login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur grépour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirerprofit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidiendes habitants de Pallatine.Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    nouveau membreNom du membre
    Ici, une description rapide de sa fiche.
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { geek inside (joyce).

    avatar
    Citoyen
    jeune père veuf, toujours enfant dans sa tête, trop vite grandi.
    Messages : 236
    Messages rp : 36
    Date d'inscription : 26/10/2016

    Avatar : bakugou katsuki

    Voir le profil de l'utilisateur
    geek inside (joyce)
    le Ven 28 Avr 2017 - 18:18
    Les enfants, ça ne se gâte pas - sinon, on en fait de petits monstres qui n'attendent qu'une occasion de vous dévorer. Telle est mon opinion, non que je puisse affirmer avec certitude que j'ai raison. Il s'agit simplement de l'idée qui me traverse l'esprit depuis mon adolescence ; dans le théâtre de mon esprit, je suis à nouveau l'enfant, cette place que je n'aurais jamais dû quitter,. Mon corps me paraît plus léger, une fois privé de ces responsabilités qui pèsent sur mon épaule ; sans fardeau, le rire devient plus facile. Je n'ai à me soucier de rien : si j'ai faim, c'est parce que l'heure du dîner approche et que j'ai joué toute l'après-midi dans les bois qui couvrent d'ombre mon village ; si j'ai froid, je n'ai qu'à tendre le bras pour récupérer un de ces couvertures qui sont toujours soigneusement repassées, et qui, en les dépliant, laissent s'échapper un doux parfum de jasmin et de rose ; si je suis fatigué, je peux fermer les yeux avec toute l'insouciance des premiers âges, persuadé que le monde cessera de tourner en mon absence, et qu'un regard bienveillant veillera sur mon sommeil. Ma vision « d'adulte » observe ce comportement infantile, et malgré mon incapacité à me comporter de façon adéquate, je me pense capable de lire correctement la situation. J'ai été gâté. Tellement gâté que mon ego a enflé comme un soufflé qui refuse de redescendre. Et puisque je ne peux rien faire pour me corriger, je peux au moins m'efforcer de bien éduquer le petit garnement qui partage ma vie.

    Ceci étant fixé, que diable fais-je donc dans ce magasin de jeux vidéo, la main de l'enfant recroquevillée dans la mienne ?

    Je n'y connais rien en jeux , car cela n'a jamais fait partie de mon enfance. J'associe ce loisir à une occupation de « geek », mais au sens premier du terme, et non selon la définition moderne que souhaiterait en donner cette pseudo-diaspora qui s'en donne le nom : un divertissement de losers qui ne savent pas vivre. Finalement, peut-être est-ce approprié : n'en suis-je pas un beau spécimen, en détruisant toutes mes perspectives d'avenir à quatorze ans ? Il est normal que mon fils suive les pas de son père. Pourtant, je ne le vois pas comme un perdant. Mon gamin est sensible, émotif, il a probablement plus de mal à aller vers les autres que moi (et pour des raisons bien différentes également), alors l'idée d'un jeu qui lui permettra de s'amuser en solitaire lui plaît bien. Et non, moi ça ne m'attriste pas du tout : c'est sa vie, je n'ai rien à voir avec elle. Bon, peut-être que je m'inquiète un peu pour lui, mais quand je vois ses yeux d'enfant briller tels des joyaux au sein des rayonnages, je me dis que tonton Mimi a bien fait de lui offrir une console de jeux. Je n'en ai pas les moyens, et de toute façon, je n'y aurais pas pensé, soyons honnêtes.

    Maintenant, que faire ? Mon gamin n'a pas l'air de savoir ce qu'il veut, et moi, je suis sérieusement en train de me demander pourquoi j'ai cédé à son caprice. Est-ce en raison de cette subite chaleur qui m'envahit la poitrine, et que je trouve plutôt agréable, mais dont je ne comprends pas très bien la source ? Un jour, peut-être cela m'apparaîtra-t-il plus clair. En attendant, j'observe attentivement le magasin. Le seul vendeur est coincé derrière sa caisse, occupé à servir la petite file de clients qui attend de régler ses achats ; il n'y a donc personne auprès de moi. Ah, si, dans le coin, là-bas, il y a une jeune fille, ou femme, je ne sais pas trop mais elle a l'air bien jeune - je lui donne moins de vingt ans, mais elle pourrait en avoir plus, je suis mauvais pour juger les âges. Je n'ai qu'à aller la voir. Excusez-moi, l'interpellé-je sur un ton qui laisse entendre que je ne suis pas désolé du tout. Vous vous y connaissez en jeux ? Si oui, j'ai besoin de votre aide. La rudesse de ma voix laisse supposer que je supporterais très mal un refus ; et c'est vrai, je risque de perdre mon calme. A côté de moi, le gamin se raidit, mais je ne le remarque même pas ; il le fait si souvent que ses tensions passent inaperçues à mes yeux.
    avatar
    Membre
    uc.
    Messages : 31
    Messages rp : 6
    Date d'inscription : 27/02/2017

    Nom de code : azerty.
    Avatar : enomoto takane - kagerou project

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: geek inside (joyce)
    le Lun 25 Déc 2017 - 5:28
    geek inside
    the flow of time is always cruel ; its speed seems different for each person, but no one can change it. a thing that does not change with time is a memory of younger days. -sheik
    le début de l'après-midi pointait son nez, le soleil peinait à sortir. le ciel était recouvert de boules de coton grisâtre menaçantes. il était difficile de croire que notre magnifique étoile de chaleur et de lumière se tenait haut dans le ciel. la journée s'annonçait pour être belle voir magnifique, il y avait une occasion spéciale pour se lever ce matin. une occasion en or de retomber en enfance, un jeu qui n'avait pas eu de suite depuis trois ans déjà. le premier étant sortit lorsque notre protagoniste avait à peine quatre petites années de vie, celle-ci avait l'impression que ça faisait minimum un siècle. dans la vie d'une gameuse qui attend impatiemment la sortie de certains jeux vidéos, chaque attentes semble être une éternité. rejouer toujours aux mêmes jeux, après avoir fait quatre fois le tour d'un jeu et avoir fait les efforts pour le terminer complètement avec tous les hauts faits, ça devient lassant. pour une personne qui peut très rarement en avoir marre de ce qu'elle aime le plus faire, faut le faire quand même... pour que cette journée soit la plus merveilleuse qui soit, il faudrait que la petite bleu se lève. non, déjà qu'elle se réveille, mais on va lui pardonner, elle a bossé jusqu'aux petites heures du matin pour apprendre une nouvelle section de codage. surtout pour la comprendre, bien qu'elle ait fait son propre jeu vidéo, il y a certains bouts qu'elle ne comprend toujours pas. son attention est presque jamais porté dessus non plus... on va pas se mentir, elle va dire qu'elle a bossé toute la nuit, mais la vérité, elle a probablement plus joué et fait autre chose qui n'a aucun rapport avec les codes. sa nuit doit avoir été plutôt infernal, la connaissant, il y a eu des cris et surtout beaucoup de colère.

    un doux son de pluie commençait à se faire entendre dans la petite chambre de mademoiselle joyce, celle-ci se réveillait lentement avec cette mélodie. ses magnifiques yeux regardaient la fenêtre, admirant les goutes d'eau qui glissaient sur la vitre. un fin sourire se dessinait sur son visage, la vue lui plaisait et il y avait aussi la sortie de ratchet et clank. pour les prochains jours, sa vie allait se résumer à restée assise sur une chaise devant son écran avec sa manette de playstation bleu dans ses mains. on va pas se le cacher, il y avait un petit coeur excité et tremblant de joie dans la poitrine de la belle bleu. à peine quelques minutes après s'être ouvert les yeux, azerty était sous la douche en train de se déhancher sans musique. c'était elle qui faisait la mélodie. étonnement, ça ressemblait à rien, mais on va lui pardonner. cette joie qu'elle ressentait, c'était si rare. pour l'espace de quelques jours, son monde allait être réparé. par contre, ses dandinements étaient classe, la danse, elle a ça dans le sang. ses mouvements au niveau des hanches étaient plutôt sexy par moments, mais il y avait beaucoup de badassitude et un peu de n'importe quoi. en sortant de la douche, elle est allée directement mettre de la musique quand même assez forte, assez pour camoufler sa voix. passons les détails, mais entre les chants qui suivaient la musique, il y avait aussi probablement beaucoup plus de gémissements. elle a toujours honte de ces cris qu'elle fait, même si boy-kun lui disait que c'était normal et qu'elle a une belle voix. une femme ne pourra jamais croire ce genre de choses, c'est sûrement prouvé à quelque part. les paroles de son homme sont souvent difficiles à croire dans des moments comme ça, quand c'est associé à quelque chose qui nous fait honte et qu'on aimerait changer. après son petit moment d'amusement, elle était bien détendue et s'était habillée convenablement. son hoodie bleu un peu trop grand pour elle, une petite jupe noire avec, bien sûr, puisque ce n'est pas encore l'été, une paire de bas qui monte haut. plus longue qu'à l'habitude vu le froid dehors et surtout la pluie. on voyait à peine quelques centimètres de peau. et aujourd'hui pas le temps d'attacher ses cheveux en petites couettes mignonnes. il fallait que ce soit simple, de toute façon, l'humidité de l'extérieur aurait tout brisé et ça aurait généré de l'anxiété inutile.

    azerty avait attrapé son parapluie préféré, il était spécial, noir à l'extérieur avec des petites oreilles de chat d'adorables petits chats et était sortie très rapidement. ses pas se faisaient rapide, elle voulait éviter tous regards vers elle. puisqu'elle connaissait le chemin vers son magasin de jeux vidéos préféré et le plus près, elle faisait exprès de faire un détour pour prendre un peu de cannabis. ça l'avait calmé. rendue tout près de la boutique, les paires de yeux la stressait quand même, mais elle les voyaient légèrement autrement. puis, maintenant, en la regardant, c'était évident qu'elle n'était pas toute là. ses yeux semblaient vitreux et le blanc avait légèrement rougis. mais fallait s'en foutre complètement, sinon elle allait retrouver à la maison en vitesse éclair. la belle avait pousser la porte du magain, refermé son parapluie et l'avait laissée à l'entrée dans le petit panier prévu à cet effet. elle était contente d'être arrivée en vie, une petite fierté avait envahi son coeur qui était en train de battre beaucoup trop vite. la mignonne n'avait pas encore le courage d'aller parler au vendeur, même s'il l'avait salué poliment et gentiment comme à son habitude. après tout, c'était toujours le même quand elle prenait la peine de se déplacer, il devait être habitué avec elle maintenant, enfin, elle espérait. en même temps, elle n'est pas du genre à parler beaucoup, mais son angoisse ne l'aide pas. elle s'était donc dirigé directement vers la section qui l'intéressait, il y avait un adulte qui n'avait pas l'air très à l'aise et un enfant joyeux en train de regarder les boites des jeux vidéos. elle essayait de se faire discrète.

    « excusez-moi, vous vous y connaissez en jeux ? si oui, j'ai besoin de votre aide. » joyce avait eu peur, sursauté même, elle en avait échappé le jeu qu'elle analysait. son ton n'était pas tellement agréable, avoir pu, elle l'aurait ignoré, mais sa façon de dire l'obligeait. vu la question de l'homme à côté d'elle, elle avait l'impression que c'était pour l'enfant. ses yeux s'étaient dirigés vers lui instinctivement. son regard restait fixé sur lui, il était tellement mignon et tout petit. il semblait nerveux, il s'était redressé rapidement après que son père ait parlé. du coup, elle avait un peu peur de lui, ça l'inquiétait cette réaction et ça paraissait sur son visage. mais c'est une personne gentille, elle ne pouvait pas juste l'ignorer comme ça. « euh.. je.. oui ? » en ramassant rapidement le jeu par terre. la jolie était nerveuse, son visage restait figé et fermé, mais on pouvait si bien voir dans ses yeux toute la panique qui grandissait. enfin, si on enlevait le fait que ses yeux étaient très rouge. elle tremblait, elle essayait de le camoufler en cachant ses mains dans ses longues manches. en se redressant, la petite leva la tête pour fixer son regard bleu ciel dans celui de l'inconnu en croisant les bras. joyce n'avait pas du tout oublié l'enfant qui se trouvait à quelques pas d'eux, c'était impossible, elle avait juste envie d'aller le voir et d'aller lui demander si ça allait et l'aider à faire son choix entre les dizaines de choix qui se trouvaient aux alentours de lui. « qu'est-ce que vous voulez, môsieur ? » bien sûr, la jeune femme avait fait exprès de modifier son titre, un monsieur était une presonne avec une classe assez élevée, tout le contraire de cette personne. il y avait un petit ton arogant, c'était un peu lui rendre la pareille vu comment il avait parlé. aussitôt, elle avait tourné les talons et c'était approché du gamin en pliant les genoux pour se mettre à sa hauteur, reprenant sa voix aiguë et normale. « que cherches-tu, mon grand ? »
    avatar
    Citoyen
    jeune père veuf, toujours enfant dans sa tête, trop vite grandi.
    Messages : 236
    Messages rp : 36
    Date d'inscription : 26/10/2016

    Avatar : bakugou katsuki

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: geek inside (joyce)
    le Jeu 28 Déc 2017 - 19:41
    Je ne sais vraiment pas pourquoi je suis allé voir une inconnue pour lui demander des conseils. En fait, quand j'y réfléchis, je trouve ça totalement stupide ; pourquoi diable parler à une cliente comme si elle pouvait me donner des conseils ? J'aurais mieux fait de demander le vendeur. Mais, je ne sais pas. Il y a quelque chose, dans cette apparence. La couleur de ses cheveux, peut-être - c'est proprement ridicule, mais je ne vais certainement pas le lui dire, même moi je ne suis pas stupide au point d'insulter quelqu'un quand j'ai besoin de conseils. Et puis, je ne suis pas énervé contre elle. Elle ne m'a rien fait. Peut-être, autrefois, quand j'étais plus jeune et encore plus immature que je ne le suis maintenant, je me serais agacé parce qu'elle aurait été sur mon chemin, et qu'elle ne ressemblait à rien. A présent, elle me paraît normale, et sans doute beaucoup plus que Kat. Oui, j'ai peut-être changé, moi aussi. Surtout depuis la dernière fois.
    Est-ce pour ça que j'ai cédé au caprice de mon petit ? Oh, je ne sais pas vraiment. Mais c'est ça qui m'énerve, comprenez-vous. J'ignore quoi faire pour faire plaisir à mon gamin. Les jeux vidéos ne font pas partie de mon existence. J'ai toujours vécu dans un village rustique, où la technologie était certes présente, mais un peu distante, parce que pour l'acheter il fallait marcher. Des fois, je me dis que ça devait ressembler un peu à une ferme de la Terre des pays du Nord du XXe siècle - mais franchement, je n'en sais rien. Alors une console de jeux, vous imaginez bien que ça n'existait pas. Non que j'aurais aimé en avoir une : j'ai très bien vécu sans ça. Quoique. Peut-être que je n'aurais pas fait de bêtise avec Katherine, sinon.
    Si j'avais remarqué que mon gamin s'était figé, j'aurais compris que ce dont il avait vraiment peur, c'était que j'agresse cette femme. Et je n'aurais pas la moindre idée de la raison pour laquelle il penserait ça : parce qu'il me connaît bien, le petit, mais quand diable lui ai-je montré à quel point je peux être un couillon, des fois ?
    « Merci. » : grommelé-je d'un ton un peu rude, et je m'efforce de sourire. Pour être tout à fait honnête, ça peut potentiellement faire peur à la jeune fille, qui a déjà fait tomber son jeu en entendant ma voix ; mais j'essaye, bon sang. Quand je murmure le mot, l'enfant à mes côtés se rapproche et agrippe un bout de mon pantalon. Sans trop de délicatesse, mais avec bien plus de douceur que je ne l'aurais fait dans d'autres circonstances, je me saisis de sa petite main et la place dans ma paume. Elle est toute froide contre ma peau, je n'aime pas cela. Je suis vraiment bête : j'aurais dû lui mettre des gants avant de partir. Ce n'est pas parce que moi, je supporte le froid, que c'est aussi son cas.
    Elle finit par me regarder enfin ; j'aime mieux cela, quand elle me fixe droit dans les yeux. « C'est pour lui. » : je précise d'un ton un peu plus calme, parce que j'ai bien compris le message, mademoiselle : je demande un service,
    j'ai intérêt à le faire d'un ton plus doux. Bah, de toute façon, tant qu'elle ne me dit pas non. De toute façon, elle ne m'écoute pas vraiment : elle s'intéresse juste à mon gamin, qui la regarde d'un air paniqué. Je continue : « C'est son premier jeu, alors je pense qu'il ne sait pas trop ce qu'il veut. » Je tourne la tête et regarde le garçon. Après quelques secondes, il finit par dire : « Un jeu... avec des princesses... » Et il détourne le regard, car je devine qu'il est gêné.
    Il s'attend probablement à ce que je dise quelque chose.
    En vrai, j'ai joué tellement de fois à la poupée quand j'étais enfant, parce qu'on n'avait pas grand-chose d'autre au village, et que des fois, je me lassais un peu de mes jouets en bois. Alors franchement, mon petit, il peut aimer ce qu'il veut.
    { Contenu sponsorisé.
    Re: geek inside (joyce)
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit