bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »


Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Soit la mousse sur ma bière || ft. Hiraeth [St-Valentin]

avatar
Citoyenne

Anna, elle ne vit que pour elle. Elle ne partage rien, n'a rien à offrir, et ne fait aucune concession. Égoïste ? Peut-être, mais elle aime bien croire que c'est par compassion qu'elle agit comme ça. Car à trop vouloir son attention, vous finiriez forcément pas être déçu. A force des choses, elle a appris à apprécier la solitude. Elle ne laisse pas facilement les gens rentrer dans sa vie car elle ne veut pas des responsabilités que cela induit. Elle préfère se faire des amis d'un soir, qui n'ont ni nom, ni visage, des amitiés aussi fausses qu'éphémères. Mais elle sait qu'il suffit d'un peu d'alcool pour que l'illusion prenne forme, pour qu'elle s'enfonce un peu plus dans le mensonge. Pendant quelques heures, elle n'est plus "Anna", cette fille rongée par le passé et les doutes, elle n'est personne ... Car comme chacun, Anna a ses secrets, et elle ferait tout pour les faire taire.
Avatar : OC // Takenaka

Messages : 94
Messages rp : 10
Date d'inscription : 11/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
J'avance, un pas après l'autre. Faut faire gaffe. Tomber de sa hauteur, ça fait mal 'y paraît. Mais j'suis confiante. Marcher, j'fais ça depuis au moins … 20 ans. Peut-être même un peu plus. Ça m'impressionne plus. Moi j'pense qu'il faut se donner des challenges dans la vie. Habilement, je pivote sur mes talons, et me voilà maintenant en train d'avancer à l'envers … ou de reculer à l'endroit. J'sais plus. Heureusement que j'ai ma bouteille et mon verre pour m'aider à garder l'équilibre. Une bouteille deeee … je regarde l'étiquette. C'est qu'il fait plus très jour, j'ai du mal à y voir. Bon …je goûte. Ha oui, c'est vrai, du champagne ! Ou du vin qui pique ? Peu importe … J'ai subitement cette musique qui me revient en tête … je fredonne le refrain et dodeline de la tête. Croyez-le ou nous,  mais des paillettes me tombent sur les épaules et les avants-bras. Un moment magique. Je secoue encore ma tête et voilà qu'il en apparaît encore plus. Taré. J'ai l'impression d'être un sapin de noël. Franchement, j'dois être le conifère le plus sexy de la planète. J'fais un petit clin d’œil au cyprès d'à côté, récemment devenu mon confrère, puis réhydrate ma gorge avec une gorgée généreuse de champagne. Non mais j'pense que c'était pas une si mauvaise idée hein, de sortir ce soir. Alors oui, on vous dira que fêter la St-Valentin avec soi-même, ça respecte pas les traditions. Qu'il faut y aller avec son True Love tu vois. Et bien moi j'peux vous dire qu'avoir entrée gratuite et bouteille offerte, c'est un argument qui a son poids. Bon … là je vois que je n'ai plus mes chaussures. Mais je ne pense pas que ce soit lié au fait d'être célibataire un 14 février. Non sérieusement, j'pense que c'est plus de la maladresse. BOOONG. Ca, par contre, c'est le bruit de ma tête qui s'est cogné sur un objet métallique. Mais le son est peu plus sec qu'un BONG . Je dirais entre PAF et un PING. «P*tain, p*tain, p*tain ...» Je jure quelques secondes mais c'est plus par habitude que par énervement. J'aurais pu dire «héron», ou «étuve» ça aurait été pareil finalement. Accroupis au sol, mes mains sur la tête,  je me mets en position femme blessée qui attend que âme charitable vienne la sortir de cette situation gênante. Mais forcé de constater que je suis la seule fille paumée à errer dehors, je ramasse ma bouteille et me relève avec une moitié d'ego en moins. Je me retourne et découvre que des kilomètres de barrières, hautes de … beaucoup j'dirais, ont été posées sur le trajet qui mène jusqu'à chez moi. Le truc c'est que je suis presque sûre qu'à l'allée elles n'y étaient pas. « ... C'mort » Je passe mon champagne/vin à travers les barreaux et décide d'escalader. Comme ça, à froid, ça a pas l'air d'être une super bonne idée. Et c'est vrai que même en y ré-réfléchissant plusieurs fois, c'est toujours pas fou ... Mais comme dirait l'autre, Yu only laive ounce. Je suis de l'autre côté, avec des bleus sur les genoux et de la terre sur l'frond , mais j'ai ma bouteille et c'est l'essentiel.  Ho bah … Des balançoires. En plein milieu ... Pourquoi pas. Je m'installe sur l'une d'entre elle, mais la gravité pesant lourdement sur mon corps, je bascule en arrière. Tant pis, c'est très bien comme ça aussi. Puis le ciel est très grand ce soir, même plus qu'hier, du coup ça me permet de mieux le contempler. Je soupire, satisfaite.


HIRA3TH 4 EV3R :
avatar
Recherche & Développement

hiraeth :: a homesickness
for a place which never even existed
a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

Nom de code : scylla
Jukebox : atlas hands
Avatar : matsuoka rin + free!

Messages : 280
Messages rp : 64
Date d'inscription : 16/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
we should meet in another life
la ville a pris des couleurs roses, ce soir.
on m'a dit que c'était un jour spécial, un jour où les gens s'aimaient plus que d'habitude et je ne sais pas si je trouve ça dommage ou non, que ce ne soit pas tous les jours. (et je me demande s'il y a des jours où l'on peut vraiment aimer plus que d'autres, ou si on s'en rend simplement compte)
on m'a dit que c'était un jour pour deux personnes, et j'aurais bien aimé le partager aussi mais on m'a dit que ce n'est pas pour les amis -pourtant je les aime tous différemment et si c'est un jour pour l'amour, alors c'est un jour pour eux
on m'a dit que c'était un jour où on mettait tout de côté, où on oubliait ce qui fâche et où on se contente de sourire -peut-être que ma vie est une saint valentin un peu trop longue, et je me demande ce que ça ferait de changer d'air, de changer d'envies, ou si ça perd de son effet à longueur de temps. à vrai dire, je suis persuadé que non.
et alors que je marchais dans les rues, j'ai vu bien des choses, mais j'ai toujours l'impression de voir plus que ce que les autres voient, ou que ce qu'ils veulent admettre, et c'est quelque chose d'étrange, de dérangeant parfois, alors j'ai décidé d'arrêter de voir, juste pour ce soir
je suis allé dans ce parc pour enfant, assis sur ma balançoire, et j'ai regardé les étoiles. j'ai toujours aimé les étoiles -elles donnent un sentiment d'immortalité, parce qu'on sait qu'elles sont mortes mais qu'elles existent encore, et je crois que tout homme aimerait la même chose, au fond. vivre à travers le souvenir. je ne sais pas. peut-être que j'aimerai bien qu'on se rappelle de moi comme d'une victoire.
j'ai toujours aimé les étoiles -elles sont paisibles, toujours fidèles à elles-mêmes, et on y lit ce qu'on veut, mais pas tout à fait ; elles donnent des règles précises (le nord, le sud, l'est, l'ouest), des fantaisies indiquées (la grande ourse, céphée, orion, draco), des existences inespérées (tous ces astres aux noms indéterminés). je sais qu'on découvre encore des étoiles. qu'on en découvrira autant qu'on sera encore en vie. qu'on pourrait en découvrir une fois qu'on sera morts -mais alors, existent-elles encore ? (je crois que oui, mais pas dans le même sens)
il y a du bruit, à côté.
quelqu'un qui s’assoit.
quelqu'un qui tombe.
je tourne la tête, la tempe sur la chaîne de la balançoire, et je ne distingue pas grand chose dans l'obscurité -les lampadaires ne font pas beaucoup de lumière. bonsoir. j'ai hésité mais je n'oublie pas d'être poli avant de parler aux gens. vous avez perdu votre deuxième personne ? parce qu'elle est seule, et qu'on m'a dit qu'aujourd'hui, les gens ne sont pas seuls (sauf les gens comme moi, ceux qui n'ont pas envie de ça) vous faîtes bien de la chercher dans les étoiles. je le dis en cabrant ma nuque, à nouveau. on trouve tout ce qu'on veut, dans les étoiles.

(hrp : omd mais je suis désolée du retard, cette réponse ne voulait pas s'écrire je je je pardon ;w; )
avatar
Citoyenne

Anna, elle ne vit que pour elle. Elle ne partage rien, n'a rien à offrir, et ne fait aucune concession. Égoïste ? Peut-être, mais elle aime bien croire que c'est par compassion qu'elle agit comme ça. Car à trop vouloir son attention, vous finiriez forcément pas être déçu. A force des choses, elle a appris à apprécier la solitude. Elle ne laisse pas facilement les gens rentrer dans sa vie car elle ne veut pas des responsabilités que cela induit. Elle préfère se faire des amis d'un soir, qui n'ont ni nom, ni visage, des amitiés aussi fausses qu'éphémères. Mais elle sait qu'il suffit d'un peu d'alcool pour que l'illusion prenne forme, pour qu'elle s'enfonce un peu plus dans le mensonge. Pendant quelques heures, elle n'est plus "Anna", cette fille rongée par le passé et les doutes, elle n'est personne ... Car comme chacun, Anna a ses secrets, et elle ferait tout pour les faire taire.
Avatar : OC // Takenaka

Messages : 94
Messages rp : 10
Date d'inscription : 11/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
« bonsoir »
Ouah. J'ai senti mon cœur s'arrêter. Pas longtemps hein. Mais assez pour me faire tousser. La bienséance voudrait que je me relève, mais mes muscles sont tout engourdis… Tant pis. Qui est-ce qui a décrété qu'une conversation ne pouvait pas se faire à même le sol ? J'en connais qui s'allonge sur des divans pour parler de leur problème profond. À croire qu'être à l'horizontale rend les gens plus sincères. Alors je vais faire de même hein. Je laisse tomber ma tête sur le côté et essaye de discerner dans la nuit la personne qui se trouve à côté de moi.
« Je t'avais pas vu.»
Et pourtant.
Le gars était grand. Et quand je dis grand, je veux dire TRÈS grand. Quand je vois ses genoux repliés contre lui, je me dis que ça doit pas être facile tous les jours de vivre avec sa taille. Parce que moi, j'adore les balançoires, et j'aimerais pas que mon grand corps maladroit me rappelle que je suis trop vieille pour ce genre de passe-temps… M'enfin.Je lui proposerai bien de venir s'allonger par terre, mais on m'a toujours dit «  pas le premier soir », alors je me ravise. « Vous avez perdu votre deuxième personne ? » qu'il me dit
«  Hmmm non… Je ne l'ai pas vraiment perdu… J'ai juste oublié de la chercher »
J'aimerais lui dire que ce «  Valentin » dont tout le monde parle n'est qu'un mythe, une jolie histoire qui maintenant permet à des gens très malhonnêtes de se remplir les poches. Mais lorsqu'il lève les yeux vers les étoiles et me suggère de chercher parmi des corps célestes qui se trouvent à des milliers d'années-lumières d'ici… je sais pas pourquoi, mais je veux y croire. Et naïvement, je me mets regarder avec lui les points lumineux qui habillent le ciel nocturne. Je forme un rond avec mon index et mon pouce et regarde à travers comme on le ferrait avec une loupe. Pendant quelques secondes, je m'imagine pouvoir y deviner une silhouette familière, cette fameuse « deuxième personne », que j'inviterai à nous rejoindre sans oublier de remercier l'inconnu pour son précieux conseil. Car il est peut-être le seul à avoir pensé à regarder dans ce coin-là… Et c'est curieux hein, mais je suis presque déçue de ne rien y trouver d'autre qu'un amas d'étoiles. Je soupire et laisse retomber mes bras au-dessus de ma tête.
« Et toi ? Tu as perdu quelque chose ? ... Ou peut-être que c'est moi que tu cherchais ?
Je lui souris. Un sourire un peu niais qui dévoile ma rangée de dents et qui rétrécit mes yeux. J'ai sûrement l'air fine avec ma robe couverte de terre et mes cheveux pleins de sable… Mouais. Disons que là, tout de suite,  maintenant … mon apparence n'est plus vraiment l'une de mes priorités. Puis l'ivresse a tendance à me faire croire que le charisme est quelque chose d'inné, même avec 0,5 d'alcool dans le sang.


HIRA3TH 4 EV3R :
avatar
Recherche & Développement

hiraeth :: a homesickness
for a place which never even existed
a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

Nom de code : scylla
Jukebox : atlas hands
Avatar : matsuoka rin + free!

Messages : 280
Messages rp : 64
Date d'inscription : 16/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
we should meet in another life
elle tousse et je me demande si elle est restée bloquée sur mon apparition sur des mots qu'elle ne veut pas avaler -peut-être qu'elle voulait rester isolée, peut-être qu'elle n'avait que l'envie de se tirer de ne pas s'éterniser
ou bien d'être seule, de rester dans son linceul, condamnée face à son propre puzzle
elle ne m'avait pas vu -j'avais bien compris, et je ne bouge pas pour autant. c'est un joli endroit, et elle c'est une jolie fille, et c'est une jolie nuit, et je ne suis pas prêt de partir.
elle me regarde, un peu, un peu trop, un peu longtemps, mais tant pis. j'ai dit qu'aujourd'hui j'arrêtais de comprendre, de vouloir tout entendre de vouloir tout apprendre
elle a dit qu'elle a oublié de chercher.
je comprends ce qu'elle veut dire -c'est étrange, mais moi aussi, j'ai déjà fait ça et oh, ce n'est pas que ce n'est pas important, c'est juste que parfois on se décourage et parfois ça fait mal de continuer quand on est presque persuadé que ça ne mène nulle part.
moi, j'ai cherché un endroit que je ne connaissais pas. parfois, je continue, et souvent, je me rends compte que j'ai peur de trouver -parce qu'après, quoi ?
je ne sais pas
et elle, elle dit qu'elle a oublié, qu'elle n'y a plus pensé, et moi je comprends qu'elle aurait préféré que quelqu'un d'autre la trouve d'abord, que ce ne soit pas si difficile
je n'y connais pas grand chose en amour -je veux dire, celui des films que j'ai pu voir et des romans que j'ai pu lire. ce n'est pas quelque chose qui m'intéresse. ce n'est pas quelque chose que je comprends.
alors, est-ce que j'ai perdu quelque chose pour autant ?
non -je sais que je suis normal, à ma manière, comme tout le monde.
je n'ai rien perdu, non je le sais ; et ce que j'ai pu perdre, je ne veux pas le retrouver et je ne pense pas avoir voulu vous chercher je ne me rends pas compte que c'est un petit peu méchant mais peut-être que je peux vous aider mais pas trop, parce qu'aujourd'hui, j'ai dit que je grandis
que je ne demande pas grand chose
que je me métamorphose
avatar
Citoyenne

Anna, elle ne vit que pour elle. Elle ne partage rien, n'a rien à offrir, et ne fait aucune concession. Égoïste ? Peut-être, mais elle aime bien croire que c'est par compassion qu'elle agit comme ça. Car à trop vouloir son attention, vous finiriez forcément pas être déçu. A force des choses, elle a appris à apprécier la solitude. Elle ne laisse pas facilement les gens rentrer dans sa vie car elle ne veut pas des responsabilités que cela induit. Elle préfère se faire des amis d'un soir, qui n'ont ni nom, ni visage, des amitiés aussi fausses qu'éphémères. Mais elle sait qu'il suffit d'un peu d'alcool pour que l'illusion prenne forme, pour qu'elle s'enfonce un peu plus dans le mensonge. Pendant quelques heures, elle n'est plus "Anna", cette fille rongée par le passé et les doutes, elle n'est personne ... Car comme chacun, Anna a ses secrets, et elle ferait tout pour les faire taire.
Avatar : OC // Takenaka

Messages : 94
Messages rp : 10
Date d'inscription : 11/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
«  M'aider ? Moi ? »

Mince. Je ne sais pas quoi lui répondre. Il me propose son aide alors que je n'en demande même pas. Y'a pas à dire, c'est un chic type … ou un type chic ? Je sais plus, sûrement un peu des deux. Mais 'doit y avoir un malentendu. Ou alors quelqu'un a oublié de mettre au courant, car je suis incapable de me souvenir si j'ai besoin d'aide. J'essaye d'examiner la situation, de voir les choses à travers ses yeux… Ouh ! Je sais ! Mes chaussures. Peut-être qu'il est inquiet du fait que je les ai perdues ? Non vraiment, 'faut pas, elles avaient fait leur temps… Mais peut-être que je me trompe, peut-être que c'est ma nouvelle technique pour admirer le ciel qui le rend perplexe. C'est vrai que ça paraît novateur comme ça, de se mettre dans la position de la morte, mais je suis sûre que plein de gens l'ont fait avant moi.

« Non, tu sais, je pense que je n'ai jamais eu besoin d'aide… »

Le degré de mauvais goût de ma réponse me fout des frissons. Mais heureusement, ma dernière goulée de champagne m'aide à me persuader du contraire. Et finalement, je me dis que ça doit me donner un côté super mystérieux et solitaire. Il manquerait plus qu'une balafre à l’œil droit pour qu'on y croit vraiment. Ouais. La grande grande classe .
Après une longue pause théâtrale, je me relève avec l'élégance d'un opossum malade, et me hisse comme je peux sur mes deux jambes. Je ne sais pas encore si je dois voir ça comme un bon signe, mais j'ai comme l'impression de renaître. Littéralement. Car chaque pas que je fais est à la fois une épreuve et une immense fierté. Je prends quelques secondes pour retrouver mon centre de gravité, et me tourne ensuite vers lui. Il me semble que ça serait impoli de refuser l'aide de quelqu'un qui vous l'offre sans rien demander en retour.

« Tu sais quoi, il y a quelque chose que j'ai toujours voulu faire... »

Je mets ma main sur son épaule pour l'inciter à me suivre et lui montre du doigt le bac à sable qui se trouve à quelques mètres de nous. Je sens bien que mon engouement pour ces gros tas de sable et ces râteaux en plastique est démesuré, mais… c'est comme s'ils exerçaient sur moi un pouvoir que je n'arrive pas à contrôler. J'ai soudainement une envie irrépressible de mettre de l'ordre dans ce chaos. Mais dans le seul et unique but de tout détruire par la suite, en poussant des cris de destructrice des mondes.

« Tu peux me montrer comment construire des trucs classes ? Geeenre… un T-Rex ? Ou même un os de T-Rex, ça me va. Moi je sais essentiellement faire des trous et des poissons de profil … »

J'avance vers la lumière que projettent les lampadaires sur le bac à sable, et m'assoie sur le rebord en bois. J'observe, silencieuse, mes pieds disparaître sous le sable. Des souvenirs un peu vagues de mon enfance me reviennent en mémoire, mais ils me laissent un sentiment mitigé. Et c'est curieux, parce que lorsque j'essaye de me rappeler les fois où mes parents m'emmenaient dans les parcs pour enfants, je n'arrive plus à savoir si c'étaient des moments heureux ou non. Et pourtant, l'idée de retrouver le sable froid et d'y enfoncer mes mains avait suffit à me rendre nostalgique. Mais la nostalgie, je m'en méfie. Car elle déforme la réalité et elle t’endort doucement dans des illusions. Et même si je suis vigilante, même si je m'interdis de regarder derrière moi, je sais que mon passé me suit de son ombre.

Je plonge brutalement mes mains dans le sable et je déterre une pelle en plastique qui s'y était caché. Je la tends en direction de l'inconnu.

« Tu viens m'aider ? »

Mon sourire se crispe.


HIRA3TH 4 EV3R :
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum