« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Pour up - Ft. Tae Joon

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 11 Juil 2017 - 19:38
Déposant les sacs sur la table, Sungmin lâche un soupir. C'est pas qu'il est fatigué, mais il n'est peut-être un peu. Juste avant d'arriver chez lui, il a passé une de ces journées complètement folles à courir à gauche à et à droite quand il n'avait pas le nez plongé dans des chiffres qui lui ont donné un de ces maux de tête… Ses quelques secondes passées sur le divan, seul, l'ont permis de récupérer (« se préserver » comme dirait un certain). Mais la sonnette a retenti et est arrivé Tae Joon. Comment ils en sont arrivés là ? Il se le demande en déposant les plats et les bouteilles sur la table. Y'a comme un blanc dans sa mémoire - blâmez le whisky qu'il a bu probablement trop rapidement durant leur rencontre. Cependant, il sait que ce qui se passe, ici et maintenant, est exactement ce qu'il souhaite : un repas partagé avec un ami après une journée beaucoup trop longue et de l'alcool pour bien digérer le tout. Et qu'importe si c'est faux, si tout ça vient de « pourquoi pas » plus stupide les uns que les autres : hors de question de se laisser aller à l'amertume, aux questions morales ou n'importe quoi. Il va en profiter, un point c'est tout.

(Et qui sait ? Peut-être qu'au bout du compte se laissera-t-il piéger dans un détour, qu'avant qu'il s'en rendre compte, il se mettra à réellement voir Tae Joon comme un ami plutôt que son juriste. Ce ne serait pas la première fois, non plus, qu'il plonge ses relations dans l'incertitude.)

« Ça va. Reste assis et laisse toi servir. C'est pas très compliqué. »

Il dépose les plats devant eux, ouvre les  couvercles et - oh, ça sent bon. Tellement bon. Mais c'est rien que du riz et des légumes c'est quoi cette extasie ? Il essaie de contrôler son visage (allons c'est pas super classe d'être subjugué par l'odeur d'un repas commandé Sungmin ! Probablement que tout a été cuit trop rapidement dans une petite cuisine - et y'a certainement pas un chef en charge, dans ce petit resto - le prix très raisonnable mais complètement cheap pour quelqu'un comme toi te le prouve bien). Il échoue. Le sourire qu'il essaie de réprimer a l'air d'une drôle de grimace, mais elle ne ment pas : il est content d'avoir ce repas devant lui. Ça lui rappelle la cuisine de sa mère, que voulez-vous ; et il croyait pas que ça lui manquerait, comme il évite d'avoir à dîner avec eux (fils ingrat dira-t-on ; mais vu l'ambiance qui règne entre eux, il préfère se préserver).

Quelques secondes de trop seraient passées, et probablement qu'il serait tombé dans une humeur grise. C'est un geste de Tae Joon qui dévie son attention et qui ne manque pas de le faire rire brièvement. Il est vraiment en train de lui servir un verre ? Oh, techniquement il devrait lui dire merci, il le sait bien, mais tout ce qu'il trouve à dire c'est : « Et toi, va falloir que je t'apprenne à boire comme on boit à Pallatine - sans décorum. »

Ce n'est pas une pique bien méchante, ni un reproche. Seulement un constat qui ne manque pas de l'amuser. Quand on est un transféré, reste-t-on toujours aussi attaché à ses vieilles habitudes ? Ça a quelque chose de romantique, mais ça le dépasse complètement. Il ne pourra jamais comprendre, à moins d'être lui aussi arraché à son milieu, se retrouvant orphelin dans un monde qui n'est pas sien. Quelles habitudes conserverait-il ? Il n'est clairement pas assez saoul pour répondre à cette question. Mais ça ne saura pas tarder, il en est certain - surtout avec la promesse que vient lui faire Tae Joon. Une lueur défiante brille dans son regard.

« C'est ça, c'est ça ! Je t'interdis de dormir avant moi ! Sinon… »

Sinon quoi ? Oh, ce serait intéressant de faire de cette histoire une pari. Il ne fait aucun effort pour cacher son sourire, ses pensées plus machiavéliques les unes que les autres qui défilent dans sa tête. Des photos embarrassants ? Il pourrait s'en servir pour le faire chanter un jour, s'il en a besoin. Il pourrait le déshabiller et cacher ses vêtements… Nah, il n'aurait qu'à entrer dans sa chambre et piquer des vêtements dans son dressing. Et puis il veut le lui donner, ce sweat. Mauvais plan donc. Bah, il se contera des photos. Et il improvisera. Alors il lève son verre, s'arrête un instant, en regardant Tae Joon avec tout le sérieux du monde, et demande : «Euh, vous trinquez au moins en Corée ? » Et puis qu'importe. Il frappe son verre contre le sien avant de le vider d'une traite. Grimace un peu en goûtant l'alcool. C'est bon.

« Mangeons, avant que ça refroidisse ! »


 

(Fanart par faheej)
avatar
Membre
let me out
Taejoon n'avait rien demandé et pourtant on lui a tout volé. Tout droit venu de Corée du Sud, juriste fraichement diplômé, il se retrouve perdu dans une ville qui le dépasse. En deuil de tout ce qu'il a perdu, des amis qu'il a laissé derrière lui son visage est distant et ses moues boudeuses. Aussi a-t-il décidé de se concentrer sur le travail, de s'enrichir et de ne plus penser à rien : surtout pas à lui, surtout pas à eux. Surtout pas à tout ce qui existait avant et tout ce qui pourrait exister maintenant.
Avatar : Kwon Eungi — Fools [Yeongha, Park Dam]

Messages : 79
Messages rp : 58
Date d'inscription : 21/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 11 Juil 2017 - 23:36

« Je n’y arriverai jamais. » avait doucement ri Taejoon, certain qu’il servirait à jamais à boire à ses proches. Sans ça, serait-il toujours le même ? Il y avait dans ses habitudes des histoires qu’il ne pouvait se résoudre à oublier. Qui était-il, sans son passé ? Qui était-il sans tout cela, sans toutes ces manies, sans cette main qui presque automatiquement venait se poser sous son bras ? Il ne savait pas ce qu’en pensait les autres, mais pour lui les us et coutumes de son pays n’avaient tardé à faire partie de lui. Il avait baigné dans ces formes de respect depuis la tendre enfance, s’était fait taper les doigts lorsqu’il n’écoutait pas.

Avait fini par vivre de tout cela : s’amusait à offrir un set de baguette en bois aux amis punis, ne les servant pas. Et il y avait dans ces rituels tant de choses qui ne se disaient pas ! Tant de choses desquelles on pouvait rire, desquelles on se sentait uni. Il y avait dans un couple ne se parlant plus depuis des jours une réconciliation tacite lorsqu’enfin la femme lorsqu’elle préparait le petit déjeuner faisait deux oeufs.

Il y avait tant de choses oui.
Tant de choses qui lui manquaient, tant de choses qui auraient pu, brutalement, lui faire monter les larmes aux yeux. Mais fort, souriant, Taejoon tenait bon. « Sinon quoi ? Tu me dessineras des horreurs sur le visage ? » Moqueur, taquin, il était venu cogner son verre tout contre celui de Sungmin : « Bien sûr qu’on trinque ! Sinon comment être sûr que tu n’as pas empoisonné mon verre ? » Il fallait que le soju se mélange, qu’il passe d’un verre à l’autre ! Il fallait oui vivre de ce bruit particulier, boire cul sec en reversant sa tête en arrière et lâcher ce soupir content. Il fallait être un vrai, un dur ! Et jamais il ne se serait endormi avant les autres, avait trop de fierté pour manquer la soirée !

L’avait déjà fait mais n’en parlait pas. Il se souvenait oui de ces journées passées à étudier, de ces saignements de nez qui le soir soudain venaient tacher ses cahiers. Il avait appris les codes par coeur, pouvait réciter les annales et chanter les cas particuliers. Il avait tant travaillé pour enfin toucher du bout des doigts son rêve ! Et c’était bien pendant cette période particulière qu’il s’était affalé après à peine deux verres. Mais ne l’avaient-ils pas tous faits ? A ne plus pouvoir marcher, balbutiant quelques absurdités : de toute façon, ce juge n’était qu’un con. Enfin.

Secouant imperceptiblement la tête, le visage de Taejoon s’était éclairé, jovial. Prenant la cuillère il avait plongé dans sa gamelle, heureux. « Je ne pense pas pouvoir un jour me lasser de ça. » Et comme un gamin il se fichait bien que Sungmin le juge, était trop attaché à ce genre de plats pour ressentir la moindre honte. Prenant ses baguettes il était allé piocher dans le kimchi non loin, savourant le côté croquant. Quelle belle journée, finalement ! N’avait-il pas vécu comme un mort, tout ce temps ? Renouer ainsi avec son pays, avec tout ce qu’il avait toujours connu le rendait fébrile : il avait tant minci depuis son arrivée ici. Il ne pouvait plus voir le moindre burger et avaler la moindre frite, détestait tout ce qui était trop gras et rejetait la moindre sucrerie. Lui ne voulait qu’un bon bol de riz accompagné d’un bon poisson et de dizaine de plats d’accompagnement ! Il voulait oui pouvoir tenir ses baguettes et dire au revoir à ces vulgaires fourchettes : voulait continuer à vivre comme il l’avait toujours fait.  

Savait que c’était impossible, pourtant. « La prochaine fois il faudra qu’on sorte, l’ambiance n’est pas la même lorsqu’assis on fait griller la viande. C’est sympa, aussi ! Mais bon dans ces cas là c’est souvent que soju. » Pourrait-il à nouveau crier ajumma ! avant de demander une nouvelle pièce de boeuf ? Souriant tout seul à l’idée, il n’avait pu lutter contre cette moue espiègle qui peu à peu conquérait son visage. « Tiens, d’ailleurs, regarde. » De bonne humeur il avait empoigné la bière ouverte qu’il n’avait remise au frigo et avait rempli de moitié un verre, venant y déposer de part et d’autre ses baguettes : attrapant son verre à whisky, bien plus petit, il y avait versé du soju. « A toi de voir si tu préfères la tête ou le poing, perso je suis plus pour le poing : définitivement trop sobre pour l’autre option. » Rabattant ce dernier d’un coup sur la table, les baguettes s’étaient écartées, faisant tomber le récipient dans l’autre : n’attendant plus, il l’avait attrapé et bu cul sec. « Je sais pas si ça te fait grand chose mais moi je trouve ça génial. » Et il y en avait tant d’autres ! Ne lui parlant pas de son nom, il espérait que la vision des deux boissons se rencontrant en une explosion de mousse lui avait plu. C’était de loin un de ses soju bomb favoris, tant bien même le domino restait son grand amour.

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 12 Juil 2017 - 16:21
Quelle belle journée, oui. À présent libéré des contraintes qui régulent sa vie, Sungmin se sent bien. Et il n'a pas besoin de grand-chose pour cela ; il le réalise tout juste. Pas besoin de grandes sorties ou de grands éclats pour avoir du plaisir. Partager un repas, chez lui, avec un « ami » (ou du moins quelqu'un qui se comporte comme tel) lui suffit amplement. Étrange. Il a pourtant pris l'habitude de rester loin de son appartement - malgré ses grandeurs et son luxe, ne l'utilise que pour écouter un peu la télévision avant de filer au lit (quand il ne s'endort pas carrément sur le divan, les images lumineuses défilant toujours dans l'écran et il se réveille le matin encore plus fatigué que la veille). Peut-être devrait-il organiser des soirées comme celles-là à partir de maintenant et acheter des verres pour satisfaire ses invités… Ah, mais c'est vrai : il ne boit pas avec des connus. Préfère l'anonymat et le silence - alors si jamais il fait une bourde, les répercussions seront moindre (c'est ce qu'il veut se faire croire).

Qu'en est-il de Tae Joon alors ? Une seconde, son regard s'attarde sur lui - mais il le dévie rapidement en oubliant la question et en préférant se concentrer sur son repas. Il ne veut pas répondre à ça, y pensera lorsqu'il sera redevenu sobre. Tae Joon est une zone grise. Pas un inconnu, pas un ami (malgré tous les « pourquoi pas » sur lesquels il a insisté). Cela pourrait-il changer ? Peut-être, il en doute, l'espère un peu ; et merde. Qu'il se l'avoue ! Il est tombé dans le piège qu'il a lui-même confectionné.

Bah pourquoi pas ?

Son sourire ne se dissipe pas pour une seule seconde - à la longue, il finira sûrement par avoir mal aux joues. Mais ça ne l'arrête pas. Tout porte à rire et à plaisanter.  « Ne me donne pas d'idées… » Ça tombe comme une menace, et malgré sa tête d'ange, ça en est une : il a tout ce qu'il faut pour transformer son visage en portrait de Picasso. Oserait-il ? Ça, c'est une autre histoire. Il garde cependant la proposition en tête (sait-on jamais ?), mais sait très bien qu'il trouvera l'inspiration pour ses mauvais tours sur le coup. Et c'est toujours à la condition qu'il soit le dernier debout ! Il y croit, veut se croire assez fort pour suivre Tae Joon (qui semble être, il le remarque alors, un excellent buveur). Ça ne sera pas facile… mais l'orgueil fait des miracles.

C'est alors qu'il fait une chose à laquelle il ne se serait jamais attendu. Il garde ses baguettes en suspens alors que son ami place tranquillement les siennes au-dessus de son verre de bière. Ne bouge pas, le regarde faire, curieux. Quand il place le petit verre sur le dessus, il ne se gêne pas pour hausser un sourcil et jeter un regard un peu plus lourd sur Tae Joon. Il ne va quand même pas… ? Le poing frappe la table. Le soju tombe dans la bière et forme une mousse. Sungmin reste fixe pendant une seconde. Il l'a fait. Mais c'était quoi ça ? C'était tellement…. tellement…

Et finalement c'est un rire qui perce entre ses lèvres. « Nah, c'est pas sérieux ! Vous faites vraiment tous ça en Corée ?! J'arrive pas à y croire, t'as du inventer ça ! »

Mais son sourire s'efface alors qu'il verse dans son verre la bière. Place à son tour ses baguettes parallèles sur le dessus. Puis le verre de soju. Ses yeux vissés à cette étrangement structure. Un pli entre ses sourcils. Il se concentre, frappe son poing contre la table… Et le verre tombe. À l'extérieur du verre. Il jure et s'écarte rapidement pour ne pas se faire asperger de soju.

« Merde c'est quoi cette sorcellerie… Recommence ! Je veux savoir comment t'as fait ! »

Une question d'orgueil.


 

(Fanart par faheej)
avatar
Membre
let me out
Taejoon n'avait rien demandé et pourtant on lui a tout volé. Tout droit venu de Corée du Sud, juriste fraichement diplômé, il se retrouve perdu dans une ville qui le dépasse. En deuil de tout ce qu'il a perdu, des amis qu'il a laissé derrière lui son visage est distant et ses moues boudeuses. Aussi a-t-il décidé de se concentrer sur le travail, de s'enrichir et de ne plus penser à rien : surtout pas à lui, surtout pas à eux. Surtout pas à tout ce qui existait avant et tout ce qui pourrait exister maintenant.
Avatar : Kwon Eungi — Fools [Yeongha, Park Dam]

Messages : 79
Messages rp : 58
Date d'inscription : 21/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 12 Juil 2017 - 17:11
« Sur le visage de Taejoon c’est un sourire hilare qui se dessine : Sungmin adhère ! Et quelle surprise ! Exécutant son tour, il s’était demandé un instant si son client n’allait pas le juger, sévère. Après tout, que connaissait-il de la Corée ? Que connaissait-il de ces jeux qui les rendant ivres finissaient par inonder la table sur laquelle ils mangeaient ? Et qu’il aurait aimé, tout à coup, l’emmener pour lui montrer : en vrai. Il aurait voulu oui le placer entre ses amis et être au moins six à ainsi rire à table : dix aurait été parfait. Il y aurait eu de la viande à faire cuire, des beignets et toutes sortes de choses pour agrémenter la soirée. On se serait raconté les dernières anecdotes, aurait fait les commères et, surtout, fini par terre.

Et que cela lui manquait !
Il aurait aimé montrer cet aspect de sa vie à ce natif qui lui donnait l’impression de ne jamais avoir vécu. Sous ses grands airs n’était-il pas seul ? N’avait-il pas appris à apprécier que des choses hors de prix ? Peut-être lui fallait-il un homme du peuple, quelqu'un de désintéressé ne se prenant pas au sérieux. Peut-être, oui, pouvaient-ils bien s’entendre : former un duo tout aussi particulier que dynamique. Enfin. « Je te l’ai dit, chez nous boire c’est tout un art ! » Réprimant un rire il s’était passé la main sur le visage, complétant : « Une religion, même ! » Et ses épaules détendues, se marrant toujours un peu il avait regardé Sungmin essayer : s’était retenu de se faire dessus lorsque le verre s’était renversé au lieu de tomber dans l’autre, plus grand. « De la sorcellerie, carrément ! Bientôt tu vas me dire que je viens de Mahoutokoro, c’est ça ? » Et il ne savait pas s’il avait lu Harry Potter mais… Quand même ! C’était le livre que chaque jeune de leur âge connaissait !

Il aurait pu se moquer, lui dire comment tu t’y es pris, mais gentil s’était levé pour se mettre à ses côtés : « Tu veux me mettre au tapis avant même le début de la soirée, hm ? » Son petit air moqueur au visage, il lui avait marmonné ça non loin de l’oreille : « Pas question que j’enchaine deux cul secs en moins d’une minute, surtout que j’en ai encore pas mal à te montrer ! » Et prenant les baguettes de Sungmin, il était venue les poser sur le verre : « Tu vois ? Il faut plus les écarter ! » Tout était une question de dosage ! Qu’il s’agisse de doser la quantité ou de la jonction entre les différents récipients. « Faut que le verre tienne à peine dessus, qu’il menace de base de faire gicler les baguettes et de tomber ! Enfin bref, je te laisse faire : mais si ça marche c’est cul sec, comme un vrai ! » Et lui tapant sur l’épaule il était retourné à sa place, se demandant quel soju bomb il pourrait bien lui montrer par la suite… Il n’aimait pas vraiment celui qui nécessitait une serviette où du moins pas sobre. Car comment ne pas se sentir coupable de dégueulasser les fenêtres de celui chez qui se déroulait la fête ? Restant propre, cela le mettait mal de voir un appartement en vrac qu’il allait, de toute façon, falloir nettoyer.

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 12 Juil 2017 - 20:22
Encore accablé par son échec, Sungmin regarde avec une moue boudeuse le dégât fait sur la table. Plus dérangé par sa maladresse que par la pensée de devoir tout nettoyer. Il fera le ménage plus tard, vraiment plus tard, quand le soleil se sera levé et qu'il sera en mesure d'aligner comme il faut ses deux yeux - car il n'y a rien de plus rabat-joie que de dire ''stop attends deux secondes je vais ramasser ça'' en plein milieu d'un jeu ! La prochaine fois, il prévoira le coup, gardera une serviette à proximité… mais qu'est-ce qu'il dit ? Il n'y a aura pas de prochaine fois, puisqu'il a bien l'intention de les réussir tous les prochains soju bombs que Tae Joon va lui montrer ! (ne réalise pas le potentiel de dégât même pour un truc réussi - ne connait pas encore le truc avec le mouchoir et si on s'attaque à ses fenêtres il le jure plus jamais il ne réinvitera quelqu'un dans son appartement - savez-vous combien de temps cela lui prend à laver ça ? Non ? Et bah exactement ! Et il n'a pas de femme de ménage ou quoi que ce soit - il s'occupe de lui-même comme un grand (n'aime pas qu'on le dérange ou qu'on le réveille le matin en passant l'aspirateur ; et on est jamais mieux servi que par soi-même ! )

Le petit nuage qui s'est formé au-dessus de sa tête fond avec un sourire. Une comparaison  que fait Tae Joon. Boire, une religion ? Voilà un dieu qu'il peut vénérer ! Ce n'était pas les Grecs qui vénéraient Di… dio quoi ? Dionysos, c'est ça ! Il se rappelle d'avoir déjà lu un truc comme ça, à quelque part - se demande bien comment cette culture religieuse a pu passer de la Grèce à la Corée. À moins que ce soit à côté ? Il a un doute… Dans sa tête, on ne dirait pas des pays voisins, mais il n'a jamais vu une carte de la Terre, connait simplement quelques noms, par-ci par-là et mélange les époques et les légendes. Alors il a la présence d'esprit de ne rien dire là-dessus (il aurait très certainement l'air idiot, il en a conscience), de même pour la question de la sorcellerie. Cependant, la tête qu'il tire à la mention de Mahoutokoro indique clairement le fond de sa pensée. Il y a vraiment des gens qui pratiquent la sorcellerie sur Terre et ils vivent tous dans le même pays ?

(Non, il n'a pas lu Harry Potter)

Enfin, ça n'a plus d'importance et il oublie tout ça très vite lorsque Tae Joon se rapproche pour lui montrer comment réussir son tour. L'avoir si près de lui l'a surpris - ne s'attendait pas à l'entendre parler directement dans son oreille. Mais il ne bronche pas, sourit, plutôt et relance : « Tu es de mauvaise foi. Penses-tu vraiment que je t'aurais laissé prendre de l'avance comme ça ? Je n'aime pas quand on est plus saoul que moi - j'me retrouve à jouer la nounou… » (ce qui ne doit pas arriver très souvent, vu la quantité d'alcool qu'il boit (trop) régulièrement, mais laissons Sungmin dans ses illusions ; ça lui fait plaisir de croire qu'il se sacrifie pour les autres) Il roule les yeux avant de regarder attentivement ce que fait Tae Joon, prend en note, essaie de se remémorer l'emplacement exact des baguettes pour réussir les prochaines fois - ça ne devrait pas être très difficile, comme il possède une excellent mémoire des visuelles.

Et le voilà maintenant à nouveau seul face à son verre. Un nouveau duel. Il ne se laissera pas vaincre comme la dernière fois. Il va cogner son poing sur la table et après… et après il doit boire, vrai, mais un doute le prend : est-ce vraiment bon, ce mélange de bière et de soju ? Bah, son ami n'a pas eu l'air de broncher en buvant. Ça ne peut pas être si mal… et il dit que c'est super populaire, chez lui…

Eh, depuis quand il se pose autant de question devant un verre d'alcool ? Il va le boire, un point c'est tout (et cul sec, comme ça, si c'est mauvais, ben ça ne durera pas trop longtemps). Alors il abat son poing contre la table. Le verre tombe. Dans l'autre verre. C'est une victoire ! Et Sungmin regarde, fasciné, les bulles remonter à la surface - se retient bien de ne pas se montrer trop joyeux (ça lui donnerait un air désespéré), mais son sourire ne ment pas. Sans hésiter, il prend le verre et boit, tout. Le repose bruyamment.

« Ah c'est bon ! Pourquoi j'ai jamais pensé à faire ça moi-même ?! »

Il prend une ou deux bouchées de bibimbap. Ne cache plus son contentement. Il est diablement heureux.

« T'en as encore beaucoup des tours comme ça ? Wah, vous devez vous faire détester en allant dans les bars… »


 

(Fanart par faheej)
avatar
Membre
let me out
Taejoon n'avait rien demandé et pourtant on lui a tout volé. Tout droit venu de Corée du Sud, juriste fraichement diplômé, il se retrouve perdu dans une ville qui le dépasse. En deuil de tout ce qu'il a perdu, des amis qu'il a laissé derrière lui son visage est distant et ses moues boudeuses. Aussi a-t-il décidé de se concentrer sur le travail, de s'enrichir et de ne plus penser à rien : surtout pas à lui, surtout pas à eux. Surtout pas à tout ce qui existait avant et tout ce qui pourrait exister maintenant.
Avatar : Kwon Eungi — Fools [Yeongha, Park Dam]

Messages : 79
Messages rp : 58
Date d'inscription : 21/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 12 Juil 2017 - 23:14
« Tu sais Sungmin, je ne sais pas comment tu fais : si j’étais né à Pallatine je serais devenu fou. Comment peut-on, après tout, se contenter de cette ville État ? Comment peut-on oui vivre en se disant qu’il n’existe que ça ? Je te regarde et ne sais pas si j’ai envie de te réconforter ou de te prendre en pitié. N’es-tu pas captif, n’es-tu pas tel un oiseau en cage ? Tu ne connais que cette île perdue au beau milieu de l’océan : tu ne connais que cette réalité et ce qu’on veut bien te raconter. Tu vis les yeux bandés et tu me rappelles certaines personnes ayant grandi loin de tout, de nous, surtout.

Nous ne sommes pas pareils.
Le serons-nous un jour ? Je ne pense pas. Et peut-être ai-je tout faux ! Peut-être est-ce mieux que de naitre ici que d’y être emmené de force. Peut-être oui est-ce mieux de vivre en ignorant plutôt que de gouter à tout avant d’atterrir ici. Je n’ai pas vécu la guerre et ne peux donc pas voir cet endroit comme un refuge : pour moi, il est trop étroit. As-tu déjà vu des photos de l’Himalaya ? As-tu déjà survolé les Alpes ? As-tu oui déjà entendu parler du désert du Sahara ? Il y a tant de choses à faire, là-bas ! Tant de choses qu’une vie entière ne suffirait pas.

Je me passe une main sur le visage et te souris : « Bien sûr. » Ma voix est calme et je ne sais pas s'il s'agit de ma nostalgie soudaine ou de l’alcool qui me monte peu à peu à la tête. Me ressaisissant je me secoue, m’ébroue : me lève et m’en vais chercher ces foutues bières ! « Tu as raison, je pense que tous les restaurants nous détestent ! Mais nous sommes de bons clients donc… Je ne sais pas ? Disons plutôt que ce sont les serveurs qui regrettent. » Je ris et reviens avec quelques bouteilles : « Je vais te montrer comment on ouvre une bière, de par chez nous : il existe plusieurs façons mais je n’en utilise que deux ou trois. » Attrapant une cuillère je la place sous la capsule et viens pousser le manche du couvert avec une autre bouteille : bam, c’est ouvert ! Ne sachant trop où a décampé le bouchon j'hausse les épaules, souriant : « Pas mal, hein ? » M’asseyant je reprends mes verres, versant dans le plus grand la bière : « Quasi tous les soju bomb sont constitués d’un grand verre de bière et d’un shot de soju. » Je ne sais pas s’il veut entendre mes explications, mais tant pis, les voici. Concentré, je remplis le plus petit récipient de soju : ne dois pas me foirer. Eh oui ! Sinon comment lui montrer le fameux tsunami ? On dirait que c’est le plus simple, qu’il s’agit d’un jeu d’enfant et pourtant ! Allez poser le shooter sans qu’il ne coule directement au fond ! Le plaçant délicatement je manque de jurer de satisfaction lorsque je vois que mon coup est réussi : il n’est pas immergé, flotte sans se douter une seule seconde de ce qui l’attend. « En vrai maintenant que je suis en train de te le faire on pourrait l’appeler l’iceberg vu comment il flotte sans totalement couler mais… Chez nous c’est le tsunami ! » Et empoignant mes baguettes je tapote les côtés du verre d'abord doucement puis plus violemment, n’ayant pas la patience de certains. Le shooter oscille puis c’est le drame : les bulles se démultiplient et d’un coup il sombre, se mélange ! J’aime la réaction qu’a le soju lorsqu’il rencontre la bière, cette mousse qui se créé. Enfin Sans plus réfléchir je prends le verre et bois une fois de plus cul sec, me disant qu’à ce rythme je vais finir au tapis bien plus vite que je me le suis promis. « Ce coup est plus sobre mais moins salissant, moins risqué ! Enfin ça me fait toujours marrer, tu trouves pas ? » Me passant une main dans les cheveux je l’observe, me disant qu’au final il n’est peut-être pas un si mauvais type que ça.

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 18 Juil 2017 - 5:38
Sungmin ne connait peut-être pas grand-chose du monde terrien, c'est vrai, mais il reconnait chez Tae Joon, cet étranger, des habitudes toutes familières. La manière dont il passe sa main sur son visage par exemple. Y'a plein de types à Pallatine qui ont ce tic. Chaque individu le personnalise, mais le geste demeure universel. Il traduit souvent une fatigue, parfois la détente. C'est un geste intime, qu'on ne fait pas devant tout le monde - à moins bien sûr de vouloir transmettre son mécontentement ou quand on se contre-fout de son entourage. Sinon, il l'interprète come une preuve de confort. Que ce soit la situation, la nourriture, l'alcool ou l'agréable compagnie que Sungmin croit être, ça n'a pas d'importance. Tandis qu'il détaille ses petites manières en avalant son riz, il se dit qu'il gagne peut-être bien son pari malgré lui. Ils ne sont pas si différents, parviennent vraisemblablement même à partager un intérêt commun. Alors non, Sungmin ne sait rien de la Terre, mais il sait que ses hommes ne sont pas si différents de ceux de Pallatine - ne sont-ce pas eux qui sont à la base de cette ville ? Et peut-être bien que ce qui semblait impossible se révèle maintenant envisageable.

Le bouchon saute - il l'entend s'échouer quelque part en direction du salon. Mais sitôt hors de sa vue, sitôt oublié. Il regrettera sûrement ce manque d'attention plus tard, lorsqu'il marchera dessus par mégarde. Pour l'instant, ce qui l'intéresse, c'est comment Tae Joon verse la boisson dans les verres. Ses yeux noirs fixent le liquide ambré d'une manière presque obsessive. Mais il ne faut pas se tromper : il n'est pas particulièrement concentré ou captivé par cette action ; il est juste saoul. L'alcool commence à lui monter à la tête et il n'y a alors rien d'étonnant à ce que son regard se perde momentanément dans le vide - quoi que ce ça fait déjà quelques secondes qu'il n'a pas cligné des yeux, c'est un peu inquiétant… Oh ! Il sourit maintenant - c'est un rictus sorti de nulle part, ou peut-être est-il apparu à retardement, allez savoir. Il sourit et il rit. Si ses sens commencent à s'engourdirent, il n'a quand pas encore perdu celui de la déduction et de l'humour :

« Laisse moi deviner : plus que la boisson, le réel intérêt, c'est ce qu'on peut faire avec les verres… » C'est vrai quoi. Soju et bière. Bam. C'est simple, facile, bon, pas cher. À bien y penser, il n'y a rien de très excitant en comparaison aux autres boissons qu'on retrouve dans à peu près n'importe quel bar digne de ce nom. Mais la présentation ! Vraiment, en décidant de boire ce soir, jamais il ne s'est attendu à un tel spectacle. Il ne se plaint pas - au contre, il profite de chacune de ses secondes.

Il bouge un peu, cherchant une position plus confortable pour observer Tae Joon et son nouveau jeu. Croise les jambes sous lui, assis en indien sur sa chaise, met ses coudes sur la table, se créant un appui juste au-dessus de son assiette avec ses mains pour sa tête. Se concentre (essaie) sur le verre flottant dans l'alcool. Jusqu'à ce qu'il soit coulé simplement par les coups de baguettes successifs. Sungmin éclate de rire. Ce que lui montre son nouvel ami jusqu'à présent est génial. Si la Corée possède autant de jeux d'alcool qu'il l'entend, il faudrait absolument qu'il s'y rende un de ces jours ( ne songe pas à l'impossibilité de sortir de Pallatine ; n'y a jamais pensé, en tant que natif n'ayant rien perdu ou rien à gagner dans ce monde inconnu) ! « T'as raison ! C'est vraiment marrant ! J'aurais pas cru… » En revenant à lui, il reprend une position un peu plus normale sur sa chaise (une de ses jambes est encore pliée sous lui, l'autre est au sol - comment fait-il ?) et entreprend de remplir son verre à son tour. Prends tout son temps (volontairement) (il n'est pas fou ; il sait que plus de temps il prendra à boire son shot, mieux il l'assimilera et plus de chances il aura de rester debout en dernier).

« Vous devez tellement vous amusez avec ces trucs-là, chez vous… » Il laisse sa phrase en suspens, prenant la peine de se concentrer pour bien relever la bouteille sans qu'une seule goutte de trop ne tombe à côté. Mord ses lèvres. Fait tourner un peu le récipient sur lui-même… Et gagné ! Il se félicite de cette minuscule victoire en souriant. Au tour du verre de soju maintenant. Mais le coin de ses lèvres ne redescend pas. Non, à vrai dire, il y a quelque chose d'autre qui le fait rire, une idée qui lui passe par la tête sûrement. Et il ne tient plus. Il repose le soju pour lever la tête en direction de son ami. « Dis. T'as du charmer plein de filles avec tes trucs comme ça… Essaie pas de me contredire, je suis sûr que tu es un tombeur. » Satisfait de sa remarque, il rit brièvement puis il se remet au travail. Ne pas faire couler immédiatement le verre de soju, aller, il peut le faire (prend, encore une fois, tout son temps pour l'installer, s'assurer qu'il flotte bien). Et... il coule à pic. Déception instantanée. « Je t'interdis de rire… » Une moue fâcheuse traverse son visage, mais elle s'envole bien assez vite. La prochaine fois, oui, la prochaine fois, il pourra le faire à la perfection ! Et comme pour effacer cet autre malheureux échec, il prend son verre et se dépêche de boire (il était temps !)


 

(Fanart par faheej)
avatar
Membre
let me out
Taejoon n'avait rien demandé et pourtant on lui a tout volé. Tout droit venu de Corée du Sud, juriste fraichement diplômé, il se retrouve perdu dans une ville qui le dépasse. En deuil de tout ce qu'il a perdu, des amis qu'il a laissé derrière lui son visage est distant et ses moues boudeuses. Aussi a-t-il décidé de se concentrer sur le travail, de s'enrichir et de ne plus penser à rien : surtout pas à lui, surtout pas à eux. Surtout pas à tout ce qui existait avant et tout ce qui pourrait exister maintenant.
Avatar : Kwon Eungi — Fools [Yeongha, Park Dam]

Messages : 79
Messages rp : 58
Date d'inscription : 21/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 8 Aoû 2017 - 23:34
« Comment veux-tu que je charme quiconque avec mes tours, alors qu’en Corée, nous savons tous le faire. » sourit Taejoon, désabusé. Ceux retenant l’attention étaient plutôt les bons buveurs ou pire, ceux qui ne buvaient pas ou peu ! Et quel drame de ne pas tenir l’alcool ou de ne pas aimer ce dernier, quand on était né dans ce pays. Tous les repas d’entreprise s’articulaient autour d’une bouteille de soju ou deux, de quelques pintes et autres boissons fortes. Ce sans parler des innombrables soirées étudiantes passées autour d’une table à trinquer ! Alors, non, il n’avait jamais mis personne dans son lit avec ses talents. Aurait-il voyagé hors de l’Asie qu’il en aurait impressionné plus d’un, mais hormis pouvoir, à la limite, tenir un bar s’il ratait son concours et ne s’enrôlait pas dans l’armée… L’idée lui semblait incongrue. « C’est normal de ne pas y arriver du premier coup, nombreux sont ceux qui y arrivent mais en foutent partout, nombreux sont ceux qui, également, donnent un grand coup de tête sur la table pour au final découvrir que leur shot n’a pas bougé... donc bon. » Se penchant, il était venu poser son coude sur la table, sa joue reposant au creux de sa main. Il se sentait calme tant bien même s’était-il excité quelques minutes auparavant lors de ses démonstrations : aurait néanmoins pu recommencer à tout moment. C’était étrange mais… Il se sentait hyeong. Et que cela faisait longtemps ! Il se revoyait avec ses hoobaes, se revoyait lui et ses amis et revivait sans peine tous ces moments passés ensemble, à rire. Il n’avait pas de mal à se remémorer certaines soirées où défoncé il avait perdu un bon bout de sa fierté. Les coréens étaient des fêtards, lui le premier, mais assumer les lendemains n’était pas toujours la chose la plus aisée. Il n’avait cependant jamais été pris en photo la cravate autour du front et ne s’était jamais mis à hurler comme d’autres, était toujours resté sobre dans son ivresse : à rire et à sourire, dissipé. « Tu as toute la soirée pour t’entrainer et plus encore ! Même si, attention, boire seul est un crime. D’ici trente minutes et au pire une heure tu seras devenu le roi des soju bomb, crois-moi ! » Le soutenant comme tout mentor l’aurait fait, il s’était servi un shot de soju, le buvant sans attendre, cul sec, tête en arrière. « C’est toi qui va tous les faire tomber, maintenant que tu sais faire. Chez moi ça n’a rien d’extraordinaire mais ici tu me donnes l’impression que ça l’est, donc bon. » Son esquisse ayant un air de grimace, l’air gentil, il était resté un moment sans rien dire.

Qui avait-il à séduire à Pallatine, après tout ?
Alors que répondant à chaud à la question de son client il n’y avait pas pensé, à présent muré dans le silence Taejoon était peu à peu happé par des souvenirs qu’il n’était pas prêt à faire face. Il avait laissé tant de choses derrière lui et sa vie amoureuse, en quelque sorte, aussi. Cela avait un goût d’inachevé et devoir se remémorer le fait de force lui laissait un gout tout aussi amer qu’acide en bouche. Il était coupable mais triste aussi, tout aussi énervé que blessé. Il avait perdu ses amis son avenir mais plus encore, une relation encore florissante qui avait réussi avant qu’il ne se fasse kidnapper, à faire resurgir en lui des émotions qu’il pensait depuis longtemps oubliées. Noona ne les avaient-elles pas saccagées, après tout ? Elle et son sourire un peu absent, elle et sa douce maturité et sa minceur qui pourtant laissait transparaitre des formes toutes aussi rondes qu'attirantes. Qu’il l’avait aimé ! Il reconnaissait sans peine qu’elle avait été et resterait à jamais son premier amour, tant bien même avait-il déjà connu d’autres avant elle.

Pourquoi tout avait fini ainsi ? Qu’avait-il fait pour mériter d’être trompé ? Avait-il été ennuyant, trop jeune, inexpérimenté ? Il se savait depuis devenu plus dur, plus dominateur, aussi, plus ce qui avait tendance à submerger ceux l’entourant. Mais n’avait-il pas été bon, bien, gentil ? Il se souvenait encore, parfois, de l’innocence qui l’avait animé, lorsque content il se dirigeait lui acheter un café avant leur date.

Il ne savait pas s’il pourrait lui pardonner, même après toutes ces années. Elle avait brisé en lui quelque chose de sensible, avait malmené sa confiance et avait pendant de longs mois rendu ses relations chaotiques. Lui d’ordinaire fidèle et sérieux avait enchainé les histoires sans lendemain, les nuits uniques et les soirées en boite : avant de trouver après un laps de temps plus que conséquent celle qu’il avait été forcé de quitter. Et l’avait-il seulement fait ? On l’avait arraché à elle, et elle était restée seule, sans explication, sans lui. Il aurait aimé se dire qu’elle ne l’aimait pas assez pour le retenir, mais coupable pour l’avoir tourmentée savait qu’elle s’inquiéterait. Il ne voulait pas non ne voulait pour rien au monde qu’une de ses relations pense qu’il l’ait abandonnée, ou pire, trompée.

Il connaissait le sentiment.
Et c’était car il le connaissait qu’il ne voulait ni le recroiser ni l’infliger. Ce jour là était passé, il s’était reconstruit et pourtant il ne pourrait sans doute jamais l’oublier. Il se souvenait d'être rentré chez lui et d’avoir foutu toutes les affaires de sa table à terre, se souvenait encore du bruit de ses cris qui presque déments avait résonné dans l’appartement. Il s’était senti si mal et si en colère, s’était senti si peu aimé et si peu tout ce qu’il avait toujours mérité : avait fini par s’asseoir, les genoux sur les cuisses et la tête entre ses mains. Était resté là des minutes puis des heures, crispé. Qu’il avait été dur par la suite de la recroiser, de s’asseoir en face d’elle pour « discuter ». Il se souvenait encore de son sweat dans lequel il s’était enfoncé, de cette chaise qui avait manqué de l’engloutir et de ses jambes trop grandes sous la table qui avaient néanmoins fait attention à ne pas la toucher. Ils avaient cassé, évidemment, et il ne l’avait pas recroisée. Soit.

Peut-être était-il déjà un peu bourré, mais marmonnant il avait finalement confié, l’air indifférent : « Je me suis déjà fait tromper, tu sais. » Et se passant une main dans les cheveux, il avait soupiré avant d’esquisser un sourire mi-mesquin mi-taquin : « J’ai survécu, comme tu peux le voir. Comme quoi savoir servir de l’alcool ne permet pas tout ! » Et il s’était tu, pour la deuxième fois, fixant son verre qu’il n’allait pas tarder à remplir si Sungmin prenait ça comme un début de conversation intime ou dépressive ce qu’il ne voulait absolument pas.

Lui-même n’en était pas triste, ou du moins, plus vraiment.
Il s’était reconstruit, depuis, bien heureusement.

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 14 Aoû 2017 - 23:32
Aaaah que c'est frustrant de se retrouver dans la peau de l'apprenti ! Surtout dans un domaine où il est (se croyait, plutôt) maître : l'alcool. Certes, apprendre est un plaisir et il est honnêtement intéressé par tout ce que Tae Joon a à lui montrer - mais ça le fatigue, à la longue, de ne pas réussir du premier coup, d'avoir à mettre tous les efforts du monde dans un seul verre alors que pour son compagnon de boisson, bah, c'est simple comme bonjour ! Et peut-être que c'est l'alcool qui parle en ce moment, mais il le jalouse un peu d'avoir vécu dans ce monde où chaque verre est un jeu. Et peut-être que comme tout le monde connait ces tours il est impossible d'impressionner la galerie et de bâtir ses conquêtes là-dessus (ce qui, après réflexion, serait plutôt ennuyant), mais tout le rire que ça peut provoquer, toutes les situations possibles, ces prétextes pour ce rapprocher des gens et passer un bon moment… Ça, ça lui manque. Pas qu'il se sent particulièrement seul ou qu'il est incapable de s'amuser, non, ce n'est pas ça du tout ! Mais il se sent un peu seul, parfois, et regrette la moue boudeuse qu'il aborde quand il va dans des bars en solitaire, la nuit, à l'heure où les gens rentrent chez eux. Où pourrait-il trouver d'autres joyeux lurons avec qui partager son ivresse ? Pas ici, certainement ; pas de cette manière en tout cas.

Il refuse de se dire qu'il a trouvé un ami en Tae Joon ; il est pas encore assez saoul pour ça et pardieu ça ne fait que quelques heures qu'ils se connaissent officiellement. Oui, bon, il faut dire que leur rencontre n'a rien de conventionnel, mais il y a des choses qui se respectent dans les relations humaines, des étapes qu'il ne faut pas brûler… Mais expliquez donc pourquoi il se sent si bien en ce moment ? Pourquoi il aurait envie que cette soirée ne prenne jamais fin ? Pourquoi il aurait envie de le présenter à d'autres de ses proches (à Anja, tiens ! ) pour mieux profiter de leur présence, pour se sentir entouré et aimé ? C'est rare, des « proches », ces gens sur qui on sent qu'on peut compter. Pourquoi alors a-t-il l'intuition que c'est un pari qui en vaut la peine avec lui ?

C'est l'alcool qui parle sûrement et un surplus de sentiments qui en est engendré. D'ailleurs, il ne se gêne pas deux secondes pour reprendre la parole en riant fortement et en se versant un deuxième verre de soju et de bière (cette fois, il laisse tomber le shot de directement dans le plus grand verre, n'ayant pas la patience de refaire une installation digne d'un architecte). Il ne réalise même pas que son partenaire est ailleurs, loin dans ses pensées et dans son passé, alors qu'il blague au sujet de toutes les personnes qu'il pourrait séduire (ou pas) grâce à ses nouveaux trucs, comment il pourrait les améliorer, les soirées qu'il devrait faire chez lui plus souvent, « … ce serait sympa, tu pourrais venir aussi et tu impressionneras tout le monde toi aussi ! »

Et c'est après qu'il ait ingurgité son énième verre que sort la déclaration choc.

Tae Joon s'est déjà fait tromper.

« Quoi ?! »

Heureusement qu'il a eu le temps de boire l'entièrement de son verre avant que Tae Joon ouvre la bouche, parce que sinon, il aurait sans doute tout recracher sur la table, ou même à son visage (et si Sungmin manque clairement de répartie, il conserve quand même une certaine fierté à ne pas couvrir ses invités de honte ou de salive lorsqu'ils lui rendent visite). Mais il sent comme une boule dans sa gorge. Ce n'est pas la boisson, non, certainement pas. Est-ce alors de l'empathie ? Est-ce qu'il est… vraiment triste pour lui ?

« J'arrive pas à y croire… Comment on a pu te faire ça ?! Non mais c'est atroce ça ! J'veux dire, même moi j'oserais jamais faire un truc pareil ! » (c'est qu'il y a une raison pour laquelle il ne s'engage presque jamais sérieusement dans une relation, mais passons) « Mon vieux, j'espère bien que t'as survécu ! Cette fille (c'est bien une fille, hein ?) te méritait pas, c'est certain ! Ah… J'arrive pas à croire qu'il y a des gens qui osent faire ça à d'autres gens. C'est horrible, de briser la confiance de quelqu'un comme ça ! Merde. Quand on aime, on aime. Quand on aime pas, on baise… Enfin, c'est pas exactement ce que je veux dire, mais tu comprends, hein ? »

(On va revoir pour les paroles d'encouragement)

Alors Sungmin, avec toute la grâce d'un homme qui a trop bu, verse un autre verre à Tae Joon et pour lui aussi. Le prend, et l'invite à trinquer.

« Qu'il n'y ait personne d'autre qui brise ton cœur ! »


Spoiler:
Oups There goes the drama queen
Il a peut-être ou peut-être pas la larme à l'oeil aussi /OUT


 

(Fanart par faheej)
avatar
Membre
let me out
Taejoon n'avait rien demandé et pourtant on lui a tout volé. Tout droit venu de Corée du Sud, juriste fraichement diplômé, il se retrouve perdu dans une ville qui le dépasse. En deuil de tout ce qu'il a perdu, des amis qu'il a laissé derrière lui son visage est distant et ses moues boudeuses. Aussi a-t-il décidé de se concentrer sur le travail, de s'enrichir et de ne plus penser à rien : surtout pas à lui, surtout pas à eux. Surtout pas à tout ce qui existait avant et tout ce qui pourrait exister maintenant.
Avatar : Kwon Eungi — Fools [Yeongha, Park Dam]

Messages : 79
Messages rp : 58
Date d'inscription : 21/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Dim 20 Aoû 2017 - 21:15
« C’était définitif : Sungmin était bourré. Réprimant un sourire Taejoon s’était passé la main derrière la tête, ses doigts jouant avec ses cheveux : « Ce sont des choses qui arrivent, tu sais. » Il avait souffert, avait crié, lui en avait voulu et lui en voulait sans doute encore mais… Souffrait-il ? Combien d’années depuis cet incident, combien d’années depuis qu’ils s’étaient séparés ? Beaucoup trop. Son visage lui apparaissait à présent flou et ses traits étaient sans doute plus généreux qu’ils ne l’avaient jamais étés. Le temps était passé et depuis tout allait mieux, ses plaies alors béantes avaient cicatrisées et tant bien même restait-il une marque indélébile, il avait appris à se reconstruire. « On vit tous ce genre de choses une fois dans sa vie. » Et il aurait été trop dommage de tout arrêter après un tel incident. Bien sûr il était difficile de réapprendre à faire confiance, de réapprendre à aimer : mais lui avait réussi, alors pourquoi pas les autres ? Les débuts avaient été tumultueux, il s’était rembruni et avait parfois eu des relents tout sauf attentionnés mais… Cela s’était bien fini, n’est-ce pas ?

Au fond, il aurait pu l’épouser, s’il n’était pas parti, s’il n’avait pas disparu.
Il aurait pu, oui, finir sa vie avec. Il ne la connaissait pas depuis très longtemps, mais ce qu’ils avaient traversé les avaient rendus plus fort et il réalisait à quel point à présent elle lui manquait. Il se sentait coupable, se sentait minable, et l’alcool sans doute jouait, faisant ressortir en lui des émotions que trop enfouies. Il repensait à son meilleur ami, repensait à sa bande, repensait à tous ces moments partagés, à toutes ces choses promises. Ils lui manquaient et ce si terriblement qu’il n’avait parfois plus envie de rien, plus envie de vivre.

Il se sentait si creux se sentait si mal qu’il ne tenait plus : c’était trop douloureux. Et qu’il était difficile d’être heureux puis plus du tout, d’être épanoui puis une seconde plus tard à terre, anéanti. Qu’il était difficile d’être lui ! Et Taejoon se serait voulu mort, et Taejoon aurait voulu que tout s’arrête, oui : il ne se sentait plus chez lui, ne se sentait plus lui. Il se sentait seul et se sentait abandonné et trahi. Il se sentait en marge et savait qu’ici rien ne serait plus jamais pareil. Il ne s’agissait plus de la même ville plus des mêmes coutumes il était un émigré mais n’avait pas choisi de l’être : c’était fini. Il n’aurait plus jamais les mêmes amis, resterait sans doute toujours un peu en marge, un peu trop lui. Que faire face aux natifs ? Que faire face à cette ambiance étrange ? Était-ce à la mode, d’être rabougri, ici ? Était-ce à la mode oui d’être si renfermé, si pessimiste, si centré sur soi ? Où étaient ceux qui ne se prenaient pas au sérieux, contents, ravis ? Où étaient les bons vivants, les sportifs, où étaient ceux un peu comme lui, oui ? A croire que tous avaient fui la terre, à croire que tous étaient des réfugiés, des sauvés, à croire oui que tous étaient voués à ne pas s’accrocher à lui, ce qu’il était. Que dire des natifs ? Que dire de cet homme lui faisant face ?

Ils ne savaient rien, piégés dans leur prison. Ils vivaient dans une ville-monde et ne connaissaient rien d'autre : vivaient la terre comme on vit une fiction.

C’était si triste, presque révoltant. Enfin.

Buvant cul sec le verre offert par Sungmin, Taejoon avait senti sa tête lui tourner un instant. C’était fort, putain. Il n’était pas là pour déprimer, pas là pour descendre plus bas qu’il ne l’était déjà : il n’était pas comme ça. « Tu es heureux, ici ? » C’était sorti tout seul, peut-être car il lui semblait si seul, si gamin, si petit. Peut-être car il lui semblait si isolé, car au fond l’argent n’apportait pas tout, les amis, surtout. « Tu sais j’ai envie de te dire, fuck le travail, fuck ce pour quoi j’ai été engagé : nous devrions faire plus de choses ensemble. » Souriant, il avait poursuivi, plus très sobre : « Tu fais du sport ? J’adore ça, personnellement. Donc si tu veux venir courir un jour ou deux, si tu veux faire du MMA ou n’importe quel sport de combat ou de la natation je suis là. » Se grattant le menton, l’air distrait, il avait réfléchi, tout haut : « J’aime bien le cinéma, aussi ? Les policiers, les films d’action, les comédies : l’action mêlée de comédie, surtout, enfin j’aime un peu tout. » Avait-il vu train to Busan ? Ce film était une tuerie, même si la fin avait réussi à lui faire serrer les dents.  Quelle joie cela avait été de le voir arriver à Pallatine ! Qui l’aurait cru ? Lui qui avait attendu sa sortie comme un fou et qui s’était fait balancer ici avant même qu’il ne sorte. « J’aime bien aussi aller me faire griller une viande le soir avec quelques bouteilles de soju… Au final j’aime pas mal de choses, non ? C’est pas si difficile de hang out avec moi. » Il se parlait plus à lui-même qu’à Sungmin mais… tant pis. Et il n’était pas si simple de l’approcher, lui et ses épaules droites, son air désabusé, lui qui ne vous regardait souvent pas, faisant sa vie, traçant sa route.

Pour une fois, il tendait la main, sa main.
Maintenant ou jamais.

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Mer 23 Aoû 2017 - 21:31
Encore tout fier de son speech improvisé, Sungmin ne perçoit pas (une fois de plus) la bulle grise dans laquelle son ami s'est plongé. Que peut-il savoir, après tout, des douleurs d'une séparation involontaire ? Que connait-il de ces sentiments tellement forts qui vous font croire aux « à la vie, à la mort, ensemble pour toujours »? Il les évite, le bougre. La bonne personne n'a pas encore croisé son chemin, qu'il dit. Il a foutument peur, elle est là, la vérité. Peur de tomber plus bas que bas, peur de faire confiance, peur de perdre, d'être abandonné - il est déjà une plaie avec ses amis, à quoi il ressemblerait, en amour ? Lui-même ne tient pas à le savoir. C'est qu'il n'est pas naïf non plus ; avouer sa tendresse, c'est mettre un pied dans sa tombe, donner un pouvoir à l'autre - et qu'on dise ce lui qu'il est fin philosophe ou complètement immature, ça ne change rien : il ne se laissera pas avoir si facilement, en tout cas, pas tant qu'il n'aura pas un bon sentiment vis-à-vis une personne. Et puis, il n'a pas l'impression de se priver de quoi que ce soit : il ouvre ses draps à sa guise sans se casser la tête, sans avoir à se mettre à nu véritablement.

(Mais à quand viendra son tour ?
C'est comme la mort, ça vous attend au carrefour
Et y'a rien à faire ; c'est un poison sans remède et ça vous ronge le cœur avant de vous laisser tranquille
Immunisé
Et il l'envie presque, Tae Joon, d'être déjà passé par là, d'avoir vécu son baptême de sang
Va
Maintenant tu n'as plus à craindre tes sentiments.
Si tu es debout, c'est que le feu a déjà tout dévoré
Et que tu es prêt à recommencer sur des braises renouvelées)


Toujours un peu plus ivre, toujours un peu plus malhabile, il se verse un énième verre - presqu'une phobie de le voir vide, comme si, en demeurant plein, on lui promet que la soirée n'est pas terminée, qu'il n'a pas à se soucier immédiatement de la réalité qui va le rattraper au levé du soleil. Et ça importe peu, qu'il le boive maintenant ou non - c'est symbolique, vous voyez. Comme l'icône d'une idole, voir son verre plein le rassure. Du même geste, il tend le bras pour remplir le verre de Tae Joon (espère qu'il partage son bonheur illusoire, chaque verre à la fois). Les dernières gouttes de la bouteilles tombent ponctuellement quand son compagnon décoche la fameuse question. Est-il heureux ici ?

Sungmin rit doucement en déposant la bouteille vide à côté de lui. Tae Joon veut vraiment savoir ça ? Et bien, il va lui donner la vérité, toute la vérité - parce qu'il n'est plus en état pour mentir, pas aussi bien qu'à l'habitude. Il reprend un peu son sérieux en appuyant sa tête dans le creux de sa main, mais son sourire ne s'efface pas totalement. Ses yeux ont quelque chose de moqueur lorsqu'il commence :

« La question n'est pas si je suis heureux ici, Tae Joon-ah. C'est plutôt si je suis heureux maintenant. Le bonheur ne dépend pas du lieu, mais du temps. Des fois, je suis heureux, des fois je suis malheureux. Ça n'a rien à voir si je suis dans ma chambre, au bureau ou en boîte. Des fois je danse et je suis triste. Parfois j'ai la tête plongée dans une pile de documents et je me sens bien. C'est une question de circonstances, être heureux ou non. On ne peut pas en parler de façon générale - essaie de synthétiser le bonheur, y parviendrais-tu ? Je crois pas non - avec tout le respect que je te dois. Et très honnêtement, maintenant, là, avec toi, je suis heureux. Ça faisait super longtemps que j'ai pas pu m'amuser comme ça et honnêtement ça m'avait manqué, j'avais pas réalisé à quel point c'est bon, juste, de parler et de rire avec quelqu'un, sans avoir peur de rien ou de marcher sur des œufs. Y'a trois heures, je pensais à comment je pourrais me planquer dans un trou pour avoir la paix, pendant deux minutes seulement, le temps de digérer la journée, me donner le temps de respirer, de plus penser à toute la merde de l'héritage et puis t'es arrivé et j'aurais voulu t'étriper pour tourner le couteau dans la plaie par ta seule présence, la raison de ta présence, mais maintenant, je te suis tellement reconnaissant t'as pas idée parce que tu chasses les… »

Le reste de sa phrase reste bloqué dans sa gorgée. Ça ramène brusquement Sungmin sur terre. À nouveau conscient de lui-même, il réalise que ses yeux sont mouillés. « Putain, j'carrément bourré… » Il les essuie du revers de sa main rapidement, un peu humilié qu'il se soit mis à pleurer. Une ombre passe sur son visage. Il s'est remis à penser à son père, juste là, mais balaie l'image avec autant d'empressement que ses larmes. Ce n'est pas le moment ; il est heureux, maintenant, c'est ce qu'il a dit, et c'est ce qu'il veut maintenir. Il inspire, pose ses mains sur la table et se rapproche un peu de Tae Joon.

« J'espère que tu es sérieux avec ta proposition, parce que je bois peut-être beaucoup, mais je oublie jamais rien le lendemain. De toute façon, ton contrat est temporaire, non ? Y'aura pas de problèmes… Qu'est-ce que je raconte c'est pas comme si on couchait ensemble non plus. Travail ou non, je tiens à ce qu'on se voit, en tant qu'amis. »

Voilà, c'est mieux maintenant ; un sourire orne à nouveau ses lèvres et ses larmes sont complètement ravalées. Oui, il veut être heureux, sans se poser de question, il veut pouvoir rire comme il a ri avec Tae Joon, et il veut, surtout, que cela perdure.

« Attends, il n'y a plus de bouteilles, je reviens. »

Il se lève de sa chaise - il est le premier étonné à voir qu'il tient encore en équilibre sur ses deux jambes. Plutôt confiant de ce premier exploit, il se met à marcher en direction du frigo. Son pied droit se pose alors sur le fameux bouchon de bouteille perdu plus tôt - et c'est tout ce qu'il lui faut pour lâcher un juron et se remettre à pleurer.

Ah. Tout allait si bien, pourtant.


 

(Fanart par faheej)
avatar
Membre
let me out
Taejoon n'avait rien demandé et pourtant on lui a tout volé. Tout droit venu de Corée du Sud, juriste fraichement diplômé, il se retrouve perdu dans une ville qui le dépasse. En deuil de tout ce qu'il a perdu, des amis qu'il a laissé derrière lui son visage est distant et ses moues boudeuses. Aussi a-t-il décidé de se concentrer sur le travail, de s'enrichir et de ne plus penser à rien : surtout pas à lui, surtout pas à eux. Surtout pas à tout ce qui existait avant et tout ce qui pourrait exister maintenant.
Avatar : Kwon Eungi — Fools [Yeongha, Park Dam]

Messages : 79
Messages rp : 58
Date d'inscription : 21/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 25 Aoû 2017 - 0:25
« Qui aurait cru qu’une si simple question poserait tant problème ? Taejoon avait contemplé Sungmin sans rien dire, laissant la tempête croitre puis passer. Il y avait eu dans sa voix quelque chose de remonté, sans doute d’un peu fêlé : et l’alcool n’y était sans doute pour rien. C’était comme si tous ces mots, toutes ces choses dites ne cherchaient qu’à prouver qu’il allait bien. Et à quoi bon se justifier ? Où était le mal, oui, dans le fait de ne pas être heureux ? Taejoon n’aimait pas les mensonges et encore moins les hypocrites, ceux qui tentaient tant bien que mal de se convaincre de choses qui n’étaient pas vraies. Se passant une main sur le visage, il avait soupiré, encaissant les informations qui lui avaient été données. Mec, tu te prends la tête qu’il aurait aimé lui dire; mais déjà son client s’enfuyait dans la cuisiner et finissant par jurer Taejoon avait cru entendre un début de sanglots.

Super.
Il ne lui aurait pas proposé de boire s’il avait su qu’il avait l’alcool triste. Se levant il s’était dirigé vers le natif et lui avait posé la main sur l’épaule, lui disant doucement : « T’es sûr que tu vas réussir à me regarder dans les yeux, demain ? » Sa voix n’était pas forte mais on pouvait sentir sans mal toute la malice qui s’y cachait. « Non car le coup du je suis heureux mais pas trop voire pas du tout mais si… c’était quand même un peu fort. » Riant, il s’était éloigné, s’adossant au comptoir : « Il y a pas de honte à se sentir minable. Je comprends pas tant de justifications : on va ou on va pas. Être heureux c’est plus global, c’est un sentiment qui s’étale sur le temps et qui est lié à l’épanouissement c’est pas facile de l’être. On peut aller très bien mais au final se sentir comme une merde et pas être heureux. Enfin bref. » Il n’avait définitivement pas envie de se lancer dans ce genre de discussions (apparemment très épineuses) ce soir. Une chose était certaine, Sungmin n’était pas quelqu'un de très épanoui et ce n’était pas avec lui qu’il allait pouvoir passer ses soirées à rigoler de tout de rien.

C’était comme s’il n’avait pas vécu, ou peu : était resté toute sa vie enfermé dans une bulle, ne connaissant que ce qu’on lui avait laissé connaitre et ce qu’il s’était permis de faire. Et il se fichait bien de savoir s’il allait se bourrer la gueule le soir seul dans un bar, s’il ramenait il ne savait quelles conquêtes dans son lit : le fait était là, ils avaient le même âge mais il restait un gros merdeux. Un merdeux innocent, inconscient, un merdeux n’ayant jamais mis ses mains dans la merde et n’ayant rien accompli de concret par lui-même. « Je sais ce qu’il te faut, Ming Ming, il te faut une putain de randonnée demain. » Et sortant son téléphone de sa poche, il avait ajouté : « Et de la putain de musique pour se mettre bien. Pour oublier tout ça et te laisser aller. Et même si tu te sentiras comme une grosse merde demain, je m’en fous, on part se faire une marche : y’a rien de mieux pour se sentir bien. » Cherchant dans ses dossiers itunes, il avait finalement trouvé de quoi les mettre de bonne humeur : « Tu connais les gardiens de la galaxie ? Tu devrais écouter la soundtrack de leur deuxième film : c’est une pure tuerie. » Léger, il n’avait rien ajouté, laissant la possibilité à Sungmin de faire comme si de rien, de saisir la perche qu’il lui tendait et de se redresser une bonne fois pour toute.

Ça suffit de chialer, wesh.
Fais pas ta gonzesse.
Un peu plus et il lui aurait rappelé Mingsoo avant de partir à l'armée.

avatar
Membre

Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
Avatar IRL : Lee Taemin too
Avatar : Lee Taemin

Messages : 93
Messages rp : 47
Date d'inscription : 30/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 1 Sep 2017 - 4:16
God. Est-ce que la vie peut le lâcher deux minutes ? Juste deux petites minutes, c'est trop demandé ? Tout ce qu'il veut, Sungmin, c'est passer une soirée tranquille sans prise de tête - mais, oh ! surprise : c'est lui qui casse l'ambiance. Goddamnit Sungmin. Pour la deuxième fois en trop peu de temps, il essuie rageusement ses yeux et enlève ce bouchon de malheur collé dans son pied (putain que ça ait mal - il ne s'est peut-être pas coupé, mais y'a des raisons pour que les larmes aient resurgies de ses yeux… Enfin il lui semble que c'est très légitime). Il essaie de ne pas trop s'en vouloir, s'excuse en se disant qu'il a passé plusieurs grosses journées au travail et qu'il n'a pas eu le temps de se détendre, laisser encore se confier… Non, c'est pas la joie à tous les jours, mais généralement, il tient le coup… Peut-être qu'il a bu beaucoup plus qu'il ne l'a cru. C'est probablement ça - c'est sûrement ça. Mais merde, c'est pas une raison pour craquer et se déverser ! Est-il en si mauvais état que ça ? Est-il si malheureux ? Il ne lui semble pas pourtant… Oui, il se plaint de tout et de rien, de son café déjà froid le matin, mais c'est jamais sérieux. Peut-être qu'il devrait commencer à faire de l'introspection. Il parait que ça aide les gens, parfois (mais non, mais non, il n'a pas besoin d'aide, c'est temporaire, ça va passer tout seul).

Une main contre son épaule. Il sursaute avant de se retourner. Tae Joon. Ah. Il a presque oublié qu'il était là. Tae Joon et son sourire. Tae Joon et son air moqueur. Une part de lui voudrait le lui arracher. L'autre est incapable de reconnaître à quel point il est content que son ami (oui, disons ami) ne prenne pas la situation trop au sérieux. Qu'il soit là. Comme un rayon de lumière dans l'obscurité qui commence à planer dans son appartement. Par ses mots et ses geste, il dédramatise et c'est tellement rassurant. Un ange descendu du ciel. Tellement parfait, tellement maître de lui-même. Il n'aurait pas pu trouver meilleure oreille - pourtant il aurait préféré qu'il n'ait rien entendu. Parce que Tae Joon comprend trop bien. Tae Joon est trop intelligent. Tae Joon voit son jeu et le réduit à un personnage qui s'avance en pointant son masque. Merci. Va chier je t'en prie.

« Qu'est-ce que tu racontes ? » Lève les yeux au ciel, renifle un peu. « C'est déjà passé, tu vois ? Rien de sérieux. Je sais pas. J'ai du m'émouvoir moi-même. No big deal. Je vais bien. »

Les trois derniers mots martelés, trois syllabes bien détachées laissant poindre un résidu de frustration. Mais c'est beau, le mensonge. C'est une face, une comédie absurde qui se joue sur un scène pour un seul spectateur. Aucun bénéfice, rien à gagner, le théâtre va couler, la représentation aurait du être annulée… Pourtant, il sourit, Sungmin, tient son rôle jusqu'à la toute fin, répète ce même numéro devant le miroir, s'en empreigne jusqu'à devenir ce personnage sans desseins. Scène terminée, on passe à la suivante ; changement d'action , changement de ton. Entrée d'un nouveau personnage. Étonnement dans la salle (et face au miroir). Voici Ming Ming.

« Attends. Comment tu viens de m'appeler là ? »

Ming Ming. Ça n'a rien à voir ou presque avec son véritable nom. Un pli entre ses sourcils, il dévisage Tae Joon. Il n'est pas fâché, non, mais il est perplexe. C'est la première fois qu'on la lui sort celle-là. Il pensait qu'il n'y avait que Franny pour oser lui trouver des surnoms aussi… mignons. Venant de la bouche du Coréen, ça ne lui déplait pas trop. Ming Ming entre sur scène et éclipse sa frustration ; il se sent presque tendre.

« C'est original… Mais tu éviteras de m'appeler comme ça en public. Tae Joonie. »

L'esquisse d'un sourire sur ses lèvres. On l'aura presque entendu rire. C'est un nouveau personnage qui glisse sous sa peau. Sungmin demeure, mais Ming Ming amène de la douceur à son amertume. Alors c'est ça, se faire réconforter ? Quand quelqu'un prend la peine de vous changer les idées au lieu de vous écouter vous enfoncer en hochant la tête et cherchant le premier prétexte possible pour s'éloigner de ce pleurnichard au bar ? Puis il y a la musique aussi. Musique, remède de tous les maux. Dommage qu'il ait abandonné les cours de pianos après seulement deux mois d'apprentissage. Il avait sept ans. Il n'était pas assez patient. Il était incapable de tenir en place. Est-ce que cela a changé depuis ? Par beaucoup.

Plus détendu, il se rappelle alors pourquoi il s'est levé (et blessé le pied). Quelques pas et il ouvre la porte du frigidaire. Sort deux bouteilles de bière. En tend une au juriste avant de prendre appuie contre la porte du réfrigérateur, face à lui. Profite. Du moment. De la musique. De la fraîcheur de la boisson entre ses mains. Sa tête est un peu lourde, mais ce n'est pas grave, il n'est pas prêt à s'arrêter, pas tout de suite (ne tirez pas le rideau alors qu'il commence enfin à se sentir mieux).

« Va pour la randonnée… Mais demain ? Tu penses pas te sentir comme une grosse merde aussi demain ? Combien de bouteilles on a… ah j'préfère pas savoir. Mais où tu comptes m'amener au fait ? J'espère que c'est pas un coin glauque ou une tentative de kidnapping… Je sais pas combien ma tête vaut, mais il doit y avoir de l'argent à faire avec… Tu ferais pas ça, hein ? Tae Joon-ah, t'as l'air d'un bon gars, alors je vais te faire confiance. Mais si tu me jettes dans un nid de guêpes je te jure que je t'égorge… Ok t'es peut-être plus costaud que moi, mais j'trouverai bien le moyen. »

Assez parlé, Sungmin. À ce stade-ci, il devrait complètement se la fermer avant qu'il ne « s'émeuve » à nouveau ! Mais c'est plus fort que lui : l'alcool lui délie la langue et vraiment tout ce qui se passe par la tête est transmis à ses lèvres. Mais ça va, pour le moment, il sourit, vraiment - reconnaissant, peut-être, de cette main tendue par Tae Joon. Et puis il y a cette chaleur dans sa poitrine qui lui dit que, en effet, il risque de se souvenir de cette soirée et pas que demain. Il décapsule sa bouteille et prend une gorgée. Savoure, longtemps, avant d'avaler en hochant la tête.

« T'as raison elle est géniale la musique. »

En plein ce qu'il lui fallait.

Ses deux minutes de paix.


 

(Fanart par faheej)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum