top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

dragonflies // ft. Hafiz

[Page 2 sur 2] Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 678
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mer 1 Mar 2017 - 8:55 (16)
L’audition du cuisinier ne revint que quand Lorelei hurle sur l’agresseur. Mais pour l’instant, il garde les yeux rivés dans ceux e la barmaid. Il ne l’a pas entendu tirer. Peut-être sont-ils en train de se mettre en joue mutuellement alors qu’ils se sont installés derrière des abris de fortune ? Mais non, l’autre hurle à la mort, il semble qu’il soit dans un sale état. Hafiz entend distinctement la garde du corps menacer l’intrus de le tuer s’il revenait et lui laisse une chance de partir. L’iranien est soulagé. Comment aurait-il pu gérer Myriam s’il y avait eu un corps de plus dans la salle du restaurant.

«Restes-là Myriam et fermes les yeux d’accord, je reviendrais dans pas longtemps.»

Hafiz se relève tout doucement en jetant un coup d’œil vers l’endroit ou Lorelei était. Elle s’y trouvait toujours d’ailleurs mais elle semble dans un état second. L’iranien suivit son regard sur le corps de son assistant. Sans attendre, il récupère le téléphone portable du restaurant et fonce sur le corps. Il observa attentivement chaque parcelle du corps de son assistant. Il ne semblait y avoir aucune blessure apparente. Il avait déjà vu des blessures par balle et ça pissait le sang souvent. Mais là, il n’y avait pas de grosse tâche d’hémoglobine qui se répandait. Finalement si, l’homme avait bien été par balle. Une simple éraflure sur les côtes. Rien de bien grave donc. Le choc avait dû le faire tomber dans les pommes. Mais peut-être fallait-il le stabiliser. Hafiz prit le pouls du blessé et vérifia qu’il respirait bien. Tout semblait fonctionner. Mais, de ses souvenirs de premiers secours, l’iranien savait qu’il lui restait une chose à faire. Avec des gestes doux et attentionnés, Hafiz plaça son collègue en position latérale de sécurité puis appela les secours pour une intervention immédiate. Tout en discutant avec la personne au bout du fil, il regarda vers Lorelei et leva un pouce pour lui signifier que tout allait bien. Une fois que le réceptionniste téléphonique en eut fini avec lui, il raccrocha et se rapprocha de la garde du corps.

«Il va bien tu n’as vraiment pas à t’en faire. Il est juste dans le brouillard. Tu as vraiment fait un boulot formidable aujourd’hui. Et merci de ne pas l’avoir tué. C’est très professionnel de ta part. Et cela va nous éviter à toi comme à moi de nombreux ennuis. Je te suis reconnaissant  pour ce que tu as fait pour nous tous. Sans toi, nous serions sûrement gravement blessé voire pire. »

Hafiz avait envie de lui poser la main sur l’épaule, pour lui faire comprendre toute la reconnaissance qu’il avait pour elle. Mais aussi pour la rassurer et lui montrer qu’elle n’est pas responsable de tout ce qui était arrivé. Cependant, ce geste aurait pu être mal interprété. Il se contenta donc de faire ce qu’il savait faire de mieux quand il remerciait quelqu’un. Il fit une profonde révérence à Lorelei. Le cuisinier se détourna ensuite d’elle et retourna auprès de Myriam qu’il avait laissé derrière le bar. Elle avait toujours les yeux fermés. Il l’effleura légèrement du bout des doigts et elle le regarda. Il lui tendit une main et dit :

« Viens avec moi Myriam, tout est fini. Il n’y a plus rien à craindre. »

Elle l’accepta.

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 126
Messages rp : 81
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Ven 3 Mar 2017 - 5:49 (17)
Fire

ft. Hafiz
Elle est totalement tendue. Elle a échoué - peut-être. A une mort de plus sur la conscience - peut-être. Son regard parcoure la silhouette écroulée par terre comme un pantin dont on a coupé les fils. Elle sent dans sa main le poids du glock 43 qu'elle a ramassé, lourd. Plus lourd que le sien - et pourtant. Elle a l'impression qu'il la tire vers le bas, l'impression qu'elle va s'écrouler elle aussi, mais elle reste là, les pieds plantés dans le sol. Totalement droite, totalement tendue, tout ses muscles animés d'un tremblement, léger, minuscule, qui meut son corps à l'unisson.

Son regard grimpe sur Hafiz lorsqu'il se jette au secours de l'homme, le fixe alors qu'elle attend le verdict. La bouche sèche, l'angoisse plantée dans son ventre comme une lame. Fuck. Fuck. Fuckfuckfuck. Elle tente de repousser la panique d'un coup de détermination pure, qui balaie son crâne. Et pourtant, elle reste bien présente, fait picoter ses doigts. Breathe. Just breathe. Sans que sa respiration ne se calme. Et déjà, les pensées tourbillonnent dans son esprit qui la blâme. Elle n'aurait pas dû se retourner, elle n'aurait pas dû être déconcentrée, elle aurait dû être plus attentive, elle aurait dû, elle aurait dû, elle aurait dû...

Hafiz se relève. Compose un numéro sur son téléphone. Et lui offre un pouce en l'air. Oh thank fuck. Le soulagement s'écrase sur elle comme une vague; détend tous ses muscles, si bien qu'elle a l'impression que ses jambes vont flancher et qu'elle va tomber sur ses genoux. Mais pourtant elle reste debout, et ses genoux se contentent de trembler. Thank. Fuck. Elle passe la main dans son visage, lâchant un nouveau soupir qui délie la nervosité au creux de ses os.

« C'est good. J'suis contente. » Qu'il aille bien - bien sûr. « Pas b'soin d'me remercier. J'ai fais qu'mon boulot. » Elle repousse ces remerciements d'un geste de la main en plus de ses mots. « Ouais. Tuer... C'pas mon boulot. » Laisse bien cachée au fond de son crâne cette culpabilité qui la ronge toujours - la raison pour laquelle elle ne tuera jamais personne. Qu'elle ne supporterait même pas de voir quelqu'un mourir devant ses yeux. « J'l'ai d'jà dit: pas b'soin d'me r'mercier. C'est vous qu'avez bien fait d'engager un garde; c'votre propre prévoyance qu'a empêcher c'connard d'faire plus de dommages. » Étrangement humble, d'une façon dont elle ne l'est jamais. Mais il lui semblerait bizarre de prendre des louanges qu'elle n'a pas l'impression avoir méritées; après tout, la seule raison pourquoi l'homme toujours écroulé n'est pas mort, c'est parce que le tireur n'était pas efficace. Elle a fait une erreur de taille, qui aurait pu coûter la vie à quelqu'un, et ça, elle ne se le pardonne pas réellement.

C'est pourquoi elle fait même un pas en arrière, soulevant ses mains, paumes en avant, alors qu'Hafiz lui offre une profonde révérence. « Woah, bud. R'lève toi, j'mérite pas ça. » Même pas un peu. Et lorsqu'il se redresse pour aller retrouver la barmaid, elle songe que, sans lui, tout aurait pu vraiment mal tourner. À ce qu'elle a pu voir, il l'a gardée sous contrôle tout le long de l'attaque, ce qui l'a empêcher de faire quelque chose d'imprévisible; qu'il n'y ait pas qu'une personne de tirée. Donc avant qu'il ne se rende à elle, elle l'interpelle. « C'moi qui devrais t'remercier! T'as pris en charge la situation, t'as fait sortir tout l'monde, et t'as rendu mon travail bien plus facile en l'faisant. C'pas moi qui a sauvé qui qu'ce soit ici. » Elle n'a fait que tirer sur l'agresseur: et trop tard, en plus. Elle aurait dû tirer dès le départ, alors qu'il avait l'arme baissée, sans qu'il ne puisse la relever. Elle a hésité, et par sa faute quelque chose de bien plus grave aurait pu se passer. Elle devra apprendre à être plus décisive; mettre les gens en joue moins, et les tirer plus.

Elle observe alors qu'Hafiz retourne aux côtés de la barmaid, la prend par la main. Et son regard redescend sur le glock 43 dans sa main; elle passe son autre main sur son visage, animé d'une moue étrange. Not good enough.
ϟ NANA


Spoiler:
Breathe. Just breathe.: respire. juste: respire.
Not good enough.: pas assez bon.

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 678
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 5 Mar 2017 - 14:27 (18)
« C’est ce que vous croyez. » avait répondu Hafiz à Lorelei quand il retournait auprès de la barmaid.

Mais il ne dit rien de plus. Le but n’était pas de savoir qui avait raison ou non. Hafiz savait que sans elle, il aurait tout perdu. Mais il voyait bien dans les yeux de Lorelei et dans son attitude qu’elle n’allait pas bien. Le problème était qu’Hafiz ne savait pas vraiment quoi lui dire d’autre. Les blessures intérieures étaient les plus dures à refermer. Elle semblait se sentir coupable. Le cuisinier était particulièrement désolé pour elle. Il retourna cependant auprès de sa collègue et l’aida donc à se relever. Quand leurs deux mains se touchèrent, l’iranien sentit bien qu’elle tremblait encore. D’ailleurs, il dut la rattraper quand elle se releva car ses jambes ne la soutenaient pas encore très bien. Elle s’excusa mais le cuisinier lui fit bien comprendre qu’il n’y avait pas de mal.
Il allait l’amener se mettre assise sur une chaise pour lui permettre de se remettre un peu mais elle lui lâcha la main, lui faisant comprendre par le regard qu’elle voulait faire autre chose. Il la regarda s’éloigner en direction de Lorelei qui semblait perdu dans ses pensées en regardant son arme. La barmaid l’entoura de ses bras la serra fort. Au vue de la scène, le cuisinier sourit. Cela faisait chaud au cœur de voir autant d’amour après tant de destruction. Il l’entendit d’ailleurs dire :

« Merci beaucoup Lorelei. Merci du fond du cœur. Vous nous avez vraiment aidés aujourd’hui. »

Elle sanglotait encore un peu mais elle arrivait à faire des phrases complètes sans trop de problème. Les abandonnant à cette élan de sentiment, Hafiz se dirigea vers le bar et en sorti une bouteille d’alcool assez fort. Il dégotta également trois petits verres et en rempli chacun avec une bonne dose d’alcool. Hésitant un instant, il jeta un coup d’œil aux deux femmes. Elles ne le regardaient pas. Elles étaient encore enlacées. Il en profita pour boire son shot d’alcool et le rempli à nouveau. Le liquide lui brula la gorge. Ce n’était pas son habitude de boire de l’alcool. Il limitait sa consommation aux seules soirées où il allait. Et encore, il ne buvait qu’un peu de vin ou de champagne. Cela lui fit un bien fou étrangement. Il chargea par la suite la bouteille sur un plateau ainsi que les verres et se rapprocha des femmes.

« Un petit remontant mesdames ? »

La barmaid n’hésita pas longtemps à saisir ledit breuvage. Hafiz insista un peu pour que Lorelei prenne le sien également. L’iranien prit lui aussi son verre et le leva bien haut devant lui.

« À notre survie et à notre travail d’équipe ! »

Hafiz attendit un instant. Il devait se faire une promesse à lui-même. Il allait changer. Oui, il allait vraiment changer. Devenir maitre de son destin. Arrêter de dépendre de la bonté des autres. Tout va changer à partir d’aujourd’hui.  Il ingurgita son second shot en moins d’une minute. Le passage du liquide se fit plus facilement. Il sourit à ses deux interlocutrices. Un sourire sincère mais qui cachait bien des choses.

« Bon, on va avoir du pain sur la planche pour retaper tout ça. »

_________________
Spoiler:

avatar
Personnage : All of the blood that we spilled
cannot fill my empty heart.
Like this is a white coliseum
and you are the fighter.
While I pretend that you have the strength
of victorious men.
In a memory I fall
into the arms of a dancing girl.
Nom de code : Blackout
Avatar : Blake Belladonna - RWBY
Messages : 126
Messages rp : 81
Date d'inscription : 19/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Dim 12 Mar 2017 - 6:44 (19)
Fire

ft. Hafiz
Le regard posé sur le 43, elle en fouille les recoins des yeux, comme si elle pouvait trouver ses réponses au creux du mécanisme. Réalisant, d'une étrange façon, qu'à l'intérieur de cette chose est nichée la capacité de tuer, d'un seul mouvement de son doigt. Et il y a quelque chose, là dedans, qui lui fait peur. Auquel elle n'avait jamais vraiment réfléchi. Parce qu'elle sait qu'avec son propre glock elle ne tuera pas, et quelque chose en elle lui donnait l'impression que cela arrêterait tout le monde. Won't, though. And ya gotta deal with that somehow.

Elle relève les yeux alors qu'elle réalise que quelqu'un s'approche d'elle, juste à temps pour voir la barmaid, qui continue de s'approcher jusqu'à l'entourer de ses bras. « Uh... Oh. » Lorelei passe son bras avec la main libre autour de la barmaid, et glisse le glock 43 - s'assure que la safety est bien en place - à sa ceinture, dans son dos. Sa seconde main maintenant libre, elle complète l'étreinte. « Ça va, ça va. » Il y a un certain malaise dans ses mouvements; elle ne sait pas vraiment comment réagir. Elle n'a jamais eu le don de réconforter les gens: elle se contente donc de rester silencieuse et de tenir la barmaid contre elle tant que celle-ci ne brise pas l'étreinte en premier.

L'étreinte lui fait chaud au cœur, d'une certaine façon, et pourtant de l'autre ne fait rien pour repousser ses doutes. Avec une erreur aussi magistrale que celle que Lorelei a commis, la barmaid aurait pu tout aussi bien mourir. Si ça avait été elle qui s'était levée, si Hafiz n'avait pas été là, elle ne serait sûrement pas debout ici en ce moment. Et ça, rien en Lorelei ne parvient à l'oublier.

Lorelei accepte volontiers et sans rechigner l'alcool qu'on lui tend. Elle hoche la tête comme toute forme de remerciement, et prends le shot cul-sec, pas même une fraction de seconde après le toast. Elle sent l'alcool lui brûler la gorge, sentiment satisfaisant qui lui fait certainement un peu de bien. Elle jette un regard à la barmaid, puis à Hafiz alors qu'il s'exprime à nouveau. « Ouais. D'solée d'pas avoir pu l'arrêter avant. 'Fin, j'imagine qu'j'aurais pas trop pu l'empêcher d'péter la f'nêtre. » Elle réfléchi un instant, avant d'offrir: « Si y'a quoi qu'ce soit qu'j'peux faire, dit-le, hein. J'suis encore en service. »
ϟ NANA


Spoiler:
Won't, though. And ya gotta deal with that somehow.: mais ça le fera pas, et tu dois apprendre à accepter ça.

_________________


« If there's a god he better have a damn good excuse for playin' me like a fuckin' fool. »

avatar
yo
Personnage : Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi
Messages : 678
Messages rp : 145
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Technicien
posté le Mer 15 Mar 2017 - 13:43 (20)
Hafiz sent que Lorelei est toujours un peu secoué par ce qui vient d’arriver. Mais il ne pourra rien faire de particulier pour l’aider. En tout cas pas aujourd’hui. Il lui faudra du temps pour refermer cette blessure.

« Les fenêtres, ça se remplace aisément. Je préfère ça à la mort de plusieurs innocents. Nous nous en sortons avec un simple blessé, même pas grave. Nous pouvons nous estimer heureux. »

La garde du corps propose son aide. Bien évidemment, il n’y a rien à faire maintenant à part attendre les secours. Mais, il pouvait retourner cette question contre elle.

« Bien sûr que tu peux encore faire quelque chose. Installes-toi à cette table. Myriam, toi aussi s’il te plait»

Le cuisinier les fait s’installer comme si rien n’avez changé dans le restaurant.

« Le chef vous propose des sandwichs maisons. Un petit saucisson, beurre, cornichon. C’est rapide à faire et il vaut mieux que nous nous remplissions l’estomac. »

L’iranien ne leur laisse pas le temps de discuter. Il file droit vers la cuisine et se mets à préparer lesdits casse-croutes. En farfouillant un peu, il déniche plusieurs parts de gâteaux divers et les rajoutent sur le chariot de cuisine. Une fois que tout est prêt, il apporte le chariot auprès des deux femmes et fait le service comme à son habitude. Il tient également à porter de main une petite bouteille de vin ainsi que la bouteille d’alcool fort. Qui sait ce dont elles auront envie. Hafiz retourne un instant auprès de son assistant étendu sur le sol. Il vérifie que celui-ci respire toujours. C’est le cas et c’est rassurant. Il lui prend également la main tout en lui parlant. Il avait appris que certains comateux étaient dans un état de semi-conscience et qu’ils entendaient quand on les appelait. Mais, sur ce coup, rien ne se passa. Les urgenciers qui arrivaient sauraient mieux que lui comment aider l’employé. Hafiz revint donc auprès des dames et entama sa propre portion de casse-croute. Il n’avait pas vraiment faim mais il s’obligea à manger. Il garda cependant le silence jusqu’à l’arrivée des secours.

Quand ces derniers arrivèrent, Hafiz prit en charge les opérations en expliquant ce qui était arrivé. De la vitre brisée au coup de feu de Lorelei. Les autorités prirent également les dépositions des deux femmes mais expliquèrent que la garde du corps n’avait fait que défendre le restaurant et ses employés. Elle ne serait donc pas inquiétée par des poursuites judiciaires. Pendant ce temps, les urgenciers emmenaient l’assistant cuisinier et demandèrent au cuisinier de prévenir la famille du blessé. Ce que l’iranien fit un peu plus tard. Une fois que tout fut réglé, Hafiz congédia la barmaid ainsi que Lorelei. Elles avaient toutes deux besoins de repos. Lui aussi d’ailleurs mais il allait devoir passer masse de coup de fil avant de partir. Heureusement qu’il n’était pas patron tous les jours.

_________________
Spoiler:

Contenu sponsorisé
posté (21)
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum