« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Randonnée vers l'ancien temps // NAGA

avatar
Gangster
/
Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

Nom de code : Le chasseur
Jukebox : FURYO
RAIN
Avatar IRL : /
Avatar : Ashitaka - mononoke hime

Messages : 77
Messages rp : 26
Date d'inscription : 01/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 17 Mai 2017 - 22:05
Randonnée vers l'ancien temps // NAGAIl faisait beau. Un soleil calme brillait déjà haut dans le ciel et YARŪ patientait en le regardant, essayant de deviner dans l'air du vent et l'allure des nuages si le temps resterait clément assez longtemps. Les tempêtes se lèvent vite en montagne, il serait dangereux de se retrouver prit dans un piège de la nature. Le Mongol s'en sortirait facilement seul, mais aujourd'hui, exceptionnellement, il serait accompagné.

Assis sur un rocher décoré d'une mousse moelleuse, YARŪ portait une tenue particulièrement décontractée, légère puisqu'il avait enlevé son gros blouson, posé par terre près d'un sac à dos visiblement bien rempli. L'esprit ailleurs, le Chasseur oubliait l'attente, oubliait que, peut-être, personne ne se montrerait au rendez-vous... Mais que ses invités se montrent ou pas, dans vingt minutes, il se mettrait en route, YARŪ était du genre méticuleux et avait un sens de la précision parfois poussé à l'extrême... Peut-être son arrivée à PALLATINE l'avait-elle rendu légèrement maniaque...

Cette montagne sentait la tristesse et le fer de la ville, ce qui ne pouvait que mettre mal à l'aise le mongol. Il aurait aimé y retrouver un résidu de son ancienne vie, mais il sentait l'artifice qu'était cette nature, autant que le monde étrange dans lequel il était enfermé désormais. Il n'aimait pas y venir, pourtant, s'il ne s'imprégnait pas de cette illusion quelques fois il avait la dérangeante impression de perdre la tête. Alors il faisait mine d'y croire, mais il avait comprit qu'y venir seul était difficile. Pour cette raison il avait passé cette étrange annoncé sur internet, s'improvisant guide d'un week-end pour ceux qui lui offriraient leur confiance. Cette méthode, comme il l'avait imaginé avait été peu concluante. Il n'obtint que trois réponses, dont une seule paraissait véritablement intéressée. Le Chasseur n'en avait pas espéré davantage, un gros groupe l'aurait stressé, mais il se demandait s'il ne finirait pas tout seul finalement, et ne sortirait pas de sa quotidienne solitude.

Le rendez-vous avait été fixé en bas de la montagne, à l'entrée d'un petit chemin scabreux que le groupe du chasseur emprunterait un petit moment avant de réellement s'enfoncer dans le cœur de la montagne, plus sauvage. Il ne restait plus que dix minutes, après quoi YARŪ n'attendrait plus personne. En vérité, le regard perdu dans les nuages, il commençait à se persuader que personne ne viendrait. Alors il se leva et se prépara lentement à se mettre en marche en silence, vérifiant que dans son sac rien ne manquait.

by evil triangle (NMD)


avatar
Technicien

Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.

Messages : 1009
Messages rp : 104
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Le vendredi soir précédant ses vacances, Naga laissa tomber avec un soupir soulagé son lourd uniforme de pêcheur gorgé d'eau dans un sac en plastique avec le sentiment libérateur de se dépêtrer d'une peau devenue trop lourde à porter. Il renaissait en homme nouveau. Autour de lui, ses collègues bourrus, qui n'étaient parfois pas aussi grands que lui mais bien plus costauds, lui souhaitaient de bonnes vacances avec de fortes tapes dans le dos. Il leur répondait du tac au tac, avec l'habitude de celui qui connaissait ces manifestations de franche camaraderie. Mais il était tout de même bien content de ne plus voir leurs visages épais pendant toute une semaine - une semaine où Naga ne penserait plus qu'à lui.
Les vacances ne commenceraient pour lui qu'après un long bain parfumé, idéal pour se débarrasser en profondeur des odeurs marines imprégnant ses cheveux et se cachant sous ses ongles. Naga salua ses collègues joyeusement avant de partir chez lui d'un air décidé. Demain, il partirait en vacances. Évidemment, il se trouvait à Pallatine, ce qui voulait dire que les destinations étaient loin d'être nombreuses. Déjà habitué à la mer, il ne se voyait pas passer ses vacances à la plage, comme un touriste dans une station balnéaire. De même que la ville n'avait rien de touristique à ses yeux. Ne restait qu'un seul endroit où Naga pouvait vraiment se sentir dépaysé : la montagne. L'Inuit était habitué aux températures froides, mais le relief lui était étranger et il se demandait comment il supporterait l'altitude - même si, à Pallatine, la montagne ne rivalisait pas avec les hauts monts de l'Everest, elle était déjà bien assez haute pour un homme de la mer.
En marchant, il sifflait le dernier tube à la mode en se réjouissant de la façon dont il s'était arrangé pour partir.
En faisant ses comptes, Naga avait découvert avec horreur qu'à cause de sa dernière séance de shopping, ceux-ci étaient extraordinairement bas - pas de quoi se payer de véritables vacances. Il ne parvenait pas à regretter les sommes astronomiques qu'il avait dépensées pour ses dernières chaussures, mais il se sentait un peu déçu d'avoir si mal géré ses deniers. Mais l'abattement n'avait pas duré : Naga avait la capacité de toujours se payer ce qu'il désirait, peu importe le prix, puisqu'il était capable de faire tous les sacrifices nécessaires pour obtenir ce qu'il désirait. Il avait eu l'intuition que la perle rare qu'il cherchait pour ses vacances existait quelque part, à portée de main.
Et naturellement, il avait fini par la trouver.

Le réveil, le lendemain matin, fut un peu brusque : Naga avait repoussé deux fois déjà l'alarme lorsqu'il se résolut enfin de se lever. Constater sur son radio-réveil qu'il avait déjà vingt minutes de retard ne l'incita pourtant pas à se dépêcher - l'habitude d'avoir Hafiz pour l'aider à se préparer était bien trop profondément ancrée en lui. Cependant, le temps qu'il prit pour s'habiller et préparer ses affaires fut tel qu'il n'eut pas vraiment le temps de déjeuner : il s'empara d'un morceau de pain, même s'il n'aimait pas cela, et d'une thermos de café avant de se glisser vers l'entrée en criant intérieurement qu'il était en retard.
Il aurait dû se coucher plus tôt, il était fatigué, et maintenant, il ne pourrait pas se laver les dents après son repas, ce qui était pour lui tout simplement dramatique - son haleine devait, elle aussi, être parfaite à tout moment de la journée.
Naga avait depuis longtemps fini son morceau de pain lorsqu'il parvint au lieu de rendez-vous. Heureusement, le travail physique le maintenait en forme : il n'était pas forcément essoufflé, mais il avait déjà légèrement transpiré et il ne se sentait plus aussi frais qu'à son réveil. Il connut un instant de panique en voyant un homme se lever pour partir et se mit à courir les derniers mètres - là, il fut essoufflé pour de bon. Il s'arrêta à deux mètres de l'homme qu'il avait aperçu. Il avait des traits qui semblaient mongols, ce devait être la bonne personne. Naga reprit rapidement son souffle avant de déclamer d'une traite :

« Désolé, je suis en retard, j'espère que je ne vous ai pas trop ralent... »

L'Inuit s'interrompit, constatant un fait tout simple : en dehors de lui et de l'organisateur, il n'y avait personne. Étonné, Naga jeta des regards ronds aux alentours.

« Ben, ils sont où les autres ? Le rendez-vous a été annulé ? Je ne suis quand même pas en avance, si ? »

Ce serait bien drôle, lui qui s'était levé en retard et était parti de chez lui en catastrophe. Mais un rapide coup d'œil à sa montre de milieu de gamme lui confirma qu'il avait quelque peu dépassé l'heure du rendez-vous.




Spoiler:



avatar
Gangster
/
Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

Nom de code : Le chasseur
Jukebox : FURYO
RAIN
Avatar IRL : /
Avatar : Ashitaka - mononoke hime

Messages : 77
Messages rp : 26
Date d'inscription : 01/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Randonnée vers l'ancien temps // NAGA Le sac bien calé sur ses épaules, YARŪ décida de se mettre en marche. Le cœur lourd, il était attristé de voir que son activité n'avait attiré personne. C'était donc ainsi que le monde marchait à présent ? Plus personne ne s'intéressant à la nature, au reste de verdure encore sauvage... Le Chasseur soupirait, dépassé, chagriné par l'incompréhension. Mais déjà l'odeur de la montagne l'apaisait, il ferma les yeux, sentant l'altitude pesant sur ses pas. Mais soudain, un cri l'empêcha d'avancer.

Surpris et tout à fait confus, il se tourna doucement, découvrant un jeune homme, fin et grand, aux cheveux clairs, qui courait vers lui pour le retenir. Les yeux de YARŪ s'illuminèrent.

« Désolé, je suis en retard, j'espère que je ne vous ai pas trop ralent... » Reprenant son souffle un instant avant de lever les yeux et de s'interrompre, surpris à son tour. « Ben, ils sont où les autres ? Le rendez-vous a été annulé ? Je ne suis quand même pas en avance, si ? »

Le Mongol ne put s'empêcher de lâcher un petit rire, avec une teinte de tristesse, mais aussi une satisfaction toute neuve.

« Vous avez de la chance, j'étais sur point de partir ! » S'exclama-t-il. « Il semblerait que vous êtes le seul à ne pas avoir changé d'avis. Nous serons seuls semble-t-il.  J'espère que cela ne vous dérange pas... Vous êtes ? »

YARŪ tendit sa main en souriant une fois s'être approché du jeune homme, un peu plus jeune que lui peut-être, mais le temps qui les séparait était en vérité immense, Le Chasseur le sentit immédiatement.

« Je suis YARŪ. Vous semblez essoufflé, prenez une pause, rien ne presse. »

by evil triangle (NMD)


avatar
Technicien

Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.

Messages : 1009
Messages rp : 104
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
La surprise que Naga avait ressentie en constatant qu'il n'y avait qu'un seul autre individu au début de ce chemin de randonnée peina à s'envoler. L'exotisme de la montagne le frappait de plein fouet et ces terres bien trop vallonnées pour lui le laissaient muet d'étonnement. L'horizon était extrêmement réduit à cause des monticules de pierre qui sortaient de la terre - on se serait cru en ville, et pas exactement, car il régnait dans ce paysage désertique une irrégularité à laquelle il n'était pas habituée. Autour de Kaktovik, les seules flèches tournées vers le ciel étaient celles des puits de pétrole ; à Chicago, les immeubles remplissaient cet office, mais ici, tout était naturel. Il fut presque surpris d'entendre son guide lui expliquer qu'il était le seul à avoir répondu à l'appel de la nature, et il se demandait bien pourquoi. Ce spectacle était le plus impressionnant que Naga eût jamais vu. Rien que pour l'opportunité de contempler les montagnes, faire le chemin jusqu'ici valait le coup.
Yaru lui proposa de se reposer un peu avant de partir, puisqu'ils n'étaient pas pressés. Ce n'est qu'alors que Naga se rendît compte qu'un fin filet de sueur avait osé profané la perfection de son front. Énervé par ce contre-temps, le jeune homme sortit un mouchoir propre qu'il tapota sur le filet coupable, espérant au plus profond de lui-même qu'il ne l'avait pas décoiffé. Il ne se voyait pas sortir le miroir qui ne quittait jamais le fond de sa poche mais qu'il s'était promis de ne pas utiliser. Une fois le front sec, Naga chercha instinctivement des yeux une poubelle pour se débarrasser du mouchoir, avant de se rappeler que celles-ci n'existaient pas dans la montagne. Les cours des Altermondialistes lui avaient par ailleurs appris qu'il ne fallait pas jeter son mouchoir par terre - il avait bien entendu oublié le nombre d'années que celui-ci mettait à se dégrader, bien qu'on le lui eût répété à de nombreuses reprises. À défaut, le jeune homme sortit un sachet en plastique de son sac pour y glisser son déchet. Il se sentait fièrement responsable en accomplissant un tel geste, et la bonne humeur s'installa durablement chez lui.

« Je suis prêt, on peut y aller ! » annonça finalement fièrement Naga.

Il laissa son guide prendre le devant de la marche et lui montrer par où passer - puisque, s'il avait bien compris, il y avait des sentiers à suivre quand on marchait en montagne, même s'il n'y avait pas de glace. Tout cela lui semblait ridiculement compliqué - suivre un sentier ne posait pas problème, mais le choisir était un défi que Naga n'était pas prêt à affronter.

« Je peux vous poser une question ? » demanda rapidement Naga aux bouts de quelques mètres.

À croire que le spectacle de la nature n'était plus assez fort pour le faire taire. Pourtant, Naga appréciait encore du coin de l'œil ces courbes encore douces couvertes d'herbe tendre et verte, où quelques rochers pointaient déjà le bout du nez. Simplement, il avait du mal à se défaire de ses habitudes mondaines, et il avait bien envie de faire davantage connaissance avec son hôte avant de s'enfoncer avec lui dans les montagnes - simple question de prudence, pourrait-on dire. Mieux valait savoir sur qui on tombait.
Et puis, à cette altitude, la pente était encore assez douce pour que Naga pût parler sans avoir besoin de trop reprendre son souffle :

« Vous avez grandi dans ces montagnes, ou vous êtes originaire de la Terre, vous aussi ? »

Naga ne cachait pas ses origines terrestres, même s'il y aurait eu beaucoup d'autres précisions à donner - par exemple, pour expliquer ces traits vaguement asiatiques que les gens lui prêtaient alors que ni lui ni ses ancêtres n'avaient jamais mis le pied sur ce continent. Ou pour comprendre à quel point la nature était un domaine sauvage qu'il n'avait découvert que très récemment.




Spoiler:



avatar
Gangster
/
Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

Nom de code : Le chasseur
Jukebox : FURYO
RAIN
Avatar IRL : /
Avatar : Ashitaka - mononoke hime

Messages : 77
Messages rp : 26
Date d'inscription : 01/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Randonnée vers l'ancien temps // NAGA Le dénommé NAGA prit un temps de repos et sans le vouloir, YARÜ ne pouvait s'empêcher de glisser des regards. Ses cheveux clairs l'intriguaient particulièrement, aussi pâles que de la neige... Cette pensée l'ému un peu et il se demanda s'il s'agissait d'un stratagème ou si leur couleur naturelle était réellement ainsi. Les petites manies délicates ne lui échappèrent pas non plus, décrochant un sourire léger sur ses lèvres. Pas vraiment moqueur.

« Je suis prêt, on peut y aller ! » Finit par s'exclamer NAGA et son entrain plut à YARÜ qui ouvrit la marche.

Il avança d'un pas régulier mais relativement lent pour évaluer le rythme du garçon qui l'accompagnait. Mais rapidement, il se perdit dans la faune, imprégnant ses yeux du vert et ses oreilles des bruissements de vie. Aucune feuille ne craquait sous ses pieds, ne venaient troubler le silence bruyant de la montagne. Mais derrière lui, la présence de NAGA devenait un écho lourd, qui ne le dérangeait pas, au contraire, il en souriait davantage. Quelques mètres étaient passés, déjà YARÜ pouvait s'envoler très loin, mais on le retint sur terre.

« Je peux vous poser une question ? » Demanda NAGA.

« Oui, bien sûr. » Répondit le mongol, dévoilant ses dents, amusé et en rien surpris.

Le jeune homme qui le suivait portait sur lui la nervosité et l'impatience de la ville. Certainement faisait-il des efforts, mais il ne trompait pas Le chasseur sur ce point. Une pensée l'effleura : Combien de temps pourra-t-il continuer à marcher en bavassant sans être à bout de souffle ? Mais il retint toute remarque, fermant les yeux avec calme et sérénité. Appréciant la curiosité dont il faisait l'objet.

« Je suis bien né dans des montagnes, mais celles de la Terre. Plus belles et plus sauvages. » Il leva les yeux, suivant la courbe de la cime des arbres. « Cette montagne n'a rien à voir avec celles d'où je viens. »

Et passant par le ciel, il s'égara, remontant la courbe du temps. Ses jambes suivant une mécanique si bien encrée en lui qu'il n'avait pas besoin de regarder où ses pieds se posaient. Le silence envahit sa tête de nuages frais portant l'odeur du vent fort, un soupçon de fragrance de fleur sauvage s'y cachait.
Puis il se laissa atterrir en abaissant ses paupières, un éclat de tristesse crispant son sourire.

« Et donc vous aussi vous êtes de la Terre ? D'où et... De quand ? Pourquoi êtes-vous venu à Pallatine ? »

Puisque l'origine parfois ne suffisait plus à rapprocher tant les époques se mélangeaient, et le temps avait cette capacité terrifiante à défaire tout lien, créant des trous d'incompréhensions et de peur. Il se tut un instant avant de reprendre en riant légèrement.

« Tutoyons-nous, je ne dois pas être bien plus vieux que toi. »

by evil triangle (NMD)


avatar
Technicien

Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.

Messages : 1009
Messages rp : 104
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Le début de la randonnée ressemblait pour le moment à une promenade de santé. Il était tout naturel que Naga ne ressentît pas l'appel de la nature à sa juste valeur : ni la température, encore bien chaude à cette altitude, ni le vent, plus doux encore que les airs marins, ne lui rappelaient qu'il se trouvait dans une nature qui pouvait parfois se montrer hostile. Il adoptait l'attitude qu'il avait dans un jardin urbain, jetant des coups d'œil plus ou moins distraits à la verdure rocailleuse sans songer un seul instant à s'émerveiller - comme si ce paysage encore inconnu devait devenir pour lui un jour de l'ordre du quotidien. Plus haut, peut-être trouverait-il davantage de respect pour cette nature souveraine dans laquelle il serait totalement perdu. Mais pour le moment, l'envie de converser ne l'avait pas quitté, d'autant plus que Naga aimait bien en savoir un peu plus sur les personnes qu'il fréquentait. En l'occurrence, le Mongol l'intriguait quelque peu. Il semblait de toute évidence venir d'une époque révolue depuis bien longtemps : même les anciens de son village, ces vieux ringards qui se racontaient des histoires inuits comme si elles avaient encore de la valeur à leurs yeux, étaient plus modernes que Yaru. Ce dernier semblait être né de la montagne elle-même, fils prodige mais déchu à faire découvrir la nature de Pallatine à des citadins insensibles. Pourtant, à la réponse que Yaru lui faisait, Naga pouvait affirmer que le jeune homme avait été au contact de la technologie : en effet, il avait été transféré et cela devait être, pour lui, un événement majeur ayant changé sa vie. Pour les gens comme Naga, qui venaient du futur, le bond en arrière pouvait être difficile à accepter, mais pour un être aussi primitif, le bond en avant devait s'apparenter à la déchirure des certitudes que chaque homme développe en grandissant dans son environnement familier. C'était peut-être pour ça qu'ils ne s'adaptaient pas totalement à Pallatine et conservaient leur nature sauvage : ils ne pouvaient intégrer ce qui dépassait de loin leur conception.

« Je vois. » répondit Naga qui, pour une fois, avait poliment écouté.

Apparemment, les montagnes dont étaient originaires Yaru étaient encore plus belles que celles-ci, ce qui intriguait l'inuit : de son point de vue, celles qu'il avait sous les yeux étaient déjà très belles. Peut-être son guide avait-il des exigences trop élevées en la matière. Après tout, Hafiz ne pensait-il pas qu'il était trop pointilleux lorsqu'il choisissait ses tenues - allant assortir les vêtements à la nuance près ? Chacun son point de vue.
La promenade se déroulait en silence, si ce n'est les bruits de leurs pieds chaussés foulant le chemin vers les sommets et les quelques insectes qui osaient se frayer un chemin vers les oreilles de Naga. C'était plutôt agréable, mais il finirait par s'en lasser si aucun changement majeur dans le paysage n'apparaissait. C'est pour cela qu'il accueillit favorablement les questions que Yaru lui posa en retour. Et puis, il ne fallait généralement pas beaucoup le prier pour le faire parler de lui-même : s'il écartait vigoureusement tout ce qui avait trait avec ce qui lui faisait honte dans sa vie passée, il était plutôt prolixe quand il s'agissait de présenter à autrui une image positive de sa personnalité. En l'occurrence, les questions n'étaient que modérément dangereuses, bien qu'il sentait que s'il n'y prenait garde, il risquait fort de s'aventurer sur une pente très glissante.

« Effectivement, je suis de la Terre ! » déclara joyeusement Naga, qui ressentait d'ordinaire une certaine fierté à ne pas être originaire de Pallatine. « Du XXIe siècle, en fait. J'ai grandi en Alaska, mais je suis parti à Chicago dès que j'ai pu. Ce n'était pas un monde si différent d'ici. » précisa-t-il avec un grand sourire.

Certaines personnes venaient de versions futuristes de la Terre absolument hallucinantes, mais ce n'était pas du tout son cas. La technologie avait suivi son cours, mais on était loin de la science-fiction et des cyborgs. Juste un monde qui s'engluait lentement et qui finirait par mourir à petit feu un de ces jours. Ni rayonnant, ni décadent : stagnant. Naga n'avait finalement pas été trop dépaysé par Pallatine. En cela, il avait de la chance. Il parlait déjà anglais, était familier de la plupart de la technologie d'ici, même si elle lui paraissait un peu rétro. Somme toute, le plus grand apprentissage avait été de comprendre comment les choses fonctionnaient ici.
Mais bien sûr, Naga avait tu la raison de sa venue : il trouverait bien quelque chose de vague et allusif à sortir à Yaru si vraiment il fallait donner une réponse, mais s'il pouvait tout simplement éviter de répondre.

« Je suppose que tu viens du passé, non ? » demanda Naga sans le moindre tact. Car son passé n'était certainement pas celui de ceux qui le vivait. « Tu as l'air un peu campagnard, d'une certaine façon. »

Le mot exact aurait probablement dû être "montagnard" ou "archaïque", mais aux yeux de Naga, "campagnard" était le terme pour ceux qui n'étaient pas des gens de la ville. Et ce n'était pas forcément péjoratif, du moins à ses yeux, mais la façon dont il parlait parfois pouvait faire passer ce mot pour une insulte mal camouflée. En tout cas, Naga n'entendait pas mal, il voulait simplement signifier que Yaru avait davantage l'air d'un type du passé venu de sa montagne qu'un homme du futur venu également de sa montagne, mais artificialisée. Et il espérait en même temps obtenir quelques informations sur ce passé pittoresque que les anciens de village auraient savouré avec délice dans la reconstitution de l'habitat inupiat...




Spoiler:



Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum