top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

Rencontre avec le passé - [Locke/Arial]

[Page 2 sur 2] Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Sam 3 Juin 2017 - 14:16 (16)
HRP:
Non non, c'est très bien, je m'y étais pas attendu mais c'est marrant Mwahaha


Locke ne s'offusqua pas le moins du monde du surnom donné par la petite Sally. En réalité, il était même ravi d'avoir un tel nom.
Poivrot hein. C'était un terme qui lui sied bien et qui était un peu plus enjôleur que « ivrogne » ou « alcolo » dont on le qualifiait la plupart du temps dans les bars.
Et encore. Il se contentait de boire la nuit et ne buvait pas le jour ou pendant son travail. Pas encore. Mais ce jour finirait probablement par lui arriver.

-Poivrot hein ? Répéta Locke le sourire au lèvre. Et si je te disais que j'ai aussi une force surhumaine ? Tu pourrais même m'appeler...Hercule Poivrot. Heh.  

Donc la jeune femme avait déjà acheté un téléphone. Rien de surprenant. C'était l’élément le plus essentiel dans la vie des jeunots. Ce qui était plus surprenant c'était l'instabilité de la jeune fille à contrôler ses émotions. Elle était repassée à l'agressive et donc au « tu ». Décidément, à s'énerver comme ça...elle ferait vraiment une cible parfaite pour des farces, haha.

-Moi spammer, harceler ou troller? Pour quel genre de personne tu me prends voyons haha. Il fit une petite pause qui en disait long la personne qu'il était, puis finit par admettre : D'accord, ton avertissement est passé, mais pas sûr que je l'écoute heh.

Locke sortit son téléphone à son tour et nota le numéro de la jeune femme. Un numéro en plus dans sa longue liste. Il allait devoir faire le tri un de ces jours. Certaines personnes ne lui parlaient plus, d'autres avaient disparu sans laisser de traces, et certains n'étaient plus que….des cadavres. Pallatine, une ville bien dangereuse, surtout Kolt. Espérons que la jeune fille ne fasse pas partie des deux dernières catégories de si tôt.
Pendant un bref instant, le scientifique cru déceler chez la jeune fille une certaine joie malgré ses tentatives de garder un air stoïque. Avait-il une touche avec elle ? Peut-être qu'il devrait la recaler tout de suite. Il ne voulait pas donner à la gamine de faux espoirs heh, il préférait les femmes plus âgés et matures.
Non, ce n'était pas le moment de faire ce genre de blague, elle allait peut-être vomir une nouvelle fois de dégoût haha. Par contre, elle ne se retenait pas quand il s'agissait de bavarder. Pas que cela le dérangeait cela dit. Faire la discussion était toujours préférable que de travailler.

-Le vrai challenge c'est de trouver une personne moins sérieuse que moi, pas quelqu'un qui est plus sérieux que moi. Ça, ça n'a rien d’extraordinaire, haha.  

Il admettait sa flemmardise et son manque de sérieux sans le nier et sans gêne, à quoi bon. Il était ce qu'il était, et le nier n'aurait servi à rien. Il était de toute façon connu pour ça et était une vraie légende vivante dans l'institut pour ça. Même si cela n'avait rien de flatteur, Locke s'y complaisait.

-Et sinon, c’est vrai que tu as empoisonné un repas de l’Institut dans un resto ? Le bruit court mais je voulais être sûr.

Parlant de légende vivante, voilà quelque chose qui y contribuait. Locke ouvrit la bouche un instant dans le réflexe de le nier, puis décida de ne rien dire pour l'instant. Bien sûr que la rumeur courait. Les scientifiques avaient fait toute une scène pour lui foutre une baffe à tour de rôle, haha. Enfin, son équipe en tout cas. Ils gardaient toujours une forme de ressentiment pour cette histoire d'ailleurs. Loque prit une fausse mine surprise et s'indigna :

-Noooon ? Moi? Impossible. Je me demande bien quel genre de salaud a pu faire ça. Pas moi en tout cas. Ce n'est pas comme si le coupable avait les cheveux blancs, des pantoufles roses, et…. Il ricana et haussa les épaules. Bien sûr que c'est vrai. Tu connais beaucoup d'autres personnes qui oseraient faire ça ? Et encore, ce n'était que du piment. Le cuistot du resto était bien naïf d'ailleurs, mais je l'aimais bien alors je me suis retenu avec seulement du piment. Dans un autre resto que j'aimais pas trop c'était du laxatif. Ça a du faire chier 2 gangsters si mes souvenirs sont bons, heh. Mais ça reste secret entre nous d'accord ?

Petit clin d’œil avec l’index devant la bouche. Sinon, il allait se retrouver avec 2 personnes de plus sur son dos parmi tant d'autres. À croire qu'il se faisait plus d'ennemis que d'amis dans cette ville à cause de ses mauvaises farces.

-Pourquoi cette question ? Tu veux peut-être devenir ma complice dans l'une de mes futurs farces peut-être ?  

Bien sûr, c'était une question tout à fait sarcastique.
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 30
Messages rp : 19
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Mer 7 Juin 2017 - 10:48 (17)
Arial sourit à la blague de Locke. Mais annonça de façon mesquine :

« Ta blague est nase franchement. Aucune originalité. Elle aurait pu marcher si Agatha Chistie avait pas inventé un détective qui s’appelait Hercule Poirot. Mais t’es arrivé après la guerre. No rage mec.»

La jeune femme ne releva pas quand son « géniteur » lui dit qu’il ne tiendrait peut-être pas compte de sa mise en garde. Qu’il essaye un peu de voir l’emmerder à des heures pas possibles. C’est lui qui finirait par le regretter. Arial était capable de mener la vie dure à quelqu’un quand elle le voulait. Et c’est pas parce qu’il s’appelait Locke qu’il pourrait éviter ça.
L’agente de la sécurité se permit un petit rire à la remarque de Locke qui sous-entendait qu’il fallait trouver une personne moins sérieuse. C’est vrai qu’au vue de l’état de ce bureau, la tâche ne serait pas aisée. Mais, Arial se doutait que ce n’était pas impossible. Si elle avait pu, elle aurait demandé à l’Institut de transférer un type encore moins sérieux. Juste histoire d’emmerder le scientifique et lui dire qu’elle avait trouvé. Mais bon, ça ne marchait pas comme ça. Il fallait avoir de bons arguments pour faire transférer quelqu’un, du moins c’est ce que la jeune femme pensait.

Comme elle s’y attendait, son « père » fit semblant de ne pas comprendre de quoi elle parlait quand elle avait posé une question sur l’évènement du restaurant. Mais elle n’était pas dupe. Après tout ce qu’elle avait entendu sur lui et après tout ce qu’elle avait subi durant les dernières minutes, elle n’avait aucun doute sur la capacité de Locke à mettre le foutoir partout où il passait.

« Bah pour te répondre franchement, je connais pas beaucoup de monde, donc ça aurait pu être n’importe qui petit malin. »

Et en plus, il n’avait honte de rien. Il s’en prenait comme ça à tout le monde, sans distinction de leur diaspora. Arial espérait pour lui qu’il ne fanfaronnait pas trop au sujet des gangsters. Elle ne connaissait pas encore bien ce groupe mafieux mais avait pu entendre de nombreuses rumeurs sur eux et leur façon de faire. Heureusement que Locke s’en était sorti quand même. Sinon elle n’aurait pas pu lui parler.

« Je pense pas que si quelqu’un t’aide, il sera complice. Il sera juste con. Et puis, à ce que je peux voir, si quelqu’un t’aide, tu serais plus du genre à le voir comme un outil pour une de tes blagues que comme un réel partenaire. Je me trompe ? »

La question ne se voulait pas méchante. Elle avait prononcé ses mots en adoptant un air complice et amusé, accompagné d’un sourire taquin. Une pensée moins amusante traversa son esprit. Utiliser les gens comme des outils. Elle l’avait fait plusieurs fois pendant la guerre. Elle avait envoyé des types dans des situations d’où elle savait qu’ils ne reviendraient pas. Mais les ordres de l’état-major n’étaient pas discutables. Locke devait sûrement se montrer moins barbare sur sa façon de faire. Enfin, elle l’espérait. Elle tenta de revenir à la conversation. Mais la discussion l’interpellait. Là où elle avait pu se montrer hésitante en début de conversation, en surveillant son langage, en ne laissant pas trop transparaitre ses émotions, elle se rendait compte qu’elle n’en tenait plus compte depuis un moment. Elle s’était allée à la vulgarité et à la légèreté. Sans doute passait-elle pour une folle aux yeux du scientifique.  Tant pis.

Arial jeta un coup d’œil à sa montre. Ses yeux s’agrandirent d’un coup. Le temps était vite passé. Trop vite. Elle avait pris un retard considérable sur son emploi du temps. Et là, aucune excuse digne de ce nom ne pourrait la sauver d’un savon par son supérieur s’il s’en rendait compte. Elle avait consciemment laissé tomber sa tâche pour régler un problème personnel. Ce n’était pas très honnête.

« Euh, va falloir que je retourne au boulot moi, la surveillance ne va pas se faire toute seule. »
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Scientifique ayant passé sa vie sur la recherche du voyage spatio-temporel et maudit par la connaissance des lignes temporelles (et donc de l'existence d'autres Locke), il a rejoint l'institut pour découvrir le secret des transferts.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 217
Messages rp : 121
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Sam 10 Juin 2017 - 0:43 (18)
Locke ne put s’empêcher de rire en entendant que sa blague était naze. Bien sûr qu'elle l'était. Mais les blagues les plus nulles étaient, à son sens, les meilleures. Mais ça, rares étaient les personnes à le comprendre. La jeune fille avait tout de même sourit, aussi il savait qu'elle partageait au moins un peu son sens de l'humour des plus merdiques.
Et no rage mec hein ? Elle utilisait des expressions de jeune qu'il n'avait pas entendu depuis des lustres, haha. Il préférait de toute façon que les gens s'adressent à lui de façon moins formel. Ils étaient plus ouverts. Le « vous » créait une barrière qu'il était difficile de briser. Sauf pour Locke, pour qui le tu et le vous ne posait aucun problème, car les blagues de merdes et les remarques sarcastiques ne connaissaient pas de barrière.

-Je pense pas que si quelqu’un t’aide, il sera complice. Il sera juste con. Et puis, à ce que je peux voir, si quelqu’un t’aide, tu serais plus du genre à le voir comme un outil pour une de tes blagues que comme un réel partenaire. Je me trompe ?


Aux accusations de la jeune fille qui semblait trouver tout ça amusant, le scientifique se contenta de hausser les épaules tout en gardant son sourire habituel. Il fallait être en effet un peu con et dingue pour joindre volontairement Locke dans ses péripéties, il ne pouvait pas le nier. Mais parfois, les gens se trouvaient être des complices sans le vouloir. Mais ça, c'était une autre histoire.

-Un outil ? C'est méchant heh. Tu as vraiment une mauvaise image de ma personne. Les partenaires de mes farces sont de vrais partenaires la plupart du temps, et des membres de la grande famille des farceurs. Et je suis un homme qui ne considère pas sa famille comme des outils.

Malgré son air nonchalant, il était parfaitement sérieux à ce propos. Les farceurs avaient leurs honneurs, d'une certaine façon.
Enfin, il avait bien dit « la plupart du temps ». Il existait donc parfois de faux partenaires qui n'avaient jamais rien demandé qui se retrouvaient sans l'avoir demandé dans un plan foireux de Locke. Est-ce qu'il les considérait comme des outils pour autant…? Non. Oui. Peut-être.
À bien y réfléchir, même ses victimes pouvaient être considérés comme des outils.
Des outils de son amusement.
Bah.
Ce dernier comptait bien un jour ou l'autre impliquer la fille dans l'une de ses farces et en faire une complice involontaire, haha. Il avait déjà hâte.

-Euh, va falloir que je retourne au boulot moi, la surveillance ne va pas se faire toute seule.

Locke regarda l'heure sur son ordinateur et remarqua lui aussi qu'elle avait passé plus de temps ici qu'il ne l'aurait au début pensé. Pas que cela le dérangeait. Cette rencontre avait égaillé sa journée et l'avait tiré de son ennui. Mais il allait devoir trouver une autre façon de passer le reste de la journée du coup. Hmm, qu'allait-il faire… ? Il aurait tout son temps pour y penser. Reprendre sa sieste, surfer sur le net, tenter de fuir….ou même bosser.

Nah.
Il étira ses bras tout en restant assis sur sa chaise et dit à la jeune fille :

-Dommage, la discussion prenait une tournure intéressante. On en reparlera une prochaine fois j’imagine, heh. Moi aussi, je dois...euh...retourner au boulot. Il ne fallait pas être un géni pour voir que c'était un mensonge, ou une blague. Même si j'aurais bien aimé qu'il se fasse tout seul, hah. Meh, à une prochaine fois du coup, et sans vomi surtout hein, Sallyssure.

Et il lui fit un clin d’œil avec un grand sourire espiègle.
Contenu sponsorisé
posté (19)
Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum