« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Somebody’s coming up. Somebody serious. - Lucia

avatar
Gangster

à venir
Nom de code : Boom
Avatar : Une inconnue

Messages : 107
Messages rp : 25
Date d'inscription : 05/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Au Bling Fallen, le 39ème étage du casino, comme la plupart des étages de logement, était un endroit des plus calme et paisible. Il n’y avait pas beaucoup de passage et les personnes y vivant, que ce soit pour une nuit ou pour plus longtemps, avaient l’habitude de rester discret et d’éviter d’y faire bruit, ce qui en faisait un lieu de repos parfait d’ailleurs.
C’était le cas la plupart du temps, mais ça ne l’était pas ce dimanche-là.


Les portes de l’ascenseur n’étaient pas encore ouvertes que des hurlements résonnaient déjà dans la cage métallique.

« Mille fois ! Non, deux putains de milliers de fois, je vous ai répété de ne pas toucher à mes affaires ! »

La douce voix de Lena provenait de sa chambre, le numéro 3, tout au bout du couloir. Les portes des autres chambres étaient fermées, mais pas la sienne. C’était le milieu de matinée, la plupart des logements étaient vides et s’ils ne l’étaient pas, les résidents n’avaient clairement pas envie de se retrouver face à la rage de la russe.

Pourtant, une personne lui faisait face. Le chariot de service toujours dans le couloir, la femme de ménage se tenait droite devant Lena, juste à côté des rangements de la chambre.

« On me paye pour ranger les chambres, alors je les range, voilà tout. »

L’agent de service parlait beaucoup plus calmement que Lena, mais n’en était pas calme pour un sous. Il faut dire que ces deux-là n’étaient pas faites pour s’entendre.

Lena, ayant toujours vécu dans des squats ou des logements de fortune, ne parvient pas, et ne souhaite pas, abandonner certaines de ses manies d’antan. C’est ainsi que malgré le confort de la chambre que le casino lui met à disposition, la totalité de ses affaires restaient dans son sac à dos et qu’elle avait comme lit une simple couverture étendue sur le sol, le tout dans un recoin de la chambre. C’est bien simple, hormis cette partie du logement, on pourrait penser qu’il était inoccupé.

Sauf que, voilà qu’arriva la femme de ménage, bien décidé à faire ce pour quoi on la payait, c’est-à-dire ranger, nettoyer et remettre les chambres en état. Chaque fois qu’elle venait s’occuper de la chambre de Lena, elle sortait les vêtements de l’agent de sécurité, pliait le tout dans les armoires et refaisait le lit, laissant de nouveau la chambre dans l’état qu’elle aurait été si la locataire n’avait pas été Lena.

Alors chaque rencontre entre les deux femmes ressemblait à celle d’aujourd’hui. Des cris, des hurlements même et puis des mises en garde, jusqu’à ce que la fois suivante tout se déroule inlassablement de la même manière.

Cette fois, la dispute fut interrompue un peu plus tôt. Fred, l’homme de main de Lucia, venait de descendre de l’ascenseur et patientait au bout du couloir. En sortant de sa chambre, chassant la domestique de celle-ci, Lena l'appréciait et se calma quasi-instantanément.

Si Lena avait du respect pour Lucia, elle en avait tout autant pour Fred et ne voulait pas s’afficher ainsi devant lui. Mais alors que la femme de ménage s’éloignait du couloir et que Fred, à l’inverse, avançait vers elle, une question lui traversa l’esprit. Que pouvait-il bien faire là ? C’était dimanche et Lena savait qu’il ne travaillait pas le dimanche et surtout, pourquoi était-il venu là, à son étage ? Pourquoi venait-il vers elle à cet instant précis ?
Les questions s'enchaînaient dans sa tête, mais il était maintenant devant elle.

« La patronne veut te voir dans son bureau. »

Sans même prendre le temps de demander la raison, Lena donna un tour de clef dans la serrure et verrouilla sa porte, le suivant sans broncher. Les questions, déjà nombreuses, ne s’arrêtaient plus de tourner dans son esprit pendant tout le temps où elle suivait Fred. Si la présence de Fred était déjà peu courante, être appelée dans le bureau de Lucia était soit une très bonne nouvelle, soit un très mauvais présage.
avatar
Bling Fallen
Argent, pouvoir... Je prendrais tout ce que le monde possède.
Lucia a trois masques principaux.

Pour les gangsters, elle est The French. La redoutable gérante du casino de la diaspora. Avide, retors, teigneuse, cruelle et intelligente, elle a du charisme et sait s'en servir. Elle effraie ceux qui lui sont inférieurs, impressionne ses égaux et fait la fierté d'Al Capone, du moins elle aime à le croire. Elle est un trou noir aspirant tout : pouvoir, argent et l'âme de ses victimes. N'entrez jamais dans sa liste noire, on raconte qu'elle collectionne les doigts de ceux qui ont eu le malheur d'être dessus.

Pour les hommes et les femmes du casino, elle est une mère. Elle est la femme qui les a rééduqué. Qui leur a offert un travail, un logement et de quoi vivre. C'est une figure qu'ils admirent et craignent. Lucia est apprécié surtout car elle ne fait pas que s'occuper de ses employés mais aussi car elle prend en charge leur famille. Travailler pour elle assure un emploi pour les enfants dans le casino et une éducation descente. La trentenaire ne demande que deux choses en échange : une loyauté sans faille et une obéissance absolue.

Pour les habitants de Kinglaugh et tous ceux qui ne la connaissent pas. Elle est une femme généreuse, impliqué dans des œuvres de charités, des événements culturels et des orphelinats. Elle fait régulièrement des dons à toutes les associations pour les jeunes, pour la culture et l'éducation. Elle est vu comme une bienfaitrice par beaucoup.

Mais le vrai visage de Lucia est bien plus noir. Du haut du 50ème étage du casino, de ses yeux rubis, elle fixe les gens cherchant à savoir combien lui rapportera la manipulation de chaque personne. Si elle vous parle, c'est qu'elle cherche le profit que vous lui apporterez. Si elle vous aide, c'est qu'elle sait combien elle gagnera en échange. Si elle a des projets pour vous, ne vous avisez pas de la laisser tomber, une foi engagé, sachez qu'elle déteste les abandons sans excellente raison. Quand vous lui parlez vous remarquerez son énervement ou son ennui aux légers coups qu'elle donne à sa cigarette, mais c'est quand elle regarde et joue avec son verre de cognac double glace, gravés aux symboles du Bling Fallen, que vous savez qu'elle réfléchit très fort à ce que vous dites.

Une dernière chose, ne portez jamais de rouge face à elle. Ses yeux écarlates ne voient plus que cette couleur, rendant tout ce qui est rouge naturellement, invisible à ses yeux. Et si quelqu'un lui apprend que vous portiez cette couleur tant détestée... Vous allez perdre un doigt dans le meilleur des cas.

Lucia vu par Léna :
Dans la vie, on rencontre différents types de personnes. Parmi elles, il y a celles qui vous sauvent et celles qui vous détruisent. Lucia, elle fait partie de ces rares personnes qui sont capables de l’un comme de l’autre. Elle peut être une mère aimante qui redonnera un sens à votre vie, mais aussi ce bourreau qui vous fixera droit dans les yeux, sans sourciller, alors qu’elle vous ôtera cette même vie qu’elle vous avez confié. Car, plus que votre vie, c’est une part de la sienne qu’elle place entre vos mains et qu’elle espère voir protéger aux creux de vos paumes. C’est peut-être pour cette raison alors que toute trahison envers elle se payera en phalange amputée, comme si vos doigts n’étaient que le compte à rebours qui prédisait l’instant de votre mort. Mais ne craignez pas Lucia, car, si aujourd’hui vous êtes ici, c’est qu’elle aura vu en vous une capacité que vous-même n’avez jamais pu déceler. Et si vous êtes capable de l’ignorer et de passer à côté, Lucia, elle, ne gâchera jamais une chance de faire surgir cette personne à qui elle sera fière d’offrir son nom. Cette nouvelle identité est un cadeau qu’elle vous fait, à vous de vous en montrer digne et de lui offrir, en retour, votre entière loyauté, voir même, votre vie, si cela est nécessaire
Nom de code : The French
Avatar : Personnage original

Messages : 86
Messages rp : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Si vous lisez ceci, c’est que Lucia Hyfilnor, gérante du Bling Fallen n’est plus. J’ose espérer que cette lettre arrivera bien à la bonne personne. Il est mon dernier espoir et je vais tout te dire ici dans cette lettre, mon cher T… J’aurais aimé que nous ayons cette conversation à tête un peu plus reposée, en face à face… Mais mon état actuel et certaines conséquences m’ont obligée à t’écrire. Je pourrais te dire tant de choses mais je vais me contenter de te raconter tout ce qui arriva, ce par quoi tout commença et tous les autres événements.

Un dimanche matin comme les autres. Un réveil tranquille, un simple message à Fred pour lui demander s’il pouvait prendre sur ses congés pour prévenir Lena, notre petite Boom, que je voulais la voir dans mon bureau. Elle avait attiré mon attention à de nombreuses occasions. Elle était efficace, travailleuse et ne se plaignait jamais. Selon Fred elle était parfaite… Parfaite… A cette époque je ne croyais que ce mot ne correspondait qu’à l’argent… Et le temps allait me montrer mon erreur. La perfection existe, mon cher, mais … Ceci est une autre histoire.

Fred m’avait désobéi. Il voulait bien faire et me l’amena le matin. Il souriait comme un enfant allant voir le père noël ou plutôt comme un père voulant présenter son enfant à la personne qui pourrait décider de son avenir. Amusant… Car la moitié de cette phrase est une vérité parfaite… Aaah cette douce époque où seul l’argent occupait mon cœur et mon esprit… Laisser une trace. Oui, c’était tout ce que je voulais. Reprenons, la nuit et la fatigue trouble mon regard et je ne vois presque plus ma plume. Mon esprit s’égare et mon histoire se perd.

J’étais donc dans mon salon personnel. J’écoutais de la musique, « Lost Battalion » de Sabaton, si tu as l’occasion d’écouter. La musique pulsait tous ses décibels, et j’en buvais l’énergie. Ce besoin incessant. Moment d’extase et de grâce. J’étais un vampire face à la musique de sa vie. Je ne faisais pas qu’écouter, je me sentais revivre. Le passé me surgissait au visage, mais je le regardais de manière détachée. La puissance de la musique me donnait ce qu’il me fallait pour extérioriser mes peurs, pour me sentir maîtresse des évènements. J’étais une femme, une héroïne. J’étais dans l’Argonne avec eux, face aux lance-flamme allemands.

Fred avait dû frapper à mon bureau durant dix bonnes minutes, car il avait fini par ouvrir la porte de mon salon, située en face de celle de mon bureau, donc à droite en sortant de l’ascenseur. Il poussait Lena alors que je ne les avais toujours pas remarqués, vêtu d’un t-shirt bien trop grand pour moi et un pantalon noir ressemblant plus à un survêtement. La musique était finie, un moment de silence, que Fred troubla aussitôt.

-Nous sommes là, Lucia.
-PARDON ?!!!

Réflexe. Mon couteau de lancer avait surgit dans ma main droite et filait vers la tête de Lena. Une chose était et restera à jamais vrai : Fred savait attraper les couteaux. Ou bien je lançais lentement… Peu importe, car le géant avait attrapé le couteau par le manche en prenant son visage le plus sérieux. J’avais failli tuer Lena, mais… Il savait que je déteste les surprises.

-Lucia, tu faiblis au niveau de tes lancers.
-Fred… Je t’avais dit cette après-midi…
-Tu sais que c’est elle qu’il te faut !!
-J’en déciderais après avoir vérifié certains points…
-Allons, elle pourra l’aider, tu l’as bien vu non ?
-Si elle revient… Je te rappelle qu’elle a disparu. Si elle revient, qu’elle ait une bonne excuse car je ne vais pas l’accueillir à bras ouvert.

Nous avions oublié la présence de Boom, jusqu’à ce que Fred, un sourire d’amusement sur les lèvres, range le couteau sur ma table en acajou, avant de se diriger vers le bar, posant trois verres sur le comptoir.

-Tu veux boire quelque chose Boom ?

Il avait posé la question tranquillement alors que j’approchais aussi du bar. Fred savait préparer toutes sortes de cocktails, mais je me contentais d’un cognac double glace gravées aux symboles de mon bâtiment. Alors que les verres se remplissaient je me tournais vers Lena.

-Alors… Boom, te plais-tu ici ? Comment trouves-tu ce lieu ?

Avant tout, savoir ce que la russe pensait du casino.
avatar
Gangster

à venir
Nom de code : Boom
Avatar : Une inconnue

Messages : 107
Messages rp : 25
Date d'inscription : 05/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur



Elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer. Le métal brillait en face de ses rétines, la main de Fred retenant la lame à quelques centimètres de son visage. Et oui, visiblement, se rendre dans les appartements de Lucia sans la prévenir n’était pas une bonne chose, à n’en pas douter.
Lena s’étonnait de ne pas avoir sourcillé, restant figé et droite comme un piquet. Elle n’affichait pas la peur qui l’avait envahi pourtant à cet instant. Alors qu’elle se demandait encore si c’était la surprise ou l’absence de peur de mourir qui l’avait laissé inerte, Fred et Lucia discutaient, comme-ci elle n’était pas là. Elle ne se sentait pas vexée de cela, son travail consistait à se faire oublier, justement, afin de voir ce que les clients pouvaient souhaiter cacher. Elle sortit finalement de ses pensées lorsque Fred lui proposa un verre.

« Un verre de vodka, merci. Euh… Non, un double plutôt. »

Sans trop savoir pourquoi, Lena savait qu’elle allait avoir besoin d’un verre, même si l’atmosphère avait l’air détendu pour l’instant, ça ne serait peut-être pas le cas encore bien longtemps.

« Alors… Boom, te plais-tu ici ? Comment trouves-tu ce lieu ? »

Lena saisissait son verre puis se tournait vers Lucia. Pourquoi une telle question ? Elle voulait peut-être lui reprocher quelque chose ou même peut être souhaitait-elle la mettre à la porte ? Ce n’était jamais une bonne nouvelle d’être appelé par Lucia, mais être renvoyé était une mauvaise nouvelle à coup sûr. Lena pensait alors qu’à bien y réfléchir, autant être sincère avec sa patronne, peu importe ce que cela pourrait signifier pour la suite. Elle porta finalement le verre à ses lèvres et récupéra une lampée de vodka qu’elle ingurgita comme s’il s’agissait du dernier verre de son existence.

« Bien sûr, oui. J’aime vivre et travailler ici, je m’y sens comme chez-moi. Je m’y sens en sécurité et, pour tout dire, c’est peut-être la première fois depuis bien longtemps que je me sens en sécurité quelque part. »

Elle souriait légèrement, pensant à l’ironie de ces derniers mots prononcés alors qu’elle doutait de sortir d’ici en un morceau.

Elle alla s'asseoir sur l’un des fauteuils de la pièce, déposant son verre sur la table devant elle et récupérant son paquet de cigarettes dans sa poche arrière. Elle ne semblait pas stressée, elle ne l’était pas d’ailleurs. S’il fallait que tout se termine ce soir, avoir peur n’y changerait rien. Elle allumait le bout d’un de ses tubes et releva la tête vers Lucia, la fixant de ses iris émeraudes.

« Je ne sais pas ce que j’ai pu faire pour que tu me fasses venir ici, mais sache simplement que je t’apprécie sincèrement Lucia et que je ne regrette rien de ce que j’ai pu dire ou faire depuis mon arrivée au Bling Fallen. »

Lena s’installa nonchalamment contre le dossier du fauteuil, croisant ses jambes devant elle et fumant tout aussi tranquillement, fixant Lucia de loin, attendant une possible nouvelle envolée de métal dans sa direction.





avatar
Bling Fallen
Argent, pouvoir... Je prendrais tout ce que le monde possède.
Lucia a trois masques principaux.

Pour les gangsters, elle est The French. La redoutable gérante du casino de la diaspora. Avide, retors, teigneuse, cruelle et intelligente, elle a du charisme et sait s'en servir. Elle effraie ceux qui lui sont inférieurs, impressionne ses égaux et fait la fierté d'Al Capone, du moins elle aime à le croire. Elle est un trou noir aspirant tout : pouvoir, argent et l'âme de ses victimes. N'entrez jamais dans sa liste noire, on raconte qu'elle collectionne les doigts de ceux qui ont eu le malheur d'être dessus.

Pour les hommes et les femmes du casino, elle est une mère. Elle est la femme qui les a rééduqué. Qui leur a offert un travail, un logement et de quoi vivre. C'est une figure qu'ils admirent et craignent. Lucia est apprécié surtout car elle ne fait pas que s'occuper de ses employés mais aussi car elle prend en charge leur famille. Travailler pour elle assure un emploi pour les enfants dans le casino et une éducation descente. La trentenaire ne demande que deux choses en échange : une loyauté sans faille et une obéissance absolue.

Pour les habitants de Kinglaugh et tous ceux qui ne la connaissent pas. Elle est une femme généreuse, impliqué dans des œuvres de charités, des événements culturels et des orphelinats. Elle fait régulièrement des dons à toutes les associations pour les jeunes, pour la culture et l'éducation. Elle est vu comme une bienfaitrice par beaucoup.

Mais le vrai visage de Lucia est bien plus noir. Du haut du 50ème étage du casino, de ses yeux rubis, elle fixe les gens cherchant à savoir combien lui rapportera la manipulation de chaque personne. Si elle vous parle, c'est qu'elle cherche le profit que vous lui apporterez. Si elle vous aide, c'est qu'elle sait combien elle gagnera en échange. Si elle a des projets pour vous, ne vous avisez pas de la laisser tomber, une foi engagé, sachez qu'elle déteste les abandons sans excellente raison. Quand vous lui parlez vous remarquerez son énervement ou son ennui aux légers coups qu'elle donne à sa cigarette, mais c'est quand elle regarde et joue avec son verre de cognac double glace, gravés aux symboles du Bling Fallen, que vous savez qu'elle réfléchit très fort à ce que vous dites.

Une dernière chose, ne portez jamais de rouge face à elle. Ses yeux écarlates ne voient plus que cette couleur, rendant tout ce qui est rouge naturellement, invisible à ses yeux. Et si quelqu'un lui apprend que vous portiez cette couleur tant détestée... Vous allez perdre un doigt dans le meilleur des cas.

Lucia vu par Léna :
Dans la vie, on rencontre différents types de personnes. Parmi elles, il y a celles qui vous sauvent et celles qui vous détruisent. Lucia, elle fait partie de ces rares personnes qui sont capables de l’un comme de l’autre. Elle peut être une mère aimante qui redonnera un sens à votre vie, mais aussi ce bourreau qui vous fixera droit dans les yeux, sans sourciller, alors qu’elle vous ôtera cette même vie qu’elle vous avez confié. Car, plus que votre vie, c’est une part de la sienne qu’elle place entre vos mains et qu’elle espère voir protéger aux creux de vos paumes. C’est peut-être pour cette raison alors que toute trahison envers elle se payera en phalange amputée, comme si vos doigts n’étaient que le compte à rebours qui prédisait l’instant de votre mort. Mais ne craignez pas Lucia, car, si aujourd’hui vous êtes ici, c’est qu’elle aura vu en vous une capacité que vous-même n’avez jamais pu déceler. Et si vous êtes capable de l’ignorer et de passer à côté, Lucia, elle, ne gâchera jamais une chance de faire surgir cette personne à qui elle sera fière d’offrir son nom. Cette nouvelle identité est un cadeau qu’elle vous fait, à vous de vous en montrer digne et de lui offrir, en retour, votre entière loyauté, voir même, votre vie, si cela est nécessaire
Nom de code : The French
Avatar : Personnage original

Messages : 86
Messages rp : 36
Date d'inscription : 27/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Je souriais, tirant une longue latte sur ma cigarette. La fumée me brûlait la gorge… Mon cher T, permet moi de te dire que la vie est comme une cigarette, tu l’aspire peu à peu et il ne te reste plus que des cendres. Je réfléchissais. Elle m’avait un peu déçu sur le coup. Oui, les compliments, c’est comme les trous du cul : tout le monde est capable d’en utiliser. Ce n’est pas ça l’expression ? Bof, je m’en fiche… Je ne sais plus.

Je voulais lui parler et en même temps… Quelque chose lui manquait. Fred était persuadé qu’elle pourrait faire beaucoup pour moi et j’en étais certaine… Mais prendre ma succession ? Pour l’instant du moins rien n’était moins sûr. La prudence. La réflexion… De plus cette décision faisait déjà jaser Sandros et Amandile, mais j’aurais plus tard l’occasion de t’en parler. Les verres étaient enfin plein, il fallait maintenant boire. Mon whisky ravivait mon sens du goût, profitant de ce doux nectar qui me sortait du monde des horreurs. Aaaah, profite des couleurs tant qu’elles existent pour toi, mon cher T, car le monde monochrome est abominable.

-Mmmh, heureuse que tu t’y plaises. Tu n’as pas encore travaillé sur nos affaires souterraines je crois non ?

Une question qui n’attendait pas de réponse. Je l’avais tenu à l’écart de ça comme pour 70% des membres du casino. Nous stockions des armes, de la drogue, des produits de contrebandes et autres joyeusetés dans les bas-fonds de notre établissement. Cette partie du bâtiment n’était accessible qu’aux gens de confiance, ceux que j’avais moi-même évalués, autant dire que cette liste arrivait difficilement à une centaine de personne.

-Jusqu'où serais-tu prête à aller si je te donnais un ordre Lena ? Tu connais le contrat, mais je veux m’assurer que tu sais ce que tu as signé : Je t’offre une partie de ma vie, un logement, un salaire, de la nourriture et en échange j’ai ta loyauté la plus complète.

Un rappel pour la préparer à la suite. Je voulais qu’elle sache le vrai visage de l’entreprise pour laquelle elle avait décidé de ployer le cou. Car pour l’instant elle était comme Doroty avant le cyclone… Mais si jamais elle acceptait, alors plus jamais elle ne reverrait son Kansas adoré.

-Si je te pose ce genre de questions c’est pour une excellente raison…. Tu es un élément du casino efficace. Presque indispensable. Au point que je commence à réfléchir à te donner de l’avancement, mais pas dans la branche… « Publique » de nos affaires. Je compte de faire travailler un peu plus en tant que Gangster… Et si tu t’en sors bien… Peut-être, un jour, cela t’appartiendra.

Je levais doucement mes bras, embrassant de mes yeux et de mes doigts, l’ensemble de la pièce, l’ensemble du casino.

-Je suis prudente, aussi je réfléchis toujours au futur. Avoir un coup d’avance, prévoir le pire scénario et savoir comment réagir, voilà comment j’agis. Et ce même si je dois réfléchir au scénario de ma mort.

Je la fixais. Réfléchissant à ce que je venais de lui dire, elle devait être choquée… Ou alors elle avait bien plus de force mentale que prévu.
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum