top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

il faut payer suivant son rang. Ft Issei

avatar
Personnage : historiquement. le clebs est l'ainé d'une fratrie de deux frères et d'une soeur, elle était le parent responsable de ses propres parents, elle était disciple d'un ancien chef de clan yakuza à la retraite, c'est une ancienne yankee (ui avec les sourcils rasés, ce genre de choses)

personnellement. chien de garde des têtes importantes du clan, chien à tout faire en général (de la suppression d'un élément gênant à l'achat de tampon hygiénique pour la gamine d'un supérieur),
Nom de code : Inugami
Avatar : Hinata Hyuga
Messages : 16
Messages rp : 2
Date d'inscription : 07/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Clan Iwasaki
posté le Mar 4 Avr 2017 - 16:32 (1)
Le pas battait le bitume à rythme régulier, s'entrecoupant d'éraflement de gravier venant cogner contre un passant, celui-là meme qu'il lui faudrait esquiver les secondes d'après. C'était plus un besoin qu'une marque de politesse, mais elle ne savait plus si c'était pour éviter le poids de l'homme soûl où la douleur de ses côtes qui se réveillait avec la même sensation agréable à son corps que le crie d'un nourrisson dans les oreilles du voisin aigri.

Osatoka était de bonne humeur ce soir et habituellement, Ban aimait se laisser emporter par ce quartier dès la première patte posée dans ses rues. Rires et conversations animées flottaient au milieu de néon se jouant de bleu ou d'orange, elle se laissait envelopper de se manteau coloré, ralentissant son allure pour s'attarder sur les effluves de saké, de sueur et de femme. Elle laissait docilement son regard se faire attirer par les petites mains d'Osatoka faites de détails insignifiants, comme le pas d'un homme aussi nonchalant qu'hésitant, trahissant son état, ou ces paroles volées dans une ruelle en retrait. Mais pas ce soir.

L'Ozawa était imperméable au susurrement suave de la rue, ses oreilles bourdonnant plutôt sous le sang qui lui montait en tête, perfide combo avec ses pensés sombres qui lui rongeait l'esprit. Elle avait merdé, bordel elle avait merdé et pas qu'un peu.
Y avait pas plus simple pourtant, elle avait connu des suppliques plus compliquées que de transporter un colis à son destinataire, ce n'était même pas excitant mais toujours mieux que d'être rabattu sur de banales emplettes. Le caractère urgent et exceptionnel de la demande de l'Yoshigahara avait néanmoins gardé en alerte le toutou des Iwasaki, mais ca n'avait pas suffit.

Lorsqu'elle était ressortie de la transaction un peu plus tôt, l'esprit blanc, la lèvre rouge et les tympans vrillés de la colère noir du destinataire, il avait suffit d'un instant pour que son telephone lui indique le lieu de rencontre de sa dernière demeure. Enfin elle exagérait, un peu, mais si ce secteur d'activité lui restait obscure, elle savait d'avance que son supérieur n'allait pas l'accueillir guilleret, tape sur l'épaule tout en lui offrant une bière après l'échec de cette mission. Enfin, cette image avait au moins le mérite d'être risible.

Le point de rendez-vous se situait à Osatoka, dans l'un de ses restaurants-bar qui leur offrait l'intimité d'une pièce lorsqu'ils en avaient besoin. Ban s'était pressée d'y arriver, prendre son temps pour inventer une excuse n'était pas son genre et plus elle m'était de temps à arriver, plus elle recasait les événements de sa course. Ce qui était fait était fait, bien qu'admettre son erreur lui bouffait son ego, mentir restait bine pire.

La porte en papier de riz coulissa facilement, laissant quelque résidu de vernie sur les doigts. Une musique d'une autre époque était étouffée par l'ambiance festive de clients venus décompresser, l'avancement de la nuit allant de paire avec la familiarité qu'ils s'autorisait avec les tenancières.
L'une d'elles s'avança vers Ban pour la saluer, un sourire timide au coin des lèvres. La jeune femme le lui rendu, bien qu'un peu rigide, avant de lui confier son besoin d'intimité. La serveuse eu un temps d'arrêt, d'un coup, elle semblait bien plus mal à l'aise mais elle lui fit tout de même signe de la suivre.
Elle lui emboîta le pas vers le fond de la salle, passant à côté du bar, elles dépassèrent un noren coloré contrastant avec le couloir sombre qui lui succédait. Après quelques battants, la jeune fille fini par faire coulisser l'une des portes et s'effaça sur la promesse d'un apéritif. Ban n'eut pas le cœur de lui dire que son estomac se trouvait dans les chaussures qu'elle était en train d'enlever pour accéder aux tatamis, et que ses efforts ne serait donc que pur décoration.
Elle aurait préféré ne pas arriver la première mais il semblerait que la vie avait décidé aujourd'hui de la prendre pour poupée de chiffon et de la jeter du dernier étage, inlassablement encore et encore. Soupirant, l'Ozawa posa genoux à terre face à la table base qui mangeait une bonne partie de la pièce. Un encens au jasmin brûlait dans un coin de la pièce - ce qui ne calmait pas du tout ses nerfs au passage, bah tiens - et juste au dessus était suspendu une citation du Kojiki, les estampes sur le mur opposés devaient certainement lui faire écho, enfin elle supposait.

Après un temps qui lui sembla infini, en comptant six lecture de l'extrait du Kojiki, une profonde étude philosophique des corps dénudés des estampes et de nombreux va-et-vient entre la table basse et la fenêtre qui donnait sur un jardin zen, la porte coulissa de nouveau. Le cœur dansant des ses oreilles, Ban se recomposa un masque et se demanda brièvement si elle avait effacé toutes traces de luttes de son visage. L'instant d'après, un "je suis dans la merde" tourna en boucle comme un chiot essayant de se mordre la queue lorsqu'elle croisa le regard d'Issei Yoshigahara.

Lorsqu'elle se reprit, elle le salua le plus dignement possible. Ses genoux rencontrant un à un le sol alors qu'elle tendait les mains en avant, cette position lui évitait au moins le regard du nouveau venu.

"Bienvenue Yoshigahara-san."
avatar
Personnage : the stars the moon they have all been blown out
this time the war and gore and blood are mine
it's the liars that are punished but the liars speak the truth
guard your strengths and drown the rest: out of mind, out of sight
the chains on my wings still tight but loosening
Nom de code : 死線 (shisen; le point entre la vie et la mort)
Avatar : Amon Koutarou - Tokyo Ghoul
Messages : 47
Messages rp : 29
Date d'inscription : 24/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Clan Iwasaki
posté le Ven 7 Avr 2017 - 2:58 (2)
il faut payer suivant son rang
ft. Ban
小澤 番. Ozawa Ban.

犬神. Inugami. Esprit sous forme canine voué à un maître, mais sachant toujours s'en détacher. D'une puissance redoutée, et pourtant loyal lorsque l'on s'en montre digne. Cela fait-il de tous les hauts-gradés de l'Iwasaki-rengō des inugami-mochi? Vivront-ils, craint de tous, avec cet esprit puissant au creux de leur paume? Cela signifierait poser leur bien-être entre les doigts de cet esprit - instable, parfois - et ainsi est impensable. Ozawa Ban ne possède de l'Inugami que le nom, et jamais le surnaturel. N'est qu'une humaine telle tous les autres, se targuant de cette servitude, de cette efficacité sous-entendue par son nom de code. Connue à travers la diaspora pour sa polyvalence et son efficacité: il allait ainsi de soi, pour Issei, de la choisir comme celle qui livrerait le cœur de la fille d'Ezekiel.

Livraison urgente de la plus haute importance. Et pourtant, théoriquement, mission simple. Passer du point A au point B, offrir à cet homme un nouveau cœur pour son enfant, ayant déjà quelqu'un pour le lui implanter. Et pourtant, c'est un échec. Cuisant. Total. L'organe complètement endommagé, voir perdu (on n'a pas offert à Issei ce détail). Perte de temps énorme - le sablier sanglant égrainant ses dernières gouttes; à cette heure, le dernier souffle de cette enfant a peut-être quitté ses lèvres. Si non, il ne tardera certainement pas à le faire. Et Issei s'en retrouve responsable: ange sanglant, miracle noir et insidieux qui jamais ne sera accompli.

Ironie immense, que Dieu aie abandonné Ezekiel.

Et pourtant que sa foudre vienne s'écraser sur la responsable, sous la forme vengeresse d'Issei, tempêtant, grondant sous son masque; neutralité pliée de colère. Ses pas sont larges - les passants s'écartent à son passage. De son être s'échappe cette aura écrasante, cette intimidation, agression pure qui pourtant ne se concrétise jamais dans ses gestes. Le feu brûle dans son estomac, flammes léchant sa gorge et faisant bouillir ses muscles, vapeurs noires s'échappant de ses lèvres en respirations profondes. Il pénètre au sein de l'établissement - lieu du rendez-vous qu'il a posé à Inugami - comme une bourrasque de vent glacé. L'on le reconnaît - le guide jusqu'à l'endroit où, déjà, la subordonnée l'attend.

Elle l'accueille d'un regard; se recompose et s'agenouille. Issei condense en ces prochains mots la furie glaciale qui l'habite - forme en son japonais ces lames de glace claires et tranchantes; pourfend sa langue de cette violence, rage polaire qui s'infiltre en ses veines comme une haine.
« J'espère que tu as d'excellentes explications à m'offrir. »
Il espère - pour elle. Son incompétence lui en coûte beaucoup; elle ne sortira pas de cet endroit indemne. Issei en sera certain, la brisera si cela est nécessaire pour la sculpter - lui fera payer de cette erreur qui tache sa réputation et blesse ses affaires.

_________________

君 が 明日 蛇 と なり
人 を 喰らい 始める として
人 を 喰らった その 口 で
ボク を 愛す と 吠えた として も
僕 は 果たして 今日 と 同じ に
君 を 愛す と 言える だろう か


Spoiler:

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum