top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

L'alcool met sens dessus de saoul - Camil Boyle

avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 219
Messages rp : 123
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Sam 8 Avr 2017 - 18:04 (1)
Dans le sanctuaire de son appartement, Locke poussa un long bâillement épuisé, l'haleine puant l'alcool. Il baissa son pantalon, et eut un léger frisson de plaisir.

-Pfiou...Soupira-t-il avant de se mettre à siffloter. Après quelques verres, se vider la vessie faisait toujours un bien fou.

Bien que la nuit avait déjà bien avancé, il n'était pas encore exactement ivre. Hmm ? Que faisait-il chez lui alors que généralement, il passait toutes ses soirées dehors dans des bars malfamés de Kolt à créer des embrouilles? Hé bien. Au moins une fois par mois, il consacrait l'une de ses soirées à boire avec son colocataire, Camil Boyle. Drôle de pensée de se dire que Locke, le chef-scientifique irresponsable qui fuyait parfois le taf pour s'amuser ailleurs, et Camil, l'homme au prénom efféminé responsable et droit qui était à la tête de la sécurité de l'institut, habitaient sous le même toit en collocation. Une paire improbable que presque tout opposerait en général. Mais étrangement, les deux hommes s'entendaient assez bien malgré les différences. La magie de l'alcool et de la collocation qui créait et resserrait des liens qui n'auraient jamais eu lieu dans d'autres circonstances, supposait Locke.
Et pourtant, ce n'était pas faute d'avoir pratiquement ruiné leur relation au début. Avoir un chef de la sécurité qui aurait eu l'ennui et le mauvais goût de faire la morale à l'insupportable Locke à chaque fois qu'ils se voyaient dans l’appartement lui aurait beaucoup cassé les couilles, aussi avait-il eu la grande idée de tester la détermination de Camil les premières semaines de collocation à coup de farces, un test insupportable que chaque colocataire devait passer. L'eau froide pendant les douches, du piment à la place du dentifrice, une disparition soudaine de PQ pendant une grosse chiasse…
….
Baaaaah, c'était du passé et la relation avait évolué, en bien. Peut-être qu'un jour, ce lien sera si fort que Camil aidera Locke à se faire la malle pendant son taf et couvrira la flemmardise du scientifique, héhé. On pouvait toujours rêver.

Ceci dit, en réalité, Locke aurait largement préféré qu'ils passent la soirée à boire dehors, dans des bars à Kolt. Picoler à deux dans l'appartement avait ses avantages, comme se lancer des défis, la tranquillité et la sécurité de ne pas se faire poignarder dans le dos par un gangster qui aurait une dent contre le chef de la sécurité, heh.
Mais le grand souci était : qui des deux allait devoir jeter et nettoyer les verres, l'alcool qui tombe sur le sol, et, évidemment, le vomi ? La dernière fois, ça n'avait pas très bien fini, et l'odeur avait été ignoble. Ils allaient devoir décider d'ici demain, haha, et Locke tenterait d'échapper à cette corvée, quitte à tricher.

Lorsqu'il finit sa petite affaire dans son sanctuaire, il remonta son vieux jogging, tira la chasse d'eau, se lava les mains, et sortit des chiottes soulagé et opérationnel pour continuer la soirée.
Dans ses fameuses pantoufles roses, il se dirigea dans le salon d'un pas las et lent, affichant toujours son sourire idiot caractéristique, et n'hésita pas un instant à se vautrer dans le canapé en compagnie de son camarade de beuverie.

-Camil my Boy(le) !...Blurp. Léger rot. Et si on reprenait là où on s'était arrêté? Dit-il avec un air complice.

Tiens, quel jour on était d'ailleurs? Avaient-il du boulot demain… ? Oh well, quelle importance. Pour Locke, ça ne faisait aucune différence.
avatar
Son of the desert
Personnage : c'est un homme brisé. la guerre est rarement jolie à voir, pire à vivre. il est amoureux. amoureux du désert.
il ne supporte pas, ne supporte plus la vue du sable.
mais il la recherche, recherche sa chaleur, son atmosphère. sa propre pesanteur. il vit sur une autre planète et il rêve souvent du désert, mais il ne faut pas lui en vouloir, à camil. il est persuader tout au fond de lui d'être utile et de protéger les citoyens de pallatine grâce à son boulot, mais à la surface, il doute de tout.
on lui a beaucoup menti, à camil, ce qu'il fait qu'il ne sait plus très bien à qui faire confiance. l'institut lui a volé des souvenirs, les effaçant grâce à l'hypnose, alors même à lui-même, il ne fait pas confiance. ca le rend vulnérable, et suicidaire sur les bords. il ne sait pas où il vit, là-bas dans le désert ou ici sur terre. enfin pallatine.
enfin vous savez bien, n'est-ce pas? ou bien êtes-vous perdu, vous aussi, entre avant et après?
Nom de code : 41
Avatar : Marco Adriano
Avatar IRL : Raphaël Personnaz
Messages : 38
Messages rp : 15
Date d'inscription : 07/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Dim 18 Juin 2017 - 16:06 (2)
CAMIL BOYLE
&
LOCKE MELBORN
LES PANTOUFLES ROSES DE L'ARCHIDUCHESSE SONT-ELLES SÈCHES?
Le crépuscule avait quelque chose de triste. Feu d'artifice que personne ne regardait, petite chanson vieillotte ne faisant danser plus grand monde. Il n'y avait que moi pour lever les yeux au ciel et m'étonner de sa beauté flamboyante, explosion de couleurs, comme si un artiste avait, de rage, déversé sa tablette sur la voûte céleste. J'apprécie le spectacle jusqu'à m'arrêter totalement en plein milieu du trottoir. Les gens râlent doucement autour de moi, me contournant au dernier moment. Je sens toute cette fourmilière en activité, travailleurs sans repos, chacun s'acquittant de sa tâche. Chacun avec un but précis à atteindre, chacun prêt à sacrifier tout ce qu'il possédait pour le réaliser. Chacun immolant inconsciemment sa liberté de mouvement pour de l'argent. Sa liberté de penser, aussi.


Je n'étais pas différent d'eux, à bien y réfléchir. J'étais tout autant esclave, appartenant corps et âme à la masse grouillante de la plèbe. Un insecte parmi les autres, un inconnu perdu dans la foule.


Enfin, perdu... Qui prenait le temps de souffler en admirant la nuit naissante.


Mon sac de provision alourdi par les bouteilles d'alcool se balance à mon bras lorsque je reprends ma marche automatique. Direction l'appartement que j'occupais avec Locke Melbourne, étrange individu auquel je ne comprenais pas grand-chose la majeure partie du temps.


Surtout en ce qui concernait les voyages temporels. Il avait beau m'expliquer encore et encore, brasser de l'air avec ses mains qu'il agitait lorsqu'il était excité, manquant par-là de m'éborgner une fois, rien ne parvenait à me faire saisir le mystère se cachant derrière des mots comme "trou de ver" ou "théorie de Einstein" ou "loi de Muffin". Loi de Murphy ? Bref, un charabia alambiqué auquel je ne me mêlais que par pure politesse ou par ennuis, je l'avoue, même si avec mon boulot, ce n'était pas non plus ma bête noire. Mais regarder sans arrêt des images de vidéo surveillance, y'avait parfois de quoi gaver.


En y repensant, j'avais eu de la chance de trouver un colocataire moins chiant que prévu, qui ne se demandait pas pourquoi je changeais tous les matins les draps de mon lit (j'avais le droit aux remarques du genre ' faudrait penser à mettre des couches, papy' qui cachaient mal son inquiétude) ou qui ne défonçait pas ma porte à coups de hache à chacun de mes cauchemars où je me réveillais en hurlant. Non. Locke Melbourn avait la flemme dans la peau, et pour ça je remerciais le ciel tous les jours.


Ou presque.



Parce que un gros tas qui ne bougeait du canapé que pour aller au lit ou aux WC, qui avait en horreur la vaisselle et tout type de travaux ménagers, me laissant le plus souvent gérer seul notre lieu d'habitat, il y avait de quoi piquer des crises.


Mais pas moi.



Soldat trop bien entraîné à maintenir l'ordre et la propreté partout où j'allais, nettoyer derrière les autres étaient comme respirer pour moi. C'est pourquoi je savais d'avance que demain, je récolterais les restes de verres, de cadavres de bouteilles, et (pitié) d'éventuelles traces de vomis, je récurerais le tout à la javel pure avant de prendre, satisfait, une bonne douche froide, probablement, si Locke avait encore la bonne idée de confondre les boutons de la chaudière. (Moi bonne poire ? Oui sans doute)


"Locke ! Je suis rentré !"

Mieux valait l'avertir, histoire qu'il se rhabille et ne m'accueille plus les fesses à l'air à cause d'un oubli de ceinture et d'un pantalon trop grand, 'la flemme de m'habiller' ou autre idiotie dont lui seul avait le secret.


Je lui souris en me frottant la tête de ma main libre, posant la vodka et les packs de bières sur l petite table basse au milieu du salon, véritable champ de ruine.


"C'est pour ça que je suis sorti, non ?"

Je me déchausse, ôte ma veste et m'assois à même le sol avec un soupir de soulagement. Même si l'appartement sentait la sueur et les vapeurs d'alcool, même si Locke avait l'air de ne tenir debout que par magie, déjà bien torché, j'étais content que le monde cesse de tourner. L'air frais avait éclairci mes idées, m'aidant à dessouler un peu. Pour mieux me bourrer ensuite.

"Tu as décidé quoi ? Strip poker avec mon pistolet et tes pantoufles comme mise ou bien chiche action et vérité ?"

Je me sers une bière en attendant qu'il me réponde, m'abandonnant petit à petit dans un coton de plus en plus épais.

CODAGE PAR AMIANTE

HRP:
et pardon pour le retard...Q.Q
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 219
Messages rp : 123
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Dim 25 Juin 2017 - 20:22 (3)
Locke hocha la tête de satisfaction en voyant Camil poser la vodka et les bières. Ils n'allaient clairement pas tomber à sec pour cette soirée, et c'était parfaitement ce qu'ils souhaitant. Boire jusqu'à plus soif. Même si en réalité, ce n'était pas la soif qui les poussait à se bourrer la gueule.
C'est donc sans attendre et avec un grand sourire ravi qu'il prit une bière et y but.

-Tu as décidé quoi ? Strip poker avec mon pistolet et tes pantoufles comme mise ou bien chiche action et vérité ?

Le scientifique resta silencieux un moment, sirotant sa bière tout en réfléchissant à ce qu'il voulait faire, et pesa le pour et le contre de chaque proposition. Un strip poker aurait été imaginable, mais il n'avait pas préparé de coups bas pour cette fois, réduisant ses chances de gagner. Cela dit, il fallait souvent être fou pour vouloir jouer au poker avec quelqu'un comme Locke qui était réputé pour ses coups de salauds. Mais Camil avait souvent l’œil vif, même avec l'esprit embrumé, donc ce n'était jamais facile, heh.
D'ailleurs, qui en était ressorti vainqueur la dernière fois ? Lui peut-être ? Ses souvenirs restaient assez flous, à cause de l'alcool et de la migraine qui s'en était suivie.
Bah.
C'est avec un sourire moqueur qu'il répondit :

-Un strip poker hein. Nah. Il ne faudrait pas que monsieur le chef de la sécurité attrape un rhume et perde son flingue, haha. Il prit une autre gorgée de bière puis reprit : Heh. Partons sur chiche action et vérité pour ce soir. Pour les actions, on peut le faire dans l'immédiat ou demain, faudra noter ça quelque part pour pas qu'on oublie héhé. Tu veux instaurer d'autres règles peut-être ?

À vrai dire, Locke appréhendait un peu ce jeu. Il se demandait bien ce que Camil allait bien pouvoir lui demander. Il espérait quelque chose de pas trop hardcore comme...euh...devoir travailler sérieusement demain par exemple. Ugh, il n'aimait pas ça. Mais Locke n'était pas le genre de personne à se défiler dans ce genre de situation et était une personne qui respectait ses promesses.
Enfin, ce n'était qu'une possibilité. Ce sadique pouvait peut-être demander au pauvre Locke de faire le ménage. Et avec l'alcool, ce dernier pouvait s'attendre au pire.

-On va choisir qui commence par pile ou face. Je prends pile.

Il sortit une pièce de sa poche et la lança en l'air. Il s’apprêta à la rattraper mais rata son coup au dernier moment cause de son esprit déjà influencé par l'alcool, et laissa donc tomber la pièce au sol.

-Roh merde.

C'est avec un grognement qu'il se pencha pour regarder le résultat, et en voyant le dit résultat, il ne put s’empêcher de se frapper le visage avec la paume de sa main tout en ricanant. De toute évidence, il allait devoir ouvrir la danse.

- La chance n'est pas avec moi aujourd'hui. Je vais partir sur euh...vérité. Ouais. Ça m'a l'air bien. Il rajouta avec un clin d’œil à l'attention de son camarade de beuverie: Bah, je ne peux pas garantir que ce soit la vérité et rien que la vérité, je suis un peu bourré après tout, haha. Mais je promets de faire mon mieux. Mais avant ça….trinquons !

HRP:
T'as pas besoin de t'excuser pour ça, y'a aucun souci
Contenu sponsorisé
posté (4)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum