top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

Rencontre avec le passé - [Locke/Arial]

[Page 1 sur 2] Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Dim 30 Avr 2017 - 11:34 (1)
Le moment était venu. Arial avait pris la décision de prendre son courage à deux mains. Elle avait décidé d’entrer en contact avec son père d’une autre temporalité. Bien sûr, le vieil homme qui l’avait accueilli après son transfert lui en avait fait une brève description, pas toujours flatteuse. Mais la jeune femme avait besoin de faire face à cet homme. Cet éclat d’un père d’une autre dimension. Il n’avait sûrement pas le même caractère. Mais ce n’est pas ce qu’elle voulait. Rencontrer un clone de son père n’aurait fait que rendre la tâche bien plus compliqué. Elle se posait aussi une autre question. Comment régirait-elle quand Locke ne la reconnaitrait pas ? Cela pourrait être dur.

Mais bon, il fallait se jeter à l’eau. Alors, comme tous les matins, la jeune femme enfila son uniforme de la sécurité. Elle prit un petit déjeuner rapide et quitta son appartement, emportant sa matraque avec elle. Mais, au bout de quelques minutes, elle se rendit compte qu’elle avait oublié une chose très importante. Elle revint au pas de course chez elle, ouvrit sans ménagement la porte de son logement et fonça directement dans sa chambre. Là, sur la table de chevet, trônait la fameuse enveloppe que son père lui avait confiée dans son enfance. Elle prit l’enveloppe entre ses doigts et l’observa avec tristesse. Elle voulait l’ouvrir depuis très longtemps. Mais elle s’était toujours retenue, souhaitant respecter la parole donné à son père.  Elle glissa donc la lettre dans la doublure de son uniforme, au niveau de son cœur. Puis repartit.

Après plusieurs minutes de marche intensive, elle arriva enfin à l’Institut. Elle récupéra ses armes de service dans son casier de la section Sécurité et commença à patrouiller. Depuis le temps maintenant, elle connaissait plutôt bien les lieux maintenant. Son chef avait fait en sorte qu’elle connaisse bien le bâtiment pour facilement se déplacer. Cependant, Arial savait que certains lieux lui restaient encore inconnus. On lui avait bien dit que certaines zones n’étaient accessibles qu’avec des badges spécifiques, confiés à des personnes de confiance. Sachant que moins d’un an s’était écoulé depuis son arrivé, elle comprenait parfaitement ne pas avoir été mise dans la confidence.

Il n’y avait qu’un seul endroit où elle voulait se rendre aujourd’hui. L’étage des scientifiques. De toute façon, sa présence n’était pas anodine puisqu’elle devait assurer la sécurité de tous ces gens. Personne ne s’intéresserait alors à la raison de sa présence. Tandis qu’elle marchait, elle salua quelques personnes qu’elle connaissait mais n’engagea jamais la conversation pour éviter de les déranger dans leur travail. Mais plus elle avançait, plus elle avait l’impression que ses entrailles se tordaient. Ses pas la menaient vers le bureau de Locke presque par automatisme. Elle avait envie de s’enfuir à toute jambe. Mais la curiosité la poussait à avancer. Elle arriva finalement à l’entrée du bureau. Sur la porte était inscrit le nom de la personne qu’elle cherchait. Sa main s’approcha presque automatiquement de la poignée mais elle la retint. Comment allait-elle lui expliquer sa présence ?

La peur la tiraillait de plus en plus. Elle ne pouvait se résoudre à entrer maintenant. Alors il n’y avait qu’une chose à faire. Elle continua sa route, laissant cette porte dans son dos. Oui elle fuyait. Mais que pouvait-elle faire d’autre dans une telle situation ? Et pourtant, la porte l’appelait. Arial était inlassablement attirée par elle. Alors elle revint sur ses pas. Faisant à nouveau face à la porte, elle fit quelques exercices respiratoires. Enseignement d’un officier qu’elle avait beaucoup apprécié sur Terre. Elle toqua et entra.

« Bonjour Monsieur Melborn. »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Dim 30 Avr 2017 - 21:52 (2)
-ZzZzZz….

On lui avait dit de rester dans le bureau pour travailler, on lui avait dit que si jamais il osait mettre les pieds dehors sans bonne raison, on le priverait de bonbons, on lui avait dit…de nombreuses choses, dans l'unique but qu'il reste au moins au sein de l'institut pour bosser un petit peu. Mais malgré tout ce qu'on lui avait dit, il n'en avait cure, et dormait paisiblement dans son bureau. Aujourd'hui n'était qu'une journée comme une autre, paisible et parfaite pour faire une sieste.
Allongé confortablement sur son fauteuil de luxe et les pieds sur sa table, il ronflait paisiblement, le visage caché par une BD. Son bureau tout comme son appartement et plus spécialement sa chambre était un reflet de sa personnalité : Un bordel sans nom. Sur les étagères étaient des dossiers et des livres rangés à l'arrache, ainsi que des consoles et de jeux. Par terre se trouvait des feuilles aux mots et aux formules trop complexes pour ceux qui n'étaient pas scientifique, et quant à son bureau, il était couvert non seulement d'en-cas et de divers objets qui lui servaient à faire des farces, mais aussi d'un ordinateur sur lequel était ouvert un jeu assez récent. Il avait même dans un coin un frigo miniature pour des sodas et des bières. Il ne manquait plus qu'une borne d'arcade, mais on lui avait bizarrement refusé l'installation d'un tel objet pourtant essentiel au bien être de Locke. Mais tant pis, il n'était pas difficile, Loque.
Personne n'aurait cru un seul instant que ce bureau là était le bureau d'un scientifique à la tête d'une équipe de recherche de la prestigieuse institut.

-Bonjour Monsieur Melborn.

Il fallut quelques instants à Locke pour se réveiller au son de la voix du visiteur inconnu. Avait-il un rendez-vous quelconque prévu aujourd'hui ? Pas qu'il sache. Peut-être qu'on avait envoyé quelqu'un pour voir s'il faisait son taf alors. Fortement possible.
Et dans ce cas là, merde.
Il souleva lentement la BD qu'il avait sur le visage et poussa un long bâillement. Il cligna plusieurs fois des yeux pour s'habituer à la lumière ambiante et observa la jeune fille qui était rentrée dans la pièce sans son autorisation – autorisation qu'elle n'aurait jamais eu, puisqu'il dormait - .
Oh tiens, elle faisait partie de la sécurité. C'était quoi son nom déjà… ? Meh, aucune idée, elle était encore un peu nouvelle, lui semblait-il, et il ne l'avait jamais croisé tant que ça, même si elle lui paraissait vaguement familière pour une raison qu'il ignorait.

-Yo jeune fille, on t'a envoyée pour vérifier si je bossais?

Il eut un grand sourire et s'étira les bras, mais resta dans son fauteuil, les pieds chaussés de pantoufles roses toujours sur le bureau. La main du scientifique se dirigea vers un paquet de bonbons et en goba un.

-Si je t'offre un peu de bouffe et à boire, tu acceptes de leur dire que j'étais pas en train de dormir? Demanda Locke comme si de rien n'était, nettoyant un filet de bave de sa bouche avec le manche de sa blouse blanche.

Oui, c'était une tentative de corruption d'une certaine façon, car des sucreries et à boire ce n'était pas vraiment le genre de chose avec lesquels on achetait l'autre, mais c'était typique de Locke de faire des propositions idiotes.
En réalité, qu'elle réponde oui ou non, ça n'avait aux yeux de Locke que peu d'importance. Il était habitué à faire face à la colère de ses subalternes adorés, heh.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Mar 2 Mai 2017 - 14:49 (3)
Arial, qui avait toujours vu le bureau de son père extrêmement bien rangé, fut totalement surprise de voir la chaos qui régnait dans le laboratoire de Locke. Quel que soit l’endroit où elle posait les yeux, ce n’était que papiers en désordres, déchets alimentaires divers et d’autres choses dont la jeune femme ne voulait pas connaitre la provenance. Elle s’attendait presque à voir une colonie de cafard sortir du bureau. Pendant, elle se demanda si elle ne s’était pas trompée de bureau. Après tout, il était possible que le scientifique ait échangé son bureau contre celui d’un autre et que les noms n’aient pas été modifiés sur les portes. Mais, quand son regard se porta sur la seule personne de la pièce, elle sut que ce n’était pas le cas. Elle reconnaissait ces cheveux. Quand il ôta l’ouvrage qu’il avait sur le visage, Arial n’eut aucun doute. Ce visage qu’elle avait aimé. Qu’elle avait haï. Qu’elle avait regretté. Un pincement au cœur la saisie tout d’un coup. Avait-elle bien fait de venir dans ce bureau pour le rencontrer ? Encore une fois, elle voulait fuir loin de cet endroit. Elle aurait pu. Son « père » était encore en train d’émerger de son sommeil. Mais la peur la tétanisait. Alors elle resta là, les bras le long du corps et baissant légèrement les yeux comme une gamine qui venait de faire une bêtise.

D’un autre côté, elle était complètement perdue. Son père n’aurait jamais permis que son plan de travail soit dans cet état. C’était, en quelque sorte, un perfectionniste un peu maniaque sur les bords. Et puis, dormir au boulot aurait été hors de question pour lui. Et des patins quoi. Des patins au milieu d’un laboratoire. Arial n’en revenait tout simplement pas. L’homme qui l’avait accueilli suite à son transfert lui avait bien dit que le Locke de cette temporalité serait très différent du sien. Mais elle n’aurait jamais pu imaginer que cela pu être à ce point-là.

Son esprit partit tellement loin qu’elle ne saisit pas tout de suite que son géniteur d’un autre temps lui adressait la parole. Le rouge lui monta d’un coup aux joues, tout comme la bile remonta dans son œsophage. Elle ne réussit pas à répondre. Heureusement que Locke continua sans trop faire attention. Son ventre lui faisait terriblement mal. Il lui proposa un truc à grignoter. Elle fit non de la tête. Son estomac semblait prit en pleine tempête. Il ne semblait pas avoir honte de son attitude. Une tempête de peur mêlée d’un profond stress. Il attendait visiblement une réponse. Elle allait passer pour une idiote. Une pression qu’elle n’avait jamais connu l’envahi alors. Même quand elle avait servi en tant que soldat, la peur n’avait jamais eu autant d’effet sur elle. La psychologue de l’Institut qui lui avait fait passer des tests  son arrivée n’avait rien trouvé d’anormal à l’exception de sa tristesse.
Elle inspira. Souffla. Ouvrit la bouche pour répondre et…vida son estomac sur le sol du laboratoire.

Sa gorge la brulait. Elle avait l’impression que ses yeux étaient totalement révulsés. La tête lui tournait légèrement. Elle essayait tant bien que mal de se tenir debout mais la force avait quitté ses bras et ses jambes. Elle s’écroula à genou sur le sol, le corps collé au meuble le plus proche. Les larmes lui montaient aux yeux. Mélanges de honte, de colère, de douleur. Son cœur avait accéléré la cadence d’un cran. Tout allait trop vite pour son cerveau. Des images de son père d’avant se superposèrent à la scène actuelle. Elle revit son cadavre après qu’elle ait appuyé sur la détente. La bile monta à nouveau dans sa gorge. Elle se laissa aller à nouveau. Une toux rauque s’échappa de sa bouche. Sa respiration devenait de plus haletante. Elle avait besoin d’aide. De son aide à lui.

avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mar 2 Mai 2017 - 19:46 (4)
Locke eut la réponse à sa question, d'une certaine manière. La jeune inconnue ne semblait pas être venue dans le but de voir s'il travaillait ou non. Toutefois, le scientifique flemmard qui s'était attendu à de la colère ou à de la déception n'avait pas prévu qu'on lui réponde avec….le reste d'un repas vomi sur le sol. C'était bien la première fois que quelqu'un d'autre que lui vomissait ici, heh. Mais malgré la légère surprise qui se traduisit chez Locke par un simple haussement de sourcil, le scientifique ne réagit pas tout de suite, se contentant de regarder dans le plus grand des calmes la fille s'écrouler sur le sol et vomir à nouveau.

-Je m'étais attendu à ce qu'on m'engueule, pas qu'on dégueule, haha. Dit-il malgré la situation qui se présentait.

Il aurait bien attendu que la crise de la fille se calme, histoire d'éviter une mauvaise surprise comme de se retrouver avec du vomi sur les pantoufles, mais de toute évidence, ça n'allait pas se calmer tout seul.
Gardant son sourire habituel sur le visage, il poussa néanmoins un petit soupir. Aaaaah. Lui qui pensait avoir une journée tranquille et sans souci. Lentement, il finit par se lever, et sa première action fut tout d’abord d'ouvrir les fenêtres. L'odeur n'était pas insupportable, il y était habitué, mais ce n'était jamais agréable. Par la suite, il s'approcha la jeune fille en évitant la flaque qu'elle avait laissé. Ugh, qui allait nettoyer ça ?

-Allez, on laisse faire papa Locke caaaalmement et on respire un bon coup jeune fille.

Sans la ménager, il força l'inconnue à s'allonger à même le sol du bureau et vérifia si elle était toujours consciente. Elle l'était, mais semblait mal-en-point et un peu livide, et totalement prête à tomber dans les pommes d'un moment à l'autre. Pour éviter qu'elle s'étouffe dans son propre vomi, il la mit littéralement en position latérale de sécurité avec des gestes experts et précis qu'il avait maîtrisé avec le temps.

-Je sais qu'on peut facilement confondre mon bureau et les chiottes du coin, mais ça fait toujours assez mal de voir quelqu'un décider que les chiottes ont droit à plus de respect que là où je travaille.

Il alla chercher des objets sur son bureau et revint poser une bouteille d'eau fraîche à coté de la jeune fille et lui lança une serviette pour qu'elle se nettoie la bouche. Et sans se soucier de l'odeur et du vomi, il mangea un autre bonbon. Il aurait pu lui lancer un sac en plastique, mais le sol était déjà sali, donc à quoi bon. Aaaaaaaaaaaaaah, qui allait nettoyer tout ça ?

-Ça va mieux ? C'était quoi ? La cuite d'hier qui est mal passée ? Je connais ça, heh.

Il l'avait vécu plusieurs fois, et avait vu d'autres ivrognes dans le cas un nombre incalculable de fois aussi. Ce qui expliquait en partie son calme devant une telle situation. Mais si ce n'était pas à cause d'une soirée trop arrosée et à cause d'une maladie quelconque, cela devenait un peu plus problématique et dépassait ses maigres capacités de premier secours. Il préférait éviter les ennuis liés à la mort d'une personne dans son bureau. Ça faisait trop de paperasse.

-Hmmm, je me demande si c'est assez grave pour que j'appelle la jolie infirmière et la vieille Gertrude pour faire le ménage.

Et avec ça, il pourrait peut-être mettre sur le dos de la jeune fille le bordel qu'il avait dans son bureau et quelqu'un pourra tout nettoyer et tout ranger à sa place. Ça semblait être un plan parfait huhu.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Mer 3 Mai 2017 - 10:24 (5)
Arial avait envie d’appeler à l’aide. Mais les mots s’étaient mêlés à la bile et étaient déjà sur le sol. Elle voulait aussi ramper pour atteindre la seule personne proche du bureau mais rien à faire, ces membres étaient devenus trop lourd. Alors elle attendait. Espérant que son « père » vienne à son secours. C’est dans ce genre de situation qu’elle avait besoin de lui. Malgré les bruits qu’elle faisait, elle l’entendit se lever. C’était très confus. Impossible de savoir s’il venait vers elle ou s’il partait. Après tout, quand une jeune femme inconnue vomissait dans votre bureau, l’aider n’aider peut-être pas la première chose à faire. Cependant, elle sentit un souffle de vent frais sur son visage. Elle frissonna. Son état la rendait beaucoup plus sensible au changement de température.

Puis il parla. Deux expressions résonnèrent dans l’esprit de la jeune femme : « papa Locke » et « jeune fille ». C’était exactement comme cela que son vrai père lui parlait quand elle était enfant. Des souvenirs lointains de son enfance lui revinrent en tête. Quand elle était malade, alité dans son lit et que son père venait, prenant le risque d’être contaminé, dans le seul but de rassurer sa fille. Le Locke présent ne devait sûrement pas se rendre compte de cela. Mais pour Arial, c’était beaucoup. Les larmes de honte et de colère laissèrent la place à des larmes de tristesse et de joie. Le coup de grâce fut quand il la toucha. Elle frissonna encore une fois suite à ce contact. Sa poigne était douce mais ferme. Il l’obligea à s’allonger. Dans un premier temps, elle n’avait pas envie de se laisser faire. Mais, la voix rassurante de cet homme et les souvenirs de ce genre de contact amenèrent la jeune femme à se détendre totalement. Elle n’était plus qu’une poupée de chiffon dans les mains de son pè…du scientifique. Il effectua le seul geste de premier secours autorisé.

Par la suite, il se permit une petite blague. Cependant, Arial était tellement en train de ressasser les souvenirs de son enfance qu’elle ne percuta pas vraiment à ce qu’il disait. Elle avait simplement l’impression de revivre les soirées avec son père. Des petits moments partagés par-ci par-là quand il ne rentrait pas trop tard. Le temps de border son lit, de lui raconter une histoire, d’écouter ses problèmes ou tout simplement de la rassurer. Elle se voyait revenir quinze avant, quand tout tournait encore rond. Quand elle était la fille de deux parents aimants. Revenant à la réalité, elle l’observa pendant qu’il repartait. Il revint cependant rapidement avec une bouteille d’eau et une serviette. Elle saisit le linge et commença à essuyer le bord de sa bouche. Puis, elle la déplia sur elle. Le froid la transperçait littéralement malgré les vêtements assez chauds qu’elle portait. Une couche de plus lui ferait le plus grand bien. Mais elle resta allongée. La bile n’était pas totalement passée dans le fond de sa gorge. Malgré tout, elle put enfin répondre à Locke.

« Oui…ça…ça va mieux, réussit à répondre Arial entre un sanglot et un hoquet. Mais c’est pas vraiment de l’alcool. »

Le scientifique proposa alors de faire appel à une infirmière. Mais Arial ne voulait pas que tout cela s’ébruite. C’était une affaire personnelle après tout. Et puis, sa santé n’était pas en danger. Seule son incapacité à contrôler son stress dans une telle situation était responsable. Pour protester, elle se redressa d’un bond. Mais elle ne réussit qu’à se rendre plus nauséeuse qu’avant et perdre le peu de repère qu’elle avait retrouvé. Elle attendit quelques secondes, se recouchant au passage.

« Non, ça ira…ça va passer. C’est rien de…bien méchant. »

Elle ne dit rien ensuite, se contentant d’observer Locke. Elle essayait de trouver quelque chose dans le regard de son interlocuteur. Elle y voyait un certain amusement de la situation. Mais elle cherchait un autre sentiment. Elle espérait y décelait un autre sentiment. Une certaine peur qu’elle aille mal. Le bonheur de voir un membre de sa famille. Mais rien de tout cela. Que pouvait-elle attendre d’une personne qui ne la connaissait pas comme étant sa fille ? Et lui annoncer maintenant aurait été ridicule. Surtout après avoir Sali le bureau. Encore une fois, elle fut envahie d’un sentiment de honte. Elle avait vraiment espéré que la situation se passerait bien. Et c’était elle qui foutait tout en l’air.

La gorge un peu sèche, Arial prit la bouteille d’eau et en prit une gorgée. Un peu trop vite sûrement. Une nouvelle quinte de toux s’échappa par sa bouche. Heureusement, son estomac commençait à la laisser tranquille et son cœur avait cessé de battre à ses tempes. Le calme était revenu en elle.

« Je crois que je n’ai pas eu le temps de me présenter. Je suis Sally Hastings, mentit-elle. Je ne crois pas que nous nous sommes vraiment rencontré depuis mon arrivée. Je tenais sincèrement à connaitre le maximum de personne possible. Je ne veux pas que l’on me prenne pour une inconnue quand je ferais mes patrouilles. »

Elle sentait la lettre sur sa poitrine. Lourde. Comme si elle la poussait à dire la vérité. Mais Arial savait que ce n’était pas le bon moment. Autant pour elle que pour lui.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Jeu 4 Mai 2017 - 19:30 (6)
Ce n'était donc pas à cause de l'alcool qu'elle était dans un tel état huh. Locke ne savait pas si c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle. Probablement une mauvaise nouvelle. Une mauvaise gueule de bois ça finissait par passer en général, mais une maladie quelconque…
Mais de toute évidence, la jeune fille ne voulait pas inquiéter le vieux scientifique ou embêter l'infirmerie, aussi préféra-t-elle décliner l'offre de Locke d'appeler des secours. Zut, lui qui aurait bien aimé boire un petit café avec l'une des infirmières, c'était raté. Bah, tant pis. Mais n’empêche, quelles étaient les chances qu'elle tombe malade pile au moment où elle a décidé de faire une visite de courtoisie dans le bureau de Locke ? Ce n'était pas aujourd'hui qu'il jouerait au loto.

-Si tu le dis, ce n'est pas vraiment ma santé qui est en jeu, ha.

Un profond silence s'ensuivit. La jeune fille avait le regard fixé sur Locke qui l'observa en retour. Elle avait une cicatrice à l’œil, preuve qu'elle avait du vécu dans son métier et trouvable chez tant d'autres, ainsi que des cheveux blancs, qui n'étaient….pas si rares que ça à Pallatine maintenant qu'il y pensait. Meh.
Pendant que la jeune fille décida de se présenter, Locke lui décida de reprendre sa place dans son fauteuil, près de l'air frais qu'apportait les fenêtres ouvertes.

-Sally sûre de toi? Demanda le scientifique en ricanant à son propre jeu de mot. Un prénom de circonstance. J'espère que ton deuxième prénom c'est Netoi, parce que sinon ce sera Sallysûre.

Locke se demandait si Sally salissait chaque personne qu'elle rencontrait juste pour la blague. Il l'aurait fait, lui, avec un tel prénom, et aurait maudit ses parents. Mais comme première impression, vomir et se mettre en pls dans un bureau c'était le type de première impression vraiment marquante.

-Et ne t’inquiète pas. Pour ma part, tu ne seras  plus une inconnue quand tu feras tes patrouilles, mais tu seras celle qui vomit pendant ses patrouilles.

Il aurait pu hésiter à partager cette anecdote avec toutes les personnes qu'il rencontrerait. Il pourrait facilement détruire dès maintenant la réputation de la jeune fille qui aurait alors le surnom de Vomito. Mais non. Elle ne lui avait causé aucun tort, à part vomir dans son bureau, mais ça ne le gênait pas, et il n'allait pas ruiner le début de la carrière d'une jeune fille prometteuse. Qui allait le croire de toute façon, lui qui avait utilisé de multitudes de mensonges pour divers raisons ?
Il pourrait éventuellement utiliser cette petite histoire comme une forme de chantage, pour qu'elle l'aide à sécher le taf et à fuir l'institut pendant un jour de taf, héhé.  

-Bah, on me connaît sous le nom de Locke Melborn dans le coin. Mais tu le sais déjà, j'imagine. C'était marqué devant la porte après tout, et c'était aussi marqué sur sa blouse. Et il y avait toujours des gens pour crier « LOCKE ? » dans les couloirs de l'institut quand il se cachait. Il était populaire, à sa façon. Mais tu peux m'appeler Loque, avec un grand Q, parce que je pète souvent plus haut que mon cul, ou Lockace, pour des raisons évidentes, je te laisse le choix, heh.

Tout en continuant à grignoter – alors que clairement, cet incident et l'odeur auraient coupé l'appétit de n'importe qui d'autre- , il indiqua une autre chaise qui lui faisait face, de l'autre coté de la table:

-Si tu as assez de force, va t’asseoir, j'ai pas nettoyé le sol de mon bureau depuis….quoi ? 2 mois je crois ? C'est pas le genre d'endroit où tu veux faire une sieste. Encore moins avec du vomi à coté de toi. A moins que ce soit ton fétiche?

Il espérait que sa blague resterait une blague, et non la réalité. Ce serait vraiment quelque chose si c'était en effet son fétiche. Mais qui était-il pour juger le délire des autres ? Ce n'était pas comme si il était son père, pas vrai ? Haha.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Dim 7 Mai 2017 - 17:44 (7)
La réaction d’Arial pouvait paraitre étrange mais elle ne voulait pas annoncer à d’autres personnes ce qu’elle avait voulu faire aujourd’hui. Et puis, Locke trainerait encore dans les parages et la jeune femme ne voulait pas qu’il apprenne leur « lien » de cette façon. Alors elle sourit à Locke, comme pour le remercier de ne rien en faire. Elle perçut également le regard de Locke. Même si sa réaction ne semblait être qu’une réponse au regard scrutateur d’Arial, le regard de Locke touchait profondément la jeune fille. Elle avait l’impression que ce regard la jugeait. Savait ce qui s’était passé dans ce lointain laboratoire de Russie. Un sentiment de fragilité l’envahi. Mais, elle réussit à prendre sur elle et à accepter ce regard. De toute façon, il n’allait pas pouvoir deviner qui elle était. Pas d’un simple regard. Du moins l’espérait-elle.

Puis, Locke fit une blague sur le prénom qu’elle s’était inventé. Elle ne put que rire en retour. Elle avait choisi ce nom là un peu par hasard, un souvenir lointain d’une amie dans le quartier où elle habitait au temps du lycée. Mais elle n’avait pas pensait à ce jeu de mot particulièrement fin. Rire lui fit un bien fou. La tension qui avait envahi son corps plus tôt se résorba pour ne plus être présent que comme un souvenir que l’on souhaite effacer de sa mémoire. La remarque qui suivit la fit elle aussi sourire. Au moins, il était capable de rire de cette situation pas banale. Elle n’avait peut-être pas vraiment raté cette première rencontre. Son malaise lui avait peut-être permis de se délier un peu la langue et de ne plus avoir peur de parler.  Par contre, elle commençait déjà à percevoir les différences entre l’homme qui lui faisait face et son père. Ce dernier n’aurait jamais ri du nom de quelqu’un. Il n’aurait pas fait de tels jeux de mots. Car oui, le Locke de son temps n’était pas forcément un grand rigolard. Il pouvait parfois se montrer un peu froid et rude. Alors, d’une certaine façon, elle aimait le Locke de Pallatine pour ce côté un peu léger.

Il se présenta à son tour. Arial aurait voulu lui dire qu’elle savait déjà qui il était. Qu’elle était venu exprès dans son bureau pour le voir et échanger quelques mots afin de renouer avec son passé. Mais elle n’en fit rien. Le secret était de mise pour l’instant. Elle se contenta donc de hocher la tête. Elle aima beaucoup qu’il se moque de son propre nom. Elle pouffa. Un peu trop fort à son goût. L’amusement laissa place à la honte et son visage devint tout rouge d’un coup. Elle essaya de faire passer ce sentiment mais ce n’était pas évident pour elle.

« Je me contenterais de Monsieur Loque Melborn alors » répondit-elle avec un grand sourire.

Elle rejoignit ensuite la chaise que le scientifique lui indiqua. Elle avança lentement, de peur de perdre l’équilibre à nouveau. Car, même si son mal de crâne était passé, elle se sentait encore un peu faible. Alors inutile de se faire mal et de finalement appelé l’infirmière.

« Ah non, c’est vraiment dégueulasse. Vous me prenez pour qui. T’es complètement timbré… »

En simulant l’outrage, elle ne fit pas attention et passa, sans le vouloir du vouvoiement au tutoiement. Encore une fois, son visage changea de couleur. La honte refit surface à nouveau. La honte de lui avoir parlé comme s’il était son père ou qu’ils se connaissaient depuis longtemps.

« Pardon, chuchota-t-elle comme une petite fille ayant mal parlé à ses parents. Je ne voulais pas dire ça. Cela m’a échappé. »

Elle aurait voulu creuser le trou le plus profond possible pour se cacher à l’intérieur et attendre que l’homme qui lui faisait face oublie cette erreur. Elle avait peur que sa réaction bloque Locke dans leur discussion et qu’il décide de couper court et de partir. Il fallait qu’elle trouve quelque chose à dire tout de suite. Une question pour lui qui l’oblige à rester. Un sujet qui l’intéresse suffisamment pour que tout soit effacé. Elle jeta de rapide coup d’œil autour d’elle mais ne vit rien de bien probant. Inutile de lui parler de ses expériences, elle n’y connaissait rien. Seule une chose lui sautait aux yeux.

« Vos bonbons ils sont à quoi ? Je me pose la question depuis un moment. Comme je ne suis pas arriver depuis longtemps ici, je ne connais pas tout. Mais j’aime les sucreries donc je me renseigne de temps en temps. »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mer 10 Mai 2017 - 19:25 (8)
Un public qui riait à ses blagues ? C'était rare. Il appréciait déjà Sally.
Oui, il fallait peu pour que Locke vous apprécie. Riez franchement à ses blagues, et le tour était joué.

-T'es complètement timbré.

Locke ricana face à la réaction outragée de la jeune fille. Si elle avait assez de force pour rétorquer et l'insulter, c'était qu'elle allait mieux.

-Bah, pas besoin de t'excuser. Tu auras bien des occasions de m'insulter dans le futur, je peux te le garantir, haha. Et tutoie moi si tu veux, ça ne me dérange pas. Tu es là pour faire connaissance après tout, non ?

C'était bien la première fois que quelqu'un venait visiter son bureau pour l'unique raison de « faire connaissance » et de se présenter. Si la petite Sally avait été une scientifique, il l'aurait compris, mais une agent de sécurité...Locke avait dans l'idée qu'il avait d'une façon ou une autre attiré l'attention de la jeune fille. Locke était un drôle...non, pas exactement drôle, mais un curieux animal, il était inutile de le nier. Ou peut-être qu'elle était venue l'espionner sous les ordres de quelqu'un pour voir s'il préparait un mauvais coup ou pas. Mais elle jouait bien la carte de l'innocence, pour s'être mise à vomir sur le sol.
Tout en continuant à grignoter, il écouta la tentative de Sally de faire la discussion. Les bonbons hein. Elle appréciait l'humour, les sucreries, et avait les cheveux blancs. Ça faisait beaucoup de points en commun.

-Mes bonbons ? Tu veux en goûter pour le savoir? Haha. Avec de la chance, c'était qu'une crise d'anémie et quelques bonbons feront l'affaire.

Allait-elle finir par accepter la première proposition de Locke de manger un coup pour oublier ce qu'elle avait vu dans ce bureau ?
Il tendit son paquet à la jeune fille, mais avant qu'elle ne tende la main, il reprit son paquet avec un:

-Oops. Tes parents ne t'ont jamais appris à ne pas accepter des bonbons d'étrangers ?

Il fouilla dans le paquet et en retira certains bonbons qui, à l'allure, n'vaient rien de spéciales. Mais en réalité…

-En temps normal, je t'aurais donné un de ces bonbons extra-acides qui arrachent ta langue au premier contact, mais….il montra de la tête le tas de vomi sur le sol : J'ai pas envie que mon bureau connaisse le même sort que le sol, heh. Pour une prochaine fois, peut-être.

Oui, ce farceur avait prévu de lui refiler un de ces bonbons là au tout début, et n'avait donc jamais vraiment chercher à la « corrompre », haha.
Et, une nouvelle fois, il posa son paquet devant Sally avec un sourire amusé et un clin d’œil.

-T’inquiète, ceux là ont un goût soda.  Il rajouta avec son grand sourire. Peut-être.

Pendant que la malade se remettait de ses émotions et décidait ou pas de manger un bonbon, Locke se leva et ouvrit la porte d'un placard donnant sur, bien entendu, un total foutoir. Il lui fallut une bonne minute pour sortir de ce bordel ce dont il avait besoin et qu'il n'avait pas touché depuis des lustres. Un sceau et une serpillière. Il posa le tout à coté de la jeune fille et reprit sa place lourdement sur son fauteuil :

-Voilà, c'est pas tout, mais il va falloir quand même que tu laves. On pourra causer pendant que tu nettoies si tu veux. Tu peux aller chercher de l'eau dans le couloir. 'fin, si t'as repris tes forces, sinon attends encore un peu. Mêmes les membres de la sécurité ne sont pas surhumains, haha. Pas tous, en tout cas.

Aucune pitié, même envers les malades. Il voulait surtout s'assurer que ce ne serait pas lui qui allait nettoyer tout ça. Il n'était pas gentil à ce point là non plus. Chacun sa merde. Ou plutôt, chacun son vomi dans ce cas là ?
Maintenant, est-ce qu'il allait pousser le vice et tenter sa chance jusqu'au bout…. ? Uuuugh, de toute façon, elle allait finir par le haïr et le détester un moment ou un autre, autant le faire.

-Et si tu as un peu de bonté dans ton cœur, range tout ce qui est sur le sol… ? Le personnel de ménage refuse de nettoyer mon bureau et même les cafards trouvent l'endroit trop insalubre pour y vivre, heh.

Il ne pouvait pas vraiment les blâmer. Le personnel, et les cafards, hein.

-Bah, je compte pas nettoyer quoi qu'il en soit, même si je risque probablement d'essuyer un refus de ta part, haha.

Il n'en ratait pas une, avec ses blagues.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Dim 14 Mai 2017 - 10:20 (9)
Une partie de la honte qui l’avait envahi plus tôt disparu quand Locke l’invita à le tutoyer. Était-elle prête pour commencer à être aussi familière avec lui ? Il était comme un inconnu. Bien sûr il avait les traits de son père mais la comparaison s’arrêtait là. Leur façon de voir les choses, leur attitude, tout semblait si différent au final. L’homme qui l’avait accueilli ici lui avait bien dit qu’elle ne devait pas s’attendre à retrouver une personne identique. Le jeu des voyages dans le temps était vraiment compliqué. Il était facile de perdre quelqu’un lors d’une conversation. Un dilemme se posait alors à Arial. Devait-elle tenter de lui expliquer que, dans un autre temps, il était son géniteur ? Ou pourrait-elle se contenter de garder le silence sur ses origines et de tisser de nouveaux liens avec le scientifique ? Et puis, il y avait le risque que des membres de sa brigade l’appelle par son vrai nom et que ce Locke l’entende. Il comprendrait peut-être alors quelque chose. Il fallait lui annoncer. Un jour. Bientôt. Mais cette question attendrait pour leur prochaine rencontre.

Après avoir posé la question sur les bonbons, son interlocuteur lui tendit le paquet avant de le reprendre tout de suite, se permettant une réflexion sur le fait qu’il fallait se méfier des inconnus. Arial sourit en faisant la moue. Si seulement il savait à quel point il pouvait être inconnu l’un pour l’autre. Mais il se contenta d’ôter des bonbons qu’il considérait trop dangereux pour son estomac. Les traits de la jeune femme se radoucir un peu. Finalement, dans une telle situation, elle avait trouvé, si ce n’est un père, du moins un ange gardien qui avait revêtu les traits du premier. Elle sourit encore une fois à Locke et, avec un « merci » très discret, plongea sa main dans le sachet pour gouter un bonbon. Elle ne le sentit presque pas passer. Elle profitait du dos tourné du scientifique pour l’observer un peu plus. Beaucoup trop de questions tournaient dans sa tête à ce moment précis. Mais Arial avait le sentiment qu’il ne serait pas judicieux de les poser maintenant. Elle l’observa fouillé dans son placard et en sortit le matériel nécessaire pour faire le ménage. Il comptait vraiment lav…

Arial fit les gros yeux à Locke au moment où il parla. Un ange gardien tu parles. Un type sans cœur ce mec. Elle venait de vomir tripes et boyaux et ce…ce…ce rustre lui demandait de faire le ménage. Tous les sentiments qui avaient pu l’habiter juste avant disparurent pour ne laisser place qu’à un profond mépris non dissimulé au scientifique. Même son mal de ventre semblait s’évaporer. Elle se leva rapidement et envoya valser la couverture directement sur la tête de Locke. Elle saisit le seau et sortit de la pièce d’un pas décidé. Elle était énervée pour le coup. Elle trouva rapidement les sanitaires et remplit le seau avec de l’eau. En même temps, ses pensées revinrent au scientifique. Ce n’était enfin de compte qu’un vil manipulateur. Allez que je t’aide à te sentir bien. Allez que je te rassure. Allez que je joue avec tes sentiments. Pour ensuite te renvoyer ta responsabilité en pleine gueule. Elle ne se rendit pas tout de suite que l’eau débordait du seau et se répandait sur le sol. Elle jura fort et violemment en russe. Récupérant de l’essuie main, elle épongea le sol. Cela lui prit quelques minutes. Elle revint ensuite et posa le seau sur le sol.

« Par contre, tu peux crever pour tes papelards et tes autres trucs là. T’es un adulte. Tu te démerdes tout seul. C’est pas marqué boniches sur mon fronts. »

Et la jeune femme commença à nettoyer le sol. Elle tenait tellement fort son balai que ses phalanges blanchissaient à vue d’œil. Elle connaissait les mouvements de toute façon. L’armée lui avait bien appris la discipline et le respect de la « propreté ». Cela lui prit quelques minutes de bien nettoyé le sol. Il ne resta bientôt plus qu’une trace d’eau sur le sol. Sans ménagement, elle balança la serpillère sur Locke, le bout trempé bien en avant et quitta la pièce avec le seau, histoire de le vider. Elle revint un instant plus tard et, de rage, récupéra le paquet de bonbons et en mangea plusieurs en se rasseyant.

« T’es content maintenant ? Tu as eu ce que tu voulais. Mais saches que ça va se payer. »

Elle n’avait plus du tout honte de mal parler à Locke. Elle avait eu le sentiment d’être « trahi » par ce type. Alors elle n’allait pas se laisser faire comme ça. S’il voulait jouer au plus malin, ils allaient être deux.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mar 16 Mai 2017 - 14:34 (10)
Sans réagir, Locke reçut la couverture dans la face, ça ne valait pas l'effort d'esquiver. Lentement, il rejeta ce qu'il avait sur le visage sur le coté, et son sourire s’agrandit en voyant la jeune fille se mettre en colère. Il ne pouvait pas lui en vouloir, et s'était attendu à ce genre de réaction de la part de Sally. Quoique, elle avait l'air un peu trop énergique pour quelqu'un qui venait de dégueuler ses tripes. Meh, il ne fallait pas sous estimer l'endurance des gens de la sécurité, imaginait-il.

-Par contre, tu peux crever pour tes papelards et tes autres trucs là. T’es un adulte. Tu te démerdes tout seul. C’est pas marqué boniches sur mon fronts.

Huh, elle décidait donc au final de le tutoyer hein. Ça n'aura pas duré très longtemps.
Le scientifique haussa les épaules et répondit comme si de rien n'était :

-Heh, tant pis, j'aurais au moins essayé, haha. Et tu vois, je t'avais bien dit que tu aurais des occasions de te mettre en colère contre moi, heh.

Un adulte, hein? Combien de fois lui avait on dit ça, il ne le comptait même plus, et ça le faisait toujours sourire bêtement quand on lui sortait cette phrase.
Pendant que la petite Sally nettoyait, Locke décida de passer du temps sur son ordinateur, à regarder des vidéos, ou n'importe quoi dans son habitude qui lui permettait de faire passer le temps pendant son boulot. Il aurait volontiers repris sa sieste, mais avec une invitée aussi bruyante, ça aurait été difficile.  
Et comme si elle avait lu dans son esprit, la jeune fille lui balança la serpillière sur le visage qu'il reçut sans broncher – encore une fois, ça ne valait pas l'effort d'esquiver - qu'il jeta sans gêne sur le coté avec le reste des objets non identifiés qui parsemaient la salle.

-T’es content maintenant ? Tu as eu ce que tu voulais. Mais saches que ça va se payer.

-Content ? Je suis même ravi de ton boulot, le sol n'a jamais été aussi propre. Ricana-t-il. Et je te paye déjà en bonbons, c'pas mal non ?

Tiens, il s''était dit que la jeune fille aurait quitté la salle dès qu'elle aurait terminé, ne voulant pas voir une seconde de plus la face souriante de Locke. Mais de toute évidence, elle..restait. Hmm. Intriguant. Peut-être qu'elle voulait vraiment taper la discut' avec Locke, malgré le comportement enfantin  et insupportable de celui ci. Pourtant, elle avait déjà dû cerner le personnage qu'il était à ce stade. Meh.
Avait-elle une raison pour le supporter ou était-elle simplement têtue ? Difficile de le savoir.
Sans quitter son ordinateur des yeux, il demanda à Sally :

-Je te demanderais bien pourquoi tu restes encore ici si c'est pour me dévisager comme ça, mais passons. Qu'est-ce que tu veux savoir sur moi, la nouvelle ? Et si tu ne veux rien savoir d'un enfoiré comme moi, j'imagine que je vais devoir m’intéresser un temps soit peu à toi : tu viens de quelle époque ?

En réalité, il ne se souciait pas de savoir quoi que ce soit sur la jeune femme. Le passé et le monde des autres ne l’intéressait pas tant que ça, et il préférait même ne rien savoir de tout ça. Parce qu'il se demanderait sans aucun doute ce qui était arrivé à son autre lui dans ce monde là, et ce n'était jamais une pensée très plaisante à avoir.
Ceci dit, si elle venait d'un futur très lointain, il pourrait se renseigner sur certains jeux qui n'étaient pas sortis à sa propre époque. Mais en regardant la gamine de plus près, il n'avait pas l'impression que ce soit quelqu'un de très intéressé par ça.
Bah.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Lun 22 Mai 2017 - 10:19 (11)
Voir le sourire de Locke qui semblait se moquer de son état de colère ne faisait qu’accentuer ledit sentiment. Depuis le début il avait fait semblant de l’aider, juste pour qu’elle lui serve de bonne à tout faire et qu’elle nettoie le contenu de son intestin répandue sur le sol. Et en plus, pendant qu’elle travaillait, l’autre était sur son ordi, en train de faire quelque chose. Mais, au vue de sa façon d’être assis et du mouvement de ses mains, ce n’était visiblement pas du travail.  La remarque de Locke ne lui plut pas plus que le reste de son attitude.

« Je t’emmerde le vioc. Tu me paye que dalle. »

Mais, malgré les mots un peu fort d’Arial, elle n’arrivait pas totalement à tournait sa colère contre l’individu qui lui faisait face. Elle savait qu’elle n’aurait pas à faire à son père d’origine. On lui avait dit. Elle pensait l’avoir assimilé. Mais non, il y avait toujours cet aspect d’elle-même qui souhaitait retrouver un semblant de famille protectrice. Elle avait besoin d’une ancre à laquelle se rattachait pour ne pas avoir le sentiment d’être totalement perdu dans ce monde qui restait encore bien mystérieux pour la nouvelle venue. Et ce Locke incarnait cette potentielle ancre, même s’il était différent de celui qu’elle aurait espéré rencontrer. En se rasseyant, Arial sentit l’enveloppe au niveau de sa poitrine qui trainait dans la doublure de son uniforme. Ses pensées dérivèrent à nouveau vers ce moment de sa vie où son père le lui avait remis. Elle l’avait pris pour un fou quand il lui avait annoncé qu’elle pourrait un jour rencontrait un Locke d’une autre timeline. Et aujourd’hui, elle faisait face à l’un d’eux, bien vivant, contrairement au sien.  

Le scientifique brise alors le flot de pensées, lui faisant part de son scepticisme face au fait qu’elle n’avait pas quitté le bureau après son attitude inapproprié.  Elle aurait bien aimé lui répondre qu’elle faisait ce qu’elle voulait. Qu’elle était maitresse de son destin. Mais les mots restèrent à nouveau coincés dans sa gorge. Encore une fois, ce sentiment de vouloir retrouver un semblant de père l’empêcher d’aller trop loin pour éviter de briser l’espoir qui sommeillait au fond d’elle. Elle se rassit sur la chaise sur laquelle il l’avait fait s’asseoir et pianota sur le bureau, petit TIC dérangeant qu’elle avait adopté sur le front russe. A sa question, elle se doutait qu’il ne s’intéressait pas vraiment à elle. La question avait été posée nonchalamment et il n’avait même pas daigné tourner la tête. Heureusement d’ailleurs, car le visage d’Arial exprimait une certaine tristesse à cet instant qu’il n’aurait pas manqué de décelait. Malgré tout ça, elle décida de répondre tout de même.

« Je suis né en 2032 et j’ai été transférée en 2057. C’était pas particulièrement la meilleure des époques. J’aurais aimé vivre à un autre moment sincèrement. Mais bon, on choisit pas trop quand et où on va naitre malheureusement. »

Elle aurait tellement donné pour simplement recommencer sa vie ailleurs, dans un autre temps rien que pour pouvoir vivre en paix avec ses parents. Sans subir l’ombre de la guerre et ses conséquences. Sans être amené à décimer des milliers de gens pour la gloire d’un homme. Elle avait gouté aux idées du patriotisme. Croyant en partie à la bonne foi de son gouvernement. Mais le piège s’était refermé sur elle bien trop vite. Les horreurs dont elle avait été témoin lui avait fait prendre conscience que le patriotisme n’était qu’une façade pour pousser les gens à s’entretuer pour le désir d’un groupe qui se sentait intouchable. Au fond d’elle, elle espérait que les hommes qui l’avait envoyé sur place était mort. Cependant, même si cela été arrivé, elle ne pouvait se dédouaner des actes qu’elle avait elle-même commis.

« Et vous alors, vous venez de quelle époque ? Vous avez toujours travaillé sur ce que vous faites en ce moment ? »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mar 23 Mai 2017 - 13:21 (12)
Heh, une vidéo d'un chien, c'était toujours marr...

-Je suis né en 2032 et j’ai été transférée en 2057. C’était pas particulièrement la meilleure des époques. J’aurais aimé vivre à un autre moment sincèrement. Mais bon, on choisit pas trop quand et où on va naître malheureusement.

Ah oui, il avait posé une question. Locke hocha la tête lentement en entendant les dates et les infos que donnaient la jeune fille sur son époque. C'était plus proche de sa propre époque qu'il ne l'aurait imaginé. Elle avait aussi semble-t-il vécue dans un univers assez tristounet et dramatique, mais c'était la grande majorité des gens qui arrivaient à Pallatine. Ils avaient tous une histoire assez tragique, en général. À croire que c'était la norme.
Et à entendre la jeune fille, elle  semblait se rendre compte des différentes timelines. Ce n'était pas commun. Est-ce qu'elle se rendait compte des conséquences de savoir qu'il existe d'autres timelines avec différentes Sally ? Beaucoup de personnes n'en prenaient tout simplement pas conscience ou préféraient tout simplement ignorer ce fait.  Comme beaucoup d'autres scientifiques d'ailleurs. Ils préféraient ne pas y penser, ayant trop peur de faire face aux conclusions d'un tel savoir. Les rares personnes qui y faisaient pleinement face finissaient par se pendre ou par devenir des coquilles vides, un peu comme Loque, haha.

-Et vous alors, vous venez de quelle époque ? Vous avez toujours travaillé sur ce que vous faites en ce moment ?


Ah tiens, elle était repassée au vouvoient. Elle était vraiment indécise heh. Le tutoiement lorsqu'elle était en colère, et le vouvoiement quand elle était plus calme huh, drôle de jeune fille. Locke arrêta sa vidéo et reporta son attention sur la jeune fille avec un air profondément blasé qui se lisait dans ses yeux malgré son grand sourire constant.

Oh moi.  Les années 2000, et je suis parti dans les années 2030 j'crois. Ouais. Bah, contrairement à toi, le monde dans lequel j'ai vécu était assez tranquille cela dit. Rien de bien intéressant. Pareil pour ma vie personnelle.

Oui, sa vie était loin d'être tragique ou dramatique, il avait même, considérait-il, eu une vie assez normale. La vraie tragédie se trouvait simplement dans sa façon de penser nihiliste et son savoir.

-Et non, je bossais sur la création d'une machine à voyager dans le temps à l'époque. Mais vu qu'ils l'ont déjà ici, je bosse sur d'autres choses un peu chiantes, mais faut bien gagner son pain, heh.

Son rêve de créer une machine temporelle, transformé en un cauchemar. Cela pouvait facilement résumer la vie de Locke en réalité. Il n'aurait jamais dû s'intéresser à ça, et aurait probablement vécu une vie plus heureuse en étant ignorant et idiot. Aaaaaaaaaaah. Qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour tout oublier.
Vite vite, changeons de sujet, il avait su dès le départ que demander ce genre de question allait le déprimer encore plus.

-Sinon, tu t'habitues à ta vie ici ? J'peux te filer l'adresse d'une bonne pâtisserie si tu veux, ou celle d'un bon bar où on pourrait boire un coup un de ces jours, heh. T'auras une bonne raison de vomir comme ça.

Rien ne valait un bon verre pour mieux se connaître, ou un bon gâteau, pour ce que c'était, haha.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Sam 27 Mai 2017 - 17:17 (13)
Comme elle s’y attendait, sa réponse à la question de Locke sur son origine ne le fit pas réagir plus que ça. Pour lui, cela ne signifiait tout simplement rien. Et puis, même s’il venait de la même période qu’elle, il y avait peu de chance que les évènements aient été les mêmes. Il n’allait sûrement pas faire le rapprochement entre eux sur ce simple détail. Heureusement d’une certaine façon. Car, dans le cas contraire, Arial se serait sentie assez mal de ne pas avoir eu le courage de lui annoncer en face. De lui balancer ça alors qu’il l’avait poussé à nettoyer son bureau. Il finit cependant par la regarder à nouveau sans toutefois paraitre plus intéressé que ça à la conversation. C’était comme ça après tout, inutile de se prendre la tête pour cela. La jeune femme pensait d’ailleurs que peut-être Locke était comme ça avec tous les gens qu’il rencontrait. Ou alors elle était simplement victime de son humeur du jour, bien qu’il ne semble pas particulièrement énervé.

La réponse surpris légèrement Arial. Ainsi, ce Locke avait quitté la Terre deux ans avant qu’elle ne soit née dans sa propre timeline. Les différences allaient donc à ce point-là. Étrange tout de même. Elle pensait que les différentes dimensions avaient tout de même plus de points communs que ça. Cette information était donc intéressante à prendre pour sa propre culture. C’est donc pour cette raison que son interlocuteur lui semblait plus jeune que son père. Si seulement son esprit avait gardé une image des photos de son père avant sa naissance. Elle aurait eu un point de comparaison. Mais elle s’était forcée à l’oublier au cours de la guerre et après l’avoir assassiné. Une erreur de plus d’une gamine qui n’avait pas su écouter son père et réfléchir avant de passer à l’acte. Heureusement, ce Locke avait eu une vie plus paisible. Il avait eu de la chance. Comment aurait-il agit s’il avait été à la place de son propre père avec ce caractère ? Arial n’avait aucun envie de le savoir. Elle ne souhaitait à personne de vivre ce que sa famille avait vécu.

Par contre, une chose ne divergeait pas de son géniteur. Tous deux avaient fait des recherches sur les voyages dans le temps. Elle sourit suite à la remarque de Locke quant à l’inutilité de son savoir à Pallatine. Il n’avait vraiment pas eu de chance. D’ailleurs, n’était-ce pas les connaissances du scientifique qui lui faisait face qu’il avait été transféré ? Mais, après quelques secondes de réflexion, cette hypothèse tomba à l’eau. Car, si c’était vrai, alors l’Institut aurait fait transférer son propre père. Ou alors, le Locke présent était beaucoup plus avancé dans ses recherches que son géniteur. La jeune femme ne creusa pas plus loin. Seul l’Institut pourrait lui apporter ce genre de réponse, inutile de trop y penser. Et elle n’avait peut-être pas envie d’entendre la réponse.

Arial ne fit aucun commentaire quand son interlocuteur changea de sujet. Il avait ses propres raisons pour le faire et elle respectait ça. Elle se contenta donc de répondre aux questions de Locke.

« Je n’ai pas trop à me plaindre sur ce côté-là. Les cours de l’Institut m’ont été particulièrement utiles sur ce point. J’ai encore quelques difficultés avec certains éléments de la vie de tous les jours mais je pense que je suis sur la bonne voie. Je serais heureuse d’avoir des conseils sur les bonnes adresses en effet. Par contre, je suis pas le genre de personne à picoler au point de se sentir mal. Je trouve que ça sert à rien. Mais je veux bien prendre un verre avec vous comme vous le proposez. »

Cette occasion était inespérée pour la jeune femme pour revoir Locke et tentait de lui parler à nouveau de leur lien. Elle cachait cependant la joie qui l’envahissait à ce moment précis. Inutile de laisser penser quoi que ce soit à son interlocuteur. Elle en avait presque oublié qu’il l’avait utilisé quelques minutes plus tôt et la colère qui l’avait envahi.

« En plus, vous pourriez peut-être m’aider un peu. Je ne connais rien d’ici. Je passe le plus clair de mon temps dans l’Institut. Je n’ai pas eu le temps de faire un tour à Pallatine. Si ce ‘est pas trop abusé bien sûr. Et puis, cela vous donnerez l’occasion de glander un peu avec la protection d’un agent de sécurité. Sauf si vous aimez bosser bien sûr. Je ne voudrais pas vous retirer à un travail qui vous tiendrez  cœur. »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mar 30 Mai 2017 - 13:39 (14)
Les cours de l'institut huh. Il était vrai que c'était un bon début pour comprendre comment la vie fonctionnait ici. Mais comme chaque cours théorique, il y avait parfois des points sombres que seul l'expérience pouvait éclairer. Entre autre, il n'y avait pas à s'inquiéter, surtout qu'elle était dans une diaspora qui ressemblait presque à un gouvernement, heh.
Locke fut légèrement surpris de voir que la jeune fille acceptait volontiers de venir boire un coup avec lui un jour ou l'autre. Elle qui n'avait pas hésité à l'insulter et à passer sa colère sur lui (à raison), elle acceptait une invitation comme si rien ne s'était passé. Elle devait avoir ses raisons, être têtue, ou elle prévoyait peut-être de se venger. Ahah, drôle de jeune fille, il appréciait ça.

-Si tu ne veux pas trop picoler, c'est comme tu veux, les gens de la sécurité sont souvent comme ça.

Sauf certaines personnes, comme le responsable de la sécurité lui même, colocataire de Locke qui n'hésitait pas à tomber dans les affres de l'alcool de temps à autre. Bel exemple qu'il était, heh.

Locke regarda la jeune fille en haussant un sourcil, étonné par ses propos. Elle proposait donc au scientifique de sécher son taf pour l'aider à découvrir Pallatine huh. Mais pourquoi lui ? Il devait y avoir d'autres personnes à qui on pouvait faire bien plus confiance qu'à Locke. Hmm. Étrange. Bah.
C'était de toute évidence une provocation, mais Locke allait mordre à l'hameçon que la jeune fille lui tendait car ce n'était pas un mauvais marché en y réfléchissant bien. C'était même une aubaine.
Décidément, elle savait comment parler aux flemmards comme Locke.
Lui qui avait pensé devoir utiliser la menace de l'anecdote sur le vomi pour la faire coopérer à le faire sortir de l'institut de temps en temps pour qu'il aille s'amuser ailleurs, il était agréablement surpris que la jeune fille ait pris les devants. Peut-être avait-elle tout prévu et avait décidé de faire le premier pas. Possible. Elle n'était pas idiote.
Il répondit donc en haussant les épaules :

-Voyons, il est important de faire des pauses pendant le boulot, même un boulot qui tient à coeur haha. C'est donc avec plaisir que je pourrais t'aider.
Il se mit à réfléchir quelques instants puis demanda : T'as eu le temps d'acheter un portable ?

Est-ce que l'institut en fournissait un à ses agents ? Il ne s'en souvenait plus. Lui en avait acheté un directement. Hmm.
Mais, maintenant qu'il y pensait, pourquoi avait-il cette sensation de familiarité avec la jeune fille ? Avait-il déjà eu une discussion comme celle-ci ?

-Ce sera plus facile pour organiser les, euh, «pauses », et pour boire. Je pourrais aussi t'envoyer les adresses par texto, et quelques vidéos marrantes à regarder pendant tes patrouilles, heh. Ça te va?


Drôle de pensée, de se dire que parmi les adresses, la décédée Arial Blackston lui en avait filé quelques unes. Ironique même, mais il ne le savait pas encore.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Jeu 1 Juin 2017 - 13:30 (15)
« Ce n’est pas une question d’appartenir à la sécurité ou non mon cher p…poivrot. C’est une question d’envie. Un verre de temps en temps c’est bien. Mais pas plus. »

Elle avait failli utiliser le mot « papa » sans s’en rendre compte. Heureusement qu’elle avait trouvé un terme adéquat pour le remplacer. Même si ce n’était pas forcément super sympa de dire ça. Mais bon, après tout, il l’avait bien énervé alors elle pouvait se le permettre. Il l’avait bien cherché. Et puis, à ce qu’il parait, il aimait boire souvent donc elle ne devait pas être trop loin de la vérité.

Arial apprécia voir la surprise dans les yeux de Locke quand elle lui proposa de quitter son poste pour aller boire. Elle aimait provoquer la surprise chez ses interlocuteurs de cette façon. Elle pensait avoir suffisamment bien cerné son attitude générale pour savoir que cette simple proposition, pourtant innocente, lui permettrait de le revoir. Il devait bien se demander ce qu’elle lui trouvait mais la jeune femme n’allait pas lui donner une réponse tout de suite. Pas maintenant. Il était encore trop tôt. Ronger son frein était dur mais elle pouvait le faire encore longtemps. Après tout, c’est comme ça qu’elle avait survécu à la guerre dont elle avait pris part. Enfin, qu’une partie d’elle-même avait survécu. La scène dans le laboratoire de son père avait ôté une partie d’elle qu’elle ne retrouverait sûrement jamais. L’innocence et la joie affichées par ses traits n’étaient que façade pour le monde qu’i l’entourait. Elle repoussa ces pensées quand il relança la conversation.

« Bien sûr que j’ai eu le temps d’acheter un portable, je suis pas totalement crétine non plus. Je viens pas du Moyen-âge le vioque. Je t’ai pas attendu pour savoir quoi faire. »

Sa façon de parler au scientifique la mettait mal à l’aise. Tellement de sentiments l’envahissaient tandis qu’elle lui parlait assaillaient son cœur. Une fois faché, une fois gentille. Une fois autoritaire, une fois serviable. Était-elle la seule à être incapable de gérer une conversation avec un « mort » d’une autre timeline ? Comment pouvait-on retrouver une personne disparu et lui parlait normalement, comme si rien ne s’était passé. C’est pourquoi elle n’arrivait pas du tout à savoir comment lui parlait. D’un côté il y avait la figure paternelle qu’elle voulait retrouver. De l’autre, il y avait ce mec qui abusait honteusement d’une jeune femme en détresse. Elle haïssait cette situation.

« Euh ouais. Pourquoi pas échanger nos numéros. Mais ce sera que pour les sorties et mes vidéos si tu veux. Mais si tu viens à me spammer ou à me harceler, je te bloque directe. Y’aura aucune sommation. »

Elle sortit ensuite ledit appareil et commença à lui filer son numéro de portable. Les chiffres avaient un peu de mal passer la porte de ses lèvres. Plus la discussion avançait, plus le sentiment de se rapprocher de Locke l’envahissait. Elle n’aurait jamais cru que les choses iraient si vite. C’était inespéré et cela rendait la jeune femme euphorique, bien qu’elle tentait de garder un air neutre.  

« Et aussi tu abuses pas hein ? Faut quand même que je sois à mon poste régulièrement. Alors inutile de dire que je suis plus sérieuse que toi. Moi mon bureau il est rangé. Et mon boss à l’air d’être moins souple que le tien. »

Elle avait besoin de parler à Locke, même si la discussion partait dans n’importe quelle direction. Juste le fait de lui parler donnait le sentiment à Arial d’accomplir quelque chose d’important. La chaleur de l’enveloppe semblait s’atténuer également. Son cerveau oubliait de lui rappeler des évènements peu reluisants. À ce moment précis, la jeune femme pouvait se qualifier d’heureuse. Sentiment qu’elle n’avait pas eu depuis longtemps.

« Et sinon, c’est vrai que tu as empoisonné un repas de l’Institut dans un resto ? Le bruit court mais je voulais être sûr. »

HRP:
Je suis désolé mai, pour la fin, j'ai pas pu m'en empêcher Malicieux
Contenu sponsorisé
posté (16)
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum