Forum RPG à avatars illustrés - Tout public - Aucune condition de ligne ou d'activité

login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :


    Au son de la trompette — HAYDEN

    Voir le profil de l'utilisateur
    Yarū Nairag
    Gangster
    Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

    Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

    Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

    Messages : 96
    Messages rp : 32
    Date d'inscription : 01/04/2017
    /
    Nom de code : Le chasseur
    Jukebox : FURYO
    RAIN
    Avatar IRL : /
    Avatar : Ashitaka - mononoke hime

    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Au son de la trompette — HAYDEN
    le Jeu 24 Aoû 2017 - 16:25
    Au son de la trompette / HAYDENDans la nuit à peine née, les ruelles brillaient et vibraient de monde. Les voix et les musiques enfermées dans les bars s'infiltraient à l'extérieur, se mêlant ou brouhaha des pas enjoués ou pressés. YARŪ avançait doucement, obligé de se fondre dans la foule, évitant les passants à pas légers les yeux fixés sur les insignes des bars qui défilaient à sa droite et à sa gauche, à la recherche d'un lieu précis. Dans sa main, il tenait un petit papier, un nom y était inscrit ainsi qu'une heure. Il était en avance, mais en se perdant il arriverait en retard... Ce qu'il souhaitait absolument éviter.

    Il pressa le pas, restant attentif pour ne pas dépasser involontairement l'endroit qu'il recherchait et trouva finalement. Des gens s'attroupaient dehors, discutant sans sembler prêt à entrer, la porte entrouverte invitant à entrer. Il se glissa discrètement à l'intérieur, dans la chaleur et la fumée du lieu. Il y avait du monde, mais l'endroit était assez vaste pour éparpiller la foule. YARŪ déambula jusqu'au bar, s'y accouda et commanda une boisson en gardant ses yeux rivés sur la scène. Il cachait son impatience sous un voile de calme en trempant ses lèvres dans la mousse de la bière. Il avait hâte d'entendre, de découvrir et de voir, alors que les lumières sur la petite scène se tamisaient, que quelques cris graveleux et empressés s'élevaient. YARŪ décida de s'approcher doucement pour mieux voir.

    by evil triangle (NMD)

    ___________________
    Au son de la trompette — HAYDEN Tumblr_onist1BcrM1tlt4x4o7_r2_250Au son de la trompette — HAYDEN Tumblr_onist1BcrM1tlt4x4o9_r3_250
    Voir le profil de l'utilisateur
    Hayden Cooper
    Hippodrome
    Ca vient.
    Messages : 48
    Messages rp : 20
    Date d'inscription : 20/04/2017
    Au son de la trompette — HAYDEN 468028Horseshoe
    Nom de code : Derby
    Avatar : Shirogane Naoto - Persona 4

    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Re: Au son de la trompette — HAYDEN
    le Mar 19 Sep 2017 - 22:13
    C’était la folie, ce soir.

    C’était la folie mais un bon genre de folie ; pas comme un soir particulièrement affairé à l’hippodrome, ce qui signifiait pochetrons en tout genre, serveurs débordés et clients mécontents. C’était la folie parce que le bar commençait à se remplir (et dieu que Hayden était contente de ne pas y travailler, ce soir là ou un autre d’ailleurs), et que les rumeurs de la foule commençaient à croître. On entendait le bruit de carafes contre des verres ; des glous-glous qui indiquaient que les dits-verres étaient remplis ; des ding révélateurs des tchin-tchin ( qu’ils boivent donc, cela faisait marcher les affaires du bar) ; des bruits de chaise raclant le sol. Les voix des serveurs qui cherchaient à placer ce petit monde aussi, et Hayden dut s’empêcher de repousser le rideau pour aller aider les officiants. Il était difficile de perdre les bonnes habitudes. POur une fois qu’elle n’était pas de ce côté-là du restaurant..

    Elle était un peu nerveuse, comme à chaque représentation. C’était loin d’être la première fois que l’orchestre jazz se produisait sur scène, et pourtant cela lui faisait toujours cet effet. C’était normal,supposait-elle. Un bon musicien doit avoir le trac. Ce n’était pas qu’elle ne connaissait pas ses partitions non plus, au contraire, ils avaient assez répété pour cela ; et elle était prête à improviser si nécessaire, car le jazz n’était qu’au fond improvisation et libertés. On pouvait rallonger le morceau si nécessaire, partir dans complètement autre chose : on pouvait faire ce qu’on voulait, en gros. Et c’était bien pour ça qu’elle aimait tellement le jazz, comparé à la musique classique aux cadres qui lui apparaissaient si rigides.

    “Ca va être à vous”, chuchota le monsieur loyal de la soirée ; le propriétaire du bar. Elle acquiesça, regarda ses comparses. Ils avaient plutôt fière allure avec leurs tenues assorties, chemises blanches, gilets sans manches noirs  assortis aux pantalons,l’inévitable pochette rouge, et le béret carmin sombre. Couleurs des Gangsters ; ce soir, ils pouvaient affirmer haut et fort leurs couleurs, car après tout ils étaient à Kolt. Leur territoire. Chez eux.

    Elle inspecta une dernière fois sa trompette pendant qu’on présentait l’orchestre au public. Non, tout allait bien ; elle s’était suffisamment échauffée.

    Et c’est avec un sourire qu’elle suivit ses comparses sur scène. Quelques minutes pour s’accorder ; et puis le début.

    Ils avaient décidé de frapper fort dès le début, avec un morceau au nom prédestiné.

    In the mood.
    Voir le profil de l'utilisateur
    Yarū Nairag
    Gangster
    Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

    Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

    Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

    Messages : 96
    Messages rp : 32
    Date d'inscription : 01/04/2017
    /
    Nom de code : Le chasseur
    Jukebox : FURYO
    RAIN
    Avatar IRL : /
    Avatar : Ashitaka - mononoke hime

    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Re: Au son de la trompette — HAYDEN
    le Lun 25 Déc 2017 - 23:54
    Au son de la trompette / HAYDENYARŪ était étrangement excité, presque aussi nerveux que les artistes agglutinés sur la scène, qui parut à ses yeux bien trop petite pour accueillir autant de monde. Dans la foule qui commençait à s'agiter alors que l'orchestre était présenté, YARŪ se sentit compressé et mal à l'aise. Ce genre de rassemblement, il ne s'y était jamais parfaitement habitué. Non pas que cela lui déplaise, la nouvelle musique caressait son cœur de bonne humeur. Mais la présence d'instruments aussi nombreux le troublait, chez lui, les voix suffisaient et étaient seules. Aujourd'hui, les chants n'existaient parfois plus dans certaines chansons. Pouvait-on toujours les appeler ainsi ?

    Sortant de ses pensées empruntent d'une mélancolie qu'il réprima, YARŪ distingua, parmi les autres visages illuminés sous les projecteurs, celui rond et doux de HAYDEN, bien trop concentré pour remarquer le mouvement de bras que le cuisinier lui offrait en signe d'encouragement. Bientôt le concert commencerait, et YARŪ ne savait pas à quel genre de musique il serait confronté... Dès les premières notes, certains spectateurs applaudirent. Ils semblaient, contrairement au néophyte qu'était YARŪ, presque connaitre la musique et se déhanchaient déjà. Le mongole, n'était pas tout à fait dépaysé, il écoutait souvent ce genre de musique... Du Jazz ? Il aimait bien ça et il put suivre le rythme, mais pour la première fois il voyait tout ça en vrai.

    Il pouvait sentir, glisser contre sa peau, le frissons du live, le son véritable venait se heurter à ses oreilles et faire danser ses doigts. C'était entrainant et chaud, il souriait, le cœur plus léger que jamais. Il adorait et profitait sans voir le temps défiler. Jusqu'à ce que HAYDEN, pour l'une des chansons, ne s'approche davantage. Il s'avéra que son grand moment était venu. Autumn Leaves, YARŪ ne connaissait évidemment pas le titre, mais il savoura le moment, fier de connaitre l'artiste vedette de la soirée ! Le son chaud de la trompette et le doigté délicat mais rythmé de HAYDEN était particulièrement enivrant, clôturant le concert, pour devenir l'image grandiose que tous garderaient en tête. YARŪ applaudit à s'en faire rougir les mains, exalté, le cœur bondissant de joie : si content d'avoir assisté, enfin, à la consécration de son ami. Et une fois les lumières éteintes et les artistes sortis, le mongole se dirigea vers la porte menant aux coulisses. Il s'y faufila discrètement, avec l'habilité d'un chat, pour y retrouver HAYDEN. Il demanda son chemin à quelques musiciens, qui le firent avancer jusqu'à une petite porte, cachée.

    by evil triangle (NMD)

    ___________________
    Au son de la trompette — HAYDEN Tumblr_onist1BcrM1tlt4x4o7_r2_250Au son de la trompette — HAYDEN Tumblr_onist1BcrM1tlt4x4o9_r3_250
    Voir le profil de l'utilisateur
    Hayden Cooper
    Hippodrome
    Ca vient.
    Messages : 48
    Messages rp : 20
    Date d'inscription : 20/04/2017
    Au son de la trompette — HAYDEN 468028Horseshoe
    Nom de code : Derby
    Avatar : Shirogane Naoto - Persona 4

    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Re: Au son de la trompette — HAYDEN
    le Sam 6 Jan 2018 - 22:15
    Et elle jouait, elle jouait de la trompette avec cet enthousiasme qui ne l’avait jamais quitté sitôt qu’elle avait découvert la trompette et le jazz. Elle jouait avec ses tripes, avec son coeur, avec tout ce qu’elle avait parce qu’elle ne savait pas jouer autrement. Comme le reste des membres de l’orchestre. Pas de techniciens parmi eux, que des gens qui jouaient avec leurs âmes, qui improvisaient parfois et qui parvenaient pourtant à s’accorder. Parce que l’essence du jazz était la liberté, et qu’ils se connaissaient bien,qu’ils étaient amis, réunis par leur passion de la musique.

    Hayden souriait, malgré sa concentration, elle s’amusait, elle s’éclatait parce qu’elle faisait quelque chose qu’elle aimait. Ils enchaînaient les morceaux et les applaudissements. Le public de ce soir était réceptif, ils dansaient parfois et cela renouvelait son zèle à jouer ; rien de tel pour motiver qu’un public qui aimait le spectacle.  Ils en redemandaient même, applaudissant à chaque morceau avec enthousiasme, elle entendait même des sifflements appréciateurs. Ils étaient le meilleur orchestre jazz de Kolt, après tout ; tout ça leur était dû !

    Vint le moment du morceau final, son solo : Autumn Leaves. Un morceau plus tranquille, moins rapide que le précédent mais pas moins technique, et plus long. Elle restait encore plus concentrée, bougeant au risque de la musique, appréciant simplement le sentiment de jouer avec ses camarades, elle ne se sentait pas mise en avant mais comme faisant partie d’un tout, d’une unité, d’une entité qui brillait par sa cohésion.C’était tout ce qui comptait. Et cela marchait, pas de fausses notes mais de l’improvisation légère - juste pour s’amuser un peu.

    Et puis finalement - finalement, elle eut un peu de calme dans sa loge. Envoyant son béret atterrir plus ou moins gracieusement sur le porte-manteau, elle finit par envoyer voler sa veste sans manche, déboutonnant les trois premiers boutons de sa chemise avant de boire une grande rasade de la bouteille d’eau qui avait été placée là à son intention - et de s’écraser dans le canapé, sur le dos.. Elle avait tout donné ce soir, elle était vannée ; elle n’aspirait qu’à se reposer un peu.

    Mais elle entendit des coups sur la porte, aussi répondit-elle  un «Entrez !», et ce fut Yaru qui fit son apparition. Hayden se redressa à moitié, eut un sourire, et lança :

    «Alors, le concert t’a plu ?»

    Sa voix était malicieuse et... presque fière, oui.
    Voir le profil de l'utilisateur
    Yarū Nairag
    Gangster
    Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

    Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

    Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -

    Messages : 96
    Messages rp : 32
    Date d'inscription : 01/04/2017
    /
    Nom de code : Le chasseur
    Jukebox : FURYO
    RAIN
    Avatar IRL : /
    Avatar : Ashitaka - mononoke hime

    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Re: Au son de la trompette — HAYDEN
    le Ven 23 Mar 2018 - 2:04
    Au son de la trompette / HAYDENAutorisé à rentrer, YARU passa sa tête par la porte, tout sourire, le cœur battant comme s’il rencontrait pour la première fois une personne très importante. Le regard pétillant, il dévisagea son ami qui se tournait vers lui. Et sautillant de joie, encore tout chamboulé par son expérience et si fier de Hayden, il entra en frappant dans ses mains avec enthousiasme se retenant de hurler d’innombrables bravo.

    Il avait le cœur léger. Léger comme jamais, la musique l’avait lavé de ses doutes et de ses peines. Comme un enfant sorti d’un manège, il trépignait d’une impatience inexpliquée, un intense bonheur engourdissant ses bras. Peut-être était-ce l’effet des quelques verres qu’il avait bu pendant que la musique battait son plein ? Mais cela faisait longtemps que YARU ne s’était pas senti si bien. Les intrigues sombres de Pallatine n’existaient plus ce soir.

    HAYDEN avait l’air exténué malgré le sourire satisfait qu’il arborait. Et YARU, même s’il n’y connaissait rien, imaginait bien que de telles prouesses musicales demandaient une énergie folle. YARU se rapprocha de son ami pour poser ses mains sur ses épaules. Il était si fier de connaître un musicien ! Un musicien si doué !

    « J’ai adoré ! » S’exclama-t-il en secouant avec entrain HAYDEN, ne parvenant pas à retenir sa joie, avant de le lâcher, gêné. «Je ne suis pas très connaisseur de concerts, je ne suis pas allé à beaucoup, et je ne connais pas très bien la musique… Mais j’étais complètement aspiré par l’énergie ! »

    Il se tracassait parfois à l’idée de ne pas être apte à poser de jugement… Ni à apprécier tant il n’y connaissait rien et craignait se tromper… Mais oubliant finalement de se chercher quelconque légitimité, l'engouement s’empara de lui de nouveau, le faisant tourner sur lui même, au rythme d’une mélodie dont il se souvenait.

    « Tu sais, toujours envie de danser, du début à la fin ! Et même après. »

    Il rit. De bon cœur. Il était si rare pour lui de se laisser sourire si naturellement… Définitivement, la musique lui faisait un bien fou. Puis il se sentit bête, et retint ses rires dans un sourire gêné en se grattant la tête.

    « Et ta partie était si belle ! Tu étais sensationnel ! Bravo ! Je sui fan ! Il faudrait vraiment que j’aille à davantage de concert ! »

    by evil triangle (NMD)


    H.R.P:
    Je suis en retard. Du coup YARU est fou. Cœur face palm

    ___________________
    Au son de la trompette — HAYDEN Tumblr_onist1BcrM1tlt4x4o7_r2_250Au son de la trompette — HAYDEN Tumblr_onist1BcrM1tlt4x4o9_r3_250
    Voir le profil de l'utilisateur
    Hayden Cooper
    Hippodrome
    Ca vient.
    Messages : 48
    Messages rp : 20
    Date d'inscription : 20/04/2017
    Au son de la trompette — HAYDEN 468028Horseshoe
    Nom de code : Derby
    Avatar : Shirogane Naoto - Persona 4

    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Re: Au son de la trompette — HAYDEN
    le Lun 5 Nov 2018 - 22:25
    Hayden  se sentait bien, avec Yaru. Cela avait toujours été comme ça - il l’apaisait par son calme et sa douceur. Cela n’était pas peu dire vu la boule de nerfs qu’était la jeune femme, si prompte à s’énerver, à s’emporter.  Comme la musique qui dans son cas apaisait bien les moeurs. Lui permettait de canaliser son énergie aussi. Ou plutôt,de l’employer à bon escient. Lui permettait de s’amuser, de s’évader, d’oublier un peu la grisaille du quotidien pour partir vers des horizons plus joyeux, plus colorés, plus libres. D’où le choix du jazz, pour elle.Elle était du coup, fort contente que cela ait plu autant à Yaru. Yaru qui l’avait prise par les épaules, ce qui la fit s’empourprer - mais peut-être qu’avec l’excitation du passage sur scène cela passerait inaperçu. Elle ne voulait pas que Yaru se doute de quoi que ce soit. Parce que les choses deviendraient vite gênantes. Elle était une gamine face à lui. Impossible d’envisager quoi que ce soit de sérieux.


    «Oh là, attention !» lança-t-elle, riant à moitié. «Mais c’est cool si tu as apprécié le concert ! Je te tiendrais informé des prochaines dates du groupe si tu veux !» Non pas qu’elle veuille se faire mousser, mais vu que Yaru semblait avoir apprécié leur prestation, peut-être que d’autres concerts lui plairaient? «C’est l’effet jazz», commenta-t-elle ensuite en faisant un clin d’oeil à son ami. «C’est plein d’une énergie positive, on a envie de danser...» Et plusieurs des clients ne s’étaient pas gênés non plus. C’était bien, c’était le but.

    «Juste comme ça», rit-elle encore alors qu’elle voyait le brun se dandiner un peu. «C’est parfait !» Elle l’aurait bien suivi si elle n’était pas aussi claquée. Les prestations, c’était fatiguant. «C’est ça qui me plaît tant dans le jazz, dans la trompette. Ca te met une ambiance de folie en peu de temps, tu as vu tous ces gens qui dansaient, qui s’animaient...J’adore. C’est tellement spontané, décontracté...»

    Et alors qu’elle le voyait sourire, elle eut l’impression que ses joues chauffaient à nouveau. Maudits rougissements. Maudit crush sur ce maudit jeune homme. Elle se sentait bête en sa présence, et pourtant intéressante, intelligente, à cause des compliments qu’elle lui faisait. Sentiments contradictoires qu’elle détestait ressentir, elle qui aimait avoir les choses sous contrôle.

    «J’ai juste bossé et -merci Yaru,c’est très gentil.Faut dire que les autres gens du groupe sont géniaux, aussi.» Elle se frotta la tête, gênée. Elle détestait se sentir aussi bête. Elle détestait se sentir chamboulée. Le monde basculait sur ses fondations et c’était moche. Pour eux deux. «On pourra aller voir d’autres tous les deux, ce ne sont pas les concerts qui manquent à Pallatine !» Bon après elle ne parlait pas non plus des concerts prout-prout des opportunistes, mais des concerts plus grand public. Il y avait déjà d’autres groupes de jazz que le leur. Et l’an dernier, elle avait vu un groupe de mariachis, guitares et sombreros à l’appui. Une expérience sympa aussi, à renouveler.«J’ai aussi d’autres CDs de jazz à mon appart’, je pourrais t’en prêter si tu veux !»

    Et bien rangés s’il vous plaît ! Pas juste empilés - dans un meuble spécial pour eux !
    Contenu sponsorisé
    Au son de la trompette — HAYDEN Empty Re: Au son de la trompette — HAYDEN
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit