login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur gré pour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirer profit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidien des habitants de Pallatine. Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    u43Unity Fortesee
    Autrefois connue sous le nom d'Unité 43, celle qui fut une déesse en chaise roulante est désormais amnésique et membre des geeks.
    (fiche)
    césarCésar Duncan
    Ce chef d'équipe à l'ascendance guerrière est un natif qui s'est engagé dans le travail pour atténuer la perte de ses proches. Il a notamment participé activement à la recherche des personnes disparues.
    (fiche)
    shaozuShaoZu Hwang
    Le chef du Lotus Rouge a passé une enfance paisible à Pallatine, avant de partir découvrir le monde. Engagé dans un petit groupe de l'Iwasaki-rengô, il a patiemment gravi les échelons jusqu'à occuper son poste actuel.
    (fiche)
    machiMachi Kobayashi
    Membre des Aces, elle a perdu son bras et son frère, et n'est depuis plus la même.
    (fiche)
    zahraZahra Siaka
    Originaire de Sierra Leone, elle a subi des mutilations avant d'être transférée en mauvais état à Pallatine.Elle est depuis devenue recruteuse pour les Opportunistes.
    (fiche)
    clarenceClarence Ichikawa
    Enfant d'un amour plus fort que les différences, il s'occupe des nouveaux arrivants à l'Institut avec beaucoup de gentillesse.
    (fiche)
    lexaLexa Beloff
    Princesse destinée à la gloire, son transfert a probablement sauvé la terre d'un destin tragique...
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { Il est plus ardu de guérir un coeur que de la mécanique [PV: Samuel T. Walker].

    avatar
    Lotus rouge
    Extraite en 2105, fiancée, médecin spécialisée en prothèses pour le Lotus Rouge.
    Messages : 8
    Messages rp : 3
    Date d'inscription : 07/12/2017

    Nom de code : Meca-medic
    Avatar : Mercy/Angela Ziegler

    Voir le profil de l'utilisateur
    Il est plus ardu de guérir un coeur que de la mécanique [PV: Samuel T. Walker]
    le Mer 20 Déc 2017 - 16:47

    Taking care of you

    Journée en cabinet, rien de bien inhabituel. Monsieur est au travail et moi aussi, c'est normal après tout. Même si j'étais officiellement au service du Lotus Rouge et ses membres, je tenais à continuer à aider les autres et personne n'avait le droit de m'en empêcher. Mon cabinet était ainsi un lieu de total neutralité. Je regarde le carnet de rendez-vous, il n'en restait plus beaucoup pour aujourd'hui. Je regarde le nom du suivant, Walker. Ah oui, Samuel ! Passionnant jeune homme que je vois depuis quelques mois désormais. Pour ses doigts, les dix. Étrangement, je n'ai encore osée lui demander ce qui s'est passé pour qu'il se retrouve ainsi sans ses vrais doigts. En général, je ne posais pas la question à mes patients. Je préfère qu'ils me racontent d'eux même leurs mésaventures, c'est moins désagréable pour eux quand c'est dit de manière volontaire. Je me contente alors de les écouter et les rassurer, les aider à accepter cet acier qui se joint à leur corps. C'est difficile pour certains, tout particulièrement pour les cas extrêmes comme peut l'être mon fiancé. Mais même lui a fini par accepter ce qu'il est devenu, avec beaucoup de patience et de soutien. Alors j'ose croire que c'est possible pour tout le monde. Je prend le temps de vérifier mon matériel avant qu'il n'arrive. Les doigts sont généralement des petites pièces, avec les vis et autres éléments qui vont avec, du travail de précision pour des éléments se devant d'être extrêmement mobiles et précis. Du travail d'horloger, mais rien qui ne puisse me faire peur !

    L'heure a tourné plus vite que prévu, il devait être déjà là. J'ouvre la porte pour l’appeler, bingo ! Un sourire, une poignée de mains et je le laisse entrer avant de refermer la porte :

    « Bonjour Samuel, ça faisait longtemps ! Comment ça va aujourd'hui ? »

    Simple question de formalité. Je ne suis pas un docteur qu'on va voir quand on se sent mal. Il est habituel que mes patients viennent pour de simples révisions ou des réparations mineurs, les cas extrêmes sont très rares car ils finissent souvent à l'hôpital. Et heureusement d'ailleurs, je n'ai pas vraiment ce qu'il faut pour des très grosses interventions. Il n'y a eu qu'une seule exception et je suis fiancée avec. Samuel sait où il peut s’asseoir et sait très bien qu'il n'a pas besoin d'attendre mon autorisation alors que je sors le matériel pour ses doigts. Ce n'était pas moi qui en avait fait la pose alors j'ai dû apprendre comment c'était fait. Mais au bout de quelques visites je les connaissais comme ma poche ! Je reviens finalement vers mon patient et vient prendre doucement ses mains pour regarder l'état de ses prothèses :

    « Est-ce que ces doigts font bien leur travail ? Dis moi tout ! »

    Ça c'était la vraie question. En attendant sa réponse, je me permettait déjà de jeter un coup d’œil, toujours avec douceur. Ce n'est pas parce que c'est du métal qu'il fallait y aller comme une brute. C'est une partie de son corps et il faut agir en conséquence. Et puis ce n'est clairement pas mon style d'être brusque. Mais je ne me fais vraiment pas de soucis pour Samuel, il est très soigneux. J'attends de savoir ce qu'il a à raconter aujourd'hui en inspectant chacun de ses doigts. Une petite routine fort appréciable, dans le calme de mon cabinet.
    avatar
    Membre
    they say when you go up peak thirty-three
    you find out what keeps you warm
    you realize how precious it is.

    it was gone now.
    Messages : 121
    Messages rp : 60
    Date d'inscription : 21/12/2016

    Nom de code : //
    Avatar : Viktor Nikiforov - Yuri!!! on Ice

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: Il est plus ardu de guérir un coeur que de la mécanique [PV: Samuel T. Walker]
    le Jeu 21 Déc 2017 - 8:55
    il est plus ardu de guérir un coeur que de la mécanique
    ft. Lyra


    D'aucuns reprocheraient à Samuel de ne pas avoir choisi un médecin Opportuniste pour s'occuper de ses doigts. Pire, de s'en aller chez l'ennemi, chez l'Iwasaki-rengō. Mais Samuel n'a que faire des préjugés et des allégeances; il ira chez le (la, dans ce cas-ci) plus compétent pour le bien de ses doigts de fer et de son métier. Lyra Holmes lui a toujours montré une empathie et une compassion réchauffant ses os, et une habileté certainement maîtrisée par peu lorsqu'il est question des mécanismes minuscules et complexes du fer au bout de ses mains. Et puis, les revers de ses sourires affirment au fond de son crâne des images de sa bien aimée, des échos de Warmth qui dansent toujours une valse tranquille entre ses côtes.

    De la même façon, et à la lueur au fond de ses yeux, sans jamais s'être aventuré dans sa vie privée, Samuel sait au Docteur Holmes un amour profond, un être soulevant son cœur, faisant danser la chaleur dans sa poitrine. Il le sait d'instinct, comme il sait reconnaître ses propres pupilles dans le miroir, comme il ressent du bout de son empathie empruntée la fin des vagues d'une tendresse qui ne s'achèvera jamais. Jamais il ne lui en a pipé mot. Probablement jamais cela ne traversera-t-il la barrière de ses lèvres; il ne s'agit pas de ses affaires. Mais c'est une douleur douce, une douceur acérée, une chaleur aux coins de verre que de voir cette femme se mouvoir, que d'observer son expression attentive, que de voir valser derrière ses rétines quelques images d'Amélie lorsqu'une mèche de ses cheveux tombe devant ses yeux.

    Chaque fois, il prend à Samuel cette envie profonde et viscérale que de s'asseoir devant ses routes de noir et de blanc, et de jouer Beauty, ou Coeur, ou encore quelconque pièce coincée entre les pans de son cœur, une qu'il appellerait sans doute Longing, et qu'il jouerait avec les perles de larmes sur ses cils. Et pourtant à chaque fois, avec cet amour qui explose et voltige dans sa poitrine, avec l'ombre d'une souffrance qui, aussi heureux puisse-t-il être, ne le quitte jamais totalement - sans amertume, plutôt d'une douceur profonde, d'une tendresse infinie - il se contente des quelques notes le long de ses synapses, des souvenirs toujours présents derrière ses paupières, et d'un amour silencieux englobant chacune de toutes les notes de musique de l'univers.

    C'est ainsi lourd et pourtant voltigeant que Samuel se rend dans le cabinet de Lyra Holmes, et s’assoit dans la salle d'attente patiemment. Pianotant au bout de ses genoux les mesures qui ne savent plus s'échapper de ses doigts. Lorsque Lyra ouvre la porte et l'invite à entrer, il lui offre un sourire doux comme toute salutations et s'exécute.

    » Bien. Et vous? «

    Il sait la question une formalité de son côté, mais s'intéresse néanmoins honnêtement à la réponse de la docteure. Prenant silencieusement place, Samuel offre ses doigts de fer à l'inspection. Leur cliquetis rempli la pièce un instant.

    » Tout va bien. Peut-être un petit coincement dans l'index droit, qui est peut-être une fraction de seconde trop lent à réagir. Rien de bien dérangeant, mais je ne veux pas risquer que ça empire. «

    Le rythme de ces mécanismes est après tout absolument capital à son métier.



    » But the old woman said to her, “It means nothing to you, our suffering. We are just mortals, and you are reborn eternally. Everyone around you dies. Every time. It was too late for me when you entered my tent. Woe to those you love.” «

    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit