top 1top 2top 3votez pour nous, et n'oubliez pas d'entrer votre pseudo !
Naga
Naga Umiaktorvik
rex fondateur
indisponible
Seung Joo
Seung Joo Hwang
fondapatate
indisponible
Locke
Locke Melborn
modérateur
dc: stella
disponible
Namaiki
Namaiki Ikazuchi
modérateur
disponible
bannière
gif

Chronos Republic

Pallatine, la ville qui existe en dehors de notre monde, se dérègle. Depuis quelques temps, la métropole aux diasporas est en proie à d'étranges phénomènes. Le temps est perturbé, comme si quelque chose n'allait pas. N'avez-vous pas eu l'impression que le temps se figeait, ou au contraire passait un peu trop vite ? (en savoir plus)

Nouveautés
04.04 Nouveau système de compétition + nouvelle intrigue. (plus d'infos ici)
28.02 Installation de la version 3. (plus d'infos ici)
16.11 Installation de la version 2.5.
Période de jeu : janvier à mars 2016. Des perturbations temporelles ont commencé à faire leur apparition. Serait-ce dû aux disparitions qui ont eu lieu l'année dernière ? Quelle est la raison de de ces nouveaux problèmes ? Vous ne le savez pas, mais votre vie à Pallatine est peut-être menacée.

I dont wanna set the world on fire | V A D I M

avatar
Personnage : Malfrat muet à qui le crime profite bien trop, fils d'une époque sauvage ; ses principes sont bien là, mais si fragile qu'un peu de sang versé sur le bitume et une dent ébréchée pourrait lui faire perdre toute civilité.

Timide, c'est la gêne que créé l'autre chez lui qui l'empêche vraiment de s’acclimater au genre humain ( Mais il essaye, le garçon, dieu sait qu'il essaye ).
Nom de code : Morse
Avatar : Corvo Attano - Dishonored
Messages : 12
Messages rp : 2
Date d'inscription : 29/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
L'Hirondelle
posté le Lun 29 Mai 2017 - 18:27 (1)
Vadim

Vadim Radzianko

feat Corvo Attano - Dishonored | art by rebelflet, edit by me ♥

Caractère

Vadim

Histoire

Tu te souviens de ta tête qui heurte le bitume – un bruit sourd et désagréable. Puis, comme la logique le veut dans ce genre d'histoire, plus rien, le néant, le noir totale. Tu as 8 ans quand ta vie bascule – une maudite lésion cérébrale, diront les médecins, un choc tout bête qui entraîne des conséquences lourdes – Tu plonges dans une mer de silence, tes cordes vocales paralysées pour de bon ( ton père te dira qu'il valait mieux ça que ne jamais se réveiller ). En un sens, il a raison, et dans ton malheur, tu récoltes le peu de chance que le monde te doit bien après ça : Pauvre petit gars de Manhattan, issu de ce peuple d'immigrants venus des terres froides, toi ce qu'on te demande, c'est pas de parler ni d'utiliser ta tête – on veut tes bras, ta force, ta violence à l'état brut. Et tu le sais, un jour, ce silence te revaudra bien toutes ces années passées à être incapable de chanter les airs que tu entendais à la radio.
Mais ta mère, elle, elle n'oublie pas. Il y a quelque chose d'amer qui remplit son cœur – pas envers toi, mais ton frère (  celui qui avait les bras tendus et qui t'avais juré qu'il te rattraperait. Celui qui t'a laissé tombé sur le sol froid des docks ). C'est une colère dont elle t'a déchargé, il faut croire, car tu ne lui en a jamais voulu, ni à lui, ni au monde. De toute façon, tu n'as jamais été un enfant rempli de haine, au contraire. Toujours dans la lune, hésitant et sensible. Un bon garçon, tout ce que n'a jamais été ton aîné. C'est sûrement pour ça qu'elle l'envoie loin de toi, travailler dans un autre quartier pour une usine qui fabrique des pièces de voitures – ' pour lui apprendre la vie' disait ton père, familiarisé avec ces journées inhumaines de travail. Mais ton frère n'a jamais été du genre à retenir ses leçons.

La seule chose dont tu te rappellera de cette période, c'est le foulard dans les cheveux des femmes qui priaient, et à quel point il te manquait.


Les années passent, tu grandis – et surtout, oui, surtout, tu deviens bête. Pourtant tu t'es plié à toutes les règles de société et, bien que tu n’aies pu poursuivre ta scolarité comme un enfant normal, tu as toujours eu soif de connaissance. Mais voilà, tu as envie d'autre chose, un changement qui pourrait foutre un bon coup de pied dans toute cette fourmilière – parce que pour une fois, en dix-sept ans de vie, tu veux que quelqu'un paie.  Tu veux que quelqu'un passe à la caisse pour une rage que tu n'as jamais nourris durant toutes ces années et qui, comme tes premiers amours, est née subitement. Mais dans le fond, tu sais d'où viennent de telles inspirations : Ishmaël, ce frère absent de tes journées, Ishamël, se frère qui, tu dois le sentir, revient bientôt.

Pas de fête quand il débarque à la maison, c'est la douche froide – ton père sort quand même l'eau de vie, histoire de marquer le coup. Mais toute la nuit, il n'y a que vous deux, en tête à tête dans cette petite cuisine de banlieue. Et il te parle du passé, mais surtout du futur, et ça, ça allume une étrange lumière dans tes yeux : il a entre les doigts l'allumette qui va mettre le feu au poudre.  Parce qu'il dit qu'il connaît ce type qui refourgue de l'alcool aux Speakeasies, tu t'embarques avec lui dans une aventure qui va vous coûter gros.

Du temps, il en faut pour qu'ils te fassent confiance, mais ton silence rassure les plus inquiets : jamais tu ne balanceras un secret de vive voix, ça, c'est sûr. Alors, au début, on te confie quelques petites tâches, de la surveillance notamment. Tu te tiens comme une sentinelle là où les caisses d'alcool arrivent, silencieux. Toujours silencieux.
Ils mettent en place un code avec toi – tu ne peux pas hurler si les condés arrivent, n'importe quel cri vite étouffé dans les limbes de ta gorge – du Morse. Tu tapes trois coups. Tout le monde détale. C'est tout bête, juste trois coup, mais rien que ça, ça rend ton frère fière ( et ça fait pleurer ta mère ).

Et les années passent, rapidement, parce que le temps à Manathan, d'après certains, ne s'écoulent pas de la même façon : ici, les gamins deviennent des hommes si vite, les bons garçons, des gangsters ; Et un beau jour, on les appelle Al Capone, Siegel ou Masseria. Mais jamais ton nom ne servira jamais à donner ses lettres d'or aux petits malfrats d'Amérique : toi, tu travailles dans l'ombre. Et en un sens, ça te plaît. Tu n'aspires pas aux grandes choses de ce monde, pas comme Ishmaël. Tu veux le suivre, c'est tout, et peut-être vivre un quotidien moins tracé que celui qui t'était destiné.  Alors, même si tu vois le mal, toutes ces choses que la bienséances condamne, toutes ces choses qu'on t'a dit de ne jamais nourrir – comme un feu sur lequel tu jetterais toujours plus de gazole pour admirer sa lumière -  tu acceptes. Et acceptes. Et acceptes. Et acceptes, encore, et inlassablement, ce contrat dans lequel tu te perds. Et au bout du tunnel, il n'y a plus de haine, plus de vide à remplir : les choses sont comme elles sont. Que tu sois d'un côté ou de l'autre de la justice, ça ne change rien, parce que flics comme bandits, vous courrez tous après un idéal de justice déformé.
Des fois tu te demandes s'il y a autre chose, quelque chose qui va plus loin que ça. Appuyé contre ces portes froides de hagard, à attendre que le crime se fasse, à parfois te battre avec ceux qui essayent de vous concurrencer, tu te demandes si tu changerais quelque chose à ta vie si on t'en donnait la chance. Il y a d’ailleurs quelques jours, une des mules qui transporte le whisky t'as posé cette question simple, mais qui pourtant résonne encore en toi comme une mélodie usée : es-tu vraiment heureux ? Une interrogation si saute, sous couvert d'une innocence infantile, sortie de nul part, comme une balle qu'on t'aurait tiré dans le dos. Tu n'as rien répondu, alors depuis, chaque nuit, tu rejoue la scène, te privant de sommeil comme si cela t'aiderais à être toucher par la grâce.

Voilà ta faute : la maladie de la lune, comme tu aimes la surnommer dans tes pensées. Tu passes tes sommeils debout, à regarder cette sphère au milieu des étoiles et tu rejoues la scène de ta première stupeur. Tu rejoues tes amours vieux de trois ans mais fanés depuis bien longtemps, tu rejoues toute l'histoire de ta vie en cherchant pourquoi, ou et comment se forme le regret. Pourtant, tu es sûr de n'en avoir aucun, la joie marquant chacun de tes jours . Et si c'était autre chose ? De la curiosité.

Aujourd'hui, tu t'es endormi contre les portes de fer. Une courte sieste qui s'est terminée au poste de police ( ce n'est plus de l'alcool que tu fais passer jusque dans les verres, ce sont des âmes que tu achemines jusque dans les rues ). Seul, toi et tes menottes aux poignets, un frère perdu qui a sûrement dû courir  plus vite que les autres, tu écoutes en silence les questions des officiers. Un crayon dans la main, un petit bout de papier sur le bureau, tu ne remplis aucune ligne.  Fraternité et fidélité jusque dans la mort, tel est votre devoir.
Tu es donc, comme tu t'y attendais, jugé, un avocat commis d'office s'occupant pitoyablement de ta défense. Bien sûr, tu n'es ni acquitté, ni relâché – mais tu n'écoutes pas pour autant ta sentence ( à quoi bon ). Derrière les barreaux, tu préfères ne pas penser à ta liberté, ça te ferait trop mal, alors tu imagines une autre vie. Tu te fait à la prison, ses gardes et ses âmes qui pullulent ( perdues, comme la tienne ).  Dans le fond, ce n'est qu'un quotidien comme un autre, un que tu t'efforces d'apprécier.

Tu aimerais être ailleurs ? C'est cette voix, la même qu'il y a quelque mois, semble parler. Le visage d'un agent de sécurité, bien trop familier pour que ce ne soit qu'une coïncidence te regarde avec la pitié d'une père. Tu souris calmement, et acquiesce.

Un bruit sourd et désagréable. Puis, comme la logique le veut dans ce genre d'histoire, plus rien, le néant, le noir totale.


Une pièce, de la lumière blanche. Tu as peur, mais tu ne dis rien. Tout vas très vite. Maintenant tu sais. Ils te parlent, t'éduquent. Encore une pièce et de la lumière blanche. Des test. Un autre, et des questions qui reviennent encore et toujours. Puis un examen, et un choix : veux-tu d'une nouvelle vie ? Tu pourrais être tout ce que tu veux, tout ce que tu n'as jamais été. Tu pourrais changer de destin, faire de ta vie une oeuvre. Tout ce que tu veux. Mais est-ce vraiment possible ? Tu hésites, presque apeuré par le changement ( il est si soudain ). Et puis, que sais-tu vraiment faire, à part tout ce que tu as été créé pour ?

Fraternité et fidélité jusque dans la mort, tel est votre devoir. La curiosité ne l'emportera jamais sur les liens du sang et de l'esprit. Gangster tu étais, gangster tu resteras.

aIIIIGHHHT; Moi c'est Justine, dit Ramdame, mais vous pouvez m'appeler comme vous voulez. j'ai ( très très bientôt ) 22 années au compteur et je suis passionnée d'écriture et de dessin. Je reprends un peu le rp français après avoir sillonné les communautés anglaises, donc me voici me voilà. Sinon, encore bravo aux fondos, admins, modos, etc... Pour ce fo parce qu'il est sublime est tellement complet ♥ Love love sur vous.

avatar
DE CE VIOLET TRISTE DU NOM D AMÉTHYSTE
Personnage : Sara est la douceur incarnée et le visage angélique de l'institut Svensson ; arrivée paraplégique suite à une mauvaise chute, elle est privée de ses jambes et bénéficie des dernières technologies trouvées par l'Institut ; elle en fait la promotion à chaque sourire, à chaque fois qu'elle respire ; légende urbaine, tout le monde connaît la Princesse Améthyste ; on la prend surtout pour une pauvre gamine qu'il faut aider -parce que personne n'aimerait être à sa place ; ne s'offusque de rien et tait toutes ses envies pour garder une image parfaite ; joue le jeu pour permettre à l'Institut de mieux avancer.
Nom de code : Princesse Améthyste
Avatar : Nunnally :: Code Geass
Avatar IRL : Alycia Debnam Carey
Messages : 319
Messages rp : 59
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Arrivées & Éducation
posté le Lun 29 Mai 2017 - 18:37 (2)
ok ok okokook déjà je te vole un lien avec sara parce qu'il y a tellement de potentiel de feels ok entre vadim qui n'a plus que son corps pour parler et sara qui n'a que les mots pour s'imposer je
sinon ce qui est déjà posté est tellement fluide et joli et clair et hhhhh. je hurle même si ça ne se voit pas
b i e n v e n u e ♥

_________________



avatar
Personnage : they say when you go up peak thirty-three
you find out what keeps you warm
you realize how precious it is.

it was gone now.
Nom de code : //
Avatar : Viktor Nikiforov - Yuri!!! on Ice
Messages : 97
Messages rp : 42
Date d'inscription : 21/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Membre
posté le Lun 29 Mai 2017 - 19:30 (3)
je te jouerai une ballade triste pour guérir ton coeur

_________________

» But the old woman said to her, “It means nothing to you, our suffering. We are just mortals, and you are reborn eternally. Everyone around you dies. Every time. It was too late for me when you entered my tent. Woe to those you love.” «

avatar
/
Personnage : Né dans une montage des monts Hanghai en Mongolie - peuple nomade fuyant la tiranie des maîtres des terres - a apprit à chasser dès son plus jeune âge, à l'arc puis au fusil - a quitté son peuple pour voyager et vivre seul - s'est fait enrôlé par les Mandchous pour participer à la Révolte des Boxers en 1900 - y a échappé grâce aux soulèvement du mouvement indépendantiste - a participé à plusieurs actions mais s'est fait recruter contre son gré la même année.

Entré chez les gangsters car ils l'ont attrapé les premiers - tueur à gage ou traqueur refusant la plus part du temps les propositions, ne travaille comme tueur qu'en cas de nécessité ou lorsqu'il juge son action "louable" dans une certaine mesure - possède un petit restaurant (Ūlynn) qu' il gère seul où il confectionne aussi ses propres thés pour les vendre - hait l'institut et ses employés.

Jeune homme doux de nature, simple et bienveillant - Toujours poli et bien sur lui - Parle avec un léger accent assez charmant - aime les femmes, les femmes l'aiment souvent en retour -
Nom de code : Le chasseur
Avatar : Ashitaka - mononoke hime
Avatar IRL : /
Messages : 43
Messages rp : 14
Date d'inscription : 01/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Gangster
posté le Lun 29 Mai 2017 - 20:09 (4)
OOOOoooh. J'aime le fait qu'il soit muet et qu'il ne soit pas dévoré par la haine dès le départ ! on verra dans la suite comment ça évolue, mais on dirait qu'elle va monter petit à petit ! Cœur Il a l'air d'avoir malgré tout un côté très doux et soigneux. mais peut-être que je me trompe ?

BIENVENUE À TOI ! Youpi
avatar
Personnage : mirai te regarde avec cette angoisse dans les yeux. angoisse voilée derrière un rideau sulfureux, rêche et capricieux. dis-toi que les insultes qui pleuvent de sa bouche ne sont pas sincères ; seulement amères. la rupture tranchante des rencontres vaut mieux que le rejet authentique. celui qui ramène à la surface vingt ans de solitude armée, entre le ciel et la terre. vingt ans d'errances sans ancres. vingt ans d'attente qu'il doit reconstruire à la petite cuillère.

alors question d'oublier ; laissez-le

e x é c r e r.
Nom de code : transe
Jukebox : nightsdaysmindheart
Avatar : kashuu kiyomitsu
Messages : 17
Messages rp : 3
Date d'inscription : 25/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Aces
posté le Mar 30 Mai 2017 - 5:59 (5)
............
ok ok ok ok ok
jtm jtm jtm
je t'écrirais dix-mille poèmes
façon baudelaire
façon verlaine
des textes comme voltaire
avec un parfum de verveine
t'es trop beau, je pleure
trop humain, trop brisé
dis, laisse-moi t'aimer jor, vrmt vrmt vrmt
ok ok ok ok je me calme

mais bienvenue hein, tant de caractéristiques magnifiques, à exploiter avec richesse et une histoire, certes, pas encore achevée, mais qui respire de ses mots déjà. dis, t'as lu Sale temps pour les braves de Don Carpenter ? il y a dans ton début d'histoire une essence semblable à ce roman, c'est juste du bonbon aux yeux.
et puis et puis, je le redis comme les autres, mais l'exploitation d'un handicap c'est vrmt vrmt intéressant.

et puis t'as corvo comme avatar et t'es russe, c'est jor... ma vie. marry me please. entre wiwi qui me vend du rêve et toi, je peux mourir heureuse.

bref, t'es magnifique comme le forum et j'ai hâte de voir la suite.

bienvenue. ♥
(omd j'ai jamais fait un post de bienvenue si gros... m'en veux pas. et je devrais faire ma fiche, mais tu m'as tapé dans l'œil if u know what i mean. /pls)
((en vrai je kyatte encore, mais je vais t'effrayer alors j'me calme))

edit : et merci, tu m'as fait découvrir ce qu'était un ashkénaze en opposé à un séfarade (je connaissais ce terme, mais pas ashkénaze)
avatar
Personnage : Malfrat muet à qui le crime profite bien trop, fils d'une époque sauvage ; ses principes sont bien là, mais si fragile qu'un peu de sang versé sur le bitume et une dent ébréchée pourrait lui faire perdre toute civilité.

Timide, c'est la gêne que créé l'autre chez lui qui l'empêche vraiment de s’acclimater au genre humain ( Mais il essaye, le garçon, dieu sait qu'il essaye ).
Nom de code : Morse
Avatar : Corvo Attano - Dishonored
Messages : 12
Messages rp : 2
Date d'inscription : 29/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
L'Hirondelle
posté le Mar 30 Mai 2017 - 17:00 (6)
Oh oh oh oh je sais pas si j'ai le droit de vraiment flooder sur ma fiche mais vous êtes tellement Choupichat™ Il faut que je vous réponde Malicieux

Sara | JE DIS OUI. CENT FOIS OUI. Entre ça et les milieux dans lesquels ils évoluent, j'aime le fait que leur différences aient cet effet miroir, et qu'au final, ils se ressemblent plus qu'ils ne le pense. J'en pleure d'avance ( ça va être beau wesh ) Et au passage merci bien, tu remplis mon petit cœur de joie avec ces compliments msoieriurhg ♥

Samuel | Je n'accepte les balades triste pour guérir mon cœur que sous forme d'arrangement de Clair de lune par Debussy ( JK fait moi rêver )

Yaru | OH MON DIEU TU AS ASHITAKA EN AVATAR JE HURLE Merci merci pour toi ♥ ET je vois que tu l'as déjà bien cerné ! effectivement, il se perd un peu dans une colère qui n'est même pas la sienne mais revient vers à ses racines de bon gros gentil ( comme on dit, le naturiste revient toujours un bungalow )

Mirai | Je suis toute émotionnée devant ce commentaire, oh my god, tant de bonté en toi jeune personne Pleure  MERCI MERCI. C'est vraiment tout ce que j'ai à dire parce que je ne sais quoi dire d'autre, mais oh my MERCI. Et yes j'adore Don Carpenter donc je prends ça comme un très gros compliment dont je me rappellerais parfois à 3h du matin pour me booster l'ego ( ce qui fait fort du bien des fois ). Et je vais faire de mon mieux pour ne point vous décevoir avec le reste de ma fiche ahahahhaaaaaaaaaaaaaaaaa. Et je t'en prie pour l'info, ça me fait bien plaisir.
En tout cas love sur toi et bon courage pour ta fiche ausis ( que je vais m'empresser d'aller lire OH OH OH OH Youpi )
avatar
Personnage : -
Nom de code : trauma (+ sneug pour ceux qui ne savent pas prononcer son prénom)
Avatar : kaneki ken
Messages : 1132
Messages rp : 118
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Aces
posté le Mar 30 Mai 2017 - 17:55 (7)
J'attendais avec impatience que tu postes, et j'ai vu tout à l'heure que tu l'avais fait hier. Arrow bref bravo moi, j'assure.
Ton personnage est parfait. Tombe Je n'ai lu que l'histoire mais wow. Oh Déjà, c'est super bien écrit. En plus j'ai tjs eu envie que quelqu'un joue un perso ashkénaze ou dans le genre alors je dois te dire que je suis aux anges.
Je laisse Naga te valider, mais sache que je t'envoie déjà beaucoup d'amour. Cœur

_________________
(signature à refaire omg)
avatar
Personnage : Compte PNJ - responsable des intrigues, des partenariats et des validations, à contacter en cas de besoin.
Messages : 843
Messages rp : 95
Date d'inscription : 29/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
posté le Mar 30 Mai 2017 - 19:50 (8)
Alors déjà bienvenue, je suis dans le même cas que Sneug je n'avais pas vu que tu avais posté alors que j'attendais ta fiche avec impatience depuis le moment où j'ai vu ton profil. Enfin, stop les excuses, et passons aux choses sérieuses.
Vadim a du succès, et je comprends pourquoi, cette douceur et cet attrait pour la beauté qu'il cache derrière ses airs de grosse brute muette. Le contraste est saisissant, ça fait du bien d'avoir des gangsters avec des valeurs. Mais j'aime aussi beaucoup sa relation avec son grand-frère, un être tout à fait infâme que j'aimerais beaucoup voir à Pallatine    
Oh et le choix de ses origines est magnifique, vraiment.  Brille

Bienvenue chez les rouges.  I love you  N'hésite pas à envoyer un message à Earl et à Edvige, le videur et la nouvelle cheffe de l'Hirondelle, pour leur demander un lien, si jamais ils n'ont pas remarqué ta présence, ça leur fera plaisir.  I love you  

Vadim Rodzianko

a reçu son permis de séjour à Pallatine

icon 100*100

Ce permis de séjour vous donne le droit de résider à Pallatine, de trouver un emploi et d'appartenir à une diaspora. Il atteste que vous êtes apte à vivre par vos propres moyens en ville. Nous vous rappelons que ce permis est obligatoire pour toutes vos démarches administratives auprès de l'Institut.

Si vous trouvez cette carte, merci de la déposer à l'Institut.

Informations à fournir dans les plus brefs délais.

- Votre adresse
- Votre nom de code
- Votre profil chronosrep.net
Facultatifs :
- Vos textes libres
- Vos recherches de rp

Sachez que :
- Votre avatar est automatiquement ajouté au bottin lorsque vous êtes validé(e), mais pensez à vérifier tout de même que l'ajout a bien été réalisé.
- Vous devez en revanche recenser votre nom de code dans le sujet adéquat.
- Vous n'avez pas de fiche de lien à proprement parler : vous pouvez ajouter tous vos liens dans votre profil, champ relations. Pour faire une demande, c'est par MP, dans les petites annonces ou via les réseaux sociaux.

avatar
Personnage : Malfrat muet à qui le crime profite bien trop, fils d'une époque sauvage ; ses principes sont bien là, mais si fragile qu'un peu de sang versé sur le bitume et une dent ébréchée pourrait lui faire perdre toute civilité.

Timide, c'est la gêne que créé l'autre chez lui qui l'empêche vraiment de s’acclimater au genre humain ( Mais il essaye, le garçon, dieu sait qu'il essaye ).
Nom de code : Morse
Avatar : Corvo Attano - Dishonored
Messages : 12
Messages rp : 2
Date d'inscription : 29/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
L'Hirondelle
posté le Mer 31 Mai 2017 - 17:00 (9)
Encore une fois je ne sais pas si je peux répondre ici après avoir été validée, mais trop de choupinitude donc je me risque à ça ( et de toute façon ce sera mon dernier message sur cette fiche ) Brille

Seung | Merci à toi, ça me fait super plaisir de voir que tu as apprécié ! Je suis super touchée et contente de voir qu'on aime la diversité des origines pour les perso ici OHOHOH. Et pas de soucis, vous avez été hyper réactifs, ne t'excuse pas pour ça ♥

Aeon ( donc Naga je présume ) | APMOIhIUEHugfuzehf Merci, bien trop de love sur toi pour tous ces compliments ( et comme pour Seung, ne vous excusez pas, vous êtes hyper efficaces ! Et puis même si ça n'avait pas été le cas, c'est pas grave du tout ). Et indeed, je compte bien proposer Ishmaël en predef ( si la chose est possible bien sûr Mwahaha )

Merci à vous encore une fois ♥♥
( <-- je laissse ce smiley là juste parce que je le trouve trop drôle. Je vais l’appeler jean-michel )
Contenu sponsorisé
posté (10)

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum