allez déguster, vous pouvez me croire. Grogna Locke dans son coin.

Les ravisseurs et leur otage rentrèrent, se découvrant être les derniers à arriver. Car attraper un Locke sauvage n'était pas une mince affaire. Un scientifique chuchota aux oreilles d'un garde du corps, et ce dernier se posta devant la porte, bloquant ainsi la sortie principale, et osa même jeter un regard navré au prisonnier.
Cela fait, ils finirent par libérer un Locke dépité qui finit par s'avachir sur l'une des chaises. Il n'y avait pas à dire, Locke faisait tache parmi les autres convives avec son vieux sweatshirt bleu et son jogging, tandis que les autres étaient habillés de manière tout à fait approprié.
Les discussions commencèrent ci et là, des présentations, du boulot, et beaucoup d'ennui en perspective. Il fut légèrement surpris en voyant qu'il n'y avait pas de serveur, et que le cuisinier allait probablement devoir s'occuper de toute la soirée à lui seul. Des verres furent versés, des rires commencèrent à éclater, et ainsi il décida que c'était le bon moment pour trouver un moyen de tourner cette soirée en quelque chose de plus intéressant.
Son équipe avait fait une grosse erreur en l'amenant ici de force, et il allait le leur faire regretter.

Il se leva de sa chaise, prétextant aller aux toilettes, mais se dirigea en fait discrètement vers la cuisine du restaurant. Il se posa discrètement à coté des portes, faisant mine d'être occupé sur son téléphone. Avec toute la patience du monde, il attendit que le cuisinier en ressorte avec ses plateaux et rentra directement dans la cuisine, se frottant les mains avec un air diabolique sur son visage.
Maintenant, où était le sel, le sucre, le piment, et la mort aux rats ?
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 18 Déc 2016 - 19:37 (3)
En déposant les différents plateaux le long de la table des apéritifs, Hafiz fut témoin d’une entrée plutôt exceptionnelle. Un homme était assis sur une chaise, visiblement ligoté. Dans un premier temps, Hafiz était un peut choquer de voir cela. Mais, remarquant que le garde du corps ne faisait rien pour aider la personne dans le fauteuil, il finit par penser que c’était une blague entre scientifique. Il se concentra donc à nouveau sur sa tâche principale, à savoir, servir les convives et organiser le placement des différents petits fours. Mais, à peine posait-t-il les plateaux que des dizaines de mains se jetaient sur les assiettes. Elles étaient presque déjà vides. Ces scientifiques devaient vraiment mourir de faim pour réagir comme cela face à de la nourriture. Peut-être que l’Institut les maintenait dans une forme de sous-alimentation. Non, ce n’était pas concevable. Enfin pas dans l’esprit de Hafiz.

Il se dépêcha donc de retourner dans la cuisine. Il enfourna de nouveau la suite de l’apéritif et commença à préparer les toasts au saumon. Il en avait déjà un paquet de prêt mais au vue des estomacs des scientifiques, il devait au moins en faire le double. Commença alors une longue suite de gestes répétitifs. Mettre des toasts dans le grille-pain, les sortir, les beurrer, poser une tranche de saumon, mettre un zeste de citron et enfin les placer sur les plateaux. Il ne compta pas le nombre de fois où il répéta cette action. Il s’interrompit également une fois pour mettre les immenses filets de bœuf dans le four. Cela mettrait longtemps à cuir. Il profita de cette petite pause pour jeter un coup d’œil à la salle de réception. Bon nombre d’assiette était déjà vide. Et, à ce qu’il semblait, certaines bouteilles également. Il fila droit dans la chambre froide, récupéra divers bouteilles et les installa sur la partie inférieure du plateau. Sur un second chariot, il plaça la nouvelle tournée de petits fours et les toasts au saumon. Rapide coup d’œil sur les filets de bœuf. Et maintenant les patates. Elles étaient déjà toute épluchées. Il les jeta dans l’eau frémissante qu’il avait préalablement préparée et ajouta quelques pincées de sel. Les carottes attendraient un moment.

Saisissant les deux chariots, le cuisinier fit à nouveau son entrée dans la salle de réception, ne remarquant cependant pas l’homme qui était planqué sur le côté. À nouveau, Hafiz posa les plateaux et rempli une quantité impressionnante de verres. Il en profita également pour glisser dans la main des deux gardes du corps un petit jus de fruit. Il ne fallait quand même pas qu’ils meurent de soif. Il s’apprêtait à retourner dans sa cuisine quand quelqu’un l’arrêta net. Cette personne voulait lui faire savoir qu’il avait eu vent de ses talents et qu’il y avait lui-même gouté il y a quelques temps déjà. Puis, il commença à expliquer à ses camarades ce qu’il avait mangé, tout en prenant à partie l’iranien. Ce dernier remerciait l’homme de tous les compliments qu’il lui faisait mais avait absolument besoin de retourner aux fourneaux. La viande risquait de griller et les patates allaient être trop cuites s’il ne gardait pas un œil dessus. Au bout de quelques instants, il réussit à se sortir de cette situation pour être réceptionné par un autre scientifique, deux mètres plus loin, qui lui demandait s’il avait prévu des herbes particulières car il avait des problèmes d’estomac. Hafiz le rassura et reprit son chemin quand d’autres convives vinrent le harceler de question du même genre. Il dût lutter pour garder son calme et pour sortir de cette mêlée.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mar 20 Déc 2016 - 23:48 (4)
Locke poussa un long sifflement impressionné en voyant l'état de la cuisine. Elle était bien entretenue, et il ne pouvait que la comparer avec le dépotoir de sa propre cuisine qui avait au moins 3 semaines de vaisselles en train de pourrir dans le lavabo.
Sans se perdre dans la contemplation d'une cuisine propre, il se mit rapidement à chercher ce dont il avait besoin pour accomplir son méfait. Il trouva tour à tour le sel, le sucre, prit le piment le plus fort qu'il pouvait trouver, et tomba même sur la mort aux rats dans ses recherches. Il posa le tout sur la table, et fier de ses trouvailles, il remercia sa présence d'esprit de se balader avec des laxatifs dans sa poche intérieure. Car oui, Locke était un homme qui sortait toujours avec des laxatifs, pas parce qu'il en avait besoin pour chier plus facilement, mais pour faire chier les autres plus facilement, héhé. Pour se féliciter, il prit même la peine de prendre une canette de soda qu'il sirota. Il aimait l'alcool, mais les sodas aussi.

Durant ses recherches, il avait aussi remarqué que le plat principal allait se composer de filets de bœuf avec quelques patates.

Quoi ? On l'avait forcé à venir pour manger ça ? Meh, il aurait espéré un repas un peu plus facile à empoissonner….euh, un peu plus original et succulent, pardon.

Locke remonta ses manches et décida de commencer, profitant de l'absence étrangement longue du cuisinier. Il fila droit dans la chambre froide pour trouver les alcools, et eut une légère grimace en voyant que l'alcool ici était bien trop faible. Il se contenta donc de prendre une simple bouteille de vin à laquel il rajouta l'un des laxatifs. Il remit la bouteille à sa place et fit un léger X sur le label pour pouvoir le reconnaître plus tard.
Il fila ensuite devant le four et l'ouvrit, se protégeant quelques instant de la chaleur et de l'odeur qui s'en dégageait et qui lui mit l'eau à la bouche. Maintenant, il allait devoir enduire quelques filets de bœuf d'un peu de piment extra fort et pourquoi pas d'un peu de mort aux rats pour leur donner mal au ventre, héhé. Toutefois, c'était un long processus, aussi referma-t-il la porte du four. Il allait d'abord s'occuper des patates en y rajoutant un peu plus de sel, heh. Commençons par la facilité, pas vrai ?
Ceci dit, il allait devoir se dépêcher, avant que le cuisto ne revienne, ou avant que quelqu'un ne se rende compte que Locke avait disparu. Qu'est-ce qui lui prenait tant de temps, d'ailleurs, à ce cuisto?
Tout en se posant la question, il versa un peu plus de seul dans les patates.
Mais chose qui arrivait rarement, et qui ne se passait que dans des comédies de bas étage, le couvercle céda et tout le sel s'y renversa.

….

oops.
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Ven 23 Déc 2016 - 15:42 (5)
Hafiz avait envie de hurler, de pleurer même. Il voulait retourner dans sa cuisine mais les convives s’étaient ligués contre lui. Jamais plus il n’accepterait de s’occuper seul d’autant de convives. Il n’avait pas l’habitude d’autant d’intérêt pour lui dans une réception. Dans sa vie d’avant, auprès du Shah, personne ne lui adressait la parole. Il était comme une ombre. Discret et silencieux pour ne pas déranger les invités. Cette situation lui avait convenu jusqu’à son transfert. Ce moment marqua une période où il fut considéré comme l’égal des personnes qu’il servait. Il avait beaucoup apprécié qu’on lui parle, pour le féliciter essentiellement. Mais là, c’était beaucoup trop pour lui. Intérieurement, Hafiz plaignait les cuisinières de l’Institut qui subissaient peut-être des plaintes chaque jour. Mais bon, l’iranien réussit tant bien que mal à échapper à se rassemblement, récupéra ses chariots et partit sans se retourner droit à la cuisine.

Il passa les portes un peu violemment qui claquèrent sèchement. Il espérait n’avoir effrayé personne. Il se colla contre un mur proche et soupira bruyamment. Les gens ne se rendaient pas compte que discuter avec un cuisinier pendant son service ralentissait l’arrivée des plats. Et même, dans le pire des cas, il fallait tout recommencer. D’ailleurs, en parler de plat. Il lui restait encore des patates sur le feu. Il devait également préparer les épices pour ses patates. Il se dirigea donc d’un pas décidé vers son plan de travail pour aller vérifier la viande. Il ouvrit le four et observa la cuisson. Il lui restait encore un peu de temps avant qu’il faille la retourner. Il referma la four t se dirigea vers les gamelles de légume…

Le cuisinier stoppa net en relevant la tête. Il y avait un type juste devant ses patates. Il devait être profondément perdu dans ses pensées pour ne pas avoir remarqué qu’un intrus était entré dans sa cuisine. Et pas n’importe qui. En y regardant de plus près, il eut l’impression d’avoir face à lui la personne qui était arrivé saucissonnait à une chaise. Cependant, il n’aurait pas pu l’affirmer. Il avait dû pénétrer dans sa cuisine pendant que l’iranien avait dû affronter les hordes de question des scientifiques de l’Institut. Mais pourquoi était-il ici ? Était-il seul au moins ?
Le cuisinier balaya la salle du regard mais ne vit trace de personne d’autre. Il ne vit pas non plus la salière que le scientifique tenait dans la main.

« Que faites-vous ici Monsieur ? » demanda Hafiz d’une voix calme, teinté d’une pointe de suspicion.

Il n’y avait pas beaucoup de possibilité à sa présence. La première, la plus plausible, était qu’il était venu le voir lui mais qu’il ne l’avait pas vu sortir de la cuisine. Il était alors resté dans la cuisine pour attendre le retour de l’iranien. Peut-être était-il venu uniquement pour voir les plats qui allaient leur être servi. Cette personne n’était peut-être là que par pur curiosité.

« Je peux peut-être vous aider. Vous cherchiez quelque chose ou quelqu’un en particulier ? »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Dim 1 Jan 2017 - 1:33 (6)
Locke regarda avec exaspération le sel qui finissait par se dissoudre tant bien que mal dans l'eau bouillonnante. Aaaah. Qu'allait-il faire à présent ? Il n'avait jamais pensé à renverser tout ce sel pour les patates par accident. Ses collègues allaient être encore plus salés qu'ils ne l'étaient déjà. Oh non...

Quelqu'un pourrait possiblement penser qu'il regrettait son action. Mais ce n'était pas du regret qui le tenaillait, mais plutôt la fatigue de devoir chercher une autre salière pour continuer ses méfaits. Bah. Il allait d'abord s'occuper de ce qu'il y avait dans le four et éventuellement….

-Que faites-vous ici Monsieur ?

...se faire surprendre.
Le farceur ne sursauta même pas en entendant la voix, mais s'était figé quelques instants, incapable de bouger le moindre petit doigt. Il avait tout d'abord cru qu'un autre scientifique était venu le chercher, mais il ne reconnaissait pas la voix de la personne qui l'avait attrapé. Ce qui voulait dire que ça ne pouvait être sur le cuisinier. Ou les gardes. Mais il pouvait parier sur le cuisinier.

-Je peux peut-être vous aider. Vous cherchiez quelque chose ou quelqu’un en particulier ?

Locke tourna enfin sa tête vers la personne qui lui posait des question, avec son sourire le plus idiot. C'était bien le cuisinier à la peau cuivrée.
Soulagement.

-Oh. Salut. Commença Locke le plus naturellement du monde. Disons que je suis venu jeté un coup d’œil à ce que vous alliez préparer. Continua-t-il en remettant la salière de façon la plus discrète possible. Il haussa les épaules en signe d'exaspération et reprit : Bah, aucun plat me convient vraiment. Vous pourriez pas me faire un hamburger avec des frites plutôt ?

Il était venu dans la cuisine dans le seul et unique but d’empoisonner un tout petit peu la nourriture, et avait quand même le culot de demander un plat à part entière, comme si le cuisinier n'avait que ça à faire. Locke se gratta un instant la tête, réfléchissant à la suite de la soirée, puis finit par dire:

-C'est pas la peine d'en faire tout un plat, ceci dit, heh. Je peux le faire moi même, si vous êtes trop occupé. Je me débrouille plus ou moins.

Et peut-être allait-il tenter d'en profiter pour mettre un peu de piment dans la vie de ses comparses et dans la vie du cuisinier, heh. Tout en évitant de recevoir des patates de la part de ce dernier si possible. Locke préférait garder toutes ses dents.  

-Oops. J'ai oublié de me présenter. Il tendit sa main vers le cuisinier, toujours souriant: Le nom est Locke. Mais on m'appelle aussi Loque. Je vous laisse le choix, héhé.

Tenter de gagner la confiance du cuistot aurait pu être une bonne première étape sans ses blagues et ses jeux de mots moisis.

Et même s'il réussissait par une magie quelconque à se faire bien voir, ça ne durerait pas longtemps. Jusqu'à ce que le chef se rende compte que les patates soient mystérieusement devenues trop salées et que la salière soit vide en tout cas.

HRP:
Soit honoré d'être mon premier rp de l'année  straight boy's first
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mar 3 Jan 2017 - 18:58 (7)
Bon. Si Hafiz avait eu des doutes sur l’identité du visiteur, il n’en avait plus maintenant. C’était bien le type qui avait été attaché à son fauteuil. Il ne parut pas surpris de la présence de l’iranien dans la pièce. Ce dernier supposa donc que son interlocuteur était bien venu le voir pour lui demander quelque chose. Le scientifique salua Hafiz qui lui répondit ‘un hochement de tête bien marqué. Cela faisait plaisir à l’iranien qu’une personne aussi haut placé ait été suffisamment curieux pour venir le voir en cuisine. Les collègues de son vis-à-vis avaient attendus qu’il sorte de son antre pour lui faire des remarques. Hafiz ressentait donc une certaine sympathie pour le visiteur. Il ne vit cependant pas la salière que tentait de cacher le scientifique.

« Des frites et un hamburger ? »

Hafiz se frotta le menton. Il n’était pas dans ses habitudes de faire des plats différents dans ce genre de réception. Bon, peut-être que pour une fois, il pouvais faire une exception.

« Non, ne vous dérangez pas. Je vais m’occuper moi-même de votre plat. J’ai d’ailleurs une méthode assez différentes de les faire. Vous m’en direz des nouvelles. »

Le cuisinier se dirigea un peu plus loin, récupéra un bidon d’huile et en versa le contenu dans le bac de friture. Cela allait prendre du temps mais normalement, le scientifique serait servi en même temps que ses comparses. Ce fut d’ailleurs à ce moment-là que le scientifique se présenta.

« Je vais plutôt prendre Locke, répondit le cuisinier avec un sourire en serrant la main de son interlocuteur. Ce sera plus simple. Quant à moi, je me prénomme Hafiz. »

L’iranien retourna auprès des fours à viande. Il se mit à retourner minutieusement la viande, prenant bien soin de noter les côtés qui étaient les plus cuits pour le moment. Mais la cuisson semblait parfaite pour l’instant. Hafiz en profita également pour percer à plusieurs endroits pour que le jus sorte un peu plus. Cela permettrait d’arroser les patates. Il s’attela ensuite à vérifier que ces dernières ne se déchiraient pas trop. C’était le risque lorsque l’on faisait des patates à l’eau.

« Pour votre hamburger, vous préférez vos buns au sésame ou nature. Je sais que certaines personnes n’apprécient pas le sésame. Et le fromage ? Plutôt emmental ou cheddar ? »

Il prit bien note de la réponse de Locke et se dirigea vers la chambre froide. Il y récupéra ledit pain, le fromage ainsi qu’un steak haché de bonne taille. Il les ramena auprès du plan de travail mais ne se lança pas dans la préparation du hamburger. Il était trop tôt. Par contre, il devait préparer les frites de ce fameux Locke. À l’aide d’une louche, Hafiz récupéra trois pommes de terre dans la casserole et les plaça dans une assiette prévu à cet effet. Malgré la chaleur, l’iranien découpa les patates en bâtonner. Depuis quelques temps déjà, il avait découvert que les frites réalisées avec des pomme de terre en partie cuit à l’eau était excellente. Il ne l’avait fait chez lui mais ne l’avait jamais proposé aux clients ni à son patron.

« Vous serez le premier à manger ce genre de frite Monsieur. »

HRP:
Je suis très honoré. Je vais me mettre à rougie bientôt  
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Ven 6 Jan 2017 - 19:46 (8)
Quand le cuisinier lui annonça qu'il allait s'occuper lui même de l'hamburger, Locke ne put que se dire qu'il était étrangement coopératif avec un inconnu dans sa cuisine et des dizaines de scientifiques affamés dehors. Mais tant qu'il lui épargnait des efforts, ça lui allait.

-Désolé de devoir vous imposer ça en plus heh, j'ai hâte. Et, Hafiz hein ? C'est bien la première fois que j'entends ce genre de prénom.

Locke se mit à réfléchir à des surnoms idiots et à des jeux de mots avec le nom, et eut un sourire moqueur en trouvant quelques un.
Il observa par la suite le cuisinier retourner aux fours à viande et percer la viande. Combien de temps Locke n'avait plus fait de la vraie cuisine comme ça? Depuis qu'il avait quitté sa sœur, maintenant qu'il y pensait.

-Pour votre hamburger, vous préférez vos buns au sésame ou nature. Je sais que certaines personnes n’apprécient pas le sésame. Et le fromage ? Plutôt emmental ou cheddar ?

Qui c'est Sam ? Voulut demander Locke, avant de se dire que s'il voulait se faire bien voir, ce genre de blague était prohibé.

-Mes buns ? Bins l'bon nature.
Se contenta-t-il de répondre, avant de se rendre compte qu'il avait quand même fini par faire des calembours stupides par automatisme. S'il continuait, il allait en recevoir, des bins. Euh, des pains. Bah, tant qu'on y était….  Et mentalement , je préfère le cheddar, heh.

Il attendit que le cuisinier disparaisse dans la chambre froide et se précipita droit vers le four. Avec un grand sourire, il sortit la sauce piquante qu'il avait caché dans son manteau. La bouteille de piment était encore imprégnée de la chaleur corporelle de Locke, rendant l'intérieur encore plus liquide. Il profita donc de l’absence de tout témoin pour pimenter la viande qui réserverait une mauvaise surprise aux langues les plus faibles. Il en mit même dans les petits trous que l'iranien avait fait plus tôt.
Avec la chaleur que dégageait le four, le piment finit rapidement par fondre, se fondant avec la chaleur rougeâtre du four et la couleur de la viande. Bah, cela dit, il ne savait pas si le goût en serait véritablement altéré. Il espérait que les plus faibles aux piments s'en rendraient compte en tout cas, et qu'ils mettraient ça sur les épices exotiques du cuisinier. Il en remettrait peut-être plus tard si l'occasion se présentait à nouveau, histoire d'en être sûr.
Cela fait, il referma rapidement le four et reprit sa place initiale. De justesse, car le cuisinier finit par revenir avec les aliments nécessaires pour le hamburger.
C'est alors que Locke  fit une légère grimace en se rendant compte d'une possible erreur. Le cuisinier n'était pas revenu avec des frites surgelées
Et son erreur se confirma bel et bien lorsqu'il vit Hafiz prendre des pommes de terres dans la casseroles.
Il n'aurait jamais dû demander des frites. Et il était désormais trop tard pour faire marche arrière.

-Vous serez le premier à manger ce genre de frite Monsieur.

Le scientifique venait-il de voir un sourire en coin de la part du cuistot ? Non, juste son imagination.
N’empêche, le cuisinier s'était-il rendu compte de la farce et tentait-il désormais de retourner ça contre Locke ? Lui qui aurait peut-être éprouvé quelques regrets que ce soit à ce que le cuistot prenne le blâme pour la bouffe trop salée et trop piquante, il n'en aurait plus, haha.

Il répondit donc avec son grand sourire habituel :

-Quelle horreur. Euh, je veux dire, quelle honneur. Heh, la journée a été longue, je n'ai plus vraiment la patate.
Non, pas vraiment. Il l'avait fait exprès, mais le faisait passer pour de la fatigue. Vous manquez de frites surgelées ou de nouvelles pommes de terre pour en piocher dans la casserole ? Bah, j'imagine qu'on hafize comme on peut, hein ? Haha.

Il fit une petite pause, laissant le temps à l'iranien de répondre – et de se rendre compte à quel point son interlocuteur était un comique à deux sous - , puis reprit :

-Depuis combien de temps vous cuisinez ? Vous avez les doigts très agiles et la peau dure pour découper des pommes de terres qui viennent de sortir de l'eau bouillante, même pour un chef cuisinier.
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mar 10 Jan 2017 - 19:06 (9)
« Il est vrai que mon prénom n’est pas commun. Mais le vôtre non plus à vrai dire. Je ne l’ai jamais entendu avant aujourd’hui. »

Hafiz rigola à gorge déployée quand il comprit les deux blagues de son interlocuteur. Elles étaient plutôt pas mal trouvées sur le moment. De plus, la surprise d’entendre une blague dans sa cuisine ajoutait également un petit quelque chose qui rajoutait un je ne sais quoi d’amusant. L’iranien se rendit donc dans ma chambre froide et récupéra tous les ingrédients et revint s’occuper des frites. Son vis-à-vis continua d’ailleurs d’enchainer les vannes. Hafiz se demandait vraiment s’il le faisait exprès ou non. Cela semblait un peu gros pour être naturelle. Il se forçait peut-être pour paraitre moins encombrant dans la cuisine. L’iranien sourit quand Locke fit un jeu de mot sur son nom. Il n’y avait jamais pensé. D’ailleurs, personne n’y avait pensé. La présence du scientifique était vraiment rafraichissante par rapport  à ce qu’il avait vécu dans la salle de réception.

« Non, ce n’est pas du tout ça. Mais je ne vois pas l’intérêt d’ouvrir un sac entier de pomme de terre ou de frites surgelées pour vous en faire. En plus, comme je vous l’ai dit, je vais vous faire gouter une recette personnelle. Vous serez mon cobaye en quelques sortes. »

Hafiz s’évertua donc à couper la patate en bâtonnet pas trop fin pour éviter que la pomme de terre ne se déchire dans la friteuse. C’était d’ailleurs le risque de sa recette. Une fois cuite légèrement à l’eau, la pomme de terre devenait un peu fragile. Cela rendait la friture plus difficile à faire. Mais bon, il ne s’en inquiétait pas trop. Il avait eu le temps de perfectionner sa façon de faire pour éviter ce genre d’écueil.

« Eh bien je cuisine depuis que je suis tout petit. J’ai eu la chance d’avoir un maitre des plus patients. Et, pour découper ce genre de patate, il ne faut pas trop vous poser de question. Il faut aller vite et ne pas trop y penser. Je ne vais pas vous mentir non plus, ça brûle un peu. Mais on s’y fait avec l’expérience. »

Cela faisait partie des choses dont Hafiz n’avait pas vraiment peur. Son maitre lui avait appris à éteindre des bougies avec les doigts, à attraper des aliments chauds et les garder en main. Au début, le jeune iranien avait seulement réussi à s’ébouillanter les doigts. Mais au fur et à mesure, il avait réussi. Ces assistants cuisiniers essayaient également d’apprendre sa technique mais il leur faudrait encore du temps. Mais c’était ce genre d’échange de techniques que l’iranien appréciait dans sa cuisine. Chacun amenait un petit plus à l’équipe. Cela servait à renforcer l’esprit de groupe mais surtout, à bien rire.

« Et vous ? Vous êtes plutôt quel genre de scientifique ? Un biologiste ? Un physicien ? »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Ven 20 Jan 2017 - 21:51 (10)
Tiens, quelqu'un riait à ses blagues et à ses jeux de mots ? Locke en fut presque étonné. Il venait de trouver un bon public qui appréciait son humour – honnêtement ou par simple politesse -. Cela se faisait rare de nos jours. En tout cas, le cuisinier devait être un brave type comparé à ses collègues scientifiques, et venait de monter un peu dans l'estime de Locke, heh.
Mais son opinion changea rapidement lorsque le comédien tiqua aux mots « cobaye » et « recette personnelle » utilisés par le cuisiner. Est-ce que ce Hafiz n'était vraiment au courant de rien ou faisait-il semblant ? Le scientifique l'avait peut-être sous-estimé, mais il était déjà allé trop loin pour reculer. Et puis qui sait, des frites trop salés n'étaient pas si terribles que ça.
Peut-être.
Dans tous les cas, il allait probablement déguster, et n'en était pas particulièrement ravi à l'idée.  

-Eh bien je cuisine depuis que je suis tout petit. J’ai eu la chance d’avoir un maître des plus patients. Et, pour découper ce genre de patate, il ne faut pas trop vous poser de question. Il faut aller vite et ne pas trop y penser. Je ne vais pas vous mentir non plus, ça brûle un peu. Mais on s’y fait avec l’expérience.

Il avait donc eu un bon professeur cuisinier depuis qu'il était gamin huh ? Tout le monde n'avait pas eu cette chance. Les seuls talents culinaires de Locke venaient de quelques bouquins de cuisine et de ses parents, haha. Étrange qu'il utilisait le mot maître plutôt que professeur d'ailleurs. Différence culturelle, imaginait l'Américain.

-Vous vous en brûlez les doigts donc. Ricana Locke, ne s'étant jamais imaginé utiliser une telle expression.

-Et vous ? Vous êtes plutôt quel genre de scientifique ? Un biologiste ? Un physicien ?

Locke regarda un instant ses vêtements et ses pantoufles roses. Avait-il l'air d'un scientifique ? Dans d'autres circonstances, personne n'aurait pris cet énergumène habillé comme un clochard pour un homme de science. Mais le fait qu'il était présent ce soir ne pouvait qu'indiquer son statut de scientifique, peu importe son accoutrement ou son attitude.

-Vous l'avez peut-être remarqué, mais je suis le genre de scientifique qui fait chier. On peut donc aussi dire que je suis un chiantifique. Mes autres collègues pourront vous le confirmer. Sinon ? Physicien. Je vous épargnerai bien sûr toutes blagues de scientifique de mauvais goût. Il fit une petite pause et ajouta avec son grand sourire : Et si jamais je ne tiens pas mes mots, jetez moi une pomme à la gueule. Histoire que je comprenne la gravité de la situation.

Une pomme ou une patate, il ne ferait clairement pas le difficile et l'aurait bien cherché de toute façon. Il s'approcha du cuisinier et dit :

-Permettez moi donc de voir de plus près comment vous allez faire votre « recette personnelle », elle m'inspirera peut-être une fois que je voudrais faire la même chose chez moi.


Non, il ne faisait pas curiosité, mais plus pour s'assurer qu'Hafiz n'allait pas lui faire une plaisanterie, heh. Et attendre une occasion quelconque. Si personne ne se posait des questions sur ce qu'il faisait pendant tout ce temps en tout cas. Comme tout bon chef d'équipe, il espérait juste que ses collègues s'amusaient entre eux. Assez pour oublier son existence.
Maaaiiiiiis ce ne fut malheureusement pas le cas.

-Loooooocke ?


Locke frissonna en entendant cette voix. Il se tourne lentement vers la voix féminine qui se révéla être sans surprise celle d'une de ses subordonnés raviseuse un peu pompette.

-Ah t'es là ! Elle plissa des yeux pour observer son supérieur avec suspicion, puis continua : Pourquoi t'es ici ? Reviens à table.

-Je suis juste intéressé par la méthode de notre hôte ma vieille. Et puis, tu as vraiment envie que je raconte mes blagues en présence d'autant de monde ? Je risque de ridiculiser notre branche, haha. Je reviendrai pour le plat principal. Je blaguerai difficilement la bouche pleine, pas vrai ?

La jeune femme ne lâcha pas un seul instant Locke des yeux, mais finit tout de même par concéder :

-T'as pas intérêt à faire de connerie d'accord ?
Elle s'adressa ensuite à Hafiz : M'sieur le cuisinier, vous feriez bien de le surveiller ce bon à rien, il pourrait très bien gâcher la soirée d'une façon ou d'une autre. Et s'il vous dérange, faite le nécessaire.

-Je serai sage comme une image, promis. répondit Locke avec son sourire le plus innocent.

Et elle disparu comme elle était venu, faisant planer une pesante atmosphère. « Faite le nécessaire »…..Brrr. Si avec ça le cuisinier n'avait pas quelques doutes ou un peu de méfiance vis à vis du scientifique….
Celui ci reporta son regard sur le cuistot et haussa les épaules :

-A titre indicatif, elle supporte mal le vin. Elle est entre autre légèrement vindicative. Heh.

Surtout qu'elle faisait partie justement des gens qui ne supportaient pas le piment non plus.
Locke serait sûr de passer un sale quart d'heure si jamais elle et les autres le choppaient après sa petite farce-vengeance.
Il allait devoir filer par la porte de sortie de la cuisine s'il voulait vivre un jour de plus. Mais la question c'était s'il allait rester le temps de goûter au hamburger d'Hafiz (il serait dommage de partir le ventre vide) et éventuellement assister à sa farce au périple de sa vie, ou s'il allait juste prendre son plat à emporter et filer par la porte de sortie de la cuisine.
Hmm, choix difficile.
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Lun 23 Jan 2017 - 19:14 (11)
L’interlocuteur était fin. Très fin. Même là où on ne l’attendait pas, il faisait des jeux de mots. Certains étaient lourds, même Hafiz ne pouvait le nier. Mais, il est vrai que la comparaison qui avait était faite avec Newton était particulièrement hilarante. L’iranien avait explosé de rire. Il était bon public mais cette blague avait particulièrement fait mouche.

« Je vous en prie, n’hésitez pas. Je suis toujours heureux de montrer de nouvelles recettes. Même si ce n’est pas si souvent maintenant que j’y pense. »

Certains cuisiniers n’appréciaient pas d’être observés pendant qu’ils préparaient des plats. Mais Hafiz n’en tenait pas compte. Tant que la personne qui le regardait ne le gênait pas dans ses mouvements, il n’y avait pas de problème. De plus, ce personnage était particulièrement agréable. Puis, tout à coup, quelqu’un appela le scientifique avec une voix o l’on pouvait déceler des traces d’un petit excès d’alcool. C’était une femme qui entra dans la cuisine. Ainsi, Locke ne serait pas son seul visiteur de ce soir. Une idée farfelue traversa l’esprit du cuisinier. Peut-être avait à faire à deux amants qui s‘étaient donnés rendez-vous dans un endroit tranquille pour faire leur petite affaire. Mais il écarta rapidement cette idée. N’importe qui savait que ce genre de rencontre n’était pas adéquat dans une cuisine et encore moins le soir d’une petite réception.

Hafiz arrêta un moment de découper ses patates pour jeter un coup d’œil à la scène. Locke semblait sûr de lui dans ses paroles. Mais la jeune femme affiché un air perplexe face à la réponse du scientifique. Il fut d’autant surpris quand la jeune femme le mit en garde.

« Ne vous inquiétez pas Mademoiselle. Je sais à qui j’ai à faire. »

Il appuya sa réponse en jouant légèrement avec son couteau. Il avait gagné suffisamment de maitrise pour ne pas complètement se foirer en faisant son intéressant. La jeune femme repartit en même temps que Locke lui répondait innocemment. Cette petite scène faisait sourire Hafiz qui ne se cacha.

« Il est vrai qu’elle a abusé sur le vin, cela s’entend légèrement à sa voix. »

Le cuisinier finit de découper les pommes de terre et se dirigea vers le bain d’huile. L’huile semblait bien chaude. Hafiz jeta donc les bâtonnets dans le panier qu’il fit ensuite s’abaisser dans le bain.  Tout se passait plutôt bien pour l’instant, était dans les temps. Il retourna auprès des autres pommes de terre et mélangea encore un peu le tout en rajoutant un peu de sel. Le mettre avant aurait été inutile. Il alla ensuite à nouveau vers les fours à viande et retourna les morceaux de chairs à nouveau.

« Comme j’ai quelqu’un sous la main, vous me ferez l’honneur de gouter un bout de pomme de terre et un peu de viande, même si je vous fais autre chose. »

Il était toujours mieux de recevoir l’aide de quelqu’un qui n’avait pas forcément l’habitude de manger sa cuisine. Cela permettait d’avoir des avis très divers et aussi de voir ce qui pouvait être amélioré. Il s’employa par la suite à préparer le hamburger de Locke. Il sépara les petits pains. Mais il se ravisa. Il devait avant tout découpé la viande des autres convives. Mais, juste avant, il fit face à Locke, posant un point sur ses hanches, et dit :

« Par contre, nous allons arrêter de nous mentir.  Il est temps de passer au moment de vérité Monsieur. Il va falloir que vous vous montriez coopératifs. »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Lun 30 Jan 2017 - 21:39 (12)
-Ne vous inquiétez pas Mademoiselle. Je sais à qui j’ai à faire.  
Locke regarda le cuisinier jouer avec le couteau pour appuyer ses mots et sentit une petite goûte de sueur lui filer le long du dos. Maintenant qu'il y pensait, le scientifique ne savait pas si ce cuisinier avait été assassin avant, ou une connerie du genre. À Pallatine, ce n'était pas si rare que ça. Mieux valait pour lui que ce ne soit pas le cas cela dit, il avait déjà trop d'ennemis dangereux qui voulaient le trancher en petit morceau, haha. Ça ne l’empêchait bien évidemment pas de chercher des emmerdes quand même.
Il faillit éclater de rire en voyant Hafiz rajouter du sel dans les pommes de terre, comme si elles n'étaient déjà pas assez salées. Mais toute envie de rire s'estompa quand le chef cuisinier dit :

-Comme j’ai quelqu’un sous la main, vous me ferez l’honneur de goûter un bout de pomme de terre et un peu de viande, même si je vous fais autre chose.

Locke passa sa main devant son visage, exaspéré. Il n'allait donc pas seulement bouffer ses propres frites salés, mais aussi à la viande qu'il avait pimenté et aux pommes de terre trop salées. Cette soirée devenait ridicule. L'arroseur arrosé, comme on disait. Toutefois, il savait bien qu'aucun plan n'était parfait et qu'il pouvait y avoir des couilles dans le potage, aussi il accepta son destin avec réticence.

-Euh, vous êtes sûr ? J'ai beau avoir une langue bien pendue, mon palais n'est pas très développé, haha. Je suis loin d'être un critique culinaire et j'ai souvent mauvais goût en plus d'avoir mauvais odeur.  

Quoique. De cette manière, le cuisinier n'aurait pas à goûter sa propre nourriture et n'aurait donc pas plus de soupçon avant de servir la nourriture...Parfait.

-Par contre, nous allons arrêter de nous mentir.  Il est temps de passer au moment de vérité Monsieur. Il va falloir que vous vous montriez coopératifs.

Locke ne haussa pas un seul sourcil en entendant le cuisinier lui dire ça. Une autre personne naïve aurait probablement pensé qu'Hafiz savait tout et aurait tout avoué, mais Locke se contenta de sourire bêtement. Même si Hafiz agissait de façon étrange, comment avait-il pu deviner les agissement de Locke ? Simple coïncidence ?
Bah. Dans tous les cas, l'américain n'aurait rien avoué, et fit mine de ne pas comprendre :

-Coopératif et tout avouer huh. Ça fait très flic. Je vais devoir...me mettre à table ? Haha. Bah. Pas la peine de douter de mon honnêteté. Il steak haché, mais je l'ai retrouvé depuis.

Quel était le meilleur moyen de calmer la bouche quand le feu s'y instalLait ? Oh, la réponse y était.

-Ce serait sympa de me rapporter un verre de lait à la fraise, quand vous aurez fini de tout préparer. C'est l'une de mes drôles d'habitudes. Ricana Locke qui marmonna par la suite pour lui même : Sinon mon sort est sceLait. Heh.  
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Jeu 2 Fév 2017 - 20:10 (13)
Hafiz ne remarqua pas du tout les petites mimiques de Locke pendant qu’il préparait le plat principal. Il se contenta également de rigoler quand son interlocuteur lui assura qu’il n’avait pas suffisamment de goût. Ils disent toujours tout ça mais il changeait vite d’idée quand ils goutaient aux plats mitonnés par le cuisinier. Enfin presque tous. La réaction calme du scientifique surprit Hafiz. D’habitude, quand il commençait à parler comme cela, les autres cherchaient quelles erreurs ils avaient pu faire. En vain bien sûr. L’iranien s’amusa encore une fois de la comparaison entre sa phrase et l’aspect police.

« D’accord, d’accord. Tout ce que vous voudrait. Mais avait, il faut m’aider. Comme vous êtes là, je vais vous demander de m’aider avec les fours à viandes. En tant normal,  je pourrais m’en charger seul mais comme vous êtes là, vous allez pouvoir m’aider. Enfin, après vous être protégé. »

Hafiz récupéra un tablier et des gants et les amena à Locke. Il se dirigea ensuite devant les fours et diminua la température tournante fortement. Il en ouvrit un et laissa la vapeur s’échapper. Pendant un instant, il crut sentir une odeur étrange. Mais comme elle ne resta pas dans l’air, il se dit qu’il avait eu une petite hallucination olfactive. Avec l’aide de Locke, il réussit à sortir sans trop de difficulté les morceaux de barbaque. Une fois que tout fut posé sur un plan de travail, il sortit un hachoir à viande. D’un geste sûr, il abattit l’instrument sur la pièce de viande. L’expérience lui permettait de couper d’un seul coup et de façon propre. Une fois que tout fut grossièrement coupé, il prit un second couteau, plus fin. Il l’aiguisa un peu et testa le tranchant sur le bord de la viande. La lame était parfaite. Il se mit donc à découper des tranches très fines. Cela dura un petit moment. Pour éviter que le tout ne refroidisse, il remit les plats dans le four.

L’iranien retourna ensuite vers les patates et les sorties une à une des différentes casseroles. Il les incisa chacune très légèrement sur le haut et y glissa un petit morceau de beurre qui fondit presque instantanément. Il y ajouta un peu de crème liquide et une petite feuille de thym. Cela donnerait un peu de saveur à l’ensemble. Hafiz sortit ensuite les assiettes et les étala tout le long du plan de travail. Dans chacune d’entre elles, il plaça une pomme de terre. Une fois que ce fut fait, il amena les assiettes au plus près des fours et ajouta une tranche de filet de bœuf à chaque assiette. Prenant bien soin de les mettre sous cloche ensuite pour contenir la chaleur. Cela lui avait pris un peu de temps mais il devait maintenant préparer le plat de Locke. La plaque était très chaude, les steaks grillèrent donc assez rapidement. Hafiz construisit petit à petit le hamburger et, après l’avoir placé dans une assiette, y ajouta les frites.

« Et voilà, c’est prêt. J’espère que vous allez vous régaler. Je vais chercher votre petit lait à la fraise et ensuite, vous pourrez gouter l’assiette test. »

Hafiz quitta donc la pièce principale pour trouver cette fameuse boisson. Il devait y’en avoir un peu quelque part.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 218
Messages rp : 122
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mar 7 Fév 2017 - 19:52 (14)
-D’accord, d’accord. Tout ce que vous voudrait. Mais avait, il faut m’aider. Comme vous êtes là, je vais vous demander de m’aider avec les fours à viandes. En tant normal,  je pourrais m’en charger seul mais comme vous êtes là, vous allez pouvoir m’aider. Enfin, après vous être protégé.

L'aider en plus de devoir goûter le plat empoissonné, hein. La cerise sur le gâteau. Parlant de gâteau, aurait-il le temps de rester pour un possible dessert ? Meh. Il en doutait. Locke se contenta de pousser un petit soupir mais accepta.

-Ne m'en tenez pas rigueur si je casse quelque chose ou gâche un plat, mettez juste ça sur le compte de l'institut, heh.

Il enfila le tablier et les gants et aida avec réticence le cuisinier. Sa tâche ne se révéla au final pas si difficile que ça, et fut ravi de voir que toute trace visible de piment avait disparu. Au moins une chose qui allait dans son sens. À voir si ça allait continuer jusqu'au bout.
Par la suite, il se contenta de regarder Hafiz découper efficacement la viande, sifflant impressionné par la maîtrise et la rapidité. Si jamais le cuisinier décidait de goûter la viande, Locke fuirait avant qu'il n'ait le temps de mettre la viande à la bouche, heh.
Mais heureusement pour lui, il n'eut pas besoin de s'échapper.

Tout en observant le moindre geste du cuistot, Locke eut une nouvelle fois presque l'eau à la bouche, mais se rappela rapidement que même si ces plats paraissaient succulents, ils n'étaient pas pour lui. Enfin.
Pas totalement.
Pour lui était réservé un hamburger qui n'était pas empoissonné, c'était déjà ça. Eeeeeet un bout de nourriture empoissonné, oui, bon, d'accord.

-Et voilà, c’est prêt. J’espère que vous allez vous régaler. Je vais chercher votre petit lait à la fraise et ensuite, vous pourrez goûter l’assiette test.

-Oh, merci, encore désolé pour ce dérangement, haha.

Les yeux de Locke suivirent Hafiz jusqu'à ce qu'il quitta la pièce principale pour récupérer le lait à la fraise.
Pendant le peu de temps qu'il lui était imparti seul dans la cuisine pour faire des conneries et manger, qu'allait-il faire ? Il n'allait pas pouvoir décemment re-empoissoner tous les plats. Il devait donc s'en contenter d'un seul. Il chercha le piment, choisi une assiette au hasard, et pimenta à nouveau la viande. Il étala le piment sur le filet de bœuf pour qu'il soit moins évident et – par précaution -, Locke retourna la viande pour que la face pimentée soit cachée et remit la cloche.
Une victime allait souffrir plus que les autres. Il espérait que ça tomberait sur quelqu'un qui appréciait le piment, haha.
S'il avait eu plus de temps, il aurait probablement remplacé le contenu du ketchup par le reste du piment, mais malheureusement pour lui, il allait devoir s'en arrêter là.

Maintenant, il allait devoir régler la question des frites trop salées. Il en goûta une, et tira la langue de dégoût en constatant le trop de sel. Il aurait pu tout jeter à la poubelle et cacher le tout en rejetant des choses par dessus (qu'est-ce qu'on ne faisait pas quand on est gosse lorsqu'on ne voulait pas que les parents découvrent que vous aviez jeté vos brocolis à la poubelle) mais eut une idée de génie pour contrer le sel des frites.
Il chercha le ketchup et les aspergea en abondance de cette substance sucrée. Maintenant, ce ne serait plus trop salé.
Ceci fait, il put souffler un peu et commença à manger son hamburger et ses frites au ketchup.

-Pas mal.

Il allait peut-être manger ses pommes de terre avec le ketchup aussi tiens, héhé.
Maintenant, il ne restait plus qu'à attendre le retour du cuistot avec le lait à la fraise.
En espérant que ce restaurant serve en effet du lait à la fraise ou qu'il n'en soit pas à court par une magnifique coïncidence. Dans ce cas, il pourrait éventuellement se contenter de simple lait, mais ce n'avait définitivement pas la même valeur.
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 650
Messages rp : 140
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 12 Fév 2017 - 19:19 (15)
Le cuisinier resta un petit moment dans la chambre froide. D’habitude, ce n’était pas lui qui s’occupait de venir chercher ce genre de boissons, il était donc bien embêté pour les trouver. Ce fut au prix d’un immense effort qu’il trouva enfin le carton où reposait le sésame. Heureusement que la soirée avait eu lieu ce soir car c’était la dernière brique. Il ressortit de la chambre froide en prenant bien soin de la refermer pour éviter que toute la nourriture ne dépérisse. Il se dirigea un instant sur le côté de la porte où reposait un petit calepin où figurait la liste des aliments à acheter. Il y inscrivit le lait à la fraise et retourna auprès de Locke qui avait déjà commencé à déguster son plat.

« Voilà votre lait à la fraise. Vous avez eu de la chance, c’était le dernier en réserve. »

L’iranien déposa fièrement la brique de lait devant Locke. Mais son regard fut attiré par la couleur rouge dans l’assiette de celui-ci.

« Oh ? Vous avez assaisonné les frites de ketchup ? Vous en avez peut-être mis un peu beaucoup. Faites attention de pas en abuser, c’est mauvais en trop grosse quantité. »

Il avait dit cela sur le simple ton de la conversation. Il n’avait pas envie de faire la morale à Locke. D’abord ce n’était pas son rôle. Et puis, Hafiz défendait l’idée que chacun était responsable et suffisamment autonome pour savoir ce qui était bon pour lui. Seuls les enfants devaient être surveillés pour leur apprendre. Enfin bref, il avait des plats à servir. Il en oublia d’ailleurs de faire gouter les plats à Locke comme il l’avait dit.

« Je vais vous laisser un instant, je vais placer les assiettes à table et je reviens. »

Hafiz saisit les deux chariots et les sortit de la cuisine. Il était très fier de lui. Il était également très reconnaissant envers Locke de l’avoir aidé. Mais il lui ferait savoir en temps voulu. Pendant que les invités étaient encore autour du buffet, l’iranien déposa les assiettes à chaque emplacement. Il rapporta les chariots prêts de la cuisine avant d’attirer l’attention de l’assistance.

« Si vous voulez bien vous donner la peine de prendre place autour de cette table, le repas est servi. »

Tous les convives rejoignirent la table principale. Avec l’aide des gardes du corps, Hafiz ôta les cloches des plats, dévoilant aux yeux de tous, le plat de la soirée.

« N’hésitez pas à me sonner pour quoi que ce soit. »

Hafiz fila rapidement en cuisine pour rejoindre Locke et laisser les invités à leur dégustation. Mais à peine était-il entré dans la cuisine qu’il entendit quelqu’un pousser un cri. Comme s’il s’était brûlé. Il ne se retourna pas, pensant qu’une personne s’était simplement brûler la langue en mangeant trop vite. Mais une seconde personne fit une remarque sur la viande qui serait trop épicé. C’était étonnant. Hafiz revint dans la salle de réception et constata que plusieurs personnes se plaignaient maintenant du fait que la nourriture était immangeable. Rapidement, Hafiz fut pris à partit. On l’accusait d’avoir voulu jouer une farce. D’avoir peut-être même tenté d’empoisonné les scientifiques. Avec ce qui était arrivé à Pallatine, cela pouvait être le cas. Hafiz fut particulièrement inquiété quand les gardes du corps se rapprochèrent de lui.

« Je vous jure que non. Je n’ai rien fait. C’est la même recette que je propose tous les jours à la clientèle. Personne ne s’est jamais plaint. »

Puis, dans le coin de la table, une femme se leva et demanda l’attention. C’était celle qui avait mis en garde Hafiz contre Locke. Elle commença à parler aux autres convives mais l’iranien n’écoutait pas vraiment en raison de la situation. Puis elle le regarda et lui demanda si Locke était toujours dans la cuisine. Hafiz ne comprenait pas pourquoi elle lui posait cette question. Il était complètement perdu. Au final, il répondit que oui mais qu’il ne voyait pas pourquoi une telle question était posée. Locke n’avait quand même pas…

L’iranien associa enfin toutes les idées ensemble. C’est vrai que Locke était entré discrètement dans la cuisine quand il n’y était pas. Il l’avait aussi laissé seul plusieurs fois. Suffisamment longtemps pour faire quelque chose du genre. Non. Était-ce possible ? Pourquoi Locke aurait-il voulu faire ça ? Le cuisinier ne lui avait rien fait. Il n’avait donc pas de raison de le faire. Bien sûr que la méchanceté gratuite existait mais il l’avait trouvé plutôt sympathique. S’était-il trompé au sujet du scientifique ? Le gorille qui le tenait fini par le lâcher tandis que la jeune femme qui avait parlé se dirigeait avec ses collègues vers la cuisine. Que pouvait-il faire lui ?

« Je suis désolé pour vous avoir gâché le repas. Que voulez-vous que je fasse ? Si je prépare à nouveau quelque chose, il faudra me laisser un peu de temps. Et ce ne sera sûrement pas aussi bon. »
Contenu sponsorisé
posté (16)
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum