bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »


Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

No need to dig very deep to find troubles |Locke

avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


Cours. A cet instant c'était l'unique chose qui me venait à l'esprit. Courir le plus vite possible, le plus loin possible. Je me fondais dans la foule essayant de fuir mes poursuivants mais je devais le reconnaître, ils étaient coriaces. Je pense plutôt être rapide et j'ai confiance en mes capacités de fuite mais sur ce coup là, impossible de les semer. Je n'ose m'imagine ce qu'ils me feraient s'ils me rattrapaient, enfin, je n'en avais aucune idée mais je ne voulais pas m'arrêter pour le savoir.

Comment me suis-je retrouvé dans cette situation ? Pour le savoir il faut remonter quelques heures auparavant... Tout est parti d'une banale histoire de couple : une femme est venue me voir au bureau, en pleine crise d’hystérie, et me demandait de trouver des preuves comme quoi son mari la trompait. C'était une affaire banale et généralement je les accepte parce qu'ils paient bien et ne me demandent pas énormément d'effort : suivre une personne et la photographier avec sa maîtresse suffit généralement. L'homme en question avait une trentaine d'année et travaillait à l'Institut Svensson. Attendant qu'il ai fini son travail, je l'avais suivi dans le quartier des bars espérant qu'il y retrouve sa maîtresse, ce qui arriva à mon grand plaisir. Ils entrèrent dans un bar et s'installèrent avec des collègues je supposai. Je m'assis au bar de manière à les voir et à prendre quelques clichés discrètement. Tout ce passait bien, j'allais commander un verre et rentrer tranquillement afin de ne pas paraître trop suspecte. Jusqu'à ce qu'une main se posa sur mon épaule.

- Hé toi! Qu'est ce que tu fais !


Je sursautai et laissai tomber mon mini-appareil photo sur la table -je n'avais pas encore eu le temps d'investir dans du vrai matériel depuis que je me trouvais à Pallatine et j'espérais justement le faire après grâce à cette petite mission.

Le gars qui venait de m'interpeler était très certainement avec ma cible, cette dernière leva les yeux vers moi et attendis attentif à ma réponse. Que pouvais-je bien répondre à ça ? Boire un coup ? Alors que je n'avais aucun verre ?

- Moi, heu.. je. Rien.

Il baissa les yeux sur le petit objet et ne mit pas longtemps à deviner ce que c'était.

- Petite garce ! Elle prenait des photos !

Je pris mon appareil et fonçai vers l'extérieur : une erreur de débutante. Comment ai-je pu me laisser surprendre ? Comment ai-je pu laisser tomber mon appareil ? Comment ai-je pu le laisser deviner ce que j'étais en train de faire ?

- Rattrapez la ! Si ma femme voit ça elle me tuera !

Je n’eus pas à me retourner pour savoir que les deux gros balourds qui accompagnaient ma cible s'étaient mis à ma poursuite. Je sorti en me précipitant du bar et me fondis dans la foule.

Voilà où j'en étais actuellement. A détaler comme un lapin en bousculant les gens, ne pensant plus à être discrète mais seulement à fuir. Les deux lascars n'avaient pas l'air commode mais l'homme sur qui je devais enquêter n'avait pas l'air très heureux non plus que je sois aller fouiner dans ses histoires extra-conjugales.

J'avisai une ruelle dans la pénombre un peu moins bondée que la rue principale et m'y engouffrai. Je me cognais alors à quelque chose qui me fit tomber en arrière. Je levai les yeux et croisai ceux d'un homme :

- Ah ! Heu, excusez moi ! Je suis pressée et.. whaaaa!

Je n'eu besoin que d'un coup d'oeil derrière moi pour voir les deux bonhommes fendre la foule en avançant vers moi, paniquant je cherchais un échappatoire autour de moi...
avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Courir avec des pantoufles roses n'était pas quelque chose de facile à faire. Mais pour Locke, c'était aussi naturel que de dormir pendant le travail. Après tout, il avait vécu tant d'aventures avec ses pantoufles qu'il ne pouvait pas s'imaginer courir avec quelque chose d'autres.
Mais pourquoi courait-il déjà…. ?

-Attrapez le et butez le !


Ah oui. Kolt n'était pas vraiment l'endroit le plus sécurisé de Pallatine, et il n'était pas étonnant de tomber parfois sur des individus qui voulaient votre porte-feuille ou vous péter la gueule pour une raison x ou y. Hum, hum, mais étonnement, Locke se retrouvait souvent dans ce genre de situation, pas seulement ici, mais dans d'autres quartiers, et pour être franc, il s'amusait bien comme ça et affichait un grand sourire tout en courant .
Mais pourquoi on voulait le buter cette fois… ?

Oh oh. Un seul coup d’œil à l'arrière suffisait pour en connaître la raison. Les hommes qui le poursuivaient avaient des plumes collées sur eux à cause de glu ultra forte, car du goudron c'était bien plus difficile à acheter. Locke aimait apprendre l'humilité et l'humiliation aux gens qui se montraient irrespectueux dans les bars qu'il fréquentait, et ce genre de blague savamment élaborée sur 2 jours n'était pas rare venant de ce farceur.

-Si vous continuez à me poursuivre, vous y allez laisser des plumes! Hah.


Et rien que pour cette blague là, ils avaient toutes les raisons du monde pour vouloir sa peau.
Courant à toute vitesse, il décida de passer par une petite ruelle qu'il connaissait. Il avait l'habitude de fuir les situations dangereuses, et en 4 ans d’emmerde, il connaissait désormais Kolt comme sa poche. Il tourna sa tête pour mesurer la distance avec ses poursuivants et ricana en voyant que même avec le désavantage des plumes, les salauds étaient bien plus physiquement en forme que le scientifique.
Et là, sans prévenir, la collision, le crash, et il cria:

-Paul Haggis!

Le choc ne fut pas assez fort pour faire tomber l'homme de 34 ans expérimenté, mais il tituba tout de même légèrement. Qu’est-ce que…. ? Il baissa les yeux et vit une jeune brunette qui avait la fameuse idée d'emprunter le même chemin que lui. Et pourquoi ça ?
Locke regarda derrière la jeune fille et vit avec étonnement qu'elle était poursuivie elle aussi. Ah. Ceci expliquait cela. Quelle drôle de coïncidence, pensa-t-il avec un sourire jusqu'aux oreilles. Ça épiçait les choses d'avoir de la compagnie et de se dire qu'on était pas tout seul dans la merde en une si belle soirée.
Il tendit sa main pour aider la jeune fille à se relever et lui dit :

-Gamine, si tu veux pas te faire plumer, il montra de la tête ses poursuivants à lui, COURS !

Et sans une seconde de plus, il fila droit vers une ruelle en renversant sur le passage des poubelles pour ralentir leurs poursuivants.

-Alors, continua Locke entre deux souffles, pourquoi ils t'en veulent?


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


Très aimable, l'homme me tendis la main pour m'aider à me relever -même si ce n'était pas temps à la courtoisie- je l'acceptai volontiers et me relevai rapidement. Surveillant mes propres arrières, je jetai alors un coup d'oeil à la ruelle dans laquelle je voulais m’engouffrer mais, manque de bol, le chemin n'était pas aussi désert que je le croyais. Dans l'urgence de la situation, je n'écoutai pas ce que l'homme me dit mais j'entendis très clairement un " Cours ! " Et je n'eu pas besoin de réfléchir bien longtemps que mes jambes me poussaient déjà à décamper. Je le suivi dans une autre ruelle, il les connaissait sans doute mieux que moi -ce n'était pas bien difficile- et de toute manière j'étais déjà perdue.

- Alors, pourquoi ils t'en veulent?

Bien que fuyant des poursuivants, cet homme n'avez pas l'air bien méchant et à la gueule des gens qui lui courait après j'avais une petite idée de la raison et je trouvais ça drôlement amusant. Mais quel adulte fait encore ce genre de connerie ? Lui en tout cas. Sa tête me plaisait bien -en général, les premières impressions sont les bonnes- aussi je préférai m'amuser de la situation plutôt que de paniquer comme un lapin. Cet homme n'avait pas l'air plus perturbé que ça de se retrouver mêlé à ce genre d'histoire. Amusant.

- Disons que, je détiens quelque chose qui déplaise à ces gens...

En pleine course, faisant attention où je mettais les pieds et prenant garde à ne me faire ni distancer par ce curieux bonhomme ni rattraper par les lascars de derrière.

- Et toi ? Je jetai un coup d'oeil en arrière Non laisse moi deviner. T'es l'auteur de ce chef d'oeuvre ? En pointant un doigt à l'arrière.

Je continuai de courir et de le suivre, jusqu'où devrait-on aller pour les semer ? Les bâtiments défilaient à chaque pas mais le paysage ne semblait pas changer.. Ni la situation.
avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
-Disons que, je détiens quelque chose qui déplaise à ces gens...

Locke hocha la tête, comprenant qu'elle avait probablement des infos qui valaient une course poursuite. Si elle avait volé quelque chose, la tournure de la phrase aurait été plus différente.
Mais des infos hein ? Ce n'était pas si rare que ça dans le quartier d'avoir des problèmes pour ça, car après tout, c'était dans les bars que le plus d'informations et de rumeurs circulaient. Locke en savait quelque chose car cet homme qui passait toutes ces nuits dans des bars quelconques avait toujours eu des infos croustillantes ou faisait courir lui même des rumeurs infondées. C'était drôle comme passe temps.  
Quel genre d'information la jeune femme avait sur elle par contre, il aurait bien voulu le savoir. Lié à l'appareil photo qu'elle trimballait peut-être? Probablement, mais ce n'était pas vraiment le moment. Plus tard.

-T'es l'auteur de ce chef d’œuvre ?  

Locke gloussa au mot chef d’œuvre. Il était vrai que son travail était d'une certaine qualité, mais loin d'être à la hauteur des farces qu'il avait concocté par le passé.

-Exactement gamine, moi aussi je détiens un truc qui déplaît à ces gens: mon sens de l'humour, haha.  

Il courra – mais avait ralenti son rythme car l'écart s'était creusé entre eux et les poursuivants - empruntant ruelles après ruelles, mais il entendait malheureusement toujours des voix derrière lui qui s'étaient multipliés mais plus lointaines. Les 2 groupes de poursuivants s'étaient sûrement alliés pour les attraper, haha. La jeune fille devait vraiment avoir des infos importantes sur l'un des groupes, et Locke avait vraiment énervé l'autre pour qu'ils soient aussi déterminés à les choper.

-Suis moi, on va tenter de les perdre dans ces ruelles. Je connais le coin sur le bout des doigts, et j'espère que ce n'est pas le cas pour eux. Ou peut-être que tu connais un endroit pour te planquer dans ce genre de situation ? Ça aiderait.  

Bah, ce serait absurde de la part de Locke de ne pas avoir prévu 2-3 trois planques au préalable à Kolt pour trouver refuge dans ce genre de situation, mais il était intéressé de savoir jusqu'où la jeune fille avait prévu les choses. Était-elle une totale amateur qui s'était faite surprendre ou était-elle expérimentée et prévoyante comme le vieux Locke qui avait vécu son lot de fuite sans se faire attraper? Il était curieux de le savoir et si elle n'avait vraiment rien, il allait devoir lui montrer l'une de ses planques à lui.
Mais jusqu'à là, il devait l'admettre, elle restait d'un calme olympien face à une telle situation. D'autres personnes innocentes qui s'étaient retrouvés à fuir malencontreusement avec Locke avaient toujours commencé par l'insulter et à crier. Peut-être qu'elle état plus habituée qu'il ne l'aurait pensé à s'attirer des problèmes. Heh. Intéressant.

-C'quoi ton nom sinon ? Histoire que j’arrête de t'appeler gamine vu que ça n'a pas l'air de faire grand effet sur toi.


Le nom de « gamine » n'avait pas eu l'air de la faire sourciller tant que ça. Il avait connu des personnes qui s'énervaient à cause de ça et qui le prenaient mal, et mettre en colère les gens, c'était amusant. Il aurait donc bien continué à utiliser le surnom si ça avait énervé un temps soit peu la jeune fille, mais de toute évidence…Meh.


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


- Exactement gamine, moi aussi je détiens un truc qui déplaît à ces gens : mon sens de l'humour, haha

Son sens de l'humour n'est ce pas ? Effectivement il se peut qu'il ne plaise pas à certaines personnes. Je n'aurais très certainement pas appréciée être à la place de ces plumés derrière mais je n'aurais pas vu l'intérêt de le poursuivre pour ça... Qu'aurais-je fais ensuite ? Je n'ai rien d'un gros lascar bien impressionnant pour l'inciter à ne pas recommencer.. Et ce genre de personne n'est sans doute pas du genre à arrêter les conneries parce qu'on lui demande gentiment, au contraire. M'enfin. Je n'étais pas à leur place.

- Suis moi, on va tenter de les perdre dans ces ruelles. Je connais le coin sur le bout des doigts, et j'espère que ce n'est pas le cas pour eux. Ou peut-être que tu connais un endroit pour te planquer dans ce genre de situation ? Ça aiderait.

Il ralenti un peu et je fis de même mais entendant les voix de derrière, même si on les avait un peu distancé elles nous suivaient toujours.. Je reportai mon attention sur mon camarade de fuite. Mon intuition ne m'avait pas trompé, il connaissait bien ses ruelles, contrairement à moi. Si j'avais su que ça allait se finir comme ça, j'aurais repéré les lieux avant...  

- Non.. Je suis arrivée il n'y a pas longtemps, je ne connais pas trop la zone.

Comme pour lui donner une excuse. Même si c'était vrai, je n'avais aucune excuses pour cette erreur. Mon dieu! J'ai honte, j'ai foiré comme une débutante. Même si je ne doutais pas qu'on allait s'en sortir -les gens derrières n'était pas assez rapide pour nous rattraper si nous nous montrons malins- mais avoir dévoilé mes intentions à la cible... Une honte pour le métier -que je tairais d'ailleurs..

A en voir l'assurance de cet homme, je dirais qu'il n'en était pas à son coup d'essai. Il devait très certainement avoir du, plus d'une fois, fuir devant des rageux. J'avais envie de me retourner et dire " enfin, messieurs, des plumes n'ont jamais fait de mal à personne ! " je ne comprenais pas la rage dans laquelle cette farce les mettait. Que les gens peuvent être susceptibles des fois -oui oui c'est l'hôpital qui se fou de la charité.

- Je te suis.

- C'quoi ton nom sinon ? Histoire que j’arrête de t'appeler gamine vu que ça n'a pas l'air de faire grand effet sur toi.

Dans la hâte de fuir, je n'avais même pas fait attention à la manière dont il m'avait appelé. Si j'avais entendu ça je l'aurais repris, je n'étais pas une gamine. Peut-être aurais-je du l'appeler grand père ? Mais s'il ne semblait pas du genre à s'outrer pour une petite remarque en revanche je ne trouvais plus cela utile s'il me demandait mon nom et s'en servait.

- Kat. Et toi ?

Je gardai sous silence le fait que si j'y avais fait attention, oui cela m'aurait fait un "effet" mais le but aujourd'hui et de se faire des amis, pas des ennemis, j'en avais assez avec ceux qu'on avait aux trousses. Et puis j'étais certaine que si je le reprenais sur le "gamine" il s'en donnerait à coeur joie pour l'utilisait.

Ayant ralenti, nos poursuivants avaient rattrapés les quelques secondes d'avance que l'on avait gagné.

- Bordel ! Mais ils se lassent jamais sérieusement !

Je jetai un regard à cet homme, s'il avait un endroit où aller c'était le moment ! Et me remit accélérer la course.

avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Une nouvelle dans le coin qui n'avait pas fait de repérage avant de faire son coup ? Heh, c'était donc une amatrice huh. Ah, la jeunesse. En général, soit ils apprenaient avec le temps, soit ils finissaient par disparaître du jour au lendemain dans un caniveau. Tel était le sort réservé de ceux qui ne se montraient pas prévoyant dans une ville aussi dangereuse.

- Kat. Et toi ?

Kat hein ? Ça devait être son surnom, imaginait le scientifique qui venait de trouver un surnom au surnom qui ferait peut-être réagir la jeune fille cette fois.

-Ah, enchanté de te connaître….Kitty Kat. Moi c'est Locke.

Heh, même à devoir fuir des gens qui voulaient sa mort ou avec un flingue posé sur sa tempe, il n'en ratait jamais une pour faire des blagues de piètre qualité, et cela en venait à désespérer non seulement son entourage mais aussi ses collègues. Avec une telle attitude, qui penserait qu'il était scientifique ? Personne.
Ils continuèrent à courir sans s’arrêter, encore et encore, et les poursuivants avaient de nouveau gagné du terrain.

- Bordel ! Mais ils se lassent jamais sérieusement !

-Tu finiras par t'habituer, lui assura Locke avec son grand sourire idiot. Les gens du coin sont assez rancuniés, haha, surtout les gangsters ou les Iwa.

Il fila à droite, puis à gauche, emprunta une ruelle par là, puis celle ci, et enfin, ils arrivèrent à un endroit qui à première vue semblait imprévu car Locke s’arrêta net dans sa course pour reprendre son souffle. Il regarda derrière lui et ne vit personne. Les poursuivants avaient eu plus de mal à les suivre à travers tant de ruelles mais allaient arriver d'une minute à l'autre. Puis il regarda en face de lui et poussa un petit soupir. Un mur bloquait le chemin.
Ils avaient atteint un cul-de-sac.

-Oops. Dit Locke en se retournant vers Kat' avec le même sourire idiot, sans perde son sang froid. Je me suis peut-être trompé de chemin. C'est dommage.

Il était difficile de dire si Kat avait eu de la chance de tomber sur Locke, ou si il n'aurait pas été plus préférable de se faire attraper par des brutes. Il resta silencieux un instant, observant le comportement de Kat' devant une telle situation. Le scientifique se dirigea vers une porte de la ruelle, tenta de l'ouvrir, sans grand effet.

-Heh, fermé à clé.

Malgré la situation qui semblait avoir empiré, Locke restait toujours aussi souriant. Il entendit soudain des voix se rapprocher, puis ricana en sortant quelque chose de sa poche :

-Heureusement que j'ai la clé dans ma poche.

Rapidement, il déverrouilla la porte et invita rapidement Kat à y entrer avant de la refermer promptement et de s'y coller pour la bloquer. L’intérieur était allumé et semblait être le petit entrepôt d'un bar, avec des tables, des chaises, et des caisses. Une autre porte menant vers le bar ou la cuisine était à l'autre bout de la salle. Il y avait sur l'une des tables un pot de glu et quelques plumes qui avaient manifestement servis à un quelconque méfait, et une caisse ouverte contenait divers objets qui servaient à faire des farces. C'était donc l'une des planques de Locke.

-Prends quelque chose pour bloquer la porte, veux-tu ? S'ils sont un peu intelligent, ils tenteront peut-être de défoncer la porte, et si ils sont cons, ils penseront qu'on a emprunté un autre chemin.

Locke espérait juste qu'ils n'avaient pas vu rentrer Kat rentrer dans le bâtiment, parce que sinon, les vielles habitudes de Locke de faire des farces allaient se retourner contre lui, une fois de plus. Si la jeune fille n'allait pas lui mettre une baffe à cause de son sens de l'humour ravageur d'ici là en tout cas. Les deux cas ne le dérangeait pas tant que ça et il l'aurait amplement mérité, en fait, heh.


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


- Ah, enchanté de te connaître….Kitty Kat. Moi c'est Locke.

- Kitty !?

Sans m'arrêtait je le dévisageait... Bon au moins c'était mieux que "gamine" aussi je ne le repris pas. Et puis, phonétiquement ce n'était pas désagréable à l'oreille, même si je ne me retrouvais pas dans le "kitty"
Ainsi, il s'appelait Locke. Cela me permettait de mettre un nom sur ce visage et d'éviter de l'interpeller par des "hé toi!"

Je le suivi dans les rues et ruelles. Il tourna à droite, à gauche et encore à droite... Si bien que je n'avais aucune idée d'où l'on se trouvait. Tout les chemins mènent à Rome donc je saurais retrouver celui de chez moi en revanche je doute pouvoir revenir dans cet endroit sans son aide. Heureusement que je ne le suivais que de quelques mètres sinon il m'aurait facilement semé. Et en parlant de ça.. Je me retournai et fut ravie de constater que les gens nous poursuivants n'étaient pas en vue. On avait peut-être vraiment réussi à les perdre dans ce dédale.

- Je me suis peut-être trompé de chemin. C'est dommage.

Je me retournai et vis alors qu'il nous avait mené dans un cul de sac... Je croyais qu'il connaissait les rues n'est-ce pas ? Je soupirai. Je n'aurais peut-être pas du le suivre finalement, je m'en serais quand même sortie toute seule, je suis plutôt endurante et un jour au l'autre mes poursuivants se seraient lassés. Au lieu de ça j'avais décidé de faire suivre un homme qui semblait prendre les choses tellement à la légère... Je soupirai.

- Bon, je...

- Heh, fermé à clé... Heureusement que j'ai la clé dans ma poche

Il gardait son sourire niais au visage. Il y en a au moins un qui a l'air se s'amuser au moins. Je soupirai encore une fois -oui oui ça m'arrive souvent- et souriais en retour.

- Ts. T'aurais pas pu le dire dès le début non ?

Je m'étais adressé à lui avec un ton doux, ce n'était pas un reproche, je commençais juste à cerner ce Locke et me dis que je devrais pas m'irriter pour de si petites choses sinon je n'étais pas prête de me calmer avec lui.
J'entrai à mon tour dans le bâtiment. La pièce était déjà éclairée et je remarquai tout de suite les outils de sa farce. Je fermais la porte derrière moi.

- Prends quelque chose pour bloquer la porte, veux-tu ? S'ils sont un peu intelligent, ils tenteront peut-être de défoncer la porte, et si ils sont cons, ils penseront qu'on a emprunté un autre chemin.

- D'accord mais je pense pas qu'ils nous aient suivi jusqu'ici, avec toutes les rues par lesquelles tu nous a fait passé je serais surprise s'ils arrivent à retrouver notre trace.

Cependant je m'exécutai et poussai quelques caisses derrière la porte. Je me demandais ce qu'elles contenaient et me retint de justesse de fouiller dedans. Mon métier m'avait attiré suffisamment d’ennuis, ma curiosité n'allait pas s'y mettre aussi.  Une fois que ce fut chose faîte, je me détendis et m'autorisai à reprendre enfin mon souffle et m'asseoir sur une chaise plus loin. Alors je levai les yeux vers Locke, il n'était pas très grand mais déjà plus que moi et était toujours aussi souriant. Je n'avais pas connu grand monde qui était aussi heureux de vivre mais visiblement si cette course poursuite ne lui avait pas enlevé son sourire, peu de choses pourraient le faire. C'est toujours agréable de rencontrer des gens qui passent pas leurs temps à grogner et à se prendre la tête.

- Alors dis moi, où on est là ? Dans une de tes planques ? A en voir les choses qui se trouvent sur la table...

En désignant les restes de glu et de plumes. Pourquoi de la glu et des plumes d'ailleurs ? Quelle genre de personne ferait ce genre de farces -à part lui je veux dire. Je gardais cette question dans ma tête pour plus tard. Le temps d'être sur que nous n'avions pas été suivi, je pense que l'on va devoir rester quelques temps enfermés.


avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Locke partageait l'opinion de Kat sur la faible probabilité des poursuivants de les trouver ici, mais la possibilité n'était pas inexistante. Aussi, il haussa les épaules :

-Bah. Mieux vaut prévenir que guérir dans le milieu, heh.

Alors que la jeune fille poussa des caisses derrière la porte, Locke ne se gêna pas pour s’asseoir sur une chaise pour se reposer un peu les guibolles et laisser faire la gamine. Encore une dizaine ou une vingtaine d'année, et ce vieux con ne pourrait plus courir comme ça. Il allait devoir réfléchir à un autre moyen de faire des farces, s'il survivait jusqu'à là, mais en attendant….
Kat s'assit aussi.

- Alors dis moi, où on est là ? Dans une de tes planques ? A en voir les choses qui se trouvent sur la table...

-Qu'est-ce qui te fait dire ça ? La glu et les plumes ? Tu as le sens de l'observation, t'es détective ? Haha. Locke ricana sarcastiquement avant de reprendre plus sérieusement. Bah, c'est bien ma planque, mais ça ne le sera plus. Je vais probablement devoir changer de lieu vu qu'une Kitty Cat connaît le lieu maintenant.

Car si la jeune fille devenait la cible des farces de Locke, celui ci ne ferait pas la bêtise de venir à cette planque là. D'ailleurs, vu que la jeune fille semblait le genre de personne à récolter des infos, il ne voulait pas non plus qu'elle aille vendre cette info aux poursuivants ou à des gens qui voulaient la peau de Locke. Car ils étaient nombreux à Kolt et étaient prêt à payer une fortune pour mettre la main sur ce salaud. Tout ça pour dire, il ne connaissait pas vraiment la jeune fille, même s'il l'appréciait bien pour l'instant.

-Je ne fais qu'emprunter le coin cela dit. De l'autre coté de la porte au fond y'a la cuisine d'un bar. Le patron est un pote à moi et me laisse utiliser son entrepôt gentiment. Tiens, un petit conseil la nouvelle, fais toi le plus de contact possible. Mais tu le sais déjà j'imagine.

En effet, avoir des contacts de confiance était le meilleur moyen de s'en sortir dans la vie de tous les jours.
Ceci dit, Locke se dirigea vers un petit frigo placé dans un coin – une planque se devait d'être confortable, mais bordel ça allait être chiant de devoir déplacer ça - et en sortit deux bières. Il en lança une à la jeune fille et commença à boire la sienne goulûment. La fraîcheur du liquide lui fit le plus grand bien.

-Pfiiiouuu, une bonne bière après une course poursuite, ça fait du bien. Quoique tu préfères peut-être un jus de fruit ? Il ne put s’empêcher d'avoir un petit sourire moqueur et de lui faire un clin d’œil. C'est offert par la maison.

Maintenant qu'ils étaient un peu plus tranquilles – toujours personne ne tentait de défoncer la porte, c'était bon signe – Locke reporta son regard sur l'appareil photo de la jeune fille. Quel genre de secret se cachait dans cet appareil ?
Il pointa du doigt l'objet de la jeune fille :

-Alors, quel genre d'information tu as trouvé au péril de ta vie Kitty Kat? Ne me dis pas que tu vas donner ta langue au chat, hein?

Bah, il ne s'attendait pas vraiment à ce qu'elle lui réponde franchement (surtout après une blague comme celle là), mais on pouvait toujours essayer. Il s'était montré tellement serviable et aimable jusqu'à là après tout. Ha.Ha.Ha. Ahem.


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


- Qu'est-ce qui te fait dire ça ? La glu et les plumes ? Tu as le sens de l'observation, t'es détective ? Bah, c'est bien ma planque, mais ça ne le sera plus. Je vais probablement devoir changer de lieu vu qu'une Kitty Cat connaît le lieu maintenant.  

Je souriais mais ne répondis pas. A force de temps et d'effort j'aurais sans doute pu la retrouver mais avec la course poursuite et toutes les ruelles par lesquelles il m'a fait passé je mettrais du temps avant de pouvoir revenir ici. Ce quartier était un vrai dédale de rue et ruelle, à croire que les architectes de cette ville se sont mit en tête de perdre ses habitants. Ou peut-être simplement que ce quartier était arrangé de manière à faciliter les courses poursuites comme celle dans laquelle j'ai été entrainée...

- Je ne fais qu'emprunter le coin cela dit. De l'autre coté de la porte au fond y'a la cuisine d'un bar. Le patron est un pote à moi et me laisse utiliser son entrepôt gentiment. Tiens, un petit conseil la nouvelle, fais toi le plus de contact possible. Mais tu le sais déjà j'imagine.

- J'ai juste pas encore rencontré de personne digne de confiance. Ca viendra avec le temps je suppose mais pour l'instant, de ce que j'ai vu de la ville y'a pas grand monde d'intéressant.

En effet, je n'avais pas encore découvert tous les recoins de la ville mais d'après les quartiers que j'ai visité et les gens que j'ai rencontré, peu m'étaient sympathiques. Sinon c'est juste que j'avais un mauvais karma. Je haussai les épaules à ma propre pensée et rattrapai juste à temps la canette que Locke m'avait lancé.

- Pfiiiouuu, une bonne bière après une course poursuite, ça fait du bien. Quoique tu préfères peut-être un jus de fruit ? C'est offert par la maison.

- Merci...

Je gardai aussi sous silence le fait que j'étais pas fan de la bière mais étant bien élevée je le remerciai quand même pour la boisson de toute manière le sourire et clin d'oeil qu'il me fait me dissuada vite de lui dire que je préférais les jus de fruits -il allait encore me prendre pour une gamine.

- Alors, quel genre d'information tu as trouvé au péril de ta vie Kitty Kat? Ne me dis pas que tu vas donner ta langue au chat, hein?

Je le regardai avec des yeux ronds. Et répondis la seule chose qui me venait à l'esprit sur l'instant.

- Miaou.

S'il me comparait à un chat et qu'il continuait de m'appeler Kitty c'était la seule réponse à laquelle il allait avoir droit. Je n'étais pas particulièrement susceptible -en fait oui- mais au moins quand les gens découvraient que j'avais mauvais caractère ils me laissaient tranquilles. Sauf les plus entêtés mais généralement j'aimais bien les personnes comme ça. De toute manière je n'avais évidemment pas le droit de parler de ces informations, secret professionnel quelque chose comme ça, mais de toute manière je doute que ce genre de ragot l'intéresseraient. Mais comme j'ai pour réputation d'avoir la langue bien pendue...

- Encore juste de ces histoires de couples. Je te jure, ces grosses têtes de l'institut valent pas mieux que les autres. Ils...

En ouvrant la canette j’eus à peine le temps d'entendre le PSHHHH du gaz que déjà le liquide me gicla dessus. Rapidement, je tendis mes bras pour éloigner la canette au plus loin possible de moi et laissai couler le trop de mousse sur le sol en ralant.

- Bordel ! Voilà pourquoi j'aime pas la bière !

Je lui lançai un regard assez froid espérant que ça le dissuaderait de tout commentaires en me maudissant de ne pas avoir attendu avant de l'ouvrir. Évidemment, en la lançant il ne fallait pas s'attendre à ce qu'elle s'ouvre gentiment. Je ne savais pas s'il l'avait fait exprès mais j'eus tout de même un doute.


avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Rencontrer des personnes dignes de confiance, c'était en effet assez important. Même si pour sa part, Locke se contentait très bien des personnes ayant juste un intérêt commun, ou qui acceptaient sans broncher de l'argent en ayant une certaine éthique de travail comme ne pas vendre un client. Il fallait parfois se contenter du peu qu'on avait. Mais Locke n'allait pas lui faire la leçon non plus, aussi se contenta-t-il de dire. :

-Ca viendra avec les années, si tu arrives à survivre jusqu'à là haha.

-Miaou.

Locke ricana à la réponse de la jeune fille. Il ne s'y était pas attendu, mas en conclut qu'elle avait elle aussi un certain sens de l'humour, et ou qu'elle était tout simplement irritée d'être appelée comme ça, ce qui était compréhensible et l'effet recherché par Locke. Mais c'était bien dommage qu'elle ne réponde pas. Il s’apprêta à reposer la question d'une autre manière mais n'en eut pas besoin.

- Encore juste de ces histoires de couples. Je te jure, ces grosses têtes de l'institut valent pas mieux que les autres.

Hmm. « ces histoires de couples », un appareil photo, une jeune fille avec un certain sens de l'observation qui se faisait pourchasser par des hommes en colère dans un quartier réputé pour son alcool et ses maisons closes….C'était donc possiblement ça. Locke sourit jusqu'aux oreilles en remettant les pièces du puzzle en ordre. Il imaginait donc une histoire assez banale, celle d'une femme inquiète que son mari la trompe avec une femme ou une prostitué, et envoie donc quelqu'un d'autre pour vérifier la véracité de ces doutes. Hum hum. Et que ce soit une personne de l'institut ne fit qu'amuser Locke davantage. Il se demandait bien lequel de ses collègues était le malheureux dans l'histoire haha. Il le verrait bien s'il croisait une personne avec une mine déconfite au boulot et n'hésitera pas pour le charrier, et peut-être que la jeune fille allait même lui dire le n...

-Psshhhh….


Locke haussa un sourcil étonné en voyant la jeune fille se faire asperger à cause de la bière, et dans toute sa subtilité s’apprêta à faire un commentaire déplacé sur un possible concours de t-shirt mouillé mais ne pipa mot en remarquant le regard assassin de Kat.
Avait-il prévu le coup ? Le sourcil haussé indiquait que non, mais son grand sourire qui retenait un fou rire disait que oui.
Il s'était attendu à ce que la jeune fille attende un peu avant d'ouvrir la bière et ne l'avait pas pensé aussi peu habituée des bières. Après une autre gorgée de sa propre boisson, il se leva sans un mot et alla chercher une boite de mouchoirs qu'il déposa à coté de Kat ainsi qu'une canette de soda qu'il n'avait pas secoué.

-Le jus de fruit était pas une si mauvaise idée au final. dit-il simplement tout sourire.

Il indiqua de la tête l'appareil photo une nouvelle fois :

-J'espère qu'il est bière-proof, haha. Tu penses pas que prendre des photos avec ton téléphone c'est plus simple et plus discret? Genre, prendre un selfie avec le ou les suspects derrière toi.

Bah, c'était en réalité une question totalement rhétorique. Il savait par expérience – tout était une question d'expérience - que faire semblant de prendre un selfie avec son téléphone était plus discret que de se balader avec un appareil photo à Pallatine. En tant que vieux fouineur, il se devait de donner deux ou trois conseils aux plus jeunes, heh. Peut-être avait elle ses raisons d'utiliser une méthode un peu dépassé et si classique cela dit.

-'fin je dis ça, mais j'utilisais un appareil photo aussi pour repérer les cibles de mes farces, à mes débuts, heh.

Quelques minutes étaient passés depuis la course poursuite, il se demandait s'ils avaient arrêté de les rechercher.


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


J'épongeai le trop de bière sur mes vêtements et essuyaient ce qui n'avait pas été absorbé en marmonnant pour moi même. Je détestais l'odeur de la bière en particulier sur mes vêtements. Non seulement ça mouille, c'est froid, ça colle mais en plus ça pue la bière. Le pire c'est que j'allais devoir supporter cette situation quelques temps encore, jusqu'à ce que je puisse rentrer chez moi prendre une douche. Je déposai aussi des mouchoirs au sol pour éponger la mousse qui avait couler. Heureusement j'avais eu le bon réflexe d'écarter cette maudite canette sinon tout ce qui était par terre se seraient retrouvé sur mes vêtements...
Locke me déposa une nouvelle canette, de soda cette fois, et je ne le remerciai que par politesse. Je sais pas si l'effet PSHH de la bière était voulu mais j'aurais du moi même faire plus attention -je le savais en plus- donc cette fois ci j'ouvris la seconde plus délicatement et esquissai un petit sourire lorsqu'elle ne me gicla pas dessus.

- J'espère qu'il est bière-proof, haha. Tu penses pas que prendre des photos avec ton téléphone c'est plus simple et plus discret? Genre, prendre un selfie avec le ou les suspects derrière toi.

J'ignorai sa première phrase et pensai à sa seconde. Cela aurait pu être une autre solution c'est vrai. Si je n'avais pas horreur des selfies. Même pour le cadre du boulot c'était trop demandé -d'accord, je n'y avais même pas pensé, je débutais seulement dans le métier, mais il était hors de question que je l'admette tout haut.

- 'fin je dis ça, mais j'utilisais un appareil photo aussi pour repérer les cibles de mes farces, à mes débuts, heh.

- Je préfère perdre un appareil photo plutôt que perdre mon portable avec toutes mes infos et numéros personnels.. Et j'ai pas encore les moyens d'investir dans du bon matos.

Ca c'était une excuse qui pourrait sembler valable. Secrètement c'est aussi que j'admirais les films et histoire d'espions et d'agent secret que je pouvais regarder sur Terre enfant. Toute cette palette d'outils et de gadget était vraiment classe. Je trouve ça presque dommage que la technologie est assez évoluer pour avoir tout en un. Quel est l'intérêt d'avoir tous les gadgets du monde dans un seul portable ? ça perd de son style à mon avis.
Après je n'avais pas encore la thune pour m'acheter une voiture de luxe, noire avec les vitres teintées, le costume et les accessoires qui vont avec mais c'était mon rêve d'enfant.

Je haussai les épaules. Il me prenait pour une gamine débutante, d'un côté il était plus vieux que moi et avait sans doute plus d'expérience dans la fuite et les blagues de mauvais gout mais je n'appréciais pas quand même.

Il pausait beaucoup de question, évidemment, nous avions du temps a perdre. Je ne savais pas si nos poursuivants continuaient encore leurs recherches ou s'ils s'étaient lassé mais je n'avais pas encore envie de foutre mon nez dehors pour le savoir. Si c'était la première option j'allais ruiner tous nos efforts pour s'être caché. Aussi prenant mon mal en patience je continuai la conversation.

- Et toi du coup ? Je pense savoir pourquoi ils te poursuivaient mais pourquoi tu leurs a fait ça ?

Non je ne compatissais pas mais je ne comprenais pas quel intérêt il y avait à ce mettre dans de tels problèmes. Juste le faire pour s'amuser ne valait, à mon avis, pas la peine de se mettre dans une situation comme celle là.

avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Nouvelle et pauvre huh, pas vraiment ce qu'on appelait une combinaison gagnante. Locke se demanda un instant dans quel groupe la petite aurait pu faire éventuellement partie, mais laissa tomber. La réponse ne changerait pas grand-chose et il n'avait jamais vraiment été intéressé par ces histoires de diasporas, même s'ils étaient essentiels.

-Et toi du coup ? Je pense savoir pourquoi ils te poursuivaient mais pourquoi tu leurs a fait ça ?


Locke sirota sa bière lentement en réfléchissant à la question. Il était assez évident de savoir pourquoi il faisait ça, aussi eut-il un petit sourire en coin en pensant que la jeune fille allait probablement le prendre pour un fou.

-Une petite blague pour des gens qui n'ont jamais appris le respect. Dit-il en haussant les épaules, avant de rajouter : 'fin, c'est la raison secondaire. La raison principale hé bah...pour m'amuser pardi. Je m'occupe comme je peux, heh. La vie est ennuyante parfois. Et il se mit à ricaner.

S'amuser, se perdre dans l'excitation et oublier l'espace d'un instant ses soucis était tout aussi efficace que boire pour ne pas se souvenir et ne pas penser. Les deux étaient tout aussi dangereux aussi.
Locke se dirigea vers la porte par laquelle ils étaient rentrés et y colla son oreille en intimant la jeune fille à ne pas faire le moindre bruit. Il constata que seul le silence régnait dehors, mais il était toujours possible que ces salauds soient en train passer les rues au peigne fin. Bah, attendons encore quelques minutes. Il reprit sa place sur sa chaise et se balança dessus, finissant sa canette de bière. Et une idée lui traversa l'esprit pour remplir le vide.

-Maintenant que j'y pense...Il arrêta de se balancer et regarda la jeune fille droit dans les yeux avec un sourire complice. Tu voudrais pas m'aider de temps en temps ? A genre, recueillir des informations sur des gens. Le travail de repérage est parfois chiant, et mes cibles sont parfois trop nombreuses pour une seule personne. Bien sûr, tu seras rémunérée.

Locke proposait à une nouvelle sans grande expérience et qui avait raté sa soirée de l'aider dans les préparations de ses futurs coups montés. C'était...quelque chose. Et un peu irresponsable, non?

-Bah, tu n'auras qu'à repérer où ils ont l'habitude d'aller, à quelle heure, etc. De la filature quoi. Rien de compliqué. Les farces je m'en occupe. Et si le même accident que ce soir arrive bah…Je pourrais éventuellement te prêter cette planque. T'en dis quoi ?

Il passa sous silence que ce n'était pas sans danger dans certains cas (espionner et faire des blagues à des gangsters, c'était pas rien), mais Kat devait plus ou moins s'en douter.
Nul doute que ce genre de proposition allait forcément attirer le doute chez la jeune femme, mais Locke était ici parfaitement honnête. Il cherchait juste quelqu'un d'autre pour faire le boulot de repérage et de collecte d'information à sa place. Il aimait s'amuser, mais c'était aussi par dessus tout...un vrai flemmard.


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


Pour s'amuser ? Effectivement la blague était assez amusante mais la situation actuelle l'était un peu moins à mon gout. Cela valait-il la peine d'en faire autant pour si peu ? Je ne comprenais pas mais je haussai les épaules. Si c'était son passe temps qui étais-je pour l'en empêcher ? Tant qu'il ne me mêlait pas d'avantage à ces histoires. Oui je suis de mauvaise foi, je m'étais mise dans le pétrin toute seule.

Me faisant mine de ne faire aucun bruit, il écouta par la porte et retourna s'asseoir. Même si je n'entendais rien peut-être que nos poursuivants continuaient de passer la zone au peigne fin ? Mieux vaut jouer la sécurité -j'avais un bon petit soda dans cette planque et je n'avais pas encore envie de m'époumoner à trouver un autre échappatoire.

- Tu voudrais pas m'aider de temps en temps ? A genre, recueillir des informations sur des gens. Le travail de repérage est parfois chiant, et mes cibles sont parfois trop nombreuses pour une seule personne. Bien sûr, tu seras rémunérée. Bah, tu n'auras qu'à repérer où ils ont l'habitude d'aller, à quelle heure, etc. De la filature quoi. Rien de compliqué. Les farces je m'en occupe. Et si le même accident que ce soir arrive bah…Je pourrais éventuellement te prêter cette planque. T'en dis quoi ?

Sa proposition me prit au dépourvu. Je le regardai avec des yeux ronds. Il avait l'air sérieux. Si j'étais étonnée c'était surtout par la situation. Qui aurait cru que je pourrais dégoter un éventuel client après l'échec de ce soir -surtout après qu'il y soit mêlé. Je lui souris mais plus amical que professionnel -je gardais ce dernier pour les gens que je n'appréciais pas mais avec qui j'étais obligée de faire avec.

- Tant que ça reste de la filature on peut en discuter oui. Je ne tiens pas forcement à faire le même genre de "farces" que toi, je te les laisse volontiers.

On aurait toujours l'occasion d'en discuter mais en ce moment j'avais besoin de thunes. Étant arrivé il y a quelques mois je n'avais pas encore de notoriété ni de clientèle très fortunée. Même si les motivations de cette filature ne m'intéressaient pas particulièrement -j'aimais connaître les raisons de mes enquêtes en général- tant que je n'aurais qu'à récolter des informations il n'y aurait pas beaucoup de risques pour moi non ?  

- Mais pourquoi pas oui ? C'est une période creuse pour le boulot en ce moment..  

Je souris en repassant à "l'accident" de ce soir. J'espère qu'il ne se répètera pas et que personne à part lui -et sans doute la cliente- n'en entendra parler sinon je pourrais faire un trait sur les meilleurs enquêtes...

avatar
Recherche & Développement

"Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Jukebox : You want a joke?
My life
Avatar : Sans - Undertale

Messages : 279
Messages rp : 151
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sans surprise, la jeune fille eut l'air quelque peu étonné par la proposition de Locke, mais ce genre de réaction était compréhensible. Ce n'était pas vraiment le type de situation où on proposait ou recevait du taf, mais avec Locke, il fallait s'attendre à bien des choses qui n'étaient pas dans les normes.

- Tant que ça reste de la filature on peut en discuter oui. Je ne tiens pas forcement à faire le même genre de "farces" que toi, je te les laisse volontiers.

Au moins, elle restait prudente en ne voulant pas faire des farces avec Locke. C'était un choix avisé. Celui-ci amusé répondit en ricanant :

-Bien sûr bien sûr, haha. Mais si jamais ça te dit, je ne te recalerai pas si la folie te vient de faire des farces avec moi un de ces jours, heh. Plus on est de fous, plus on rit, non ?

Faire une farce ou une course poursuite seul était moins intéressant qu'une farce ou une course poursuite avec un compagnon d'infortune. Aussi, cette soirée s'était donc révélée bien plus amusante avec la jeune femme dans les parages. Bien sûr, ce n'était pas forcément réciproque, heh.

- Mais pourquoi pas oui ? C'est une période creuse pour le boulot en ce moment...

Donc elle acceptait ? Surprenant. Pour être franc, il aurait pensé qu'elle ne l'aurait pas accepté
ou qu'elle aurait au moins émis quelques doutes ou quelques contraintes. Enfin. Il imaginait que ça viendrait au premier taf qu'il proposerait ou que le besoin d'argent était pressant.
Ce qui était drôle, c'était que la jeune fille n'avait aucune idée de pour qui elle allait potentiellement travailler. Quelle serait sa réaction si elle venait à apprendre qu'un scientifique haut gradé de l'institut lui proposait du boulot de filature pour faire des farces… ? Ce serait intéressant à voir, haha. Locke but une gorgée de sa canette et reprit :

-Ce sera tout bénef crois moi. Si tu fais du bon taf, je parlerai même de toi à mes contacts, et j'en ai pas mal qui seraient intéressés, haha.

Le jour où elle déciderait de vérifier l’identité de son employeur, elle viendrait peut-être à se dire que le scientifique pourrait éventuellement l'introduire en tant que travailleuse indépendante auprès de la branche sécurité, pour qu'elle choppe des boulots plus intéressants et mieux payés, et surtout parce que Locke devait repayer des faveurs par ci par là. Un peu d'égoïsme de sa part donc, et pas totalement de l'altruisme.
Mais était-elle du genre à se renseigner sur les gens qui l'employaient, aussi mystérieux et étranges soient-il ? Seul l'avenir le lui dira.
Le farceur sortit un bout de papier de sa poche afin d'y noter son numéro ainsi que son nom avec une écriture peu lisible et peu enviable de pareusseux, et fila le papier à Kat.

-Mon numéro de téléphone. Tu m’appelleras quand tu voudras pour avoir du taf. J'ai toujours des victimes qui attendent de recevoir un pot de peinture ou un œuf pourri à la gueule, hah.


Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
Citoyenne

C'est la seconde fois qu'elle arrive dans ce monde. Bien évidemment elle n'a aucun souvenir ni même connaissance qu'elle a déjà vécu à Pallatine, qu'elle y a eu un enfant et qu'elle s'y est suicidée.

Arrivée depuis 2032 pour reprendre sa vie à partir de zéro, Katherine est une jeune femme de 21 ans sure d'elle et pleine de vie. Elle commence à travailler comme détective privé indépendant et c'est une experte pour aller fouiner dans les affaires des autres et y dénicher ce qu'ils ne veulent pas dévoiler...
Nom de code : Aucun
Jukebox : GOLDEN MOMENT
Avatar : Tifa Lockhart | Final Fantasy

Messages : 44
Messages rp : 29
Date d'inscription : 10/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
No need to dig very deep to find troubles | Locke Melborn & Katherine Millet


Pourquoi refuser une offre de boulot ? C'est ce que je me demandais, surtout dans une branche comme la mienne où le salaire n'est pas assuré tant que tu n'attires pas des clients. Alors lorsqu'ils viennent à toi tu ne les refuses pas au contraire. Cependant je me montrais un peu prudente avec cet énergumène : il n'avait pas l'air méchant, loin de là, et ce qu'il me demandait ne relevait pas de l'impossible mais je n'avais aucune envie de me retrouver mêlée à ses histoires. Vous me direz, c'est mon boulot de fouiller dans les affaires des autres..

- Ce sera tout bénef crois moi. Si tu fais du bon taf, je parlerai même de toi à mes contacts, et j'en ai pas mal qui seraient intéressés, haha

C'est souvent comme ça que ça marche. Si le bouche a oreille n'existait pas, j'aurais eu du mal à me faire de l'argent. La discrétion est une règle essentielle mais si elle était implacable ce métier ne pourrait pas exister.

Je souris et le remerciai. Je ne savais pas si je devais me réjouir ou non qu'il parle de moi à ces "contacts" étant donné que les seules relations que j'ai pu lui constater n'étaient pas vraiment amicale -mais je ne pensais pas qu'il parlait de ceux là- mais encore une fois. Du boulot ça ne se refuse pas.

- Oui merci beaucoup. C'est pas toujours facile de trouver des clients. Surtout lorsqu'on débute.

Je n'étais arrivée à Pallatine qu'il y a quelques mois et je peux vous assurer qu'en ce laps de temps on ne peut pas encore se forger une réputation et encore moins avoir un grand carnet de contact. Tout aide est la bienvenue pour me familiariser et m'intégrer dans la ville ! D'ailleurs que ce soit à propos du boulot ou en dehors.

- Mon numéro de téléphone. Tu m’appelleras quand tu voudras pour avoir du taf. J'ai toujours des victimes qui attendent de recevoir un pot de peinture ou un œuf pourri à la gueule, hah

Je pris le papier dans les mains et déchiffrai son numéro.

- Oui merci. Je souris A mon avis tu ne vas pas devoir attendre longtemps.

Mais avant de l'appeler pour le recontacter à nouveau, je me renseignerais à son propos, ne serais-ce pour savoir un peu la personne qu'il est. En général je fais toujours une ou deux petites recherches sur mes clients : il serait si facile de tomber dans des grosses emmerdes si je ne faisais pas ça. Je vous assure que le nombre de personne qui cherchent les services de détectives pour faire le Mal ne sont pas si rare. Locke à l'air d'en faire partie aussi mais si son Mal à lui reste dans les limites de ce que j'ai vu aujourd'hui, cela m'a l'air bien inoffensif.

Je tournai la tête vers la porte et lui demandais.

- Tu penses qu'ils ont fini de chercher ? Ca fait déjà un moment qu'on est planqué là et toujours pas de nouvelle, j'espère qu'ils se sont lassés. Je marquai une pause le temps de réfléchir Sinon, par prudence, il n'y a pas une autre entrée ?

Même si, à mon avis, ils avaient découverts l'entrée de cette planque, ils auraient essayés d'entrer. Le fait qu'il n'y ai pas de bruit derrière devait sans doute signifiaient qu'ils ne l'avaient pas trouvé. Mais mieux vaut se montrer prudent.
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum