bannière

« Ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours... »

Forum urbain sf/historique avec paradoxes temporels
Avatars manga/illustrés, taille 200x320px - Forum tout public
Aucune limite de lignes ou de mots - Aucune condition d'activité
Lire le contexte

Partagez

La Gazette de Pallatine - avril 2017

avatar
PNJ

PNJ destiné à nos merveilleux volontaires. N'envoyez de MP que dans le cadre de la Gazette, s'il vous plaît.
Messages : 26
Messages rp : 14
Date d'inscription : 15/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le Sam 1 Avr 2017 - 0:07

La gazette de Pallatine

1er avril 2017 ▬ Bodycarp Inc. presents

Oui, ce jour ne pouvait mieux tomber – que voulez-vous, ici à Pallatine, le calendrier lui-même se plie en quatre pour se mettre au service de la Gazette et vous offrir non pas un poisson d'avril (c'est tellement surfait), mais bien un canard d'avril ! Parce que l'on aime se démarquer des autres, voyez-vous, et que l'on vous aime, alors on espère que ce qui suit vous laissera scotchés.


Quand ils arrivent en ville ♫

Le printemps est de retour et dans les lacs et les océans, de nouvelles espèces ont fait leur apparition ! Entre les chondrichtyens, les ostéichtyens et les agnathes – à vos souhaits –, vous aurez de quoi remplir vos paniers si vous vous rendez à la pêche aux liens ou aux rps. Pour sûr, leurs écailles chatoyantes et leurs superbes nageoires n'ont pas fini de vous faire rêver ~



Camil Boyle Personne ne connaîit Camil Boyle. Même l’Institut n’a pas réussi à percer ce qu’il est au plus profond de lui. Il est vu comme un gentil animal bien obéissant. Camil a appris à simuler ses sentiments. A cacher ce qu’il est. Son passé lié à la guerre au Proche-Orient le hante aussi. La violence est une partie de sa vie. Méfiez-vous de l’eau qui dort.


Celeste P. Saltarelli C’est une femme pleine d'amour. Elle chérit la vie plus que tout. Elle est de ces personnes qui n'hésiteront pas à vous aider si vous vous sentez le besoin de vous confesser. Mais sachez qu'elle garde un secret. Une partie de son cœur lui a été arrachée quand on lui a retiré son fils à peine né. Au fond d'elle, elle espère le retrouver ici, à Pallatine. L'avenir nous dira son rêve se réalisera.


Donatello Conte Croupier au Bling Fallen, Donatello a appris de ses erreurs de jeunesse. Il a compris le fonctionnement de Pallatine, à savoir : faire les choses en groupe. Bien qu’étant un membre des Gangsters, Donatello reste tout de même un joyeux luron qui aime la vie. D’ailleurs, n’attendez rien en particulier de lui, car ce qu’il veut, c’est vous surprendre.


Ewa Knapik Née en Pologne, fille de maréchal-ferrant et de paysanne, elle a travaillé aux champs afin de soutenir sa famille, avant d'émigrer en France. Trop fière pour plier envers qui que ce soit, trop bonne vivante pour ne pas éviter la mort qui guettait en 1940, elle fuit à Pallatine. Ce sont désormais autant les informations que les spiritueux et autres cocktails (et oui, bon, les regards en direction de son décolleté) qui transitent au-dessus de son comptoir au Bling Fallen.


H. Sveinn Arnbjörnsson Il n’est pas évident de décrire Sveinn. Il peut sembler à bien des égards paradoxal. Il ne joue pas au même jeu que nous. Il a ses propres règles. Ses pensées sont un plateau d’échec grandeur nature. Il calcule ses coups en avance. Il essaye d’aller toujours plus loin, même quand cela peut paraître impossible. Et pourtant, c’est quelqu’un qui vit véritablement sa vie comme il l’entend. Certains diront qu’il est libre. D’autres le traiteront de fou. Dans les deux cas, il est, un point c'est tout.


Stella Lindberg Contrairement à ce que l’on peut imaginer, Stella vient d’un futur qui a connu un grand retour en arrière au niveau sociétal. Son armure chevaleresque et sa fidèle épée en sont le meilleur exemple. Cette jeune femme a encore beaucoup de mal à s’habituer aux us et coutumes de Pallatine, mais sa curiosité la pousse à se donner à fond. Elle continuera cependant de suivre son propre code d’honneur.


Toad Petite main pour n’importe qui tant qu’on y met le prix, Toad n’en est pourtant pas moins un ado hors du commun. Il est bien conscient de son état physique et du dégoût qu’il peut provoquer. Mais il ne veut pas de la pitié des autres. Il souhaite simplement que les autres l’acceptent comme lui s’est accepté. Alors oui, parfois il cherchera la bagarre à ceux qui le dévisagent d’une façon qu’il n’apprécie pas, mais se battre, c’est vraiment pas ce qui le rend heureux. Les bandages qu’il porte peuvent paraître étrange, mais ne lui posez pas de question à ce sujet non plus.


Winnie Shawaï Il a de l'ours les airs revêches et la droite lourde ; tout juste sorti de la période d'acclimatation à l'Institut, et transféré par erreur, il arrive là comme un cheveux sur la soupe, à quelques années de sa retraite, à des dimensions de la vie qu'il n'aurait, au final, pas voulu quitter. Winnie était flic. Winnie aime pas qu'on l'emmerde. Winnie aime bien coffrer. Quitte à l'emmener dans ce bordel, on pourrait pas lui rendre la vue, à Winnie ? Simple proposition.


Zackary Darco Pédiatre de son état, Zackary est quelqu’un de bien. Il aime ne pas trop réfléchir et évite de se prendre la tête le plus souvent possible. C’est sûrement pour cette raison qu’il adore tant les enfants. Mais il n’est pas parfait. Déjà, il est poursuivi par quelques hallucinations régulières et a quelques problèmes de bouteille. De plus, il exprime un certain rejet vis-à-vis des femmes en raison de plusieurs épreuves traumatisantes liées à sa mère.




Capsule varia

Notre cuistot en titre n'a pas chômé depuis la Saint-Valentin, bien au contraire. Il remet le couvert et a mouliné dur afin de mettre au point une recette inédite et originale adaptée à cette journée ! Ainsi naquirent les « hafouzzas », dont on vous laisse décortiquer la composition sémantique, réalisables chez vous avec peu de moyens et propices aux déclinaisons culinaires. Testé et garanti ; c'est plus facile que de pêcher son propre poisson, si si.

Le chef Hafiz at-Tabarî vous parle:

Ingrédients (pour environ 6 poissons) :
350 g de farine (plus pour travailler la pâte par la suite)
- 2 cuillères à café de sel
- 1 sachet de levure boulangère
- 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
- 25 cl d’eau tiède

Préparer la pâte à pizza :
1- Mettre la farine dans un saladier.
Ajoutez-y le sel, la levure et l’huile d’olive.
2- Versez petit à petit l’eau tiède en mélangeant la mixture.
3- Remuez longuement jusqu’à l’obtention d’une pâte qui se détache en grande partie du saladier.
4- Laissez reposer la pâte pendant 1h dans le saladier avec un chiffon posé dessus. La pâte doit un peu gonfler.
5- Préparer votre plan de travail avec de la farine pour y déposer la pâte. Farinez également bien vos mains sinon cela risque d’être très collant.
6- Travailler votre pâte comme si vous prépariez du pain. Malaxez-la bien et faites en sorte de mettre de la farine un peu partout pour qu’elle ne colle ni au plan de travail ni au rouleau à pâtisserie. Aplatissez-la ensuite à l’aide dudit rouleau.
7- Façonnez votre pizza selon votre convenance. Au vu de la journée du 1er avril, imprimez sur une feuille l’image d’un poisson de taille moyenne et découpez son contour pour en faire un gabarit. Utilisez ce gabarit pour découpez votre pâte et lui donner la forme de poisson.
8- Ajoutez-y la garniture que vous souhaitez. Que vous soyez plutôt base crème ou tomate, végétarien ou carnivore, sucré/salé ou salé seulement, c’est vous qui décidez.
9- Une fois que c’est fait, la cuisson prend entre 20 et 30 minutes dans un four à chaleur tournante à 200°C. Vérifiez régulièrement pour éviter d’avoir de mauvaises surprises.

Petit conseil pour la garniture :
*Pour la base tomate, utilisez de la pulpe en conserve ou bien des tomates pelées en conserves. Dans le second cas, détachez des morceaux de tomates pour remplir la surface d’un poisson. Vous pourrez y rajouter du jus pour humidifier la pâte.
*Pour la base crème, utilisez une petite cuillère pour l’étaler. De même, une petite touche (très petite) de moutarde forte ajoutera un peu de saveur.
*N’hésitez pas à mettre quelques morceaux d’oignon sur la queue des poissons ou des petits légumes (maïs), car vous n’aurez pas la place de mettre autre chose.
Et voilà ce que cela donne ! Bon appétit à tous ~



L'avancement de l'intrigue

Chapitre II On le sentait venir sans vraiment s'y préparer, vaguement conscient de l'imminence d'un danger. A présent, plus rien ne pourra vous sauver : Pallatine sombre en plein vertige. Pourquoi, comment ? Tout le monde l'ignore. Seules surviennent ces étranges perturbations temporelles comme marques d'un plus grand chambardement, aléas d'une horloge à l'irrégulière foulée ; trop vite, pas assez, pétrification soudaine ou bien brutale ellipse, le temps n'est plus ce qu'il était. Et les citoyens se posent des questions sur de pareils événements. Serait-ce dû au processus des transferts ? La Terre tenterait-elle d'entrer en contact avec notre monde, provoquant à son insu ces bouleversements chronologiques ? Les hypothèses, plus ou moins farfelues, font florès. Et si la véritable explication se voulait plus sournoise encore ?
cf. Récapitulatif


Défi rp #2

Depuis le 11 mars 2017, vous avez la possibilité de participer à un défi rp, le deuxième – et sans doute pas le dernier – du forum. Pour ceux qui ne l'auraient pas encore vus, il se situe ICI et vous propose une sélection de trois contraintes variables afin de pimenter vos rps, pour le meilleur ou pour le pire (certains d'entre vous en pleurent toujours et nous ne nous en excusons pas). Bien que la compétition des points soit arrêtée pour l'instant, ceux que vous acquérez en remplissant votre mission seront enregistrés et comptabilisés à sa reprise. Vous avez encore jusqu'au 23 avril pour participer !



Trois questions à...

Pallatine n'est plus ce qu'elle était, de sorte que nous avons tenu à prendre le pouls de la Ville et la température de ses habitants afin d'en connaître davantage sur leurs sentiments. Ce mois-ci, nous donc avons reçu Princesse Améthyste, porte-parole de l'Institut Svensson, qui nous a offert l'immense honneur de répondre à nos questions :



  • Princesse Améthyste, vous avez eu vent des perturbations temporelles qui secouent Pallatine depuis le début d'année. Savez-vous comment elles se manifestent et si elles présentent un danger pour les habitants ? En avez-vous été victime vous-même ou bien votre entourage ?

P. A. : Les perturbations sont assez compliquées à exprimer, mais je crois qu'on peut tous se comprendre -personnellement, je pense à des sensations de déjà vu plus profondes, plus intenses et parfois différentes, mais d'autres ont l'impression d'avoir été inconscients quelques secondes ou encore d'être seul dans un monde figé. Je crois que ces perturbations sont très subjectives et que c'est un phénomène nouveau qu'il faut essayer de comprendre calmement. D'ailleurs, c'est ce que font les scientifiques de l'Institut : ils étudient ces phénomènes, accumulent les témoignages, s'assurent que la population est saine et sauve. Je ne pense pas qu'il y ait de danger actuellement, les effets sont surtout perturbants momentanément. Il ne faut cependant pas baisser notre garde, mais j'attends tout comme vous les résultats des travaux de l'Institut avant toute chose. Rien ne sert de paniquer prématurément, et de telles recherches prennent du temps – d'autant que, comme à son habitude, l'Institut cherche à atteindre le meilleur. Acquérir des connaissances certaines sur des phénomènes qui semblent si aléatoires, c'est un travail de fourmi. Leur but est de trouver la source des perturbations, puis de bien évidemment la mettre hors d'état de nuire. Mais oui, ça m'est arrivé ! J'étais dans l'ascenseur de l'Institut et je jurais avoir passé le premier étage, et pourtant la machine m'annonce seulement l'atteindre – autant vous dire que c'était assez étrange. C'est également arrivé à des gens de mon entourage, évidemment. Je crois que nous sommes à peu près tous touchés.

  • En tant que gestionnaire des transferts, tous les regards se tournent vers l'Institut Svensson et mettent en cause sa responsabilité. Que répondez-vous à ces accusations ? Entretenez-vous des soupçons à l'égard d'une diaspora ?

P. A. : Je vous ai déjà dit un peu plus tôt que l'Institut cherche à connaître la source de ces perturbations, ce qui laisse bien entendu supposer qu'il ne pense pas en être à l'origine. Je comprends les doutes de certains, après tout il est vrai que l'Institut Svensson est le seul habilité à gérer les transferts. Néanmoins, vous savez sans doute le nombre de procédures que chaque transfert enclenche. La sécurité de Pallatine est la priorité de l'Institut. Il ne laisserait jamais quoi que ce soit arriver à la ville qu'il a aidé à construire, mais je doute qu'il puisse exclure un mal-fonctionnement de la machine. L'Institut ne compte pas délaisser une quelconque piste, croyez-moi.
Je ne suis pas apte à soupçonner qui que ce soit, et à vrai dire, je ne sais même pas si l'origine est bien quelqu'un. Il y a bien des phénomènes naturels qui m'ont plus que surprise, des choses que nous n'arrivons toujours pas à expliquer et d'autres qui ont pris du temps. Je crois que ces perturbations en font partie et il ne faut pas être prompt à accuser qui que ce soit. La situation est beaucoup trop floue de toutes manières, le mieux est de tout faire pour mieux comprendre les choses.

  • 2016 vient de débuter. Peut-on connaître les grands projets de l'Institut pour cette nouvelle année ? Et quels sont les vôtres ?

P. A. : C'est vrai ! Et bonne année à vous si je n'ai pas encore eu l'occasion de vous le souhaiter.
L'Institut continue sur sa lancée : sciences, apprentissage et Pallatine sont les sujets sont au cœur de son fonctionnement et continueront de l'être encore. Autant dire qu'avec les perturbations, l'année commence sur des chapeaux de roues, mais ça n'arrêtera pas l'Institut, évidemment. Ces événements ne vont évidemment pas lui faire oublier ses autres priorités, envers le peuple et envers la connaissance.
Personnellement, je continuerai de tester les différents prototypes que l'Institut fabrique de jour en jour. Je le dis souvent, mais j'ai toujours espoir de marcher de nouveau un jour -et je crois bien que c'est de l'espoir que se nourrit l'Institut. J'espère continuer à être au contact de tous, d'apaiser de possibles tensions, de remonter questions et problèmes mais aussi de pouvoir y répondre par moi-même, comme mon rôle m'y assigne mais comme j'aime aussi le faire. Pour le reste, je me suis investie dans certains projets que je soutiens comme je le peux, mais vous les découvrirez en temps voulu – je ne voudrais pas saboter un travail qui n'est pas le mien, comprenez-moi, mais je vous assure que ce ne sont que des bonnes nouvelles !

Nous l'aurions bien écoutée deux heures de plus, mais d'autres activités la réclament. Dur, dur, la vie de célébrité ! En tout cas, elle ne se départit jamais de son sourire ; merci Princesse Améthyste et à bientôt pour une nouvelle interview en direct de Pallatine ~

Expression libre et petites annonces

RUMOR HAS IT : Comme toute ville qui ne se respecte pas, Pallatine est tissée de mythes urbains véhiculés par ses citoyens. Pas de Basilic dans les égouts ni de chauve-souris transgénique dans les caves cependant, mais d'étranges loups-phoques qui se transmettent de génération en génération parmi les diasporas, et dont nous vous offrons aujourd'hui quelques-uns des plus fameux. Ne vous fiez pas à leur absurde apparence ; personne n'ignore que, derrière les plus folles rhumes-heures, il vivote toujours un fond de vérité.

• Le bruit court que l'intégration chez les Geeks est la récompense d'un entraînement intensif. Cent pompes, cent abdos, cent squats et dix kilomètres de course tous les jours. Conséquence ? En plus de former la diaspora la plus badass de la Cité, ils sont aussi les premiers consommateurs de perruques à Pallatine.

Les Opportunistes cacheraient tout leur or
Au fond des souterrains, véritable trésor ;
Et celui qui voudrait, profitant de l'aubaine,
Rafler leur beaux joyaux sans craindre la déveine
Sera contraint d'offrir le célèbre sésame
Aux quarante gardiens, implacables dans l'âme,
Qui surveillent l'entrée ; c'est si bête et facile
Que personne n'essaie, et les voilà tranquilles !


Graffiti lisible sur le frontispice de l'Observatoire Pro-Progressiste de l'Office à Pourboire Objectif.

• La légende raconte que les Altermondialistes, une fois l'an et dans le plus mystérieux secret, se réunissent au cœur de la forêt afin d'y célébrer l'arbre Hydrasil. Cette cérémonie, durant laquelle ils s'adonnent à des sacrifices de pousses de bambou en dansant nus autour de grands feux, en festoyant d'hydromel et de nectar de vinaigre framboise et en inhalant de la fumée biologique à base d'herbes ou de graminées cueillies à la main, porte le nom de « Stökhabwa ».

• Si les Indépendants se sont affranchis de la Cité, c'est qu'ils l'ont depuis longtemps remplacée par une nouvelle société construite de toutes pièces dans les sous-sols. Dissimulée dans les entrailles de la terre, accessible uniquement à ceux qui en connaissent les portails, cette seconde Pallatine est leur refuge adoré. Et s'ils la gardent si jalousement, refusant d'en dévoiler l'existence, c'est qu'ils y façonnent rien de moins que... les œufs de Pâques ! Ils ont le cœur sur la main, ces Indés, en pensant aux petits – et aux grands – enfants de la surface. Merci qui pour les chocolats ?

• Il est su, dans les grands cercles, que le pire bourreau de la diaspora Gangster n'est autre que la fine jeune fille au cache-œil, qui, il y a quelques années encore, n'était que simple messagère pour le compte de son père adoptif. Cependant, rares sont ceux à connaître la réalité de la chose... Al Capone n'est plus que l'ombre de lui-même, n'est qu'un homme devenu incapable de gérer seul ses affaires, décrépit, et qui aurait laissé les rênes de son gang à sa redoutable fille. Il se chuchoterait même – seuls les fous l'osent ! – que le sinistre cyborg accompagnant parfois l'adolescente, censé n'être nul autre que le pire exécuteur gangster, ne serait pas là pour la protéger, mais pour retenir ses accès de fureur destructeurs.

• L'on a entendu dire que les Aces de l'Iwasaki, pour arrondir leurs fins de mois et écouler les stocks de leurs plantations arrivant à péremption, recyclent les restes afin de fabriquer de la fausse monnaie. C'est tellement écolo-bio-bobo qu'eux-mêmes ont honte de l'avouer, toutefois le résultat est là : de nombreux junkies récupèrent les billets non pour les dépenser, mais pour les fumer. Une attitude qui plaît d'ailleurs beaucoup aux Indépendants anarchistes ignorant bien évidemment la nature de ces papiers. Comme quoi, les jeux de dupes arrangent beaucoup de monde – sauf quand ces mêmes billets se retrouvent ensuite entre les mains des croupiers des casinos. Tel est pris...

• Il y a longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine... Un Empereur sans descendance. Ce fut lui qui entreprit un périlleux voyage à travers vents polaires et déserts déserts, chevauchant les jours et les nuits, risquant jusqu'à sa vie pour venir bâtir, pas le rivage des Scythes bien qu'il l'aurait souhaité, une cité à son nom. Malheureusement dyslexique, et parce qu'en outre personne ne lui avait jamais appris à écrire, il se trompa dans l'orthographe lorsqu'il l'inscrivit au registre des villes invisibles. Cette erreur provoqua la colère de sa fidèle monture, un vaillant renne fort en caractère, qui s'empressa aussitôt de se débarrasser de cet indigne gouverneur et de placer ses fils sur le trône. Ceux-là-même fondèrent par la suite un Institut à la gloire de leur père et ainsi Pallatine fut-elle libérée, délivrée du joug de son tyran analphabète. Déguisés en humains pour mieux se fondre parmi la population, les fils de Sven, le Grand Renne, continuent encore aujourd'hui d'exercer leur pouvoir en toute discrétion.




QUI DE NOUS DEUX : C'est l'heure du du-du-du-double-jeu ! (eh oui, vous y avez cru) Tout d'abord, un immense merci à tous ceux qui ont répondu présent, puisque c'est grâce à vous que ces devinettes vous sont proposées aujourd'hui. Un grand merci aussi à ceux qui ont lu l'annonce, même s'ils n'y ont pas répondu pour les motifs qui sont les leurs. Et enfin, merci à ceux qui s'amuseront à dénicher dans cette kyrielle de faits le vrai du faux, qui s'y pencheront ne serait-ce qu'un instant et trouveront plaisir à démêler, en solitaire ou avec les autres, le mensonge de la vérité ; c'est l'intérêt que vous y trouvez qui nous donne envie de continuer ! Mais trêve de bavardage, place aux anecdotes – les solutions seront peut-être exposées dans le prochain numéro :



- Himiko Ashida savait autrefois jouer du piano.
- Mark Grace, le père d'Himiko, a donné sa vie pour sauver celle de sa fille.

- Locke joue secrètement du trombone.
- Locke était un vrai séducteur à l'école maternelle.

- Hafiz est un danseur. C'est l'une des ses passions après la cuisine. Il apprend à danser quand il est seul à la maison. Il a un petit faible pour le Flamenco mais il se laisse tenter par une petite valse de temps en temps. Il a plusieurs fois fait montre de son talent dans le petit club de danse d'Ocane.
- Hafiz a peur des femmes. Littéralement. C'est un véritable froussard quand il s'agit de discuter avec des membres du sexe opposé (sauf dans le cadre de son service). Alors oui il est capable de tenir une conversation normale mais, une fois ce moment passé, il se sent mal et a des nausées. C'est un véritable stress au jour le jour. Et le pire, c'est qu'il est amoureux d'une femme. Mais comment faire pour régler ce problème ?

- Avant (et peut-être même après) son mariage arrangé par son père, Sunline-Leïs avait une attirance pour les filles, en particulier pour une de ses camarades très proches qu'elle avait rencontrée lors de ses études. Bien évidemment, elle ne l'a jamais dit à personne car au 19e siècle, il valait mieux se taire à ce sujet.
- La grand-mère de Sunline croyait en une sorte de spiritisme impliquant le fait que si elle donnait à sa fille un prénom étant déjà le sien, elle hériterait du même don d'intelligence plus développée qu'elle possédait. Il faut croire que sa mère aussi y croyait car elles portent toutes trois le prénom de Leïs.

- Un des romans favoris de Tobias Gehring est Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. C'est à cause de ce roman qu'il s'est amusé, un temps, à rédiger des lettres érotiques anonymes qu'il envoyait aussi bien à des inconnus qu'à des amis, dont Wilhelm. Un de ses noms de plume était Lisbeth Streinbeich, petite bourgeoise qui enflammait les cœurs et voulait goûter à la chair avant le mariage.
- Tobias a déjà exposé une toile dans un musée sous un faux nom. Il fut profondément blessé que sa toile ne soit pas retenu au concours et soit critiquée. « Peu d'ambition », « aucun talent » furent, entre autres, les critiques reçues. Tobias brûla lui-même la toile et en a rayé l'existence de sa mémoire.

- En plus d'avoir une peur bleue de la neige, Méhyt Ahmès ne supporte pas l'eau de mer.
- Elle ne supporte pas les agrumes, ceci étant dû à une intoxication plus jeune.

-Lupe Verganda ne sait pas du tout coder. Elle est administratrice, mais elle se repose entièrement sur ses amies administratrices. Et pourtant ce n'est pas l'envie qui lui manque. Il faudrait vraiment qu'elle se lance. Mais elle a en partie honte d'elle. Si elle venait à l'avouer, les gens contesteraient son autorité et elle perdrait son statut.
- Il existe une raison pour laquelle Lupe ne sort pas de chez elle. Elle a de grosses allergies au pollen. En ville ça va plutôt bien, mais dès qu'elle s'approche un peu trop des zones extra-urbaines, son corps commence à gonfler de façon assez anarchique. Elle devient presque incapable de bouger ou de dire quoi que ce soit. Petite, ses parents qui l'avaient traînée jusqu'à un champ de blé durent l'emmener d'urgence à l’hôpital. Le médecin a été clair. Plus de sortie. Depuis, Lupe reste le plus souvent possible à l'abri de son appartement.

- Toad croit au Père Noël.
- Toad croit en la fée des dents.

- U43 faisait manger des animaux de compagnie à leurs propriétaires.
- U43 volait aux pauvres pour donner aux riches.

- Toshizō est une catastrophe absolue en cuisine. Il ne faut pas lui demander de faire quelque chose de plus difficile que son thé, la cuisson des nouilles ou faire des onigiris. En conséquence de quoi, il ne se nourrit pas très sainement lorsqu'il est seul chez lui, dépendant énormément des plats préparés. D'où le fait qu'il aille à la cantine de l'Institut pour déjeuner le midi.
- Il lui arrive de se réveiller la nuit à cause de cauchemars concernant sa vie passée sur Terre, et il lui est impossible de se rendormir après tant il est bouleversé. Ce qui fait qu'il a tendance à s'occuper de la façon la plus random qui soit jusqu'à l'heure où il est censé se lever pour aller travailler : faire le ménage dans son appartement, ranger des livres, lire...

- Cameron a déjà eu une petite copine. Cela a duré quatre jours, puis il l'a larguée parce qu'elle le saoulait.
- Cameron a la phobie de l'eau. N'ayant pas appris à nager, il évite soigneusement la plage et n'a donc jamais porté de maillot de bain.

- Avant de finir blanc, Nikolai était roux.
- Nikolai a déjà intégré des éléments de breakdance dans les transitions de ses routines au sol.


LE PETIT POINÇON ROUGE : Vous ne l'avez pas voulu, vous ne l'avez pas attendu, mais la Team Gazette – rebaptisée ce mois-ci « Team Aquariophilie » pour des raisons qui échappent encore et toujours à l'envahisseur – est fière de vous présenter sa mascotte officielle ! Et pas n'importe laquelle, s'il vous plaît : elle tient de Nikolai son incomparable charisme, d'Hafiz sa spectaculaire force athlétique et de Cameron son regard vif et langoureux. Certains d'entre vous ont d'ailleurs peut-être vu passer son petit frère dans les défis rps... C'est donc avec une émotion toute particulière que les trois rédacteurs de votre Gazette vous présentent BODICARPE, dont l'attaque trempette est à l'évidence super efficace sur leurs discussions. Avouez qu'à trop l'admirer, on comprend tout de suite mieux pourquoi certains articles partent en cacahuète, non ?


exemplaire gratuit – ne pas jeter sur la voie numérique

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum