« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Procédures de transfert

avatar
PNJ

Compte fondateur - ne pas envoyer de message privé, préférez contacter le compte PNJ ou un des administrateurs.
Messages : 1021
Messages rp : 62
Date d'inscription : 11/10/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Oct 2015 - 22:07

Arrivée à Pallatine

transfert

Si votre personnage fait partie de la majorité des habitants qui ne sont pas nés à Pallatine mais sur Terre, alors il a dû suivre tout un processus destiné à le familiariser à son nouvel environnement. Même si votre personnage vient de la Terre de 2015, il y a quelques changements par rapport à ce qu'il connaît ; c'est d'autant plus vrai pour un individu transféré en 1875 ou en 2165. Par commodité, nous vous demanderons de jouer un personnage qui a terminé ce que l'on appelle sa « phase d'accueil », puisque pendant tout ce temps, il n'a pas le droit de quitter les murs de l'Institut : cela limiterait donc ses interactions.

Avant le transfert

Sur Terre, votre personnage aura été approché par des agents de l'Institut Svensson - qui, évidemment, ne se présenteront pas comme tels. Ce n'est qu'au bout du plusieurs contacts, lorsqu'ils auront vérifié que la personne est insatisfaite de la situation, qu'ils lui proposeront de rejoindre Pallatine et contacteront l'institut pour organiser le transfert.


Ceci n'est bien sûr valable que si le transfert est voulu. Si ce n'est pas le cas, la personne ne rencontrera probablement personne au préalable, et ne comprendra pas ce qui lui arrive : elle se retrouvera brutalement à Pallatine.

Le transfert

Le transfert est comparable à la traversée d'un portail : un moment, vous êtes sur Terre, le moment d'après, vous êtes à Pallatine. Vous pouvez emporter de petits objets avec vous, le contenu d'un sac, mais vos affaires personnelles seront fouillées à votre arrivée.

Le portail est assez large pour accueillir une seule personne adulte à la fois, mais tout ce qui se trouve très proche (moins d'un mètre) de la personne transférée peut être emportée avec elle. Les très jeunes enfants peuvent ainsi être transférés en même temps qu'un de leurs parents.

Attention, votre personnage ne se souvient pas de son transfert : c'est comme s'il y avait un blanc dans sa mémoire qu'il ne parvient pas à remplir.

La première semaine

Pendant la première semaine, le nouvel arrivant subit toute une batterie de tests destinés à vérifier son état de santé, tant physique que psychologique, d'évaluer ses capacités et de déterminer si cet individu peut être dangereux ou non. Pour certaines personnes, les résultats sont négatifs, et on ne les revoie plus jamais à Pallatine. Pour les autres, elles sont déterminées aptes à entrer dans la phase d'accueil.


Pendant une semaine, l'individu ne sait pas du tout ce qu'il se passe. Il se souvient parfaitement de tout ce qui s'est passé jusque là : la seule chose dont il ne se rappelle pas, c'est de la façon dont il a quitté son temps, il n'en a absolument pas la moindre idée. C'est comme s'il s'était endormi chez lui, et réveillé dans un endroit qu'il ne connaît pas du tout. D'ailleurs, plus la personne provient d'un temps où la technologie est développée, plus elle a du mal à se rendre compte qu'elle a fait un voyage dans le temps. Le plus souvent, c'est l'incompréhension totale qui règne dans leur esprit. Et, comme personne ne lui adresse la parole, sauf pour lui donner une consigne, elle n'a absolument aucun moyen de savoir ce qui lui arrive. Elle ressent en général beaucoup de stress et de peur.


La nuit, l'individu dort dans une cellule nue, dépourvue de fenêtre, composée d'un lit, d'une petite commode contenant des pyjamas et des vêtements d'hôpitaux, et un petit coin sanitaire. Le jour, il est emmené par le personnel de l'Institut. Il est parfois conscient des tests que l'on lui fait subir, parfois non. On ne lui fait cependant jamais de mal, même lorsqu'il ne coopère pas. Dans ce cas, on se contente de le laisser seul dans sa cellule et de revenir plus tard.


A la fin de la semaine, lorsque le nouvel arrivant est décrété sain, il est convoqué dans le bureau du directeur de l'Institut, qui lui explique en personne ce qui lui arrive et quel sera désormais son avenir.

Les cours

Une fois que le nouvel arrivant est admis à l'Institut, il est inscrit sur des listes municipales temporaires, destinées à recenser la liste des personnes en phase d'accueil. Pour être inscrit sur les listes officielles, il doit suivre un cursus qui dure entre six mois et un an, destiné à lui apprendre tout ce qu'il y a à savoir sur la vie à Pallatine. Certains tentent parfois de s'échapper, mais ne trouvent que très peu de support - la vie à Pallatine est trop difficile pour réussir à s'en sortir seul.

La vie ressemble alors à celle d'un pensionnaire dans une école classique : les nouveaux sont logés dans des chambres simples mais propres, et sont soumis à quelques règles très simples, comme l'interdiction de quitter la chambre après minuit, ou de manger dans la chambre. Quant à la journée, elle est relativement légère : elle se compose de cours le matin de neuf heures à treize heures, ensuite les arrivants sont libres de faire ce qu'ils veulent, à condition qu'ils restent dans l'enceinte de l'Institut. Les classes sont composées d'une demi-douzaine de personnes, provenant d'époques similaires et arrivées à peu près en même temps.

Les premiers contacts avec les diasporas

C'est en général lors des derniers temps de l'apprentissage que les différents représentants des diasporas prennent contact avec les arrivants. Les premiers cherchent de nouvelles recrues, les seconds une place où ils parviendraient à se mettre en sécurité. C'est un temps essentiel, les nouveaux en ont conscience : il est impossible de survivre seul à Pallatine. Et si, à l'origine, les diasporas recrutaient des gens provenant du même lieu ou de la même époque, désormais ils choisissent plutôt leurs candidats en fonction de leur profil, de leur personnalité, de leur compétence. Officiellement, l'Institut ne tolère pas de tels contacts. Officieusement, il suffit de graisser des pattes pour arriver à ses fins, les diasporas le savent bien.

La fin de la phase d'accueil

A la fin du cursus, comme à l'école, les nouveaux arrivants passent un examen. Il est relativement simple et se présente sous la forme d'un QCM, mais il est nécessaire de connaître la vie à Pallatine pour le réussir. Ceux qui réussissent sont donc inscrits sur les listes municipales officielles et rejoignent alors leur diaspora.

Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum