bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »


Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Himiko Ashida | Twilight collapses

avatar
Invité
Invité
le Ven 3 Fév 2017 - 16:14
Himiko

Himiko Ashida

feat Cola | Guweiz

Caractère

L'Institut. Une pièce blanche étroite, sans fenêtres, éclairée au plafond par une série de néons. Un lit, une petite commode et un coin sanitaire. Un système d'écoute sophistiqué est intégré à chacun des quatre murs de la pièce. Himiko est assise, seule, recroquevillée sur elle-même.

UNITE B8B4, via le système d'écoute
Bonjour madame. Avez-vous bien dormi ? (Un temps. Pas de réponse) Je vois. Je suis l'unité B8B4 et j'ai pour mission de dresser votre portrait psychologique. Une coopération...

HIMIKO, l'interrompant et relevant la tête
Serait souhaitable, oui je sais. J'ai déjà entendu ça hier. Ou avant-hier, quelle importance... Le temps prend ici des dimensions étranges. Le jour, la nuit, tout cela est dépassé n'est-ce pas ? Vous êtes une voix, j'en suis une autre, et nous nous parlons.

UNITE B8B4
Je suis ravi de voir que...

HIMIKO
Tu ne vois rien, tu entends. Si tu voulais vraiment voir, il faudrait que tu franchisses cette porte, et que tu te plantes devant moi. Là, tu me verrais. (Un temps) Quoi ? Pas un mot ? J'ai connu des robots plus bavards que toi.

UNITE B8B4
Si madame ne veut pas coopérer, je reviendrai plus tard. Mais je rappelle à madame que...

HIMIKO, l'interrompant à nouveau, un sourire joueur aux lèvres
Plus vite elle parlera, plus vite elle sortira de cette cellule. Ta programmation doit vraiment être rudimentaire pour sortir tout le temps les mêmes phrases. (Elle laisse échapper un soupir) Pourquoi je devrais répondre à tes questions ? J'en ai moi aussi des questions.

UNITE B8B4
Toutes vos questions recevront des réponses en temps et en heure. Mais d'abord, vous devez jouer le jeu. (Un temps) Quelle est votre vertu préférée ?

HIMIKO, surprise
Drôle de question pour commencer un interrogatoire. Pas de nom ? Pas d'âge ? Pas de sexe ?

UNITE B8B4
Toutes ces informations sont déjà en notre possession. L'objectif de ce test est, je vous le rappelle, de dresser un portrait psychologique, pas de constituer un état civil.

HIMIKO
Très bien, très bien. (Elle réfléchit) La prudence. Comme le disait Shakespeare, Wisely and slow : they stumble that run fast*. D'ailleurs, je crois que les français disent assez facilement que prudence est mère de sûreté.

UNITE B8B4
Vous avez lu Shakespeare ?

HIMIKO
, laissant échapper un sourire
Mon père était anglais, j'ai ça dans le sang.

UNITE B8B4
Je vois. Poursuivons, si vous le voulez bien. La qualité que vous préférez chez un être humain ?

HIMIKO
L'exercice de son libre-arbitre. La liberté de pensée si vous préférez. Sans elle, je crois que je ne serais pas là à vous parler. Sans elle, je ne suis même pas sûre que l'on puisse encore porter le nom d'être humain.

UNITE B8B4
Intéressant. Comment vous définiriez-vous en quelques mots ?

HIMIKO
, après un long silence
Une somme de choses vécues, une inclusion de choses à être. Walt Whitman.

UNITE B8B4
Vous lisiez beaucoup avant d'arriver ici ?

HIMIKO, durcissant ses traits
C'était la seule chose qui me restait. Chaque jour, les mots que je lisais étaient pour moi un acte de résistance. Mieux, ils étaient l'acte de toute résistance. Dans un monde où le temps, l'espace et la conscience s'éteignaient petit à petit, il ne me restait que ça.

UNITE B8B4
Je vois. Je vais à présent vous poser une série de questions. Répondez de façon rapide et intuitive, sans développer votre réponse. Votre fleur préférée ?

HIMIKO
Le Sceau de Salomon.

UNITE B8B4
Votre couleur préférée ?

HIMIKO
Bleu.

UNITE B8B4
Votre oiseau préféré ?

HIMIKO
Le corbeau.

UNITE B8B4
Très bien. Nous allons à présent analyser vos résultats. Une équipe viendra vous faire passer des test psychomoteurs dans la journée. Nous vous remercions de votre collaboration.

La voix s'éteint subitement. Une pièce blanche étroite, sans fenêtres, éclairée au plafond par une série de néons. Un lit, une petite commode et un coin sanitaire. Himiko est assise, seule, et elle attend.

Himiko

Âge: 17 ans / 32 ans
Naissance: 26/10/2084
Départ: 12/11/2110
Présence en ville: 6 ans
Nationalité: Anglo-japonaise
Métier: Tireuse d'élite
Statut civil: Célibataire

Groupe: Institut Svensson
Section: Sécurité
Rang: Simple Membre
Nom de code: Ravenshell

Taille: 1.65
Corpulence: Fine
Cheveux: Noirs (Naturel)
Yeux: Bleu cristallin
Autres: Insénescente

Histoire


Dans l'ombre, les souvenirs murmurent. Ils caressent le silence mortel de ces nuits vagabondes où je m'égare, attendant l'aurore, entre une lune de plomb et des étoiles d'ébène. Fleurs déjà fânées. Lueurs déjà meurtries. Et ce ciel qui s'illumine un instant pour s'éteindre aussitôt, sans un cri, sans une larme. Vie, être, choses, paroles. Derrière le voile des mes yeux, des images venues d'un autre temps. Des images que j'aurais préféré oublier.

Des tours de métal se perdent dans l'immensité bleue d'un orient en décomposition. Tokyo est là, sous mes pieds, ruines silencieuses d'un monde qui n'est plus. J'avance seule dans la nuit, seule face au chaos qui progresse de jour en jour, inlassablement.


On l'appelait Lazarus. La première fois que j'ai vu ce mot, c'était sur un écran publicitaire, en plein cœur de Tokyo. J'avais tout juste dix ans. Transcendez votre existence, disait le slogan. L'aboutissement d'années de recherches et de travaux. Du moins, c'est ce qu'on voulait nous faire croire. Lazarus, sur le papier - ou je devrais plutôt dire, sur nos écrans - c'était la victoire de l'homme sur la mort. L'entreprise à l'origine de ce projet était Memorize, une société britannique implantée depuis près de trente ans au Japon. Leur réputation était solide et leur casier judiciaire complètement vierge.

Pourtant, Lazarus Version 1.0, lancé en 2094, n'avait pas eu le succès qu'on aurait pu attendre d'un tel projet. A cette époque, personne n'envisageait sérieusement de faire numériser entièrement sa conscience pour la stocker sur un serveur central, qui plus est sur un serveur géré par un organisme privé. Car c'est cela que proposait l'interface Lazarus : une sauvegarde complète de votre conscience à un instant donné afin qu'en cas de décès prématuré ou non, vous puissiez continuer à vivre sous la forme d'un programme informatique ; un programme potentiellement transmissible, dans plusieurs décennies, à un androïde capable de servir de réceptacle à votre esprit.

Lazarus ne vous promettait pas l'immortalité, du moins, pas directement ; le programme se fondait sur l'espoir qu'un jour, les technologies robotiques seraient suffisamment développées pour permettre à l'humanité de renaître de ses cendres pour ne plus jamais mourir. Lazarus ne copiait pas votre conscience à proprement parler, mais un état de votre conscience à un instant donné. Il créait un autre soi.

Lazarus ne stockait pas des consciences, mais des fantômes.

Heureusement, rares étaient ceux qui voulait s'assurer une vie faite de métal et d'acier dans un futur plus ou moins lointain. Seuls quelques pionniers, les plus riches, les plus téméraires, se risquaient dans cette voie. Il y avait aussi ceux qui n'avaient plus rien à perdre, ceux que la vie avait déçus, ceux qui arrivaient au bout du chemin et craignaient l'abîme qui s'étendait sous leurs pieds. Ceux-là ont été les premiers à rejoindre les lumières de cobalt des serveurs de Memorize. Mais malheureusement pas les derniers.

Lazarus aurait pu rester une hérésie, et j'aurais souhaité qu'il le reste. Dans mon esprit, j'en garde l'image d'un projet étrange, allant à l'encontre des règles éthiques les plus fondamentales. Mais l'homme est la seule espèce qui refuse d'accepter sa condition, sa finitude. Il craint la mort plus que toute autre chose.

Pensez-vous un instant que, si les choses s'étaient passées autrement, nous aurions pu devenir immortels ? Je ne sais pas, et je ne pourrai jamais le savoir.

12 Novembre 2101. Je me souviens de ce jour comme si c'était hier. J'allume mon ordinateur en rentrant du lycée, et je fais défiler mon fil d'actualité. Alors que mon regard scrute la moindre information digne d'intérêt parmi un amas sans fin de phrases et d'images, je tombe sur une publication de type flash-info. Je lance la vidéo.

"L'actualité d'aujourd'hui est marquée par un événement d'envergure mondiale, la découverte d'un phénomène scientifique tout à fait inhabituel et inédit. En effet, la station spatiale internationale vient de nous rapporter il y a quelques heures que la vitesse de rotation de la terre vient de diminuer d'un facteur non négligeable de près de 7,5%. Les mesures ont visiblement été effectuées à quatre reprises en divers endroits du globe, et tous les calculs conduisent au même résultat."

Il a fallu plusieurs jours pour que l'on comprenne ce qui se passait réellement. Beaucoup de théories ont vu le jour, beaucoup d'hypothèses. Mais peu de réponses. Nos journées avaient désormais vingt-six heures. Tout se passait comme si le temps lui-même était en train de partir en lambeaux, et ce qui devait arriver arriva. Après le temps, ce fut au tour de l'espace de rendre son dernier souffle. Notre planète elle-même se désintégrait de l'intérieur.

"Les failles spatio-temporelles - connues sous le nom de "chaos" - observées au Mali, en Chine, en Allemagne et en Amazonie ont toutes un point commun. Elles s'étendent à un rythme lent mais à priori exponentiel. D'après certains scientifiques, elles devraient grandir jusqu'à recouvrir l'ensemble de la surface terrestre d'ici moins de trente ans."

On ne grandissait plus. On ne vieillissait plus. C'était comme si Dieu avait mis le monde sur pause. Et puis, il y avait ces failles. Ces maudites failles. Au début, c'était de petites zones noires, sans lumière, à peine menaçantes. On se contentait de les éviter, on les regardait avec curiosité, et tout allait bien. Avec le temps, elles se sont mises à grandir, engloutissant d'abord des villages, puis des capitales, puis des pays tout entiers. En 2103, le Mali, l'Allemagne, la Pologne et la Bolivie avaient complètement disparu. A la place, il n'y avait rien. Strictement rien. Du noir et du silence. Du néant.

La science elle-même n'y pouvait plus rien. Personne n'y pouvait plus rien. L'humanité se regardait docilement mourir sans pouvoir vieillir, et ne pouvait rien faire pour éviter l'apocalypse. Partout sur Terre, des guerres civiles déchiraient les territoires les plus exposés face à la menace, tandis que des milliers de personnes marchaient en direction des villes les plus éloignées des zones contaminées.

Ainsi commença la guerre. La dernière guerre de l'humanité.



_____


• Journal d'Himiko Ashida •
Propriété de l'Insitut Svensson
Année d'acquisiton - 2009

J'écris pour me souvenir. J'écris pour rester vivante.
Dans un monde où les fantômes demeurent, j'avance.
Dans un monde où les hommes s'éteignent, je garde espoir.
Dans un monde voué à disparaître, je défie le temps.
Ceci est l'histoire d'une âme à la dérive.

Ars longa, vita brevis. L'art est long, la vie est courte.


Jeudi 5 Janvier 2102

Cela fait trois jours maintenant que tous les vols internationaux ont été suspendus. Personne n'est dupe. Tout le monde sait qu'une guerre se prépare. Ce n'est peut-être qu'une question d'heures. Seul le temps nous le dira.




Samedi 14 Janvier 2102

Je suis restée à la maison toute la journée avec maman. Des émeutes de grande ampleur ont apparemment éclaté dans le centre historique de Tokyo. D'après les médias, on compte plusieurs dizaines de blessés. Le premier ministre a annoncé la mise en place d'un couvre-feu temporaire et la fermeture des frontières du pays. Personne ne sait réellement comment tout cela va se terminer.




Lundi 16 Janvier 2102

Aujourd'hui, plusieurs explosions ont retenti dans les quartiers Nord de la ville. Des drones de répression ont été déployés près de notre immeuble, et il est désormais impossible de sortir de chez soi. Maman est très inquiète.




[Plusieurs pages sont manquantes]


Samedi 24 Avril 2106

L'armée ou Memorize. L'armée ou la mort. Memorize ou la mort. Non. Je dois sans doute mal poser la question. L'armée, ou Memorize, ou la mort. Ou les trois en même temps. Ou seulement deux. Ou seulement un. Quelle différence ça peut faire ?
Takezo a déserté la semaine dernière. On a retrouvé son cadavre au pied des remparts il y a deux jours. Une balle au milieu du crâne, et numérisé deux heures avant sa mort. C'est ce que l'on appelle un homme chanceux.



_____


Elle arrête de respirer. Un déclic froid. Une détonation presque silencieuse. Le coup part. Touché. La silhouette tombe, morte. Une voix parle dans son oreille, mais elle ne l'entend pas. Son regard est fixé sur le corps sans vie de la petite fille. Sa voix frémit. Élimination confirmée lieutenant. Des battements sourds retentissent à l'intérieur. C'est rien, c'est juste mon cœur. Il n'y a pas de raison d'avoir peur. Elle abaisse son arme et, d'un seul geste, dénoue ses longs cheveux ébène. Son visage est recouvert de sueur. Elle n'a pas eu le temps de souffrir. Au loin, la lune semble perdre de son éclat. C'est bientôt l'aurore.



_____


• Extrait de la banque de données •
Sujet | Ashida Himiko | Version écrite
Date d'enregistrement | Septembre 2009


Entrée audio #005

- Vous avez travaillé dans une milice ?

- Oui, on peut dire ça. Au début, les réfugiés se faisaient exterminer à coups de bombes et de drones sentinelles. Avec le temps, l'électricité est devenue une denrée rare, que l'armée voulait utiliser avec parcimonie. Ils ont donc recruté parmi les citoyens. J'ai réussi à me cacher pendant un certain temps. Mais ils finissent toujours par vous retrouver et par vous coller un fusil dans les mains, de gré ou de force.

- Vous aviez une spécialité ?

- J'étais tireuse d'élite. J'assurais une partie des gardes nocturnes sur le flanc Nord de la ville. Il y avait une ligne à ne pas dépasser. Nous avions ordre de tirer sur toute forme vivante qui ne respectait pas cette frontière invisible. En général, ils arrivaient par groupes de cinq ou six, rarement plus. Parfois ils étaient armés. Parfois, c'était de simples civils.

- Vous ne faisiez pas de différence ?

- Mon œil a appris à ne pas faire la différence. Quant à moi...




Entrée audio #074

- Ils n'ont jamais déconnecté le serveur central de stockage ?

- Non. Lazarus était devenu le dernier espoir de l'humanité. La chaos progressait toujours, et personne ne savait quand ça pourrait s'arrêter. Alors, au nom d'un vague espoir, on laissait les serveurs allumés et en libre accès. L'armée ne voulait pas être potentiellement responsable de l'extinction de l'espèce humaine.

- Mais ils interdisaient formellement la numérisation ?

- Pour les soldats seulement. C'est-à-dire pour presque tout le monde en réalité. Nous défendions une ville fantôme. Trois vieillards, deux enfants, et une femme enceinte qui n'accoucherait jamais. Voilà le monde d'où je viens.



_____


• Appendix Ad Voces •
L'écho des voix anonymes


"Parmi les nouveaux arrivants de cette semaine, nous avons une jeune japonaise répondant au nom de Himiko Ashida. Elle a visiblement été transférée par erreur à Pallatine. La date du transfert enregistrée dans notre base de données correspond au 12 Novembre 2110, mais des déformations spatio-temporelles importantes en amont et en aval de ce point rendent notre mesure sans doute approximative."

"Cette fille pourrait être un sujet de recherche passionnant. Je n'ai jamais rencontré un métabolisme aussi atypique. Ses cellules semblent avoir été altérées de façon irrémédiable par un phénomène qui m'est totalement inconnu. Son corps tout entier se comporte comme si le temps n'existait pas. Elle est tout simplement incapable de vieillir."

"Nous ne pouvons pas la garder plus longtemps en procédure d'intégration, cela pourrait paraître suspect. Et nous ne pouvons pas en faire un rat de laboratoire non plus, ses compétences pourraient nous être utiles. Alors faisons d'une pierre deux coups : prélevons autant d'échantillons que possible sur elle avant son inscription sur les listes municipales temporaires, et faisons-lui comprendre que c'est dans son intérêt de rejoindre les rangs de l'Institut. Nous avons besoin de tireurs d'élite confirmés."

"Himiko est une élève attentive, curieuse, mais très solitaire. Elle parle très peu, et jamais de son passé, mais arrive facilement à se faire entendre auprès des autres étudiants. Je suis toujours surprise par sa maturité. On dirait que c'est une adolescente de dix-sept ans devenue adulte avant l'heure. Dommage qu'elle se destine à une carrière au sein de la section de Sécurité de l'Institut. Elle a une véritable fibre artistique."

"Makoto. Mon chef de brigade. Il ne ressemble pas aux autres soldats que j'ai pu connaître avant mon arrivée à Pallatine. J'ai l'impression que nous portons les mêmes cicatrices, même si nous n'osons pas en parler. Il y a quelque chose de noble dans son regard, quelque chose venu d'un autre temps, d'un autre Japon que j'aurais aimé connaître. Mais je suis née trop tard, dans un monde à l'agonie. Plus de deux siècles nous séparent je crois ; et pourtant, je ne peux m'empêcher de penser que nous ne sommes pas si différents."



_____


• Péroraison d'une âme vagabonde •

Mokuteki

Une reine versant des larmes au coeur de la tempête
Un fleuve qui coule sous les vieux cerisiers en fleurs
Et ma voix qui se perd dans le tumulte du monde. Himiko Ashida.

Shūto

Un corbeau égaré sous des étoiles contraires
Une coquille qui se brise sous l'écume des vagues
Et mon chant qui s'efface, drame silencieux. Ravenshell.

Rirōdo

Et à la fin, alors que les ténèbres m'emportent, je ne suis rien.
Maintenant je sais ce que tu as ressenti, mon amie.


- La plume derrière le personnage -

Appelez-moi Himiko, j'ai la fâcheuse manie de me faire appeler par le nom de mes personnages. J'ai 22 ans, dix ans de pratique du RP par forum (soit quatre communautés et environ une dizaine de personnages sérieux), j'ai une culture nippone quasi-nulle (j'espère que ce ne sera pas trop handicapant ici) et je suis venue ici parce qu'une certaine Abe Etsuko m'a tiré les oreilles que je n'écrivais plus, etc... et comme le contexte m'a plutôt intéressée au premier abord, j'ai décidé de m'inscrire.

D'ailleurs, j'annonce d'ores et déjà que l'histoire de mon personnage est longue et complexe. Je risque donc de mettre du temps à la rédiger sous une forme qui me convienne et soit agréable à lire, c'est pourquoi je demande d'entrée quelles sont les conditions à remplir pour que le gentil staff me donne une semaine supplémentaire d'écriture (soit une date limite du 20 février au soir au lieu du 13 février). Si ce n'est pas possible, je crains devoir me contenter d'un récit lacunaire.

- Coin vocabulaire/traduction -

* Insénescente est un néologisme issu du latin senex. Il désigne une personne incapable de vieillir physiquement. Ce n'est pas en revanche un synonyme d'immortelle (la plupart des maladies, comme celles qui ne sont pas liées au vieillissement des cellules, ainsi que les blessures physiques peuvent toujours être fatales). Cette caractéristique du personnage sera justifiée dans le développement de l'histoire (à venir).

** Traduction française possible : "Allons sagement et doucement : trébuche qui court vite" (Roméo et Juliette, II-3)

- Crédits -

Bannière inspirée par une oeuvre anonyme (Wallpaperbetter.com)
http://www.wallpaperbetter.com/wallpaper/370/321/264/cyberpunk-futuristic-girl-city-lights-720P-wallpaper.jpg

Icône inspirée par l'oeuvre graphique sans titre de Simon Weaner
https://fr.pinterest.com/pin/429741989417046043/

avatar
Technicien
yo
Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi

Messages : 746
Messages rp : 168
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 3 Fév 2017 - 16:40
Bienvenue à toi sur le forum Malicieux
a bannière est bien sympathique je trouve.
J'ai hâte de lire ta fiche donc bon courage pour son écriture Héros


Spoiler:

avatar
Aces

il était un de ces monstres qui sommeillent dans vos placards d'enfance. un homme brisé par l'existence, qui s'était réfugié dans un personnage pour annihiler ses souffrances. et pour seung joo, le temps passa. c'est désormais un garçon capable de s'adapter, et qui de plus en plus s'adoucit. la violence qui l'environne s'apaise progressivement. bientôt, croit-il, il trouvera l'équilibre qui lui offrira la clé du bonheur.
Nom de code : trauma (+ sneug pour ceux qui ne savent pas prononcer son prénom)
Avatar : kaneki ken

Messages : 1287
Messages rp : 132
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 3 Fév 2017 - 18:16
Guweiz + membre de la sécurité de l'institut + tu crédites tes images + tu fais un néologisme issu du latin = tu m'as l'air de quelqu'un de très bien. Malicieux (et d'intelligent, aussi, ça fait un peu peur) Bienvenue parmi nous, en tout cas. I love you
Alors pour répondre à ta question, il n'y a pas de question, on fait confiance à nos membres pour prendre le temps dont ils ont besoin, donc si tu estimes que tu ne tiendras pas le délai, on allonge sans problème. Donc on veut bien monter jusqu'au 20 février.
Et bonne chance en tout cas pour ta fiche !




avatar
Technicien

Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.

Messages : 1085
Messages rp : 110
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 3 Fév 2017 - 21:37
Sneug a tout dit, j'ai l'air un peu con à côté. Rolling Eyes  Mais qu'importe, l'intention y est.
J'adore la façon dont le caractère a été construit, en tout cas, dire sans dire, c'est ce qu'il y a de mieux.
Bon courage pour ta fiche, et t'inquiète, on est cools avec les délais.


yamamoto senpai ♥yamamoto senpai ♥ flocons

Spoiler:

avatar
Invité
Invité
le Sam 4 Fév 2017 - 0:05
"Des mots, des mots, des mots..." hamlet
"Oh les vains mots." Lorenzaccio
"faire du jour la nuit, et de la nuit le jour, c'est un moyen commode pour ne pas voir les honnêtes gens" lorenzaccio
Plus la citation de Romeo et Juliette (roh j'pensais pas que tu la ferais celle la mdr)

Et sinon moi je prefere praex. Mais bon, voila, trop de souvenirs.

On se fait vieux, non, et t'as bientot 30 ans. Sale vioc, tu pues.
Et depeche toi de faire ta fiche ou je te nourris de litchi *sort le kupo fouet*
avatar
Invité
Invité
le Lun 6 Fév 2017 - 14:27
Merci à tous pour votre accueil chaleureux. Je poursuis la rédaction de l'histoire cet après-midi, et j'espère bien pouvoir vous la donner à lire dans les plus brefs délais.

Cependant, j'ai une question à vous poser : étant donné que fais partie de la section Sécurité de l'Institut, je suppose qu'il est nécessaire (voire obligatoire, surtout avec une spécialité de tireuse d'élite) d'être rattachée à l'une des six brigades de la faction. D'où ma question : y aurait-il des chefs de brigade de l'Institut actuellement joués sur le forum qui seraient intéressés par mon personnage au point de m'avoir dans leur brigade ?

Bien évidemment, ces personnes-là peuvent se manifester au choix avant ou après l'achèvement complet de ma fiche, cependant :

- En cas de manifestation antérieure à la fin de rédaction de la fiche, je m'engage à discuter par MP du lien qui unirait Himiko à son/sa chef de brigade, et à intégrer une partie des éléments retenus à ma section "histoire".

- En cas de manifestation postérieure à la fin de rédaction de la fiche (après tout, peut-être préférerez-vous connaître un peu mieux Himiko avant de vous engager), je ne peux pas garantir une intégration au paragraphe "histoire", cependant notre lien sera explicité dans la section des profils (et ce lien sera bien évidemment construit en collaboration via une correspondance MP).

Voilà, je crois avoir tout dit. Bien évidemment, ces propositions ne sont valables que dans le cas où il faudrait effectivement que je sois rattachée à une brigade.

Ah, et je pense ne pas faire d'abus en me réservant le droit de choisir entre plusieurs "candidatures" si le cas se présentait.
avatar
Invité
Invité
le Jeu 23 Fév 2017 - 0:18
Mon dieu, que dire après tout ce que Seung et Naga ont déjà dit ? Quoi ?!

Pour commencer, j'adore comment tu écris. Tu as une manière de manier les mots qui est passionnante je trouve. De plus cela donne une impression très structurée, comme si chaque mot a été pensé et réfléchi. Je trouve cela très beau. Comme l'a si bien dit Naga, la manière dont tu as structuré ton caractère est la meilleure qu'il soit.
Puis ton histoire quoi ! Pleure C'est génial, vraiment. J'ai hâte de lire la fin. Ton personnage m'intrigue totalement et j'aime ça. J'aimerais beaucoup faire un RP avec toi mais je vois pas le genre de relations que pourraient avoir Méhyt et Himiko Rah ça m'embête maintenant x)

M'enfin, bon courage pour finir ta fiche ♥️
avatar
Invité
Invité
le Jeu 23 Fév 2017 - 1:47
Merci beaucoup Méhyt pour ces retours enrichissants sur mes textes ! J'avais déjà un peu papoté sur la CB avec toi, mais là tu as pris le temps de mieux détailler ton ressenti, j'apprécie beaucoup. Et concernant un éventuel lien au contraire, je suis vraiment enthousiasmée à l'idée de pouvoir construire quelque chose entre nos deux personnages. Comme tout n'est pas écrit noir sur blanc sur ma fiche et qu'il y a volontairement des zones d'ombre, laisse-moi te dire que ma boîte à MP t'es ouverte pour discuter de nos personnages et d'un lien que nous pourrions tisser ensemble ! On a encore plus d'idées à deux cerveaux  Cool

D'ailleurs, je vais de ce pas signaler que ma fiche est terminée. Je suis bien évidemment ouverte aux retours/critiques du personnel validant (et je corrigerai / compléterai / ajouterai si nécessaire, bref, l'apanage habituel des présentations, toussa toussa).
avatar
PNJ

Compte PNJ - responsable des intrigues, des partenariats et des validations, à contacter en cas de besoin.
Messages : 1004
Messages rp : 109
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 23 Fév 2017 - 18:42
Eh bien, quelle fiche. C'était un pari risqué de partir sur les perturbations temporelles, sachant que c'est un peu notre apanage ici et qu'on vous cache des choses, mais j'ai le bonheur de te dire que cela s'intègre parfaitement avec ce qu'on a prévu pour notre univers. Je pense que tu vas adorer notre prochain chapitre. ;)
Côté fiche, ton style se lit vraiment très bien, c'est clair et lisible, et la simplicité de tes mots ne cache pas tout à fait le fait que tu sembles avoir une culture importante. Ça rend ta fiche encore plus agréable à lire. ♥️ Je pense qu'on a assez dit à quel point on aime ton caractère, la façon dont elle n'apparaît pas commode sans pour autant sombrer dans les clichés du genre, et puis ce Lazarus, quelle bonne idée. ♥️ Nul doute que la particularité physique de ton personnage risque d'attirer des convoitises si elle s'ébruite hors de l'Institut.
Allez, j'arrête le blabla inutile, bon jeu parmi nous. I love you

Himiko Ashida

a reçu son permis de séjour à Pallatine

icon 100*100

Ce permis de séjour vous donne le droit de résider à Pallatine, de trouver un emploi et d'appartenir à une diaspora. Il atteste que vous êtes apte à vivre par vos propres moyens en ville. Nous vous rappelons que ce permis est obligatoire pour toutes vos démarches administratives auprès de l'Institut.

Si vous trouvez cette carte, merci de la déposer à l'Institut.

Informations à fournir dans les plus brefs délais.

- Votre adresse
- Votre nom de code
- Votre profil chronosrep.net
Facultatifs :
- Vos textes libres
- Vos recherches de rp

Sachez que :
- Votre avatar est automatiquement ajouté au bottin lorsque vous êtes validé(e), mais pensez à vérifier tout de même que l'ajout a bien été réalisé.
- Vous devez en revanche recenser votre nom de code dans le sujet adéquat.
- Vous n'avez pas de fiche de lien à proprement parler : vous pouvez ajouter tous vos liens dans votre profil, champ relations. Pour faire une demande, c'est par MP, dans les petites annonces ou via les réseaux sociaux.

Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum