Forum RPG à avatars illustrés - Tout public - Aucune condition de ligne ou d'activité

login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :


    i never knew daylight could be so violent \\ blanche

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Technicien
    working on it
    Messages : 33
    Messages rp : 29
    Date d'inscription : 11/06/2018

    Nom de code : Sainte
    Jukebox : Breath in
    Avatar : OC - Tofuvi

    i never knew daylight could be so violent \ blanche
    le Mer 20 Juin 2018 - 1:12
    bannière

    Blanche Madeleine Siegel

    feat OC | Tofuvi (bannière par tofuvi)

    a revelation in the light of day

    C’est un sourire à faire pâlir le ciel à chaque floraison, une bonne humeur perpétuelle qui chasse les soucis et illumine le morose d’un claquement de doigts sans jamais tomber dans le pénible.
    C’est cette voix douce mais enjouée, toujours au bon mot encourageant ou à la remarque parfaitement ajustée pour ne jamais décevoir personne d’autre qu’elle-même.
    C’est un optimisme à tout épreuve, même celle de la malchance et de la vie en général, et même face à cette maladresse maladive qui fait partie de son charme –dommage qu’elle ne plaise pas au mobilier en général.
    C’est ce geste tendre et réfléchi, jamais intrusif et toujours excusé par avance pour mieux établir un contact léger comme une caresse pour mieux capter son auditoire.
    C’est une politesse issue d’une éducation stricte mais aimante, qui lui donne cette aura fragile et accueillante en toute circonstance.
    C’est ce syndrome de mère poule exacerbé par le moindre mal qui puisse être fait à ses proches, ce besoin de protection d’autrui pour pallier à l’affection qu’elle peine à exprimer correctement.
    C’est une honnêteté et surtout un sarcasme surprenant quand on la pousse à bout, quand elle s’hérisse sans s’énerver pour garder un calme olympien en toute circonstance –gare à son jeu d’épée verbal, plus tranchant qu’un rasoir.
    C’est une bienveillance totale et désarmante qui vernit une carapace dissimulant fêlures fragiles et perditions éparses avec brio.
    C’est une peur de l’abandon étouffante, un regret perpétuel et amer qui lui noue les entrailles dans chaque moment de solitude mais qui sait admirablement bien se cacher en toutes circonstances.
    Blanche est ce discret tapotement qui rythme son approche, un tempo de canne comme thème de vie obligatoire pour mieux la guider à travers un monde aussi dénué de couleurs que l’animal qui ne la lâche pas d’une semelle.

    Blanche

    Âge: 22 ans
    Naissance: 02/01/1915
    Arrivée: Partie le 07/02/1922, arrivée en 2001
    Présence en ville: 15 ans
    Nationalité: franco-germanique
    Métier: chœur/ouvreuse
    Statut civil: célibataire

    Groupe: altermondialistes
    Section: brigade
    Rang occupé: membre
    Nom de code: sainte

    Taille: 1.67
    Corpulence: moyenne
    Cheveux: blond vénitien, mi-longs et ondulés
    Yeux: originellement marrons foncés, maintenant éclaircis, gris et voilés
    Autres: aveugle, escortée par son chien Leroy

    you can't choose what stays and what fades away


    I was looking for a breath of life

    -  Avoir un enfant par les temps qui courent… c’est la promesse d’un fardeau dans votre situation.
    - Je préfère la voir comme un petit miracle.

    La sage-femme s’éloigne, laisse l’enfant dans les bras de sa mère. Céleste admire son enfant, et le fin duvet doré sur sa tête, si loin de ses propres boucles brunes. Edel sera fier.
    C’est à l’aube de l’an de grâce 1915.

    A little touch of heavenly light

    - Que diront les gens, quand elle grandira ? Tu sais qu’elle lui ressemblera, et qu’ils comprendront d’où elle vient. Tu y as pensé ?
    - Oui. Et je ne regrette rien. J’irai le retrouver quand tout sera fini.
    - Ils ne vous laisseront pas ! Tu aides ton pays à produire de quoi gagner cette guerre. De quoi les tuer, eux. Et lui avec.
    - Je t’interdis de parler de ça !

    La jeune femme serre son précieux paquetage contre son tablier, à peine rentrée de l’usine. Un babillement lui répond, ignorant du regard soucieux dont sa grand-mère la couvre. Les lettres sont rares, encore plus quand elles doivent traverser le front ennemi, mais Céleste espère. Encore.

    But all the choirs in my head sang no

    Les regards sont insistants. Les chuchotements dans son dos constants, l’évitement évident d'une partie de ses camarades. Après tout, elle a couché avec l’ennemi, et certains la voient comme une opportuniste. D’autres utilisent des termes moins polis pour la qualifier. Même si elle fait son effort de guerre, comme chacune d’entres elles, Céleste est une paria pour un petit nombre. Sa voix si belle pour égayer les journées au travail éreintant n'est qu'un maigre sursis pour celle qui compte les jours, espérant un jour retrouver son aimé lointain. Celui rencontré bien avant cette guerre sans nom, dont le fruit de leur amour porte le même ramage.

    To get a dream of life again

    Si les lettres lui sont parvenues, jamais Edel ne rencontre sa fille. Jamais on ne le retrouve, anonyme forcé parmi des centaines des sa camarades tombés sur la ligne de front. S’il prêchait la bonne parole, redonnait l’espoir aux troupes en leur parlant de son petit miracle personnel né loin du conflit, jamais son héritage ne lui parvient qu’en souvenirs et bribes d’histoires rapportées par sa jeune veuve.

    A little of vision of the start and the end

    Tout en cet enfant crie son origine. Il n'y a rien à lui offrir, si ce n'est un meilleur avenir, loin des ruines d'un monde qui se redresse difficilement de la Grande Guerre. Céleste camoufle très bien ses tremblements, et elles laissent derrière elles 1922.
    Blanche vient d'avoir sept ans.

    But all the choirs in my head sang no

    L'Institut la terrifie. A leur arrivée, elle est la seule enfant de la saison, petite souris égarée parmi une pléthore de naufragés temporels. Même la voix de sa mère, claire et apaisante dans ses mots comme dans son chant, ne parvient à la rassurer.

    But I only needed one more touch

    Avant qu'un autre enfant, fils de l'une des accueillantes et natif de la contrée y parvienne. A peu près aussi âgé, et tout aussi timide, son sourire et ses mots d'une langue inconnue suivent de près sa curiosité de parler à la petite française. Ils écorchent leur prénoms respectifs sans le vouloir, et sans savoir que cela durera des années.

    Another taste of heavenly rush

    - Que disent les médecins? Combien de temps ça va durer, cette fois? Il va falloir que tu lui explique...
    - Je ne sais pas. Je ne veux pas l'effrayer.
    - Tu ne vas pas mieux, inutile de le nier. Nous pouvons garder Blanche, ce n'est pas un problème, et Clarence sera ravi. Mais...
    - Je lui dirais. Je trouverais comment lui dire... j'aimerais tellement que son père soit là.

    Itsuko regarde la frêle mère, plus translucide de jours en jours. Son sourire fatigué quand elle revient après l'école en fin de journée, les deux petits trottinant de chaque côté en riant. La maladie ronge Céleste, et elle peine à s'en cacher. Comment expliquer à son seul enfant, son seul repère, sa seule raison de vivre qu'elle se meurt? Comment assurer son avenir, comment se résoudre à la laisser seule?

    And I believe, I believe it so

    - Nous sommes là pour t'aider. Et elle restera toujours avec toi, ici, dans tes souvenirs.

    Blanche reste stoïque. Du haut de ses dix ans, elle se dresse, seule devant l'autel envahi de fleurs aussi immaculées que son patronyme. Elle avait promis de ne plus pleurer, de ne plus avoir peur, d'être forte pour sa maman. De continuer à rire, et sourire, et espérer même si elle n'était plus là. Une enfant née de la guerre ne pourra que cheminer vers la paix. Célébrer ceux partis trop tôt, ne pas oublier ceux qui restent.
    Mais c'est encore trop tôt.

    Whose side am I on, whose side am I?

    - Deborah et James veulent t'accueillir chez eux. Je crois que tu les as déjà vu à la paroisse. Debbie parle même un peu français, et souhaite s'améliorer avec toi. Qu'est-ce que tu en dis?

    Elle n'hésite pas une seconde. Tout pour quitter le foyer triste comme les pierres; même si elle peut voir Clare à l'école, plus aucune escapade chez les Ichikawa n'est possible en dehors du temps. Tout pour repartir, pour s'élever, pour retrouver le goût des choses et s'éloigner d'un cercle vicieux de harcèlement. Sa maladresse maladive et la timidité revenues au galop après la perte de sa mère la minent de jour en jours, la laissant isolée et silencieuse. Incapable de parler de cette vue défaillante sous d'épaisses lunettes, de peur de déranger, ou juste de s'exprimer.

    And the fever began to spread, from my heart down to my legs

    - Son état est trop avancé pour que nous puissions intervenir. J'avais craint cette possibilité, et elle s'avère juste: l'intoxication au mercure a du se faire in-utero, et c'est ce qui malheureusement emporté Ms. Siegel. La maladie l'a suivie depuis le début du siècle, comme beaucoup de victimes collatérales de la Grande Guerre.
    - Qu'est-ce que cela signifie pour elle? Que va-t-elle devenir?
    -  Je n'ai pas d'espoir pour sa vue, mais avec le traitement adéquats, cela ne devrait pas atteindre le reste de ses organes. Cela va continuer progressivement... il va falloir vous préparer.

    But the room was so quiet oh

    Et la nuit drape son linceul doucement, emportant les dernière couleurs de ses yeux à l'aune de ses quatorze années. Le plus douloureux est d'avoir vu une vie si courte et tant de visages laisser la place au noir éternel, seulement égayé de ces sensations lumineuses qui la surprennent toujours au petit jour, ou quand rien ne l'y prépare. Il lui faut une année loin de tout, recluse et silencieuse pour mieux appréhender son nouveau royaume d'ombres et de sons. Apprendre à effleurer l'inconnu, à écouter les plus petits chuintements. Soutenue par une nouvelle famille à qui elle doit tellement.

    And although I wasn't losing my mind

    - Clare, pourquoi tu pleures? Je suis là, maintenant.

    Un an de perdu, à tout réapprendre, mais pour mieux retrouver un vieil ami; mais rien n'a changé, et si elle ne peut plus le voir à travers un regard plein de brume, elle apprend les contours d'un visage baigné de larmes mais auréolé du plus beau des sourires.

    It was a chorus so sublime

    - Il s'appelle Leroy, et il va t'aider à partir de maintenant.

    Apprendre le braille. Devenir tactile, diminuer un espace cocon personnel par défaut. Apprendre à se relever, à se cogner. A avancer, à ne jamais renoncer. Continuer à fredonner doucement, puis chanter haut et clair avec le solfège dans sa tête. Rencontrer, apprécier, découvrir à travers d'autres sens.

    I was looking for a breath of life

    Chérir ce temps voyant, qu'elle a mis à profit dans ses derniers instants pour graver dans sa mémoire tant d'informations, de visages, de paysages, de beauté. De couleurs. De souvenirs.

    And I started to hear it again

    - Partez devant, il me reste des choses à voir. Je vous rejoins après.

    But this time it wasn't the end


    whoops guess i was bored amour sur vos vies

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Aces
    uc à refaire
    Messages : 1437
    Messages rp : 134
    Date d'inscription : 29/02/2016

    Nom de code : trauma
    Avatar : kaneki ken

    Re: i never knew daylight could be so violent \\ blanche
    le Mer 20 Juin 2018 - 11:27
    le dc inscrit sans faire la demande ah la la heureusement qu'on dit oui
    blanche est très intrigante, une aveugle avec un chien c'est une excellente idée et le groupe est sans doute celui où elle sera le mieux accueillie, donc j'approuve !
    rebienvenue ;)

    ___________________
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Arrivées & Éducation
    if a lover had a heart so bright it could warm the planet
    relentless and stubborn and standing his ground long after it stopped being reasonable.
    Messages : 52
    Messages rp : 27
    Date d'inscription : 25/05/2018

    Nom de code : kakujitsu (certitude)
    Jukebox : let's find out just how far i'll go
    Avatar : Keith Kogane - Voltron Legendary Defender

    Re: i never knew daylight could be so violent \\ blanche
    le Jeu 21 Juin 2018 - 6:22
    bjr je t'aime

    ___________________
    « Just promise me that. It's fine if this is the last thing I ever tell you: just promise me that if you need it, you'll ask for help. »
    There were three seconds of unbearable silence.
    « Okay. »
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Technicien
    Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
    En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
    Messages : 1235
    Messages rp : 125
    Date d'inscription : 29/02/2016

    Avatar : Sanada Akihiko.

    Re: i never knew daylight could be so violent \\ blanche
    le Jeu 21 Juin 2018 - 21:06
    il manque la suite.

    ___________________
    yamamoto senpai ♥yamamoto senpai ♥ flocons

    Spoiler:

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Technicien
    working on it
    Messages : 33
    Messages rp : 29
    Date d'inscription : 11/06/2018

    Nom de code : Sainte
    Jukebox : Breath in
    Avatar : OC - Tofuvi

    Re: i never knew daylight could be so violent \\ blanche
    le Mar 24 Juil 2018 - 11:26
    i delivered
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    PNJ
    Compte PNJ - responsable des intrigues, des partenariats et des validations, à contacter en cas de besoin.
    Messages : 1179
    Messages rp : 124
    Date d'inscription : 29/02/2016

    Re: i never knew daylight could be so violent \\ blanche
    le Mer 25 Juil 2018 - 15:37
    J'avoue que l'expression « l'an de grâce 1915 » m'a fait sourire, car c'est tout sauf une année de grâce. Malicieux
    En tout cas, je me suis pris une claque en lisant ta fiche tant elle est belle et bien ciselée. Entre l'ambiance WWI, la douceur de sa relation avec Clarence, le drame de la perte de sa mère, et ce final, cette parole finale (avoue que tu l'as bien soupesée, celle-là, elle tombe parfaitement bien à la fin de ton récit), on a de quoi lire, et comme ta plume est agréable, on se laisse facilement emporter.
    Bon, et ne parlons pas du choix de groupe, hein, qu'il est parfait.

    Bienvenue chez les altermondialistes !

    Blanche Siegel

    a reçu son permis de séjour à Pallatine

    icon 100*100

    Ce permis de séjour vous donne le droit de résider à Pallatine, de trouver un emploi et d'appartenir à une diaspora. Il atteste que vous êtes apte à vivre par vos propres moyens en ville. Nous vous rappelons que ce permis est obligatoire pour toutes vos démarches administratives auprès de l'Institut.

    Si vous trouvez cette carte, merci de la déposer à l'Institut.

    Informations à fournir dans les plus brefs délais.

    - Votre adresse
    - Votre nom de code
    - Votre profil chronosrep.net
    Facultatifs :
    - Vos textes libres
    - Vos recherches de rp

    Sachez que :
    - Votre avatar est automatiquement ajouté au bottin lorsque vous êtes validé(e), mais pensez à vérifier tout de même que l'ajout a bien été réalisé.
    - Vous devez en revanche recenser votre nom de code dans le sujet adéquat.
    - Vous n'avez pas de fiche de lien à proprement parler : vous pouvez ajouter tous vos liens dans votre profil, champ relations. Pour faire une demande, c'est par MP, dans les petites annonces ou via les réseaux sociaux.

    Contenu sponsorisé
    Re: i never knew daylight could be so violent \\ blanche
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Futuristes