bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez

La Gazette de Pallatine - juillet 2017

avatar
PNJ

PNJ destiné à nos merveilleux volontaires. N'envoyez de MP que dans le cadre de la Gazette, s'il vous plaît.
Messages : 26
Messages rp : 14
Date d'inscription : 15/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 1 Juil 2017 - 17:14

La gazette de Pallatine

1er juillet 2017 ▬ L'histoire du clavier en épouvantail

C'est un fait, « juillet » rime avec « été », « festivité », « crème glacée » et « chaleur » – pour ce dernier, nous sommes moins sûrs, mais à la faveur d'une dyslexie en phase terminale tout devient possible... Une chose nous reste certaine : dans le monde du rpg, les vagues estivales sont le plus souvent composées de départs en vacances et d'arrivées provoquées par le temps libre. Une période propice aux grandes marées, donc. Que vous soyez en vacances, que vous en prévoyiez ou qu'il vous faille attendre plus longtemps, nous espérons que le mois de juillet vous sera des plus agréables !


Quand ils arrivent en ville ♫

Rares sont ceux qui ont posé leurs valises à Pallatine en juin dernier, mais pour les accueillir sur la jetée d'Ocane, il y avait du monde ! La plupart n'ont pas eu besoin de louer une chambre d'hôtel avant de trouver leurs marques, car ils connaissaient les lieux de longue date, tandis que d'autres ont eu le plaisir – ou l'horreur – de revoir des proches. Mais qu'ils vous soient connus ou inédits, ouverts ou intrigants, n'hésitez pas à venir à leur rencontre ; aucun d'entre eux ne mord (pas trop fort) ~



Eugénie Mercier Cette jeune femme, guichetière de métier, possède une certaine joie de vivre. Quand on la voit, on se demande ce qui attise cette joie. On a envie de partager ce sentiment. Mais ne vous y trompez pas trop. Eugénie n’a pas l’impression d’être heureuse. Elle a envie de devenir quelqu’un d’inoubliable et pourtant, ce n’est pas l’image qu’elle se donne. Elle se trouve médiocre et déteste ça. Elle recherche le bonheur. Sans cesse. Sa dernière piste en date l'a menée à Pallatine. Mais trouvera-t-elle la clé du bonheur ici ?



Jun Itô Profondément attristé suite à la mort de sa sœur, il en veut au monde de la lui avoir arrachée. La joie qu’il avait partagée avec elle s’était transformée en douleur. Quelque part au fond de lui-même, il pense être en partie responsable de sa mort. Mais il lui reproche aussi de l’avoir abandonné. Le cœur de Jun s’est brisé irrémédiablement. Il est devenu un peu froid et distant. Comme muet, parfois. S’attendant à être trahi. Mais sa rencontre avec un certain Sora changea cela. Il trouva en ce jeune homme une sorte de frère de substitution. Une personne à qui il pouvait se confier. Une personne en qui il pouvait avoir confiance. Mais malgré cette amitié naissante, Jun quitta la Terre pour Pallatine. Aujourd’hui, Jun se demande si sa vie n’est pas qu’une succession d’erreurs qui lui seraient tombées dessus sans qu’il le souhaite. Et pourtant, peut-être que quelqu’un l’attend ici à Pallatine. Une personne qu’il aime et qui lui a fait retrouver les couleurs dans sa vie.



Mirai Watanabe Ce jeune homme est solitaire. Depuis qu’il est arrivé à Pallatine. Depuis la mort de sa mère. Il est seul. Et pourtant, il ne semble pas avoir envie de sortir de cet état de faits. Il prend un peu les autres de haut, n’hésitant pas à se montrer parfois agressif verbalement. Mais ce n’est pas une mauvaise personne. Cette attitude n’est qu’un appel à l’aide vis-à-vis du monde. Son histoire n’a pas été facile. Il ressent une certaine colère à l'égard de son père qui n’a pas été là lorsqu’il était enfant et qui a abandonné sa mère. Pendant longtemps, il a vu son géniteur comme un héros ayant sauvé son pays. Mais il a commis le crime d’être absent. On ne fait pas un père avec des histoires, après tout. Alors il a appris à survivre sans lui. À être indépendant. Car il veut vivre, Mirai. Vivre pour faire vivre l’héritage de sa mère. Il veut retrouver ce père absent. Pour lui et pour sa mère. Mais sa recherche ne le mènera pas là où il le désire.



Sheldon Junca Élevé dans une famille pauvre, Sheldon n’en semble pas moins heureux. Il a vécu auprès de parents qui l’aimaient. Son père, membre d’un groupe de reggae, partagea avec lui sa passion pour ce style de musique. Sheldon fit vivre cet héritage, même après la mort de son père, en particulier grâce à son propre groupe de reggae. Mais au bout de quelques années, il céda aux sirènes de Pallatine en laissant sa mère tant aimée derrière lui. Aujourd’hui, le jeune homme porte la double casquette de serveur de fast-food et de dealeur. Et malgré les préjugés que l’on peut avoir, Sheldon reste un homme discret. Il ne se mêle pas des problèmes de diaspora. Par contre, il ne supporte pas que l’on s’en prenne à plus faibles que lui. Il possède des mauvaises habitudes, mais on peut le lui pardonner.



Sora Isezaki Pendant un temps, Sora s’est cru le centre du monde. Mais il a bien changé depuis le temps. Il a décidé de repousser ses sentiments nombrilistes et pense un peu plus aux autres, même s’il n’en fait pas une priorité. Cependant, ce jeune homme reste une personne très discrète, parlant très peu de lui et donnant parfois l’impression de se retenir. Il se demande parfois pourquoi il est vivant. La raison de sa présence dans l’univers. Cette question n’est cependant pas maladive. En effet, Sora se considère comme une personne heureuse et met au défi quiconque affirmerait le contraire. Il ne semble aspirer qu’à une chose : la paix. Sa paix que rien autour de lui ne semble pouvoir ébranler. Et cette paix, il est capable de la défendre quand quelqu’un la menace. Alors ne le sous-estimez pas.





Capsule varia

Des goûts et des couleurs, on ne dispute pas – d'après le fameux dicton – et, si l'on vous dispense de la dissertation philosophico-étymologique selon laquelle cette assertion est aussi discutable sémantiquement parlant qu'acceptée orthographiquement, vous comprendrez sans mal combien il est difficile de glisser à l'intérieur de cette capsule un truc, bidule, machin, chose, qui fasse les choux gras de vos yeux, oreilles, doigts, langue (personne ne veut savoir ce que vous faites avec votre écran).  Aussi cet album, dont le titre coïncide tout à fait avec ce jour, pourra-t-il ne pas vous réjouir ; si c'est le cas, vous pourrez toujours vous rabattre sur cette dédicace aux Auvergnats.



L'avancement de l'intrigue

Intrigue III Les différentes diasporas poursuivent leur plongée dans les mystères de Pallatine, sur les traces d'anonymes menaces aux motifs mal connus. S'ils sont nombreux à piétiner – littéralement – parmi les Altermondialistes, l'Iwasaki-Rengô, les membres de l'Institut Svensson ou les Gangsters, on constatera un changement notoire du côté des Geeks et Indépendants. Bien que de plus en plus perdus au cœur de la campagne pallatinienne, au point qu'il ne leur reste guère de temps pour parvenir à leur objectif, Elena, Lupe et Tobias se sont vus rejoints par Caroline Smith, dont l'arrivée inopinée ne fut cependant pas pour les avancer. Or, les dés ne sont pas encore jetés ; la chance finira-t-elle par tourner ? Quant aux Opportunistes, le flou qui les auréole n'en finit plus de s'opacifier et, jusqu'à lors, Samuel T. Walker semble le seul à être en mesure d'agir. Qu'est-ce qui peut bien se manigancer sous le vernis doré des nantis de la Cité ?

En parallèle, le classement des diasporas a été mis à jour en date du 25 juin ! Celui-ci consacre l'Institut Svensson en tant que groupe le plus influent de la Ville, suivi par les Opportunistes et – surprise – les Indépendants. Les précédents vainqueurs de la compétition, les Altermondialistes, ont dégringolé de leur piédestal à la quatrième place, talonnés de près par l'Iwasaki-Rengô qui se remplume peu à peu. Les Gangsters, passés dans le rouge, devancent néanmoins toujours les Geeks, pénalisés en dépit de l'arrivée de nouveaux membres.




Expression libre et petites annonces

MODE ET RAT-HEURE : Nous avons découvert, au début du mois de juin, les visages de nos deux nouveaux modérateurs – car en effet, plutôt que d'individualiser la tâche, les administrateurs ont jeté leur dévolu sur un binôme familier de chronosrep.net : Locke Melborn (Stella Lindberg) & Namaiki Ikazuchi (Yarū Nairag, Franny Bell). Tous deux se sont attelés à leurs devoirs avec la sobriété qu'on leur connaît, le professionnalisme de l'un formant un parfait pendant avec la rationalité de l'autre. Oh, nul doute que tous les membres marcheront au pas sous leur autorité : plus de CB buissonnière, plus de profils inachevés et surtout, plus de demandes de rps irréalisées. Nous voilà sauvés.
Bienvenue à eux dans le G.M.S. – Grand Méchant Staff – et courage pour la suite !



LE COURRIER DES LECTEURS :

Un projet à valoriser ?
Un événement à promouvoir ?
Une annonce à faire passer ?
C'est ici que ça se passe !

- envoyez un MP à AER pour figurer dans la prochaine édition de la Gazette -

• À l'occasion de l'« Hiver du cinéma », grande manifestation culturelle réputée à Kingslaugh, la place est à 3 dollars du 12 au 15 février 2016 ! Une opportunité à ne pas rater pour se réchauffer, seul ou à plusieurs, dans une des nombreuses salles obscures.
À l'affiche : Pumpkin Suicides, classé comédie de l'année, par Sophie Cottola ; Irse de Pierre Alrodomar, un splendide drame familial ; Il faut sauver le capitaine Brendan, d'Arnold Fieldberg, où quand Melville débarque en Patagonie ; Miró et Stitch, une fable d'animation sur ce que serait la peinture sur d'autres planètes, par Jane de Blois et Jésus Sanchez ; L'Étrange Noël de M. Park, de Park Shane-Hook, une biographie inspirée de la vie du réalisateur en l'honneur de ses quatre mois de carrière.

• Les travaux de réhabilitation d'Ivale sont enfin terminés ! Après les affrontements de l'été 2015, les communautés du quartier ont mis la main à la pâte pour rénover les lieux et faire disparaître toutes traces des incidents. Les façades des boutiques et habitations touchées sont désormais comme neuves, les infrastructures ont été réparées et les parterres fleuris illuminent de nouveau les pelouses. Ouvert au premier jour de janvier, le square bien-aimé des Altermondialistes peut même désormais accueillir des musiciens, orchestres ou indépendants, sous un nouveau kiosque situé au cœur du parc. Les beaux jours tardent déjà pour en profiter.



exemplaire gratuit – ne pas jeter sur la voie numérique

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum