top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

we're in trouble Δ GABY

avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Lun 9 Mai 2016 - 0:41 (1)






gaby & chester

la team des cassos, #je suis useless ♥
Now my neck is open wide, begging for a fist around it Already choking on my pride, so there's no use crying about it

MUSIQUE ━ Le vent se lève, il faut tenter de vivre ; cette phrase vue ou lue quelques jours plus tôt te rendait nostalgique, te confortais à t'enfoncer un peu plus dans ta bulle ; à tenter de sourire encore et encore quel qu'en soit le prix. Pallatine, ton nouveau lieu de vie ; ou plutôt, ton nouvel enfer, une nouvelle prison éphémère à laquelle ton esprit n'arrivait pas à s'identifier. Tout était différent, les lieux, les gens, la vie. Certains visages te paraissaient parfois complètement dénué de toute émotions humaines ; mais au fond, t'était clairement mal placé pour faire des reproches aux gens à ce niveau-là. T'es ce gars introverti qu'à vécu reclus entre quatre murs les trois-quarts de sa vie, tu n'pouvais donc clairement pas juger les gens, ni même les jaugés d'un regard objectif.

Le bar est fermé pour l'instant et tu n'as qu'une envie, celle de te dégourdir les jambes. C'était une meilleure idée comparée à celle du "je vais me boire un verre, puis deux, voir trois" que t'employais régulièrement depuis ton arrivée ici. En vrai Chester, t'en revenais encore toujours pas. Il a fallu que ton putain de bourreau crève pour te retrouver ici, à l'écart de tout problème. À croire que la vie aime vraiment te la mettre profond. Lunette de soleil devant tes yeux clairs ; en fait, t'en sais rien vu que tu te rappelles plus vraiment d'la couleur d'tes mirettes ; te voilà paré pour une balade dans Pallatine. Où tes pas vont-ils te porter aujourd'hui ? T'en sais rien Chester et de toute façon, tu t'en branles. T'es libre de faire ce que tu veux, c'est ça qui est génial.

Démarche nonchalante dans une ville presque pleine à craquer, tu n'sais pas où t'as atterri, mais ce qui est sûr, c'est que la nausée te rattrape. T'as jamais été habitué à côtoyer autant de monde et faut avouer que ce n'est pas particulièrement agréable de se sentir bousculer et aussi proche de gens inconnu... Pourquoi est-ce que tu travailles dans un bar alors ? Parce que t'aime le contact avec autrui en fait... Chester, t'es trop con, ton esprit s'embrouille, reste keep calm cool. Une cigarette vient prendre place à la commissure de tes lèvres alors que tu continues ta promenade dans les rues d'un quartier qui te dit rien ; tu n'as pas encore tous mémorisé, mais ta mémoire eidétique devrait t'y aider sous peu.

Ivale, un parc ; voilà un bon endroit pour fuir la foule et les mésaventures du quartier. L'écoulement de l'eau, le bruit du vent qui vient se frotter aux branches d'arbres ; une odeur qui devrait avoir une saveur, une sensation de ravissement devrait te prendre aux entrailles ; mais non... Tu ne peux pas apprécier la beauté de ce tableau, parce que c'est noir, un peu gris, un peu trop blanc. Tes lunettes de soleil sont de nouveau redressées bien prêt de tes iris devenues trop sensibles avant de t'approcher d'un coin d'ombres et de continuer ta marche... Mais voilà. La tension et le côté instable, psychologiquement, ne sont pas conseillés, pas pour toi en tout cas. Tu avances, mais tes jambes lâchent peu à peu alors que ta vision se dérobe en même temps que le sol sous tes pieds et ta tête heurte le sol, mais tu n'as pas eu le temps de t'en rendre compte. Narcolepsie... T'avais omis ce léger détail.

━ Et merde... que tu lâches avant d'te faire happer par le sommeil.

Est-ce que tu vas encore te faire dépouiller ? Ce serait logique... T'as jamais vraiment croisé d'âme charitable par ici.

avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Lun 9 Mai 2016 - 19:02 (2)
Armé de ton plus bel appareil photo, tu admirais le paysage autour de toi. Ivale est un lieu idéal pour réaliser de beaux shootings photos. Mariage, fête, mode ... Tu pouvais admirer des murs de fleurs ainsi que des arbres à la grâce sans exception. Ca te rendait heureux d'être ici : pas trop de monde, personne pour te toucher, c'était agréable.

Alors tu te poses, tu prends des photos, tu regardes avant de marcher doucement. Le doux son des oiseaux calme tes peurs et tes peines. Un pas, deux pas, trois pas ... Et tu vois un hommes s’effondrer devant toi. Un joli blond d'ailleurs, enfin, ses cheveux sont jolis. Mais tu ne savais pas quoi faire sur le coup. T'étais étonné ? Oh que oui mais t'arrivais même pas à ouvrir tes yeux en grand qu'on pourrait croire que la chute de cet homme te paraissait banal. Il n'y avait personne autour de vous donc t'étais le seul à devoir le secourir. Mais attend, peut-être que ce mec est bourré ? Donc il n'a pas besoin de ton aide. Tu commences à le contourner avant de continuer ton chemin.

Enfin.

Pas tout à fait. Tu reviens en arrière et mets tes gants en cuire. Ca t'embêtait de laisser un cadavre en plein milieu du chemin ... et ça t'embêtait encore plus de devoir le bouger avec tes propres mains. Des frissons parcouraient ton corps à cette pensée. T'attrapes ses bras avant de le tirer de toutes tes forces. Ta taille n'aide pas dans la situation, ni ta force mais il fallait faire le necessaire. Tu le poses contre un tronc d'arbre. Il dort encore, cet inconnu aux cheveux angéliques.

Tu pouvais pas gueuler pour le réveiller alors tu prends ta perche à selfie (parce que oui, tu en as une parce que t'es un malade des selfies) et tu lui touches la joues plusieurs fois pour le réveiller. T'as pas trop fait les gestes de premiers secours donc on va espérer qu'il ne crève pas sur place. Sinon, tu seras fautif contre ton gré, mon petit Gabriel.

feat. Seth qui deviendra BG modèle durant un instant ♥  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp ça va partir loin
avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Lun 9 Mai 2016 - 20:38 (3)






gaby & chester

la team des cassos, #la connerie se corrige pas ♥
And ain't nothin' gonna stop me Cuz I'm just too mighty and high can't nobody get me down

MIGHTY&HIGH ━ Spationautes en orbite autour de la terre, t'as l'esprit qui part dans un trip qu'est le joli monde des rêves... Il a fallu que tu t'écroules encore une fois dehors, sans crier garde ; les crises sont d'ailleurs de plus en plus fréquentes, faudrait peut-être que tu songes à faire quelque chose à ce propos, ça devient un peu urgent. Ton esprit vagabonde pendant calmement dans des souvenirs où la couleur te revient. On t'a enlevé la possibilité de les discerner, mais aucunement de t'en rappeler et c'est bien pour ça que t'apprécient particulièrement ces moments magnifiques où tu t'fais chopper fatalement par la torpeur. Ces moments-là, tu les apprécies plus qu'autre chose ; parce que ton esprit est capable du meilleur ; mais aussi du pire... La mémoire est un fonctionnement du cerveau qui t’échappe parfois Chester, t'en a cruellement conscience ; même si ta mémoire est bien plus développé que celle des gens ordinaire ; parce que la tienne est dotée d'une capacité extraordinaire. Mémoire eidétique, donc absolue ; tu peux te rappeler de chaque détail en un battement de cils... Des avantages, mais aussi des inconvénients. Tu ne veux pas revoir ça. Tu ne veux pas te rappeler ; mais tu n'es pas apte à contrôler tes rêves et c'est sans doute la raison pour laquelle tu pries plus qu'à l’accoutumer, tu pries pour que ça s'arrête et que la lumière brûlante du soleil capture ta rétine pour te réveiller.

Il y a quelque chose, un truc étrange ; une sensation bizarre d'être épié, aussi d'être touché. Tu n'aimes pas particulièrement le toucher qui se fait sur ta peau à ton insu, mais ça te permet d'arquer un sourcil et d’entrouvrir un œil avant de reprendre peu à peu connaissance de l'endroit où tu te trouves. Chester, tu t'es écroulé dans le parc de l'Ivale et y'à ce mec, le petit gars-là, qui t'as tripoté avec sa perche. Furibond, ton cœur l'est ; mais ton faciès arbore toujours cette mine blasée et indifférente avant qu'un bâillement ne vienne étirer tes traits. Les lunettes sont placées sur le sommet de ton crâne et la musique qui émanait encore de ton casque est subitement coupé par un tapotement sur ton téléphone via tes doigts un peu engourdi. Le réveil après un rêve désagréable, t'aime pas cette sensation, mais malheureusement pour toi, tu n'y peux pas grand chose. Un étirement et deux bâillements plus tard, tu t'allumes une nouvelle cigarette avant de reporter ton attention sur le gars en face de toi... Cette perche dans sa main, son regard semblable au tien, il y avait de quoi être un peu agacé, mais il ne fallait pas oublier qu'il t'avait tiré du passage pour te foutre sous un arbre et attendre de voir si tu n'étais pas en train de caner en plein cagnard. Ravaler sa fierté, mettre de côté son orgueil et s'est après t'être arrangé la tignasse blonde en faisant du coup tomber tes lunettes au sol que tu lâchas avec nonchalance.

━ Je pense que vu ton gabarit, ça n'a pas dû être facile de me tirer jusque-là, donc j'te remercie pour l'effort, mais...

Ouais, parce qu'avec toi Chester, il y a toujours un « mais ». Parce que tu n'sais pas remercier simplement les gens, parce que ce n'est pas ton genre, parce qu'on ne t'a pas appris à vraiment être redevable ; mais surtout... Parce que t'es qu'un p'tit con. Sourire qui apparaît soudainement sur le coin d'tes lèvres, tu continues sur un ton un peu plus enjoué ; mais qui devait sonner bizarre à l'oreille.

━ Me tripoter avec une perche, pendant mon sommeil et à mon insu, je n'sais pas si j'dois te remercier pour ça. Pas que c'était agréable, mais faut se présenter avant d'se permettre ce genre de choses.

Retourne dormir Chester, éclate-toi une nouvelle fois la gueule sur le bitume et crève. C'est fou les conneries que tu peux sortir à la seconde quand t'es en forme. En parlant de gueule éclatée sur le sol, il ne semble pas que tu saignes et heureusement, parce qu'une plaie pour toi signifie beaucoup... L'hémophilie, ouais, fallait avouer que t'accumulaient les soucis de santé et les déficiences ; surtout la déficience mentale. Un massage de nuque plus tard, tu fous de nouveau tes lunettes devant tes yeux encore un peu collé avant d'te relever et d'épousseter tes vêtements.

━ J'espère d'ailleurs que tu n'm'as pas dépouillé pendant que j'dormais ? Non parce que ce n'serait pas la première fois et franchement, ça m'rendrait triste.

Ta gueule, sérieusement ; juste, tais-toi Chester.

avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Lun 9 Mai 2016 - 21:11 (4)
Il se réveille enfin en ayant poussé d'une violence phénoménale Orphée. Ce mec spécial donne l'impression d'être sorti d'un profond sommeil ... Est-ce qu'il s'est réellement évanoui ? Tu te poses sérieusement la question. Enfin bon, tu hausses les épaules lorsqu'il te remerciait tout en te disant que ce n'était pas la joie de le tripoter avec ta perche. Mentalement, tu riais, physiquement ... T'étais complètement blasé. Et c'est avec grâce que tu sortais ton téléphone pour tapoter le texte suivant :

- Pas de quoi mais tu sais, autant que tu te fasses toucher par une perche plutôt que de rester comme un con en plein milieu de la route parce que oui, t'avais bien l'air con et bourré y'a même pas qql minutes. ( n_______n ) ☆ ☆ ☆

Tu clignes plusieurs fois tes yeux noirs avant d'effacer ton message et d'en tapoter un autre.

- Et j'n'ai pas que ça a faire que de voler les pauvres, désolé blondinet (´・ω・`) . c'pas comme si t'avais un Canon 5D sur toi \( ´ー`)/

Tu ranges ton phone d'une vitesse hallucinante avant de retirer délicatement tes petits gants en cuir. Quel journée, et elle était en train de commencer à peine avec la rencontre de ce mec un peu trop bizarre à ton goût. Et aussi beaucoup trop géant à ton goût. T'enchaines le blabla lorsque tu avais les mains libres, lui collant limite ses yeux contre ta petite technologie.

- La prochaine fois, ramasse toi à côté d'la route genre, histoire de pas gêner les gens(^_^*).

D'ailleurs, tu prends ton appareil photo, le prend en photo avant de t'éloigner de lui et d'en reprendre une autre. Tu reviens tout en gardant une distance raisonnable entre lui et toi. Les petits bruits de l'appareil retentissaient dans ton oreille par habitude. Tu ressors ton portable en écrivant d'une main sans pour autant regarder l'écran, trop absorbé par la photo que tu venais de prendre.

" hey ça va, t'es pas mal du tout comme modèle, un peu con et enfantin, mais pas mal. par contre, t'es grave blasé et tu saignes un peu de l'oreille gauche."

Ouais, du sang. Wop, et pas qu'un petit peu.

feat. Seth qui deviendra BG modèle durant un instant ♥  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp ça va partir loin
[/quote]
avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Mar 10 Mai 2016 - 18:04 (5)






gaby & chester

la team des cassos, #la connerie se corrige pas ♥
And ain't nothin' gonna stop me Cuz I'm just too mighty and high can't nobody get me down

UNITY ━ Ok. Tu ne sais pas ce qui est le pire dans l'histoire... Que tu sois tombé sur un muet ? Ou que ce gars se foute clairement d'ta gueule ? T'aurais pu tomber des nues, mais étrangement, non. Tu restes impassible, te massant la nuque en arquant un sourcil. Surpris ? Oui, fallait dire la vérité, ce n'était pas un handicap que tu avais l'habitude de côtoyer. Il parle en tapotant sur son téléphone, continue de foutre des smileys et d'user de phrases qui en aurait sorti plus d'un d'leur gond ; mais pas toi. Pauvre ? Clairement que tu n'l'étais pas non, mais t'allais pas l'dire ouvertement... Pas qu'il t’effrayait ou quoi ; avec son mètre quarante à tout péter, tu l'toisais de ta hauteur facile ; manquerait plus que tu ais les bras levés ; mais voilà, t'avais pas envie d'te défendre comme un gamin dans une cour de récré genre « non c'moi l'plus riche de nous deux donc taggle le gueux »... En plus Chester, c'est clairement pas ton genre.

Le regard perdu sur l'environnement qui s'offre à ta vision encore un peu flou par des yeux fatigués, c'est le bruit d'un déclencheur qui vient te sortir de ta nouvelle torpeur, reportant donc inévitablement ton attention sur ton « salvateur » ; ou pas. Il venait de te prendre en photo, genre en mode narmol c'est la teuf avant de se rapprocher d'ta personne, à une distance raisonnable. Est-ce que tu fais peur de ton mètre quatre-vingts douze ? Sans doute pas, tu n'as pas une gueule de taré décrépi et craignos. C'est avec un de tes doigts que tu viens te gratter la joue de surprise ; ce mec n'est décidément pas banal. Il écrit de nouveau sur son portable et tes mirettes s'écarquillent un peu, mais tes lunettes cachaient ta nouvelle expression de visage ; celle de la surprise.

Pas mal du tout comme modèle ? Il était sérieux là ? T'es clairement un canon ! Joué la carte du 3615 Narcissisme spotted ou rester humble ? Non, en vrai Chester, t'es trop sur le cul pour pouvoir sortir quelque chose du style ; surtout pour la dernière remarque. Tu saignes ? Quoi ? Non ? NON NON NON PUTAIN ? Et c'est avec précipitation que ta main vient se coller à ta dite oreille donc un filet noir semble coulé. C'était du sang ? Vraiment ? Tu ne peux pas l'savoir ni le discerner ; ton nez s'approche et l'odeur âcre qui vient chatouiller tes narines de dégoût semble confirmer tes craintes. Tu saignes. Putain, tu saignes. Effusion de sang qui se met à s'échapper alors que ta main libre cherche dans le bordel que sont tes poches un semblant de mouchoir ou quelque chose qui s'en rapproche, mais rien. Hors de question que t'aille à l'hôpital, mais tu ne peux pas t'permettre de faire le con avec ta santé déjà un poil trop déplorable. Pour éviter de t’effondrer encore comme un tanche, tu te laisses tomber sur le sol doucement et tu soulèves le pan de ton tee-shirt vers ta nuque, endroit d'où semblait provenir vraiment la blessure. C'est en relevant la tête vers ton interlocuteur que tu lâchas, un peu agité.

━  pas un mouchoir par hasard ? Ou de l'eau ? J'suis hémophile et j'ai pas envie d'clamser !

Ce serait vraiment une mort de merde ; se vider de ton sang après une crise de narcolepsie qui t'aura au préalable fait tomber, qui t'aura en plus ouvert l'arrière de la nuque dans ta chute ; juste non. Du sang. Du sang putain. Quelle connerie, quelle ironie. Il avait fallu que ça t'arrive à toi... Pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi la vie ? Pourquoi la mort putain ? T'es loin d'être un stressé de la vie de base, mais fallait avouer que t'étais clairement inquiet.

━ J'suis vraiment sérieux, hein ? Faut arrêter le saignement, j'veux pas m'vider de mon sang comme une fille qu'a ses règles please !

Ta connerie légendaire te rattrapera sans doute toujours Chester. Dans l'fond, tu ne peux pas t'empêcher de sortir des âneries, ni même de prendre les choses un peu trop à la légère. T'es paniqué ou pas ? Est-ce que tu joues encore un rôle ou est-ce ton vrai visage ? En parlant de visage, d'où t'a un faciès enfantin ?! Ouais, les trucs que ce gars avait écrits tantôt sur son téléphone te reviennent soudainement en mémoire ; mais était-ce vraiment le moment de s'en soucier ? Écartant ton tee-shirt de ta blessure, tu constates avec mécontentement que l'écoulement à carrément transpercer le tissu, ton bras est un peu plus gris ; un peu plus sombre que la normale. Merde. Juste merde. Putain de journée de merde ; c'est ce que tu penses alors que tu reprends ta recherche dans tes poches. T'as rien. Keudal. Des clous. Juste ton paquet de clopes et du... Feu. Non. Rien d'utile. Rehaussant la tête, tu enlèves tes lunettes de soleil et reportes ton regard sur le « photographe mystère. »

━ J'vais pas t'implorer cent sept ans, j'te préviens... BOUGE ! FAIT QUELQUE CHOSE, J'SAIS PAS ?!

Ok. T'étais clairement paniqué. Courage, ça va passer... Ou peut-être pas. En tout cas, t'allais avoir besoin de l'aide de ce gars ; que tu le veuilles ou non.

avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Mer 11 Mai 2016 - 21:22 (6)
En fait, il ne saignait pas qu'un petit peu. La chose qui t'étonnait, c'est le fait que cet individu blond déposait de son sang sur sa main afin d'y sentir l'odeur parfois ignoble et amer de ce liquide. Pensait-il que tu mentais, Gabriel ? Ce n'est pas logique. On aurait dit un animal et ça aurait pu te dégoûter, enfin ça te dégoûte quand même et ô joie t'existais pour ne rien exprimer de ta vie.

Le blondinet insistait pour que tu puisses lui offrir ne serait-ce qu'un simple mouchoir lui permettant la survie de son espèce. T'avais un mouchoir alors tu le lui donnais en le faisant pendouiller dans le vide.

- calme toi ptn, c'est pas la mort et prends ce mouchoir mais ça va pas stopper ton sang.

Si, pour cet homme, ça l'était. T'avais juste pas idée de ce que cet individu pouvait vivre à ce moment même.

- T'avais pas qu'à faire le con sur le sol écoute, que veux-tu que je dise d'autre. Au pire, j'appelle une ambulance et voilà.

Moment de silence ... Quoi qu'on en avait déjà pas mal avec toi, jeune Gabriel. Mais tu venais de remarquer que ce que tu avais écrit était une pure connerie. Tu hausses les épaules.

- .... Ah ouais non en fait, je peux pas en appeler une donc tu vas devoir le faire toi-même si tu tiens tant à vivre.(^_^)

Tu ne pouvais pas trop lui être utile et tu n'avais que des mouchoirs en papier sur toi. Tu commences à faire une recherche sur Google en tapotant délicatement "comment arrêter une hémorragie externe" mais bordel, est-ce qu'il existe un site fiable à l'heure actuelle ? T'avais du mal à faire confiance aux gens du web.

- T'as plus qu'à arracher ton vêtement pour stopper la blessure, et t'as pas d'alcool, ça va pas le faire.

Le sang ne t'effrayait pas, cette situation ne t'effrayait pas ... Voir un homme proche de la mort, ça ne t'étonnait même pas.

feat. Chester wesh  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp ça va partir loin

[/quote]
avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Ven 13 Mai 2016 - 0:50 (7)






gaby & chester

la team des cassos, #la connerie se corrige pas ♥
And ain't nothin' gonna stop me Cuz I'm just too mighty and high can't nobody get me down

UNITY ━ Tomber sur un être froid et sans cœur ? C'est l'impression que t'avais au fond d'toi, les yeux figés sur lui et sa mine désabusée qui allait de paire avec ton expression de consternation. Il était muet et ça, tu l'avais très bien compris ; taper sur un clavier pour s'exprimer, t'avais déjà vu faire... À croire que ce gars-là te prenait vraiment pour un gros tebé. C'est dans un mouvement lent que ta main vient ébouriffer ta tignasse, preuve flagrante de ton agacement ; t'étais fatigué de ces gens-là ; ils étaient clairement tout ce que tu n'aimais pas. Parce qu'il est muet, il ne t'aiderait pas ? Quelle logique affligeante. Le mouchoir qu'il t'a tendu tantôt t'aura au moins permis d'épargner ton vêtement et ta main pendant l'espace de deux minutes, mais ce mec aussi insensible soit-il avait raison. Faire quelque chose ; c'était à toi de faire quelque chose. Appeler une ambulance n'était pas une option, mais te rapatrier à ton domicile pourrait déjà être une meilleure idée. Manque de pot, t'avais un peu les jambes en coton. Plus tu cogites, plus t'es agacé et plus c'est un bordel sans nom dans ta tête de déterrer. Un soupir, une nouvelle bouffée sur ta cigarette fraîchement dégainée avant d'partir en live intérieurement. Admettons que tu te brûles avec la fraise de cette clope Chester, est-ce que cela te soignerait vraiment ? Certainement que non, alors raye cette idée de merde et pense à autre chose. L'intelligence, ça s'apprend, la connerie ça se corrige ; c'est ce que tu t'étais toujours dit, il serait donc tant pour toi d'arrêter un peu de jouer au con et d'te bouger le cul.

En parlant d'te bouger le cul, t'avais amorcé un mouvement pour te relever ; mais ta vision se brouilla légèrement suite à cette ascension trop rapide... Manquerait plus que tu fasses un malaise, ce serait le comble de l'ironie. Tu n'as pas d'alcool qu'il t'avait dit... ? Mais t'en a dans ton bar. Faut qu'il t'y emmène, coûte que coûte. Concrètement, Chester, si tu ne veux pas finir dans le caniveau pour une connerie, il va falloir ranger ta fierté au placard ; au moins un temps ; parce que ce type n'allait pas t'aider d'bon cœur ; ce mec était, sans aucun doute, aussi imbuvable que toi. C'est en prenant appui sur l'arbre que t'arrives enfin à relever ta carcasse du sol, une courbette en avant, tu lâches sur un ton neutre ; un ton bien différent qu'auparavant.

━ Je n'veux pas abuser de ta gentillesse ; mais je n'peux pas m'permettre d'aller à l'hôpital et encore moins d'appeler une ambulance. Néanmoins...

Tu t'arrêtes, t'écrases ton mégot de clope sous ta chaussure avant d'enchaîner une nouvelle fois avec un sourire presque enfantin sur le visage.

━ Si tu acceptais de m'accompagner jusqu'à mon bar, ça me serait d'une grande aide. Bien sûr, je n'te demande pas d'faire ça gratuitement ; alors ? Deal ?

C'était donc ça ton idée Chester ? De l'acheter ? Peut-être que oui ; peut-être bien que non. T'attendais une réaction ; mais vu que ce mec restait impassible en toute circonstance, t'savais pas vraiment ce qu'il pourrait bien lui passer par la tête... En vrai, au fond d'ton cœur, tu pressentais qu'il allait refuser. Bordel, pourquoi avait-il fallu que tu tombes sur un mec pareil ? Ce n'était pas ton jour... Et le comble de l'ironie, c'est que t'est vraiment un novice en ce qui concerne Pallatine. Appuyer sur la corde de la sensibilité ? T'étais presque certain que ça n'allait pas marcher, mais pourquoi pas essayer ; en vrai, t'as plus rien à perdre...

━ J'suis qu'un p'tit nouveau en ville ; j'avoue que j'sais pas trop comment j'ai atterri là, j'ai suivi mon instinct en gros... S'il te plaît. Dis-toi que je t'en devrais une, c'est pas négligeable.

Non, t'allais pas lui sortir la grande phrase du « je ferais tout ce que tu veux » t'avais encore un minimum de fierté ; même si tu t'étais éclaté la gueule devant sa tronche comme un gros tanche. S'il refuse, tu trouverais autre chose... Au pire, tu pourrais toujours t'accrocher à sa jambe et supplier. À croire que t'as jamais vraiment eu de fierté en vrai.

avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Lun 16 Mai 2016 - 14:36 (8)
T'observais la fumée s'échappant des lèvres de l'ange. Il tuait sa vie tout seul, il se suicidait en quelque sorte : hémorragie, clope, drogue, alcool peut-être ? Pauvre enfant. T'aurais aimé pouffé mais ah ah ... Tu peux pas, alors tu te contentes d'hausser les épaules tandis que t'éclatais de rire dans ta tête.

D'ailleurs, l'inconnu tente de se lever mais c'était un échec d'avance, ah. Désespoir. Tu le laissais faire mais t'avais juste pas envie de le toucher ne serait-ce qu'encore une fois. Tu le connais pas, il te connait pas, vous ne vous connaissez pas donc pas la peine de se faire des attouchements pour mieux se connaître, basta. D'ailleurs, il ne voulait pas aller à l'hopital. Putain, est-ce qu'il se prenait pour un gosse de 5 ans où quand on lui dit qu'on s'casse chez l'dentiste, il pète un boulon et se roule à terre en hurlant à la terre entière que t'es la pire mère du monde ?

Il te demande un nouveau service, un truc où tu aurais pu dire "non" de la tête et te casser en laissant en plan cet homme dans cette ville sans fin. Mais le soucis est qu'il pouvait porter plainte si tu ne viens pas l'aider et si il venait à comater. Nah, c'était vraiment pas le moment de faire ça. Tu tiens ton menton de tes doigts affinés et tu hoches la tête pour accepter son offre. Il ne fait pas ça gratuitement donc bon, autant en profiter. Il te raconte aussi qu'il est tout nouveau dans cette ville. Ah, ceci expliquait tant de chose alors : son air complètement paumé et à l'ouest. Tu pouffais intérieurement de rire avant d'écrire.

- Ok. T'es bizarre comme mec. Dis moi où s'trouve ton bar please.

Si, pour cet homme, ça l'était. T'avais juste pas idée de ce que cet individu pouvait vivre à ce moment même.

- Et aussi me dire ton nom, histoire que j'arrête de te donner des surnoms à la con dans ma tête ♥

Moment de silence ... Quoi qu'on en avait déjà pas mal avec toi, jeune Gabriel. Mais tu venais de remarquer que ce que tu avais écrit était une pure connerie. Tu hausses les épaules.

- Évite de suivre ton instinct quand t'as un corps complètement out. La prochaine fois, fais toi accompagner. T'as d'la chance d'être tombé sur moi, ça aurait pu être quelqu'un d'autre de pire.

Pire que toi ? Bien évidemment, tu n'étais pas non plus un enculé de première classe. Tu pouvais être un vrai bouffon comme devenir un être totalement compatissant, tout dépend des personnes avec qui tu traînes. T'écris.

- Appelle moi Gabriel plutôt que le nain, muet ou autre chose de ce genre.

T'avances doucement et t'attends que ce blondinet te suive par derrière, de toute manière ... C'était à lui de te guider. T'étais ni sauveur, ni devin.
feat. Chester wesh  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp ça va partir loin
avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Mer 18 Mai 2016 - 19:10 (9)






gaby & chester

la team des cassos, #la connerie se corrige pas ♥
And ain't nothin' gonna stop me Cuz I'm just too mighty and high can't nobody get me down

SOPHISTICATED ━ Il accepte. T'en reviens clairement pas, tu te demandes où s'trouve le piège. Un sourcil arqué de surprise devant sa réponse positive, le parano que tu es ne peut maintenant s'empêcher d'être méfiant. Son aide était la bienvenue, t'avais insisté pour ça, pourquoi éprouver de l'inquiétude ? Le service... Ouais. Tu ne le sentais pas, ça puait la dette poussée à l'extrême ; mais voilà Chester, t'es pas du genre à revenir sur ta parole. Il aimerait que tu prennes les devants, que tu le conduises jusqu'à ton antre ; effectivement, c'était une bonne idée. Lunette de nouveau dressé devant tes yeux, c'est maintenant qu'il daigne te demander ton identité. C'est vrai que jusqu'à maintenant, tu ne t'étais pas présenté. Était-ce même nécessaire ? C'est vrai que se faire appeler « le con » ou encore « le blondinet » ne te plaisait guère ; alors oui, un mal pour un bien. Tâtant tes poches pour vérifier que tu n'avais rien oublié, tu laissas ta voix s'échapper sur un ton neutre.

━ Chester, tout simplement... Et j'veux pas savoir comment ta cervelle me surnomme, j'sais d'avance que j'vais pas apprécier.

Tu aurais pu rire de cette connerie, mais non. T'étais inquiet ; inquiet pour ta gueule. Cette santé que tu te tapais depuis ton enfance te collait des sueurs froides ; une inquiétude qui taraudait ta poitrine inlassablement... T'avais le dos collé au mur, la vérité se frottait à toi et te narguait ouvertement. La haine. Tu étais haine, tu respirais et expirais la haine. Un soupir plus tard, tu amorces la marche comme un condamné à mort vers ton bar ; en espérant que tu y arriverais indemne. C'est pendant ce parcours que le « salvateur » tenta de t'expliquer la vie. Éviter de suivre ton instinct ? Il n'avait clairement rien compris, il ne savait pas à qui il avait à faire le bougre. T'es enfin libre, tu te dois d'faire ce qu'il te plaît ; à quoi bon faire attention de toute façon ? La vie se doit d'être vécue, point barre. Une nouvelle cigarette vient se loger entre tes lèvres un peu sèches alors que ta main passe une nouvelle fois sur ta blessure ; quand allait-elle s'arrêter de saigner... ? Il tape de nouveau sur son clavier et te le tend ; Gabriel ? Gab ; Gaby. T'hésitais sur le surnom ; Gabriel, c'était long, Gaby serait très bien pour lui, cours, comme son mètre quarante.

━ Gabriel, hein ? Bah, ce sera Gaby pour moi. Enchanté, je suppose ?

T'aurais pu lui proposer une poignée de main si l'une des tiennes n'était pas totalement dégueulassé par ton sang ; tu te contentas seulement d'un sourire et d'une nouvelle courbette avant de reprendre ta marche nonchalante. Le soleil cogne sur ta tête, tu sens sa chaleur bienveillante, mais au combien insupportable, t'allais prendre un verre une fois arrivée à destination.

━ Me faire accompagner, ce n'est pas trop mon genre. La prochaine fois, je n'oublierais pas mon téléphone et tout ce qui va avec.

Tu te masses la nuque et c'est dans un soupir que tu continuas, un peu gêné.

━ M'enfin... Je te remercie.

Sortez les violons, ou plutôt, faites péter les feux d'artifices ! Chester qui s'excuse, c'est inédit. Nouveau soupir, t’essuies tes mains crasseuses du mieux que tu le peux sur ton jean et tu sors les clefs de tes poches avant de t'arrêter devant le passage piéton. Vous ne vous trouviez pas trop loin du bar ; enfin, c'était ce que tu croyais, pour toi, toutes les rues se ressemblent. Vous deviez quitter Sundlaw pour Sharfort ; encore une dizaine de minutes à tenir.

━ Laisse moi deviner Gaby ; tu vas me faire payer plein pot ton aimable service, pas vrai ?

Cela ne t'inquiétait pas vraiment en fait, tu voulais juste savoir ce qu'il pouvait bien vouloir en échange de sa bonne foi et de sa générosité. On t'avait toujours appris que dans la vie, t'as rien sans rien. Tout ne s'achète pas avec de l'argent, ça aussi, tu l'avais compris ; mais qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir te demander, lui ? Ton regard se pose alors de nouveau sur ton interlocuteur sans locution ; tu le jauges, tu cherches à lire entre les lignes ; mais putain, ce regard, cette mine blasée presque semblable à la tienne ne t'aidait clairement pas à te faire une idée. Vous continuez votre route et c'est à un poteau que tu t'épaules en attendant que le feu soit pour vous.

━ Cela fait longtemps que tu fais de la photographie ?

Ouais, autant briser la glace et faire la causette ; tu n'étais pas du genre à kiffer les ambiances pesantes et les silences de mort... M'enfin, avec un gars qu'à perdu la parole, t'avait pas trop le choix ; ce qui est cool avec toi Chester, c'est que tu peux faire la conversation pour deux quand tu veux.


avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Ven 20 Mai 2016 - 21:03 (10)
Il te donne un surnom, déjà. Ce n'était pas le plus original du monde mais quand même, il fallait bien avouer que rien du tout parce que putain pourquoi j'ai écrit cette phrase déjà. Tu fixais ce petit-grand gars maladroit qui se sentait plutôt bien à l'aise en mettant ses lunettes sur son nez. A croire que la situation précédente n'avait jamais existé, comme si il n'avait jamais saigné de l'oreille et paniqué comme un malade. Il te remercie par la suite, tu hausses une nouvelle fois les épaules. Ca t'es égal des remerciements ou excuses. Ce n'est pas comme si on t'en offrait beaucoup dans ta vie. Tu continues de marcher sans user de ton portable une seule fois. L'écouter suffisait à faire la conversation, à t'imaginer les réponses que tu aurais pu lui offrir si tu savais user de ta voix. Chester, t'avais oublié que oui, il venait de dire son nom au début. Tu clignes plusieurs fois des yeux en tournant ta tête en direction de ce blondinet qui tenait fermement ses clefs dans les mains. Oh, que voulait-il ? Qu'il t'offre le meilleur pour te remercier de le raccompagner chez lui ? Tu pouffes de rire mentalement mais tu te contentes d'hausser les sourcils face à sa question. Tu écris.

- Non. Mais si tu sais faire de très bons cocktails, offres-en moi un tous les jeudi soir.

Pas que t'étais alcoolique mais les cocktails étaient ta source de vie. Surtout si ces derniers sont très bien dosés, tu pourrai en boire pendant des heures avant de devenir une grosse torcher bien pétée. D'ailleurs, tu sentais le regard "pesant" de Chester sur ta personne, comme si il essayait de te décrire ou de deviner à quoi tu pensais à l'heure actuelle. Dommage, il ne le saura pas de sitôt. T'écris lorsqu'il te pose une question sur ta plus belle passion.

- Depuis que je suis ici, ça va faire 5 ans. J'ai eu le temps de développer mes capacités. C'est aussi un moyen de m'approcher les gens directement, de les découvrir, de voir que certains pouvaient facilement pisser du sang par l'oreille. Des trucs comme ça.

Ou comme prendre des modèles en photo sans leur autorisation. C'est pas bien, oui mais tu t'en bats les couilles bien profondément. Ça te rendait tellement joie d'admirer une belle personne sur un cliché qui ne bougera jamais de sa vie, contrairement à une vidéo. Tu consultes ton reflex lorsque le feu se mettait au vert pour les piétons, tu marches et tu t'arrêtes à l'autre bout. T'écris.

- Pourquoi t'es à Pallatine, toi qui as l'air complètement paumé dans la vie ?

T'effaces rapidement après avoir entendu ton ventre qui grognait de faim. Ouh, ouh ouh ouh ça voulait tout dire.

- Et j'espère que t'as des chips aussi, j'ai faim.

feat. Chester wesh  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp ça va partir loin
avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Dim 22 Mai 2016 - 2:07 (11)






gaby & chester

la team des cassos, #la connerie se corrige pas ♥
Il faudrait marquer en grand sur tous les tableaux des écoles du monde : la vie est une cours de récréation sinon elle n’est rien ━ MR NOBODY

WINDFALL ━ Vous marchez tranquillement, sans précipitation, avec nonchalance, sans réelle motivation. Sur ce point-là, vous étiez semblable, une même mine blasée, presque indifférente face au reste du monde ; mais ce serait mentir que de dire qu'il se fiche des gens et du reste. Chester, c'est ce genre de gars qui peut se sentir concerné par beaucoup de choses qui vous laissent justement indifférent... Ils marchent, côte à côte, mais le regard du blondin se promène dans le vague paysage qui s'offre à lui. Il ne sait pas trop quoi dire, c'était une situation quelque peu étrange d'ailleurs ; lui qui d'habitude débitait des conneries à la seconde, se retrouvait pour une fois de sa vie désemparée. Se sentait-il mal à l'aise ? Sans doute que oui. Savoir qu'on est plus en position de force après avoir dévoilé un côté de soit si misérable, il y avait de quoi être honteux ou gêné ; mais normalement, ce sont des mots qui auraient dû lui rester étranger. Chester n'est pas le type de gars à se soucier du regard d'autrui, ni même à se sentir peiné d'être jugé, au contraire. Alors pourquoi ? Il n'en sait rien, mais comme d'habitude, il trouverait un moyen de répondre à cette question, plus tard.

Le téléphone de Gab se rapproche. « Non. Mais si tu sais faire de très bons cocktails, offres-en moi un tous les jeudi soir. » Sérieusement ? Tous les jeudis soir ? Il voulait lui couler les stocks de son bar ? Avait-il une bonne descente au moins ? L'Irlandais haussa les sourcils de concert avec cette pensée tout en continuant de marcher au même rythme ; il s'en assurerait une fois qu'il serait arrivé. Tant qu'à faire, autant commencer maintenant ; parce que oui, Chester ne comptait pas refuser cette offre. Ce n'est pas comme s'il n'offrait jamais de verre à personne, après tout, dans son antre, c'est lui qui dicte les règles, c'est ça qu'il y a de magique dans ce métier. Il hoche la tête, preuve de son accord face à cette demande quelque peu étrange, mais non pas surprenante. Il se remet à taper sur son clavier et il semble écrire un pavé ; sans doute, la réponse à sa dernière question. Cinq ans qu'il est là ? Intéressant. Chester en apprenait sans vraiment chercher à creuser, ce n'était pas plus mal ; mais Gab ne s'empêche pas d'envoyer une petite pique... Il n'y avait pas à dire, pour un gars enfermer dans son mutisme, il avait d'la gueule.

Comme si Chester avait demandé à naître avec cette santé pourrie ; non, loin de là, ça ne le fait pas bander d'se taper des malaises ou des crises de narcolepsies sans préavis ; encore moins d'être hémophile et encore moins d'avoir une vision monochrome. Il n'a pas demandé à c'que son père lui déboîte la gueule jusqu'à lui foutre des lésions cérébrales, mais ça, jamais il pourrait le dire à voix haute ; et c'était sans doute pareil pour Gab. Chester avait du mal à croire que ce gars était d'venu muet par hasard, il osait un peu trop ouvrir sa gueule via le clavier de son téléphone, pas un gars banal ; lui aussi avait dû prendre cher dans sa vie, l'Irlandais en était persuadé. Arrêté au passage piéton, il appuie sur le bouton pour demander à traverser plus vite en bon impatient qu'il est avant de voir le téléphone du photographe s'approcher de sa rétine désabusée. « Pourquoi t'es à Pallatine, toi qui as l'air complètement paumé dans la vie ? » Chester n'a même pas vraiment le temps de répondre que son clavier est de nouveau repris par l'assaut de ses doigts et nouveau message « Et j'espère que t'as des chips aussi, j'ai faim. »

… Et avec ceci monsieur ? Un verre de champagne ? Une salade sur son nappage de crevettes ? Ce gars-là n'était vraiment pas gêné, Chester se demandait bien d'où pouvait lui venir cette nonchalance ; en fait, il était pire que l'Irlandais ; de quoi l'faire rager intérieurement. C'est lui qui fait tourner en bourrique les gens et non pas le contraire. Le feu est vert, il se met à traverser rapidement, s'étirant un peu avant de passer de nouveau le mouchoir sur sa blessure dont le saignement ne semblait pas s'arrêter avant de lâcher tranquillement.

━ Parce que tu crois que j'ai eu le choix d'venir ici ? J'suis arrivé par je ne sais quel miracle, c'n'est pas un truc que j'ai souhaité figure-toi. J'étais bien dans mon futur apocalyptique...

Non, il n'avait pas envie d'en parler, il ne voulait pas se rappeler. Alors il laisse son discours en suspend avant de reprendre.

━ J'travaille dans un bar cousin, bien sûr que j'ai d'quoi grailler ; ce sera ma dette tiens, j'te ferais à bouffer, ça te va comme ça ?

Et il reprend sa marche, dans le silence cette fois. Pourquoi avait-il lâché ça ? Parlé du passé, il s'était promis d'plus l'faire, de garder tout ça pour lui, bien caché, bien scellé dans les tréfonds d'sa mémoire désemparé. Quatre mois qu'il est là et Chester ne s'y est toujours pas habitué, c'était dur à avaler comme vérité. Le temps passe, le temps défile, reste incertain et c'est en vagabondant loin dans son esprit qu'il vint à se rendre compte qu'ils étaient arrivés. L'Irlandais dégaine ses clés plus vite que son ombre, ouvre la porte et entre chez lui, dans son domaine. Après que Gab ait passé le pas d'la porte, Chester ferma à double tour derrière lui et l'invita à s'asseoir au comptoir.

━ J'vais m'décrasser et désinfecter la plaie à l'étage, sers toi c'que tu veux en attendant.

Il monte les escaliers, puis passé trois minutes, il gueule après avoir réalisé...

━ Sauf les bouteilles au-dessus de ce placard ! Ni le saucisson ! Même si avec ta taille de lutins, tu ne risques pas d'les atteindre en fait.

Et il enlève son tee-shirt, se débarbouille et s'occupe de sa plaie du mieux qu'il le peut. Faite que l'autre énergumène ne retourne pas son bar...


avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Lun 6 Juin 2016 - 19:08 (12)
Concrètement, si je perds ce RP, c'est comme perdre ma vie donc on va essayer de ne pas faire de gourde pour cette fois. N'est-ce pas Gabriel ? Oui, tu as tout compris. Ou pas totalement, t'es pas du genre à comprendre le monde entier de toute manière puisque personne ne te comprend. Alors pourquoi tu vas essayer de comprendre Chester ? Pour rien. Ou peut-être par curiosité et pour récolter tes informations habituels, comme d'habitude. Tu poses des questions pour faire chier le monde, on t'en avait trop posé quand t'étais petit donc t'allais rendre la pareille à de beaux inconnus.

Mais ça t'étonnait de savoir que cet homme était là contre son gré. Enfin, peut-être qu'il mentait, peut-être pas. Il serait donc possible d'aller à Pallatine sans vraiment le vouloir alors. T'en apprends tous les jours sur ce monde magique, ça pourrait te faire sourire si t'en étais capable. Tu marches toujours non loin de ton nouvel ami, si on pouvait dire ça comme ça. Il t'avoue une chose extrêmement intéressante : te faire de la bouffe. Ouais, t'avais un peu faim, mine de rien (j'ai bien envie d'aller manger des pâtes là). Tu le suis toujours avec ce silence de mort, ce regard perdu et pourtant ... Ah, pourtant.

Vous arrivez à destination dans ce bar, celui de Chester. La décoration n'était pas trop ignoble. Par contre si Stéphane Plaza venait squatter ici, il l'aurait défoncé en argument de décorateur d'intérieur du genre "ça va pas attirer les clients !! ". Bon, on s'en fiche un peu de la décoration actuelle, non ? Maintenant, on a des objectifs en tête ... Rester sage et ne rien faire de grave pour Chester. Car c'est lui-même qui t'a ordonné de ne rien toucher pendant que lui allait se TOUCHER dans sa douche. Ouais, tu fais juste un signe de tête mais dès qu'il a le dos tourné ... T'attends pas trois siècles pour passer derrière son bar. Parce que oui, t'étais un as pour faire des cocktails et parce que oui, t'allais piquer l'alcool que Chester t'avait interdit de toucher. Tu t'en fous au final, aller.

Tu regardes les objets de valeur autour de toi, des liqueurs d'une couleur attirante comme extrêmement bizarre. Mais t'étais pas con, tu savais repérer la bonne boisson pour faire le bon cocktail. Et là, t'avais envie d'en faire plusieurs. Du coup, tu sors tout le matériel nécessaire, tu fouilles à droite et à gauche et bastah (ok mon chat a failli se casser la gueule, j'ai hurlé de peur). Tu prends ton temps, mélange avec grâce more like Reine des Neiges tout en gardant ce sérieux olympien dont t'en es pas peu fier ... Et voilà.

Tu retournes derrière le comptoir en buvant tes 3 cocktails favoris : Le Blue Lagoon, le Russe Blanc et le fameux Orgasme. Mais bon, tu vas laisser le dernier pour ton ami le blondinet. Hein. Tu vas pas être le seul à te bourrer la gueule.
feat. Chester wesh  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp ça va partir loin
avatar
#BG
Personnage : celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme
Nom de code : Sleipnir
Avatar : Terushima Yuuji - Haikyuu!!
Messages : 132
Messages rp : 0
Date d'inscription : 05/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Mer 8 Juin 2016 - 19:15 (13)






gaby & chester

la team des cassos, #la connerie se corrige pas ♥
Sur l’échelle des emmerdes, on pourrait même parler de l’Everest des problèmes ━ Arnaques crimes et botanique

FOND SONORE DU BAR ━ Douche froide qui éveille les sens, frisson au contact de cette eau qui contraste avec la chaleur de sa peau ; il profite de cet instant de sérénité, lavant les taches de sang que sa blessure a créé. Soupir long et las alors qu'il laisse le jet d'eau froide laver les traces de sa journée, un bon coup de jus pour revenir à la réalité. Ne pas y rester trop longtemps, il n'avait aucunement l'intention de laisser Gab' trop longtemps loin de son champ de vision. Peur ? Ouais, l'Irlandais avait peur, pas pour lui, mais pour son bar. Après tout, c'était sa seule maison, pas envie de la voir brûler. Serviette bloquée autour de la taille, il attrape de nouveaux vêtements propres, prenant soin de placer les anciens dans sa machine à laver ; et de choper du sparadrap ainsi qu'une compresse pour sa blessure. L'hémophilie ? Rien de pire ; quoi que la narcolepsie n'était pas mal dans son genre. Soupir de dépit, le jeune homme s'habille à vitesse grand v et c'est en dégainant une clope qu'il ferma à double tour derrière lui avant de descendre les escaliers et d'accéder à son bar...

Et voilà. Avait-il prédit que son hôte allait faire comme chez lui ? Ouais. Clairement, Chester l'avait deviné dès qu'il se glissa sous sa douche... L'espoir qu'il ne fasse rien lui avait cependant traversé l'esprit, mais cet espoir fut de courte durée. Un facepalm dans la gueule plus tard, l'Irlandais s'approche clope au bec prêt de son invité, se glissant derrière le comptoir, contemplant le bordel que l'autre tanche avait laissé. On nettoie après utilisation, règle de base. Éponge sous la main, le blondinet se met à faire sa cendrillon et à ranger le bordel qui traînait de parts et d'autres de son espace de travail. Ses yeux se posèrent alors sur les verres que Gab avaient devant lui ; un alcoolique ou un fana' de cocktails ? Il lui poserait un jour la question... Chester ne voyait pas les couleurs, impossibles donc de savoir ce que contenaient les verres ; mais une chose était sûre... Il avait touché les bouteilles que Chester lui avait formellement interdit d'utiliser. Nouveau soupir, nouveau facepalm, il était tombé sur un « j'men foutiste » de première catégorie, le roi des relou, le lutin du foutage de gueule. L'envie de s'arracher les cheveux l'aurait bien prit, mais il se contenta d'attraper un des trois verres avant d'en boire le contenu d'une traite... Qu'est-ce que c'était que ce cocktail dégueulasse ? De la menthe ? Du baileys ? Horreur.

Le contenu s'échappe de par ses narines, passant au-dessus de son invité, ne l'épargnant pas au passage. Le jeune homme attrape une serviette en vitesse ainsi qu'un mouchoir pour se moucher, mais le goût horrible reste coincé au fond de sa gorge malgré le nombre de fois qu'il se la racle. Dégueulasse, absolument dégueulasse... Un Orgasme ? Mes fesses. Chester n'avait jamais compris pourquoi l'on avait donné ce nom à ce cocktail ; juste dégueulasse. Tout ce qu'il n'aime pas, la tequila passait encore, mais la menthe... Beurk. L'Irlandais se mouche encore et encore, tentant vainement d'enlever le surplus qui restait agglutiné dans ses narines bouchées. Horrible. Juste horrible. Cette envie d'éternuer, la crème de baileys mal dilué qui reste présente. Il continue de se moucher, encore et encore, lâchant alors en crachant dans son évier.

━ Putain d'merde, c'est vraiment dégueulasse comme truc. Qui peut boire ça bordel ?! Abstiens-toi d'utiliser mes bouteilles si c'est pour faire des cocktails aussi dégueux.

Tout sauf ça. Tout sauf ce genre de boissons imbuvables. Attrapant un verre, l'Irlandais fait couler une bonne pinte en pression avant de choper un autre mouchoir et de le tendre à Gab.

━ Désolé, je crois que je ne t'ai pas épargné. Il semblerait que t'as de ta création dans les cheveux.

Drôle de façon de lui dire « hey man, j't'ai craché dessus tellement ton truc était vraiment dégueulasse askip. » Gab ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même, la prochaine fois, il s'abstiendrait de prendre ses aises et de faire de la merde dans son bar. Sa pinte est terminée, l'Irlandais s'en sert alors une autre avant de sortir un paquet d’apéritifs et de le déposer devant le photographe. Nouveau verre sorti, il attrape quelque bouteilles du comptoir, dégaine son shaker et commence son art. Les couleurs ne lui apparaisse pas, certes, mais il sait exactement où se trouve quoi, comment verser et dans quel ordre placer les liquides pour un joli résultat visuel et gustatif.

━ Tiens. C'est un "manège enchanté" ; parce que j'crois que t'as l'air d'aimer les cocktails de gonzesses.

Provocation un jour, provocation toujours. Se massant la nuque délicatement après avoir pris soin d'écraser sa cigarette dans le cendrier, Chester retourne à sa vaisselle avant de lâcher avec un semblant de sourire en coin.

━ Bon, t'as envie de manger un truc en particulier ? J'n'ai pas oublié que j'te devais un repas ; même si t'as ouvert une bouteille qui m'a coûté une blinde, enfoiré.

La subtilité ? C'est pour les tafioles ; mais qu'est-ce qu'on dit déjà ? Ah oui. Le fucking client est roi... Mais Gab ne paye pas, donc ce n'est pas un client, CQFD. Raison de plus pour ne pas le prendre avec des pincettes.


avatar
(╯°_°)╯
Personnage : Gabriel, doux Gabriel. Tu n'as pas de voix, tu ne sais t'exprimer que par ce langage de smiley sur ton smartphone. Gabriel, tu ne supportes pas le contact et te braque au moindre rapprochement d'autrui. Tu es l'homme des chats, ceux que tu respectes plus que tout au monde. Ô Gabriel. L'art ne te fait pas peur, la photo et la vidéo sont un autre moyen de communication. Tu aimes ce que tu fais, mais ton visage inexpressif nous fait penser le contraire.
Gabriel, tu n'es pas aussi docile que tu en as l'air. Tu es petit mais si agile. Ton intelligence peut surpasser la taille d'un géant.
Avatar : Akaashi Keiji - HAIKYUU!!
Messages : 217
Messages rp : 68
Date d'inscription : 06/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
BIR
posté le Mer 22 Juin 2016 - 15:54 (14)
Chester revient, il parait accablé de ce que t'avais foutu avec son bar. Owh, pas de quoi en faire un drama comme tu dirais si bien ... Sauf que voilà. Ta connaissance boit ton cocktail que t'avais fait à l'arrach et oh putain il avait cracher sur ta gueule ce fils de p***. Il a osé cracher ton cocktail dans ta gueule, il a osé faire l'impossible. Oh, tu sens tes nerfs monter, tu sens que c'est une vraie tafiole à pas aimer tes cocktails, oh tu pourrais le frapper pour t'avoir craché dans la gueule, oh. Oh ... Calme toi Gabriel, Chester te tend un mouchoir alors tu le lui arraches des mains pour t'essuyer le visage. Peut-être as-tu mal dosé ton cocktail ? Oh bah non, Chester te dit clairement que t'as fait de la merde avec ses bouteilles. Comment ça ? COMMENT CA ? Lui il va se prendre une claque dans la gueule, il va rien comprendre à sa vie.

- " t'as surtout des goûts de femmelette donc la prochaine fois, crache ailleurs où j'te laisse crever d'une hémorragie de l'orteil. ;) "

Ah Gabriel, toujours aussi délicat dans tes paroles, un vrai petit ange. Remarque, ça serait une mort tellement conne. "Votre fils est mort en se défonçant le petit orteil contre le coin de la table, cela a causé un saignement continuel et boom. RIP." Bon, sortons de ces histoires là et revenons à nos moutons.

Voilà qu'il te sert un verre en le nommant "Le Manège Enchanté" et que-quoi des cocktails de gonzesse ?

- " Mais ferme ta putain de gueule pls n___n "

T'étais dans un état mesquin, fallait pas trop jouer avec le feu avec toi dans ces moments là. Sauf que voilà, lorsque Chester sort le mot "manger" de sa bouche, tu t'immobilises et ... Oui, tu avais faim et tu ne pouvais pas résister à la nourriture. Tu lâches un soupir discret.

- " Je veux du carpaccio de boeuf. "

Le truc qui coûte la peau des fesses, oui. Mais tu réfléchis encore une fois, gardant ton sérieux si magique et si parfait. Tu reprends et tu tapotes sur cet écran que tu uses sans arrêt.

- " Ou des Mini Mozzarella au safran, pesto de courgettes et menthe, please. "

Ouais, non, tu demandais l'impossible, mais c'était drôle.

- "Après, si c'est trop compliqué à préparer pour toi, on peut se contenter d'une salade composée : riz, tomate, mozzarella, maïs, herbe de Provence, avec une pointe de sel de Guérande."
feat. Chester wesh  ▲ dialogue code couleur ▲ aussi black que blackhrp je suis censé terminer mon rapport mais je me fais tellement, mais tellement chier que j'ai eu la pulsion d'aller RP ALLER BOOM.
Contenu sponsorisé
posté (15)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum