login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur gré pour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirer profit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidien des habitants de Pallatine. Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    u43Unity Fortesee
    Autrefois connue sous le nom d'Unité 43, celle qui fut une déesse en chaise roulante est désormais amnésique et membre des geeks.
    (fiche)
    césarCésar Duncan
    Ce chef d'équipe à l'ascendance guerrière est un natif qui s'est engagé dans le travail pour atténuer la perte de ses proches. Il a notamment participé activement à la recherche des personnes disparues.
    (fiche)
    shaozuShaoZu Hwang
    Le chef du Lotus Rouge a passé une enfance paisible à Pallatine, avant de partir découvrir le monde. Engagé dans un petit groupe de l'Iwasaki-rengô, il a patiemment gravi les échelons jusqu'à occuper son poste actuel.
    (fiche)
    machiMachi Kobayashi
    Membre des Aces, elle a perdu son bras et son frère, et n'est depuis plus la même.
    (fiche)
    zahraZahra Siaka
    Originaire de Sierra Leone, elle a subi des mutilations avant d'être transférée en mauvais état à Pallatine.Elle est depuis devenue recruteuse pour les Opportunistes.
    (fiche)
    clarenceClarence Ichikawa
    Enfant d'un amour plus fort que les différences, il s'occupe des nouveaux arrivants à l'Institut avec beaucoup de gentillesse.
    (fiche)
    lexaLexa Beloff
    Princesse destinée à la gloire, son transfert a probablement sauvé la terre d'un destin tragique...
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { Fugue improvisée { Camille.

    avatar
    Conseil d'administration
    Ancien poète
    Grand voyageur
    Messages : 23
    Messages rp : 9
    Date d'inscription : 18/02/2018
    Arthur R.
    Nom de code : vidocq
    Avatar : Spain, Hetalia

    Voir le profil de l'utilisateur
    Fugue improvisée { Camille
    le Lun 2 Avr 2018 - 21:05
    Rimbaud avait fui l'air étouffant du boulot pour préférer une campagne qu'il avait toujours idolâtrée dans sa mémoire. Il avait emprunté plusieurs véhicules avant de descendre et de faire plusieurs kilomètres à pied au milieu des champs, ne se gênant pas pour se frayer un passage au milieu du blé et de tout ce qui allait nourrir les habitants de Pallatine. C'était plutôt agréable de respirer un air qui, pour lui, lui rappelait son époque et son enfance. C'était un temps qu'il voyait avec nostalgie, bien loin des années où il s'était perdu à écrire des petits vers égocentriques sur des bouts de papiers pourris. C'était un temps béni, il pouvait le dire comme ça, même si, en toute objectivité, il était tout de même conscient des dures conditions imposées par son siècle. Il était tout de même beaucoup plus tranquille, si ce n'était heureux, avec toutes ces nouveautés.

    Rimbaud regagne un chemin et, pour la première fois depuis les trois heures où il avait fugué du quartier général des opportunistes, consulta son téléphone portable. C'était une habitude, ça arrivait avec bien trop de régularité pour qu'on puisse s'inquiéter de sa survie ou non. Ce qui pouvait être énervant pour ses collègues était surtout sa non-présence et le fait qu'il ne soit pas présent sur place pour signer les papiers importants. Le téléphone, ou les quinze appels insistants qu'il avait reçus, lui témoigna la hargne qu'avait les opportunistes pour le voir en train de bûcher. Râleur, il ferma rapidement le téléphone, et de toute façon, il comprenait à peine comment l'utiliser, donc, bon gré mal gré, il n'aurait pas réussi à répondre.

    Déjà fatigué par cette escapade diurne, l'ancien poète s'assit au bord du chemin et commença à mâchouiller un épi de blé qu'il avait piqué dans un des champs. Aucune envie d'ouvrir une bouteille même s'il avait une flasque dans sa poche, il voulait profiter de ce temps très doux pour cette époque de l'année et du silence qu'offrait la campagne, à la différence de la ville où il passait le plus clair de son temps.

    S'il en avait les moyens, et surtout s'il désirait quitter définitivement les opportunistes, il finirait par s'acheter une petite maison dans le secteur. Il aimait bien l'atmosphère et les différentes machines agricoles inventées bien après son air simplifiaient la vie des agriculteurs. Ou alors, ne se sentant pas la casquette pour un métier trop sérieux, il deviendrait le premier ermite officiel de Pallatine. Ce rôle lui conviendrait bien, tiens.

    Arthur Rimbaud sortit une feuille de papier et la bloqua sur un des livres qu'il avait sur lui. Il commença à griffonner un bout de paysage – ses talents artistiques n'étaient pas à la hauteur de sa prose, mais ils étaient tout de même respectables.

    « C'est trop vide, ceci dit, par ici. »

    Sa main bougea quelque peu pour amener un peu de vie dans le paysage, comme une silhouette de nymphe dénudée cachée quelque part dans les blés. Un sourire un peu grivois se lit sur son visage : voilà, c'était comme cela qu'il aimait passer ses après-midis.
    avatar
    BIR
    Le visage se cache dans les fleurs, les paupières se mélangent aux pétales colorées, semblables à la lueur de ses yeux. Les cheveux deviennent un feuillage sombre, parfumé, doux au touché. Lèvres fines, humides, appelant timidement les baisers, soupirant l'amour loyal et infini.

    CAMILLE se donnait, corps et âme, pour un homme autrefois : RODIN. Aujourd'hui loin de lui, son sang s'est transformé en sable glacé qu'elle tente de réchauffer par tout les moyens. Les piqures, l'opium lui donnent la force de piquer la pierre et de fouiller dans son imaginaire. CAMILLE, sous sa timidité touchante et charmante, est la passion qui irradie et dévore. Santé fragile, esprit parsemé et trouble, CAMILLE cherche des distractions pour échapper à la douleur : elle tomberait sous le poids de son cœur, mais CAMILLE boue trop. Mais tout est si puissant à l'intérieur que le corps ne peut que se mouvoir, courir, danser, aimer et enlacer. Détruire.

    Sculptrice, fleuriste, Proxénète, recruteuse, mécène. Paranoïaque, possessive et jalouse. En manque d'affection. Traumatisée par deux avortements. Haine et vengeance. Observe et détecte le talent, le fait s'épanouir avant de le détruire.
    Messages : 134
    Messages rp : 17
    Date d'inscription : 26/02/2017
    .
    Nom de code : Marraine Reine
    Jukebox : Malaxe - BASHUNG
    Avatar : OC - Irangbi

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: Fugue improvisée { Camille
    le Ven 20 Avr 2018 - 12:56

    Panique subite dans les immenses couloirs blancs d'ordinaire si silencieux.

    Panique bruyante et ennuyante qui vint troubler le calme de Camille, qui gardait le nez levé pour admirer la vue du ciel depuis les fenêtres. Qui gardait le nez levé pour éviter les écritures dénuées de poésies qui gisaient sous ses mains frêles.

    Elle sursauta sous le coup de la déferlante de chaos qui s'emparait tout à coup de tous : Rimbaud avait disparu et les pires craintes s'élevaient. Des craintes qui s'emparèrent aussitôt de la sculptrice. Au vue des évènements récents, les représailles des autres diasporas pesaient sur les opportunistes et un enlèvement de leur président n'était pas impensable.

    Mais bien loin de toute implication professionnelle, Camille trembla, menée par une peur viscérale de perdre un être qui lui était cher. Celui qui, à chaque fins regards, lui redonnait vie. Celui qui écartait les ombres qui griffaient sans cesse le dos fragile de Camille. Elle imagina le pire, sentit une solitude encore inexistante transpercer son cœur. Alors que les pas des secrétaires résonnaient de salles en salles, leurs voix stridentes affolées attaquaient les oreilles de Camille.

    D'apparence, elle garda son calme, mais sa respiration demeurait saccadée et ses petits doigts tremblaient en saisissant son téléphone. Camille possédait des méthodes particulières pour se rassurer, des méthodes qui lui permettait parfois de feindre une coïncidence, une rencontre hasardeuse au détour d'une rue... Comme si par magie, la ville faisaient se retrouver des pas étrangers... Mais aucune magie n'existait pourtant, il ne s'agissait que d'une surveillance maladive que permettaient les nouvelles technologie. Camille s'était immédiatement appropriés ses engins qui permettaient à la vie de se soumettre à ses désirs.

    Elle chercha, sur la petite carte qui s'affichait à l'écran, l'emplacement exact de Rimbaud, espérant qu'il n'ai pas perdu son téléphone... Un mélange de soulagement et de peur s'empara de Camille lorsqu'elle découvrit qu'il était perdu en plein milieu de la campagne.

    Aussitôt elle se leva et quitta avec empressement le Quartier Général. Ses pas rapides rythmaient par secousses saccadées ses rapides inspirations. Les battements du cœur de Camille frappaient contre sa poitrine alors qu'elle priait pour que rien de grave ne soit arrivé. Pour que Rimbaud ne soit qu'un imbécile encore assez rêveur pour se perdre dans la mélancolie de la campagne. Elle l'espérait...

    Sortant, Camille fit signe d'approcher à l'une des voitures garées dans laquelle attendait un conducteur au service des plus riches opportunistes. Elle monta à bord en ordonnant de mettre le cap sur la zone agricole. D'abord surpris, le chauffeur s'exécuta sans dire un mot.


    Les raies de lumières qui glissaient sur la vitre piquaient les yeux de Camille qui clignaient légèrement avant de se fixer de nouveau sur la ligne de l'horizon. Les immenses bâtisses de fer cédèrent la place à des étendues de champs dorés et verts. Au dessus, le ciel dégagé soufflait sur les doutes qui rongeaient l'esprit de Camille. Elle se laissait doucement divaguer mais son regard se posait toujours par moment sur la petite carte, vérifiant de la position du petit point rouge qui désormais ne bougeait plus. En plein milieu d'un champ.

    La voiture s'arrêta sur le rebord de la route, là où elle ne pouvait pas continuer à avancer selon la directive qu'indiquait Camille. En sortant, le vent frais vint caresser ses cheveux bruns, froisser sa longue jupe, l'odeur de la terre humide caressa son nez. Elle sourit doucement avant renvoyer le conducteur en ville. L'idée que Rimbaud ait été kidnappé ne la tracassait plus tant que ça : il s'avérait que le bonhomme ait simplement déserté son poste. Ce qui agaça grandement Camille.

    L'air balayait son ample robe alors qu'elle s'engouffrait dans les champs, sa fine main contre son front pour se protéger de la lumière aveuglante du soleil.

    « Rimbaud ! Rimbaud, bon sang où êtes-vous ? » Cria-t-elle avec empressement. « Je sais que vous n'êtes pas loin, montrez-vous, c'est tout à fait puéril et irresponsable de vous enfuir sans rien dire du bureau aux vues des évènements récents ! Tout le monde est très inquiet ! »

    Fugue impromptue

    ©BBDragon


    Love comes from the clay
    avatar
    Conseil d'administration
    Ancien poète
    Grand voyageur
    Messages : 23
    Messages rp : 9
    Date d'inscription : 18/02/2018
    Arthur R.
    Nom de code : vidocq
    Avatar : Spain, Hetalia

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: Fugue improvisée { Camille
    le Dim 6 Mai 2018 - 16:41
    Le champ était si calme qu'il aurait bien fermé les yeux une demi-heure ou deux. Rimbaud se cala tranquillement dans les blés et eut la nostalgie de se souvenir de ces fois où il s'endormait si facilement, dans des heures où il était censé faire du latin et où tout le monde le pensait en train de travailler très sérieusement chez lui. Le petit vent si rafraîchissement le convainc de fermer encore plus rapidement les yeux et s'abandonna au sommeil.


    Un seul cri suffit à le faire émerger de nouveau dans ce qui était son nouveau pays. Il cligna les yeux, frustré d'avoir été soustrait à un sommeil réparateur puis, se releva doucement, les cheveux en bataille et des marques de blé sur sa joue. Il était persuadé d'avoir entendu son nom. D'ailleurs, il était également convaincu de connaître la voix qui l'avait prononcé. Il se releva, entièrement, cette fois, avec une grâce qui égalait celle qui viennent de se lever puis bougea, cherchant du regard la femme, car il n'y avait aucun doute là-dessus, qui devait le chercher.

    Il continuait à avancer au hasard sur le chemin lorsqu'il la croisa. Aussitôt, il regretta de ne pas être resté dans les blés : si seulement il l'avait fait, sans doute serait-elle partie et il aurait pu dormir en paix. Il se demanda rapidement comme Camille Claudel avait pu retrouver sa trace aussi vite avant de se souvenir que la technologie, ici, pouvait dépasser tout ce qu'il pouvait imaginer. Rimbaud se frotta distraitement la tête, dans un geste nonchalant qui avait pour unique but de remettre quelques uns de ses cheveux en place. Il mit ses mains dans ses poches et se prépara mentalement à l'engueulade la plus rébarbative du siècle.

    « Camill-ette. »

    Elle était folle de lui, il en était sûr. Il n'en avait aucune preuve, c'était juste que c'était le cas de toutes les femmes de ce monde. Son nom les rendait folle et Camille Claudel ne faisait pas exception, raison de plus qu'ils avaient vécu quasiment à la même période. Et elle se débrouillait beaucoup mieux avec les ordinateurs. Elle ne rencontrait sans doute pas la Fée Verte tous les soirs, merde.

    « Comme tu es jolie...Tu vois, ma chère, je me disais...je me disais que j'allais goûter le blé destiné à nos chers citoyens. Pour être sûr de ne pas se faire arnaquer. C'est au moins une de mes responsabilités, en tant que chefs ! », il étouffa un bâillement, beaucoup trop dans les vapes pour concentrer ses idées.

    Pour donner de la suite à ses idées, il avait coupé un des nombreux épis de blé que constituait ce champ et en avait extrait la partie comestible. Il l'avait mise dans sa bouffe et commença à la mâchouiller. C'était dur, et s'il ne l'avait pas attaquée à coup de molaire, il aurait sans doute été bon pour un aller retour chez le dentiste.

    Il adressa ensuite un petit signe à Camille pour lui signifier que c'était bon. Qu'il n'y avait aucun risque et que finalement, il avait bien fait de se déplacer ici pour inspecter, se foutant ouvertement de sa tête.

    « Je n'aime pas du tout l'idée que tu saches où je me cache chaque fois que je me barre... », ajouta-t-il d'un ton un peu plus menaçant.
    { Contenu sponsorisé.
    Re: Fugue improvisée { Camille
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit