login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur grépour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirerprofit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidiendes habitants de Pallatine.Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    nouveau membreNom du membre
    Ici, une description rapide de sa fiche.
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { la force du destin. (hiraeth).

    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Ven 22 Sep 2017 - 18:43
    let loss reveal it
    je ne me rends jamais compte de ceux qui écoutent. qui veulent bien le faire, pour de vrai. qui repense à ce qu'on dit, avec les voix qui font parfois écho au fond des mémoires. moi, je n'y arrive pas vraiment, je le sais : je déforme toujours tout pour le forcer à rentrer dans mon prisme, dans mon référentiel, dans mon petit être.
    Mais pas Sora.
    Sora, c'est l'inverse, à vrai dire
    il s'efface pour laisser plus de place aux autres
    à leurs malheurs à leurs bonheurs à ce qu'ils peuvent bien lui dire
    il s'offre en réceptacle, et il regarde, et il essaie d'apprendre
    peut-être de s'en imprégner, aussi
    il n'a pas l'air de comprendre -je ne sais pas de quoi je parle
    ce n'est pas si grave si ce que je dis n'a pas de sens
    ce n'est pas si grave non plus s'il en oublie ses soucis
    mais juste -pas lui
    pas lui et ses silences ses pauses ses agencements de mots comme s'ils coulaient sur la langue ; pas lui et ses avis mi-figue mi-raisin ses couronnes de fleurs et les cerises accrochées au bout des doigts : un goût d'été paresseux, sucré et à moitié oublié
    je parle de toi
    parce que je ne veux pas réfléchir
    c'est une pensée qui s'impose en un instant, et je sais qu'elle est juste -ce n'est pas mieux ainsi, non, parce qu'elle
    elle ne mérite pas ça
    elle ne mérite pas ça
    elle ne mérite pas ça
    je crois que je lui en veux de m'avoir abandonné mais tu sais sora ce n'est pas si simple que ça mais c'est une machine. ça tombe comme un couperet. comme une condamnation. comme beaucoup d'autres choses, trop lourde pour des hommes. parfois je me demande : suis-je un homme ? alors comment aurait-elle pu choisir je ne la blâme pas
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Sam 30 Sep 2017 - 19:59
    Peut-être Sora avait-il un complexe d'infériorité dont il n'était pas conscient. Ou peut-être était-il trop conscient qu'il était assez « normal », dans le sens où on aurait pu le remplacer par un autre mec de son âge et ça n'aurait pas changé grand-chose ; il était peut-être simplement un peu plus sensible. C'était déconcertant, car généralement on le pensait dur et robuste, le genre d'homme qui pouvait supporter n'importe quelle épreuve. En fait, ce n'était pas vrai, et il n'avait que trop conscience des difficultés d'Hiraeth à se réconcilier avec la mer. Quand il pensait à lui-même, et à la façon qu'il avait de se dévaluer, il pouvait comprendre d'où venait le problème. Faire face à ses soucis requérait beaucoup trop de courage, et refuser d'être brave, cela n'était pas forcément de la lâcheté : parfois, on ne pouvait pas vraiment faire autrement, on n'avait juste pas la force en soi. Peut-être qu'Hiraeth, malgré son côté extraordinaire, était lui aussi juste un pauvre type. Peut-être avait-il tort de le considérer comme une merveille, comme un surhomme qui pouvait l'écraser de sa simple présence. Si Sora était en retrait, il se pouvait que cela n'était dû qu'à une seule raison : il n'avait pas voulu se mettre en avant.

    Malgré tout, comprendre devenait difficile, quand la mer devenait une machine ; et parlait-il de sa mère, ou de la mer telle qu'elle se faisait entendre au loin ; mais pourquoi parler de mère quand on parlait de machine, et la mer avait-elle seulement plus de sens ? Sora sentit sa gorge s'assécher ; visiblement, il n'avait rien compris à la situation, et ce faisant, il avait peut-être donné un mauvais conseil. La part de lui qui faisait aux autres (à un autre), qui désirait plus que tout être utile à quelqu'un, s'effrayait d'être peut-être totalement inutile. Un poids mort que l'on ne faisait que traîner.
    (mais Jun, il n'avait jamais rien dit ; et il savait qu'il aurait réagi si sa sollicitude avait été gênante, oh oui, car même blessé, il n'était pas tout à fait à terre, et ses défenses étaient encore trop hautes pour Sora)
    Hiraeth parlait de mer, maintenant il parlait de machine ; Sora réfléchit rapidement à ce qu'il pouvait répondre. Il savait qu'il pouvait écouter ; cela voulait dire que l'on ne disait que l'essentiel, que l'on taisait la plupart des conseils parce qu'ils n'étaient pas encore recherchés par son interlocuteur. Et finalement, ce fut avec assez d'aisance qu'il fut en mesure de dire : Si elle n'a pas pu choisir, alors tu dois essayer de lui pardonner. Juste essayer. Et si tu n'y arrives pas, ce n'est pas très grave, tant que tu es conscient de ce que tu fais. C'était probablement trop générique pour servir à quelque chose ; c'était justement ce qui rendait l'affirmation puissante. Elle pouvait s'appliquer à n'importe quelle situation ; elle pouvait s'appliquer à lui-même. Il pouvait se pardonner ses manques, de n'avoir pas su le retenir ; il pouvait pardonner à son ami de n'être plus là, car après tout, il n'avait sans doute pas eu le choix, lui non plus.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Dim 29 Oct 2017 - 15:28
    stand by me
    comment le blâmer -il a une fleur qui germe au creux du ventre ; elle s'appelle l'incompréhension et elle grandira bien vite si on ne la coupe pas, elle viendra prendre possession de sa gorge de ses mots et il ne saura plus quoi dire oh mais elle continuera toujours encore elle ira fleurir au milieu de son cerveau et là là là, il saura qu'il n'a rien compris et il préférera abandonner parce que c'est bien plus facile que de s'amputer
    des racines qui prennent les places des axones oh le besoin en sel et potassium jusqu'à l'empoisonnement (chlorures et autres muriates, sulfates nitrates échec et mat)
    j'aurais pu comprendre plus tôt si je n'avais pas d'autres choses en tête oh j'ai la folie de l'angoisse les peurs des trop conscients ; pourtant je suis rêveur et je sais que l'on ne doit pas toujours tout comprendre que l'on ne doit pas toujours tout combattre que l'on ne doit certainement pas toujours gagner
    c'est ton humanité qui me l'a fait me rappeler
    c'est ta manière d'aligner de toujours espérer quand même tu ne savais pas où aller
    d'essayer de m'accompagner dans des contrées imaginées
    de toujours tenir ma main fermement attaché
    ce n'est pas une question de choix je refais surface -j'étais en train de me noyer dans mes pensées on m'a fabriqué, tu vois ? on a mis des gants et on a pris des bouts d'adn qu'on a réussi à recoller ; c'est plus compliqué mais quelle idée de vouloir tout expliquer je ne sais pas si je leur en veux c'est compliqué parce que personne n'a jamais demandé à être né mais la mer, c'est eux c'est eux c'est eux c'est ceux qui demandaient toujours plus c'est probablement ceux de qui j'ai eu mes gènes de requin c'est ceux qui ne voyaient rien d'autres que ce qu'ils voulaient (pas les muscles qui lâchent pas les larmes qui se bombardent pas les souffrances)(je n'aime pas dire ça parce que -je ne serai pas là, sans eux, et j'aurais aimé pouvoir choisir continuer ou arrêter mais
    mais j'ai continué dans les détresses
    peut-être est-ce ma façon d'être)
    et j'ai peur de la mer j'ai peur comme une bouffée de vide dans la bouche dans l'oxygène je respire à peine trop de sel à mes pieds à juste quelques centimètres c'est là que j'ai pris conscience
    c'est un cauchemar et un rêve en même temps h i r a e t h
    y retourner pour enfin se fixer
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Dim 12 Nov 2017 - 15:57
    Le pardon ; c'était cet acte si difficile à mettre en place, qu'il était aisé de conseiller mais que l'on faisait avec tant de mal. Sora ne savait pas si lui-même était capable de pardonner. Car il n'y avait qu'une seule personne qui lui avait un jour fait du mal, et cette personne était si unique qu'il aurait excusé tout comportement. Y compris le fait de se faire rejeter, ou d'être blessé à mort. Mais le pardon, sinon, en était-il capable ? Il aimait croire que lui.
    Mais il n'avait aucune certitude, il ne faisait que croire.

    Et peut-être qu'Hiraeth aussi, il devait croire. Croire qu'il pouvait le faire. Croire qu'il lui restait un choix, même si, comme il le lui disait, il avait été fabriqué. Ce mot gênait Sora, qui n'en saisissait pas le sens ; d'une certaine façon, tout le monde était fabriqué, alors où était la différence ? Peut-être Hiraeth parlait-il de fécondation assistée ; cela pouvait expliquer pourquoi il se considérait comme fabriqué. (Mais s'il avait été conçu tel un outil, alors il était un chef d'œuvre, songeait Sora.) Pourquoi ne pas simplement être reconnaissant du fait qu'il y a eu des gens comme eux pour créer ton existence ? Il parlait sans savoir ; il ne connaissait rien des traumatismes d'Hiraeth, il se pouvait qu'il zappait le plus important, sans même le vouloir : qu'en s'efforçant de fuir des démons qui le faisaient souffrir, il en oubliait qu'il vivait et respirait. Sora lui-même oubliait ce fait, tout enfermé qu'il était dans sa propre douleur - dans son manque de Jun, son absence insatiable. Est-ce que je peux te prendre dans mes bras ? demande Sora d'une voix un peu abrupte. Avant de se rendre compte de ce qu'il est en train de dire, et de rougir. Il se souvient que sa sœur aînée l'enlaçait parfois quand il était perdu ; elle le faisait rarement, car ils n'étaient pas très tactiles, dans la famille, mais il leur arrivait d'apprécier la brièveté d'un contact. Il savait aussi que tout le monde n'appréciait pas cela, et qu'un câlin d'un inconnu pouvait être rebutant. Mais qu'importe.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Mer 15 Nov 2017 - 22:05
    wildfire
    je me mens
    je le sais sans le savoir ; il paraît que c'est de ce genre d'oxymores est fait le cerveau, mais voilà : sora ne dit rien, d'abord.
    ça me permet de réfléchir. de penser, et d'un peu oublier de tout ce que j'ai pu parler. il y a la mer à mes pieds. je sens encore l'eau salée sur le bout de ma langue qui ne savait pas goûter, et je sens encore la pression sur mes muscles non formés, et je sens encore la pure idée de ne jamais partir.
    je sais comment ça a fini.
    et je me focalise dessus -oh, quelle tristesse. pourtant, je sais comment ça a commencé.
    c'est mon ami qui me l'a dit. il m'a raconté ça un jour où ça n'allait pas. je ne le savais pas vraiment, mais lui, il connaissait tous mes secrets mieux que ce que je ne croyais. il m'a dit -pourquoi ma chambre était une chambre d'adolescent au tout début. il m'a dit -pourquoi les autres serraient des dents quand ils franchissaient la porte en plexiglas. il m'a dit -pourquoi les murs avaient d'autres souvenirs.
    c'était étrange, au début. j'ai toujours mis du temps, mais la vérité, c'est que je ne voulais pas admettre. ce n'était qu'une histoire. une histoire parmi tant d'autres. une histoire qu'on raconte le soir. une histoire un peu triste, et une histoire qui ne finit pas bien. une histoire qui ne sera pas moi, m'étais-je dit.
    tu me le rappelles, sora. ce n'était pas moi. ça n'a jamais été moi. ni la machine.
    c'était une idée.
    et c'est sûrement elle qui a le plus souffert.
    je ne suis qu'un volume deux à une série qui a mal commencé. qui ne terminera jamais. qui ne continuera pas vraiment.
    parfois, je m'imaginais à quoi il ressemblait, l'autre. s'il avait des cheveux rouges comme moi, ou d'autres dents différentes. j'ai demandé à mon ami. il m'a dit qu'il était heureux, et que c'était notre plus grand point commun.
    tu l'as dit, sora. il y a des gens comme eux qui existent.
    et je crois que je me dois d'être reconnaissant.
    alors j'avance.
    la mer est froide : nous sommes en avril.
    son corps est chaud : trente-sept degrés.
    mes bras sont attachés comme à une bouée ; j'ai toujours peur de dériver.
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Dim 26 Nov 2017 - 20:41
    Sora se sentait tellement stupide, tout à coup ; il était si maladroit qu'il s'étonnait de ne pas voir Hiraeth éclater de rire. Réconforter les autres, il n'y arrivait que très mal ; il y avait toujours eu cette unique exception, et il en avait souffert, car rien n'était évident, et tant de fois il s'était trompé. Mais Sora avait fait preuve de patience, et un jour, ça avait fonctionné. Il n'avait pas la même relation avec Hiraeth, qui vivait loin de son univers ; il n'avait pas le temps de jeter les bases d'un lien neuf où il pourrait prendre son temps, apprendre à le découvrir, savoir comment le consoler et comment l'encourager. Alors c'était bizarre, de vouloir se jeter dans ses bras ainsi. Lui qui n'aimait guère les contacts physiques avec des inconnus, il en proposait de bien drôles, tout à coup.

    Mais Hiraeth ne le rejeta pas. Il s'accrocha à lui comme s'il était une bouée de sauvetage balancée dans une mer furieuse ; il le tenait si fort que Sora se demanda un instant s'il n'allait pas en conserver quelques marques. Pendant quelques secondes, il resta interdit, conserva sa posture sans oser bouger ; avec leur silence, on n'entendait rien de plus que la mer, et le battement du cœur d'Hiraeth qui battait contre sa poitrine à lui, et résonnait dans la sienne. Puis, lentement, en levant précautionneusement les bras, en s'efforçant de ne pas les renfermer sur l'ancien cobaye comme les barreaux d'une cage, il se mit à répondre à l'étreindre. Il sentait son cœur jusque dans sa gorge, et la chaleur lui monter aux joues ; l'odeur humaine d'Hiraeth chassait de l'air qu'il respirait les embruns salés de l'océan qui les entouraient.

    Hiraeth et Sora, ils étaient seuls au monde ; et si Sora était l'ancre qui les maintenait sur la terre ferme, il menaçait de perdre pied à tout moment. Il savait qu'à un moment, il ne tiendrait plus debout ; l'étreinte éveillait son chagrin, ravivait un besoin primitif et instinctif qu'il aurait mieux fait de garder endormi. Il songea à une amitié que la distance avait brisé ; l'absence n'avait fait que maintenir l'espoir, ne l'avait pas aidé à faire son deuil. Et ce n'était pas aujourd'hui qu'il le ferait. Simplement, il avait conscience de sa solitude, de sa faiblesse. Il était dans le fond si dépendant d'un autre qu'il se dégoûtait de lui-même ; et les larmes commencèrent à briller dans ses yeux, car Jun était, dans le fond, sa propre mer.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Sam 2 Déc 2017 - 23:16
    sandstorm
    je me demande : quelle a été leur réaction, quand ils ont vu que j'étais parti ?
    est-ce qu'ils ont été tristes ? est-ce que mon ami a pleuré, est-ce qu'agathe a compris ? j'imagine la scène : une silhouette qui arrive, le matin, à 7h17, sa tasse de café à la main et ces mêmes cheveux toujours si mal coiffés. il baille en buvant, ou boit en baillant, et il remplit les procédures habituelles. la vitre est transparente depuis des années ; je le voyais toujours arrivé, et il soupirait en sachant déjà que j'avais passé la nuit à regarder les étoiles plutôt qu'à dormir.
    il avait arrêté de soupir quand je ne pouvais plus sortir du lit. je crois qu'il a compris qu'il vaut mieux rêver quand on peut encore tout rendre possible. le sommeil est une chose qui m'est acquise -mais les étoiles. les étoiles n'ont que des noms pour les rendre plus proches. c'est plutôt elles qui devraient nous observer, nous et nos manies étranges.
    j'imagine la scène : la tasse qui glisse, et qui tombe, et qui se brise. le constat n'est pas long à faire : je ne suis plus là.
    est-ce qu'ils auraient lancé des recherches ? ou est-ce qu'il aurait regardé, pendant longtemps, la vague à l'âme et l'esprit à la dérive ?
    est-ce qu'il se serait demandé où j'étais allé ? je crois que mon ami ne s'est pas préoccupé du comment. juste du pourquoi. (pourquoi si tard, pourquoi après tant de peine, et pourquoi sans rien dire)
    la vérité, c'est que j'espère qu'il sait que je l'aime.
    dans toutes les dimensions, et dans tous les univers, et dans tous les espaces-temps.
    la mer chuchote : peut-être qu'elle amène des messages d'autre part.
    peut-être aurait-elle plus à dire, si on lui donnait une voix.
    alors je tombe, et dans ma chute, je t'entraîne avec moi
    l'eau n'est pas profonde, j'ai la tête qui dépasse et le sable dans mon dos. l'onde de choc se répercute dans mon corps, je n'y fais pas vraiment attention : je sais que je ne vais pas me noyer. les remous viennent saler mon visage, et mes bras ne te desserrent pas. ils tiennent fort, et je t'ai emmené même si je n'ai pas demandé.
    ça a l'air d'être une habitude, de m'imposer. peut-être que j'ai l'impression d'avoir le même esprit. les mêmes labyrinthe dans nos cerveaux, les synapses trop utilisées. les mêmes doutes, si pareils, et tant d'autres choses.
    et la mer -elle a tant d'autres choses à dire.
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Mar 12 Déc 2017 - 19:52
    Sora avait perdu le sens du temps ; il aurait pu s'écouler une éternité sans qu'il ne le remarquât, et le soir tomber sur Pallatine en chassant le soleil ; il n'aurait rien vu tant que ses yeux n'auraient pas rencontré l'obscurité de la nuit. Pour le moment, tout n'était que soleil ; un de ces astres rouges qui se colorent lors des tempêtes, un peu inquiétant, comme un mauvais présage qui se rappelle à nous dès lors que l'on lève la tête. Sora avait perdu le sens du temps, et il s'était noyé dans la douleur d'Hiraeth ; et il n'avait pas compris pourquoi, mais elle était devenue la sienne. Il ne savait pas qui était la mer d'Hiraeth, mais il comprenait à quel point elle était terrible ; à quel point elle pouvait terrasser l'être le plus vif. Car face à elle, lui aussi était à genoux, lui aussi tremblait de ne pas être à la hauteur (de se poser des questions dont il n'avait pas la réponse, dont il n'envisageait que les pires possibilités, car il se faisait peur à force de n'avoir pas confiance en lui).

    Sora tomba, Hiraeth était dans ses bras ; ce fut le dos de l'ancien cobaye qui heurta le sol, mais le choc se propagea jusqu'à son corps à lui, comme un frisson partagé destiné à les éveiller. Cela marcha, pour lui ; subitement il n'était plus en transe ; le nom de son ami avait quitté son esprit, ne restait plus que la vision du jeune homme allongé contre lui, et il se dégagea promptement, rompant le contact entre les deux, alors même qu'Hiraeth l'avait maintenu jusque là.
    (Il commettait peut-être une erreur ; mais cela l'effrayait.)

    Ça va ? demanda-t-il d'une voix douce ; et à nouveau il tendit la main pour lui permettre de se relever, s'il le désirait. Le sol était sale et humide ; ce lit-là ne pouvait être agréable. Ce n'était pas de la faute à Sora ; pourtant il ressentait le poids de la culpabilité, car il ne pouvait s'empêcher de se dire, c'est de ma faute s'il est tombé, c'est de ma faute si je l'ai laissé à terre. Alors il voulait le voir debout, comme un homme vivant - même martyrisé, comme une figure de Giacometti qui marchait malgré tout.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Dim 17 Déc 2017 - 13:19
    inner peace
    est-ce qu'il se dit que je suis mieux où je suis ?
    j'ai toujours eu des remords. et c'est une chose que d'y penser, c'en est une autre que de l'avouer : j'aurais aimé qu'il vienne avec moi. il aurait été émerveillé. il aurait adoré l'institut, et il aurait voulu en percer tous les secrets, et il n'aurait jamais cessé de travailler : il était ainsi, yuj, dans une curiosité si sensible que je me disais que mon humanité n'était que poussière dans sa galaxie. il aurait sûrement pleuré en me voyant si bien -en m'entendant dire que je n'ai plus vraiment mal, et que je sais encore marcher, et que je pense souvent être quelqu'un. il m'aurait emmené dans les montagnes, et dans les champs, et, inévitablement, à la mer. dans la mer, peut-être. vois-tu, sora, il savait convaincre sans parler, mon ami. il avait la douceur de son regard, et la brillance de son intellect, et la mollesse parfois trop importante de son cœur de chiffon : il me racontait, quand j'étais plus petit, qu'il l'avait lui-même recousu pour être certain de l'arborer comme il le voulait.
    il m'aurait emmené à la mer, et je crois que s'il me l'avait demandé, j'aurais pu m'y noyer. je savais qu'il me sauverait.
    et j'ai des rêves plein les paupières : elles sont restées fermées, et le noir rend les couleurs du projecteur de mes idéaux plus vibrantes.
    mais tu t'en vas, et la vérité est bien là : je suis parti.
    j'ai les yeux ouverts vers le ciel. j'ai entendu ta question, mais tout est si beau -le bleu calme, azur, aplat, et les moutons de nuages, et les vagues qui claquent contre ma cochlée (elles rendent tout flous, et j'ai l'impression de pouvoir encore m'accrocher à mes rêves)
    je tourne mon regard vers le sien. il a une face si neutre, sora. on se demande bien ce qu'il peut penser ; il a peut-être une pointe d'inquiétude, de recul, de. (comment dit-on) de blâme.
    je vois sa main, et je ne veux pas la saisir. la mer est une mère : elle berce doucement, jusqu'à ce qu'on se perde (dans le sommeil ou dans la houle)
    je vois sa main, et je vois tout ce que son aura traduit. je ne veux pas le décevoir.
    j'attrape sa main, et je redresse mon torse, mais je ne me lève pas. il y a l'eau tout autour, et le sable qu'elle transporte, et la vie qu'elle poursuit. je suis dans la mer je le dis. peut-être pas pour lui. peut-être pour mon ami. et je vais bien. peut-être que j'aurais dû prendre une bouteille. écrire un message, et les jeter loin dans les vagues. peut-être que c'est plus facile pour la mer, que de donner des messages entre univers lorsqu'ils sont écrits plutôt qu'éprouvés.
    j'espère qu'elle y arrivera quand même.
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Jeu 28 Déc 2017 - 19:12
    Si le visage de Sora ne reflétait plus grand-chose, c'est qu'il était trop confus pour avoir encore beaucoup d'émotions. Il n'était guère du genre à les cacher, car il ne les contrôlait pas ; il avait le visage franc, ses sentiments se lisaient aisément sur ses traits, et il s'étonnait parfois que son ami n'ait jamais tout vu sur sa face (sans doute faisait-il trop attention à lui, à sa propre douleur, alors). Il avait l'impression d'être transparent ; et il cachait un peu, mais en enfouissant, en faisant de son cœur un bloc d'acier que rien ne pourrait transpercer. Inutile de dire qu'il y arrivait fort mal.

    En réalité, Sora était émotif ; et ce qu'il y avait dans ses yeux, c'était une inquiétude sourde et muette, une émotion diffuse qui ne savait à quoi se raccrocher, ni même si elle avait raison d'exister. Elle était là, tout simplement, et il n'avait pas le choix, il devait vivre avec ; vivre avec cette inquiétude qui s'attachait à Hiraeth. Il savait qu'il ne pouvait rien pour lui. Mais s'il ne pouvait pas le sauver, peut-être était-ce bon pour lui-même ; parce qu'il devait arrêter de se soucier des autres, et peut-être penser plus à lui. Il n'y arrivait pas car il avait trop bon cœur ; et puis, il l'avait fait une fois, et il n'y avait rien pour combler ce vide, comment était-il censé s'y prendre ?

    Très bien, alors, répondit-il, mais il n'avait aucune idée de la façon dont il devait réagir, ni même de ce qu'il devait dire. Avait-il quelque chose qu'il pouvait encore apporter à Hiraeth ? Non. Il avait l'impression que tout était terminé. Mais il ne parvenait pas à trouver les mots nécessaires qui lui aurait permis de prendre congé. Toutes les paroles auxquelles il pensait auraient été impolies.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Mar 2 Jan 2018 - 19:11
    i never really feel a thing
    j'ai toujours mes empreintes sur les siennes.
    je me rappelle quand j'étais petit (je ne suis toujours pas très grand, mais c'était encore avant) -ça nous différencie de tout
    on m'avait dit : c'est comme ça qu'on capture les méchants, et c'est comme ça qu'on protège les trésors, et c'est comme ça qu'on peut un peu plus savoir qui on est
    on m'avait dit : certains lisent l'avenir dans des plis papillaires, dans des crêtes, dans les boucles les arcs les verticilles et surtout les milles minuties
    on m'avait dit : les dactylogrammes s'effacent parfois (quand on se coupe quand on se brûle quand le ph est trop acide)
    et j'avais si peur -de me couper tout entier, de cicatriser mon identité, de briser mes particularités- que j'en ai refusé de bouger pour un été
    c'est quelque chose qui m'a toujours passionné, et parfois c'est étrange, et parfois on se demande pourquoi, et parfois j'ai des hypothèses (elles sont restées dans ma tête, entre mon corps et les étoiles)
    alors voilà, sora : peut-être qu'on partage nos identités, et peut-être qu'on se connaît plus que d'autres parce qu'on a partagé ce qu'on ne peut jamais deviner
    (et mes peurs, et tes vides)
    c'est beaucoup pour moi j'ai les yeux qui dévient vers l'horizon liquide, il a une auréole oh il a l'air roi et ça tape dans ma cage thoracique c'est normal que tu ne comprennes pas, je crois et je n'en suis jamais très sûr mais oh qu'importe. qu'importe. tes mots sont froids et c'est quelque chose que je ne veux pas. j'ai des émotions qui anesthésient les autres, parfois ce n'est pas très grave : ça les rend heureux comme moi. mais pas toujours. peut-être qu'il faut juste se laisser aller avec les flots. avec les vagues ; comme un grain de sable.


    Spoiler:

    merci à Moon (noël 2017) ✨ 💖
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Sam 6 Jan 2018 - 20:09
    Sora était le genre de personnes à souvent se remettre en question. L'une des causes venait du fait qu'il avait pendant longtemps cherché un sens à son existence ; il s'était adapté aux circonstances, n'avait jamais laissé la moindre plainte s'échapper de ses lèvres, avait tenté et tenté et encore tenté. Il avait fini par trouver une façon d'exister qui lui convenait plutôt bien ; il l'avait adoptée avec joie ; puis elle lui avait été brutalement arrachée. Son bonheur s'était perdu, il avait cru qu'il pourrait se maintenir à flots ; ensuite il avait sombré. En cet instant-là, il y en avait encore les signes : la crise n'était pas passée. Il avait besoin de sa propre révélation, comme celle que venait d'avoir Hiraeth ; elle tardait à venir. Pourtant, Sora comprendrait plus tard qu'il s'agissait en réalité de la toute première étape sur le long chemin de sa reconstruction.

    C'était un instant où il n'avait pas conscience qu'il s'était brisé ; il pleurait sans même s'en rendre compte, car ses larmes ne roulaient pas le long des joues, et son corps n'était pas secoué de ses sanglots. Il n'avait pas conscience de son propre égoïsme. Persuadé de faire le bien autour de lui, désireux d'être quelqu'un sur qui on pouvait compter, il ne se rendait pas compte qu'il s'enfonçait dans ce rôle qu'il s'était imposé, au risque de se perdre lui-même. Il n'avait pas conscience, pas encore, qu'une partie de lui s'était effacée, et que s'il n'y prenait garde, il perdrait jusqu'à son âme. Il ne pensait qu'à Hiraeth, mais sa tête était un peu vide : il y avait trop de choses qu'il ne comprenait pas, trop de paramètres qui lui échappaient. Il ne savait vraiment pas qu'en penser, mais il se réjouissait de le voir évoluer. Et sans qu'aucun des deux ne le sachent, il changeait en même temps qu'Hiraeth. Que quelque chose se débloquait en lui.

    Euh non, je ne pense que tu anesthésies les émotions. Regarde, je suis un peu heureux quand même. Et Sora sourit pour lui prouver ses dires : parce que oui, ça le rendait heureux. Ce n'était pas étrange : il avait remarqué ce phénomène. Qu'il se sentait mieux quand il voyait les autres de bonne humeur. Quand il pouvait aider quelqu'un. Quand il voyait quelqu'un qui allait mieux, même s'il n'avait rien fait. Moi aussi, j'ai mes problèmes, mais je crois que maintenant, ça ira. Il se prendrait une claque, Sora ; et ensuite, oui, comme il l'affirmait en cet instant. Ça irait.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Mer 10 Jan 2018 - 21:29
    healing
    je n'ai pas vraiment de peine, je crois.
    je suis triste, parfois, comme tout le monde. une mélancolie quand il y a des réminiscences sur lesquels on ne peut mettre le doigt, des remontées de nuages de pensées qui embrouillent les esprits.
    j'ai mal, souvent, mais la douleur ce n'est pas une peine. c'est d'autres genre de blessures : des ecchymoses, par exemple. une peine, c'est les traces d'un couteau planté. c'est un ravin, des sillons, des choses béantes. c'est un manque, et parfois un surplus. j'en ai connu qui avait trop d'affection à donner. d'autre qui n'avait nulle part où aller.
    j'ai toujours eu de la chance, je crois, en quelques sortes. si j'avais eu une peine, elle se serait appelée la solitude. je crois que je n'y aurais pas survécu.
    mais toi, je ne sais pas. on dirait qu'elle est fantôme. qu'elle pleure, parfois, et que tu aimerais la consoler, mais que tu sais que tu ne pourrais que pleurer avec elle ; alors tu la laisses un peu. peut-être que tu devrais lui offrir une fleur, et laisser les larmes la nourrir. elle comprendra peut-être que de belles choses peuvent en fleurir.
    un peu ce n'est pas beaucoup mais tu pourrais l'être plus et je ne dis pas sans moi. je dis en général, et aussi maintenant, et peut-être même hier. et j'espère, en tout cas. j'espère pour demain. c'est des problèmes qu'on peut comprendre ? j'ai appris beaucoup de choses, ici, et même avant. mais ce que j'ai retenu avant tout, c'est qu'on ne peut pas tout comprendre.
    je me disais que c'était ça, qui faisait un bon scientifique. de savoir qu'on ne peut pas tout savoir, mais d'aller voir où se trouve la limite.
    en réalité, ça fait un bon humain d'abord. un humain stable, qui ne va pas trop sur les bords parce qu'il sait qu'il a le vertige et que ça ne sert à rien d'aller voir plus loin.
    un humain en paix, peut-être.


    Spoiler:

    merci à Moon (noël 2017) ✨ 💖
    avatar
    Arrivées & Éducation
    il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
    Messages : 451
    Messages rp : 59
    Date d'inscription : 21/03/2016
    /
    Avatar : iwaizumi hajime

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Dim 14 Jan 2018 - 14:46
    Souvent, on pense qu'il est possible de retracer l'évolution psychologique de quelqu'un. A un moment, ça va, et puis ça ne va plus, et enfin ça repart. Mais ces structures ternaires ne sont bonnes qu'en littérature. Sora savait qu'Hiraeth irait mieux après leur rencontre, parce qu'il s'était libéré d'un poids ; mais ce mieux était relatif. Il n'était qu'une évolution, et non un progrès. Rien n'était linéaire. En comparaison, Sora se sentait presque simple. Il savait qu'il y avait une chose qui pourrait résoudre tous ses problèmes d'un coup ; et d'autres situations intermédiaires, sans doute blessantes, mais qui auraient le mérite de l'aider. Il pouvait encore sourire, de toute façon, il pouvait encore s'aimer malgré tous ses défauts, malgré les erreurs qu'il avait faites et dont il devenait de plus en plus conscient.

    C'était déjà bien, d'être « un peu » heureux.

    Il sourit à Hiraeth ; il savait qu'il pouvait sans doute tout raconter, expliquer ce qui se passait à l'intérieur, les pensées qui lui traversaient l'esprit, les besoins dont il devenait subitement conscient et qu'il espérait pouvoir calmer un jour. Mais il aurait alors fallu tout raconter, depuis le début : partir du moment où il n'était pas envie, alors même qu'il respirait ; où il se cherchait une raison d'être et n'arrivait pas à la trouver en lui-même. Il devait expliquer sa dépendance, la façon qu'il avait eu de subordonner son être à quelqu'un d'autre ; la manière dont il le faisait encore un peu, sans le vouloir. Et il regardait Hiraeth : en cet homme, il devinait quelqu'un qui avait vécu dans ses peurs et qui avait besoin qu'on l'aide à s'en sortir. Et il se trouvait similaire, d'une certaine façon. On peut les comprendre, oui, c'est pour ça que je peux les résoudre. Dans le fond, ce n'était pas plus compliqué que cela : il suffisait de prendre du temps. Le temps, c'était ce qui manquait la plupart du temps ; et combien de mois s'étaient passés depuis que Sora avait perdu Jun ? Suffisamment pour qu'il puisse, un jour, s'en sortir à son tour.
    avatar
    Recherche & Développement
    hiraeth :: a homesickness
    for a place which never even existed
    a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

    Messages : 301
    Messages rp : 67
    Date d'inscription : 16/04/2016

    Nom de code : scylla
    Jukebox : atlas hands
    Avatar : matsuoka rin + free!

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    le Sam 20 Jan 2018 - 15:56
    get it right
    je n'ai pas l'impression d'aller particulièrement mal. ni vraiment bien, même si certains diraient que je vais toujours bien, et c'est une expression qui me dérange. pourquoi est-ce qu'on a toujours besoin d'aller ? moi, parfois, je veux juste rester. (là où j'en suis, physiquement, mentalement, émotionnellement)
    je veux dire -je sais que le temps tombe et qu'on ne peut pas le récupérer. je sais qu'il y a cette règle dans la société, celle qui dit marche ou meurs, et je crois qu'on a perdu notre admiration.
    je veux dire -je sais que je m'émerveille de rien, mais même moi j'ai du mal parfois à m'arrêter et à vraiment comprendre tout ce qu'on veut me dire (pas ce qu'on peut, mais ce qu'on veut, de manière inconsciente, souvent inconsistante aussi) et j'aimerais dire je suis désolé
    je veux dire, je fais de mon mieux
    et je suis bien. tout est bien. je n'ai pas besoin d'avancer, là, maintenant, tout de suite. je crois qu'il faut réapprendre à faire des pauses. alors je suis désolé, sora, d'avoir voulu pousser ce qui viendra bien plus tard. j'aimerais reprendre mes mots jusqu'au fond de ma gorge, les effacer avant même qu'ils n'émergent dans mon cerveau mais le temps a coulé, et lui il s'en est allé.
    d'accord. je n'ai pas envie de lui dire que plus tôt il le fera, mieux ce sera. c'est faux.
    et c'est faux, aussi, ce qu'il pense. je n'en ai pas conscience -comment pourrais-je savoir-, mais je n'ai pas vécu dans la peur. ce n'était pas de la peur. c'était une paix comme bien d'autres en ont : incomplètes, mais suffisante, avec ses œillères qui se sont transformées en verre.
    j'ai beaucoup plus peur ici.
    mais d'accord. qu'importe, au final. j'ai la force de tout accepter, ou presque.


    Spoiler:

    merci à Moon (noël 2017) ✨ 💖
    { Contenu sponsorisé.
    Re: la force du destin. (hiraeth)
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit