Forum RPG à avatars illustrés - Tout public - Aucune condition de ligne ou d'activité

login
register

Inscrit depuis le

messages ( mps)

Appartenance:

Vos groupes :


    for the damaged coda | Hart

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    for the damaged coda | Hart
    le Ven 3 Aoû 2018 - 21:04
    для поврежденного конца

    Tu ouvres les yeux sur la nette sensation que ton crâne s'est fracassé et que ses morceaux désormais libres s'enfoncent un à un dans toutes les veinures de ton cerveau. Tu refermes tes paupières pour échapper à la lumière. Avec un grognement sourd, tu essaies de te repositionner au milieu du lit - et rencontre de la résistance. Tu ouvres les yeux et trouve une tête blanche de l'autre côté de ton dos, un visage indubitablement masculin, et tu ne te permets pas de te poser des questions. Plutôt, tu titubes hors du lit, à moitié debout, et tu sors de la chambre le plus rapidement possible. Tu t'écroule dans la salle de bain pour vomir tes tripes sans jamais avoir le temps de te demander ce que tu es devenu.
    Tu te redresses, prends trois aspirines et la moitié d'un verre d'eau, puis tu cafouilles jusqu'à la cuisine et tu mets un pot de café sur le feu. Tu ne t'arrêtes pas pour te poser des questions. Sinon, tu laisseras cours à ta violence, et tu ne peux te le permettre avec un autre être dans ton antre. Tu t’assois à la table de la cuisine, et tu observes le café lentement s'égoutter jusque dans le pot. Tu es tombé de si haut. Que dirait ton frère, s'il te voyait ici? Dans cette situation? Rien du tout, sans doute, il garderait son mépris pour lui même - ou, il te rirait au visage en te disant que tu n'es pas mieux que lui. Mais ça, tu le sais déjà. Les deux options te semblent tout aussi possibles - tu te rappelles que tu ne connais de ton frère que ce que tu as bien voulu voir, ce que tu as bien voulu assassiner.

    Tu aurais dû mourir plutôt que Мария. Ainsi, l'honneur de ta famille aurait pu être préservé, tu n'aurais rien taché, et tu aurais conservé quelques lambeaux de ton être intacts. Sans avoir grandis, tu n'aurais jamais eu l'occasion d'échouer si spectaculairement, avec tellement de sang sur tes mains. Димитрий aurait vécu, et jamais connu le fratricide que tu as forcé sous ses ongles. Plutôt, le monde aurait vu cette fleur immaculée, ta sœur, grandir jusqu'à éclore et illuminer le soleil. Sans doute. Si tu n'as pu la protéger ni elle, ni Димитрий, tu te demandes quel genre de dieu règne au dessus de vous à t'avoir laissé survivre.
    Tu te lèves pour verser deux tasses de café, et tu en poses une en face de toi, de l'autre côté de la table. Tu veux des réponses, même si tu n'es pas certain de vouloir les entendre. Plutôt, tu entends des pas s'approcher et te prononce dès que l'inconnu passe dans ton champ de vision.
    Bonjour.

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Citoyen
    h e a r t o f r u s t
    il est de ces fantômes qui hantent les champs de batailles déserts, les semelles rougies par les sillons des attaques et l’œil avide du moindre survivant pour mieux fondre dessus. Pour le piller, ou le sauver -et lui en réclamer le prix du sang. Hart en est l'ombre, offrant un savoir et une dextérité hors pair d'un bras métallique rougi pour soigner, réparant les vivants et enviant les morts. Marquant les bien portants pour leur rappeler qu'ils peuvent finir en cadavres. Survivant et impassible, il méprise ce sentiment de confort et de sécurité qui oppresse les habitants de Pallatine quand lui lutte au quotidien contre le syndrome post-traumatique.
    Messages : 43
    Messages rp : 33
    Date d'inscription : 26/02/2018

    Nom de code : rusty
    Jukebox : say your prayers or trust him
    Avatar : allen walker

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Sam 4 Aoû 2018 - 13:13


    La lumière est déjà bien haute quand il ouvre les yeux. Essayant de remettre en place l’endroit où il se trouve en premier, il ignore sciemment l’enchaînement d’évènement qui l’a mené dans un lit inconnu. La force de l’habitude, sûrement. La même qui ne s’est pas manifestée pour le réveiller à son aube habituelle, qui lui permet en général d’abandonner toute conquête ou passade nocturne aux premières heures du jour pour éviter toute conversation ; non pas qu’il use en général de certains services charmants ou de rencontres galantes pour leur discussion. Quelle que soit l’identité de ce qui a laissé un vide dans le lit bien plus large que le sien, cette personne n’a pas pris la peine de s’enquérir de sa présence. Hart se redresse, ignorant aussi le marteau sous son crâne résultant sûrement d’une surconsommation alcoolisée pour aller jeter un œil par la fenêtre sans même se préoccuper de sa nudité. Saint-Juré. Une fréquentation qui n’a pas du être donnée, donc. A son corps aussi rompu, ça a du valoir le coup malgré tout.
    Ramassant ses vêtements épars, ou du moins ceux qu’il trouve pour au moins grappiller quelque décence pour pouvoir regarder ses quartiers, tout souvenir à peu près net de sa soirée lui échappe dans les détails. Le champ de bataille de la chambre en est un. Comme une collection de polaroids flous, aux couleurs déformées par une mauvaise lumière, il se souvient de sa première destination et d’une de ses commandes, mais la suite plus sportive continue à se dissimuler. La sensation de black-out est assez désagréable, pour quelqu’un d’autant obsédé par le contrôle de ses actes, et surtout de leurs conséquences ; il a un problème avec plusieurs substances, un début inquiétant d’addiction que sa partie raisonnée et effroyablement logique n’arrive pas à faire valoir pour son propre bien. Il est tellement plus simple de noyer du traumatisme dans l’alcool, ou d’inhiber la peur et les inquiétudes dans des opiacées illicites. Il doute d’être le véritable propriétaire de chemise qu’il finit par enfiler mais assume totalement par non égard pour ses possessions matérielles. Moins pour ses bottes et les armes qu’elles dissimulent, ou son manteau, à bien y réfléchir.
    L’odeur forte de café finit par l’attirer dans la pièce à vivre, et il prévoit de finir de récupérer ses affaires sans forcément s’installer pour un brin de causette. En passant le pas de la porte, il retrouve au sol une corde familière qu’il saisit en continuant d’avancer pour tenter d’attacher des cheveux en bataille qui font écho à sa tenue plus que débraillée. L’individu assis à la table le dévisage austèrement, bien qu’il ai apparemment prévu une deuxième tasse fumante, et il s’en approche avec une once de suspicion en répondant d’un hochement de tête. Même communication non verbale quand il hésite avant de saisir la tasse (le café est une denrée beaucoup trop précieuse pour la gâcher, dans ses anciens standards de monde en guerre), remerciant d’un geste le propriétaire des lieux. Son visage lui est familier pour une raison qui lui échappe, et son accent. Son accent, surtout, allume quelque chose de concret dans sa mémoire.


    +2
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Dim 5 Aoû 2018 - 8:21
    для поврежденного конца

    Et le voilà, devant toi, avec la tasse de café en main. Tu devrais poser beaucoup de questions, comme comment, où et quand, mais tu te tais. Tu le regardes boire, comme si tu allais y trouver tes réponses. Dans le fond de ton crâne, tu te rappelles vaguement avoir eu une mission, le jour d'avant, et n'avoir jamais réussi. Ton échec te pousse vers ce qui te brûle la gorge, et te voilà qui en paie les conséquences. Tu es si prompt à te blâmer pour tout, et pourtant silencieusement tu rages de l'incompétence de ceux qui t'ont donné si peu d'information. Tu aurais su accomplir ton but si ceux avant toi avaient été plus minutieux, et si tu avais pu avoir une photo, au moins. Tout du moins, plus d'informations que les détails piteux que l'on t'as offerts.
    De toute manière, il est trop tard (ou trop tôt) pour te perdre en plaintes inutiles que personne n'entendra. Alors tu sirotes une gorgée de café qui te brûle la gorge, et tu souffres en silence. C'est la première fois que tu retrouves un inconnu dans ton lit, et tu ne peux te référer à l'expérience pour décider comment te comporter. Tu veux des réponses, et pourtant tu ne veux jamais savoir pourquoi ton corps tout entier porte la fatigue comme un poids dans chacun de tes membres.

    Révéler toutes les cartes de ton jeu te semble peu judicieux. Tu ne sais pas si l'inconnu se souvient de bien plus de choses que toi. Tu cherches comment formuler ta question, que ce qui te semble si évident ne soit pas prouvé immédiatement.

    Ah, et puis, de toute façon, qu'as-tu à perdre?
    (plus rien, depuis longtemps)
    Pour être honnête, je me demande franchement ce que vous faites ici.
    Tu sirotes ton café, comme si tu avais tout prévu - comme si tu méritais même de te poser où que ce soit dans le plan de quelconque dieu.
    Je ne connais même pas votre prénom.

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Citoyen
    h e a r t o f r u s t
    il est de ces fantômes qui hantent les champs de batailles déserts, les semelles rougies par les sillons des attaques et l’œil avide du moindre survivant pour mieux fondre dessus. Pour le piller, ou le sauver -et lui en réclamer le prix du sang. Hart en est l'ombre, offrant un savoir et une dextérité hors pair d'un bras métallique rougi pour soigner, réparant les vivants et enviant les morts. Marquant les bien portants pour leur rappeler qu'ils peuvent finir en cadavres. Survivant et impassible, il méprise ce sentiment de confort et de sécurité qui oppresse les habitants de Pallatine quand lui lutte au quotidien contre le syndrome post-traumatique.
    Messages : 43
    Messages rp : 33
    Date d'inscription : 26/02/2018

    Nom de code : rusty
    Jukebox : say your prayers or trust him
    Avatar : allen walker

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Dim 5 Aoû 2018 - 23:13


    D’un long trait, il vide la tasse attrapée autrement que par l’anse –pourquoi faire, quand il ne peut pas réellementse brûler d’une main, avant de la reposer sur la table. Le liquide amer le réchauffe brusquement, rapportant une sensation étrange de réconfort et de chaleur dans sa poitrine, où le froid bienveillant faisait son nid quand il s’est réveillé. Il fait toujours bien trop chaud dans cet étrange pays, de toute manière. Il y a bien une autre chaise à la table, mais pourtant il reste debout à toiser son compagnon matinal, à essayer de le remettre dans la soirée précédente. Non pas que cela soit de la moindre importance, plutôt savoir s’il lui doit de l’argent ou s’il ne fera pas une scène dans le cas inverse (et un foin pour récupérer le reste de ses vêtements, qui sait, ce ne serait pas la première fois). Son visage est aussi fermé qu’une porte de prison, avec un air oscillant entre une espèce de colère et de l’interrogation. De l’incompréhension, peut-être, ce qui semble plutôt déplacé pour ce qui a plus que sûrement du se passer quelques heures auparavant : à moins que pour une raison grotesque, le suédois se soit fait dépouiller de tous ses oripeaux sans l’aide de ce comparse. Plutôt improbable. Son maintien, sa posture défensive ne vont pas en faveur de l’identité prostitué, même si son appartement pourrait jouer en cette faveur. Le flou artistique dans sa mémoire ne masque pas le début de soirée en quête de rien, ou d’oubli, et l’accent qui lui échappe du bout de la langue. Il a du payer le premier verre, ou lui parler, ils ont beaucoup bu la suite est facile à aligner. Une nuit à se vautrer dans le stupre qui a presque parfaitement rempli son office, et le genre du partenaire n’est pas une variable importante ; d’un coup d’œil que suit sa tête pour glisser le long de la silhouette guindée, il hausse les épaules. Les courbes sont partout appréciables, et mieux vaut l’énergie robuste ou la fougue empressée et violente qu’une délicatesse intéressante mais ennuyeuse. Sa voix le fait presque sursauter, comme s’il avait posé brusquement sa main sur la table. Avant de lui faire hausser un sourcil, alors qu’il n’a même pas fini de boutonner sa chemise. Un claquement de langue, histoire de dissiper le moment gênant (plus pour l’assis que pour lui.)

    - Vraiment ?

    Tester le lit, te travailler au corps, un dessin ?Coup d’un soir, consensuel. Donc, il a économisé de l’argent. Ou a pu s’enrichir, si l’interrogation n’est que la soudaine réalisation d’un regret alcoolisé, qui sait. Son prénom ?

    - C’est pas important. Même pas… de mémoire ?

    Une lumière se rallume à l’étage des souvenirs. Son accent dans l’action, pour prononcer son prénom, c’est peut-être d’ici qu’il se le remémore ? Ou de la promiscuité soudaine, soufflée par une mémoire du corps plutôt que de l’esprit. Il rattrape sa tasse, et sans même demander la permission se dirige vers le pot abandonné pour se resservir. Il connaît le nom de scène d’une ou deux femmes, mais retenir le prénom d’une conquête fortuite induit une intimité diurne qu’il fuit pour d’évidentes raisons. Son physique le trahit trop facilement.




    +2
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Lun 6 Aoû 2018 - 0:51
    для поврежденного конца

    Tu méprises sa vague incrédulité au moins autant que tu te méprises toi-même. Possède-t-il donc tant d'information qui t'échappes? Oui, la conclusion est simple à faire, et même si tu ne te permets pas vraiment d'y poser des mots, elle flotte au bout de tes neurones en silence. Ça, et la douleur que l'aspirine n'a pas totalement dissipé pour l'instant. Tu t'es vraiment mis dans une situation qui pousse quelque chose comme la honte, la colère pour chauffer ton ventre. Qu'a-t-on bien pu te dire, que tu croies que ceci était une bonne idée? Tu ne te considères pas comme facile à séduire et dans l'état tu t'imagines mal à quelle conclusion ton cerveau embrumé par l'alcool a bien pu venir. Ah oui, tu cherches toujours un échappatoire (et c'est pour ça que tu te perds dans l'alcool), mais tu te demandes dans quel état tu as bien pu être pour penser que ça en était un. Tu aurais cru te perdre dans l'opium bien avant que tu t'aventures jusqu'à te retrouver dans cette situation. Peut-être que tu l'as fais. Les possibilités sont infinies à l'intérieur du trou noir ayant avalé les dernières heures.

    Tu es outré, mais tu n'as rien de solide sur quoi te poser. Tu serres la tasse dans ta main jusqu'à perdre la sensation dans le bout de tes doigts. Tu as tellement d'accusations au bout de ta langue, mais trop de fierté pour aller t'y perdre sans aucune preuves. Tu es à une impasse, tu fulmines en silence et te déchires du rouge posé dans ton estomac. Et pourtant tu sais qu'aux yeux de l'univers (et au tiens), tu ne mérites rien de mieux que tout ça. Lentement, tu te détruis toi-même, qu'il n'y aie plus de preuves de tes péchés. Que tu t'effaces dans l'oubli et pourtant qu'on se rappelle toujours de ton nom, qu'on le prononce avec mépris comme pour les plus grands démons.
    Je ne me souviens de rien.
    Cette amnésie que tu as créée toi-même, et donc que tu ne peux blâmer sur quiconque. Tu as creusé ce trou toi-même, et tu y brûles au fond sans pouvoir voir le soleil. Là où les vers grouillent, là où ton destin dois te mener.
    Et ça m'importe.
    Tu ne devrais pas vouloir connaître son prénom. Tu devrais le laisser partir en silence. Et pourtant tu as tout de même besoin de ces réponses, puisque tu ne peux pas vivre dans l'ignorance des péchés que tu as posés.
    Je ne suis pas si idiot. Mais je veux tout de même des réponses.
    Il reste encore la vague possibilité que l'on t'aie drogué, ou autre. Même si vous ne seriez pas chez toi si c'était le cas. Et pourtant tu t'accroches à cet espoir jusqu'à t'en arracher les ongles.


    +2

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Citoyen
    h e a r t o f r u s t
    il est de ces fantômes qui hantent les champs de batailles déserts, les semelles rougies par les sillons des attaques et l’œil avide du moindre survivant pour mieux fondre dessus. Pour le piller, ou le sauver -et lui en réclamer le prix du sang. Hart en est l'ombre, offrant un savoir et une dextérité hors pair d'un bras métallique rougi pour soigner, réparant les vivants et enviant les morts. Marquant les bien portants pour leur rappeler qu'ils peuvent finir en cadavres. Survivant et impassible, il méprise ce sentiment de confort et de sécurité qui oppresse les habitants de Pallatine quand lui lutte au quotidien contre le syndrome post-traumatique.
    Messages : 43
    Messages rp : 33
    Date d'inscription : 26/02/2018

    Nom de code : rusty
    Jukebox : say your prayers or trust him
    Avatar : allen walker

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Lun 6 Aoû 2018 - 1:59


    Il vide le restant du pot dans sa tasse, sans même daigner en proposer ou même partager. Denrée rare, précieuse et délicieuse, et bizarrement presque galamment offerte. Un frisson. S’attacher, c’est un risque, échanger et donner des informations compromettantes, c’est devoir faire appel à d’autres services pour faire taire ou le faire lui-même. Vu l’appartement plutôt bien arrangé, le quartier et l’air le plus dense jamais observé, tuer un homme juste pour éviter de se faire retrouver semble être une solution beaucoup trop extrême et facile à traquer –même pour lui. Un voisin qui parle, se souvient du métal rouge ou de sa dégaine de vieillard. Et puis, dans un chuchotis navigant vaillamment dans la brume, le service rendu était peut-être suffisamment de qualité pour avoir découché aussi tard. Peut-être, le plus petit des peut-être. Pas de trace compromettante aperçue, quelques courbatures assez lombaires à prévoir à coup sûr. Sa main inorganique pianote sur la porcelaine au rythme de ses pérégrinations d’intérêt mentales, jusqu’à revenir à un bras de distance de son interlocuteur sans cesser de faire résonner le bruit métallique caractéristique. Ou l’exercice est nouveau, ou la culpabilité frappe le brun à la vitesse d’un train en marche comme tout bon lendemain de cuite.

    - Normal, vu la quantité d’alcool que vous avez du prendre.

    Quantité sûrement équivalente à la sienne. Le tintement glacial des verres minuscules, la lumière à travers bouteilles multicolores. Le murmure dans une autre langue, toute la soirée, et la différence de température en sortant quelque part. Puis la chaleur soudaine, sûrement en entrant dans l’appartement. Puis une autre chaleur. Soirée mouvementée. Son nom importe peu, noyé dans des regrets aussi amer qu’encaféinés. I-quelque chose. Ivan ?

    - Hier soir, aussi. Je ne sais plus à quoi. Là-bas, ça vous a moins importé.

    Il pointe d’un signe de tête la direction de la chambre, avant de fouiller sa poche arrière pour en sortir quelques billets froissés, et de la monnaie qu’il ausculte dans sa main. Le compte n’a pas varié, et le billet plié précautionneusement n’est pas le sien. Il a du faire les poches à sa portée sur le retour.

    - Si ça peut vous rassurer, vous ne m’avez pas payé. Plutôt rincé, avant tout.

    La voix plus forte le fait ranger ses biens, et se renfrogner un peu. Quand à son idiotie… il souhaite un dessin ? Une explication à ses futures courbatures, à l’usure de son matelas, à ses draps à changer ? Vraiment, les jeunes gens sans pensée pour les conséquences de leurs actes. Le prénom revient d’un  coup, et la nationalité aussi. C’est dans une langue cyrillique qu’ils ont parlé, c’est ça. Pourquoi il ne l’a pas planté au lieu d’échanger des shots, voilà la vraie question. Comment a-t-il pu laisser un satané ruskov lui passer dessus ? Il crache son propre prénom avec leur accent honni qu’il maîtrise trop bien, faisant l'impasse sur l'imitation de la version gémie par le moscovite la nuit passée. Son cœur, après autre chose.

    - Hart. Ilya.




    +4
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Lun 6 Aoû 2018 - 6:46
    для поврежденного конца

    Oui, oui, tu as trop bu. Clairement. Et tu as la nausée qui te colle toujours à la gorge pour le prouver, le mal de crâne qui te térèbre de part en part, et un inconnu dans ton appartement. Tu as bien compris. Mais tu n'étais pas le seul, tu en es certain. L'inconnu a l'air de se souvenir des choses bien mieux que toi, mais tu es certain que tu n'étais pas le seul trop abimé pour prendre de bonnes décisions. Sinon, pourquoi l'autre serait ici? Mais tu ne dis rien. Il doit bien le savoir, tu ne crois pas avoir besoin de le mentionner (et puis tu as la crainte dans le fond de ton crâne que non, il a fait ça en toute connaissance de cause, et d'une façon ou d'une autre, c'est pire). Tu plisses les yeux à sa seconde remarque, mais de nouveau tu ne dis rien. Au milieu de tes côtes tu retiens un rugissement, une colère qui ne fait que continuer face à cette situation où tu n'as absolument aucun pouvoir - ni sur toi-même, ni sur l'autre. Tu ne peux que t'asseoir ici et subir alors que tu sirotes un café qui te brûle la gorge. La répartie t'échapper, l'expérience n'a rien pour t'aider, et tu te demandes pour la centième fois jusqu'où tu tomberas avant de finalement pouvoir mourir et souffrir de tes péchés pour l'éternité. Au moins en enfer, tu n'auras pas à garder ces apparences qui ne valent rien et qui pourtant son tout ce qu'il te reste.

    Payé? Ne soyez pas ridicule!
    Tu ne peux empêcher ton ton de se lever, ta colère de mettre un grognement au fond de ta gorge, qui se dissipe avec tes mots. Comment ose-t-il même sous-entendre cela?! Tu es tombé, tu ne te poses plus jamais qu'au bord du sol pour t'éloigner du ciel, mais tu ne t'abaisserais tout de même pas à de telles... pratiques! Tu n'as plus l'honneur que tu as si longtemps voulu conserver, mais tu n'es pas non plus un dégénéré! Tu ne comprends même pas pourquoi tu es dans cette situation! Tu concèdes que tu t'es perdu quelques fois dans ton déploiement sur les routes de terre et de sang, et si ton père a toujours assumé que tu avais attendu le mariage il avait tord - mais, tout de même! Tu es un aristocrate!

    Ta colère s'éteint. Tu hausses un sourcil, vaguement, lorsque l'inconnu se présente soudainement. Tu ignores le ton des mots, puisque quelque chose de plus important vient de se présenter et de changer la situation du tout au tout.
    Rustning? Te voilà qui a après tout accompli ta mission. Ce qui explique cette situation toute entière, quoique tu te demandes franchement pourquoi ton esprit embrumé a jugé que ceci était le meilleur moyen de pouvoir ramener Hart Rustning chez les Opportunistes. Il vous a fuit, et il faut croire que c'est avec une facilité déconcertante que tu as refermé tes crocs autour de sa gorge. Quoique, tu n'es pas sorti du bois.
    Tu as désormais des cartes à jouer, mais aucune idée de comment les poser. En toute réalité, tout ce dont tu as besoin, c'est d'un moyen de le contacter. Un moyen pour ta diaspora de se rendre jusqu'à lui. De la même façon, tu ne peux pas le laisser te glisser entre les doigts. Et pourtant, tu ne peux pas non plus changer ton attitude du tout au tout. Tu sais te faire bon menteur, mais il y a des limites à ce qui est croyable.
    Hart. tu répètes, laissant court à ton accent. Tu continues en russe, puisque son accent te fais croire qu'il le parle - si tu as tord, peu importe: Rustning, n'est-ce pas?
    Tu réfléchis, et alors que ton regard parcours Rustning tu remarques quelque chose.
    Vous portez ma chemise.
    Il te semble évident à ton ton que tu veux qu'on te la rende - au cas où il ne comprendrait pas, ou pour l'empêcher de feindre l'ignorance, tu continues:
    Je me doute fortement que vous êtes venu ici avec vos propres vêtements. Je garderai les miens - les vôtres ne doivent pas être bien loin.
    Les mots et leur sous-entendu font un contraste affreusement désagréable avec la saveur plaisante qu'a habituellement le Русский sur ta langue. Tu n'as jamais cherché à reproduire, avant la veille, ces expériences charnelles qui ont ponctué ton service à la Ру́сская импера́торская а́рмия (celles que tu n'as pas regrettées, en soi, mais qui t'ont toujours apparu être des moments de faiblesse plutôt que des choses convenables), et tu ne croyais jamais te retrouver face à un homme dans cette situation. Mais, ta moralité s'est fracassée en même temps que ton honneur et que ton être tout entier. Et pourtant, tu as encore un devoir à ta diaspora à remplir - pour conserver les seules apparences qu'il te reste.


    +4

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Citoyen
    h e a r t o f r u s t
    il est de ces fantômes qui hantent les champs de batailles déserts, les semelles rougies par les sillons des attaques et l’œil avide du moindre survivant pour mieux fondre dessus. Pour le piller, ou le sauver -et lui en réclamer le prix du sang. Hart en est l'ombre, offrant un savoir et une dextérité hors pair d'un bras métallique rougi pour soigner, réparant les vivants et enviant les morts. Marquant les bien portants pour leur rappeler qu'ils peuvent finir en cadavres. Survivant et impassible, il méprise ce sentiment de confort et de sécurité qui oppresse les habitants de Pallatine quand lui lutte au quotidien contre le syndrome post-traumatique.
    Messages : 43
    Messages rp : 33
    Date d'inscription : 26/02/2018

    Nom de code : rusty
    Jukebox : say your prayers or trust him
    Avatar : allen walker

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Lun 6 Aoû 2018 - 16:34


    La colère en face de lui est contenue, mal ravalée mais prêt à jaillir, s’échappant par flammèches dans chaque mots craché avec dédain. Cette colère consécutive à quoi, finalement ? La honte, le remord, la déception ? Allons, c’est un adulte en pleine santé, sûrement maître de ses émotions et responsable de ses actes, et pourtant se dessine sur sa figure les prémices d’une rage éclatante qui ne demande qu’un petit tremplin pour mieux s’exprimer. Celle d’Hart est moindre, mesurée, plus ennuyée d’avoir frayé avec l’ennemi aux allures caractérielles que vraiment insidieuse. Pas de là à lui ronger l’estomac et les pensées de remords ou d’aigreur, non. Le reste de la conversation s’envole en russe, et lui permet sans joie aucune de mieux s’exprimer. L’enfant gâté assis bras croisés derrière la table ne conçoit pas d’avoir pu se procurer des services délictueux, ou fait mine de dédain pour repousser l’éventualité, peut-être. On a que ce que l’on mérite, ou ce que l’on réussit à convaincre de ramener, après tout, les bas-fonds sont un plein réservoir d’âmes aussi peu scrupuleuses que le suédois. La mémoire semble revenir au russe dès lors qu’il prononce le nom du soldat, et son empressement semble retomber aussi vite qu’il a essayé de l’enflammer. Il le connaît bien, donc, ce n’est qu’un oubli dû à sa beuverie. Problème réglé. Autant partir et oublier cet incident, plutôt que de faire durer le moment et par là même faire grandir l’idée qu’un russe de moins ne serait pas une grande perte pour commencer la journée.

    - C’est ça. Vous voyez, quand vous essayez. Maintenant, oubliez-moi.

    Il vide d’un trait sa deuxième ration, avant de reposer avec un peu plus d’élan la porcelaine qui crisse affreusement quand il la lâche en raclant ses doigts métalliques dessus ; il s’apprête à tourner les talons avant de se faire interpeller sur sa tenue vestimentaire. Toisant Ilya et sa chemise proprement passée quand il porte sans aucun scrupule celle abandonnée la nuit passée, l’idée de changer pour récupérer son propre bien ne lui traverse même pas l’esprit. Elle est usée jusqu’à la corde, de toute manière, et au vu de la dégaine de son interlocuteur, une de plus ne va pas lui manquer –il ne viendra pas la chercher, non plus. Il prend son temps pour la boutonner sans lâcher des yeux le brun, avant de s’essuyer la bouche d’un revers de manche.

    - Disons que je vais la garder contre le service rendu, alors. Vu votre réaction, je doute que vous veniez me l'arracher encore de toute façon.

    Il cherche d’un coup d’œil son gilet égaré, avant de le repérer non loin d’une de ses bottes vers le sofa : récupérant le premier qu’il enfile sans le fermer, il rattrape la seconde orpheline pour vérifier si la lame glissée le long de la tige s’y trouve toujours. Son manteau passé doit traîner quelque part, et le jour semble assez jeune pour ne pas le perdre en entier avec des imbéciles s'il part de suite.

    - Profiter pendant l’instant présent après avoir ramené un homme, pour regretter le matin, et après s’être mis une mine en âme et conscience. Assumez vos choix et vos actions.

    L’attitude d’Ilya suinte la mauvaise foi, l’incapacité volontaire à prendre à bras le corps un acte plutôt anodin à l’endroit où le début de la passade a eu lieu pour mieux culpabiliser au matin. Un écolier russe incapable d’assumer ses pulsions. Typiquement russe.




    +2
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Mer 8 Aoû 2018 - 3:27
    для поврежденного конца

    La colère se refoule au fond de ton être, là où elle reste toujours, pour te laisser serein tout en surface - ton état normal, quand personne ne pourrait deviner ce qui te ronge. Si tu n'as plus la dignité de pouvoir te targuer de ton devoir, tu es tout simplement incapable de t'en détacher quand tu as la possibilité de le suivre, et ainsi toute ta vision de cette situation change. Tu dois trouver un moyen d'extirper à Hart Rustning quelconque information que ce soit à propos de lui - son numéro de téléphone, même, fera l'affaire. Et puisque tu n'as plus d'honneur de toute façon, tu t'abaisserais facilement à le lui demander - ce n'est pas l'orgueil qui t'en empêche, mais le savoir que tu te ferais refuser. Non seulement cela serait affreusement peu caractéristique venant de toi, cela ferait tache contre tout le début de votre interaction, et Rustning aurait probablement tôt fait de douter de ton honnêteté. Non, tu devras mentir, d'une façon ou d'une autre, pour obtenir ce que tu veux.
    Tu plisses les yeux alors qu'il continue de boutonner ta chemise, et le mépris ton monte à la gorge jusqu'à se dissiper dans toute ta poitrine. Quelle idée, que de ramener cet homme à Pallatine. Sans doute, bien d'autres gens avec une expertise semblable aurait pu être choisis. Tu te demandes franchement à qui est revenu cette décision, et s'il ont encore quelconque pouvoir de décision. Vu le fiasco que toute cette situation a créé, ton vote irait évidemment contre cette personne.

    Tu te rappelles clairement, plus tôt, avoir vu ton portefeuille dans la salle de bain. Tu n'as aucune idée de comment il s'est ramassé là, mais tu ne prends pas le temps de te poser la question. Ça n'est pas important. Ce qui importe plutôt, c'est le mensonge qui se forme lentement au fond de ta gorge. Ce n'est pas que tu espères appeler à l'empathie de Rustning (quelle blague), et plutôt qu'une accusation est une excuse convenable pour exiger ces informations dont tu as besoin. Tu comptes sur son attitude, justement, puisqu'il ne risque pas de se décider à t'aider à chercher.

    Alors qu'il parle, tu fais mine de penser à quelque chose, puis de subtilement vérifier tes poches. À la fin de son discours, auquel tu ne réponds bien évidemment rien puisqu'il ne vaut pas (puisque tu as désormais pied et un but dans cette interaction) que tu te mettes en colère, tu te lèves et te diriges vers Rustning. Tu lui agrippes l'épaule.
    La chemise, je veux bien. Mais j'aimerais que vous me rendiez mon portefeuille.
    Bien sûr, tu aurais pu l'oublier quelque part compte tenu de ton état de la veille - et bien sûr, tu t'attends à ce que Rustning te le mentionne. Tu joueras bien sûr un homme bien plus déraisonnable que tu ne l'es réellement, et insisteras à ce qu'il te donne moyen de le contacter si jamais tu ne trouves pas ton bien. Voilà ton plan.


    +5

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Citoyen
    h e a r t o f r u s t
    il est de ces fantômes qui hantent les champs de batailles déserts, les semelles rougies par les sillons des attaques et l’œil avide du moindre survivant pour mieux fondre dessus. Pour le piller, ou le sauver -et lui en réclamer le prix du sang. Hart en est l'ombre, offrant un savoir et une dextérité hors pair d'un bras métallique rougi pour soigner, réparant les vivants et enviant les morts. Marquant les bien portants pour leur rappeler qu'ils peuvent finir en cadavres. Survivant et impassible, il méprise ce sentiment de confort et de sécurité qui oppresse les habitants de Pallatine quand lui lutte au quotidien contre le syndrome post-traumatique.
    Messages : 43
    Messages rp : 33
    Date d'inscription : 26/02/2018

    Nom de code : rusty
    Jukebox : say your prayers or trust him
    Avatar : allen walker

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Mer 8 Aoû 2018 - 14:49


    Pas vraiment inquiété par le comportement capricieux de son interlocuteur, il cherche la jumelle de sa première chaussure dans la pièce. Finir de s’habiller, récupérer le peu de possessions surtout résumé à des vêtements usés plus que de raison, avant de lever le camp en se promettant de continuer à disparaître à l’aube pour moins de désagréments futurs. Il doute que le champ de bataille restant dans la chambre dissimule encore des choses, le souvenir d’avoir largué la plus grande partie de ses vêtements du dehors en arrivant dans l’appartement étant étrangement net dans sa tête. D’un coup d’œil pour Ilya, il doute que ce dernier ai dissimulé des choses, trop occupé à tenter de ravaler son caprice fleuri de remarques si peu incisives ; leur interaction ressemble à la collision désastreuse de deux murs gardant à peine leurs calme, quand tant de détails de leurs histoires respectives pourraient les rapprocher sur un terrain d’égalité. En se baissant pour rattraper la botte enfin aperçue derrière le sofa, il se retrousse les manches en se félicitant intérieurement de son appropriation vestimentaire de qualité plus que supérieure par rapport à son propre vestiaire habituel.

    - Je ne me rappelle pas vous avoir demandé la permission de la garder.

    Revenu sur ses pieds qu’il chausse, il recule d’un pas quand le russe s’approche de lui. Son maintien et sa démarche peuvent dénoter deux choses : passage dans l’armée, ou les forces de l’ordre, ou personnage extrêmement imbu de lui-même pour se déplacer comme un prince. Les deux restent compatibles dans l’esprit d’Hart, et il saisit de sa main gauche le poignet du brun avec une certaine poigne inhérente à l’inorganique, en même temps qu’il se dégage d’un brusque mouvement d’épaule. Le contact intime des quelques heures passées ne lui donne en rien l’autorisation de se montrer entreprenant d’une quelconque manière. Pour ce qui est de ses papiers… même si le suédois n’est pas contre arrondir des fins de semaine à la fauche quand celle-ci se présentent, il a déjà vidé le contenu de ses poches devant son hôte. Pour quelqu’un qui ne possède pas lui-même de portefeuille, l’accusation reste grotesque. A qui pourrait-il mentir, avec des papiers portant la photo d’un homme aussi brun qu’il est lui-même capillairement pâle comme la mort.

    - A quoi me servirait-il ? Vous m’avez vu dans le plus simple appareil, et j’ai vidé mes poches plus tôt, où voudriez-vous qu’il soit ?

    Hors de question de le laisser le fouiller, surtout quand il a pu assister à tout son processus d’habillement. De plus, le temps passé dans les murs inconnus dépasse largement l’entendement, alors il lâche le moscovite pour se mettre en quête de son manteau. Avant de partir. Même si la nuit reste dans des variétés de flou, il y a bien quelque chose qui l’a retenu au matin, déjà, bien quelque chose –autre que l’alcool-, qui l’a poussé à volontairement suivre le soldat présumé. Loin du comportement irraisonné de dédouanement de responsabilité qui alimente le discours de son coup d’un soir. C’est à n’y rien comprendre, et ça ne devrait pas se reproduire. Et si Ilya tente la moindre chose, le prothésiste sait parfaitement user des vestiges de son entraînement militaire pour neutraliser rapidement ; un geste sur lui, et il le mettra au sol d’une clef de bras. Il va pour s’éloigner, repoussant d’un geste de main calme l’homme pour l’écarter de son passage.

    - Prenez vos responsabilités au lieu de blâmer celui que vous avez ramené pour ce que vous avez du perdre en cours de route.




    +1
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Ven 10 Aoû 2018 - 23:09
    для поврежденного конца

    La prise sur ton poignet te surprend vaguement, et est tout à la fois attendue. Elle affirme à ton esprit qui se départi lentement de sa brume une conclusion dont tu te souviens vaguement - tu ne sais plus si c'est une information qui t'as été donnée, ou si tu en es venu à cette conclusion quelque part pendant le trou noir de ta mémoire qui ne s’éclaircit pas; dans tous les cas, tu crois reconnaître à Rustning le port d'un militaire, aux gestes ferment et aux épaules droites. Dans tous les cas, ses réflexes dénotent une certaine expérience qu'on ne gagne pas sans difficulté ni conflit, et tu sais mieux que de tenter de te retirer face à cette main de mécanique dont la force surpasse très probablement la tienne.
    Je n'ai aucune idée de ce que vous pouvez bien cacher dans votre manche.
    Tu indiques la prothèse du regard - après tout, avec toute la technologie du futur, qui sait ce qui se cache à l'intérieur de ces parois inorganiques. Tu as la méfiance (fausse) jusqu'au fond de la gorge, les pupilles attentives à tout mouvement - bien sûr que tu ne fais pas confiance à Rustning, peu importe tes décisions épouvantables de la veille.
    Je me souviens clairement l'avoir eu sur moi en rentrant. Je sais que je ne l'ai pas perdu en cours de route.
    Tu sais n'être que tu n'as pas une prise solide sur cette situation, et tu sais que tu ne te tiens que du bout des orteils sur un terrain fragile, mais tu ne peux pas te permettre de reculer. Alors, lorsque Rustning relâche ton poignet, tu croises tes bras sur ta poitrine sans bouger d'un pouce.
    Je n'ai aucune raison de vous faire confiance, mauvaises décisions à part. Certes je vous ai ramené ici, mais c'était une erreur, et j'en subis les conséquences.
    Tu sais mieux que de nouveau physiquement interpeller ton interlocuteur, sous peine de pires conséquences. Ton insistance ne sera sans doute pas la bienvenue, et si tu crois pouvoir te défendre convenablement, tu n'es pas absolument confiant envers ta capacité à sortir d'une confrontation gagnant. Il y a bien trop longtemps que tu n'as pas levé les armes, et tes os crient que tu ne les repousse pas vers cette violence même qui a ruinée toute ta vie. Tu n'es pas en position de force ici, et tu sais que ton plan n'est pas sans failles, et tu te maudis d'avoir oublié tout ce qui pourrait t'être utile. Tu te maudis de t'être tiré dans le pied alors que l'on te donnait ta mission sur un plateau d'argent, tu maudis le manque d'information que l'on t'as donné sur ta cible, et surtout tu te maudis de ces échecs qui te hantent jusqu'à ce que tu ne commettes un péché après l'autre.
    Tu ne mérites pas de réussir, et pourtant c'est tout ce qu'il te reste.
    Donnez moi un moyen de vous contacter et je vous laisserai tranquille. Si je ne retrouve pas mon bien, vous entendrez parler de moi de nouveau.
    Tu ne doutes pas réellement qu'il te refuse. Mais tu ne tiens dans tes mains que des cartes perdantes - la vérité, c'est que tu t'es saboté dès le début.


    Spoiler:

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Citoyen
    h e a r t o f r u s t
    il est de ces fantômes qui hantent les champs de batailles déserts, les semelles rougies par les sillons des attaques et l’œil avide du moindre survivant pour mieux fondre dessus. Pour le piller, ou le sauver -et lui en réclamer le prix du sang. Hart en est l'ombre, offrant un savoir et une dextérité hors pair d'un bras métallique rougi pour soigner, réparant les vivants et enviant les morts. Marquant les bien portants pour leur rappeler qu'ils peuvent finir en cadavres. Survivant et impassible, il méprise ce sentiment de confort et de sécurité qui oppresse les habitants de Pallatine quand lui lutte au quotidien contre le syndrome post-traumatique.
    Messages : 43
    Messages rp : 33
    Date d'inscription : 26/02/2018

    Nom de code : rusty
    Jukebox : say your prayers or trust him
    Avatar : allen walker

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Sam 11 Aoû 2018 - 0:38


    Ilya ignore qu’il pose la même question que quelques auparavant, mais sur un ton largement moins aviné. Chaque mise à nu devant un public est toujours l’occasion pour un moment gênant de dégoût, ou au contraire de curiosité soutenue pour son parasitage métallisé. Quand ce n’est pas de la peur bête et méchante, face à ce rouge incongru et de mauvaise augure dans cette époque. C’est bien ce qui le caractérise, en somme, le carmin tranchant l’immaculé coupable. Le russe n’a pas fait exception aux premières règles, mais la réponse est nettement moins avenante qu’au creux des draps alors qu’il se défait de sa prise avec une expression suspicieuse. Avantage non négligeable sur les personnes sobres et influençable qu’est cette idée reçue qu’il tient de ses phalanges une force surhumaine –il n’en es rien, et son bras dissimule seulement une lame parfaitement encastrée le long de son avant-bras, parfaite pour la self-défense.

    - De quoi vous sauver la vie, ou vous neutraliser.  

    Hart hausse un sourcil dubitatif, à défaut de rouler des yeux ou même de s’esclaffer. L’homme qui le dépasse d’une courte tête et d’une bonne largeur se souvient clairement d’un détail aussi insignifiant que la perte de son bien ? Quand le suédois en face peut témoigner, presque sous serment, du caractère aléatoire de leur début de soirée passée la porte d’entrée quand ce même russe n’a pas été le dernier à semer un mélange de leurs vêtements jusqu’au pied du lit en clamant son désintérêt pour l’ordre ? Il ment comme il respire, et ne sait apparemment pas correctement le dissimuler. Dans quel but, si ce n’est gagner du temps ou le retenir ? L’esprit paranoïaque aux commandes de l’égaré temporel y voit une sorte de traquenard, un bourgeon de complot grossier bien plus plausible qu’une brusque et coupable envie de garder dans son répertoire le numéro d’un homme pour un autre night-stand vigoureux.

    - Que je reste une erreur, alors, et si vous pouvez continuer de m’oublier en conséquence après cette nuit agitée.

    Autant de discours pompeux pour draper un semblant de dignité sur un égo blessé, touché au plus sensible ; l’envie de répartie amère, de continuer sur une lancée aux termes plus crus pour être sûr de s’en débarrasser n’est pas très éloignée. Mais l’habitude reprend le dessus, et plutôt que d’aller à la confrontation, il préfère contourner le problème et s’en aller face à cette étrange urgence retenue, cet autre plan dans la tête du brun qui dissimule autre chose tout en faisant barrière de sa stature quand il essaie de passer. Faisant un pas de côté, il lui barre le chemin plus franchement, sans pour autant user d’une manière forte autre qu’imposer sa taille et faisant reculer le plus balafré des deux. Pourquoi vouloir à tout prix pouvoir le retrouver ? Les deux seules catégories de personnes plus ou moins à sa poursuite restent l’Institut, pour sa disparition brusque après son refus de coopération, et quelques factions de chaque camp pour avoir réparé les mauvais opposants. Le médecin illégal vit du confort de n’être qu’un fantôme, ayant jeté identité et moyen de reconnaissance pour ne demeurer trouvable qu’en cas d’intérêt commun sonnant et trébuchant. Le ton employé pour le retenir a changé, passant à une sorte de menace malhabile plutôt qu’à une réelle demande –c’est en tout cas ce qu’il interprète, en répondant d’un ton acide. Viser ce qui apparemment dégoûte le moscovite, pour mieux l'écarter, quitte à continuer sur l'effrayante pente immorale pour Ilya en se penchant vers lui, trop près pour mieux débiter sa déclaration. A défaut de le pousser pour passer, sachant pertinemment qu'il grillerait sa couverture en ne déployant pas la force nécessaire avec son gabarit squelettique. Même en sachant où viser.

    - C’est une menace ? Ou le boning était tellement à votre goût que vous soyez désespéré de le refaire ? Remarquez, ce serait plutôt plausible vu le vocal que vous y avez déployé.




    +1
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Conseil d'administration
    sleeping king under the mountain
    awaiting past raptures
    while scarlet twilight
    drapes sightless eyes

    Messages : 111
    Messages rp : 61
    Date d'inscription : 02/04/2017

    Jukebox : Короля-под-Горой
    Avatar : Ichinose Guren - Owari no Seraph

    Re: for the damaged coda | Hart
    le Sam 11 Aoû 2018 - 8:50
    для поврежденного конца

    Combien d'erreurs feras-tu encore au nom d'un honneur que tu as brisé il y a longtemps? Il ne reste plus rien de toi, et pourtant tu t'accroches jusqu'à t'en arracher les ongles à tout ce que tu peux pour essayer de donner à ta vie quelconque contenance. Ton devoir ne vaut plus rien, ta droiture brisée à tes pieds, tu n'es que morceaux fracassés d'un être que tu t'es si longtemps targué d'être avec toute la fierté que te conférais ton statut, ton rang, ta patrie. Et désormais tu es aux pieds d'une nuit dont tu ne te souviens pas, et du mur face à un homme que tu aurais dû plutôt ramener jusqu'à ta diaspora, puisque vous l'avez demandé vous-mêmes. Tu as échoué, ici comme partout, et tu te fais un mur entre lui et la porte alors que tu sais si bien que ça ne sert à rien - que tu es fais de papier, et que quiconque peut te traverser sans que jamais tu ne lèves la main sur eux. Tu as trop de sang sous tes doigts - tu as l'image des derniers gargouillis de Димитрий brûlée sur la rétine, les sons en échos dans le fond de ton crâne sans arrêt. Comment tu en es arrivé ici? Tu n'as pas l'opportunité de te poser la question.

    Tu te contentes de plisser les yeux aux mots de Rustning, sans répondre. Il serait sans doute pour toi le temps de battre en retraite - tu retrouveras Rustning à un autre moment. Tu ne veux pas te battre - tu as trop de sang sous tes ongles. Tu as la colère qui remonte lentement le long de ta gorge, comme tu échoues de nouveau, comme tu échoues toujours. Comme tu brûles, brûles sur le bûcher de ta vie. En silence, tu regardes ton inconnu dans les yeux, sans broncher, sans bouger. Tu devras t'écarter pour qu'il passe, puisque tu ne t'aventureras pas vers la violence. Ses mots ne t'affectent pas, puisqu'il n'y a rien que Rustning puisse rabaisser puisqu'il ne reste rien de toi. Il n'y a pas d'honneur sur lequel cracher puisque tu ne rampes qu'au ras du sol. Tu ne plieras pas le genou devant lui, puisque ton échec et ta mort sont un secret que tu garderas jusqu'à la fin des temps.

    Tu n'as pas de raison de te tenir ici devant lui. Tu n'as pas de raison de mentir. Tu n'as pas de raison de garder les apparences. Et pourtant tu t'accroches à tout ce que tu trouves jusqu'à t'en arracher les ongles.
    Si tu es quoi que ce soit, c'est têtu.
    Alors tu bas en retraite, en cet instant. En silence, tu t'écartes du chemin de Rustning pour le laisser passer de l'autre côté de toi. Et tu te convaincs, la langue nichée contre ton palais, que tu le retrouveras plus tard. Plus tard. Dans un futur flou auquel tu te refuses à penser, parce que l'instant présent t'es déjà beaucoup trop insupportable. Tu devrais garder les mots dans le fond de ta gorge, et pourtant alors que Rustning passe la porte de ton appartement tu ouvres la bouche et tu annonces, stupidement, comme pour conserver quelque part d'orgueil qui flotte dans un coin de tes côtes, comme un enfant qui ne supporte pas de ne pas avoir le dernier mot, comme l'homme défait que tu es si rapidement devenu;
    Je vous retrouverai.


    +1

    ___________________
    a king must learn
    how to hurt those he loves
    for he is made
    by steel & suffering

    Contenu sponsorisé
    Re: for the damaged coda | Hart
    Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit