top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

Jun — Whisper

avatar
ephemeral
Personnage : Arrivé depuis bientôt deux ans, Jun vit sans remous. Il est de ces existences paisibles qui ne dérangent que rarement les autres et qui resteront peut-être pour toujours dans l'ombre. Il est un être banal, qui gentil, s'assied souvent et regarde la vie se faire. Lorsque vous lui parlez il vous écoute avec attention, et ses mains parfois viennent se perdre sur votre bras, réconfortantes. Distant, il ne parle que peu de lui, et lorsqu'il le fait vous l'impose sans vous demander votre avis.
Avatar : Onew — Shinee (fanarts)
Avatar IRL : Onew — Shinee
Messages : 17
Messages rp : 7
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Gangster
posté le Ven 23 Juin 2017 - 16:08 (1)
Jun Itô

Jun Itô

feat Onew | Shinee (fanarts de l'artiste faheej)

Caractère

Jun Itô

Histoire

Sur ses poignets existait la preuve d’une famille l’empêchant être heureuse : et il aurait aimé prendre des crayons et les lui colorier, lui faire oublier ce qu’elle n’arrivait à outrepasser. Il aurait aimé, oui, la secouer puis la prendre dans ses bras, lui demander de pardonner. Car comment avancer si nos colères nous liaient au passé ? Il l’aimait et son amour était désespéré : il l’aimait et aurait voulu être heureux pour tous les deux.

L’océan la lui rappelait : c’était comme si dans chaque goutte d’eau encore elle persistait.

S’il avait été artiste, Jun aurait peint sa mort un millier de fois, aurait ajouté des fleurs tout autour d’elle et l’aurait rendue si belle que tous auraient pleuré son départ. Elle était un ange retourné au ciel.

Se dire qu’il était le seul à penser à elle, le seul à qui elle manquait terriblement faisait monter en lui une colère sans fond. Il détestait ce présent où on lui avait arraché sa soeur qu’il aimait tant, détestait ce présent injuste où tous étaient si indifférents. Lui avait mal, comme un jour elle avait eu mal, mais la vie, pourtant, continuait d’avancer sans se soucier de leurs états d’âme.

Ils étaient vivants mais être morts n’aurait rien changé. Et c’était peut-être pour ça qu’elle était partie.

Car son départ n’avait créé aucune vague, suscité aucun remous.
Sauf chez lui, sauf pour lui.

Sa famille, aussi, s’était comme réveillée. La torpeur les animant d’ordinaire les avait soudainement quitté, et réalisant l’absence d’une fille qu’ils n’auraient plus jamais, ils s’étaient entredéchirés.

C’est de ta faute, que s’étaient mutuellement accusés ses parents. Mais n’étaient-ils pas tous deux coupables ? Un avait depuis longtemps cessé d’aimer sa femme, l’autre s’était réfugiée dans le travail, créant dans la maison un vide omniprésent. Indifférents, ils avaient tourné le dos à leurs enfants, qui seuls, n’avaient eu d’autre option que de s’occuper l’un de l’autre. Endossant plusieurs rôles à la fois, ils étaient devenus le pilier l’un de l’autre : mais l’un restant trop jeune, il n’avait réalisé à temps que sa soeur s’épuisait et que bientôt elle s'effondrerait.


Et endeuillé, Jun avait repensé au passé.


Né dans le brouhaha d’une ville surpeuplée, il avait appris à marcher dans un vingt mètres carrés. C’était sa soeur, qui de trois ans son ainée, lui avait tenu les mains et l’avait accompagné. Elle aimait lui pincer les joues et riait lorsque ne comprenant pas les règles de bienséance, il lui appuyait sur le nez. Elle avait les cheveux noirs et fasciné de les voir si longs, les lui attrapait parfois, content. Elle était son premier souvenir, et il était le sien.

Nombreux furent les après-midis passés ensemble, encore plus ceux où sortant, sachant que les parents ne seraient pas rentrés avant la nuit, ils prenaient le vélo pour se promener le long de la rivière. Elle s’asseyait sur la selle et lui sur le porte-bagages, les pieds au vent. Ils roulaient jusqu’à voir le coucher de soleil embraser le ciel, aimaient voir ces mille et une couleurs se refléter sur l’eau, qui scintillante les invitait à se rapprocher. Alors, s’arrêtant, ils se laissaient tomber puis rouler dans l’herbe, se chamaillant tout en cherchant un trèfle à quatre feuilles. Ce n’était que quelques heures plus tard qu'ils réalisaient que la nuit déjà était tombée et qu’il allait falloir rentrer.

Et alors qu’elle pédalait à toute vitesse, Jun levait la tête et observait les étoiles, heureux d’être ici, heureux d’être en vie.


Mais à présent à genoux, faisant face au portrait de sa soeur, il se disait qu’il ne l'était plus.
Il n’était plus content, non — n’était plus rien si ce n’était de vagues relents de douleur.

Comment pourrait-il oublier l’image de son corps transi, en chien de fusil sur le carrelage de la salle de bain ? Il se revoyait encore rentrer à l’appartement, signaler sa présence tout en enlevant ses chaussures, ne trouvant anormal qu’elle ne lui réponde pas. Les parents travaillaient et l’imaginant en train d’étudier, il était allé chercher de l’eau dans le frigo. Ce n’était qu’après avoir posé son sac dans sa chambre et se dirigeant vers la salle d’eau pour s’y laver les mains qu’il s’était arrêté. Pourquoi était-elle entrebâillée, alors qu’il pouvait y entendre plus loin le clapotis du bain ? Timide, il s’était avancé, murmurant le prénom de sa soeur tout en ouvrant plus grand la porte.

Il était tombé et le craquement de ses membres contre le sol carrelé ne lui avait arraché aucun cri. Blême, son regard avait fait un aller retour entre le bain rempli à ras bord, coulant au sol, et le corps inanimé à ses pieds. Il avait contemplé sans comprendre le rouge quoique dilué qui progressait sur la mosaïque, traçant une toile d’araignée qui peu à peu venait à lui, cherchant sans doute à l’y piéger.

Et il avait eu beau soudain sursauter, se précipiter à quatre pattes vers elle, la secouer tout en lui demandant de se réveiller, prenant son visage pâle entre ses mains... rien n’y avait fait. Elle était restée là, molle, tout contre lui : belle et immobile, belle mais immobile. Elle n’avait explosé de rire, n’était venue lui pincer le nez en lui disant qu’elle plaisantait, qu’il pouvait arrêter de pleurer. Elle l’avait abandonné et il ne comprenait pas pourquoi elle l’avait fait. Se détestait de ne pas avoir compris, de ne pas être rentré plus tôt, de ne pas lui avoir demandé. Il se détestait et se sentait détesté et ne croyait plus en rien car alors l’amour lui apparaissait comme une vaste plaisanterie. Elle lui avait menti en lui disant qu’elle l’aimait car si elle l’avait vraiment aimé elle ne l'aurait pas laissé ainsi, seul, recroquevillé : elle ne l’aurait pas laissé sans un mot, sans un baiser.

Elle ne l’aurait pas laissé seul mener sa vie.

Elle était partie toute habillée, gisant au sol, comme endormie. Elle était partie les poignets offerts au ciel, ces poignets qu’il aurait voulu embrasser et colorier, qu'il aurait voulu bander pour elle. Elle était partie et il réalisait qu’elle ne reviendrait pas. Il ne pourrait pas lui dire à quel point il l’aimait à quel point il la trouvait belle et à quel point lorsqu’il la regardait tout se calmait. Elle lui évoquait un tableau, mais jamais plus il ne pourrait lui en décrire les couleurs.

Ai avait choisi de partir et il aurait aimé pouvoir la suivre. Il aurait aimé comprendre, aurait aimé endosser sur ses épaules tous ses malheurs pour la porter toute entière vers le bonheur. Mais elle ne l'avait pas attendu et avait décidé de poursuivre sans lui. Tant pis.


Les saisons passaient mais pour Jun elles avaient perdu leurs saveurs. Il n’y avait que le printemps, qui de ses pétales tombant doucement sur la rivière, arrivait à lui arracher un sourire. Sa mère avait divorcé de son père, et le trainant par un bras elle l’avait jeté dans la voiture, l’emmenant bien loin de la ville et des souvenirs de son enfance. Il allait entrer au lycée et derrière lui laissait tout ce qu'il avait jamais aimé. Sur le trajet, il avait regardé la pluie puis les rizières, avait regardé la mer. Et c’était dans cet élément qu’il retrouvait sa soeur, dans ce bleu quelque peu transparent qu’il se revoyait avec elle, à vélo, riant.


Ce n’était que Sora qui un jour venant à lui avait réussi à faire resurgir en lui des émotions qu’il pensait depuis longtemps taries. Il avait de par ses sourires et sa présence continue, réussi à rendre la terre aride qu’était Jun en un milieu un peu plus fertile. Il avait après tout, avec le temps, oublié comment être lui : comment rire et comment comment vivre comme tout jeune garçon de son âge. Il avait, oui, oublié comment courir, les bras ouverts en grand, à hurler dans les champs. Il était une âme creuse dont l’intelligence déchiffrait le visage de ses camarades avant même qu’ils ne s’approchent de lui. Il analysait et perçait leur esprit, cherchant leur motif et la faille. Celle qui lui prouverait, qu’une fois de plus, cette affection n’était que factice : qu’il n’était qu’un trop bon trop con facile à apprécier car il n’avait de mal à rendre les sourires, à prêter son oreille et compatir.

Jun était doux mais dans sa douceur subsistait quelque chose de terriblement froid. Car si l’amour l’avait longtemps défini, une méfiance nouvelle l’animait. Il aimait aimer et aimait donner, mais ne s’attendait plus à ce qu’on lui retourne cet amour. Il se savait trahi d’avance, finissait bel et bien jeté et ne réagissait plus lorsque seul, on se moquait de lui. Lui auparavant si bavard était devenu silencieux et c’était dans ce silence qu’il avait appris à s’épanouir. Il était devenu un reflet de ses parents, un reflet de tout ce qu'il n'avait jamais connu.

Mais Sora n'avait pas abandonné et son amitié peu à peu avait continué à réveiller Jun. Il s'était surpris à penser à lui, à vouloir lui parler. Il s'était surpris, oui, à croire en quelque chose de réciproque et à ne pas chercher à déchiffrer, à comprendre, à découvrir les motifs qui le poussaient à ainsi venir à lui. Et il s'était ouvert, tel un bourgeon après un trop long hiver : lui avait parlé de ses parents, avait cependant négligé sa soeur, cette plaie restant trop vive, trop douloureuse.

Sora avait été une sorte de soleil et pourtant au fond de lui Jun aurait aimé en avoir plus. Il était cette plante qui peu à peu devenait dépendante.

Il aurait aimé tout lui donner en retour, aurait aimé lui offrir les plus beaux cadeaux, lui faire découvrir mille paysages : mais le printemps touchait à sa fin et toujours il ne savait pas.

Il aurait pu rester avec lui, tout simplement.
Mais inconstant, un homme était venu lui parler et il était parti. Le dernier jour du printemps

À quelques jours d'un anniversaire qu'il ne fêtait plus car sa soeur n'était plus là pour le lui souhaiter.

Et c'était arrivé à Pallatine qu'il avait réalisé que, peut-être, il avait commis la plus grande des erreurs.


Sorti de l'institut au bout de six mois, il s'était retrouvé, un soir, coincé dans les embrouilles d'une diaspora dont il ne voulait rien entendre. Et quelle erreur que d'aimer tant les langues, quelle erreur que d'en connaitre tant : quelle erreur d'avoir jeté un oeil vers eux et de s'être retrouvé piégé, coincé.

Quelle erreur qu'avait été ces deux années.

Au final sa vie ne se résumait qu'à ça : des choix, mais beaucoup d'erreurs.

Il aurait aimé revoir sa soeur.
Il aurait aimé revoir Sora.

Aurait aimé être un Jun qu'il n'était pas.

Ji-Young
Toujours aussi timide et awkward (et bavarde). ♥

avatar
/
Personnage : il est de ces gens qui ne se distinguent pas des autres. ni fragile ni fort, il est une force tranquille qui cherche à s'intégrer. patient, il observe le déroulé des saisons, attend son œuvre. sora n'est pas pressé. il n'a plus envie de vivre son existence pour lui-même - il cherche quelqu'un, un ami pour qui il offrirait sa vie. alors souvent il erre à pallatine. il sait se défendre. il ne se soucie pas vraiment des dangers. on dirait parfois qu'il n'est pas vraiment là, qu'il ne s'est jamais vraiment rendu compte qu'il avait quitté la terre.
Avatar : iwaizumi hajime
Messages : 340
Messages rp : 18
Date d'inscription : 21/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivées & Éducation
posté le Ven 23 Juin 2017 - 16:15 (2)
mon cœur n'est qu'amour et émotion à la pensée que tu es.
je m'entiche de toi.
veux-tu bien de moi pour la prochaine danse ? je rigole tu vas pas dire non
♥♥

_________________
sora
avatar
Personnage : Il ne sait pas se battre, il ne fait peur à personne. Tout ce qu'il a c'est une addiction aux calmants et des compétences de chirurgien. Il trouve son utilité dans les rangs d'Iwasaki en participant au trafic d'organes. Il garde secrète son allégeance. Plus facilement détestable qu'approchable, son sens pragmatique le rend tout de même utile, la plupart du temps.
Nom de code : Scalpel
Avatar : Izaya Orihara / Durarara
Avatar IRL : Haruma Miura
Messages : 143
Messages rp : 44
Date d'inscription : 30/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Clan Iwasaki
posté le Sam 24 Juin 2017 - 2:31 (3)


Les feels. Trop de feels. T'as un don pour faire des personnages avec trop de feels et je gljfkgjkldjf

Et en vrai je revois le gars que t'as pris comme avatar pleurer tout son soul dans un kdrama et ça vient d'amplifier les images x100.

Bref j'adore. Et j'ai hâte de le voir en l'action.

_________________


« [...] the real cynics are the ones who tell you everything's gonna be all right. »
-George Carlin

Cadeaux :
Spoiler:
Event de la St-Valentin

avatar
Personnage : Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.
Messages : 930
Messages rp : 93
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Jeune altermondialiste
posté le Sam 24 Juin 2017 - 18:56 (4)
J'étais pas au courant.
Et c'est très très la beauté ici, oh que oui, et ce choix de groupe pour un Japonais est 100% parfait, je dis oui j'approuve.
Bon courage pour la suite, s'il y a encore quelque chose à écrire.

_________________


Spoiler:



avatar
Personnage : Compte PNJ - responsable des intrigues, des partenariats et des validations, à contacter en cas de besoin.
Messages : 843
Messages rp : 95
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
posté le Sam 24 Juin 2017 - 19:11 (5)
J'avais imaginé bien des choses, mais je ne crois pas que je pouvais imaginer un personnage aussi beau. Il me fait penser à toi quand je le lis, et pourtant il s'intègre parfaitement à mon histoire. Il m'inspire déjà, Jun, on a envie de rp avec lui, de prêter une oreille attentive à ses problèmes, d'être là pour lui. J'ai juste envie de te dire merci pour avoir pris ce lien, merci pour le personnage. Merci d'avoir rendu le tout si réel et d'avoir comblé les manques. Je pense que tu étais vraiment la personne qu'il fallait.

Jun Itô

a reçu son permis de séjour à Pallatine

icon 100*100

Ce permis de séjour vous donne le droit de résider à Pallatine, de trouver un emploi et d'appartenir à une diaspora. Il atteste que vous êtes apte à vivre par vos propres moyens en ville. Nous vous rappelons que ce permis est obligatoire pour toutes vos démarches administratives auprès de l'Institut.

Si vous trouvez cette carte, merci de la déposer à l'Institut.

Informations à fournir dans les plus brefs délais.

- Votre adresse
- Votre nom de code
- Votre profil chronosrep.net
Facultatifs :
- Vos textes libres
- Vos recherches de rp

Sachez que :
- Votre avatar est automatiquement ajouté au bottin lorsque vous êtes validé(e), mais pensez à vérifier tout de même que l'ajout a bien été réalisé.
- Vous devez en revanche recenser votre nom de code dans le sujet adéquat.
- Vous n'avez pas de fiche de lien à proprement parler : vous pouvez ajouter tous vos liens dans votre profil, champ relations. Pour faire une demande, c'est par MP, dans les petites annonces ou via les réseaux sociaux.

avatar
ephemeral
Personnage : Arrivé depuis bientôt deux ans, Jun vit sans remous. Il est de ces existences paisibles qui ne dérangent que rarement les autres et qui resteront peut-être pour toujours dans l'ombre. Il est un être banal, qui gentil, s'assied souvent et regarde la vie se faire. Lorsque vous lui parlez il vous écoute avec attention, et ses mains parfois viennent se perdre sur votre bras, réconfortantes. Distant, il ne parle que peu de lui, et lorsqu'il le fait vous l'impose sans vous demander votre avis.
Avatar : Onew — Shinee (fanarts)
Avatar IRL : Onew — Shinee
Messages : 17
Messages rp : 7
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Gangster
posté le Sam 24 Juin 2017 - 20:31 (6)
Sora : c'est moi qui ne suis qu'émotions ! Je suis à la fois contente et soulagée que Jun te plaise, et très touchée par ton message de validation ♥ Je crois qu'on ne peut rien dire de plus beau que "ça me donne déjà des idées / envie de rp avec toi" du coup je ne peux que te répondre que j'ai très hâte aussi et que j'espère que ce sera à la hauteur de tes espérances ♥♥

Ming ming : en vrai j'ai vu ce drama je vois exactement duquel tu parles donc ça me fait trop bizarre d'imaginer Jun à la place du mec dans la scène ?? Mais ce drama était so nice je rigole bien de savoir que tu l'as vu aussi hihi ♥♥ Et si tu veux le voir en action alors tu n'as qu'à le voir en action dans un de tes rps avec moi Malicieux car moi je veux le voir en action avec un de tes persos voilà ♥

Naga : tu sais que je me demandais si tu allais poster à la fin juste avant / après la validation comme la dernière fois ?? Du coup je sais pas pourquoi j'avais envie que tu viennes me faire coucou sur la fiche de Jun et je suis troooop contente ?? J'ai la banane sur le visage et je sais pas quand tu l'as lue mais normalement oui elle était finie Malicieux Et j'aime te surprendre voyons et j'ai déjà mis le smiley coquin je peux pas le remettre c'est la crise pff donc imagine le enfin bref je parle trop ♥

Merci à vous ♥
avatar
/
Personnage : STARBOY est l'étoile de PALLATINE.

Vous l'avez forcément déjà vu dans un bar sombre entrain de faire son show ou dans une réception hypée sous le bras d'importants et riches personnages. Son nom résonne et évoque une lumière vive, éclatante d'espoir et de bienveillance. FRANNY s'est fait héros de tout les jours, protégeant les citoyens impuissants face aux attaques des gangs, car FRANNY est fort et puissant. Mais il est davantage connu pour son corps, ses courbes merveilleuses dont on rêve et qu'il offre - un moyen comme un autre de gagner sa vie - par choix.

Extravagant, joyeux, bulle sous pression d'amour, tornade de sentiments imprévisible, torrent hors contrôle de sensibilité. Bombe qui explose : fond en larme, hurle de douleur pour des raisons qui vous échappent. FRANNY s'exprime, assume, déballe tout : ses pensées aussi bien que sa chaire douce et fort appréciée. Aucune goutte de honte ne coule dans ses veines, il enlace la vie et ne tend qu'à soulager les peines du monde en l'embrassant passionnément.

Strip-teaser, escort-boy, muse, prostitué, musicien improvisé, écrivain, boxer, justicier.

Sur Terre FRANNY était un boxer connu sous le nom de ZEPH' ayant gagné un championnat du monde mais tombé dans la disgrâce pour divers motifs, parmis lesquels son homosexualité assumée. Écrivain reconnu pour ses écrits scandaleux (mais applaudis par les critiques) traitants -entre autres- de sexualité, des droits L.G.B.T, de féminisme et de racisme. Très impliqué dans les luttes humanistes, il utilisait sa célébrité pour partager ses combats idéologiques.
Nom de code : STARBOY
Avatar : Joseph Joestar - JOJO'S BIZARRE ADVENTURE
Avatar IRL : /
Messages : 43
Messages rp : 8
Date d'inscription : 22/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Citoyen
posté le Sam 1 Juil 2017 - 21:09 (7)
" Il avait contemplé sans comprendre le rouge quoique dilué qui progressait sur la mosaïque, traçant une toile d’araignée qui peu à peu venait à lui, cherchant sans doute à l’y piéger. "

La comparaison avec la toile d'araignée m'a tellement surpris et plu ! Brille Agonise

J'aime tant, j'aime trop. j'ai aussi été surpris du coup du lien avec Sora, mais c'est tout si joliment filé et construit ! Et puis le voir dans une diaspora qui ne serait pas traditionnellement la sienne (et la raison pour laquelle il s'y trouve, juste expliquée en quelques lignes) m'a énormément plu aussi, et fait pensé à YARU. Cœur Cœur Je suis en retard, mais je suis là !! Je n'aurais laissé passé cette fiche pour rien au monde ! Héros

_________________

You love sandwich ?:
avatar
ephemeral
Personnage : Arrivé depuis bientôt deux ans, Jun vit sans remous. Il est de ces existences paisibles qui ne dérangent que rarement les autres et qui resteront peut-être pour toujours dans l'ombre. Il est un être banal, qui gentil, s'assied souvent et regarde la vie se faire. Lorsque vous lui parlez il vous écoute avec attention, et ses mains parfois viennent se perdre sur votre bras, réconfortantes. Distant, il ne parle que peu de lui, et lorsqu'il le fait vous l'impose sans vous demander votre avis.
Avatar : Onew — Shinee (fanarts)
Avatar IRL : Onew — Shinee
Messages : 17
Messages rp : 7
Date d'inscription : 23/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Gangster
posté le Lun 3 Juil 2017 - 16:55 (8)
Franny : j'étais sur mon téléphone à côté d'une amie lorsque j'ai lu ton message et j'avais un tel sourire sur le visage qu'elle m'a demandé ce qu'il se passait eeet je lui ai tout expliqué et elle m'a prise pour une folle mais bon tant pis hehe ♥♥ merci beaucoup pour ce message ?? cette comparaison que tu as cité me tient d'ailleurs beaucoup à coeur, je voulais vraiment bien écrire ce passage donc voir qu'il t'a plu me touche beaucoup ♥ je te remercie encore et même si tu es arrivée en retard je suis bien contente que tu aies posté (car du coup j'ai toujours ce grand sourire sur le visage bye haha) ! ♥
Contenu sponsorisé
posté (9)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum