top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

Un homme de lettres - Arial

avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 234
Messages rp : 131
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Jeu 15 Juin 2017 - 0:53 (1)
Il regarda à droite.
Rien à signaler.
Il regarda à gauche.
Rien à signaler non plus.
Locke poussa un petit soupir soulagé et sortit de son bureau sur la pointe des pieds en toute discrétion. Aujourd'hui encore pour le plus grand malheur de ses collègues et de l'équipe qu'il dirigeait et qui comptait sur son travail, il avait prévu de sécher le taf plus tôt que prévu sans une once de remord. Au cours de son escapade vers son point de rendez-vous, il dût plusieurs fois se cacher ou ramper à même le sol pour éviter ci et là des scientifiques qui auraient pu le reconnaître et sonner l'alarme. Car nul doute, Locke Melborn était un homme fortement recherché au sein de l'Institut, et même si ce fait aurait pu mettre une pression conséquente sur les épaules de n'importe qui d'autre, Locke lui y était parfaitement calme et s'amusait même d'avoir une telle réputation chez les autres. Échapper à l'Institut et à ceux qui le recherchaient était tout un art qu'il avait appris à maîtriser bien avant d'arriver à Pallatine, heh.
Au final, il réussit sans encombre à atteindre le rez-de-chaussée de l'Institut, assez bondé de monde en cette fin de journée, et s'installa sur un banc confortable, loin des gardes et des caméras.
Naturellement pour ne pas se faire remarquer, il croisa les jambes et fit semblant d'être occupé sur son téléphone. En réalité, il était difficile de ne pas le remarquer, avec ses pantoufles roses, ses cheveux blancs et son air blasé, mais il fallait faire avec.

Mais qu'attendait-il au juste ? Non, qui attendait-il plus exactement ? La jeune Sallyssure bien sûr. Comme promis, le vieux bonhomme n'avait pas hésité à lui envoyer par téléphone les meilleures adresses qu'il connaissait et à envoyer par la même occasion plusieurs vidéos humoristiques trouvés au hasard, heh. Quant à aujourd'hui, ils avaient tous les deux prévu d'aller dans un bar ce soir pour boire un coup, et donc accessoirement quitter le travail plus tôt que autorisé.
Connaissant la jeune fille, ce ne serait pas aussi drôle qu'il ne l'aurait espéré car elle n'allait probablement pas boire à outrance comme le vieux scientifique, mais c'était toujours mieux que rien. Boire avec quelqu'un était toujours mieux que de boire seul.

Locke regarda autour de lui pour voir si on lu jetait des regards bizarres où si la jeune fille arrivait mais ne remarqua rien qui ne sortait de l'ordinaire. Hmm. Son téléphone n'avait toujours pas sonné et n'avait toujours pas reçu des menaces de mort de ses collègues lui intimant de retourner au travail, ce qui signifiait que personne ne s'était pour l'instant rendu compte de son absence. Et à coté, la jeune fille se faisait désirer. Il espérait qu'elle arriverait bientôt, il n'avait pas envie de se faire attraper et de devoir retourner dans son bureau. Parce que ça ferait beaucoup de marches à remonter, haha.
Aaah. Qu'est-ce qu'elle faisait ?

_________________
Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 42
Messages rp : 25
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Ven 16 Juin 2017 - 14:08 (2)
Bon, aujourd’hui était le jour J. Pour la première fois depuis que père et fille s’était rencontré dans le bureau du premier, ils allaient aller boire un verre. Elle avait tenté de se préparer du mieux qu’elle pouvait pour cette sortie. Mais une certaine prudence ainsi que l’incertitude l’habitait. Cette occasion, elle l’avait recherché. Elle aurait vendu son âme au Diable pour avoir cette chance. Et, maintenant qu’elle devait se rendre à ce rendez-vous, elle se demandait si c’était une bonne idée. Malgré tout, elle devait s’y rendre. Un engagement était un engagement. Elle était donc aller au boulot habillé comme elle comptait l’être pour son rendez-vous. Elle avait choisi une tenue plutôt simple. Un jean et une chemise bleu foncé ainsi qu’une veste brune. Elle avait également glissé la lettre qu’elle voulait lui donner dans une poche intérieure de sa veste.

Toute sa journée s’était très bien passée. Il n’y avait eu aucun accrochage donc aucune intervention. Un peu de calme ne faisait jamais de mal. Ses patrouilles avaient été d’ailleurs très agréables. Plusieurs fois elle avait pu discuter avec des personnes dont elle avait fait la connaissance récemment. A la fin de son service donc, elle retourna à son bureau, fignola quelques points sur son rapport, puis partit se changer dans les vestiaires. Quand elle enfila sa tenue, elle eut subitement un doute. N’aurait-elle pas dû porter une robe ? Non pas qu’elle aimait vraiment ça. Mais, du temps où elle était sur Terre, elle avait souvent porté des robes lors des repas familiaux. Une sorte de tradition pour la rendre plus « féminine ». Elle avait toujours joué le jeu avec un certain plaisir. Mais bon, il ne fallait pas non plus que le Locke de Pallatine se fasse de fausses idées sur ses intentions.

Une fois prête, elle descendit au rez-de-chaussée, cherchant Locke du regard. Elle se fit très discrète pour ne pas qu’il la voit avant qu’elle ne le veuille. Elle voulait le surprendre. Lui faire un peu peur. Fouillant encore le grand hall d’entrée, elle l’aperçut au loin, bien à l’écart de la foule. Elle n’avait aucun moyen de se rapprocher discrètement sans qu’il ne la voie. Dommage, elle aurait bien aimé ce vengé de lui. Et puis, un plan machiavélique germa dans son esprit. Une petite farce qui aurait son petit effet. Elle se dirigea vers le poste de sécurité du bas et pris deux de ses collègues à part.

« Les gars, ça vous dit de faire une bonne blague à Locke. Vous savez, celui qui fait des blagues connes à tout le monde. »

La jeune femme fut surprise de ne pas avoir à argumenter plus que ça. Les deux gorilles avaient acquiescé sans hésiter, un sourire méchant au lèvre. C’est dans ces moment-là qu’Arial se rendait compte de la réputation du Locke de Pallatine. Elle leur expliqua donc son plan. Après qu’elle soit sortie de là, les deux hommes devraient foncer discrètement vers Locke et l’obliger à les suivre, sous prétexte d’un appel de ses collègues qui disaient qu’il n’avait normalement pas fini sa journée. Elle ne se faisait aucune illusion sur la capacité des deux agents à arrêter Locke. Puis, il devrait l’appeler elle en faisant semblant de s’adresser à un membre de l’équipe de recherche de Locke. C’est alors qu’elle viendrait faire semblant de ne pas le reconnaitre. Les deux gars étaient prêts à mettre en place le plan. Il n’y avait qu’un seul détail à préciser. La jeune femme les regarda, menaçante, en leur expliquant qu’à aucun moment, son nom réel ne devrait être prononcé. S’il voulait la nommer, se serait Sally et pas autrement. Les deux hommes acquiescèrent et firent signe à la jeune femme qu’ils étaient prêts.

Après avoir  pris une certaine distance et s’être caché au milieu de la foule, elle envoya un texto aux gorilles qu’elle vit entrer en action. Elle ne manquerait rien de la scène. Dommage qu’il n’y avait pas de fauteuil avec du pop-corn salé.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 234
Messages rp : 131
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Mer 21 Juin 2017 - 1:18 (3)
Locke pensa tout d'abord à contacter la jeune fille par sms en constatant qu'elle n'arrivait toujours pas – il avait même pensé à partir avant elle - mais s'abstint finalement de le faire. Il avait remarqué sans effort les deux gardes qui avançaient vers lui. Aaaaaah. Lui qui pensait avoir une journée tranquille…
Toutefois, sans une once d'inquiétude il attendit que les deux personnes viennent à lui et les salua promptement :

-Yo Jack et Mat'. Vous me voulez quelque chose pendant euh...ma pause…. ?


Le scientifique n'avait pas passé 4 ans – 5 presque - à ne rien faire dans l'institut. Il avait comme à son habitude fait connaissance avec un peu tout le monde et tissé des liens ci et là. Parfois donc, il lui arrivait de corrompre certains gardes pour qu'ils ignorent ses escapades. Dans ce cas là, c'était des connaissances et des compagnons de beuverie.

-Locke, suis-nous. On a reçu un appel d'un membre de ton équipe de recherche.

Le concerné observa les deux hommes puis répondit avec humour :

-Allons allons mes amis, j'pensais qu'on avait un accord tacite? Vous ne me voyez pas, et je vous paye à boire en plus de ne pas vous embêter.
Il fit une petite pause puis offrit un sourire carnassier : Vous êtes sûrs de vouloir faire de moi un ennemi… ? J'y réfléchirais, à votre place.

Les hommes se regardèrent un instant, pensant à leurs cafés qui se retrouveraient soudainement salés ou pimentés et aux autres farces signés Locke, puis ricanèrent gênés par la situation:

-Te méprends pas hein. Désolé, mais on doit bien faire notre boulot de temps en temps non ? Ce serait suspect que tu puisses filer entre nos doigts à chaque fois.

Le scientifique poussa un soupir et haussa les épaules. Ils avaient bien raison. Il ne pouvait pas les contre-dire sur ce point. Mais c'était tout de même un peu louche, que ce soit aujourd'hui, à ce moment là, et que la jeune fille qui avait pourtant l'air d'être assez à cheval sur les promesses et les horaires ne soit toujours pas en vue.
Meh, tant pis.

-Ok ok, j'comprends allons-y.

Il suivit les deux gardes sans rechigner davantage dans le plus grand des calmes. S'il s'était fait attrapé, c'était le jeu. Il se résigna donc à aller au boulot car son équipe ne le lâcherait pas aussi facilement maintenant qu'on l'avait attrapé.
Mais chose étrange, ils l’emmenèrent au petit poste de sécurité au lieu de le ramener directement au labo ou dans son bureau comme d'habitude.

-Pourquoi ici ? Demanda-t-il légèrement surpris, ne se gênant pas le moins du monde pour s’avachir sur l'une des chaises.

Aucune réponse.
Hmmm.
Au lieu de ça, ils appelèrent quelqu'un (supposément son équipe de recherche) pour confirmer qu'il était entre de bonnes mains.

C'est alors que la jeune Sally fit son apparition et Locke la salua d'un bref geste de la main accompagné d'un grand sourire amusé:

-Heh désolé Vomito, enfin, Sallysure. Je me suis fait choper. Je vais donc devoir retourner au taf on dirait. Une prochaine fois, ptetre. Allez les gars, emmenez moi à mon bureau.

Bien sûr, il faisait l'ignorant devant la jeune fille. Il s'était douté qu'elle avait été derrière tout ça, et ce timing où elle se présentait maintenant juste après l'appel du garde ne faisait que confirmer les soupçons de Locke.
Soit c'était une farce, soit elle avait vendu Locke parce que son travail dans la sécurité passait devant tout et elle voulait faire respecter l'ordre. Et Locke qui quittait son travail avant l'heure, c'était de toute évidence pas dans l'ordre des choses.
Bah. Il ne lui en voulait pas cela dit.
Mais est-ce qu'elle avait oublié que Locke avait encore des anecdotes embarrassantes sur elle ?
Il interpella les deux gardes :

-Hey vous deux, vous voulez savoir pourquoi je l'appelle Vomito ? C'est une drôle d'histoire, vraiment...

_________________
Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 42
Messages rp : 25
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Mer 19 Juil 2017 - 8:43 (4)
Observant la scène e cachette, Arial n’eut pas vraiment l’impression que Locke s’inquiétait de l’arrivée des deux gorilles. Pendant un instant, elle se demanda s’il ne l’avait pas vu entrer dans le poste de sécurité et en ressortir discrètement. Non aucune chance. Elle avait bien fait attention. Ils discutèrent tous les trois un instant. Locke semblait s’amuser de loin puisqu’il sourit. Comment pouvait-il être comme ça ? Mais, la jeune femme savait que sa question n’était pas pertinente. Elle avait bien compris que le scientifique tentait toujours de tourner les situations à son avantage et prenait ça pour un jeu. Ils finirent par bouger jusqu’au pose de surveillance. Bon, la première étape du plan était finie. Il ne restait qu’à recevoir l’appel et à se rendre au poste. La sonnerie de son portable retentit légèrement. Elle décrocha et répondit au garde qui l’avait appelé. Sally pressa donc le pas et entra dans la petite salle.

Locke la salua. Il l’avait même affublé d’un petit diminutif pas très sympathique pour lui rappeler leur première rencontre. Elle aurait eu envie de lui donner une bourrade dans l’épaule mais elle se retint. Il semblait étrangement résigné à retourner au boulot. Bizarre quand même. Personne ne lui avait jamais dit que le scientifique pouvait avoir de telles réactions. Peut-être s’était-elle un peu trompée sur son sujet. Qu’elle avait trop écouté les autres. Mais une chose au fond d’elle-même la gêné. Et puis, l’illumination arriva dans l’esprit de la jeune femme. Elle était arrivée beaucoup trop vite par rapport à l’appel que le gorille lui avait passé. Locke devait sûrement avoir compris le poteau rose et la faisait tourner en bourrique à son tour. Mais elle pouvait encore s’en sortir. Il lui suffisait de trouver une solution pour retourner la situation à son avantage et…

« Toi la ferme » cria-t-elle à Locke en le foudroyant du regard.

Il avait osé. Il avait osé vouloir raconter ce qui s’était passé la dernière fois. La colère et la honte l’envahissait peu à peu ensemble, lui faisant connaitre une émotion bien connu depuis sa rencontre avec Locke. Et cette fois-ci, elle ne se retint pas. Elle gifla sans ménagement le scientifique. L’un des deux gardes semblait avoir voulu intervenir mais elle le retint d’un regard. Arial n’était pas le moins du monde désolé pour ce geste même si elle se sentait mal. Son cœur s’était presque brisé à l’idée qu’il puisse dévoiler ce genre d’anecdote. Il avait cherché et maintenant il payait. Elle jeta à nouveau un regard froid aux deux gorilles et leur ordonna :

« Faites ce que vous voulez de lui maintenant. »

Sans rien ajouter, elle tourna les talons, ignorant la présence de Locke,  et sortit du petit poste de sécurité. Au lieu de retourner au centre de la Sécurité, elle quitta le bâtiment. Elle voulait s’éloigner le plus possible du scientifique qui devait sûrement se faire un malin plaisir à raconter sa petite histoire aux deux autres types de la sécurité. Son cœur s’effondra un peu plus à cette idée. Elle savait que le Locke de Pallatine n’était pas quelqu’un de très fin ni une personne à qui l’on pouvait vraiment faire confiance. Mais il y avait une différence entre le savoir et le subir. Elle aurait voulu que les choses se passent autrement. Qu’il lui dise qu’il avait compris la supercherie et que son plan était nul. Alors ils auraient quitté l’Institut tous les deux pour aller à ce fameux bar. Mais il avait joué cette carte-là. Et elle, elle s’était ridiculisée devant ses collègues de travail. Elle avait honte. Honte d’avoir réagi si brusquement. Honte d’avoir pensé comme une enfant en croyant que tout irait bien et qu’elle pourrait renouer avec un semblant de famille imaginaire. Ses espoirs sombraient de plus en plus. Il lui fallait un remontant.

HRP:
Désolé pour le temps de réponse D:
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 234
Messages rp : 131
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Lun 31 Juil 2017 - 21:07 (5)
Locke reçut sans broncher la baffe d'Arial. Il s'y était attendu, et affichait toujours ce sourire énervant qu'on ne pouvait lui enlever. Il se permit même le commentaire suivant avec un haussement d'épaule et en se massant la joue, totalement indifférent à la baffe qu'il venait de recevoir:

-Hé bah hé bah, j'ai toujours su que j'avais une tête à claques, mais là…heh. Voyons, fais pas la tête.


Quand un soldat est prêt à tuer quelqu'un, il est naturel à ce qu'il soit prêt à être tué en retour. La jeune fille devait bien être au courant de cette règle. Être un farceur, c'était un peu la même chose. Quand on voulait faire une farce, il fallait s'attendre en retour à en subir et à accepter ce fait. Pareil quand on trahissait quelqu'un. C'était bien pour ça que Locke ne ressentait aucune animosité envers la jeune fille qui avait tenté de le piéger. Mais de toute évidence, la jeune fille n'avait pas été prête face aux conséquences de sa farce, et avait prit la petite pique de Locke avec un peu trop de sérieux.  
Bah. Il ne pouvait pas prétendre ne pas comprendre son geste cela dit. Mais pour l'avoir baffé avec une telle colère, elle devait vraiment tenir à sa réputation, contrairement à Locke qui s'amusait de toutes les anecdotes qu'on pouvait raconter sur lui.
Lorsque la jeune fille finit par partir en trombe, le scientifique ricana :

-Hé bien, une autre personne de plus à me détester, heh.


Bah. Ça ne changeait pas grand-chose pour Locke. La liste ne faisait que s'allonger un peu plus. Il regrettait néanmoins de perdre un atout pour pouvoir sécher le taf de temps à autre, mais on ne pouvait pas tout avoir.


-C'est quoi cette histoire?
S’enquit l'un des gardes, surpris par la scène qui venait de se dérouler.

Locke se gratta le menton un instant, réfléchissant s'il devait s'expliquer ou pas, puis se décida que non. Il garderait ça pour une prochaine fois, vu que ça tenait tant à cœur à la jeune fille de garder sa réputation intacte sans une seule trace de vomi.

-Meh. Rien qui puisse vous intéresser, vraiment. C'était juste pour l’énerver un peu, haha.


Les deux gardes soupirèrent de concert, habitués aux conneries de Locke, et se disant probablement qu'ils n'étaient pas assez bien payés pour le supporter.


-Bon euh...tu retournes au boulot ou pas ?


La question à peine posée que Locke était déjà en train de se diriger vers la sortie comme si de rien n'était.

-Heh, vous m'avez cru quand j'ai dit que vous pouviez me ramener au taf ? Une autre fois peut-être. Et si vous voulez, venez au bar après le taf. J'vous dois des tournées.


Et sans attendre un quelconque commentaire de leur part, il sortit de l'Institut en toute impunité, se dirigeant vers son bar favori pour passer le reste du temps à ne pas travailler. La jeune fille y serait peut-être, peut-être pas. Si elle y était, elle ne serait probablement pas contente de le voir, tandis que Locke s'amuserait comme à son habitude de la situation aux dépens d'autrui.

_________________
Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 42
Messages rp : 25
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Lun 7 Aoû 2017 - 10:53 (6)
Arial ruminait sa colère dans son esprit, oubliant le monde qui existait autour d’elle. Ses pieds la portaient e c’étaient tout ce qui comptait. La colère et la tristesse occupaient pleinement son esprit et se relayait. Sa gorge était serrée et devenait douloureuse. Mais les larmes ne voulaient pas couler. Elles restaient bloquées au plus profond d’elle-même. Se libérer de l’étau qui se refermait autour de son cou. Mais rien à faire. Alors elle arborait un visage fermé signifiant bien aux autres qu’elle ne voulait pas leur parler mais que s’ils essayaient, ils risquaient de s’en prendre plein la figure. Car au fond, la jeune femme voulait qu’une personne l’interrompe. Elle aurait alors hurlait sur l’individu, évacuant ses sentiments dans une flopés d’injures et de mots durs. Elle en viendrait peut-être aussi aux mains si elle se laissait aller. Mais personne ne vint la voir. Personne ne la dérangea dans ses problèmes. Alors elle continuait d’avancer, sans se soucier de savoir où.

Elle remarquait pourtant, entre deux pensées assassines tournées vers Locke, qu’elle ne suivait pas le chemin pour rentrer chez elle. A plusieurs croisements, elle avait voulu prendre la direction de chez elle mais ses pieds avaient comme refuser de lui obéir, suivant leur propre voie. Son attitude l’avait trahi et maintenant ses jambes aussi. Qu’est-ce que ce serait la prochaine fois ? Son cerveau déciderait-il de la laisser tomber si ce n’était pas déjà fait. Et puis non, c’était la faute de l’autre crétin après tout. C’est lui qui avait cherché de s’en mangé une. Elle avait tenté de lui faire une farce. Il y aurait eu tellement d’autres possibilités pour lui de réagir que de vouloir l’humilier. Il aurait pu jouer le jeu et lui montrer après qu’il avait compris le manège. Mais non. Elle était idiote de ne pas avoir tenu compte des avertissements des personnes qui le côtoyaient.

Plongé de nouveau dans ses pensées noires, Arial ne remarqua pas qu’elle entrait dans le quartier des bars. Enfin, elle le savait au fond d’elle-même, mais son moi conscient refusais de le reconnaitre. Après quelques minutes de marche supplémentaire, elle entra dans un bar qu’elle ne connaissait pas. Sans même un coup d’œil pour la devanture et son nom. Si seulement elle avait su où elle mettait les pieds, elle aurait quitté précipitamment l’endroit sans demander son reste. Elle balaya la salle d’un regard neutre et se dirigea droit vers le comptoir où elle commanda une bière. Une fois servie, elle régla sa consommation et alla s’installer dans le coin le plus sombre qu’elle trouva. Comme si elle voulait se cacher du regard des autres. Elle observait les quelques personnes qui étaient ici. Eux ne lui avaient accordé qu’une faible attention quand elle était entrée. De temps en temps, elle croisait le regard du tenancier. Il n’exprimait rien à son égard. C’était juste de la surveillance. Arial ne pouvait pas lui en vouloir donc. Alors elle se concentrait sur sa boisson, pensant à ce qu’elle aurait dû faire. Cependant, ses pensées revenaient sans cesse à accusé Locke de ses maux alors qu’elle était la seule responsable de tout ça.

Elle vida sa choppe d’un traite et en commanda une seconde au barman. Celui-ci la lui apporta presque aussitôt. Ouvrant sa veste, elle en sortit l’enveloppe qu’elle aurait voulu confier à Locke. Elle était légèrement froissée mais encore en bonne état. Une larme coula le long de sa joue. Larme qu’elle essuya sans ménagement. Mais aucune autre ne suivit. La libération n’était pas pour tout de suite. Énervée, elle eut l’envie de déchirer le bout de papier qu’elle avait entre les mains. Le noyer dans son verre de bière. Mais sa main refusa ostensiblement de passer  l’acte. Alors, saisissant sa choppe, elle ingurgita une bonne moitié de la boisson. Et elle attendait. Peut-être qu'en étant saoul, elle y arriverait.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 234
Messages rp : 131
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Jeu 10 Aoû 2017 - 13:21 (7)
C'était d'un pas léger et sans la moindre préoccupation que Locke se dirigeait vers le quartier des bars. Une autre personne aurait pu avoir quelques pensées sombres ou des remords après s’être pris une baffe de la part de quelqu'un qui le détestait de toute évidence désormais, mais il n'en fut rien avec ce bon vieux scientifique qu'aucun problème du genre ne pouvait atteindre. Ce qui ne l’empêchait pas de boire tous les soirs pour oublier d'autres types de problèmes bien plus pesant dans son esprit. Il finit par arriver à son bar favori, un lieu d'une banalité sans nom, et ouvrit la porte. De son grand sourire il salua les habitués mais ne s'attarda pas sur le reste de la salle. Au lieu de ça, il prit place au comptoir et commanda un verre de rhum au barman, une connaissance de longue date, qui sans un bonjour ou un comment ça va, lui demanda tout de suite en lui tendant un verre:

-Est-ce que tu as énervé quelqu'un aujourd'hui ?

Drôle de question à poser à quelqu'un qui venait tout juste de rentrer dans un bar comme une fleur. Était-ce parce qu'il avait encore la joue légèrement rouge ?

-Voyons mon vieux, faut arrêter de croire que j’énerve des gens tous les jours. Des fois, il m'arrive de me tenir tranq….


Pas le temps de finir sa phrase, le tenancier lui indiqua d'un léger mouvement de tête quelqu’un dans un coin sombre. Dans un premier temps, Locke qui avait bu une gorgée de son rhum faillit s'étouffer. Elle était donc là, et avait bien choisi sa place pour ne pas qu'on la remarque. Dans un deuxième temps, il se demanda pourquoi elle était ici, dans le bar où il lui avait donné rendez-vous, après la façon dont elle l'avait laissé. Il avait imaginé qu'elle chercherait à l'éviter pour les deux ans à venir, mais apparemment... Tout dans les actions de la jeune fille semblait contradictoire à ses yeux.
Constatant la réaction de Locke, le barman se contenta de soupirer, probablement fatigué d'avoir tout le temps raison. Ce qui, non sans raison, irritait souvent Locke.

-Perspicace, comme d'habitude. Tu me connais un peu trop bien.  


Un seul coup d’œil observateur vers la jeune fille suffisait à savoir qu'elle transpirait la colère par tous les pores. Uuugh. Elle était du genre à garder rancune hein. Enfin. La dispute avait eu lieu aujourd'hui même, mais il était sûr que même après une décennie elle garderait facilement de l'animosité envers lui. Elle allait même peut-être à partir de demain se donner corps et âme pour que Locke ne puisse plus jamais sortir de l'institut avant la fin du travail. Shit.  
Il l'avait bien cherché, cela dit.

-Elle te ressemble.
Ajouta l'homme derrière le comptoir, d'un ton parfaitement neutre.

Le scientifique haussa un sourcil étonné, surpris par les paroles étranges de son ami. Il ne voyait pas vraiment ce qu'il voulait dire par là.

-Hein ? Cette gamine ? Les cheveux blancs c'est ça ? Heh. Le lui dis pas ça en face, me ressembler est pas vraiment un compliment.  

Mais aucune réponse ne se fit entendre, aussi Locke haussa les épaules et prit son verre pour s’asseoir à la table de la jeune Sally sans la moindre gêne ou peur. Il allait peut-être s'en prendre une autre, mais heh, il y était préparé. Si elle était là, c'était qu'elle voulait peut-être voir Locke. Pour quelle autre raison sinon ?

-Pas la peine de faire cette tête. Je faisais que te taquiner. J'allais pas vraiment le leur dire, tu sais. Mais euh…désolé quand même ?  

C'était lui qui s'excusait – bien que sans grande conviction - alors que c'était lui qui était la victime d'une farce ratée et qui s'était pris une baffe.

_________________
Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
avatar
yo
Personnage : Arial c'est une battante. Elle s'entraine régulièrement pour maintenir son corps en bonne santé. Elle n'en fait jamais trop. Son métier est agent de sécurité à l'Institut. C'est une femme assea carré quand elle est au travail. Mais il lui arrive d'être pris dans un élan de passion et d'agir sur un coup de tête. Cependant, elle fait en sorte de suivre scrupuleusement le règlement.
Elle a une aussi un sens de la justice assez développé. Elle souhaite aidé les plus faible car elle sait que, dans un monde comme le sien, les plus forts leur marchent dessus.
Elle aime beaucoup rire avec ses amis et peut avoir un côté farceur à de rares moments.
Nom de code : Dextre
Avatar : Weiss Schnee - RWBY (de Ex-Trident sur Deviantart)
Avatar IRL : -
Messages : 42
Messages rp : 25
Date d'inscription : 02/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sécurité
posté le Dim 13 Aoû 2017 - 18:26 (8)
Arial était tellement plongée dans ses pensées qu’elle n’entendit pas la porte d’entrée s’ouvrir. Et elle aperçut d’autant moins l’individu qui pénétrait maintenant dans l’établissement. Elle continuait de se repasser la scène en boucle dans sa tête, essayant de voir à quel moment tout avait sombré. Elle qui avait enfin prévu de révéler au Locke d’ici sa véritable identité et de lui remettre cette fameuse lettre qu’elle tenait en ce moment même entre ses mains. Mais était-ce si important au final ? Ce message de son père à  un lui d’une autre dimension ne changerait jamais rien. Elle se doutait que le contenu n’était pas une découverte sans précédent. Ce n’était que quelques mots adressés à soi-même dans le seul but de dire qu’il était possible de voyager dans les dimensions. Mais Pallatine avait rendu tout ça inutile. Après tout, les scientifiques avaient inventé leur espèce de machine pour les transferts. Le Locke de cette timeline devait en connaitre un rayon sur le sujet. Cette lettre ne lui servirait à rien. De plus, il croirait sûrement que c’était encore une blague de la jeune femme. Arial ne pourrait sans doute pas le supporter.

L’agente de sécurité prit une autre gorgée de bière. Il allait falloir prendre une décision à partir de maintenant. La situation lui semblait de plus en plus inextricable. Ses sentiments étaient devenus un véritable empoisonnement depuis qu’elle l’avait rencontré la première fois. Cela nuisait à son travail. Elle qui voulait faire ses preuves, elle avait le sentiment que tout était loupé à partir de maintenant. De plus, la jeune femme était consciente du fait qu’elle ne pouvait pas décider d’éviter l’étage de Locke pour éviter de tomber sur lui ; La seule chose à faire était de demander une mutation de service. Il lui fallait passer de la sécurité intérieure, à la surveillance de la ville. Cela surprendrait peut-être son supérieur mais elle était persuadé qu’il comprendrait.

Arial termina son verre rapidement et s’apprêtait à quitter le bar quand un mouvement attira son attention. Il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaitre l’individu qui venait droit vers elle. Locke. Précipitamment, la jeune femme glissa l’enveloppe dans la poche intérieure de sa veste. Presque comme si elle avait voulu cacher un objet précieux. Sa tristesse sembla s’évaporer d’un coup. Et, plus surprenant, la colère redescendit aussi. Elle se fit plus discrète. Elle n’eut pas le temps de protester face à son attitude. Il s’installa et ouvrit la discussion.

Elle ne croyait pas vraiment à ses paroles d’excuse. Une voix semblait lui murmurer que c’était une mauvaise plaisanterie. Que quelqu’un était en train de la filmer simplement pour voir sa réaction et pour se moquer d’elle. Un peu comme une caméra cachée. Et puis, comment avait-il pu la trouver ici ? Qui pouvait l’avoir suivi pour ensuite le prévenir lui ? La coïncidence aurait été trop grosse. Et puis, en y repensant, elle comprit pourquoi il était là. Elle qui ne connaissait pas vraiment les bars de la ville, il lui avait proposé de venir avec elle. Forcément, il lui avait donné l’adresse. Et, bêtement, la colère lui avait fait perdre les pédales et mener ici. Finalement, la jeune femme se sentait encore plus idiote qu’avant. Ce qui ne l’empêcha pas de répondre froidement :

« Je veux pas en parler. Je suis trop fatigué. »

Son regard ne soutenait pas celui de Locke. Elle ne voulait pas y voir un sentiment qu’elle redoutait. Elle espérait que son attitude pousserait le scientifique à aller s’installer ailleurs pour lui permettre de s’éclipser. Mais elle se doutait que la situation n’allait pas tourner comme elle se l’imaginait.  

« Je veux finir ma bière au calme et rentrer chez moi. »

Cette discussion rappelait à Arial celle qu’elle avait eue avec sa mère quand elle lui avait annoncé qu’elle s’engageait dans l’armée. Toutes deux s’étaient montrées froides, distantes, et aucune n’avaient voulu reconnaitre ses torts. Alors elles s’étaient peu à peu enfermer dans un mutisme lourd et pesant avant que les déménageurs ne viennent. Aucune d’elles n’avait osé scruter le regard de l’autre pour y voir la tristesse éprouvée. Cela avait été un combat de sourd qui s’était fini brutalement quand la sonnette avait retenti. Et puis plus rien. Seuls quelques échanges de courriers fugaces.

«  Est-ce que tu pourrais aller t’installer ailleurs s’il te plait ? Je voudrais être seule. »

Ces quelques mots furent dits sans agressivité mais avec force. Force atténuée pourtant par un léger tremblement dans la voix, trahissant un sanglot caché.
avatar
Personnage : "Je voulais faire une blague sur le sodium mais Na."
En surface? Un comic relief flemmard et souriant qui n'hésite pas à faire des farces et des blagues à tout bout de champ quelque soit la situation.
En profondeur? Des regrets, des angoisses et une dépression grandissante.
Car ce scientifique qui a passé sa vie à la recherche de la machine à voyager dans le temps sait. Il sait qu'il existe d'autres Locke, certains heureux, d'autres malheureux. Il sait aussi n’être qu'une version parmi tant d'autres d'un Locke original. Il sait aussi que son monde, son cher monde dans lequel il avait vécu toute sa vie, n'est qu'un faux monde, une simple version différente d'une Terre originale. Et il sait bien d'autres choses encore. Et il aurait aimé ne jamais savoir.
Nom de code : Lockace
Avatar : Sans - Undertale
Messages : 234
Messages rp : 131
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Recherche & Développement
posté le Jeu 17 Aoû 2017 - 16:35 (9)
Locke, toujours le sourire aux lèvres, sirota tranquillement son verre en écoutant les paroles de la jeune fille.
Aucune agressivité, aucune violence, aucune baffe, cela étonna presque Locke de voir la jeune fille dans un tel état. Elle avait même l'air, à la grande surprise de Locke, un peu abattue.
Et sans aucune surprise quelconque, elle avait demandé à celui-ci de voir ailleurs.
Était-elle du genre à avoir l'alcool triste ? Heh. Nah. Pas avec deux verres de bière, à moins d’être particulièrement non résistant à l'alcool.
Elle évitait même le regard de Locke, et il en conclut très vite que cette jeune fille au fort tempérament cachait quelque chose. De la honte peut-être. De lui avoir foutu une claque. Ou de lui avoir fait confiance. Les deux, probablement, haha. Deux notions qui semblaient de plus en plus étrangères à ce bon vieux scientifique.
Sur un ton léger et moqueur, il répondit :

-Quoi ? Tu t'en fait parce que tu m'as baffé ? Il reprit une gorgée de rhum, puis haussa les épaules : Naaah. Faut pas. Je l'ai mérité et j'ai l'habitude. Je ne compte plus le nombre de fois où on m'a foutu une baffe. Il ricana en se remémorant le nombre de fois où c'était arrivé au cours de sa vie, et combien ce nombre avait atteint des sommets depuis qu'il était à Pallatine en seulement 4 ans. Bah. Rien ne pourra être pire que les baffes de ma sœur, donc pas de souci.

Tiens. Cela lui ressemblait peu de ramener sa sœur sur le tapis, lui qui tentait tant bien que mal d'oublier sa famille et ses amis sur terre. Peut-être parce qu'elle avait profondément marqué Locke, et que le mot baffe était étroitement lié à sa sœur.
Meh. Ce n'était pas le moment de ressasser le passé.

-Je vais être sincère avec toi Sally. Depuis notre rencontre, tu as agi de façon bien particulière. M'enfin. Il haussa les épaules, signe qu'au fond, cela ne le préoccupait pas tant que ça et qu'il mettait ça sur le fait que chaque personne avait son coté bizarre et étrange. Il n'était que trop bien placé pour le savoir. Si tu insistes pour que je m'en aille, je ne pourrai que me soumettre à ta demande.  

Il aurait pu attiser la haine de la jeune fille en lui conseillant de ne pas trop boire si elle ne voulait pas qu'il continue à l'appeler Vomito, mais énerver ou embêter quelqu'un qui était déjà abattu mentalement, ce n'était pas vraiment drôle ni amusant. On pouvait croire à une mauvaise blague, mais il était parfaitement sincère en disant qu'il irait ailleurs.
En réalité, il y avait aussi le fait qu'il n'avait pas envie de créer une bagarre dans le bar de son ami. Pour ce soir en tout cas. Il sentait justement le regard lourd du barman sur lui. Tsss.
Il était donc prêt à laisser la jeune fille tranquille dans son coin, car elle semblait avoir besoin de solitude, et il ne pouvait que la comprendre.
Et puis, pour lui, elle n'était qu'une connaissance  parmi tant d'autres. Elle n'avait rien de spéciale à ses yeux. C'était la vie.

_________________
Les souvenirs:

Les cadeaux:


Les events:
Contenu sponsorisé
posté (10)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum