login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur gré pour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirer profit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidien des habitants de Pallatine. Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    u43Unity Fortesee
    Autrefois connue sous le nom d'Unité 43, celle qui fut une déesse en chaise roulante est désormais amnésique et membre des geeks.
    (fiche)
    césarCésar Duncan
    Ce chef d'équipe à l'ascendance guerrière est un natif qui s'est engagé dans le travail pour atténuer la perte de ses proches. Il a notamment participé activement à la recherche des personnes disparues.
    (fiche)
    shaozuShaoZu Hwang
    Le chef du Lotus Rouge a passé une enfance paisible à Pallatine, avant de partir découvrir le monde. Engagé dans un petit groupe de l'Iwasaki-rengô, il a patiemment gravi les échelons jusqu'à occuper son poste actuel.
    (fiche)
    machiMachi Kobayashi
    Membre des Aces, elle a perdu son bras et son frère, et n'est depuis plus la même.
    (fiche)
    zahraZahra Siaka
    Originaire de Sierra Leone, elle a subi des mutilations avant d'être transférée en mauvais état à Pallatine.Elle est depuis devenue recruteuse pour les Opportunistes.
    (fiche)
    clarenceClarence Ichikawa
    Enfant d'un amour plus fort que les différences, il s'occupe des nouveaux arrivants à l'Institut avec beaucoup de gentillesse.
    (fiche)
    lexaLexa Beloff
    Princesse destinée à la gloire, son transfert a probablement sauvé la terre d'un destin tragique...
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias.

    avatar
    { Invité.
    Invité
    Re: #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias
    le Mer 30 Aoû 2017 - 22:34
    Quelque chose semblait troubler Yarû. Tobias n'eut pas le temps de capter son regard, le gérant des lieux ayant déjà quitté la salle pour le refuge chaleureux de sa cuisine. Ce qui n'empêchait pas l'Autrichien de se questionner à son encontre, se demandant quels pouvaient être les soucis de Yarû, quelle pouvait être leur nature. Mais il était fort peu vraisemblable que Tobias ne l'apprenne aujourd'hui. Ses doigts se tendirent en direction du Mongol, hésitant à se jeter sur lui, l'agripper avant de se résigner. Il devait suivre la voie qu'il venait d'ébaucher à Yarû – lâcher prise, laisser couler. Tout le monde n'était pas aussi volubile et prompt à ouvrir son cœur que lui, artiste peintre. Pour d'autres il fallait plus de temps, de patience... et de doigté.

    « Je penche pour l'agneau s'il te plaît. Il me paraît toujours plus doux que le mouton... »

    La douceur de l'enfance abattue pour le seul plaisir des hommes. Tobias se morigéna intérieurement d'avoir une telle pensée. L'homme se ressaisit en plongeant le nez dans son carnet, qu'il avait déployé sur un coin de table, croquant les visages qui lui passaient par l'esprit. Celui de Yarû trôna en grande pompe, le montrant concentré penché sur quelque chose d'encore invisible aux yeux du spectateur.

    Dans son dos tinta la clochette de l'entrée. D'autres clients venaient s'amasser dans le petit restaurant. Tobias avait toujours admiré Yarû de tenir le lieu à lui tout seul, sans même l'aide d'un serveur. Mais il fallait avouer que le commerce n'accueillait pas autant de clients qu'une chaîne de fast-food ou une brasserie, sans compter que les places étaient peu nombreuses et que l'ambiance du lieu poussait à la patience. On était loin d'une forte effervescence.

    Lorsque Yarû se posta près de sa table, Tobias ramena son carnet vers lui avec un sourire contrit.

    « Désolé je te prends de la place... » L'Autrichien observa l'assiette emplie, renifla l'odeur qui en émanait. « Je ne sais pas comment tu fais pour me faire saliver à chaque fois, mais ça fonctionne ! »

    Alors que, lui, ses compétences en cuisine se résumaient à quelques recettes basiques qu'il avait tenté d'apprendre par lui-même : cuire des pâtes, un œuf... Rien de véritablement transcendant.
    avatar
    Gangster
    Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

    Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

    Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

    Messages : 92
    Messages rp : 32
    Date d'inscription : 01/04/2017
    /
    Nom de code : Le chasseur
    Jukebox : FURYO
    RAIN
    Avatar IRL : /
    Avatar : Ashitaka - mononoke hime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias
    le Lun 4 Sep 2017 - 18:37
    Parfums de la cuisson et de arts // Tobias« Je penche pour l'agneau s'il te plaît. Il me paraît toujours plus doux que le mouton... »

    « Bon choix. » Sourit YARŪ.

    Les sombres pensées qui taraudaient TOBIAS n'existaient pas pour le chasseur. Toute viande mérite d'être mangée, le refuser revient à ne pas respecter la vie qui a été prise...  Il avait cependant entendu parler des méthodes modernes des abattoirs, des espèces en voie d'extinctions, des animaux et plantes modifiées pour convenir aux principes humains... Cela il ne pouvait l'accepter, chaque fois qu'il en entendait parler, une rage montait en lui, l'incompréhension le rendait fou. Il refuserait lui-même de manger une nourriture prise dans de telles conditions. Pour toutes ses raisons, il se rendait chez des éleveurs de la campagne entourant la ville pour choisir lui-même sa viande et ses légumes. Et se rendait à au port pour le poisson.

    Affairé dans sa cuisine, il n'y pensait pas. Il surveillait avec attention ses aliments et le crépitement des casseroles. Faisant danser ses doigts avec les épices. Et à plusieurs reprises, la clochette suspendue à la porte, tinta et des voix envahirent le petit restaurant.

    « Bienvenue ! » Entonna le cuisinier en faisant vibrer ses préparations de ses mains expertes, mélangeant les ingrédients, cependant il ne leva pas les yeux de son travail.

    Il s'y plongeait, s'armant d'efficacité. Alors que le plat de TOBIAS cuisait en ronronnant, le mongol fit bouillir de l'eau et prépara des thés pour faire patienter les nouveaux arrivants. Ils n'auraient pas tous droits à l'attention que YARŪ portait à son ami peintre et leur servit le thé, prit leurs commandes sans empressement mais sans fioritures non plus et retourna à sa cuisine où pétillait l'odeur de légumes. Il en avait cuisiné plus que nécessaire pour TOBIAS, et avait bien fait. Le plat du jour faisait fureur, ou peut-être la clientèle n'osait-elle pas choisir.

    « Désolé je te prends de la place... »

    « Ne dis pas ça. » S'exaspéra YARŪ en fermant les yeux et esquissant un sourire. « Tu es mon meilleur client, tu me porte chance. »

    Il fit glisser l'assiette chaude sur la table, éloignant de son visage la buée embaumée pour l'offrir à son client et ami. Il ajouta un une assiette plus petite, dans laquelle étaient arrangés de petits pains fait par ses soins, certains fourrés de fromage fondu.

    « Je ne sais pas comment tu fais pour me faire saliver à chaque fois, mais ça fonctionne ! »

    « C'est que tu dois être affamé. » Plaisanta doucement Le Chasseur, touché malgré tout. « Tu dessinais ? »

    by evil triangle (NMD)


    avatar
    { Invité.
    Invité
    Re: #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias
    le Mer 6 Sep 2017 - 12:38
    Face aux remontrances du Mongol, Tobias avait baissé piteusement la tête avec la mine d'un enfant à qui on aurait infligé une tape sur les doigts. Quel mauvais client il faisait songea-t-il à demi amusé par le comportement de son hôte. Les effluves menaçaient d'arracher une complainte à son estomac. En soit Yarû n'avait pas tort, Tobias négligeait souvent de se nourrir tant il était plongé dans ses œuvres, ses idées. Il fallait remercier son voisin actuel, Vincent, de venir frapper à sa porte pour l'amener à dîner sans quoi l'Autrichien ne serait plus que peau sur les os et regard exalté dans un visage aux joues creuses. Hésitant un instant, se rappelant la conduite de Yarû et se disant que l'homme ne lui en voudrait pas (bien au contraire) l'Autrichien saisit un des petits pains et le rompit. La fragrance fromagère se mêla à celle du pain chaud. Glissant un bout dans sa bouche, Tobias le mastiqua, hochant la tête en réponse à l'interrogation de Yarû.

    « Toujours. » fut son premier mot prononcé sur le ton d'une confidence secrète, comme on avouait un péché mignon auquel on n'arrivait pas à se soustraire. « Tu veux voir ? »

    Tobias poussa le carnet vers Yarû laissant l'homme observer à loisir, le prendre en main s'il le souhaitait. Sur les pages offertes s'offrait le profil de Yarû mais aussi celui des clients qui venaient d'entrer, d'habitants de Pallatine croisés durant les escapades de l'Autrichien au sein de la ville. Visages anonymes dont il ne connaissait pas l'identité, visions fugaces d'une population en effervescence.

    « Tu en veux un ? » demanda Tobias entre deux bouchées de pain.

    C'était devenu presque un rituel entre les deux hommes, l'artiste confiant une de ses œuvres, souvent laissées sur une serviette lorsqu'il avait omis de prendre son carnet ou qu'il délaissait le papier pour un autre support. Cela lui rappelait l'époque où, passant ses journées dans les cafés de Vienne, Tobias voulait changer le monde grâce à l'art – une utopie à laquelle il n'avait pas entièrement tourné le dos.

    « Dis-moi ce que tu souhaites et je pourrais te croquer quelque chose. Ou tu me laisses carte blanche. Tu pourras l'accrocher chez toi ou ici si tu juges qu'il en est digne. »

    Laissant la panière de pains, l'Autrichien porta son attention sur l'assiette qui avait légèrement refroidie. Ce qui ne l'empêcha pas de souffler sur sa part avant de la porter à sa bouche comme un enfant qui veille à ne pas se brûler avec sa soupe. Sa réaction fut aussi spontanée que expressive – claquement de langue appréciateur et yeux qui s'arrondissaient.

    « C'est délicieux ! Je suis jaloux de tes talents Yarû. J'aimerais être un artiste de la cuisine comme toi. Mais si je l'étais... » ajouta-t-il après un instant de réflexion. « … je ne viendrais plus chez toi et je n'aurais pas découvert ta cuisine. Non, finalement, je préfère continuer à être novice en restauration pour profiter de tes compétences. »
    avatar
    Gangster
    Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

    Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

    Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

    Messages : 92
    Messages rp : 32
    Date d'inscription : 01/04/2017
    /
    Nom de code : Le chasseur
    Jukebox : FURYO
    RAIN
    Avatar IRL : /
    Avatar : Ashitaka - mononoke hime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias
    le Mer 6 Sep 2017 - 20:21
    Parfums de la cuisson et de arts // Tobias« Vraiment ? » Sourit YARŪ à la proposition.

    Il n'était pas rare que TOBIAS lui offre quelques croquis spontanés, mais cette fois on lui proposait même de donner un thème. Un peu comme passer une vraie commande... Et YARŪ était comblé. Si touché.

    « Je n'ai pas beaucoup d'imagination tu sais... Fais comme bon te semble, c'est toi l'artiste, je me ferais un plaisir de l'accrocher ici. Je garde précieusement chez moi tout ceux que tu m'as offert. » Dit-il doucement, avec respect. Il ne mentait pas, dans son petit salon, les dessins de TOBIAS étaient même les éléments décoratifs. Il sourit encore avant de rajouter : « Mais n'oublie pas d'apprécier ton repas. »

    TOBIAS aimait parler, se montrait si doux et généreux qu'il aurait peut-être délaisser, sans le vouloir, son repas. Il glissa doucement la nourriture dans sa bouche, comme s'il craignait  de se brûler, et YARŪ restait à ses côtés. Examinant sa mâchoire bouger, ses yeux briller et sa gorge vibrer en avalant, impatient de recevoir le verdict. Toujours tremblant malgré lui, à l'idée d'essuyer des reproches. Mais c'était mal connaitre TOBIAS, dont le visage s'illumina. Et YARŪ lâcha un léger rire en entendant toutes les réflexions qui découlaient d'une simple bouchée. TOBIAS aimait parler et cela le rendait charmant, alors que YARŪ restait bienveillant dans son silence. Une fois que son rire se soit doucement éteint, il réfléchit un petit instant. Un idée avait effleuré son esprit, rapidement, comme une caresse timide.

    « Eh bien... » Malgré tout il hésitait. Ce demandant si ce n'était pas déplacé. « Je pourrais te donner des cours de cuisine... Et en échange tu m'apprendras peut-être à dessiner ? »

    Il se sentit honteux d'oser s'imaginer capable de prouesse artistique... Il baissa les yeux, terriblement gêné. Il avait laissé s'échapper un petit rêve, si fragile... Difficile à partager mais dont TOBIAS était digne. Les bases, ne demandaient peut-être pas de talent ? Il désespérait en attendant la réponse.

    by evil triangle (NMD)


    avatar
    { Invité.
    Invité
    Re: #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias
    le Dim 10 Sep 2017 - 22:35
    La fourchette de Tobias était demeurée quelques instants dans sa bouche alors que le restaurateur confiait son envie du bout des lèvres, en un chuchotement presque inaudible au sein des rumeurs des conversations. Tobias se sentait touché au plus profond de lui-même. Yarû était le premier à lui faire une telle proposition. Jamais personne n'avait demandé à prendre des cours auprès de lui. Être son modèle, oui, plus d'une fois (et parfois cela cachait une autre envie, celle que la Muse ne fasse qu'un avec l'Artiste) mais devenir l'élève, ça, c'était une première.

    Et Tobias espérait grandement être à la hauteur de la tâche demandée.

    « J'en serais très honoré. » finit par souffler Tobias d'une voix empreinte de sincérité. « On pourrait même commencer dès demain. Quoique, ce serait peut-être tôt... Dis-moi quelles sont des disponibilités et en on prévoira les cours en fonction. Je pourrais te fournir de quoi commencer. Après il faudra te fournir. Je connais quelques bons commerces à ce sujet qui pourront te faire un prix. »

    Fébrile l'Autrichien ne tenait déjà plus en place. S'il n'avait écouté que son instinct, celui qui le poussait à agir en taisant la voix de la raison, il aurait déjà entraîné Yarû au sein du quartier Sharsfort afin de lui faire acheter le nécessaire du parfait petit artiste. Mais il devait se dompter, avancer pas à pas pour ne pas brusquer ce jeune élève qui voulait se lancer sur la voie de l'Art.

    « Tu veux te lancer dans un thème particulier en dessin ? L'anatomie humaine, les natures mortes, les paysages... » La voix de Tobias se suspendit laissant défiler, muettement, les multiples possibilités. « Si tu n'as pas d'idée ce n'est pas grave. On tentera un peu de tout pour voir ce qui te plairait le plus. On pourra mener les cours chez moi ou dans les champs lors des beaux jours. Le grand air est souverain pour l'inspiration ! »

    Une leçon que Vincent lui avait bien dicté en le menant au sein des champs de blé et de tournesols emplissant la partie agricole de Pallatine.
    { Contenu sponsorisé.
    Re: #Ulÿn - Parfum de la cuisson et des arts //Tobias
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit