« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Donner sa langue au chat | ft. Toad

avatar
Membre

they say when you go up peak thirty-three
you find out what keeps you warm
you realize how precious it is.

it was gone now.
Nom de code : //
Avatar : Viktor Nikiforov - Yuri!!! on Ice

Messages : 106
Messages rp : 47
Date d'inscription : 21/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 20 Mar 2017 - 4:38
donner sa langue au chat
ft. Toad


Samuel apprécie le calme intérieur d'après concert. Ce moment de solitude alors qu'il retourne chez lui, les rues presque vides de la ville (du moins dans le coin où il vit: tranquille, pas exactement connu pour sa vie nocturne), le ciel de nuit au dessus de sa tête. Il y a un certain calme atteint seulement en ces moments, alors que la satisfaction d'un travail bien fait est toujours posée dans ses membres. Il y a bien de bons côtés à ces concerts qu'il a pu tant craindre par le passé.

C'est ainsi, rempli de ce calme posé, de ce contentement profond que Samuel déverrouille la porte de sa maison et y rentre, la verrouillant derrière lui. Il retire son manteau d'un geste ample, faisant bien attention à ce que ses prothèses ne s'y prennent pas, et l'accroche avant de se baisser pour entreprendre de retirer ses chaussures. Soudainement, un bruit sourd le fait sursauter. Inquiet, il se redresse; lentement, il se dirige vers la cuisine, là d'où le son semble venir.

Prudemment, il tend la main et allume la lumière. Une brise froide s'engouffre dans la pièce, et Samuel frisonne: son regard est attiré vers la fenêtre, laissée ouverte. Il a dû oublié de la fermer: il soupire, entamant un pas vers elle pour aller corriger son erreur. Il s'arrête, néanmoins, à mi-geste, quand il entend un nouveau bruit étrange.

Meow.

Il baisse les yeux. Devant lui, l'air un peu confus, est assis un chat. Noir, aux yeux d'un marron profond, l'animal le regarde, comme attendant quelque chose de sa part. Samuel hausse un sourcil. Il fixe le chat. Le chat le fixe. Il a dû entrer par la fenêtre; qui, d'ailleurs, lui rappelle d'une nouvelle brise son besoin d'être fermée. Il contourne le chat, et s'exécute avant de se retourner pour l'observer à nouveau. L'animal s'est retourné lui aussi pour le regarder.

Ils restent ainsi un moment. Homme et animal pris dans un combat de regard, ou simplement aussi confus l'un que l'autre de leur présence mutuelle. Samuel conserve le droit d'être le plus confus des deux: après tout, c'est sa maison. Une solution simple serait de mettre le chat dehors, pourtant le souvenir du froid dans ses os donne à Samuel une compassion étrange.

Il détourne le regard, le temps de regarder l'heure. Il n'est pas trop tard. Bon. Samuel fourre sa main dans sa poche et en ressort son téléphone; il compose un numéro, puis porte l'appareil à son oreille alors qu'il desserre sa cravate de sa main libre.

» Oui, Toad? C'est Samuel Walker. Vous vous y connaissez en chat? J'aurais besoin d'aide. «



» But the old woman said to her, “It means nothing to you, our suffering. We are just mortals, and you are reborn eternally. Everyone around you dies. Every time. It was too late for me when you entered my tent. Woe to those you love.” «

Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum