top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

la force du destin. (hiraeth)

avatar
/
Personnage : il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
Avatar : iwaizumi hajime
Messages : 313
Messages rp : 9
Date d'inscription : 21/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivées & Éducation
posté le Jeu 8 Juin 2017 - 14:27 (1)
Il s'était représenté le bonheur simple qu'il y aurait à observer le coucher du soleil se refléter dans la mer. Peut-être était-ce parce qu'il lui serait impossible de vivre une telle expérience que Sora avait tenté de la peindre dans son esprit : il avait déjà imaginé les teintes chatoyantes de l'astre faiblissant, répandant ses voiles roses le long de l'horizon, et l'eau coulant en dessous, en guise de miroir. Il avait ensuite tenté d'y ajouter le vent secouant ses cheveux, s'engouffrant dans ses vêtements, alimentant les vagues venant se briser à ses pieds ; l'air frais d'une journée ensoleillée d'hiver devenait clairement froid, et il se surprit à ressentir des frissons qui n'auraient dû être qu'imaginaires. En revanche, le son lui échappait. Il tentait d'appréhender au moins le balancement des vagues, mais de leur onde il ne voyait que le mouvement ; il ne savait pas s'il y aurait ou non des oiseaux, si le vent sifflerait à ses oreilles, ou si le silence lui crèverait les tympans. Il rouvrit les yeux. Il était à dix minutes de marche du rivage ; comme il se trouvait au sommet d'une butte, il pouvait l'apercevoir. Le soleil n'était plus très haut dans le ciel ; c'était l'hiver, aussi la nuit allait-elle tomber rapidement. Sora savait qu'il aurait dû rentrer rapidement. Un « ami » l'hébergeait pour la nuit ; cela le rassurait un peu, car il n'aurait jamais le temps de retourner à Pallatine avant que l'obscurité ne vînt s'emparer de son champ de vision. Le problème était cependant très simple : il n'avait jamais été qu'une seule fois chez lui, de sorte qu'il n'avait aucune idée de l'itinéraire qu'il devait emprunter.

Sora ne paniqua pas. Il n'avait certes pas de réseau ici, ayant vérifié ce détail moins d'une minute avant ; cela lui faisait bizarre, dans la mesure où même dans son ancienne campagne, il n'avait jamais eu ce problème. Il regagna le chemin qu'il avait emprunté : très clairement, il ne s'agissait là que d'un sentier secondaire, sans doute emprunté par les vieux ostréiculteurs qui venaient vendre leur production dans les hameaux voisins. Ces petits îlots d'habitation n'étaient probablement pas ceux qu'il recherchait, et Sora se surprit à se demander pourquoi la maison de campagne de son camarade de classe ne se trouvait pas près du trait de côte, ou au moins à Ocane. Mais peut-être y trouverait-il quelque chose. Il avançait pendant environ cinq minutes, remarquant que le soleil s'approchait dangereusement de l'horizon. Il glissa les mains dans les poches pour les protéger du froid qui régnait tout à coup. Puis il se mit à longer un ensemble de dunes basses, et guetta du regard les herbes qui poussaient sur leur versant, admirant leur ténacité. Quelques lignes de manuel de géographie passèrent devant ses yeux, et il ne prit pas conscience qu'il y avait quelqu'un sur son chemin. Il percuta l'homme qui s'était arrêté pour une raison qui lui était inconnue ; les mots lui échappèrent d'instinct : Oh, pardon. Puis il détailla celui qu'il avait cogné : ces longues mèches d'un incarnat profond, vif, souligné par deux rubis soutenus. Sora sentit son cœur louper un battement quand il se rendit compte que le visage lui était familier. Hé mais, on s'est déjà croisés, dit-il dans un souffle, n'osant croire à sa chance. Il s'était toujours dit qu'un jour, il irait le voir, lui parler. Il ne savait pas trop ce qui le retenait, peut-être était-ce la forme de ses dents qui l'impressionnait, ou bien sa façon de mouvoir, d'observer les autres, comme s'il n'était pas tout à fait humain. Mais la force de la coïncidence l'incitait à prendre les devants. Cette fois, c'était fait ; il comptait bien entamer la conversation.
avatar
Personnage :
hiraeth :: a homesickness
for a place which never even existed
a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses
Nom de code : scylla
Jukebox : atlas hands
Avatar : matsuoka rin + free!
Messages : 244
Messages rp : 46
Date d'inscription : 16/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Ven 9 Juin 2017 - 17:29 (2)
nager
il y a la mer -et dans la mer, il y a la vie.
c'est ce qu'on apprend en premier. la vie est venue de l'eau.
est-ce que ce qui grouille dans l'océan, c'est plus vivant que nous, alors ?
je sais qu'on est comme des gouttes d'eau importées sur terre, qu'on en a dans toutes nos cellules ou presque, qu'elle nous construit ; pourtant, elle a l'air si peu solide, si fuyante, déserteuse. (il n'y a pas d'eau, dans le désert)
on m'a dit que j'avais des dents de requin. de squale. de sélachimorphe. de poisson cartilagineu. une dentition polyphyodonte, rangée sur des tissus fibreux par centaines. j'ai lu des choses -moi, je perds une dent toutes les deux semaines. comme le requin tigre. un superprédateur, on m'a dit.
à vrai dire, je ne sais pas quoi en penser.
parce que la mer, c'est la vie, et que c'est la mort aussi. on pourrait dire la même chose pour nous. je crois qu'on ne peut pas juger.
alors j'observe, parce que c'est ce que tout scientifique fait. elle va et elle vient, elle grignote des centimètres, la mer, pour ne pas s'éloigner de la lune, et puis elle redescend quand sa compagne veut à nouveau d'elle. j'ai les pieds dans le sable, mais pas dans la mer. (la mer, c'est la peur)
il y a des poissons, près du rivage. quand je grimpe sur les rochers, il y a aussi des crabes, quelques crustacés. on s'émerveille souvent de ce qu'on trouve sur terre, mais il y a bien plus à voir dans l'eau. on m'a dit que toutes sortes de poissons apparaissaient ici -je me demande s'il y a des abysses.
je crois que j'aimerai bien les voir.
(si je savais ne pas paniquer)(un requin qui se noie)(la mer c'est la peur)
je sais que je sais nager. je sais que je nage des kilomètres, et que les vagues ne me font rien. je sais que j'ai pris conscience dans l'eau. je sais que je ne voulais pas la quitter. je sais que je veux encore y retourner.
(hiraeth)
et pourtant -la mer, c'est la peur.
alors je regarde. de près, mais tout de même de loin. quand les vagues remontent, je recule. quand elles s'abaissent, je marche dans leurs restes. quand elles les réclament, je bouscule des inconnus.
j'aurais pu regarder son visage en premier, si l'écume ne menaçait pas mes pieds -mais je m'enfuis, je remonte de quelques pas, je ne l'écoute pas.
je crois qu'il s'excuse.
je crois que je devrais m'excuser.
je me contenterai de le (me) pardonner.
et je relève la tête. il a la peau pâle. des yeux en amande, couleur de noix. des cheveux d'hérisson. c'est une description qui respire la nature, l'automne.
nous sommes en hiver -et nous avons les pieds nus, dans le sable d'une plage sans soleil.
quelle idée, vraiment.
bonjour je suis poli bonsoir je m'applique bonjour je bug.
je ne me rappelle pas de lui. je ne me rappelle pas souvent de grand chose, tant que ce n'est pas sous mes yeux -je le sais. maintenant, on s'est rencontrés. et je sourie. j'ai l'émail qui s'entrechoque parfaitement, des petits cailloux blancs en forme de poignards crantés ; j'ai cassé les dents qui ressortaient -celles qui saignent mes joues, celles saignent la peur. ___ (mais la mer n'a jamais peur)
avatar
/
Personnage : il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
Avatar : iwaizumi hajime
Messages : 313
Messages rp : 9
Date d'inscription : 21/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivées & Éducation
posté le Ven 16 Juin 2017 - 23:42 (3)
Cet homme aux cheveux rouges faisait sans doute naître le silence dans le cœur de ceux qui le croisaient pour la première fois, songea Sora, mais il ne parvenait plus à se souvenir de cette première fois les concernant ; il avait malgré tout la langue liée, puisqu'il n'avait jamais réussi à proférer le moindre son en sa présence. Pire encore, il n'avait pas réussi à s'approcher, sans que l'on pût dire qu'il était trop impressionné pour le faire : il ne comprenait pas pourquoi il avait trop tardé, et il aurait éclaté de rire devant tant de bêtise lorsqu'il put enfin plonger son regard dans le lac rubis du jeune homme : c'était là un regard innocent, après tout. Sora regretta d'avoir été si sot : comme tout le monde, il avait cru que la différence faisait peur et qu'il valait mieux s'en tenir éloigné. Il se promit de ne plus jamais penser comme cela, bien qu'il sût que ce n'était qu'une belle intention : pouvait-il tenir ce serment sans faillir ? Il devait encore le prouver. Bonjour, bonsoir, répondit-il au salut de son interlocuteur, choisissant de ne pas le mettre dans l'embarras en choisissant une des deux solutions ; après tout, au vu de l'heure, les deux solutions se valaient. L'air salé était un peu plus sombre que dans l'après-midi, mais le temps changeait vite. Du moins ne pleuvrait-il pas ce soir.

Amusé par le formalisme de l'autre homme, Sora se mit tout de suite à l'apprécier. Il n'y avait pas de raison à cela, juste la certitude que l'homme en face de lui était unique ; et cela le motivait à briser les conventions à son tour. Pour quelqu'un comme le Japonais, c'était en fait plus facile à faire qu'il n'y paraissait : il avait l'habitude de détruire ses propres habitudes. Il avait appris que cela ne faisait pas vraiment mal, pas même un hématome au cœur : il suffisait d'accepter que l'on devait changer. Aussi poursuivit-il : Non, pas encore. Il contredisait cette affirmation avec un brin de malice ; ses yeux brillaient, et ses lèvres étaient largement tirées. Il tendit la main avec douceur, lentement, décomposant son geste non pour éviter de faire peur à l'autre, mais parce qu'il voulait rendre l'instant plus solennel. Je m'appelle Isezaki Sora. Sora est mon prénom. Lycéen. Et toi ? A présent, songea-t-il avec chaleur, on pouvait dire qu'ils se rencontraient vraiment. La beauté de l'instant le submergea ; il sentit une boule se former dans la gorge, ses entrailles se nouer, et il crut qu'il allait pleurer.
avatar
Personnage :
hiraeth :: a homesickness
for a place which never even existed
a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses
Nom de code : scylla
Jukebox : atlas hands
Avatar : matsuoka rin + free!
Messages : 244
Messages rp : 46
Date d'inscription : 16/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Lun 19 Juin 2017 - 19:12 (4)
se noyer
et j'avance quand l'eau tire sa révérence, et je recule quand elle repars à l'attaque -quel étrange ballet que celui-ci, des hommes qui fuient la mer et de la mer qui mange les hommes ; on dit que les kraken sont ceux à craindre et peut-être est-ce vrai : n'y a-t-il plus apeurant que les rêves et les légendes ? que ce dont on ne connaît rien ?
je ne sais pas -je crois que je n'ai pas trop cette peur en moi. je parle sans trop me poser de question, et on me répond souvent pareil ; est-ce qu'on peut dire que les pensées peuvent être simplifiées ?
est-ce qu'on peut dire que les pensées sont compliquées ?
oh, qu'importe -bonjour, bonsoir, c'est du pareil au même, parce que dans un autre espace-temps, il n'y a peut-être même pas d'heure.
et l'autre avait sûrement raison -il n'y avait pas à vraiment réfléchir à ces notions de rencontre ; ce n'est pas maintenant, ce n'est pas juste avant qu'on se connaisse, c'est un flou entre, et quand on s'en rend compte, on peut seulement dire que c'était avant. et qu'avant, ce n'est plus vraiment ce qui importe. enchanté, sora. et vraiment -il y a cette pétillante simplicité qui entoure l'endroit, et je recule face à la mer, et je ré-avance vers lui.
je crois qu'initialement je m'appelle 2.5, mais du coup je m'appelle hiraeth, et les autres font pareil. un jour, je me rappelle que je me suis demandé pourquoi je raconte toujours tout de manière si spontanée, pourquoi je n'avais pas de filtre et c'est à ce moment-là que je me suis souvenu : je n'ai pas de temps non plus. du coup, j'étais une expérience, et maintenant je suis un scientifique ! enfin, je veux dire, c'est une sacrée progression mais ça c'est fait plutôt bien. je le dis comme si ce n'était pas grand chose, comme si ça arrivait tous les jours et ah
je crois qu'il n'y a plus grand chose à dire, de toutes manières.
ce n'est rien d'autre que la vérité, et il n'y a jamais besoin de rajouter quoi que ce soit à la vérité.
je recule, j'avance.
j'ai peur de la mer.
j'explique
enfin, pas vraiment -mais pareil que pour la vérité, il n'y a pas grand chose à ajouter
mais pas de l'eau et j'ai les yeux qui glissent vers ces vagues de monoxyde de dihydogène et de sodium. c'est étrange je crois. je relève les yeux, et ça dit je ne sais pas.
Contenu sponsorisé
posté (5)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum