bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

L'enfer est pavé de bonnes intentions - Junji Ohno

avatar
Clan Iwasaki

Il ne sait pas se battre, il ne fait peur à personne. Tout ce qu'il a c'est une addiction aux calmants et des compétences de chirurgien. Il trouve son utilité dans les rangs d'Iwasaki en participant au trafic d'organes. Il garde secrète son allégeance. Plus facilement détestable qu'approchable, son sens pragmatique le rend tout de même utile, la plupart du temps.
Nom de code : Scalpel
Avatar IRL : Haruma Miura
Avatar : Izaya Orihara / Durarara

Messages : 166
Messages rp : 55
Date d'inscription : 30/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Junji

Junji Ohno

feat Izaya Orihara | Durarara!!!

Caractère

Personne ne connait vraiment Junji. Les mauvaises langues diront que c'est parce qu'il n'y a aucune raison pour s'intéresser à lui (sérieusement, qui voudrait d'un chirurgien anxieux accro aux calmants dans son entourage ?). D'autres, plus nuancés, diront que c'est parce qu'il ne donne à personne la chance de le connaître (mais vraiment, à quoi d'autre peut-on s'attendre d'un chirurgien anxieux accro aux calmants ?).

Or, il possède tout de mêmes certaines caractéristiques visibles. À défaut de connaître, on sait, en se basant sur des observations et des déductions. Par exemple, on  sait que c'est un homme de peu de mots. En fait, s'il ouvre la bouche, c'est qu'il doit dire quelque chose. Il ne le fait jamais sans raison (cela est-il révélateur d'un caractère calculateur ? À vous de juger.). Meubler la conversation, ce n'est pas son fort. Si on l'interroge trop sur sa vie personnelle, il devient évasif, voire difficile à suivre, comme s'il essayait de brouiller les pistes et qu'il se perdait lui-même en chemin. On pourrait déduire que c'est parce qu'il est authentique, en quelque sorte. Il ne ment pas. Ou très rarement. Et quand il essaie, c'est plutôt un échec. Alors s'il y a quelque chose qui lui déplait, soit il le dit, soit il se tait et se renferme sur lui-même. Mais jamais il ne pousse la farce jusqu'à feindre le contentement.

On sait qu'il déteste les contacts physiques qu'il n'a pas demandés ou initiés. Il ne supporte pas les gens qui gesticulent, qui parlent fort et qui sont partout à la fois pour une raison très simple : ce sont ces personnes qui risquent le plus d'entrer dans sa bulle (bulle faisant, en moyenne, un mètre carré). Si vous deviez faire un pas dans son territoire personnel sans sa permission, il rétablira plus ou moins poliment une distance minimale d'un bras en vous repoussant. Assurez-vous qu'il ne tient aucun objet coupant lorsqu'il exécute ce geste - c'est un automatisme.

On sait qu'il est un grand perfectionniste. Il est organisé, méthodique et efficace dans presque tout ce qu'il fait (il faut au moins lui accorder cela). On sait par contre que cela crée l'angoisse chez lui et toute une panoplie de problèmes. C'est la cause de sa « dépendance » aux bêtabloquants. C'est un excès de zèle. Officiellement, il dit que c'est pour s'empêcher d'être trop nerveux avant une opération, mais sa consommation routinière prouve plutôt que c'est une obsession, qu'il est convaincu d'en avoir besoin.

On sait que c'est un grand solitaire. S'il apprécie la race humaine, c'est seulement en côtoyant un à un ses individus. Les grands rassemblements, très peu pour lui, merci (de toute façon, la mentalité d'une foule ne dépasse pas celle d'un enfant en bas âge). Ce qu'on ne sait pas, c'est que seul, face à un individu, dans des conditions idéales, il peut finir par laisser tomber ses allures misanthropes. Enfin, parfois.

Junji

Âge: 32 ans
Naissance: 13/09/1991
Départ: 20/05/2023
Présence en ville: 1 an
Nationalité: Japonais
Métier: Chirurgien
Statut civil: Célibataire

Groupe: Iwasaki-rengō
Section: Clan Iwasaki
Rang: Membre
Nom de code: Le scalpel

Taille: 1.73
Corpulence: Mince, maigre s'il est dans une mauvaise passe. Il n'est pas du tout du type intimidant.
Cheveux: Noirs
Yeux: Noirs
Autres: Pâle, porte parfois des lunettes.

Histoire

[Dans une Amérique cruelle, pas si différente de celle que nous connaissons, où le capitalisme et l'obsession du temps ont voulu que l'individu enchaine les accomplissements personnels le plus rapidement possible.]

Chez les membres de l'honorable famille Ohno, c'est l'éducation et le statut acquis grâce à celle-ci qui décide de votre valeur. Il n'y a donc rien d'étonnant que papa et maman aient pris la meilleure décision pour leur fils unique alors âgé de quatre ans : il étudiera dans une école privée américaine puis il deviendra médecin. Lorsqu'il aura son diplôme entre ses mains, quelle fierté il deviendra pour la famille ! Il accomplira le bien, il sauvera des vies ! Il n'aura même pas trente ans qu'il se sera déjà réservé une place au paradis terrestre - il sera riche, il aura sa maison, sa femme et ses enfants qu'il préparera à suivre le même parcours que lui.

Dès son entrée dans le système scolaire, tout semble parfaitement s'aligner dans cette direction. De la maternelle aux études supérieures, Junji réussit haut la main tout ce qu'il entreprend. Toujours premier de classe, il termine même certains de ses cours en accéléré. À l'université, il choisit, comme ses parents l'ont prévu, de s'inscrire en médecine. Il s'y démarque toujours autant, si bien que, à l'âge de vingt-quatre ans, on lui fait une offre qu'il ne peut refuser. Le manque de médecins spécialisés pour soigner la population se faisant trop ressentir, des programmes intensifs ont été créés pour que les étudiants arrivent plus rapidement sur le marché du travail. Parmi ces spécialisations se  trouve la chirurgie, le domaine le plus prestigieux aux yeux des Ohno de par sa rareté. La gloire et l'honneur ne sont plus qu'à deux pas, mais c'est à ce moment que le parcours sans faute de Junji se ternit.

À vingt-cinq ans, toujours pas de fiancée en vue et encore moins de petits-enfants pour les parents Ohno. L'homosexualité de leur fils devient évidente à leurs yeux, même si lui n'a jamais rien confirmé. La communication n'est pas très bonne entre eux et le silence s'imposera de plus en plus, sans qu'aucun d'eux ne sache réellement pourquoi. On explique cette lente séparation par les études qui prennent tout le temps et l'énergie de Junji. On ne l'expulsera pas de la maison, non, on pensera simplement qu'il serait mieux qu'il ait son propre appartement pour se concentrer à partir de maintenant.

À vingt-sept ans, problème. Ses bêtabloquants ne suffisent plus à pallier son angoisse et - surtout - ses tremblements de main. Il est presque diplômé chirurgien, c'est une faiblesse qu'il ne peut pas se permettre. Cela l'obsède. C'est la première forme d'échec à laquelle il est confronté. Un collègue lui parle à mi-mot d'un type qui pourrait lui fournir ce dont il a besoin, un chimiste underground. Il peut lui faire un bon prix s'il accepte de lui rendre la faveur avec quelques opérations « pour des gens de confiance dont l'identité ne doit pas être contrôlée par l'hôpital, tu vois ce que je veux dire ? ». Junji accepte.

À trente ans, sa vie, d'un point de vue strictement professionnel, est une réussite. Il est reconnu par ses pairs, il a de l'argent et un beau condo - mais pas de femme, pas d'enfants. Il a quelques partenaires de temps en temps, mais rien qui ne dure plus de quatre mois. Il a revu sa mère pour la première fois en cinq ans aux funérailles de son père. C'est à peine si elle le reconnait. Il a maigri, beaucoup. Ses bêtabloquants « artisanaux » comme les appelle son fournisseur l'empêchent de dormir.  Les opérations à trois heures du mat' sur un mafieux pour enlever une balle, ça ne l'aide pas non plus. Il fait des cauchemars régulièrement, il a peur qu'on découvre ses magouilles et qu'on lui retire sa licence.

Mais au moins, il a réussi. Il fait le bien, il sauve des vies - et ses mains ne tremblent pas.



-----------

Son psychologue lui a déjà dit que, pour mieux accepter l'idée de la mort, la plupart des gens imaginent la possibilité d'avoir une deuxième vie en se réincarnant ou en joignant un autre monde. Il lui a aussi dit que « l'enfer est pavé de bonnes intentions », qu'en se contentant de (penser) faire le « mieux »,  on passe à côté du « bien », le vrai. Junji n'a jamais vraiment compris ce qu'il voulait dire. Pour lui, le « mieux, le meilleur, le bien » sont tous équivalents. N'est-ce pas exactement ce qu'il a atteint avec sa carrière ? Le psychologue pèse ses mots. Oui, sa profession est dans le bien, mais en n'ayant vu qu'elle, n'aurait-il pas plongé le reste de sa vie dans une sorte d'enfer ?

La question demeura sa réponse, mais elle laissa avec l'impression d'être un funambule au-dessus d'un gouffre.  



----------

Comment est-il arrivé à Pallatine ? Pourquoi y est-il ? Ce transfert s'apparente à un accident. Si on a essayé de le prévenir de ce qui allait venir, jamais il n'y a fait attention, il n'en a pas eu conscience : cela faisait des mois qu'il s'était renfermé sur lui-même, il écoutait à peine ce qu'on lui disait. Il n'avait même plus le travail pour le faire sortir ou le divertir : on l'avait forcé à prendre des vacances parce que son état mental inquiétait ses pairs. Il n'y avait que les opérations au noir qui le tenaient occupés et elles n'arrivaient pas si souvent.

Le soir de sa disparition, il prit ses bêtabloquants, par habitude, avant d'ouvrir une bouteille de bière. On la retrouva, intacte, sur la table de la cuisine, avec les cachets, une semaine plus tard. On conclura qu'il était suicidaire et qu'il s'est drogué avant d'aller se jeter en bas d'un pont.



----------

Au début, lui-même se croit mort. Paradis ou enfer, il n'est pas certain. Privé de sa drogue durant son séjour à l'Institut,  le seul souvenir qu'il en garde est son angoisse et sa fièvre. Il est tout de même libéré - ou plutôt jeté à la rue comme tous patients après leur convalescence.

Pendant quelques jours, il a l'espoir que tout ça soit une deuxième chance, une opportunité pour qu'il remodèle sa vie, qu'il la rende « bonne » et mette fin à la construction du pavé de l'enfer.

Mais ses illusions s'envolent lorsqu'il comprend comment cette ville chaotique fonctionne. Il comprend qu'il va devoir se contenter du « mieux », du moindre mal, que sa survie en dépend. Peut-être qu'au fond toute sa vie en Amérique l'a préparé à ça, à faire fi de la morale, à se noyer dans son travail et la drogue pour rester en vie. Il commence même à penser qu'il s'agit du destin.

Il ne sait pas se battre, il ne fait peur à personne. Tout ce qu'il a c'est une addiction aux calmants et des compétences de chirurgien. Se tourner vers le clan Iwasaki s'est fait naturellement de par ses contacts avec les Aces, mais c'est auprès du clan central qu'il trouve sa place, participant activement au trafic d'organes.

Ah... Un pseudo, hein? Je ne m'en suis jamais attribué un depuis mes débuts sur forum... Mais si vous voulez, je vous fais un historique, ça ne sera pas long. :'D Mais sinon, mon surnom, c'est Marie. Premier compte ici. Ça faisait longtemps, trop longtemps, que je lorgnais ce forum. [Edit] C'est Jack qui m'a ramenée ici, avec un effet de retardement.

Sinon, je suis du Québec. J'ai actuellement 20 ans. Je suis en études littéraires pour le moment, le théâtre est important pour moi et j'ai beaucoup trop de livres à lire par rapport au temps que j'ai pour les lire. C'est un plaisir de me joindre à vous. <3

avatar
Invité
Invité
Ce titre... Je titre... Je connais ce titre pour une fanfiction Yaoi... Malicieux Cœur
Merci de m'en avoir rappelé.

Dans tout les cas, bienvenu parmi nous et amuse-toi bien.
avatar
Technicien

Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.

Messages : 1034
Messages rp : 108
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Un Izaya, yes. Héros J'ai failli le prendre pour mon Dimitri, alors ça me fait plaisir que quelqu'un d'autre le prenne comme ça, pas de regret.
Et un Iwasaki en plus, on en a tellement besoin en ce moment. Tombe Et ce choix de métier. Et je ne pense pas que tu aies besoin de mettre plus dans le futur si c'est légèrement alterné.
Bienvenue donc, n'hésite pas à harceler Sneug si besoin.

(ah ah madie, le titre c'est pas une fanfiction yaoi c'est une expression Malicieux enfin j'espère Sceptique )




Spoiler:



avatar
Aces

il était un de ces monstres qui sommeillent dans vos placards d'enfance. un homme brisé par l'existence, qui s'était réfugié dans un personnage pour annihiler ses souffrances. et pour seung joo, le temps passa. c'est désormais un garçon capable de s'adapter, et qui de plus en plus s'adoucit. la violence qui l'environne s'apaise progressivement. bientôt, croit-il, il trouvera l'équilibre qui lui offrira la clé du bonheur.
Nom de code : trauma (+ sneug pour ceux qui ne savent pas prononcer son prénom)
Avatar : kaneki ken

Messages : 1232
Messages rp : 130
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
J'ai corrigé l'erreur de code, ça arrive beaucoup en ce moment mais je ne sais pas trop d'où ça vient. =/
En tout cas, bienvenue. I love you Très bon choix de groupe. Cœur Si tu as besoin d'aide pour le choix de ta section, n'hésite pas à venir me voir.
Pour le futur, s'il est légèrement alterné à partir de 2015, c'est bon. I love you
Bon courage en tout cas pour la fiche. Cœur Et merci à ton amie, même si on ne sait pas qui c'est. Malicieux


avatar
Clan Iwasaki

Il ne sait pas se battre, il ne fait peur à personne. Tout ce qu'il a c'est une addiction aux calmants et des compétences de chirurgien. Il trouve son utilité dans les rangs d'Iwasaki en participant au trafic d'organes. Il garde secrète son allégeance. Plus facilement détestable qu'approchable, son sens pragmatique le rend tout de même utile, la plupart du temps.
Nom de code : Scalpel
Avatar IRL : Haruma Miura
Avatar : Izaya Orihara / Durarara

Messages : 166
Messages rp : 55
Date d'inscription : 30/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Merci à tous pour les bienvenues. Cœur

@Madeline Vallès : Et bien ce n'était pas mon intention de faire référence à une fanfic de Yaoi, mais Junji ayant un penchant pour les hommes... Malicieux Je crois que c'est le destin qui a voulu attribuer un double sens au titre.

@Naga Umiaktorvik : J'arrive pas à croire qu'il n'y ait pas plus d'Iwasaki pour être honnête. C'est le clan que je lorgnais depuis ma découverte du forum... Faut croire que je suis arrivée au bon moment!
(Et j'ai tellement galéré avant d'arrêter mon choix sur Izaya... :'D)

@Seung Joo Hwang : Je ne m'étais même pas rendue compte qu'il y avait une erreur de code. :'D Mais merci beaucoup alors. <3
Et voilà, pour l'alternance du futur je crois m'être débrouillée... C'est que j'avais surtout un prétexte pour que Junji ait la formation de chirurgien relativement tôt dans sa vie. C'est donc surtout le système scolaire que je voulais modifier, mais voilà. Je crois que ça va passer. ^^'
(Et oui, je crois que je vais t'écrire prochainement un MP parce que vraiment, choix de section, c'est le flou pour le moment.)
avatar
Invité
Invité
On va être sur la même longueur d'onde. En tout cas, j'attends de voirecevoir la fin de ta fiche pour faire un lien soit avec ce compte ou Earl. Une petite rivalité, rien de plus.
avatar
Invité
Invité
Junji the fab a écrit:«Ou bien déclare que tu es cette amie dont j'ai parlé, décris notre conversation épique et émotionnellement intense qui t'as poussée a revenir et-»

Vil personnage.
Maintenant il ne te manque plus que l'approbation Camus. J'attends.
(il était temps que tu débarques (a))
avatar
Clan Iwasaki

Il ne sait pas se battre, il ne fait peur à personne. Tout ce qu'il a c'est une addiction aux calmants et des compétences de chirurgien. Il trouve son utilité dans les rangs d'Iwasaki en participant au trafic d'organes. Il garde secrète son allégeance. Plus facilement détestable qu'approchable, son sens pragmatique le rend tout de même utile, la plupart du temps.
Nom de code : Scalpel
Avatar IRL : Haruma Miura
Avatar : Izaya Orihara / Durarara

Messages : 166
Messages rp : 55
Date d'inscription : 30/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
@Madeline : Ce sera avec plaisir! Je te contacterai dès que j'aurai terminé complètement ma fiche (ça ne devrait plus trop tarder...), j'ai déjà pris conscience de tes deux personnages~

@Thomas : Toi. <3 C'est pas bien d'exposer ma personnalité narcissique / mégalomane direct en partant... Donne toi du temps... Puisque tu reviens... 8)
Et on va voir pour Camus, ma description de caractère prend déjà beaucoup trop de mots par rapport à ce que j'avais prévu.
avatar
PNJ

Compte PNJ - responsable des intrigues, des partenariats et des validations, à contacter en cas de besoin.
Messages : 967
Messages rp : 107
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Tu remplis les rangs de l'Iwasaki et j'aime ton personnage, tu me rends joie.  I love you
Franchement, le caractère m'a un peu fait penser à moi, sauf que pour gérer mon stress je tourne plutôt aux tisanes et aux cachets aux plantes. Mort de rire  Et au niveau de l'histoire, j'ai bien aimé la façon dont tu introduis l'homosexualité du personnage, j'ai trouvé la réaction des parents assez réalistes au vu du pays, et c'est un point que je souligne.  Malicieux  Et puis le transfert, c'est mal mais j'ai un peu ri à la conclusion qu'on a donné à sa disparition.    
Bref, un personnage à harceler de suite.  

Junji Ohno

a reçu son permis de séjour à Pallatine

icon 100*100

Ce permis de séjour vous donne le droit de résider à Pallatine, de trouver un emploi et d'appartenir à une diaspora. Il atteste que vous êtes apte à vivre par vos propres moyens en ville. Nous vous rappelons que ce permis est obligatoire pour toutes vos démarches administratives auprès de l'Institut.

Si vous trouvez cette carte, merci de la déposer à l'Institut.

Informations à fournir dans les plus brefs délais.

- Votre adresse
- Votre nom de code
- Votre profil chronosrep.net
Facultatifs :
- Vos textes libres
- Vos recherches de rp

Sachez que :
- Votre avatar est automatiquement ajouté au bottin lorsque vous êtes validé(e), mais pensez à vérifier tout de même que l'ajout a bien été réalisé.
- Vous devez en revanche recenser votre nom de code dans le sujet adéquat.
- Vous n'avez pas de fiche de lien à proprement parler : vous pouvez ajouter tous vos liens dans votre profil, champ relations. Pour faire une demande, c'est par MP, dans les petites annonces ou via les réseaux sociaux.

Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum