login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur gré pour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirer profit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidien des habitants de Pallatine. Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    u43Unity Fortesee
    Autrefois connue sous le nom d'Unité 43, celle qui fut une déesse en chaise roulante est désormais amnésique et membre des geeks.
    (fiche)
    césarCésar Duncan
    Ce chef d'équipe à l'ascendance guerrière est un natif qui s'est engagé dans le travail pour atténuer la perte de ses proches. Il a notamment participé activement à la recherche des personnes disparues.
    (fiche)
    shaozuShaoZu Hwang
    Le chef du Lotus Rouge a passé une enfance paisible à Pallatine, avant de partir découvrir le monde. Engagé dans un petit groupe de l'Iwasaki-rengô, il a patiemment gravi les échelons jusqu'à occuper son poste actuel.
    (fiche)
    machiMachi Kobayashi
    Membre des Aces, elle a perdu son bras et son frère, et n'est depuis plus la même.
    (fiche)
    zahraZahra Siaka
    Originaire de Sierra Leone, elle a subi des mutilations avant d'être transférée en mauvais état à Pallatine.Elle est depuis devenue recruteuse pour les Opportunistes.
    (fiche)
    clarenceClarence Ichikawa
    Enfant d'un amour plus fort que les différences, il s'occupe des nouveaux arrivants à l'Institut avec beaucoup de gentillesse.
    (fiche)
    lexaLexa Beloff
    Princesse destinée à la gloire, son transfert a probablement sauvé la terre d'un destin tragique...
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou].

    avatar
    { Invité.
    Invité
    Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou]
    le Jeu 13 Avr 2017 - 19:41
    Shouliudan Zakuro

    Shouliudan Zakuro Choulou

    feat OC  | LittleUlvar

    Caractère

    Shouliudan Zakuro

    Histoire



    I - Bataille d'Aizu. Automne 1868.

    La balle est venue se ficher dans la poitrine de Takeko Nakano, et le visage couvert par la cendre et la poussière, elle a relevé les yeux vers un ciel qui se déployait au dessus d’elle. Sa sœur, mais aussi toutes les autres ; ses compagnes d’armes, ont poussé ce cri de rage quand les jambes de l’onna-bugeisha se sont pliées pour la laisser s’écrouler au sol. Le poumon inondé par son propre sang, elle a demandé à sa sœur de l’achever. Elle ne se laisserait pas prendre prisonnière.

    A vingt ans, le flanc perforé et la main compressant l’hémorragie, Shouliudan tombe à genoux. Comme sa maîtresse, dans un mimétisme à la cinématique morbide, son âme est secouée par une dynamique d’abandon à la vie. Elle a posé les yeux au sol, et les striures dans la terre retournée par la violence du combat lui fait penser aux cordes du shamisen qu’elle a abandonné au monastère. Elle ne vivra probablement pas assez longtemps pour jouer de nouveau de cet instrument de musique. Un sourire désolé glisse sur sa face, et tandis que l’armée d’Aizu se laisse progressivement écraser par la surpuissance de son opposante, la jeune fille se laisse tomber au sol, la bouche ouverte sur une bulle de sang. Elle a été enrôlée dans cette armée de femme, et rejoint les ombres qui juchent déjà les parterres d’un champs de bataille grisé par la fumée. Elle fait partie des innombrables victimes, anonymes comme elles, qui ont pris les armes pour défendre leurs idéaux.
    Comme nombreux des individus revendiquant la bannière d’Aizu, elle veut défendre un château dont elle protège les croyances, les valeurs. Elle a choisi de mourir pour ses idées, dans un élan progressiste qui ravage les rangs de son camps.

    Pourtant, Shouliudan va survivre à cette guerre. Ramassée par une escouade alliée, elle est éloignée du champs de bataille par une charrette qui s’enfuie au travers des sentiers montagneux. On secoure les blessés du mieux qu’on peut, et l’on coupe la gorge aux ennemis. La guerre est cruelle, et apprendre à faire des choix est une initiative qui ne favorise aucun luxe.

    Les reins bandés, la fièvre soulevant sa poitrine en une respiration saccadée, elle se laisse aller au délire pendant que l’on parie sur son sort. Elle va survivre, mais à cet instant, tout un chacun l’ignore. Elle se remémore sa naissance en 1860, sans pouvoir le savoir. Elle se remémore l’enfance et l’éducation samurai de son père, qui à partir de ses douze ans, après lui avoir appris la notion d’honneur et de respect filial, va la remettre à un monastère shinto, dans lequel on coupera ses cheveux longs. L’odeur des encens est un souvenir aux doigts monstre, qui accroche ses narines et vient les griffer avec assez d’ardeur pour qu’elle n’oublie jamais la fragrance grasse de cette combustion parfumée. Une odeur qui fait tourner la tête et qui invoque les esprits. Elle a appris des passages entiers de l’Hagakure, et le front contre le sol, les joues encore rondes par cet âge jeune, elle récite devant la Mère supérieure des prières aux mantras qui s’inscrivent dans son esprit avec autant d’intensité que les mots qui jalonnent la voie du guerrier. Elle devient une nonne, mais dans son cœur, l’éducation samurai est une flamme qui assouplit le métal de son genre. Elle ne sera jamais assez solide pour n’être qu’une femme. Elle sera une nonne avec l’âme d’un bushi. Le crâne rasé en cette défiance à la matérialité humaine, les dieux japonais vont écorcher sa conscience, griffant son être jusqu’à révéler la pourriture d’une frustration qui comme un lichen dans sa poitrine, stagne et ronge ses émotions.

    Shuliudan a vingt ans quand elle meurt sur le champ de bataille. C’est une mort temporaire. Elle ignore qu’elle va être sauvée, car en s’écroulant après avoir vu Yuko ouvrir la gorge de Nakano, c’est au vide et à la perdition qu’elle s’abandonne. Le chemin dans la montagne est cahoteux, et la poussière ainsi que l’humidité favorise la ponte des insectes sur les rebords de ses plaies. Pour la soigner, on appliquera contre son flanc une lame chauffée à blanc. Elle ne criera pas ; mais de l’écume de salive va couvrir ses lèvres durant l’opération, et les yeux révulsés, elle priera les dieux de son enfance au monastère.

    Un an après la capitulation, elle est désemparée. Il n’existe pour elle plus de chemin à suivre, et Shouliudan disparaît en pleine nuit. Elle ne manquera à personne : une nonne n’est pas une épouse ou une mère : elle n’est qu’une ombre au passage temporaire sur terre. Une nonne ne s’accroche à rien. Et l’on ne s’accroche pas aux nonnes.

    II. -Pallatine. 2006-2007

    Le monde est un chatoiement sombre, dans lequel on a planté les étoiles aux fenêtres. Elle découvre l’électricité sans y croire, et appréhende une révolution industrielle qu’elle a manqué. Son esprit est un monstre magnanime, qui lui fait considérer l’évolution des choses sans qu’elle ne sombre dans la folie ou la dépression. Elle accepte d’y croire, et fait le choix de comprendre. C’est compliqué, et pendant presque une année entière, elle dort sur les trottoirs, mélangeant son existence à celui des chiens et des chats de gouttières, apprenant la langue moderne comme on apprend des techniques de survie. A se raper les ongles contre le gravier et mendier sa nourriture les mains jointes, elle structure ses journées en l’observation méticuleuse d’une société qui brûle ses prunelles. Elle veut tout comprendre, tout savoir. Comme un rat considérant les possibilités de déplacement dans les sous-terrains, elle analyse les fondamentaux de cette nouvelle vie. Les armes ont été modifiées, remplacées par la valeur trop importante de l’argent, et l’honneur n’existe plus. C’est probablement son seul regret. Les yeux plissés, mangeant un hamburger abandonné dans un sac poubelle, elle ronge en absorbant les connaissances.

    C’est une femme qui la remarque. Shouliudan est jolie, mais a toujours été trop grande. Dans son autre vie, on lui avait la remarque qu’elle avait la stature d’un combattant, mais le corps d’un laideron. Handicap physique qui avait ainsi accompagné sa virginité jusque là. La femme s’en fiche, elle lui découvre une beauté que l’intéressée ne soupçonnait pas. Elle est logée, blanchie, nourrie, et apprend progressivement le travail. Mais elle ne veut pas souffrir l’audace de plonger dans la débauche ; elle se refuse de devenir prostituée. Malgré tout, sa sauveuse s’est pris d’affection pour elle, et choisit de l’adopter, d’en faire sa prunelle. Avec son éducation lettrée d’un autre temps, Shouliudan est une fille intouchable dans le bordel asiatique. Cela augmente les prix pour sa tête, mais sa marraine respecte son intégrité en refusant de la vendre. En conséquence de quoi Shouliudan s’assure de la sécurité des autres filles.

    Ses services la font d’ailleurs remarquer par un petit politicien. Il vient visiter les lieux par souci de tracas conjugaux, et ravi d’avoir à compenser sa libido non-assumée, il se prend d’affection pour cette géante aux mœurs spirituels qui lui permet de ne pas tromper son ex-femme, tout en appréciant la liberté de son récent divorce. Elle ne couche pas, mais elle écoute attentivement. Il lui apprend les rouages de la politique, racontant avec une curieuse sagesse le fonctionnement d’un monde qui renvoie Shouliudan à une nouvelle perception de la réalité. Elle appréhende désormais des sphères plus gouvernementales, se passionnant pour la mécanique du pouvoir. Il lui apprend, lui explique, et elle absorbe complètement. Elle fait même preuve d’un enthousiasme particulier, et il se voit intéressé dans cette idée de faire d’elle sa compagne. Rien de sentimental : ils veulent simplement profiter de ce que l’un et l’autre peuvent s’apporter. Pour lui, la satisfaction d’avoir une femme à ses côtés, et pour elle, la certitude d’intégrer un milieu qu’elle veut découvrir. C’est un duo qui fonctionne bien, et elle abandonne la maison close pour devenir secrétaire de ce petit ministre. Tailleur et talons hauts ont remplacés depuis longtemps les naginata et les kabuto. Elle se joue des codes, les utilisant à son profit ; apprenant et manipulant avec un plaisir pervers cette notion de liberté qui ne lui appartenait pas jusque là. Saisissant l’ampleur de ses charmes, elle commence même à jouer à la courtisane politique, offrant par deux ou trois services l’occasion à quelques hommes d’apprécier sa compagnie. La sainte nitouche a disparue depuis longtemps, remplacée par un esprit de compétitivité. Elle hait le fait d’être une femme faible, mais déteste plus encore les hommes qui ne voit en elle qu’un joli objet. Elle veut du pouvoir, elle veut apprécier écraser et venger toute la frustration de n’être pas née homme. Alors elle est complètement femme, jouant de son vagin comme d’un katana.

    III. - Lotus Rouge.


    Le nom d’une fleur, pour cacher l’ignominie du milieu. C’est sa première pensée lorsqu’elle est introduite, à la suite d’un enchevêtrement de hasard, dans ces sphères louches. On juge son physique racé, ses yeux bridés, mais la taille, la très haute taille, choque et dérange. Certains trafiquants d’organes plaisantent même ouvertement devant elle, en assurant qu’elle doit avoir une bite entre les jambes, pour être aussi haute. Elle affronte les railleries en silence, acceptant de jouer les missions qu’on lui donne. Puisque bien intégrée dans le milieu politique depuis quelques temps, elle est l’espionne parfaite pour certains responsables de la triade. Elle s’encquière de ses missions sans faillir, et on se met à la payer de plus en plus. Ses ressources naturelles font d’elle une perle rare : elle est attentive à sa popularité. Vient un moment où elle doit se tâcher les mains. Elle n’hésite pas : femme ou non, elle a déjà participé à l’effervescence d’un champs de bataille. Une balle de revolver dans la nuque est un moyen bien délicat d’administrer la mort.
    Sa froideur et son assurance dans le milieu la font remarquer par lesdits responsables. L’un d’eux, en particulier, très haut placé. C’est le bras droit du chef du Lotus Rouge. Un certain Tieng Ne. Âge d’une quarantaine d’année, les yeux vifs et les mœurs violents, il se voit s’enticher de cette femme qui fait claquer ses talons hauts dans un milieu exclusivement machiste. Comme un lion qui fait la cour, il la séduit pendant presque un an. Cela résulte par une union, et ils se marient finalement, avec la bénédiction de la tête de dragon. Elle a vingt huit ans.
    Pendant une année complète, ce réhaussement de pouvoir lui permet d’assurer un rôle encore plus appuyé sur le milieu. Elle joue de tous ses avantages, sans jamais perdre de vue le danger que représente son environnement. Elle est une joueuse, bien qu’elle ne le soupçonnait. Mais une joueuse prudente, qui n’hésite pas à vérifier la température avant d’assurer le moindre mouvement. On l’admire, on commence même à lui faire des éloges. Le chef lui offre deux ou trois missions, qu’elle réalise avec un surprenant succès. Elle gagne les faveurs de la mafia, et s’impose comme une des firts lady des lieux. On la complimente sur sa beauté étrange, tout en considérant avec soin le danger qu’elle se met à représenter. Elle a gagné du pouvoir, et en profite. Cela déplait à certains individus, qui une nuit, essaie de l’assassiner. Son mari y meurt, mais elle n’y laisse pas sa peau. Rien qu’un peu de sang et beaucoup de fierté abimé. Le chef du Lotus Rouge lui propose de prendre la place de son défunt époux. En vierge éplorée, elle accepte sans la moindre hésitation. Elle devient ainsi, à vingt neuf ans, le bras droit de la pègre chinoise.

    Durant l’année, ce même chef est tué pendant un conflit. Le combat pour la succession ne dure pas longtemps : Shouliudan balaie ses adversaires, remplace les lieutenants par des hommes de confiance, et s’entoure de sa propre milice. Sa politique est novatrice ; elle devient une matriarche qui se fait respecter à grands coups de fusils à pompe si nécessaire. Son statut féminin revendique sa fermeté, et avec des claquements d’obligation et de devoirs revus à la hausse, elle instaure sa domination dans le milieu. Mais en contrepartie, elle se refuse le rôle de tyran mégalomane, et joue avec finesse sur ses adversaires, en parvenant à se les mettre dans la poche. La hausse de la rentabilité est immédiatement perçue durant les premières semaines de son appropriation du pouvoir : elle fait jouer ses relations pour assurer sa popularité. Refusant de se marier, ou d’accepter le moindre concubin masculin, elle adopte une attitude exclusivement gay afin de s’assurer une mise totale avec n’importe quel homme. Elle devient inaccessible, et se construit ainsi un rôle vraiment solide. Liant tout son réseau d’espionnage avec des contrats de maisons closes, elle agrandit le terrain de maîtrise du Lotus Rouge, assurant ses arrières et renflouant les caisses. Les affaires se voient maintenant évoluer en des pics d’ascension auxquels sont prédécesseur ne pouvait prétendre. Malgré la rage à l’égard de cette femme, s’instaure finalement le respect.
    Elle devient la tête de dragon, et sa domination est complète.

    Aujourd'hui, elle cherche simplement à maintenir en équilibre les affaires, malgré la situation de crise qu'ont pu exhorter les disparitions récentes et les angoisses survenues depuis le changement du temps. Rationnelle, elle compte protéger sa pègre et conserver l'ordre établi.

    Bonsoir. Je m'appelle litchi, j'ai 22 ans, et je suis fascinée par la beauté et la complexité de ce forum. Il me fait penser à un puzzle en 3D, et cela a quelque chose de très impressionnant que d'évoluer là dedans.

    avatar
    { Invité.
    Invité
    Re: Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou]
    le Ven 14 Avr 2017 - 0:28
    Terminé, il me semble ? I love you
    avatar
    Sécurité
    Ancien vice-commandant du Shinsengumi, aujourd'hui chef de brigade à l'Institut.

    Ton histoire est celle d'un simple paysan qui a voulu s'élever, transcender les classes de sa société ; et devenir samurai, en adopter les valeurs et le mode de vie. C'est celle d'un homme qui a voulu rêver.

    Ton histoire est celle d'une étoile filante, une comète qui a brillé brièvement mais avec intensité dans l' histoire du Japon. A l'image de la floraison de la fleur de cerisier, si éphémère mais si glorieuse.

    Ton histoire est noble et tragique, comme le masque du tyran que tu as prétendu être, le chef sévère mais au fond qui se préoccupait trop de ceux qu'il aimait.

    Ton histoire enfin maintenant, c'est celle d'un homme à qui l'on a volé son destin, qui le sait - et qui essaie d'avancer malgré tout ; qui change tout en ne changeant pas. Immuable comme la terre, immatériel comme un courant d'air, mouvant comme l'eau, et brûlant toujours du même feu intérieur.

    Messages : 192
    Messages rp : 42
    Date d'inscription : 30/10/2016

    Nom de code : Makoto
    Avatar : Hijikata Toshizō - Peace Maker Kurogane / Hakuouki

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou]
    le Ven 14 Avr 2017 - 10:51
    Hello toi

    Bienvenue officiellement du coup

    Je sais que c'est moi qui te l'avais proposé maisla bataille d'Aizu et son unité de femmes combattantes, c'est quand même bien classe, y a pas à dire 8D

    Mais pourquoi une japonaise d'Aizu, qui s'est battue pour défendre son domaine en respectant le bushido, quelqu'un de respectable donc, a rejoint l'Iwasaki-Rengô et ses trafics louches, je me le demande Quoi ?! Quel gâchis Quoi ?!

    Et je confirme qu'il nous faudra un lien, ne serait-ce que pour que Toshi" râle un bon coup


    Spoiler:

    avatar
    Aces
    il était un de ces monstres qui sommeillent dans vos placards d'enfance. un homme brisé par l'existence, qui s'était réfugié dans un personnage pour annihiler ses souffrances. et pour seung joo, le temps passa. c'est désormais un garçon capable de s'adapter, et qui de plus en plus s'adoucit. la violence qui l'environne s'apaise progressivement. bientôt, croit-il, il trouvera l'équilibre qui lui offrira la clé du bonheur.
    Messages : 1416
    Messages rp : 134
    Date d'inscription : 29/02/2016

    Nom de code : trauma
    Avatar : kaneki ken

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou]
    le Ven 14 Avr 2017 - 11:22
    Coucou, et officiellement la bienvenue. I love you
    J'ai donc lu ta fiche, mais il y a quelques petits points encore à revoir avant que je puisse valider, le poste de tête de dragon étant très important, je me permets d'être un peu exigeant sur la fiche.

    Tout d'abord, le caractère est beaucoup trop court, il va falloir que tu développes un peu sa psychologie. Même si tu le fais déjà l'histoire, j'aimerais bien que tu sortes un peu de la simple dimension "dominatrice des hommes" et que tu lui donnes un peu de profondeur. Que l'on comprenne mieux ses motivations, sa façon de fonctionner. Comment son caractère a pu lui permettre de se hisser à un tel poste. Ton personnage a beaucoup à promettre, trois lignes de caractère c'est beaucoup trop juste à mon avis.

    Ensuite, c'est juste un point de détail mais j'aurais dû te le dire plus tôt, mais quand tu parles d'homme politique, ça ne peut faire référence qu'à un membre des opportunistes, ce sont un peu les seuls à en faire. Mais en aucun cas il ne s'agit de gouvernement à l'échelle de Pallatine, tout est à l'échelle de leur diaspora. C'est juste une précision mais ça ne change rien à ton histoire. Et là c'est de ma faute de ne pas y avoir pensé plus tôt. Oh

    Le dernier point, c'est que tu parles très vite de son passage de maître adjoint de la montagne, position qu'elle a hérité de son mari, à celui de tête de dragon. On la voit construire ses réseaux, assurer sa position, mais au final la façon dont elle devient le vrai chef n'apparaît pas dans ton histoire, il faut le préciser, sinon elle devra rester au poste de maître adjoint, qui est déjà bien élevé quand même. ;)

    Voilà, c'est tout, encore pardon pour ce petit pavé, et j'espère que cela ne te décourage pas trop. Oh


    avatar
    Technicien
    Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
    En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
    Messages : 1191
    Messages rp : 118
    Date d'inscription : 29/02/2016

    Avatar : Sanada Akihiko.

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou]
    le Sam 15 Avr 2017 - 11:24
    Bienvenue officiellement. I love you
    Je confirme ce qu'a dit Sneug, n'hésite pas à aller faire un tour dans les autres fiches pour voir comment les autres joueurs construisent leur caractère, il y en a de toutes les façons, mais l'important, c'est qu'on ait un peu de matière. I love you


    yamamoto senpai ♥yamamoto senpai ♥ flocons

    Spoiler:

    { Contenu sponsorisé.
    Re: Ne crains pas. [Shouliudan Z. Choulou]
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit