login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :
    Règlement Contexte Annexes Groupes Avatars Questions Partenariats Discord
    Bienvenue à Pallatine, une ville située dans une dimension parallèle.
    À la population native s'est mêlée une foule de Terriens, partis volontairement de la Terreou arrachés contre leur gré pour refaire leur vie ici, sans possibilité de retour. Divisés en groupes nommés diasporas, les habitants essaient de tirer profit de la situation dans laquelle ils se trouvent.
    Mais depuis quelques temps, d'étranges perturbations temporelles viennent troubler le quotidien des habitants de Pallatine. Phénomènes anodins ou présages inquiétants, chaque diaspora s'efforce de percer le mystère avant les autres.
    03/09 Début du mini-event : CREP School
    15/07 Intrigue 5, phase 2 (+++)
    05/05 Installation de la version 5 (+++)
    28/02 Le forum fête ses deux ans !
    17/12 Installation de la version 4.1 (+++)
    01/11 Début de l'intrigue 4 (+++)

    { un retour sur Terre possible ?

    Intrigue 5 (+++)
    Une bien étrange rumeur circule depuis le mois de juillet : plusieurs personnes auraient effectué un voyage retour sur Terre, alors que l'Institut s'y est toujours refusé. Et les personnes sont en effet introuvables. Cette rumeur serait-elle fondée ?
    Avatars 200x320px - Tout public - Temps de jeu : juillet à septembre 2016 - Design et codage par Naga et Sneug - Crédits
    Tableau des diasporas
    Institut
    Altermondialistes
    Gangsters
    Iwasaki-rengô
    Geeks
    Opportunistes
    Indépendants

    { Chronos Republic. Le seul forum où ta grand-mère est plus jeune que toi

    Les derniers transférés

    u43Unity Fortesee
    Autrefois connue sous le nom d'Unité 43, celle qui fut une déesse en chaise roulante est désormais amnésique et membre des geeks.
    (fiche)
    césarCésar Duncan
    Ce chef d'équipe à l'ascendance guerrière est un natif qui s'est engagé dans le travail pour atténuer la perte de ses proches. Il a notamment participé activement à la recherche des personnes disparues.
    (fiche)
    shaozuShaoZu Hwang
    Le chef du Lotus Rouge a passé une enfance paisible à Pallatine, avant de partir découvrir le monde. Engagé dans un petit groupe de l'Iwasaki-rengô, il a patiemment gravi les échelons jusqu'à occuper son poste actuel.
    (fiche)
    machiMachi Kobayashi
    Membre des Aces, elle a perdu son bras et son frère, et n'est depuis plus la même.
    (fiche)
    zahraZahra Siaka
    Originaire de Sierra Leone, elle a subi des mutilations avant d'être transférée en mauvais état à Pallatine.Elle est depuis devenue recruteuse pour les Opportunistes.
    (fiche)
    clarenceClarence Ichikawa
    Enfant d'un amour plus fort que les différences, il s'occupe des nouveaux arrivants à l'Institut avec beaucoup de gentillesse.
    (fiche)
    lexaLexa Beloff
    Princesse destinée à la gloire, son transfert a probablement sauvé la terre d'un destin tragique...
    (fiche)
    Naga
    admin // semi-dispo
    (mp)
    Seung Joo
    admin // indispo
    (mp)
    Locke
    modo // semi-dispo
    (mp)
    Camille
    modo // semi-indispo
    (mp)

    Lyov Solokovsky
    31 ans, geek, métier au choix
    (fiche)

    Ozo Svensson
    19 ans, institut, responsable d'une équipe
    (fiche)

    Jenna Wisnuys
    37 ans, altermondialiste, présidente
    (fiche)

    Ihsan Reyes
    29 ans, geek, ingénieur
    (fiche)

    Jack Smith
    34 ans, opportuniste, artiste graffeur
    (fiche)

    Abigail S. Clemens
    31 ans, Iwasaki-rengô, recruteuse
    (fiche)


    { _siberian winds, sungmin.

    avatar
    BIR

    Messages : 11
    Messages rp : 4
    Date d'inscription : 24/05/2018

    Nom de code : altaïr
    Avatar : princess allura, voltron

    Voir le profil de l'utilisateur
    _siberian winds, sungmin
    le Dim 1 Juil 2018 - 10:20
    elle se demandait si elle avait de la pitié.
    elle n'était pas du genre à s'attarder trop longtemps sur des traits d'esprit qui ne feraient que la retarder -non, elle se doutait qu'elle n'était que ce qu'elle était, et qu'elle deviendrait ce qu'elle deviendrait. y penser, y réfléchir, philosopher, ça ne semblait pas vraiment tout faire avancer.
    elle avait d'autres choses à faire.
    elle arrivait à l'aube -elle se levait avec le soleil, comme une fleur qui trouve l'été bien plus long que les courts jours d'hiver. en vérité, elle ne dormait pas beaucoup, zahra. c'est le genre de personne qui doit se lever aussitôt les yeux ouverts, par peur de trop rater dans l'inconscience et par envie de s'évader de rêves qu'elle ne peut pas contrôler.
    elle n'était pas la première à la tour d'or. il y avait toujours des collègues qui dormaient sur leurs bureaux ou d'autres qui n'avaient pas sommeil. elle s'installait à son bureau en chantonnant, une tasse de café dans la main et ses dossiers sur le bras, un bout de donut entre les dents. c'était son caprice du matin, du sucre par tonnes et du gras qui lui tâchait les lèvres. c'était un des goûts qu'elle avait appris ici, comme beaucoup d'autres choses. elle regarde toujours la vue cinq minutes avant de s'asseoir dans le confort de son fauteuil de bureau. tout est beau, ici. immaculé, doré, riche, fonctionnel, complet, utile. parfois futile, pour sûr, mais on trouve toujours une fonction à ce que l'on aime. elle caresse le bois du bout de ses doigts -sa main légèrement plus foncée, ses ongles parfaitement manucurés, quelques bijoux pour faire ressortir le bronze de sa peau.
    cinq ans, déjà.
    zahra n'était pas quelqu'un qui perdait du temps à trop se complaire : elle était ici pour travailler. elle aurait tout le temps d'apprécier la simplicité des choses un peu plus tard, quand elle aurait terminé ses heures et quand elle n'aurait plus l'irrésistible envie d'encore travailler depuis chez elle, en bon bourreau de travail qu'elle était.
    elle s'empara de son premier dossier et commença à plancher dessus.
    le temps passait sans qu'elle ne s'en rende compte : elle était beaucoup trop absorbée par tout ce qu'elle faisait pour regarder au-dehors. c'est un grognement du fond de son estomac qui lui rappela que les minutes s'écoulaient même quand on n'y faisait pas attention.
    quand elle releva le regard, ses yeux se posèrent sur quelque chose qu'elle ne s'attendait pas à voir.
    d'un coup, elle en avait oublié ses dossiers et sa faim. elle avait l'impression qu'on compressait doucement son cœur, comme pour l'empêcher de battre trop fort en respect à ceux qui restent silencieux.
    elle se demandait ce qu'il pouvait se passer dans cette tête blonde à la dégaine si pointue et m'en-foutiste à la fois. c'était un art, sûrement, que de paraître si désintéressé sauf lorsque ça concernait sa propre personne.
    ah, elle ne pouvait s'en empêcher : c'était un soupçon de rancœur, d'agacement pour le moins, qu'elle ne pouvait que confesser. encore plus depuis que monsieur Kim avait quitté ce monde.
    la pensée raviva une mélancolie qu'elle n'avait pas envie de titiller ce matin, mais force était de constater qu'on ne ressent jamais ce que l'on souhaite vraiment. elle soupira, s'étira félinement, pris une feuille sur le coin de son bureau et s'assura d'avoir un stylo sur elle. peu importe ses émotions, elle se devait de rester professionnelle.
    elle suivit les traces de ces longues jambes longilignes qui la précédaient de quelques mètres à peine. même avec cinq centimètres de talon, zahra marchait avec une dignité et une rapidité remarquable -elle avait pris des cours, quand on lui avait raconté l'importance de ce à quoi on ressemble, ici-bas. elle ne sait pas si ça la réjouit ou si ça la terrifie, qu'on admire tellement quelque chose de si vide. au moins, ça veut dire qu'on n'a pas d'autres catastrophes pour lesquelles pleurer.
    monsieur kim dit-elle d'une forte voix, presque à sa hauteur, en une invitation à ce qu'il s'arrête. un ordre, peut-être, même. bonne journée à vous face neutre, elle a le regard déjà tourné vers son dossier j'ai besoin de votre signature sur quelques documents, pour des raisons administratives internes à la diaspora elle ouvrit son stylo, qu'elle tendit en même temps que le premier papier. le titre disait, de manière si neutre, confirmation de fin d'appartenance à la diaspora des opportunistes.
    ce n'était pas à son nom, bien sûr.
    ça ne rendait tout que plus triste, sûrement.
    @Sungmin Kim + pê un jour je ferai une mise en page
    si jamais il y a quoi que ce soit tu sais où me trouver ♥
    avatar
    Membre
    Héritier d'une fortune construite par ses parents dans le monde du spectacle. Sungmin vit dans un monde d'apparences.
    C'est le gosse de riche typique qui ne se rend pas compte des injustices autour de lui. C'est l'élitisme pur. Une certaine cruauté dans son regard du monde extérieur à sa sphère ultra-privilégiée.
    C'est encore un jeune qui n'est pas prêt à assumer toutes les responsabilités qui lui tombent dessus, mais déterminé à faire de son mieux. Le désir de faire son propre nom.
    Messages : 121
    Messages rp : 63
    Date d'inscription : 30/04/2017

    Avatar IRL : Lee Taemin too
    Avatar : Lee Taemin

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: _siberian winds, sungmin
    le Mer 11 Juil 2018 - 1:21
    Sungmin s’est réveillé après une nuit sans rêve, désorienté. Il ne sait plus très bien ce qui sépare hier de demain, ce qui fait le pont entre charque jour qui s’écoule. Et il se satisfait de cet état léthargique. Il voudrait retrouver le sommeil, passer ses jours, ses semaines, ses mois suivants dans l’inconscience. Le temps, lui a-t-on répété, est le seul remède.

    Sauf qu’aujourd’hui est différent d’hier ou de demain. Aujourd’hui, il a promis qu’il se pointerait à la tour d’or. Parce que c’est pas sain, il parait, de rester comme ça dans son lit avec comme seule compagnie les jeux débiles sur ton téléphone et quelques bouteilles d’alcool qui ne lui sont d’aucun réconfort.

    Alors tel que promis, il se lève. Il croise son reflet sans trop se reconnaître. Même après sa douche froide, une couche crasseuse de deuil lui colle au visage. Il se rase, s’habille tel qu’on s’attendrait qu’il s’habille ; essaie de reconstruire un masque que tous reconnaissent pour camoufler le trou béant en sa personne. Sungmin essaie d’être Sungmin.

    Le résultat est passable. Sungmin-tel-que-nous-le-concevons-tous se drape d’indifférence, un voile maniable l’abritant des questions, des conjectures sur son état, de cette fausse compassion qu’il exècre. Laissez moi tranquille crie tout son être. Et c’est ce qui se produit.

    Il est à la tour d’or seulement pour récupérer quelques dossiers. Un passage en vitesse, un petit «coucou» pour prouver aux principaux intéressés qu’il est encore en vie, et salut la compagnie ! Il va retourner pieuter après avoir enlever son costume oh combien inconfortable en cet instant.

    Mais il voit ses plans s’effondrer en reconnaissant la silhouette s’approchant de lui — et il ne doute pas, pas une seconde, qu’elle est venue pour lui. Et il voudrait se défiler, s’échapper comme un soupir, se réduire à moins que rien pour qu’elle passe son chemin ; mais en cette seconde, il est Sungmin-tel-qu’il-aimerait-l’être. Alors il inspire. Se redonne corps. Il est prêt à affronter le quotidien dans toute sa violence.

    Sauf que le document sur lequel il se penche n’a rien de la routine, il s’en rend compte presque trop tard, quand la pointe du stylo frôle le bas de la page. Ses yeux parcourent le titre du formulaire deux fois plutôt qu’une, deux fois pour bien absorber l’affront, deux fois pour marquer son incrédulité.

    « C’est quoi ça. »

    Sa voix, rauque de ne pas avoir assez parlé ces derniers jours, porte néanmoins un accent inflexible. Ses yeux cherchent les siens, exigeant des réponses, maintenant.

    Zahra, Zahra, ne me donne pas une raison pour te détester ; j’en invente déjà assez seul.




     

    (Fanart par faheej)
    avatar
    BIR

    Messages : 11
    Messages rp : 4
    Date d'inscription : 24/05/2018

    Nom de code : altaïr
    Avatar : princess allura, voltron

    Voir le profil de l'utilisateur
    Re: _siberian winds, sungmin
    le Ven 13 Juil 2018 - 9:29
    elle se demandait si elle avait de la pitié.
    elle savait qu'elle avait de l'empathie : ça ne lui fait pas plaisir, de voir cet empressement à partir, ces grands airs quand il prend le stylo, ce vide quand l'information atteint le cerveau embrumé.
    oui. ce n'est pas quelque chose de facile et elle le sait.
    mais elle se demande : n'aurait-elle pas pu venir plus tard ? laisser un post-it sur un bureau ? lui envoyer par la poste ?
    sûrement -et en même temps, avait-elle du temps à perdre pour un gosse qui pleure quelqu'un qu'il ne semble respecter que dans la mort ?
    non, zahra n'avait pas de pitié. sungmin n'était pas un criminel, un assassin, un meurtrier en série, loin de là, mais il avait crevé le cœur de son paternel à petit feu, il a coupé la toile d'un parachutiste, il a laissé les vannes de gaz ouvertes jusqu'à ce qu'il étouffe.
    elle savait qu'il est mort dans une relative paisibilité et bien mieux que beaucoup d'autres ; elle sait qu'il en sort glorieux, que des statues seront peut-être érigée à son effigie dans des grands lieux, son profil teinté d'or veillant avec grandeur sur les gens à ses pieds. elle imagine qu'il aurait préféré que ça finisse autrement, tout de même, avec moins d'interrogations et plus de certitudes. mais voilà : la seule chose dont on était sûr, c'est qu'il allait partir avant que tout ne soit démêlé.
    il suffisait de regarder son fils. il avait toujours été très bon pour les apparences, lui avait-on dit, et zahra n'en a pas grand chose à faire parce qu'elle n'est qu'une fille dont les pieds devenaient blancs à force de marcher -maintenant, elle a des aiguilles sous les talons et si on se fiait à ce qu'elle émet, on aurait dit qu'elle est maître du monde depuis le big bang. c'est sûrement là une autre chose qui irrite sungmin : elle n'est pas impressionnée le moins du monde.
    pire, sûrement : elle peut même voir les petits bouts où ça s'effrite. on lui a dit où regarder, et même si ce n'était pas le cas elle le sait. elle a pleuré sa propre mort plus d'une fois. pas besoin de miroir pour savoir à quoi on ressemble.
    mais elle ne dira rien. elle se demande un instant si sungmin suppose qu'elle sait ou non. elle oublie vite sa question. elle n'en a rien à faire.
    il ne mérite pas son attention.
    voyez : pas de pitié.
    et pourtant, on lui a dit, dans des murmures si calmes que c'en était apocalyptique, c'est un gentil garçon. c'était une prière dans une chambre aux seringues blanches, croisées comme pour qu'il y soit sanctifié. elle n'était pas croyante, plus maintenant, mais pourquoi refuser quand les requêtes faîtes aux dieux semblent à portée ? c'est la confirmation que monsieur Kim n'est plus membres des opportunistes. cela arrêtera le versement de la participation mensuelle à la diaspora. il ne l'a pas signé avant son - mince hésitation. ça lui coûtera sûrement beaucoup. départ. il revient à vous de signer cela, comme stipulé dans son dossier d'inscription. elle essaie d'être neutre au possible. de ne pas faire de vague. ses yeux clairs sont planté dans ceux de l'héritier. elle ne sait pas si elle dit je n'ai pas peur ou tu n'as pas besoin d'avoir peur.
    probablement un peu des deux.
    elle ne vacille pas.
    { Contenu sponsorisé.
    Re: _siberian winds, sungmin
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit