bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Club privé #76: Leviathan ; À charge de revanche [Marwin/Earl/Santiago – si tu viens]

avatar
L'Hirondelle

Quand on emmerde un peu son monde, on ne s'étonne pas qu'on finît par y être renvoyé un coup de pied dans les fesses. Videz les ordures, c'est son métier. Jurer et cracher, c'est sa marque de fabrication. Il peut être doux avec les femmes, dure avec les hommes. Mais présentez-lui un bon whisky et il l'avalera comme si c'était de l'eau. Et peut-être que vous aurez la chance d'être dans sa liste d'amis. Autrement, gare aux coups. Bordel !
Nom de code : Beast
Avatar : Dante - DMC, Devil may cry

Messages : 141
Messages rp : 43
Date d'inscription : 28/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur


À charge de revanche

LDe retour à la maison, Earl sentit la pression accumulée durant la journée s’estomper. D’un soupir sur ses lèvres, il lança son trousseau de clefs dans la corbeille. Puis, il se dirigea vers la cuisine pour sortir une bière du frigo. Il but jusqu’à étancher sa soif, à mi-chemin de la bouteille. Et son regard se leva sur le post-it qu’il avait placé quelques jours auparavant.

C’était ce soir-là, c’était grand soir. Celui où il revoyait Marwin pour un combat. Quand il se remémora la soirée de leur rencontre, il se rendit compte que seul un ivrogne aurait insisté pour obtenir ce combat. Et il dut avouer qu’il avait bu plus que de raison. En même temps, c’était le seul lien qui unissait un simple videur d’une maison close et d’un assassin du même Diapason. Dangereux. Marwin était un homme dangereux pour Earl, mais cette dangerosité ne lui faisait pas peur. Au contraire, il lui tardait de le revoir, posé les yeux sur ces formes athlétiques.

Un grognement s’échappa de ses lèvres et il quitta la cuisine.

Tandis qu’il se dirigea vers la salle de bain, il retira ses vêtements tout en les lâchant le long du parcours. Son manque de rangement avait de quoi friser la syncope pour tous maniaques du logis, mais pas Earl. Il se promit de ranger le tout durant le week-end, alors qu’il fera la lessive. Dans sa tenue d’Adam, il prit une douche tiède, tiré vers le froid. Un frisson vigoureux parcourut ses veines alors qu’il se lavait consciencieusement. Cela dura l’espace de cinq minutes, avant qu’il reste deux minutes de plus afin de s’arrêter. Puis, il sortit de la douche et mit de nouveaux vêtements, plus décontracté.

Il entreprit à se faire une conserve en guise de repas. La TV allumée, il regarda une émission comique, faute de trouver mieux. Puis, il rangea la vaisselle sale dans le lavabo avant de s’allonger sur le lit et se reposer quelques minutes.

~ ♦ ~

À la tombée de la nuit, Earl sut qu’il était temps de se rendre au Leviathan. Il enfila son blouson pour sortir. La direction empruntée pour le club privé suivait le même chemin que pour se rendre à L’Hirondelle. Il se disait même qu’il pourrait y faire un tour à l’Hirondelle, s’assurer que tout aller pour le mieux.

Cette pensée refléta son style de vie, un homme vivant uniquement de son travail.

La bête grogna de nouveau, pensant qu’il devrait faire un tour pour se trouver un partenaire. S’abonner à un véritable ne lui fera pas de mal, au contraire. Il saura si son charme opérait encore.

En face au Leviathan, l’américain passa le vigile sans le moindre souci. Il parcourut le club jusqu’au bar et commanda un verre. Son regard se parcourut toute la pièce, à la recherche de son adversaire, ou le propriétaire des lieux. L’heure de l’affrontement se rapprochait, mais ce n’était pas encore pour tout de suite. La bête serra les poings, jusqu’à blanchir ses phalanges. Si son cœur battait sous l’excitation, il regrettait presque son défi. Mais un homme avait qu’une parole et Earl Winchester ne revenaient jamais dessus.

Layout by Ninquelote - canalgraph


Tout viendra à qui sait attendre.

Earl Grey: Tout le monde, vous savez quel est la différence entre un vide d'ordure et Earl ?
Earl Grey: Il n'en a pas. C'est des ordures
avatar
Gangster

Marwin est un gangster de 28 ans, travaillant pour Al Capone. Celui-ci est une personne assez froide, pas du tout bavard et qui use de la violence pour arriver à ses fins et avoir les félicitations du chef.
Nom de code : MÖRDER
Avatar : Nicholas Brown de Gangsta

Messages : 134
Messages rp : 25
Date d'inscription : 12/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur


A charge de revanche
+ Earl & Santiago
Aujourd'hui étais le grand jour. Le jour où je devais combattre contre Earl. Cela faisait bien un mois voir plus depuis la dernière fois au bar. Mais je n'avais pas oublié. Earl m'avait donné rendez vous au Leviathan. J'en avais beaucoup entendu parlé. Des combats. Un lieu inventé par un Gangster. Santiago. Je ne l'avais encore jamais rencontré encore. L'heure de rendez vous ? 20h30.
Je m'habillais simplement d'un t-shirt sombre et d'un jean. Je laissais cette nuit encore mon katana dans mon appartement. Je ne risquais rien au Leviathan. Je partis de chez moi à 20h. J'allais peut être arriver en avance mais je n'aimais pas arriver en retard. Surtout à un combat. Une fois devant les lieux, j'entrais à l"intérieur, sans difficulté. Étrange alors qu'il y avait un vigile devant la porte. Avant de commencer le combat j'avais besoin d'un bon remontant. Je me dirigeais vers le bar sans savoir qu'Earl était déjà arrivé. Je le vis une fois entré dans le bar. Je me dirigeai vers lui. Il avait déjà commandé à boire. Je m'assis à côté de lui, commanda un verre de Whisky et lui dit

- Salut ! Pas trop la frousse pour ce soir ? Tu connais Santiago le maître de ces lieux ?
hrp : a toi Santiago ♥
codage par evil triangle


Écoute mon cœur, écoute la rage, écoute ce texte anthropophage Écoute ce mec qui vote réac', écoute cette mère seule qui craque Écoute le cri des animaux quand on les enfouit dans un sac
Le Crou revient fier, tapi dans l'ombre pendant des millénaires
avatar
Léviathan

Un homme discret, toujours habillé avec élégance, que l'on retrouve au fond d'un club privé tout aussi travaillé que lui. Voilà l'image que l'on a de Santiago, le propriétaire du Leviathan.
Mais les plaisirs distingués ne sont pas les seuls à son goût. Voir les gens se battre dans son sous-sol lui donne le sentiment d'être tout puissant. Il aime les autres, les aime profondément, mais à sa manière, avec un peu de retenue et beaucoup d'indifférence. Il les aime autant que l'argent et le pouvoir. Tout cela se vaut. Mais peut-être pas autant que lui-même. Santiago se préserve avant tout lui-même, puis les autres, ceux à qui il tient si forts qu'il pourrait basculer dans de bien sombres penchants...
Nom de code : Dr. Leviathan
Avatar : Steven Starphase.

Messages : 113
Messages rp : 67
Date d'inscription : 21/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Cela ne se voyait pas forcément, mais Santiago était plus tendu ce soir-là. Son rire avait quelque chose de forcé lorsqu'il répondait aux plaisanteries des clients, ses poignées de mains étaient un peu trop crispées, ses pas un peu trop rapides et fuyants - mais il ne montrait jamais l'ensemble de ces signes à quiconque, les distillant à petites gouttes pour camoufler ses inquiétudes intérieures. Aux yeux des autres, il avait simplement l'air assez occupé, passant d'un groupe à l'autre pour les gratifier quelques instants de sa présence avant de s'éloigner pour remplir son office plus loin. Avoir trop de travail ne dérangeait jamais Santiago, qui voyait là la consécration de tant d'années de dur labeur enfin récompensées. Cela ne l'empêchait pas, en revanche, de s'inquiéter de la fréquentation de certaines personnes.
Évidemment, Santiago ne connaissait pas tout des raisons qui avaient poussé Earl et Marwin à se battre, mais il avait entendu quelques rumeurs, et il les avait trouvées assez inquiétantes. La décision avait été prise sous l'emprise de l'alcool, c'était tout ce que Santiago savait, et c'était déjà largement suffisant : il savait que l'alcool excitait le caractère de ces hommes et que l'ambiance électrique du Leviathan ne les aiderait sans doute pas à se calmer. Ce qui s'était passé exactement entre eux ne l'intéressait pas, sauf à savoir si cela représentait un risque pour son établissement. Soyons honnête, si le cadre que le club leur imposait ne leur plaisait pas et leur paraissait trop contraignant, ils pouvaient peut-être exploser et amener le désordre et le chaos dans le Leviathan - rien que cette pensée le faisait grimacer avec horreur.
Il les accueillerait bien entendu avec son amabilité habituelle, mais surtout, il recueillerait leurs intentions et déterminerait si Earl Winchester et Marwin Jefferson ensemble représentaient un danger ou non.
Un nouveau match venait d'être lancé, que Santiago suivait avec un faux intérêt, lorsqu'il remarqua que les deux héros de la soirée étaient déjà arrivés. Pour ne rien arranger, ils étaient au bar, et déjà servis, et Santiago se demanda s'il devait leur couper les vivres immédiatement, par crainte de les voir se déchaîner. Il éprouvait une pointe de mépris pour ces hommes-là qui réglaient leurs problèmes par leur combat, mais il se gardait bien de le dire ou de le faire comprendre. Santiago préférait des méthodes certes parfois tout aussi violentes, mais au moins plus subtiles. D'un autre côté, ce primitivisme faisait clairement son fond de commerce, et il jugeait que cette violence avait ceci d'admirable qu'on pouvait facilement l'exploiter. Il ressentait donc aussi un soupçon de tendresse paternelle pour ces hommes. Mais pas trop non plus.
Santiago se dirigea vers eux avec l'élégance d'un loup. Sa haute taille lui aurait permis de dominer n'importe quel homme, même plus musclé que lui, mais c'était sans compter Earl, qui était aussi grand que lui. Ce n'était donc pas sur cela que pouvait compter Santiago pour asseoir son autorité, mais sur son charisme travaillé et sur sa position de leader.

« Bonsoir, messieurs. » les salua-t-il, et son ton charmant ne laissait pas passer la moindre pensée qu'il aurait pu entretenir à leur propos.

Il s'installa un peu à distance qu'eux, comme pour symboliser la différence de statut entre eux, s'accouda au bar sans s'asseoir, et héla le serveur avec l'air d'un grand lord à l'heure du thé :

« Un White Russian, mon garçon, je vous prie. »

Et sans attendre la réponse de son employé, Santiago se tourna vers ses invités très spéciaux et les observa de ses yeux marrons chauds.

« C'est le grand soir, n'est-ce pas ? Celui où vous allez vous affronter. Avez-vous besoin que je vous rappelle les règles du Leviathan, ou bien vous les connaissez déjà ? »
avatar
L'Hirondelle

Quand on emmerde un peu son monde, on ne s'étonne pas qu'on finît par y être renvoyé un coup de pied dans les fesses. Videz les ordures, c'est son métier. Jurer et cracher, c'est sa marque de fabrication. Il peut être doux avec les femmes, dure avec les hommes. Mais présentez-lui un bon whisky et il l'avalera comme si c'était de l'eau. Et peut-être que vous aurez la chance d'être dans sa liste d'amis. Autrement, gare aux coups. Bordel !
Nom de code : Beast
Avatar : Dante - DMC, Devil may cry

Messages : 141
Messages rp : 43
Date d'inscription : 28/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur


À charge de revanche

L’intonation familière de Marwin parvint derrière lui. C’était un son aigu, difficile à oublier au bout d’un mois. Earl se tourna vers lui en le saluant d’une main et s’écarta. Dans ce mouvement, il fut difficile d'imaginer que les deux hommes venaient au club privé pour une simple broutille d’alcoolique.

La première réplique, sous entendant leur défi du soir le fit grincer des dents. Il but brièvement une gorgée de son verre avant de le poser.

— Seul un gamin aurait la frousse, je te signale. On ne joue pas au bac à sable.

Earl le fusillait avec une lueur de défi. Cependant, les lieux permettaient les combats qu’au sous-sol. Au-dessus, aucun grabuge n'était toléré par le maître des lieux, Santagio Kovac.

— On est pas pote, si tu veux savoir, lui répondit-il avant de prendre une gorgée de son whisky. Cependant, qui n’a pas vu la tête du propriétaire des lieux ?

Santagio se détachait du lot. D’une haute stature, tout comme lui, il avait une cicatrice sur le visage. Earl ne savait pas où le leader du Léviathan se l’était faite, mais sa curiosité ne s’était jamais réveillée sur ce sujet. D’ailleurs, le sourire et le ton charmant de cet homme lui faisaient parfois froid dans le dos. Ce dernier travaillait sa position et ses relations. Beast maintenait le rôle qui lui permettait de jouer. Celui de combattant.

— Bonsoir, messieurs, les salua-t-il.

— Salut, Kovac, répondit tout simplement Earl, avec un signe de main.

Quelle arrivée en matière, s’était dit l’américain. Pile-poil quand on parle de lui.

Earl se tourna vers le nouvel interlocuteur. Avec le bruit résonant dans le club privé, il ne l’avait pas entendu. Limite, ce gangster aurait pu le poignarder dans le dos, et sa seule réaction aurait été d’admirer son propre sang couler le long de sa blessure. Mais ce n’était pas le style du maître des lieux, surtout qu’il préférait l’adrénaline à voir deux hommes l’un contre l’autre, tel des gladiateurs offrant du spectacle aux invités.
Santago leur demanda s’ils se souvenaient des règles. Il se mit à grogner et se gratta l’arrière de sa nuque.

— Ça va, ça va. Tous les coups sont permis, sauf les plus mortels. Si je me souviens bien.

C’était Earl tout craché ; se rappeler qu’une seule règle, la plus importante, et oublier le reste.

— Tu as fait une belle promotion pour ce soir ? Interrogea-t-il.

Layout by Ninquelote - canalgraph


PS : Désolée du retard. Le message n'a pas été remonté dans ma boite mail, à l'époque.


Tout viendra à qui sait attendre.

Earl Grey: Tout le monde, vous savez quel est la différence entre un vide d'ordure et Earl ?
Earl Grey: Il n'en a pas. C'est des ordures
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum