bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant

Shôta Masamune - Le Chat'p'hardeur

avatar
Citoyen
Bou !
Shôta Masamune

Nom de code : Chat'p'hardeur
Avatar : Date Masamune (Sengoku Basara)

Messages : 28
Messages rp : 12
Date d'inscription : 15/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 18:17
Shôta

Shôta  Masamune

feat Date Masamune | Sengoku Basara

Caractère

Shôta Masamune était décrit comme une jeune homme aimable et d’une extrême politesse. Une personne fort sympathique et drôle, maitrisant l’ironie et le sarcasme à merveille. Ça ne plaisait pas à tous, certes, mais qui peut se vanter de plaire à tout le monde ? Telle était l’image que Shôta souhaitait faire de lui. Après tout, les personnes honnêtes n’attirent jamais les soupçons. C’était un grand solitaire ; avoir des connaissances, des amis peut vite s’avérer être une gêne, voire un danger. Aussi préféra-t-il ne jamais en avoir. C’était une personne extrêmement prudente, après tout. De plus, peu d’entre eux aurait pu supporter son arrogance et son égoïsme.

Dommage que son intelligence ait servi ses vices ; il aurait pu aller loin, assurément… Peu importe les imprévus, il gardait toujours son calme. Il réfléchissait vite, le bougre !

Bien qu’étant un ancien criminel, Shôta n’a jamais été belliqueux ; il comptait sur son agilité et sa rapidité pour fuir. Il n’avait aucune disposition pour le combat et ce, peu importe sa forme. La fuite était toujours la meilleure solution.

Mais ça… C’était le passé. Lors de son arrivée à Pallatine, son caractère a radicalement changé. Il est sans cesse habité par la peur, celle d’oublier qui il était, qui il est. Il est devenu craintif, paranoïaque, mais surtout, lunatique. Il est régulièrement pris de crises qui le mettent dans des états inimaginables, qui le brisent. Ses migraines n’arrangent rien ; elles le rendent maussades et grognons. La solitude commence à lui peser ; seul, il ne peut s’en sortir.

Il connait peu Pallatine et son fonctionnement. Il devrait se montrer plus méfiant : devenu fragile, il est aujourd’hui facilement manipulable. Parler-lui de son amnésie, promettez-lui de lui rendre sa mémoire et il vous suivra comme un chien peureux mais fidèle. Ses désirs l’aveuglent ; à vous d’en tirer profit ou non. Shôta deviendra peut-être un jour un honnête citoyen… Ou mettra à profit ses talents pour une cause qui lui est inconnue.

Shôta

Âge: 25 ans
Naissance: 19/07/2005
Départ: 2030
Présence en ville: 7 mois
Nationalité: Japonais
Métier: Aucun
Statut civil: Célibataire

Groupe: Indépendants
Section: /
Rang: /
Nom de code: Chat'p'hardeur

Taille: 1.77
Corpulence: 67
Cheveux: Noirs
Yeux: Verts
Autres: Oeil manquant

Histoire

L’Institut l’avait laissé sortir il y’a deux semaines. Il avait été jugé « apte » à rejoindre Pallatine.

« Apte…. Ce n’est qu’un mot sur un bout de papier, ça ne veut rien dire. »

Voilà deux semaines qu’il vivait à Pallatine, seul dans cette immensité, en homme « libre ». Deux semaines qu’il ne dormait plus, qu’il s’alimentait mal, qu’il ne vivait plus, si ce n’est dans la terreur constante – mais de quoi ? Les premiers jours, lorsqu’il fut livré à lui-même, furent les plus terribles ; ils brisèrent l’homme qu’il était et en firent un petit garçon apeuré dont les yeux étaient sans cesse larmoyants. Lui qui naguère était un homme de grandeur et de prestance, voilà qu’on l’avait transformé en chaton. Cette existence lui était d’autant plus insupportable qu’il ne savait plus pourquoi il était ici. Pire encore ; il ne savait plus qui il était réellement.

Selon l’Institut, sa mémoire s’était « égarée durant le transfert » - quel euphémisme ! – mais elle lui reviendrait, avec le temps, que parfois, il suffisait d’un rien. D’un simple stimulus. D’une association d’idées. En attendant que ses souvenirs « retrouvent leur chemin », on eut la bonté de lui donner son prénom, son nom et son âge, sans même que Shôta puisse s’assurer de la véracité de ces informations. Alors il attendit quelques jours que sa mémoire lui revienne, en vain. Il n’était plus personne. Une coquille vide. Un corps rempli de rien. Autant se laisser dépérir. Que laisse le rien quand il meurt ? Le néant. De plus, Shôta considérait son « voyage » à Pallatine comme une erreur ; il n’avait jamais voulu la rejoindre et était désormais condamné à y vivre.

De temps à autre, lorsque le courage et l’espoir revenaient, il trainait son corps douloureux dans les rues de la ville, exposant sa maigreur, son visage creux et sa pâleur maladive. Il ressemblait à un chat errant, pouilleux, malade. Il se sentait sans cesse épier par les habitants de cette grouillante métropole ; il avait la désagréable sensation d’être une proie facile parmi les fauves. Alors il se faisait discret, se cachant dans sa parka noire, glissant parmi la foule avec l’agilité d’un félin.

Un jour, tandis qu’il déambulait, certaines de ses anciennes habitudes, de celles qui étaient devenues des comportements quasi innés chez lui, refirent soudain surface. Sa main, habile, souple et légère dérobait ci et là quelques bijoux, portefeuilles ou d’autres objets de moindre valeur. Aucun sac, aucune poche, aucune veste ne résistait à cette main ; elle volait avec une telle aisance et sans le moindre effort, qu’elle semblait suivre ses propres desseins. Elle avait fait ça toute sa vie.

« Toute sa vie »

Ce fut l’électrochoc. La brume qui enveloppait le passé du jeune homme se dissipa doucement. Des images lui revinrentt sous forme de rapides « flashs » qui l’éblouissaient. Il fut soudain victime d’une violente migraine ; ses souvenirs surgissaient dans un fracas terrible et lui fendaient le crâne. La douleur était telle qu’elle le cloua au sol. Mais qu’importe la douleur ; le puzzle se reconstituait petit à petit et chaque pièce avait une importance capitale. Le premier mot qui lui vint à l’esprit, fut le surnom de « Chat’p’hardeur », reste d’une ancienne existence.  Ce genre de surnom qui vous élève au-dessus des Hommes et fait de vous une entité surréaliste, une légende. Ce surnom agit comme un souffle nouveau, un souffle de vie qui réveilla la carcasse du jeune homme. Chat’p’hardeur, ce n’était pas lui qui l’avait inventé. Qui ? Qui l’appelait ainsi ? Où avait-il vu ce nom ? Il sonda sa mémoire en miettes, à la recherche d’un simple indice. Il s’en arrachait les cheveux.

« Chat’p’hardeur ! Chat’p’hardeur ! répétât-il. Ça doit bien venir de quelque part, bon sang ! »

Il marcha longtemps et déroba un journal, sans même s’en rendre compte. Là, il se souvint encore.

« Les médias ! Ce sont les médias qui m’ont baptisé « Chat’p’hardeur ». Pourquoi Chat’p’hardeur ? Chapardeur… Un voleur ! »

Bien sûr, il avait été voleur ! Et si les médias prenaient la peine d’en parler, c’est qu’il était soit aduler, soit craint, voire les deux. Avait-il fait partie d’un groupe ? Faisait-il cavalier seul ? Il lui semblait qu’il avait toujours été un solitaire et qu’il s’était fait une réputation de voleur de haute voltige, de bandit réputé charmant et policé, qui avait quelque chose de Catwoman, mais en plus masculin. Rien de cela n’avait jamais été vrai, mais Shôta s’était assurer de garder la légende en vie, telle que les gens voulaient l’entendre. Tout cela caressait son égo. Et son égo l’avait perdu… Mais il l’ignorait encore. Il poursuivit ses recherches toute la nuit et revint chez lui à l’aube. Il nota ses quelques bribes dans un carnet – qu’il n’avait pas acheté, évidemment.

« Shôta Masamune. 25 ans. Chat’p’hardeur. Voleur. Tokyo. Takumi-Gumi. Helena. »

Il sortit encore le lendemain, ainsi que le surlendemain et ainsi de suite, partant en chasse, à la recherche de nouveaux fragments. Shôta avait toujours été un enfant du crime, mais il ne se doutait pas que celui-ci lui deviendrait aussi nécessaire. Chaque objet volé était une pièce supplémentaire lui permettant de recouvrer la mémoire ; sans cela, il se sentait condamné à une vie d’errance dans les rues de la mégapole. Le vol redevint sa seule et unique préoccupation. Il se souciait tellement de son but, qu’il se montra à plusieurs reprises trop imprudent. Par deux reprises, il se fit courser par deux victimes dont le courroux était visible, mais surtout audible. Par chance, et grâce à son agilité et à sa vitesse, il parvint à les semer et à éviter les mains qui voulaient le saisir ou les corps qui voulaient lui faire barrage. Il retrouvait peu à peu ses réflexes de Chat’p’hardeur.

Mais bientôt, ce petit banditisme ne lui apporta plus rien. Vêtements, portefeuilles, bijoux, sac à main, marchandises de supermarchés… tous inutiles ! Un soir, il posa son regard sur le butin qu’il avait amassé ; et quel trésor ! Un ramassis de babioles qu’il fit voler d’un revers de bras et qu’il écrasa avec ses pieds. Il se jeta ensuite au sol et pris d’une fureur folle, il se mit à déchirer les vêtements, à briser les chaines des bracelets et colliers qui avaient le malheur de finir entre ses doigts, éventra les poches et les sacs, déchiqueta tout ce qui lui tombait sous la main. Son carnage achevé, il frappa le sol, se roula dans les cadavres d’objets qui jonchaient le sol, puis se mit en boule. Il pleura comme un enfant. Son œil gonflé et rouge, son nez morveux lui donnait un aspect idiot. Sa respiration bruyante était coupée par les sanglots et les reniflements. Shôta était pitoyable à voir comme à entendre.

« Que faut-il que je fasse ? Je vole quoi, moi, pour retrouver mon identité ! cria-t-il. Perdue ! Elle est perdue ma mémoire ! Je suis qui moi, d’abord ?! Pourquoi je suis là, moi, d’abord ?! Pourquoi ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? »

Shôta parvint à ses calmer, seul. Il se leva et, s’avachissant dans son canapé, il saisit le cahier qui était poser sur l’accoudoir. Il lut à voix haute.

« Shôta Masamune. 25 ans. Chat’p’hardeur. Voleur. Tokyo. Takumi-Gumi. Helena. »

Voleur. Voler. Il volait. Il volait de petites choses, pour l’instant. En volant de petites choses, il avait trouvé de petits indices sur son existence passée. La solution lui parût enfin. Simple, de prime abord.  Il lui fallait viser plus haut ; il fallait qu’il frappe plus fort encore. Mais comment faire, seul dans cette ville ? Comment s’en sortir, seul, à Pallatine, lui, redevenu voleur de bas-étage ? Il la connaissait à peine ! Seul, il ne pouvait rien. Il lui fallait quelqu’un, quelqu’un qui puisse le guider dans cette citée immense, quelqu’un qui puisse flairer le « bon coup ». Quelqu’un qui puisse l’aider. Mais qui ? Il ne connaissait personne… De plus, quelle personne honnête et censée aiderait un voleur ? Dans ces milieux-là, il n’y a que la pègre qui œuvre. La mafia… ce mot seul le faisait frissonner de dégoût ; son œil absent le faisant souffrir.

« Je pourrais collaborer un temps, puis partir, dit-il. Non… Quand on entre dans ces milieux c’est pour toujours… »

Dans un premier temps, il rejeta l’idée ; trop dangereuse, trop douloureuse. Néanmoins, il lui garda une place dans son esprit ; si rien ne se présentait, alors…

« Naitre en étant kleptomane… Tu parles d’un don ! »

Il jeta un regard noir à ses mains comme si, prises de peur, ces dernières allaient cesser leurs méfaits. Son œil disait « Arrêtez de voler, vilaines ! ». Mais son œil ne les charma point ; il n’avait aucune autorité sur elles. Peut-être que quelqu’un d’autre en aurait ? Peut-être que quelqu’un, quelque part dans cette ville, pourrait le guérir ? Seulement, s’il ne dérobait plus rien, sa mémoire…

« Bon sang, pensa-t-il, il doit exister une autre solution ! »

Sans doute. Laquelle ? Encore une question à laquelle il ne pouvait répondre. Il passa trois jours durant lesquels il s’enferma chez lui, passant du rire aux larmes en un clignement d’œil, prit de crise de rage, de panique, de pleurs. Tout était déréglé en lui. Toutes ses envies étaient contradictoires et le torturaient. Il voulait devenir un honnête homme, mais cela lui empêcherait de retrouver sa quiétude. Il voulait des réponses, il voulait retrouver la mémoire ; mais le vol commença à le dégoûté. À bout de force, ne sachant que faire, il souhaitait plus que tout au monde de l’aide. Une présence, n’importe laquelle !

Shôta se posta dans un parc non loin de chez lui, sur un même banc. Immobile, tel une statue. À côté de lui trônait une pancarte en carton sur laquelle on pouvait lire ;

« Aidez-moi »

Il ne savait quoi mettre d’autre. Alors, il attendait. Encore. Une main dressée. N’importe laquelle. N’importe quoi…

LISE ON AVAIT DIT UNE PRÉSENTATION COURTE ! TU TROUVES CA COURT ?!

Bonjour à tous ! Mon petit nom est Lise et j'espère vous rejoindre bientôt ! Je suis vieille et belge !

J'ai arrêté le RP il y'a de longs mois et cela me manquait... Donc je suis de retour, pour vous jouer de mauvais tours !

Kiss kiss à vous tous sur la fesse gauche  Cœur  

avatar
Technicien
yo
Hafiz est un iranien d’origine qui fut sauvé in extremis par son transfert à Pallatine lors de la révolution qui eut lieu en Iran et qui chassa le Shah ainsi que les étrangers. Son talent est tout simplement d’être capable de cuisiner un peu n’importe quoi et de lui donner bon goût, sans pour autant tomber dans le repas chic. Il a rejoint la diaspora des Altermondialistes en grande partie par conviction mais ne s’implique pas spécialement dedans pour le moment. Mais, depuis les évènements qui ont ébranlé Pallatine et l'attaque contre le restaurant où il travaillait, lui ont montré qu'il ne pouvait pas rester tel qu'il était. Il a décidé de reprendre sa vie en main. De se battre pour ce qu'il veut. De ne plus être une personne passive. Et pour cela il va s'endurcir. Oh il ne va pas devenir un lion mais il ne laissera personne lui marcher sur les pieds à l'avenir. Et cela commence maintenant, avec un rapprochement avec sa diaspora.
Nom de code : aucun
Avatar : Kotetsu Kaburagi

Messages : 723
Messages rp : 160
Date d'inscription : 01/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 18:20
Bonjour et bienvenue Shôta Malicieux
J'aime beaucoup ton nom de code Cœur


Spoiler:

avatar
Citoyen
Bou !
Shôta Masamune

Nom de code : Chat'p'hardeur
Avatar : Date Masamune (Sengoku Basara)

Messages : 28
Messages rp : 12
Date d'inscription : 15/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 19:02
Merci merci Cœur
Je pense que c'est le jeu de mot le plus idiot que j'ai créé, mais j'en suis terriblement fière XD
avatar
Technicien

Demi-Inuit originaire de Kaktovik, Naga a longtemps été un chantre de la culture américaine, avant d'éprouver une certaine culpabilité à l'idée d'avoir bien hâtivement rejeté la culture inupiat de sa mère. Désormais, Naga désire se racheter et trouver un moyen pour son peuple de vivre en accord avec ses traditions.
En pratique, Naga est plus un hypocrite cherchant à apaiser sa confiance qu'un Altermondialiste convaincu, mais il a toujours su se débrouiller pour éviter que quelqu'un lui en fasse la remarque...
Avatar : Sanada Akihiko.

Messages : 1034
Messages rp : 108
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 21:05
Bienvenue. I love you
Ton choix d'avatar, j'adore. Oh
Je te le dis tout de suite pour que tu ne culpabilises : ta présentation n'est pas longue du tout, elle était plutôt de taille moyenne. (oui, il y a des gens qui aiment pondre des romans ici)(dont moi) Malicieux Voilà, j'espère que tu te sens mieux.
Avant que je te valide, j'aimerais juste confirmer ton groupe. Je dirais que tu pars chez les indés ( Pleure ) mais tu as mis alter ( Cœur ) dans le groupe, du coup, j'ai un doute. Et aussi parce que j'aimerais bien t'attirer chez les alters parce que tu es bien gentil mais que j'y crois pas trop.




Spoiler:



avatar
Gangster

Je suis la fille adoptive d'Al Capone, le célèbre gangster. Je suis le bourreau des gangsters. Grâce à ma petite taille et mon bandeau à l'oeil, je fais croire aux gens que je suis une personne assez timide et sensible. Mais c'est tout le contraire je suis assez froide et pas du tout bavarde.
Nom de code : Scarlett
Avatar : Kirishima Touka de Tokyo Ghoul

Messages : 205
Messages rp : 40
Date d'inscription : 21/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 21:10
Bienvenue ♥️
Bon choix d'avatar huhu Malicieux
avatar
Recherche & Développement

hiraeth :: a homesickness
for a place which never even existed
a été créé à partir de cellules souches ♡ dents de requin & cheveux rouges ♡ curieux de tout et surtout de l'inutile ♡ complètement innocent, apprend la vie ♡ hyperactif & malhabile (ok c'est un boulet) ♡ fana de biologie ♡ adore apprendre & a encore beaucoup à découvrir ♡ n'a aucune notion des normes sociales ♡ adorable & naturellement gentil ♡ s'inquiète de tout mais ça ne l'empêche pas d'agir sans réfléchir ♡ se trompe parfois dans les mots qu'il utilise ♡ a du mal à s'exprimer, à se faire comprendre ♡ angoisse d'effrayer les gens avec son sourire de canines ♡ petit ouragan qui risque de bousculer bien des choses

Nom de code : scylla
Jukebox : atlas hands
Avatar : matsuoka rin + free!

Messages : 270
Messages rp : 61
Date d'inscription : 16/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 21:39
ohhh du sengoku basara !
le nom de code va bien avec son oeil perdu ehhhhh, et vas-y s'il y a un organisme à écouter pour les souvenirs et tout c'est l'institut wsh (a)
bienvenue par iciiiii ♥
avatar
Citoyen
Bou !
Shôta Masamune

Nom de code : Chat'p'hardeur
Avatar : Date Masamune (Sengoku Basara)

Messages : 28
Messages rp : 12
Date d'inscription : 15/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Jeu 15 Sep 2016 - 22:14
Tout d'abord : Merci à tous Cœur

Je vais essayé de répondre à chacun dans l'ordre *organisatiiiion*

Naga : NE ME METS PAS AU DEFI DE L'ALLONGER SINON JE LE FAIS. Sérieux, c'est le modèle raccourcit là ;_; J'voulais mettre des fragments de mémoire... MAIS J'VAIS LES CACHER COMME CA ILS SERONT PLUS DURS A TROUVER 8D En effet, j'voulais démarrer comme indépendant *çafaittellementpro* et rejoindre un groupe par après... tout dépend des propositions de chacun et tout dépend de qui sera manipuler au mieux le ptit Shôta 8D Mais je vais changer la couleur. J'pensais l'avoir fait, mais nan, le générateur ne m'aiiime pas - il m'a trop vu sur une soirée, c'pour ça ;_;

Alessia ; Merci, je te retourne le compliment  Brille Première fois que je vois Misaki en avatar, c'troop bien  Brille

Hiraeth : Ouiii  Cœur Mais avec autant de perso, j'étais étonnée qu'il ne soit pas déjà pris :o C'est une tentative de recrutement ? xD
avatar
Aces

il était un de ces monstres qui sommeillent dans vos placards d'enfance. un homme brisé par l'existence, qui s'était réfugié dans un personnage pour annihiler ses souffrances. et pour seung joo, le temps passa. c'est désormais un garçon capable de s'adapter, et qui de plus en plus s'adoucit. la violence qui l'environne s'apaise progressivement. bientôt, croit-il, il trouvera l'équilibre qui lui offrira la clé du bonheur.
Nom de code : trauma (+ sneug pour ceux qui ne savent pas prononcer son prénom)
Avatar : kaneki ken

Messages : 1232
Messages rp : 130
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Ven 16 Sep 2016 - 16:22
Bienvenue ! Je confirme, ceci n'est pas une fiche longue. Malicieux
Naga devrait bientôt passer te mettre ta couleur, pardon pour le retard, ce fut une longue journée pour elle, mais ça vient, promis. I love you


avatar
PNJ

Compte PNJ - responsable des intrigues, des partenariats et des validations, à contacter en cas de besoin.
Messages : 967
Messages rp : 107
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 17 Sep 2016 - 9:46
Alors si tu veux rejoindre un groupe après, je ferai tout pour t'attirer chez les Alters.
Bon, plus sérieusement, ton personnage a un sacré potentiel. C'est vrai qu'il est un peu craintif et pathétique pour le moment, mais j'ai l'impression qu'il peut très vite devenir très badass s'il retrouve ses souvenirs. Je ne doute pas que tu trouveras quelqu'un qui s'arrêtera devant ta pancarte. Malicieux Excellente idée, d'ailleurs, la pancarte. Ne serais-tu pas un peu sadique avec ton personnage ?
Bienvenue chez les indépendants, donc, en espérant que ton parcours ici t'amènera loin. I love you

   

Shôta Masamune

a reçu son permis de séjour à Pallatine

icon 100*100

Ce permis de séjour vous donne le droit de résider à Pallatine, de trouver un emploi et d'appartenir à une diaspora. Il atteste que vous êtes apte à vivre par vos propres moyens en ville. Nous vous rappelons que ce permis est obligatoire pour toutes vos démarches administratives auprès de l'Institut.

   Si vous trouvez cette carte, merci de la déposer à l'Institut.

Informations à fournir dans les plus brefs délais.

   - Votre adresse
   - Votre nom de code
   - Votre profil chronosrep.net
   Facultatifs :
   - Vos textes libres
   - Vos recherches de rp

Sachez que :
   - Votre avatar est automatiquement ajouté au bottin lorsque vous êtes validé(e), mais pensez à vérifier tout de même que l'ajout a bien été réalisé.
   - Vous devez en revanche recenser votre nom de code dans le sujet adéquat.
   - Vous n'avez pas de fiche de lien à proprement parler : vous pouvez ajouter tous vos liens dans votre profil, champ relations. Pour faire une demande, c'est par MP, dans les petites annonces ou via les réseaux sociaux.

avatar
Citoyen
Bou !
Shôta Masamune

Nom de code : Chat'p'hardeur
Avatar : Date Masamune (Sengoku Basara)

Messages : 28
Messages rp : 12
Date d'inscription : 15/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le Lun 19 Sep 2016 - 18:50
Oui, le sésame tant attendu Cœur Merci Cœur

Généralement, soit je suis sadique avec mes personnages, soit c'est eux qui le sont avec le reste du monde Mwahaha
Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Voir le sujet précédentVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum