bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Les secteurs d'activité de Pallatine

avatar
PNJ

Compte fondateur - ne pas envoyer de message privé, préférez contacter le compte PNJ ou un des administrateurs.
Messages : 1060
Messages rp : 63
Date d'inscription : 11/10/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Mar 17 Nov 2015 - 15:35

Les secteurs légaux

secteurs légaux

Le système économique de Pallatine a ceci de particulier qu'il fonctionne de façon fermée. Isolée du reste du monde, la ville a dû développer ses propres activités, parfois avec un véritable succès, d'autre fois avec quelques ratés. Il est impossible de détailler tous les secteurs de l'économie, et cela n'aurait pas forcément d'intérêt. Cette annexe a donc pour but de vous donner les grandes bases : quels sont les principaux secteurs d'activité, comment fonctionnent-ils et, surtout, quelle diaspora a la mainmise sur eux.

Secteur primaire

Le secteur primaire est largement dominé par l'agriculture. Elle se pratique essentiellement à la campagne, même si on trouve quelques vergers et potagers dans la ville. Grâce à la diversité des sols et des climats de la campagne pallatine, on peut trouver absolument de tout, y compris des produits « exotiques » comme le café, le cacao ou les épices. Ces dernières cultures sont d'ailleurs celles qui rapportent le plus. L'agriculture est surtout pratiquée par les altermondialistes (cultures durables, bio, etc.) et les opportunistes (grandes exploitations).

L'élevage se pratique uniquement en dehors de Pallatine et est le travail des mêmes diasporas. On trouve toutes les espèces d'animaux d'élevage. La pêche et la aquaculture (élevage de poissons et produits de la mer) sont un secteur moins actif, surtout dominé par les altermondialistes.

Les ressources du sous-sol, et notamment les mines, sont elles aussi exploitées. Toutes les diasporas sont présentes dans le secteur, mais ce sont les gangsters qui sont en situation de quasi-monopole sur les mines des montagnes. De par la particularité géologique de Pallatine, quasiment tous les métaux sont présents sur l'île.

Secteur secondaire

L'industrie est présente dans les espaces périphériques de la ville et dans la campagne. Elles sont généralement très polluantes et donc dénoncées par les altermondialistes. Toutes les productions n'y sont pas représentées de façon équitable : les usines de haute-technologie, civile ou militaire, et l'industrie agro-alimentaire dominent très largement. En effet, pour bon nombre de produits de consommation courante, les diasporas ont recours au transfert de ces produits par l'Institut, un procédé qui coûte moins cher que de les produire sur place.

L'Institut contrôle à lui tout seul un tiers des industries, et quasiment 80% des industries de haute technologie. Ce quasi-monopole lui semble nécessaire afin de conserver les secrets liés au voyage dans le temps : toutes les entreprises liées à l'entretien de ces installations spécifiques sont directement sous le contrôle de l'Institut, et les employés soumis au secret professionnel. Les autres entreprises sont liées aux autres diasporas.

L'agro-alimentaire, en toute logique, est souvent contrôlé par les altermondialistes (petites entreprises peu polluantes) et les opportunistes (grandes firmes). Les altermondialistes ont également quelques ateliers de production artisanaux.

Les services et l'immobilier

Chaque diaspora possède son propre réseau de services de proximité, allant du coiffeur au médecin en passant par la supérette. Tout est fait pour que le membre n'ait pas à se rendre dans un magasin tenu par une autre diaspora. Bien sûr, de petits commerçants indépendants existent, et pour certains services, il est possible d'aller voir en dehors de sa diaspora. Les services offerts par les opportunistes sont particuliers, puisqu'aucun des employés qui y travaille n'appartient à la diaspora : il s'agit d'indépendants, voire de geeks.

L'immobilier est soumis au même régime : ce sont les diasporas qui s'occupent de gérer cela. La diaspora dispose d'un certain nombre de domiciles de différents standings qu'elle met à disposition de ses membres. Ni loyer, ni factures dans ce cas : tout est géré par la collectivité. Le système est particulier chez les opportunistes, où les logements n'appartiennent pas à la diaspora mais à des propriétaires. Les indépendants et les geeks occupent la plupart du temps des logements possédés par des opportunistes. Les colocations entre membres de différentes diasporas ne sont pas impossibles, mais assez peu fréquentes, car mal vues par la hiérarchie.

Les geeks contrôlent quant à eux pratiquement toute l'industrie de loisirs liée à la technologie. Il est vrai que ce secteur intéresse peu de monde en dehors d'eux...

Les finances

La banque existe à Pallatine, mais elle est l'apanage de quelques très vieilles familles qui appartiennent à l'Institut, aux opportunistes ou aux indépendants. Les diasporas n'ont pas le droit - en théorie - de créer une banque, ce qui laisse aux membres la possibilité de créer un compte ailleurs.Toutefois, un certain nombre de responsables préfèrent investir ou regrouper leurs économies au sein du trésor de la diaspora, et de gérer ce trésor comme un fond commun.

Les activités spéculatives sont quant à elles parfaitement maîtrisées par les opportunistes, qui ont tendance à intégrer dans leurs rangs les personnes qui leur feraient concurrence.

avatar
PNJ

Compte fondateur - ne pas envoyer de message privé, préférez contacter le compte PNJ ou un des administrateurs.
Messages : 1060
Messages rp : 63
Date d'inscription : 11/10/2015
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 21 Déc 2015 - 14:46

Les secteurs illégaux

secteurs illégaux

Même s'il n'existe pas de législation commune pour toutes les diasporas, il est d'usage courant de qualifier certaines activités comme étant « illégales », car elles reposent sur des principes et des leviers qui, sur Terre, sont criminels. Il s'agit en effet d'une économie parallèle dominée par quelques diasporas en particulier, et elles sont souvent dénoncées par les diasporas qui n'y participent pas.

Mais on peut également qualifier d'« illégales » des pratiques auxquelles se livrent toutes les diasporas mais qu'elles ne reconnaissent pas.

Cybercriminalité

Par cybercriminalité, on regroupe toutes les actions criminelles qui sont réalisées dans le cyberespace. Piratage, arnarques, blanchiment d'argent, usurpation d'identité et même viol de la propriété intellectuelle : dès qu'un acte est illégal sur internet, il est considéré comme un cybercrime.

Toutes les diasporas trempent donc dedans, mais les champions sont sans surprise les geeks, et tout particulièrement la section de hackers, qui est extrêmement active et représente un danger mortel pour les autres groupes. Une section de l'Institut affiliée au département R&D, spécialisé en informatique, et une autre du département administratif, peuvent également s'adonner à de telles pratiques et sont à peu près capables de se protéger de leurs attaques. En dehors d'eux, les autres diasporas sont moins spécialisées, et de tels crimes sont réalisés par des personnes isolées.

Espionnage et échanges d'informations

Toutes les diasporas sans exception s'y adonnent. La tentation de savoir ce qui se passe chez les autres est trop grande, et ce genre d'informations se vend cher. Que ce soit en corrompant des membres d'une autre diaspora, en plaçant des dispositifs d'écoute ou en infiltrant un des leurs (après une longue préparation, évidemment), tous les moyens sont bons pour découvrir les secrets des autres.

Toutefois, c'est l'Institut qui dispose du réseau d'espionnage le plus important en ville, aidé en cela par son implantation ancienne. Rien d'étonnant à ce que les diasporas se méfient particulièrement de lui...

Trafics pallatins

Les échanges de produits informels sont légions à Pallatine : pour peu que vous sachiez à qui vous adresser, vous pouvez trouver tout ce que vous voulez, ou presque. On pense bien sûr au trafic de drogues, assuré par les Aces ; toutefois, les armes, les contrefaçons et autres sont aussi très bien organisés. Le trafic d'être humains existe également, que ce soit un trafic d'organes ou de personnes (la prostitution est le plus vieux métier du monde après tout, comme on dit). Ces trafics sont en tout cas le fait des deux diasporas criminelles, à savoir les gangsters et les groupements asiatiques. Ce sont eux qui ont la mainmise sur ces différents trafics, qui s'intègrent dans le cadre des échanges entre les diasporas, et permet d'assurer une entente à peu près correcte avec les autres.

Meurtres et vols

La criminalité n'est pas forcément une affaire de diaspora, mais certaines crimes, eux, peuvent être directement liés aux gangsters ou à la confédération Iwasaki. L'assassinat de personnes gênantes est une spécialité gangster : vous ne trouverez pas de tueurs à gages plus efficaces ailleurs à Pallatine. Mais les vols de particuliers et le détournement de cargaisons appartenant à d'autres diasporas sont une pratique toute aussi courante. Il se murmure que d'autres diasporas aussi s'y livrent parfois, mais ce n'est qu'une rumeur...

Les activités clandestines

Toutes les activités de Pallatine n'ont pas lieu au grand jour : certaines d'entre elles sont bien cachées, d'autres sont très connues mais trop puissantes pour être démantelées. Bars clandestins, casino, paris... tout ce que vous faites dans le dos des autres peut être considéré comme criminel.

Souvent, ces activités sont considérées comme un bon moyen de blanchir de l'argent. Le blanchiment est d'ailleurs une spécialité Iwasaki : si vous avez envie de rendre légal une somme que vous avez acquis de façon peu morale, c'est vers eux que vous devrez vous tourner.

Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum