top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

dragonflies // ft. Hafiz

[Page 1 sur 2] Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Lun 23 Jan 2017 - 0:11 (1)
Fire

ft. Hafiz
Le dédale des rues lui est encore beaucoup trop inconnu pour être confortable. Elle se rappelle lorsque chaque centimètre d'asphalte, de béton elle connaissait jusqu'au bout de ses orteils. Cette nouvelle ville, cette nouvelle vie l'entoure, l'étouffe. Elle repousse le sentiment d'un coup d'épaule hargneux. Ça ne sert à rien de se concentrer sur ça. Autre chose, autre chose. L'ennui qui lui colle à la peau sera bientôt levé.

Elle vérifie mentalement le poids habitué du glock à sa ceinture. Sentiment de sécurité, restant de la possibilité toujours latente de tomber sur un methhead qui crois qu'on lui doit quelque chose. Ou juste de quelqu'un, n'importe qui, qui croit qu'on lui doit quelque chose. Pas que cette nouvelle ville, cette nouvelle vie aie totalement effacé cette possibilité. Enfin, pour elle, peut-être. Si on l'attaque, ce ne sera pas une attaque pointée, visée sur elle et elle seulement; probablement un quelconque déchet l'ayant choisi comme cible du jour (et qui le regretterait amèrement).

C'est donc sans une once de peur ou d'appréhension (elle n'a peur de rien de toute façon) que Lorelei fait tranquillement son chemin vers le restaurant qu'on l'a engagée pour garder. C'est un peu d'action qu'elle accueille à bras ouverts, dans cette nouvelle vie où l'ennui est toujours aux limites de son temps. Sans emploi fixe, son seul salut se niche dans sa capacité à se vendre (elle n'est pas mauvaise vendeuse) et le besoin des Altermondialistes de protection. Certains d'eux abhorrent la violence; elle ne les comprends pas, mais les protègera de toute façon. C'est mieux ainsi.

Elle arrive finalement en face de l'établissement et s'y engouffre. D'un pas rapide elle se dirige vers les cuisines, l'endroit le plus probable où elle pourra trouver quiconque pourra lui dire où se poster et les détails de la tâche. Elle pousse la porte de la cuisine sans plus de cérémonies. « Salut, j'suis la fille qu'vous avez engagé pour garder, y'a qu'qu'un à qui j'peux parler? » D'un ton totalement nonchalant.

ϟ NANA

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mar 24 Jan 2017 - 19:07 (2)
Hafiz avait reçu un appel très tôt dans la matinée. Il avait était surpris d’entendre son patron à l’autre bout du fil. Celui-ci semblait avoir une voix particulièrement faible. Dans un premier temps, l’iranien avait cru que son téléphone avait un problème. Mais la réponse était venue de la bouche de son interlocuteur. Il était tombé malade. Plutôt gravement à ce qu’il semblait. Puis vint l’explication de son  appel. Ne pouvant assurer son rôle dans le restaurant aujourd’hui pour des questions évidentes d’hygiène et lui confiait donc la direction de l’établissement pour la journée, voire plus longtemps si son état ne s’arrangeait pas. Le cuisinier avait protesté grandement, expliquant qu’il n’avait pas les épaules pour assurer une telle charge, encore moins après les quelques lettres de menaces reçus par le restaurant. Mais son patron ne lui avait pas laissé le temps de trop en dire. Il lui dit que c’était son rôle en tant que Chef cuisinier et, sans plus de cérémonie, raccrocha. Hafiz reposa son portable débité. Son patron ne se rendait vraiment pas compte du poids qu’il faisait porter au cuisinier. Enfin bon, il ne pouvait pas refuser après tout, sinon cela voudrait dire que le restaurant fermerait ses portes pendant une durée indéterminée.

Il se prépara donc comme d’habitude et partit au boulot à vélo. Une fois arrivé sur place, il fit en sorte de rassembler tous les employés du restaurant et leur annonça la nouvelle. Plusieurs d’entre eux s’inquiétèrent de l’état de santé de leur patron mais, au-delà de ça, aucun d’eux ne parut étonné de savoir que leur employeur avait choisi Hafiz comme responsable. Tout le monde trouvait logique que son statut de lui donne accès à cette charge. L’iranien n’essaya pas de discuter. Tout le restaurant s’était retourné contre lui. S’il tentait de protester, les autres lui prouveraient par A plus B qu’il avait tort.

« Bon, si vous voulez. Mais vous me le payerez tous un jour. Je vous le promets. »

Chacun retourna donc à sa tâche habituelle. Sauf Hafiz bien sûr qui devait se rendre au bar puisqu’il devait accueillir les clients et surveiller ce qui se passait en salle. Cependant, au moment où il s’apprêtait à quitter la cuisine, une inconnue y entre en se présentant comme une gardienne. Hafiz se demanda bien ce qu’elle voulait dire sur le moment. Mais, il comprit rapidement qu’elle ne pouvait être que la personne engagé suite aux menaces. Il se fraya donc un chemin jusqu’à la jeune femme.

« Bonjour Madame, lança Hafiz avec une légère révérence. Je m’appelle Hafiz at-Tabarî. Je suis normalement le cuisinier en chef mais notre employeur est trop mal en point pour venir. Je suis donc la personne qui le remplace. Vous a-t-on expliqué en quoi consisterait votre tâche ? »

C’est vrai que son boss avait légèrement oublié de lui préciser ce qu’il prévoyait avec cette garde du corps. L’iranien était donc un peu perdu.

« Oh pardon ! J’oublie les bonnes manières. Vous voulez boire quelque chose le temps que nous discutions de votre rôle ? Nous pourrons faire la visite du bâtiment juste après. »

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mer 25 Jan 2017 - 1:59 (3)
Fire

ft. Hafiz
Elle parcoure la salle du regard, cherchant rapidement la personne en charge. Pas pour longtemps, pas contre, puisque l'homme se fraye rapidement un chemin jusqu'à elle et lui offre une révérence. What? Elle lève les mains devant elle, paumes tournées vers lui. « Woah, bud, j'veux bien être la meilleure garde du corps des environs, mais j'vaux p't'être pas ça. » Puis il se présente, d'un nom distinctement middle-eastern, et elle lui tend la main pour qu'il la serre fermement. « Lorelei. » Un remplaçant? Lorelei hausse vaguement les épaules. Pas comme si ça changeait grand chose pour elle, tant qu'on peut lui dire où se poster et quoi faire spécifiquement en cas d'urgence (à part se jeter à la gueule du potentiel agresseur).

« J'pas vraiment eu d'détails, non. Enfin, quoi que, garder c'garder, eh. » Pas grand chose qui change d'une fois à l'autre. On avait déjà dit à Lorelei que la vie d'un soldat est un énorme ennui entrecoupé de moments de panique et de terreur totale. Depuis qu'elle s'est modelée en garde du corps et soldat de fortune, elle comprend l'adage. Elle avait toujours imaginé quelque chose de plus glamour, de plus excitant. Maybe y'should've listened to y'soldier buddies, eh? Amis en ce qu'elle leur offrait de quoi traiter leur TSPT lorsque le gouvernement refusait de le faire. How 'bout y'shut the fuck up and focus on the task at hand?

« Oh, j'pas la pour ça, pas t'd'suite t'façon. J'préfère qu'on passe l'explication l'plus vite possible. On verra après. » Une pause. « Merci, though. » Elle se tourne pour s'écarter de la porte, invitant son patron du moment à passer avant de le suivre et de s'engouffrer hors de la cuisine. « J'te suis. » D'une familiarité bien trop exagérée pour ce qui est son patron, pas qu'elle s'en rende compte. Et pas qu'elle changerait, même si elle s'en rendait compte.
ϟ NANA


Spoiler:
middle-eastern: du moyen-orient
Maybe y'should've listened to y'soldier buddies, eh?: t'aurais p't'être dû écouter tes amis les soldats, eh?
How 'bout y'shut the fuck up and focus on the task at hand?: et si tu t'fermais la gueule et te concentrais sur ce qui se passe?
though: quoique (dans ce contexte-ci c'est à peu près 'merci quand même')

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mer 25 Jan 2017 - 13:02 (4)
La manière dont la jeune femme parlait avait surpris Hafiz, et pas en mal. Son attitude changeait des habituels gros bras qui semblaient toujours très sérieux et surtout très froids. Il répondit au salut de son interlocutrice en lui serrant la main. Elle avait un joli, quoiqu’assez rare à Pallatine finalement.

« Oui, il est vrai que faire le détail du boulot dont vous avez la charge serait un peu inutile. Vous devez avoir l’habitude. »

Le cuisinier se frappa légèrement la tête pour appuyer son étourderie. Mais Lorelei ne semblait pas en tenir compte. C’était une bonne chose. Il fut surpris quand la jeune femme refusa de boire quelque chose. Mais, en y réfléchissant bien, Hafiz comprit qu’elle ne voulait peut-être donner une mauvaise image d’elle-même en buvant trop avant son service. C’était tout à fait respectable. Et puis, son attitude légèrement familière avait un côté très charmant. Son patron avait véritablement choisi la bonne personne à ce qu’il semblait.

« Bon, allons-y du coup ».

Il remercia Lorelei qui le laissa passer et lui tint la porte pour la laisser sortir. À quoi allait-il bien pouvoir commencer ? La visite s’imposait en premier lieu. Une fois qu’elle aurait le plan en tête, elle pourrait facilement choisir le meilleur endroit où se placer pour surveiller au mieux l’établissement. Il la guida donc jusqu’au bar puisque c’était l’endroit où on pouvait observer le plus d’endroits du restaurant.

« Donc comme vous l’avez vu, les clients entrent par cette porte là-bas, commença Hafiz en pointant la porte du doigt. La porte de la cuisine se trouve à l’opposé pour éviter que les nouveaux arrivants soient gênés par des plats qui leur passeraient devant le nez. Et aussi pour éviter les accidents. Tous l’espace entre ses deux points d’accès constitue la salle où les gens mangent. Le champ de vision est assez dégagé depuis ici. Même s’il y a quelques tables cachées par le recoin qui est là. »

Il ne voyait pas trop quoi dire de plus. C’était assez rapide comme présentation mais en même temps, c’était tout ce que le restaurant comptait. Sauf peut-être…

« Ah oui, il y a encore deux petits détails qu’il faut que je vous mentionne. Dans le renfoncement à côté de la porte, que l’on voit assez mal d’ici, il y a un escalier qui monte à l’étage. On utilise cette pièce pour stocker un peu de matériel. Essentiellement des tables et des chaises de rechange. Et sinon, au fond de la cuisine, il y a le local à poubelle qui débouche sur une ruelle. C’est l’entrée du personnel. Normalement, la porte est toujours fermée et ne peut être ouverte que de l’intérieur. Il y a peu de chance que quelqu’un passe par là. Enfin, je vous laisse juger. »

Il ne voyait l’intérêt des deux derniers endroits mais ce n’était pas en expert en menace et encore moins en attaque. Hafiz laissait ça aux gangs et aux petites frappes. Il restait quand même un point à discuter avec la nouvelle employée.

« Je me dois d’évoquer avec vous un point crucial. Mon patron n’a exprimé que très rapidement la manière dont nous allions vous payer. Vous préférez un acompte avant le service rendu ou vous souhaitez être payée une fois la tâche effectuée. Bien sûr, nous vous offrons le repas et la boisson pour le temps que vous passerez avec nous. »

HRP:
C'est très gentil d'avoir pensé à moi en traduisant les passages en anglais. J'étais pas sûr de tout comprendre. Merci beaucoup  Cœur

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Ven 27 Jan 2017 - 1:48 (5)
Fire

ft. Hafiz
Elle pose ses coudes sur le bar, observant l'endroit alors que son patron du moment le lui décrit. Elle en profite, d'ailleurs, pour observer la clientèle présente - clairsemée, à cette heure - , recherchant de potentielles menaces (ou n'importe quoi qui sort de l'ordinaire). Son œil s'arrête un instant sur une fille assise dans le coin de la salle, très mignonne. Focus, Lorelei. Elle reporte son attention complète sur Hafiz. « Combien? » De tables cachées. Histoire de savoir si c'est une réelle menace. Après, il serait aussi très utile de savoir à quel point celui qui a envoyé les menaces (on lui a expliqué pourquoi on l'avait engagée) connaît le restaurant. Mais ça, ça viendra plus tard; elle attend que son patron finisse de parler avant de poser plus de questions, comme une bonne petite élève. Ha.

Elle se contente donc d'écouter et de hocher la tête, empêchant son esprit et ses yeux de s'égarer. « Aight. J'ai que'ques questions. La salle de stockage, l'est verrouillée? V'savez à quel point l'potentiel agresseur connaît la place? Parc'que s'il la connaît bien y'a des chances qu'y s'cache dans la salle de stockage, justement, 'r'exemple. Qu'il attende qu'ça ferme ou quoi. » Elle se redresse, croise ses bras sur sa poitrine, et regarde Hafiz dans les yeux. « 'Près, j'aime pas impliquer c'genre de choses, mais y'a possibilité qu'le mec qui v'z'as menacé soit d'ligue avec un des vôtres? Du genre, qu'qu'un qu'pourrait lui ouvrir la porte des employés. » La possibilité est toujours là. Elle même en a déjà payé le prix, ou tout du moins a failli le faire. 'll choke the cocksucker. Elle repousse les restes d'une colère qui devrait s'être éteinte il y a bien longtemps.

Elle chasse d'un coup d'épaule une vague de nostalgie qui la prend à la pensée de cette nuit passée à briser des rotules. Fresh start my ass, 'f'ya thinkin' 'bout it all the fuckin' time. « On m'paie après. Comme ça y'a pas d'chance qu'vous soyez pas satisfaits. » Elle ponctue la phrase d'un sourire confiant de celle qui sait qu'elle offrira un travail qui satisfait toutes les attentes. D'une confiance à s'en brûler les doigts. Doigts, d'ailleurs, dont elle pointe son patron de l'un d'eux alors qu'il lui explique qu'on lui fournira boisson et nourriture. « Et j'vous r'mercie pour ça. »
ϟ NANA


Spoiler:
Focus, Lorelei.: concentre-toi.
'll choke the cocksucker.: j'étoufferai l'enfoiré.
Fresh start my ass, 'f'ya thinkin' 'bout it all the fuckin' time.: quel nouveau départ, si tu y penses tout le temps.

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Lun 30 Jan 2017 - 12:59 (6)
« Il y a trois tables cachées. Ce sont des tables de deux. Donc, dans le pire des cas, il y aurait six personnes de cachées. »

L’interlocutrice du cuisinier semblait particulièrement attentive à tout ce qu’il disait. Cela ajoutait encore au professionnalisme de la jeune femme. Il en ferait part à son patron lors de son retour. Et, pour appuyer encore plus cette pensée, Lorelei se mit à lui poser des questions. Elle semblait vouloir véritablement saisir la tâche qu’il allait lui confier. Ces questions étaient précises et appuyaient sur les points que le cuisinier n’avait pas précisé.

« Oui la salle de stockage est verrouillée en permanence. Il n’y a que deux clés existantes. La première sur le trousseau de clé personnel du patron. Trousseau qu’il emmène avec lui tous les soirs. Et la seconde clé se trouve ici, derrière le comptoir. »

Hafiz jeta un coup d’œil à la salle de façon à voir si quelqu’un les espionnait mais il ne remarqua rien de suspect. Il déplaça quelques verres et sortit une petite boite d’apparence anodine. Il l’ouvrit, laissant entrapercevoir des ronds de serviette assez ancien, posés sur un morceau de tissu noir. Il souleva ledit tissu et montra la clé à l’employée. Il rangea la boite et poursuivit.

« Non, nous ne savons pas trop ce qu’il sait du restaurant. Les lettres de menaces sont assez floues. Regardez par vous-même. »

Hafiz attrapa les lettres qui se trouvaient non loin et les confia à son interlocutrice pour qu’elle puisse y jeter un œil.

« Se cacher dans la salle de stockage paraitrait étrange car il est impossible de l’ouvrir quand on est à l’intérieur. Il faudrait qu’il ait une cale pour la maintenir ouverte. Et, même dans ce cas-là, les employés verraient que quelque chose cloche. »

La question suivante surprit particulièrement Hafiz. Un employé qui serait complice de tout ça. L’iranien ne pouvait pas le concevoir. Tout le monde était très content de travailler ici, ou en tout cas donnait l’air d’apprécier les autres. Hafiz ne pouvait pas se prononcer sur ce que pensait tous ses collègues mais il ne pouvait pas imaginer l’un d’eux vouloir du mal à cet établissement. Il n’avait jamais assisté à une dispute depuis l’année qu’il avait passé ici. Il y avait bien le…Hafiz pensa un instant. L’un de ses assistants lui avait raconté que l’un des serveurs avait été renvoyé suite à quelques problèmes avec la barmaid. L’iranien n’avait pas eu plus de précision sur l’affaire et n’avait pas cherché à en savoir plus puisque cela concernait la vie privée de l’employée. Il devrait peut-être en faire part à son interlocutrice.

« Personnellement, je ne crois pas que l’un des employés actuels pourraient se montrer aussi hostile au restaurant. J’ai confiance en chacun d’eux et je pense que le boss pourrait en dire autant. Par contre, il y a bien eu des frictions dans le restaurant mais avant que je vienne. Gardez-le pour vous hein ? Mais la barmaid actuelle a eu des petits soucis avec un ancien serveur. Ce dernier a été renvoyé mais il paraitrait qu’il était particulièrement énervé. Après je dis ça, mais je n’étais pas là. C’était arrivé trois mois avant que j’intègre l’établissement. »

Par la suite, Lorelei lui assura qu’elle mènerait son travail à bien. Hafiz ne doutait pas de la parole de la jeune femme. Elle semblait sûr d’elle et elle avait prouvé qu’elle était très attentive aux petits détails à travers ses questions.

« Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas. Sinon, je retourne en cuisine pour donner mes ordres à mes collègues pour le prochain repas. »

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mar 31 Jan 2017 - 7:58 (7)
Fire

ft. Hafiz
Six personnes au maximum, cachées à son regard. That ain't so bad. Salle de stockage verrouillée. Good, great. Et clés très difficilement accessibles sans faire un effort, ou spécifiquement connaître leur location. Ou attaquer le boss, allez savoir, mais ça il y a peu de chances qu'on le fasse s'il n'est pas là. Et si on en a après lui spécifiquement, pourquoi menacer son restaurant tout entier? 'Cause he cares 'bout it. 'Cause he's in it often. D'une façon ou d'une autre, ce n'est pas grave, de toute façon; Lorelei est là pour protéger le restaurant, et si le patron n'y est pas, elle ne peut rien y faire. You're gonna fuckin' hate yourself if 'nything happens to 'im.

Et Hafiz lui tends les lettres de menace, façon de faire taire ses inquiétudes. Elle les agrippe mais ne les lit pas tout de suite. Après tout, on est encore en train de lui parler. « La salle d'stockage est pas un problème, then. » Une chose de moins de quoi s'inquiéter sur la liste. Splen-did. Elle écoute attentivement l'histoire de l'ex-serveur (la bête) et de la barmaid (la belle). Oui, en effet, c'est un suspect assez clair. « T'sais pas à quoi y r'ssemble, donc. Y'a qu'qu'un qu'pourrait m'le décrire? Juste, si jamais. » Parce qu'il n'y a rien de plus fort et de plus stupide que l'orgueil brisé d'un homme (de n'importe qui, vraiment). Et quand son orgueil est brisé, on veut se venger.

« Si, p't'être une. » De question. « 'Sera là ce soir, la barmaid? Juste, savoir si j'dois garder un œil sur elle. » Si jamais. C'est mal d'assumer les choses, et encore pire de faire peur à cette dite barmaid (donc on ne lui mentionnera pas qu'on la surveille), mais Lorelei sait qu'on est jamais trop prudent. Et que, pour l'instant, cet ex-serveur est le suspect le plus évident. Donc, elle le gardera en tête. Après, les possibilités de qui pourrait en vouloir à ce restaurant restent assez larges. Les gens en veulent à plein de choses pour rien, de toute façon.
ϟ NANA


Spoiler:
That ain't so bad.: c'est pas si mal
'Cause he cares 'bout it. 'Cause he's in it often.: parce qu'il y est attaché. parce qu'il y est souvent.
You're gonna fuckin' hate yourself if 'nything happens to 'im.: tu vas te détester si quelque chose lui arrive.

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Sam 4 Fév 2017 - 19:22 (8)
« Laissez-moi réfléchir, déclara pensivement Hafiz. Vous pourrez sûrement demander plus de précision à Catherine. C’est une de nos serveuses. Mais elle n’est pas encore arrivée. Elle ne devrait pas trop tardé cependant. Sinon, il y a Kalith. C’est l’un de mes assistants. Je pourrai vous l’envoyer. »

Il s’apprêtait à retourner dans sa cuisine quand Lorelei lui posa une seconde question.

« Oui, bien sûr qu’elle sera là. Elle est de service tous les soirs puisqu’il n’y a qu’elle qui a l’expérience parmi nous pour les boissons. Par contre, il serait gentil de ne pas trop lui poser de questions à ce sujet. D’après ce que je sais, elle est encore un peu gêné par cet évènement. Enfin, sauf si c’est nécessaire. Mais voilà, j’aimerai qu’elle soit préservée, surtout si c’est bien l’autre personne qui est concernée. »

Sur ce, Hafiz quitta le comptoir et retourna droit vers la cuisine. Une fois sur place, il interpella Kalith et l’envoya au bar pour rejoindre Lorelei, lui précisant bien qu’il devait être le plus honnête et le plus précis possible. Mais, la théorie de la garde du corps concernant l’éventualité que les menaces émanent d’un des employés effleura une fois de plus les pensées de l’iranien. Il regarda chacun de ses assistants un moment. Non, définitivement, il ne pouvait pas s’imaginer que l’un d’eux était coupable. Il n’avait jamais été témoin de tensions quelconques depuis son arrivée ici. Mais ce qui l’inquiétait le plus à présent été la barmaid. Elle était la première à l’avoir accueilli dans le restaurant quand il s’était présenté pour déposer un CV. C’est elle aussi qui l’avait encouragé juste avant son entretien avec le patron. C’était une femme vraiment sympathique. Elle ne méritait pas de tomber sur un type qui la harcelait. Cependant, Hafiz était bien conscient que le mérite n’avait rien à voir là-dedans. C’était le hasard qui faisait ce genre de chose. Et elle n’avait pas eu de chance.

Il était tellement perdu dans ses pensées qu’il fallut que l’un de ses collègues vienne lui donner une claque dans le dos pour le ramener sur terre. Il s’excusa bien évidemment et continua à bosser. Le plat du jour allait être particulièrement long à préparer. Il fallait donc qu’ils s’y mettent tous le plus rapidement possible. L’iranien fut chargé de se rendre dans la chambre froide pour récupérer les aliments nécessaire. Pendant qu’il exécutait sa mission, il remarqua quelque chose. Un élément qu’il aurait dû signaler à Lorelei. Il revint dans la cuisine avec le chariot plein de à craquer d’ingrédients en même temps que Kalith revenait du bar. Il salua son collègue et retourna auprès de Lorelei.

« Excusez-moi, j’ai oublié un détail. Enfin deux disons. La première c’est que, dans le cagibi de la cuisine, il y a une ancienne entrée qui a été murée. C’est sûrement la partie la plus fragile du restaurant. De même, il y a une entrée d’égout suffisamment grande pour laisser passer un humain. Normalement, on l’utilise pour vider les différentes sauces que l’on cuisine. Je vous dis cela, mais je ne suis pas sûr qu’une personne ait l’idée de passer par là. »

En même temps qu'il finissait sa phrase, la barmaid entra par la porte d'entrée du restaurant.

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Jeu 9 Fév 2017 - 7:46 (9)
Fire

ft. Hafiz
« S'te plaît. » Quant à envoyer l'assistant en question. Une description du suspect numéro un ne serait réellement pas de refus. « T'inquiète. J'lui soufflerai pas un mot - c'est vraiment juste pour savoir si j'dois faire 'ttention. » L'attention de Lorelei se repose sur la salle dès que Hafiz repars vers la cuisine. Elle la balaye du regard, lentement. Comme elle le fera toute la soirée. Elle soupire. Puis, se reprend; c'est mieux de faire ça qu'autre chose. Genre, travailler à un bureau, par exemple. Et puis, ça lui permet de s'occuper la tête (pas assez, quand le temps est long), de mettre son énergie vers quelque chose d'utile. Puis, c'est quand même toujours badass de se dire qu'on est garde du corps. Heh.

Lorelei salue le dit assistant d'un hochement de tête, bien qu'elle aie totalement oublié son prénom. Elle se contente de lui poser des questions simples, du genre, il fait quelle taille, quelle genre de carrure, couleur des cheveux, des yeux, tout ça. Juste question d'avoir une image plus ou moins claire dans la tête, ou tout du moins de pouvoir le reconnaître s'il entre ou elle le voit. Une fois son interrogatoire terminé, elle remercie l'assistant pour son aide et se pose de nouveau, dos contre le bar, surveillant la porte. Hm. Maybe 'should move up 'gainst the wall. Elle se recule, donc, de façon à n’entraver le chemin à personne voulant s'asseoir au bar, posant ses épaules contre le mur.

La vue est tout de même très claire. Voilà. Puis, Hafiz fait de nouveau son chemin vers elle. Prolly forgot somethin'. Et justement, il lui explique qu'il y a une ancienne entrée, murée, et une bouche d’égout qui pourraient être de potentielles entrées. That'd be some spy movie shit. « Mkay. J'gard'rai ça en tête, merci. » Elle ne peut pas être dans la salle et dans la cuisine tout à la fois. Mais le fait que ces entrées alternatives soient assez compliquée à manœuvrer - pour l'une, il faudrait défoncer un mur, et pour l'autre passer par les égouts. Mais on n'est jamais trop prudent - elle passera vérifier de temps en temps.

C'est à ce moment qu'entre une jeune femme dans le restaurant; habillée de son uniforme, il est assez facile de deviner qu'elle est la barmaid en question. Tout du moins, c'est ce que Lorelei assume. Dayum. Et elle comprend pourquoi l'ancien serveur a pu en pincer pour elle. Lorelei lui adresse un simple sourire comme toute salutations, et se remet à la tâche. Surveillant tranquillement la salle. À l'affût.
ϟ NANA


Spoiler:
Hm. Maybe 'should move up 'gainst the wall.: hm. je devrais peut-être me mettre contre le mur.
Prolly forgot somethin'.: il a probablement oublié quelque chose.
That'd be some spy movie shit.: ce serait un truc tout droit sorti d'Un film d'espions.

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 12 Fév 2017 - 22:02 (10)
Hafiz, tout content d’avoir apporté une nouvelle information s’apprêtait à repartir en cuisine quand il vit entrer la barmaid. Il la salua d’un grand sourire, appuyé d’un signe de la main. Elle lui répondit à son tour. Il fit en sorte de ne rien montrer de la situation. Mais bon, depuis le temps qu’il la connaissait, il savait que c’était une femme très intelligente et futée. Au cours des nombreuses soirées entre employés, elle avait pu faire preuve de ses connaissances très générales sur bon nombre de sujet. Elle avait coiffé au poteau tous les ses collègues quand il était question de culture générale. C’est pourquoi, l’iranien ne se faisait vraiment aucun doute sur le fait que la barmaid finisse par remarquer que Lorelei était ici pour autre chose qu’une simple consommation. Le service qu’avait demandé Hafiz à la garde du corps risquait de tourner courts. Mais au moins, ce ne serait pas du fait de Lorelei.

Il repartit donc dans la cuisine, là où sa tâche l’attendait. Il réunit toute sa petite équipe d’assistants et ils choisirent ensemble qu’elle serait le plat du jour. Malgré quelques protestations d’Hafiz, la blanquette de veau fut choisie avec son lit de légumes du potager. On ne pouvait pas gagne à tous les coups. L’heure du service approchait dangereusement et ils avaient tous un peu de retard. S’il ne voulait pas que l’équipe des serveurs leur tape dessus, ils devaient mettre les bouches et double. Hafiz mena ses troupes d’une main de maitre et confia même la tâche à son second de prendre la tête de la cuisine quand il s’absenterait pour faire un tour dans la salle comme son patron faisait.

Une fois que tout fut réglé dans la cuisine, il se rendit une fois de plus dans la salle du restaurant. Il jeta un rapide coup d’œil à Lorelei pour voir si elle n’avait rien à lui demander. Il réunit l’équipe des serveurs et leur fit un petit speech à a eux aussi pour vérifier que tout était en ordre et que tout le monde connaissait son poste pour la soirée. Hafiz avait d’ailleurs bien du mal à trouver les mots justes. Il avait fait le serveur que quelques fois et ne connaissait pas bien les habitudes de chacun. L’une des serveuses s’amusa d’ailleurs à le taquiner sur son speech. Il le lui ferait plus tard. Il avait déjà un plan machiavélique en tête. Mais en attendant, il lui restait à s’occuper de la barmaid. Il se dirigea donc vers le bar. Il discuta un moment avec sa collègue de travail. Enfin, au final, cela ne servit pas vraiment à grand-chose. Elle connaissait son job depuis suffisamment de temps pour savoir le faire. L’iranien avait juste l’impression d’être très superflu dans son rôle.

Bon. Tout était prêt pour ouvrir au client. Armé de son gros trousseau de clés, Hafiz se dirigea vers la porte d’entrée.

« J’espère que vous êtes tous prêt maintenant. Et ce n’est pas parce que le patron est absent que l’on va se relâcher. Je vous ai tous à l’œil. Sachez-le. »

Il quitta l’entrée, laissant les serveurs prendre le relais pour accueillir les clients. Et, tout en passant devant Lorelei, il dit :

« Bon courage à vous. »

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Jeu 16 Fév 2017 - 2:10 (11)
Fire

ft. Hafiz
Les portes s'ouvrent, laissant entrer les premiers clients. Le regard de Lorelei passe paresseusement sur eux, de haut en bas. Comme une analyse, moins par réellement nécessite et plus par ennui. Ennui qui, déjà, fourmille dans ses jambes. C'est dans ces moments, quand ça commence, quand rien ne s'est encore passé, quand la possibilité que rien du tout ne se passe flotte au dessus de sa tête, que Lorelei regrette son choix de carrière. Well y'didn't have much of a choice. Now stop complainin' n' focus. Elle claque silencieusement la langue contre son palet.

Elle se contente de hocher la tête à l'encouragement d'Hafiz. Croisant les bras sur sa poitrine, posant son dos contre le mur, elle balaie la salle du regard pour ce qui ne sera que la première fois de beaucoup en cette soirée. De temps à autre, elle lance un regard en coin à la barmaid; quelques uns sont interceptés. Peut-être se doute-t-elle de quelque chose. Ou peut-être pense-t-elle que le regard de Lorelei est errant pour des raisons personnelles, ce qui n'est pas totalement faux. Pas totalement. Mais! Lorelei fait preuve de professionnalisme, et repousse toute pensée et toute tentative dans un coin de sa tête, à adresser plus tard.

Elle pianote une chanson quelconque de ses doigts contre son bras. C'est dans les moments comme ceux-ci qu'une partie d'elle espère qu'il se passe quelque chose. Et qu'une autre vient immédiatement renchérir careful what you wish for. C'est bien beau de s'ennuyer mais il ne faut pas non plus souhaiter que quelque chose de mal se passe. Oui, c'est pour ça qu'elle est là, mais c'est aussi, et surtout, pour l'éviter. Pour empêcher que les choses excitantes se passent. Ce qui est, n'empêche, un peu ironique. Que ce soit elle qui se retrouve dans cette situation.

C'est donc tranquillement, attentivement, que Lorelei continue de surveiller la salle. Dans le calme, alors que les conversations des clients, le bruit des ustensiles et même les bruits de la cuisine parviennent à ses oreilles, mélodie d'un rythme étrange. À laquelle s'ajoute, soudainement, le bruit du verre brisé. Quelques cris, les conversations s'arrêtent. Une brique vole à travers la vitrine avant, atterrit dans un bruit sourd sur le sol à travers les morceaux de verre. So much for the spy movie shit.

À sa suite, un objet non identifié s'écrase au sol dans un bruit métallique. Lorelei y bondit plus vite que son ombre, y mettant un coup de pieds qui le renvoie directement d'où il vient. « Oh no you fuckin' don't! » Peu importe ce que c'est, c'est dehors et de retour à son lanceur, maintenant. Lanceur qui émet un petit cri, qui ne s'attendait sans doute pas au retour de son projectile.
ϟ NANA


Spoiler:
Well y'didn't have much of a choice. Now stop complainin' n' focus.: t'avais pas vraiment le choix. maintenant arrête de te plaindre et concentre toi.
careful what you wish for: attention à ce que tu souhaites.
So much for the spy movie shit.: on aura pas droit à quelque chose sorti d'un film d'espions.
Oh no you fuckin' don't!: même pas en rêve!

Spoiler:
okayyyy j'ai essayé de mon mieux mais c'est un peu de la merde quand même. tu me dis si y'a quoi que ce soit à changer??

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Ven 17 Fév 2017 - 16:08 (12)
Les commandes ne tardent pas à envahir le petit tourniquet de la cuisine. Toute l’équipe en cuisine entame un immense ballet entre les différents postes pour préparer les plats. Les gens s’évitent brusquement. Ils perdent l’équilibre un instant avant de se remettre sur pied. Une sorte de frénésie nait dans cette fournaise qu’est la cuisine. Mais heureusement, il n’y a pas de casse. Cette frénésie représente surtout de l’excitation pour le métier que chacun exerce. Tout le monde a envie de se donner à fond pour offrir un service de qualité. Hafiz encourage ses collègues et n’hésitent pas à donner une petite tape dans le dos entre deux assiettes. C’est comme cela que ça marche ici. On s’entraide. Les serveurs et serveuses ont une tâche encore plus ardue. Il faut qu’ils suivent toutes les commandent, jonglent avec leur plateau. Et la barmaid. Elle est seule à s’occuper des boissons. Non franchement, s’il n’y avait pas une bonne synergie et si tout le monde ne se donnait pas à fond, rien ne fonctionnerait.

Hafiz pensa qu’il faudrait qu’il aille faire un tour dans la salle de restauration, histoire d’encourager ses collègues mais aussi prendre la température dans la salle de restauration. Bon allez, encore deux assiettes et il irait. Il annonça son attention à son second et s’attaqua audits plats. Une  papillote de saumon avec des haricots et une escalope de dinde au curry sur un lit de carotte. Le couteau volait dans sa main. Un véritable maitre samouraï si l’on y pensait. Cela ne lui prit que quelques minutes et, une fois fait, il alla déposer les assiettes à l’endroit où les serveurs récupéraient les plats. Mais, tout à coup, un immense bruit de vitre brisé. Tous ses collègues se figèrent dans la pièce et il y eut un mouvement uniforme vers les hublots qui donnaient sur la salle du restaurant. Hafiz ne pouvait plus passer. Mais il devait réagir vite. Cela pouvait être très grave.

« Écartez-vous les gars, cria-t-il en fonçant sur la porte. Steve ! Va ouvrir la porte de derrière, il va peut-être falloir évacuer !
-Chef ! Quelqu’un a balancé un truc dans la pièce. Mais la garde du corps l’a renvoyé.
-Très bien, préparez-vous à l’évacuation. »

Plus le temps de réfléchir. En tant que patron du jour, c’était à lui de prendre les décisions importantes. Il s’engagea promptement dans la salle de restauration tout en criant :

« ÉVACUATION IMMÉDIATE DU RESTAURANT. SORTEZ TOUS PAR LA CUISINE. »

Les personnes les plus proches s’engouffrèrent dans ladite pièce sans poser de question mais beaucoup d’autres personnes, par peur ou par choc ne réagissaient pas. Ce n’était pas bon. Qui sait ce qui pourrait arriver. Cette pensée fut appuyée par une détonation assez importante à l’extérieur. Malgré la peur qui lui serrait les tripes, l’iranien prit son courage à deux mains. Il ne voulait pas revivre les évènements de l’Institut. Il répéta donc une seconde fois la phrase qu’il avait hurlée. Mais ce n’était toujours pas suffisant. Il se dirigea alors vers le bar pour s’adresser à ses collègues.

« ON ÉVACUE MAINTENANT. FAITES EN SORTE QUE TOUT LE MONDE PASSE PAR LA CUISINE. JE M’OCCUPE DE BLOQUER L’ENTRÉE. »

Il vit Lorelei qui portait son attention vers l’extérieur. Il n’allait pas la déranger. Il fonça droit sur la porte sans attendre de commentaire et la verrouilla tant bien que mal. Plusieurs personnes étaient déjà en train de courir dans sa direction mais il les renvoya vers la cuisine. Personne ne devait passer par devant. Il finit de verrouiller la porte et revint aider à l’évacuation. Une fois qu’il ne resta plus de clients dans la pièce, il ordonna à ses collègues de partir. Tous s’exécutèrent sans broncher. Il ajouta à l’attention de la garde du corps :

« Lorelei! Venez avec nous ! Ne prenez aucun risque. »

Cependant, le cuisinier se rendit bien compte que la barmaid manquait à l’appelle. Hafiz la chercha du regard  mais il ne la vit pas. Il se dirigea alors vers le comptoir où il l’a trouva. Elle semblait prostrée et se tenait la tête avec mes mains. Elle était en larme. Pas la peine de se demander pourquoi elle était comme ça. Il n’avait pas le temps pour cela. L’iranien se rapprocha d’elle et lui toucha l’épaule, comme pour la réconforter.

« Hé Myriam ! Tout va bien se passer ok. Viens avec moi on va quitter cette enfer. »

Hafiz la prit par la main mais elle ne bougea pas. Et pourtant, elle le regarda. Ses yeux n’exprimaient que la terreur. Il connaissait ce sentiment. Il l’avait ressenti plus d’une fois dans sa vie. Il remit un genou en terre et tenta de la rassurer encore une fois. Mais, pour ne rien arranger à la situation, un coup de feu retentit.

HRP:
Ce n'était pas du tout mauvais, bien au contraire.  Brille C'est très bien franchement. Tu m'as donné suffisamment de matière à répondre  Cœur

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 19 Fév 2017 - 23:13 (13)
Fire

ft. Hafiz
Et plus vite qu'on ne pourrait dire 'fuck', la panique englobe le restaurant. Tout se passe tellement vite, et pourtant Lorelei a l'impression que tout se passe au ralenti. L'adrénaline coule, pure, dans ses veines, et si la situation était un peu moins sérieuse elle permettrait au sourire excité d'orner ses lèvres. Mais pas maintenant; maintenant elle se concentre, se dépêche d'essayer d'identifier l'agresseur, prête à renvoyer tout ce qu'il voudrait bien lui lancer. Elle entend dans un coin de sa tête Hafiz qui ordonne l'évacuation, et bien au milieu de son crâne la détonation dehors.

Elle a bien fait, très bien fait, il semble, de renvoyer ça d'où ça venait. Et elle s'élance vers la fenêtre, avec toute l'intention du mode de s'élancer à la poursuite de l'agresseur. D'une détermination farouche, elle se dirige vers la porte; interceptée par Hafiz, qui vient de la verrouiller; elle s'arrête en face de lui, le regarde un instant, l'écoute quand il lui ordonne de suivre l'évacuation. Elle pense à rétorquer, à s'obstiner, à dire que si elle n'allait pas le trouver, si elle n'allait pas lui faire peur il reviendrait sûrement. Et elle a très envie d'aller déverrouiller la porte, pas qu'elle en aie quelque moyen, de s'élancer à la poursuite de l'agresseur, mais elle ne le fait pas.

Elle ne va pas défoncer la porte pour ça. Alors elle tourne la tête pour suivre Hafiz du regard, puis ses pieds le suivent à leur tour, jusqu'à le rejoindre, se tenant juste derrière lui alors qu'il tente de réconforter la barmaid, totalement terrorisée. Lorelei continue de surveiller le devant du restaurant, la porte, et écarquille les yeux et se jette à terre, descendant la tête d'Hafiz de façon à ce qu'il soit caché par le bar lorsque le coup de feu retentit. « Mais il est malade?! » Qu'elle s'exclame, alors qu'elle réalise qu'il essaie de tirer la serrure pour pouvoir entrer. Et après un autre tir, il y arrive. Lorelei claque la langue contre son palet, se tourne vers Hafiz et la barmaid. « Vous restez bien ici, en dessous. J'veux pas voir un ch'veu dépasser du haut. Compris? » Un ton totalement autoritaire, qui n'appelle pas à l'équivoque.

L'agresseur entre. À une vitesse fulgurante, dans des gestes appris et répétés, Lorelei dégaine son arme, retire la safety, et tire dans le mur à côté de l'homme, juste dans le cadre de la porte. « Pas un pas d'plus asshole, t'pas le seul armé. » Le bruit du tir se répercute douloureusement dans son crâne. Et l'homme - qui, elle ne pourrait pas dire, elle ne l'a jamais rencontré, mais qui ressemble vachement à la description qu'on lui a fait du serveur ayant été renvoyé - s'arrête un instant. Il ne s'attendait certainement pas à une garde du corps avec un glock. Il avait baissé son arme (un glock 43, selon la taille et la forme qu'elle peut voir) pour entrer, il n'a pas le temps d'esquisser un mouvement pour la relever que Lorelei aboie. « Un mouv'ment louche et c'pas l'mur que j'tirerai c'te fois. » Il se fige. Elle garde son glock pointé sur lui. « T'poses l'arme à terre. Lent'ment. »
ϟ NANA

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 681
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Ven 24 Fév 2017 - 17:38 (14)
Hafiz fut particulièrement reconnaissant envers Lorelei quand celle-ci l’obligea à baisser la tête lors du coup de feu. C’était un réflexe qu’il n’aurait pas forcément eu alors qu’il était en train de rassurer la barmaid. Il aurait voulu remercier la jeune femme mais n’en fit rien. Il comprenait qu’il ne devait pas la déconcentrer dans sa tâche. Un second tir se fait entendre ensuite. Mais l’iranien ne s’intéresse pas vraiment à ce que fait leur agresseur. Et d’ailleurs, l’ordre de la garde du corps est suffisamment clair. Il y répondit d’un hochement de tête assuré. Il se place de façon à avoir la barmaid devant lui. Il faut qu’il s’occupe d’elle le temps que Lorelei se charge du responsable de ce chaos. Il savait que dans de telle situation, certaines personnes pouvaient avoir des réactions imprévues. Il l’empêcherait de faire une telle erreur. Il posa une main réconfortante sur l’épaule de sa collègue et attendit un moment. Lorelei semblait tenir en joue leur agresseur. Le cuisinier l’entendit crier à son agresseur de jeter son arme. Mais le silence qui suivait fut assez long. Hafiz sentait une goutte de sueur perlait le long de son dos. A la moindre…

La porte de la cuisine s’ouvre d’un coup. L’un des assistants d’Hafiz entre en trombe dans la pièce mais s’arrête net en voyant la scène. Espérons qu’il n’ait pas déconcentré Lorelei.

« Eh ! VA-T-EN D’ICI ! MAINTENANT ! JE NE VEUX PERSONNE ICI. »

Mais à peine peut-il le temps de dire cela qu’un nouveau coup de feu part. L’assistant s’écroule sur le sol. Hafiz ne voit pas s’il est blessé. Peut-être est-il simplement tombé après le coup de feu. Mais il ne se relève pas. L’iranien espère sincèrement que son collègue n’est que dans les pommes. Il espère également que Lorelei n’a pas été touché. D’ailleurs étrangement, il n’entend pas de coup de feu de réponse. Il se rend compte qu’il n’entend plus vraiment son entourage. Comme si son corps avait décidé de le préserver de toute la violence qui était présente autour de lui. Ais il remarque une chose. La barmaid fixe avec horreur leur collègue allongé par terre. Il ne pouvait pas la laisser comme cela. Il lui saisit le visage entre ses deux mains et l’obligea alors à le fixer droit dans les yeux.

« Ne regarde pas Myriam. Ne regarde pas. Contente-toi de me regarder dans les yeux. Nous allons nous en sortir, j’ai confiance en notre ami. Donc ne flanche pas. On a besoin de toi. Il faut absolument que tu restes toi. »

L’intéressée hocha légèrement la tête pour montrer qu’elle avait compris. Le regard de la femme s’ancra dans celui d’Hafiz. Elle ne le quitte plus du regard. Et lui non plus ne la quitte plus des yeux. L’iranien sait pertinemment que si ce lien venait à disparaitre, même quelques secondes, elle ferait une erreur. Myriam semblait être une bête traquée. Hors, une bête traquée pouvait avoir des réactions inimaginables. Il ne pouvait pas l’abandonner. Si elle ou même Lorelei venait à périr ici, il ne pourrait jamais se le pardonner.

HRP:
Encore une fois, désolé d'avoir mis tant de temps. Merci d'avoir patienté Brille

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 128
Messages rp : 83
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 26 Fév 2017 - 9:52 (15)
Fire

ft. Hafiz
Il ne lâche pas son arme. Se contente de la fixer sans bouger d'un pouce. Lorelei serre les dents. C'mon asshole. There's nowhere t'run. Ses mains, ses bras ne tremblent pas; elle reste totalement immobile, totalement stable. Ne relâche jamais l'agresseur du regard. Si elle le fait, il aurait le temps de lever l'arme, de tirer, même, peut-être. Elle ne peut pas se le permettre. Elle a un travail à faire - des gens à protéger. Il n'y a pas de place à l'erreur. L'adrénaline garde son esprit clair, ses pensées limpides. La tension est presque palpable, et elle a l'impression que tout peut se briser en un instant.

Une porte qui s'ouvre, quelqu'un qui entre. Elle tourne la tête, ne peut pas s'en empêcher, s'apprête à aboyer un ordre mais quelqu'un le fait avant elle et - un coup de feu. Ses yeux s'écarquillent, l'homme s'écroule, et son cri reste coincé dans sa gorge. Deux nouveaux coups de feu, rapides, précis: un au bras, pour qu'il lâche son arme, l'autre à l'épaule, pour qu'il ne puisse réellement pas la reprendre. Lorelei le sait, la règle c'est: shoot center mass, elle l'a toujours su mais si elle le fait alors elle tuera, et ça elle ne peut pas le supporter. Alors elle désarme.

L'agresseur lâche son arme avec un cri de douleur: un troisième coup de feu part, dans le genou, pour qu'il ne puisse pas s'enfuir. Lorelei bondit vers lui, donne un léger coup de pied dans le glock 43 pour l'éloigner. Pointe de nouveau son arme vers l'agresseur, sans poser son doigt sur la gâchette; elle doute qu'il le remarque. « T'AS PAS TIRÉ LA BONNE PERSONNE MOTHERFUCKER! » Sa poitrine monte et descend sous sa respiration, intense, essoufflée. L'agresseur écroulé à ses pieds, qui hurle comme un damné. Il n'a clairement pas réfléchi, en tirant: a juste tiré sur la seule chose qui bougeait, qui faisait du bruit. Il était terrifié, peut-être, ne s'était jamais attendu à ce que ça dégénère ainsi.

Et il la regarde, les yeux pleins de peur. Il pense sûrement que c'est la fin: qu'il va mourir. Et Lorelei a envie de tirer. Parce que si elle ne le fait pas, il va peut-être revenir. Si il ne meurt pas, si on ne peut pas l'enfermer, il va peut-être revenir. Mais elle ne peut pas. Ne pose jamais son doigt sur la gâchette. « Si tu r'viens ici un jour. La prochaine fois t'r'partiras pas. » Oh, elle ment, bien sûr, mais avec un canon dans la face et trois balles dans le corps, elle doute que ce connard fasse pas la différence. « Allez, DÉGAGE! J'm'en fous s'tu dois ramper! Casse-toi! » Il prend cette opportunité pour sauver sa vie. Sur sa jambe valide et ses mains; elle s'en fout, une fois qu'il a passé la porte, une fois qu'elle a remit la safety sur son arme et qu'elle a ramassé la sienne.

Et elle se retourne vers l'arrière de la salle, vers les gens qu'elle était censé protéger, vers celui qui est toujours écroulé, par terre. Mais elle ne s'avance pas. Parce qu'il y a quelque chose dans le fond de son crâne, un filament dans sa poitrine: elle a peur. D'avoir échoué. Sans vraiment être capable de le reconnaître; cette angoisse au fond de son ventre. Comme les larmes d'une gamine ayant perdu son grand frère.
ϟ NANA


Spoiler:
C'mon asshole. There's nowhere t'run.: allez connard. t'as nulle part où aller.
shoot center mass: tirer au le centre de la masse corporelle d'une personne

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

Contenu sponsorisé
posté (16)
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum